Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ACOUSTIC TREATMENT PANEL FOR A TURBOJET ENGINE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/197773
Kind Code:
A1
Abstract:
An acoustic treatment panel (10) to be arranged on at least one wall of a turbojet engine (1) in contact with a fluid stream, the panel (10) comprising a first acoustically reflecting plate (14), a second plate (16), and a plurality of cavities (18) mounted between the first plate (14) and the second plate (16) and comprising a plurality of cells (18). The second plate (16) is an integral plate crossed by a plurality of channels (20), each leading, on the one hand, into a first orifice (22) formed on a first side (161) of the second plate (16) and, on the other hand, into a second orifice (24) formed on a second side (162) of the second plate (16), the length of each channel (20) extending between the first orifice (22) thereof and the second orifice (24) thereof, said length being greater than the thickness (e) of the second plate (16).

Inventors:
GONZALEZ, Jéremy Paul Francisco (Rond-Point René Ravaud-Réau, MOISSY-CRAMAYEL, 77550, FR)
JODET, Norman Bruno André (Rond-Point René Ravaud-Réau, MOISSY-CRAMAYEL, 77550, FR)
RIOU, Georges Jean Xavier (Rond-Point René Ravaud-Réau, MOISSY-CRAMAYEL, 77550, FR)
Application Number:
FR2019/050829
Publication Date:
October 17, 2019
Filing Date:
April 09, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SAFRAN AIRCRAFT ENGINES (2 Boulevard du Général Martial Valin, PARIS, 75015, FR)
International Classes:
F02K1/82; F02C7/045; G10K11/172
Foreign References:
US20100206664A12010-08-19
FR2962586A12012-01-13
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
HEALY, Erwan et al. (Cabinet BEAU DE LOMENIE, 158 Rue de l'Université, PARIS CEDEX 07, 75340, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Panneau (10) de traitement acoustique destiné à être disposé sur au moins une paroi d'un turboréacteur (1) en contact avec un écoulement fluidique, le panneau (10) comprenant une première plaque (14), une seconde plaque (16) présentant une première face (161) destinée à être en contact avec un écoulement fluidique (F, Fp, Fs) et une seconde face (162) en regard de la première plaque (14), et une pluralité de cavités (18) montées entre ladite première plaque (14) et la seconde face (162) de la seconde plaque (16), les cavités (18) débouchant sur la première plaque (14) d'une part et sur la seconde face (162) de la seconde plaque (16) d'autre part, et la seconde plaque (16) présentant une épaisseur (e) s'étendant entre la première et la seconde faces (161, 162) dans une direction orthogonale aux dites première et seconde faces (161, 162),

caractérisé en ce que la seconde plaque (16) est une plaque monobloc traversée par une pluralité de canaux (20) débouchant chacun sensiblement perpendiculairement, d'une part, sur un premier orifice (22) formé sur la première face (161) et, d'autre part, sur un second orifice (24) formé sur la seconde face (162), la longueur de chaque canal s'étendant entre son premier orifice (22) et son second orifice (24) étant supérieure ou égale à 1,5 fois l'épaisseur (e) de ladite seconde plaque (16).

2. Panneau (10) selon la revendication 1, dans lequel les canaux (20) sont orientés selon l'épaisseur (e) ou perpendiculairement à l'épaisseur (e) de ladite seconde plaque (16).

3. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 ou 2, dans lequel la section des canaux (20) est comprise entre 0,2 mm2 et 7 mm2.

4. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, dans lequel au moins une cavité (18) débouche sur une pluralité de canaux (20) de la seconde plaque (16).

5. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel la seconde plaque (16) présente une répartition homogène des canaux (20) dans le plan dans lequel s'étend la seconde plaque (16).

6. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel la seconde plaque (16) présente un gradient de répartition des canaux (20) dans le plan dans lequel s'étend la seconde plaque (16). 7. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à

6, dans lequel chaque canal (20) présente une première et une seconde portions extrémales (202, 204) respectivement en contact avec les premier et second orifices (22, 24), chacune des première et seconde portions extrémales (202, 204) s'étendant dans une direction (Xx, X2) formant un angle (Q) d'au moins 15° respectivement avec la première ou seconde face (161, 162) de la seconde plaque (16) sur laquelle elle débouche.

8. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 7, dans lequel chaque canal (20) présente un rayon de courbure d'un minimum de 1 mm appliqué sur toute sa longueur.

9. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à

8, dans lequel la distance séparant la première plaque (14) de la seconde plaque (16) est supérieure ou égale au quart de la longueur du canal (20) le plus long de la seconde plaque (16).

10. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à

9, dans lequel les canaux (20) de la seconde plaque (16) sont séparés d'une distance supérieure ou égale à la dimension du plus grand orifice de la seconde plaque (16).

11. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à

10, dans lequel les canaux (20) présentent une géométrie complexe tridimensionnelle en forme de serpentin, hélicoïde, double-hélicoïde ou multi-hélicoïdes.

12. Panneau (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à

11, dans lequel la première plaque (14) est une couche acoustiquement réfléchissante.

13. Procédé de fabrication d'un panneau de traitement acoustique (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 12 dans lequel la seconde plaque (16) comprenant les canaux (20) est une plaque générée par fabrication additive tridimensionnelle.

14. Turboréacteur (1) comprenant au moins un panneau de traitement acoustique (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à

12.

15. Aéronef comprenant au moins un turboréacteur (1) selon la revendication 14.

Description:
Panneau de traitement acoustique pour turboréacteur

Arrière-plan de l'invention

L'invention concerne la propagation acoustique des systèmes de propulsion exploitant des turbomachines carénées et, plus particulièrement, une technologie de traitement acoustique pour atténuer le bruit rayonné par l'interaction entre un ou des rotors et son environnement.

Classiquement, le traitement acoustique d'un turboréacteur, et plus précisément du bruit rayonné par l'interaction entre le rotor et son environnement, est fait à l'aide de panneaux absorbants disposés au niveau des surfaces mouillées du conduit dans lequel se propagent les ondes sonores. On entend par surfaces mouillées, les surfaces en contact avec un écoulement fluide. Ces panneaux sont des matériaux composites de type sandwich emprisonnant un nid d'abeille, dont les propriétés absorbantes sont en partie obtenues grâce au principe des résonateurs de Helmholtz.

Un résonateur de Helmholtz est constitué d'une cavité résonante et d'un ou plusieurs col(s) s'étendant à l'intérieur de la cavité chacun depuis un orifice formé dans une paroi et permettant à la cavité résonante de communiquer avec le milieu environnant dans lequel se propagent les ondes à atténuer. Le col assure ainsi la communication entre le milieu ambiant et la cavité d'air interne. Une fois le dispositif optimisé, le col assure un effet de dissipation visco-thermique, qui correspond à un mouvement rapide et alterné des ondes sonores au travers des extrémités du col provoquant de la dissipation par frottement.

Dans les technologies de traitement classique, la longueur du col est faible devant la hauteur de la cavité. Plus précisément, dans les technologies classiques, la longueur du col est égale à l'épaisseur d'une paroi en tôle composite (carbone + résine) qui constitue la surface mouillée du traitement, car le col est obtenu par simple perforation de cette paroi. On optimise le fonctionnement du résonateur de Helmholtz en dimensionnant la cavité d'air de façon à obtenir le maximum de vitesse acoustique au niveau du col. Cette optimisation impose des hauteurs de cavité de l'ordre du quart de la longueur d'onde de la fréquence principale à traiter. Elle offre par ailleurs des propriétés très intéressantes quant à l'importante largeur de bande fréquentielle couverte.

Cependant, les tendances actuelles pour l'optimisation des systèmes de propulsion sont orientées vers la diminution des nombres d'aubes et la réduction de la vitesse de rotation des ensembles tournants tel que le fan. Il en résulte un abaissement des fréquences du rayonnement acoustique.

