Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ADAPTABLE STARTER SWITCH
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2011/012536
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a starter switch for an automobile including a stator (1), a rotor (2) rotatably mobile inside the stator (1), an electric power input (+Batt), at least one electric output (S2) suitable for being activated by at least one contactor (5) during the rotation of said rotor (2), said at least one contactor (5) being mounted on a rotary contactor unit (3) coupled with the rotor (2), in which said at least one contactor (5) is movably mounted on the rotary contactor unit (3).

Inventors:
MALTAVERNE, Frederic (42 Rue Le Corbusier - Europarc, Creteil, F-94042, FR)
DELLA FIORENTINA, Alix (42 Rue Le Corbusier - Europarc, Creteil, F-94042, FR)
VILLAGRASA, Victor (42 Rue Le Corbusier - Europarc, Creteil, F-94042, FR)
Application Number:
EP2010/060661
Publication Date:
February 03, 2011
Filing Date:
July 22, 2010
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VALEO SECURITE HABITACLE (42 Rue Le Corbusier - Europarc, Creteil, F-94042, FR)
MALTAVERNE, Frederic (42 Rue Le Corbusier - Europarc, Creteil, F-94042, FR)
DELLA FIORENTINA, Alix (42 Rue Le Corbusier - Europarc, Creteil, F-94042, FR)
VILLAGRASA, Victor (42 Rue Le Corbusier - Europarc, Creteil, F-94042, FR)
VALEO SISTEMAS DE SEGURIDAD Y CIERRE S.A (Caretera de Olesa a Martorel km 1, Olesa De Monserrat, E-8640, ES)
International Classes:
H01H19/58; H01H27/06; H01H1/40; H01H3/42; H01H19/635
Foreign References:
FR2427676A11979-12-28
US4803314A1989-02-07
US3639708A1972-02-01
DE4316612A11993-11-25
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
JACQUOT, Ludovic (Valeo Securite Habitacle, Service Propriete Industrielle42 Rue Le Corbusier - Europarc, Creteil, F-94042, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Interrupteur de démarrage pour véhicule automobile comprenant un stator (1 ), un rotor (2) mobile en rotation dans le stator (1 ), une entrée d'alimentation électrique (+Batt), au moins une sortie électrique (S2) apte à être activée par au moins un contacteur (5) lors de la rotation dudit rotor (2), ledit au moins un contacteur (5) étant monté sur un ensemble contacteur rotatif (3) accouplé au rotor (2), caractérisé en ce que le dit au moins un contacteur (5) est monté mobile sur l'ensemble contacteur rotatif (3).

2. Interrupteur de démarrage selon la revendication 1 , caractérisé en ce que le déplacement du au moins un contacteur (5) est radial.

3. Interrupteur de démarrage selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce que l'accouplement de l'ensemble contacteur rotatif (3) et du rotor (2) se fait au travers d'un orifice central aménagé dans une pièce couvercle (9), la dite pièce couvercle étant disposée entre le rotor (2) et l'ensemble contacteur rotatif (3).

4. Interrupteur de démarrage selon la revendication 3, caractérisé en ce que le couvercle (9) comprend un second orifice excentré (11 ).

5. Interrupteur de démarrage selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le au moins un contacteur (5) mobile est porté par un coulisseau (6) se déplaçant sur une glissière de l'ensemble contacteur rotatif (3).

6. Interrupteur de démarrage selon la revendication 5, caractérisé en ce que la glissière comprend au moins deux positions d'indexage (11 , 12).

7. Interrupteur de démarrage selon la revendication 5 ou 6, caractérisé en ce que le coulisseau (6) est muni d'un doigt (12) qui est apte à suivre le contour intérieur du deuxième orifice excentré (11 ) du couvercle (9).

8. Interrupteur de démarrage selon la revendication 7, caractérisé en ce que le contour intérieur du deuxième orifice excentré (11 ) comprend au moins quatre segments, au moins deux segment descendants (SD1 , SD2) et moins deux segments montants (SM1 , SM2).

9. Interrupteur de démarrage selon la revendication 8, caractérisé en ce qu'un des au moins deux segments montants (SM1 ) et un des au moins deux segments descendants (SD1 ) a une distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif (3) fixe et en ce que qu'un des au moins deux segments montants (SM2) et un des au moins deux segments descendants (SD2) a une distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif (3) variable.

10. Interrupteur de démarrage selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le au moins un contacteur (5) mobile passe, lors de la rotation du rotor (2) dans le sens des aiguilles d'une montre, d'une position où la au moins une sortie (S2) est activée, à une position où la au moins une sortie (S2) est désactivée.

11. Interrupteur de démarrage selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le au moins un contacteur (5) mobile passe, lors de la rotation du rotor (2) dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, d'une position où la au moins une sortie (S2) est activé, à une position où la au moins une sortie (S2) est désactivée.