L'optimisation des panneaux de traitement nécessite alors l'augmentation de leur épaisseur pour pouvoir augmenter la hauteur de la cavité et ainsi diminuer la fréquence d'accord des cavités résonantes des panneaux. Cela rend les panneaux incompatibles avec les contraintes de masse et d'encombrement associées aux nouvelles architectures de type UHBR (Ultra High Bypass Ratio), c'est-à-dire à très fort taux de dilution.

Il est toujours possible de dimensionner le résonateur de Helmholtz de sorte qu'il soit efficace sur des fréquences plus basses, pour un encombrement radial réduit, par exemple, en jouant à la fois sur la hauteur du col et sur le volume de la cavité résonante.

La contrepartie, pour ce type de dimensionnement sous contrainte d'un encombrement réduit donné, est que la bande de fréquence sur laquelle agit le traitement de manière optimale se trouve drastiquement réduite lorsque la fréquence diminue comme cela est illustré sur la figure 1 qui présente une courbe d'atténuation acoustique reportant l'efficacité de traitement en fonction de la fréquence pour un résonateur de Helmholtz classique en trait plein et un résonateur de Helmholtz dont les dimensions ont été réduites selon l'état de l'art en traits pointillés.

Les résultats issus de mesures, présentés sur la figure 2 sous forme de coefficients d'absorption, illustrent la performance basse fréquence centrée à 550Hz d'une structure à grand col dont l'épaisseur globale est de 26mm, pour un niveau sonore de 140 dB, dont les mesures sont représentées par les carrés blancs, et pour un niveau sonore de 156 dB, dont les mesures sont représentées par les carrés noirs, par rapport à un résonateur classique à base de tôle perforée bien plus épais, dont la courbe apparaît en trait plein, ce dernier nécessitant la mise en œuvre d'une cavité de 150mm pour une performance équivalente dans cette gamme de fréquences. Cette restriction concernant la largeur de bande fréquentielle d'atténuation est très pénalisante, car la variation du régime de la soufflante selon les phases de vol engendre des évolutions importantes de sa fréquence d'émission sonore. De ce fait, le traitement dimensionné de cette façon ne sera efficace que pour un seul régime, et pour une plage fréquentielle ne pouvant pas descendre très bas en fréquence.

Il est connu des panneaux de traitement acoustique comprenant une tôle de carbone usinée avec des orifices oblongs ne servant que pour protéger une toile fine définissant des cols perpendiculaires à la tôle (à confirmer).

Il est aussi connu des systèmes de perforation de plaques pour former des plaques perforées pour panneaux de traitement acoustique.

Il est également connu des panneaux de traitement acoustique comprenant des résonateurs dotés de cols ajustables à au moins deux fréquences différentes montés sur des plaques perforées et s'étendant à l'intérieur de cavités formées par exemple par des alvéoles d'une structure en nid d'abeilles.

En outre, il est connu des panneaux de traitement acoustique comprenant une couche poreuse d'entrée dotée de canaux simples et formée par assemblage d'au moins deux plaques distinctes pouvant occasionner des fuites acoustiques aux interfaces.

Objet et résumé de l'invention

L'invention vise à fournir un panneau de traitement acoustique permettant de pallier les inconvénients mentionnés ci-dessus et comportant notamment des résonateurs capables d'atténuer le rayonnement associé au bruit des raies basses fréquences de façon efficace sur au moins un régime de turbomachine pour un encombrement fortement réduit par rapport à un traitement classique de type nid d'abeille et tout en conservant les processus classiques d'élaboration des traitements par nid d'abeille et en réduisant les fuites acoustiques.

Un objet de l'invention propose un panneau de traitement acoustique, notamment d'atténuation, destiné à être disposé sur au moins une paroi d'un turboréacteur en contact avec un écoulement fluidique, le panneau comprenant une première plaque acoustiquement réfléchissante, une seconde plaque présentant une première face destinée à être en contact avec un écoulement fluidique et une seconde face en regard de la première plaque, et une pluralité de cavités montées entre ladite première plaque et la seconde face de la seconde plaque, les cavités débouchant sur la première plaque d'une part et sur la seconde face de la seconde plaque d'autre part, et la seconde plaque présentant une épaisseur s'étendant entre la première et la seconde faces dans une direction orthogonale aux dites première et seconde faces.

Selon une caractéristique générale de l'invention, la seconde plaque est une plaque monobloc traversée par une pluralité de canaux débouchant chacun, d'une part, sur un premier orifice formé sur la première face et, d'autre part, sur un second orifice formé sur la seconde face, la longueur de chaque canal s'étendant entre son premier orifice et son second orifice étant supérieure à l'épaisseur de ladite seconde plaque.

L'utilisation d'une plaque monobloc permet d'éviter des fuites liées notamment aux interfaces dans le cas d'une plaque multi-blocs.

Selon un premier mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, la seconde plaque comprenant les canaux peut être une plaque générée par fabrication additive tridimensionnelle.

La réalisation de la seconde plaque monobloc par fabrication additive permet de concevoir des canaux avec des géométries complexes permettant de rallonger les canaux. Cette capacité d'allongement des canaux dans la seconde plaque fournie par les géométries complexes permet d'atténuer des fréquences plus basses sans augmenter l'épaisseur de la seconde plaque et/ou l'épaisseur du panneau.

Selon un deuxième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, les canaux peuvent présenter chacun une longueur dans la direction dans laquelle s'étend le canal dans la seconde plaque supérieure à la dimension la plus grande du premier orifice du canal.

Selon un troisième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, la section des canaux peut être comprise entre 0,2 mm 2 et 7 mm 2 .

Selon un quatrième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, au moins une cavité peut déboucher sur une pluralité de canaux de la seconde plaque.

Selon un cinquième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, le rapport entre la longueur des canaux de la seconde plaque et l'épaisseur de la seconde plaque est de préférence supérieur ou égal à 1,5.

Selon un sixième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, la seconde plaque peut présenter une répartition homogène des canaux dans le plan dans lequel s'étend la seconde plaque.

Par répartition homogène des canaux dans le plan dans lequel s'étend la seconde plaque, on entend une répartition pour laquelle la distance entre chaque premier orifice sur la première face est sensiblement du même ordre de grandeur et la distance entre chaque second orifice sur la seconde face est sensiblement du même ordre de grandeur.

Selon un septième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, la seconde plaque peut présenter un gradient de répartition des canaux dans le plan dans lequel s'étend la seconde plaque.

Par gradient de répartition des canaux dans le plan dans lequel s'étend la seconde plaque, on entend une répartition pour laquelle la distance entre les orifices peut varier en fonction des différentes zones de la seconde plaque. Une telle configuration permet de faire varier la distance entre les canaux et ainsi de faire varier le volume disponible pour les canaux, et ainsi de faire varier la longueur des canaux en fonction des différentes zones, dans une plaque d'épaisseur constante et ainsi optimiser le traitement sur différentes fréquences.

En outre, le fait d'utiliser la fabrication additive avec un gradient de répartition ne fait pas varier le coût de production pour ce type de mise en œuvre plus complexe.

Selon un huitième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, chaque canal peut présenter une première et une seconde portions extrémales respectivement en contact avec les premier et second orifices, chacune des première et seconde portions extrémales s'étendant dans une direction formant un angle d'au plus 15° avec une droite orthogonale respectivement à la première ou la seconde face de la seconde plaque sur laquelle elle débouche.

L'angle d'au moins 15° formé par une portion extrémale du canal avec la face de la seconde plaque sur laquelle elle débouche favorise la perméabilité de la seconde plaque aux ondes acoustiques, notamment à l'entrée dans le panneau, et améliore le fonctionnement des cavités en sortie de la seconde plaque.