12. Interrupteur de démarrage selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il comprend une deuxième sortie électrique

(S1 ) apte à être activée par un deuxième contacteur (4), ledit deuxième contacteur (4) étant monté fixe sur l'ensemble contacteur rotatif ;

Description:
Interrupteur de démarrage adaptable

La présente invention concerne une unité de démarrage pour véhicule automobile.

La plupart des nouveaux véhicules utilise un système de démarrage sans clé ; c'est-à-dire que l'on introduit un identifiant électronique, par exemple sous forme de badge, dans un lecteur qui vérifie un codage électronique et lorsque le badge est correctement identifié, l'unité centrale du véhicule autorise le déverrouillage de la colonne de direction et permet l'allumage des fonctions du véhicule. Dans un deuxième temps, afin de lancer le démarrage du moteur du véhicule, l'utilisateur appuie sur un bouton poussoir.

Ces systèmes présentent l'avantage de ne plus utiliser de codages de type mécanique qui peuvent être facilement copiés, mais également ils améliorent l'ergonomie d'utilisation.

Par contre, ces systèmes sont relativement coûteux puisqu'ils nécessitent un lecteur de badge, un système de bouton poussoir pour le démarrage et un antivol de direction électrique. De plus ils ne sont proposés que pour des véhicules équipés de système d'ouverture à distance dits sans clé, puisque le codage mécanique par la clé n'existe plus.

Malheureusement, lorsqu'un constructeur veut proposer, dans une démarche de produits à bas coûts, le véhicule équipé d'un dispositif badge et bouton poussoir dans une version purement mécanique, il doit changer tout le système de démarrage pour passer à un système mécanique classique c'est-à- dire avec un verrou de colonne de direction mécanique muni d'un interrupteur de démarrage. Ceci oblige à changer les coques sous volant, la colonne de direction et l'architecture électrique du véhicule. Ces modifications sont très coûteuses et elles vont à rencontre du but recherché qui est de proposer un véhicule bas coût. II serait donc particulièrement intéressant de pouvoir utiliser de la manière la plus économique possible l'architecture existante pour y implanter un interrupteur de démarrage mécanique.

Or les interrupteurs de démarrage mécanique fonctionnent par établissement de contact permanent c'est-à-dire que le circuit de démarrage est fermé en permanence tant que l'on a pas coupé le moteur alors que dans les boutons poussoir le circuit est fermé par une impulsion pour le démarrage et une impulsion pour couper le moteur.

La présente invention vise à proposer une telle solution en implantant un interrupteur mécanique dans le logement dédié au bouton poussoir.

A cet effet, l'invention a pour objet un interrupteur de démarrage pour véhicule automobile comprenant un stator, un rotor mobile en rotation dans le stator, une entrée d'alimentation électrique, au moins une sortie électrique apte à être activée par au moins un contacteur lors de la rotation dudit rotor, ledit au moins un contacteur étant monté sur ensemble contacteur rotatif accouplé au rotor, caractérisé en ce que le dit au moins un contacteur est monté mobile sur l'ensemble contacteur rotatif.

L'invention peut comporter en outre une ou plusieurs des caractéristiques suivantes, prises seules ou en combinaison :

- le déplacement dudit au moins un contacteur est radial ;

- l'accouplement de l'ensemble contacteur rotatif et du rotor se fait au travers d'un orifice central aménagé dans un pièce couvercle, la dite pièce couvercle étant disposée entre le rotor et l'ensemble contacteur rotatif ;

- le couvercle comprend un second orifice excentré ;

- le au moins un contacteur mobile est porté par un coulisseau se déplaçant sur une glissière de l'ensemble contacteur rotatif ;

- la glissière comprend deux positions d'indexage ;

- le coulisseau est muni d'un doigt qui est apte à suivre le contour intérieur du deuxième orifice excentré du couvercle ; - le contour intérieur du deuxième orifice excentré comprend au moins quatre segments, au moins deux segment descendants et moins deux segments montants ;

- un des au moins deux segments montants et un des au moins deux segments descendants a une distance au centre du contacteur rotatif fixe et un des au moins deux segments montants et un des au moins deux segments descendants a une distance au centre du contacteur rotatif variable ;

- le au moins un contacteur mobile passe, lors de la rotation du rotor dans le sens des aiguilles d'une montre, d'une position où la au moins une sortie est activée, à une position où la au moins une sortie est désactivée ;

- le au moins un contacteur mobile passe, lors de la rotation du rotor dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, d'une position où la au moins une sortie est activée, à une position où la au moins une sortie est désactivée ;

- il comprend une deuxième sortie électrique apte à être activée par un deuxième contacteur, ledit deuxième contacteur étant monté fixe sur l'ensemble contacteur rotatif.