Selon un neuvième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, chaque canal peut présenter un rayon de courbure d'un minimum de 1 mm appliqué sur toute sa longueur

Le rayon de courbure des canaux favorise la perméabilité de la seconde plaque aux ondes acoustiques.

L'angle d'au moins 15° et le rayon de courbure d'au moins 1 mm permettent à l'onde de pouvoir rentrer et sortir du canal.

Dans le cas où l'angle est plus petit que 15° et/ou le rayon de courbure est inférieur à 1mm, l'onde arrivant sur la plaque ou se déplaçant dans le canal verra ces deux caractéristiques comme un « mur infranchissable» et sera donc réfléchie. Ces caractéristiques permettent d'avoir une perméabilité augmentée par rapport au cas où l'onde est réfléchie.

Selon un dixième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, la distance séparant la première plaque de la seconde plaque est de préférence supérieure ou égale au quart de la longueur du canal le plus long de la seconde plaque.

Selon un onzième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, les canaux de la seconde plaque sont de préférence séparés d'une distance supérieure ou égale à la dimension du plus grand orifice de la seconde plaque.

Selon un douzième mode de réalisation du panneau de traitement acoustique, les canaux peuvent présenter une géométrie tridimensionnelle.

Des formes contenues dans un plan sont considérées comme des formes simples, la troisième dimension étant l'épaisseur du canal. On parle alors de formes bidimensionnelles. Les formes tridimensionnelles évoluant dans toutes les directions sont des formes complexes. L'intérêt des formes tridimensionnelles est d'optimiser le dimensionnement des canaux en maximisant l'espace qu'ils occupent dans le volume de la seconde plaque.

Un autre objet de l'invention propose un turboréacteur comprenant au moins un panneau de traitement acoustique tel que défini ci-dessus. Encore un autre objet de l'invention propose un aéronef comprenant au moins un turboréacteur tel que défini ci-dessus.

Brève description des dessins.

L’invention sera mieux comprise à la lecture faite ci-après, à titre indicatif mais non limitatif, en référence aux dessins annexés sur lesquels :

- la figure 1, déjà décrite, présente une courbe d'atténuation acoustique reportant l'efficacité de traitement en fonction de la fréquence de l'onde sonore pour deux cellules différentes selon l'état de la technique ;

- la figure 2, déjà décrite, présente un graphique représentant l'évolution du coefficient d'absorption en fonction de la fréquence de l'onde sonore pour trois cellules différentes selon l'état de la technique ;

- la figure 3 présente une vue en section d'un turboréacteur selon un mode de réalisation de l'invention, dans un plan longitudinal du turboréacteur ;

- la figure 4 illustre une vue partielle en perspective d'un panneau de traitement acoustique selon un mode de réalisation de l'invention ;

- les figures 5A à 5F représentent schématiquement des exemples de réalisations des canaux du panneau de traitement acoustique ;

- la figure 6 présente schématiquement une vue en section du panneau de traitement acoustique de la figure 4 ;

- la figure 7 présente schématiquement un zoom d'une portion d'un canal du panneau de traitement acoustique de la figure 4.

Description détaillée de modes de réalisation

Sur la figure 3 est représentée une vue en section d'un turboréacteur 1 selon un mode de réalisation de l'invention, dans un plan longitudinal du turboréacteur 1.

Le turboréacteur 1 comprend une nacelle 2, un carter intermédiaire 3 et un carter interne 4. La nacelle 2 et les deux carters 3 et 4 sont coaxiaux. La nacelle 2 définit à une première extrémité un canal d'entrée 5 d'un écoulement de fluide et à une seconde extrémité, opposée à la première extrémité, un canal d'échappement 6 d'un écoulement de fluide. La nacelle 2 et le carter intermédiaire 3 délimitent entre eux une veine primaire 7 d'écoulement de fluide. Le carte intermédiaire 3 et le carter interne 4 délimitent entre eux une veine secondaire 8 d'écoulement de fluide. La veine primaire 7 et la veine secondaire 8 sont disposés selon une direction axiale du turboréacteur entre le canal d'entrée 5 et le canal d'échappement 6.

Le turboréacteur 1 comprend en outre une soufflante 9 configurée pour délivrer un flux d'air F comme écoulement fluidique, le flux d'air F étant divisé en sortie de la soufflante en un flux primaire F P circulant dans la veine primaire 7 et en un flux secondaire Fs circulant dans la veine secondaire 8.

Le turboréacteur 1 comprend en outre au moins un panneau de traitement acoustique 10 configuré pour atténuer les ondes acoustiques émises par le turboréacteur avant que ces ondes ne s'échappent à l'extérieure, radialement, de la nacelle 2 du turboréacteur 1.

Chaque panneau de traitement acoustique 10 est configuré pour atténuer des ondes acoustiques dont la fréquence appartient à une plage de fréquences prédéterminée. Dans le mode de réalisation illustré sur la figure 3, les panneaux 10 de traitement acoustique sont intégrés à la nacelle 2, au carter intermédiaire 3 et au carter interne 4. Sur le carter interne 4, les panneaux 10 de traitement acoustique sont intégrés, d'une part, sur la portion en amont du carter intermédiaire 3 selon la direction axiale et notamment sur la portion portant la soufflante 9, et, d'autre part, sur une portion en aval du carter intermédiaire 3.

Sur la figure 4 est représentée une vue partielle en perspective d'un panneau de traitement acoustique 10 selon un mode de réalisation de l'invention.

En référence à la figure 4, le panneau de traitement acoustique 10 comporte un cœur 12, une couche réfléchissante 14 et une couche d'entrée 16.

Le cœur 12 présente une structure en nid d'abeille. Plus précisément, le cœur 12 comporte une pluralité d'alvéoles 18, agencées selon une structure en nid d'abeille connue. Chaque alvéole 18 débouche sur une première face 121 du cœur 12 et sur une deuxième face 122 du cœur 18 située à l'opposé de la première face 121.

La première face 121 du cœur 12 est destinée à être orientée vers la veine d'air, primaire 7 ou secondaire 8 selon l'emplacement du panneau de traitement acoustique 10. La deuxième face 122 du cœur 12 est destinée à être orientée à l'opposé de la veine d'air.

De préférence, le cœur 12 est tel que la distance entre la première face 121 et la deuxième face 122 est de l'ordre du quart de la longueur d'onde correspondant à une fréquence de travail prédéterminée.

La fréquence de travail est une fréquence pour laquelle une atténuation acoustique maximale est souhaitée. La fréquence de travail appartient à la plage de fréquences prédéterminée.

Selon le mode de réalisation, le cœur 12 peut être réalisé en métal, ou dans un matériau composite, tel qu'un matériau composite formé de fibres de carbone noyées dans une matrice de résine durcie.

La couche réfléchissante 14 est adaptée pour réfléchir des ondes acoustiques présentant une fréquence appartenant à la plage de fréquences prédéterminée.

La couche réfléchissante 14 s'étend en regard de la deuxième face 122 du cœur 12, en étant au contact de la deuxième face 122. Plus précisément, la couche réfléchissante 14 est solidaire de la deuxième face 122 du cœur 12, par exemple collée à la deuxième face 122 du cœur 12.

Selon le mode de réalisation, la couche réfléchissante 14 peut être réalisée en métal ou dans un matériau composite, tel qu'un matériau composite formé de fibres de carbone noyées dans une matrice de résine durcie.

La couche d'entrée 16 s'étend en regard de la première face 121 du cœur 12, en étant au contact de la première face 121. Plus précisément, la couche d'entrée 16 est solidaire de la première face 121 du cœur 12, par exemple collée à la première face 121 du cœur 12.

La couche d'entrée 16 est une plaque monobloc formée par fabrication additive. Elle comprend une pluralité de canaux 20 traversant la couche d'entrée 16 depuis une première ouverture 22 réalisée sur la première face 161 de la couche d'entrée 16 jusqu'à une seconde ouverture 24 réalisée sur la seconde face 162 de la couche d'entrée 16. La seconde ouverture 24 de chaque canal 20 débouche sur une alvéole 18 du cœur 12, plusieurs canaux 20 pouvant déboucher sur une même alvéole 18.

Pour augmenter la longueur des canaux 20 et ainsi diminuer les fréquences des ondes sonores qui peuvent être traitées par le panneau 10 de traitement acoustique, les canaux 20 s'étendent dans la couche d'entrée 16 de manière à avoir une longueur supérieure à l'épaisseur e de la couche d'entrée 16, l'épaisseur e de la couche d'entrée correspondant à la distance séparant la première face 161 de la seconde face 162 de la couche d'entrée mesurée dans une direction orthogonale aux plans dans lesquelles s'étendent les deux faces 161 et 162 de la couche d'entrée 16.

Les canaux 20 peuvent avoir des formes simples ou, de préférence, complexes. Les formes complexes tridimensionnelles permettent d'optimiser le dimensionnement des cols en maximisant l'espace qu'ils occupent dans le volume de la couche d'entrée 16.

Les canaux, simples ou complexes, ont préférentiellement des longueurs supérieures à 1,5 fois l'épaisseur e de la couche d'entrée 16.

Les figures 5A à 5F représentent schématiquement des exemples de réalisations des canaux du panneau de traitement acoustique 10.

La figue 5A présente une couche d'entrée 16 avec des canaux 20 présentant une forme d'hélicoïde orientée selon l'épaisseur e de la couche d'entrée 16. Le trajet du canal 20 correspond à une hélicoïde qui s'enroule autour d'un axe orienté selon l'épaisseur e de la couche d'entrée 16.

La figue 5B présente une couche d'entrée 16 avec des canaux 20 présentant une forme d'hélicoïde orientée perpendiculairement à l'épaisseur e de la couche d'entrée 16. Le trajet du canal 20 correspond à une hélicoïde qui s'enroule autour d'un axe orienté perpendiculairement à l'épaisseur e de la couche d'entrée 16.

La figue 5C présente une couche d'entrée 16 avec des canaux 20 en forme de serpentin orienté selon l'épaisseur e de la couche d'entrée 16. Un serpentin présente une pluralité de coudes et s'étend généralement dans un même plan. Le trajet du canal 20 correspond à un serpentin dont la plus grande longueur est orientée dans l'épaisseur e de la couche d'entrée 16. La figue 5D présente une couche d'entrée 16 avec des canaux 20 présentant en forme de serpentin orienté perpendiculairement à l'épaisseur e de la couche d'entrée 16. Le trajet du canal 20 correspond à un serpentin dont la plus grande longueur est orientée perpendiculairement à l'épaisseur e de la couche d'entrée 16.

La figure 5E présente une couche d'entrée 16 avec des canaux 20 présentant une configuration en double hélicoïde. Deux canaux adjacents s'enroulent en doublé hélicoïde dont l'axe est orienté selon l'épaisseur e de la couche d'entrée 16. Le trajet de chaque canal 20 correspond à une hélicoïde qui s'enroule autour d'un axe orienté selon l'épaisseur e de la couche d'entrée 16. Ce type de configuration, en combinaison de plusieurs canaux, peut présenter l'avantage de minimiser les courbures du canal, et donc la résistivité acoustique de celui-ci.

La figure 5F présente une couche d'entrée 16 avec deux canaux adjacents s'enroulant en doublé hélicoïde dont l'axe est orienté perpendiculairement à l'épaisseur e de la couche d'entrée 16. Le trajet de chaque canal 20 correspond à une hélicoïde qui s'enroule autour d'un axe orienté perpendiculairement à l'épaisseur e de la couche d'entrée 16.

Il est aussi envisageable une configuration multi-hélicoïdale avec plusieurs canaux voisins s'enroulant suivant une hélicoïde d'axe commun, orienté suivant l'épaisseur e de la couche d'entrée ou perpendiculairement à celle-ci.

Toute autre superposition de motifs réguliers peut aussi être envisagé.

Des technologies de type impression tridimensionnelle sur lit de poudre ou par dépose de matière peuvent être envisagées pour concevoir la couche d'entrée. Il suffit de pouvoir atteindre une certaine précision, de l'ordre de 0,1 mm minimum.

Cette optimisation permet d'accorder le traitement sur des fréquences plus basses sans augmenter de manière significative la hauteur total du traitement et en conservant les processus classiques d'élaboration des traitements nid d'abeille.

De préférence, l'accord en fréquence du panneau de traitement acoustique 10 respecte, en première approximation, l'équation suivante : Avec F la fréquence d'accord en Hertz, C la célérité du son en mètre par seconde, S la section du canal en mètre carré, V le volume du résonateur en mètre, G la longueur de canal corrigée, où

I' = 1 + d

avec I la longueur géométrique du canal, et d la correction du canal où

Ô = l,7r(l - 0,7>/s)

pour des résonateurs juxtaposés, avec r le rayon d'un orifice, et s le taux de perforation.

De préférence, la longueur du canal est supérieure à son diamètre, au moins 1,5 fois supérieure, pour garantir les propriétés recherchées à la colonne d'air qu'il contient. La distance entre la seconde ouverture 24 des canaux 20, autrement dit, la seconde face 162 de la couche d'entrée, et la couche réfléchissante 14 est supérieure au quart de la hauteur du canal. La section du canal est comprise entre 0,2 mm 2 et 7 mm 2 . Une même cavité peut contenir plusieurs cols. L'espacement entre chaque col doit être supérieur à un diamètre de col.

Comme cela est illustré sur la figure 6 qui présente schématiquement une vue en section du panneau de traitement acoustique de la figure 4, chaque cavité 18 du cœur 12 débouche sur une pluralité de canaux 20 de la couche d'entrée 16. Autrement dit, plusieurs canaux 20 de la couche d'entrée 16 débouche sur une même cavité 18 du cœur 12.

Par ailleurs, comme cela est illustré sur la figure 7 qui présente schématiquement un zoom d'une portion d'un canal du panneau de traitement acoustique de la figure 4, chaque canal 20 présente de préférence une première portion extrémale 202 s'étendant depuis la première ouverture 22 et une seconde portion extrémale 204 s'étendant depuis la seconde ouverture 24. Chacune des première et seconde portions extrémales 202 et 204 s'étend dans l'épaisseur de la couche d'entrée 16, depuis respectivement la première et la seconde ouvertures 22 et 24, dans une direction, respectivement Xi et X 2 , formant un angle Q d'au plus 15° avec une droite, respectivement Zi et Z 2 , orthogonale au plan dans lequel s'étend la couche d'entrée 16.

Autrement dit, chacune des première et seconde portions extrémales 202 et 204 s'étend dans une direction formant un angle compris 75° et 90° avec la face de la couche d'entrée 16 sur laquelle elle débouche, soit respectivement la première face 161 et la seconde face 162. Cet angle favorise la perméabilité de la couche d'entrée 16 aux ondes acoustiques, notamment à l'entrée dans le panneau 10, et améliore le fonctionnement des cavités 18 en sortie de la couche d'entrée 16.

L'invention fournit ainsi un panneau de traitement acoustique permettant de pallier les inconvénients mentionnés ci-dessus et comportant notamment des résonateurs capables d'atténuer le rayonnement associé au bruit des raies basses fréquences de façon efficace sur un régime de turbomachine pour un encombrement fortement réduit par rapport à un traitement classique de type nid d'abeille et tout en conservant les processus classiques d'élaboration des traitements par nid d'abeille.