D'autres avantages et caractéristiques apparaîtront à la lecture de la description de l'invention, ainsi que des dessins annexés dans lequel :

- la figure 1 est une vue éclatée des différentes pièces d'un interrupteur de démarrage selon l'invention,

- la figure 2 est une vue de la face arrière d'un coulisseau portant un contacteur selon l'invention,

- la figure 3 est une vue de côté d'un coulisseau monté sur une glissière d'un ensemble contacteur rotatif selon l'invention,

- la figure 4 est une vue de dessous d'un ensemble contacteur rotatif selon l'invention, - la figure 5 est vue de détail d'un profil courbe le long duquel le doigt d'un coulisseau va se déplacer,

- les figures 6a, 6b à 14a, 14b sont des vues de la face avant et de la face arrière d'un interrupteur de démarrage selon l'invention à différentes positions angulaires du rotor,

- la figure 15 schématise la tension au niveau des sorties S1 et S2 en fonction de la position angulaire du rotor,

- la figure 16 représente les diagrammes fonctionnels d'une unité de démarrage de type badge + bouton poussoir et d'une unité de démarrage selon l'invention.

La figure 1 est une vue éclatée d'un interrupteur de démarrage selon un mode de réalisation préférentiel de l'invention, dans lequel on distingue entre autre un stator 1 , un rotor dit à paillettes 2 qui est monté mobile en rotation dans le stator.

Sur le rotor 2 est fixée une pièce support 3, que l'on appellera ici l'ensemble contacteur rotatif, sur lequel en face intérieure sont montés deux contacteurs 4, 5. Les contacteurs 4, 5, selon le mode de réalisation illustré consistent en des lames métalliques. Un des contacteurs 4 est fixé directement sur l'ensemble contacteur rotatif 3, par exemple par des moyens de collage, de soudage ou de clippage, et l'autre contacteur 5 est porté par un coulisseau 6 monté mobile sur l'ensemble contacteur rotatif 3. Le montage mobile du coulisseau 6 est assuré par un dispositif de guidage illustré par les figures 3 et 4, et se base selon un mode de réalisation non limitatif sur le principe d'une glissière aménagé dans l'ensemble contacteur rotatif 3 dans laquelle l'embase du coulisseau va pouvoir glisser. Comme illustré sur la figure 4, la glissière est dans le sens radial vis-à-vis de l'ensemble contacteur rotatif 3, c'est-à-dire que le coulisseau peut se rapprocher du centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 ou s'en éloigner.

Les contacteurs 4 et 5 font face à des pistes électriques 7, ici trois, une voie centrale qui correspond à l'alimentation de la batterie +Batt, et deux voies périphériques qui correspondent à deux sorties S1 , S2. Suivant la position des contacteurs 4 et 5 par rapport aux pistes 7, on pourra obtenir un signal +Batt sur la sortie S1 , ceci lorsque la lame du contacteur 4 fait le pont entre la voie +Batt et S1 , et/ou un signal +Batt sur la sortie S2, ceci lorsque la lame du contacteur 5 fait le pont entre la voie +Batt et S2. Dans d'autres modes de réalisation non représentés, les contacteurs 4 et 5 et les pistes 7 peuvent être remplacés par un ensemble dans lequel, les lames 4 et 5 sont remplacées par des éléments en saillie, et les pistes 7 sont remplacées par des microinterrupteurs actionnés par ces éléments en saillie. Il serait dans ce cas possible d'utiliser seulement deux micro-interrupteurs, un reproduisant la fermeture du circuit +Batt - S1 , et l'autre reproduisant la fermeture +Batt - S2.

Les pistes électriques 7 sont disposées dans une pièces support 8, que l'on appellera ici l'ensemble contacteur statique, et s'interfacent, en sortie de l'ensemble contacteur statique 8 c'est-à-dire vers l'intérieur du véhicule, avec la connectique électrique du véhicule.

De manière avantageuse et non limitative, on réalise l'ensemble contacteur statique 8 avec les pistes 7, par surmoulage plastique de l'ensemble contacteur statique 8 sur les pistes 7.

Entre l'ensemble contacteur rotatif 3 et le rotor 2, est disposé un couvercle 9. Au centre de ce couvercle 9 est ménagé un orifice par lequel va s'enficher une partie cylindrique centrale 10 de l'ensemble contacteur rotatif 3 s'étendant vers l'extérieur et disposé sur la face extérieur de l'ensemble contacteur rotatif 3. Cette partie cylindrique centrale 10 va pouvoir s'accoupler avec le rotor 2. La partie cylindrique 10 joue le rôle femelle avec sa rainure centrale et le rotor joue le rôle mâle avec une tranche centrale complémentaire à la rainure de la partie cylindrique 10. Il n'est pas nécessaire que le deux éléments soient fixés l'un à l'autre pour que la rotation du rotor 2 entraîne la rotation de l'ensemble contacteur rotatif 3. Le couvercle 9 vient également s'emboîter sur l'ensemble contacteur statique 8, l'ensemble contacteur rotatif 3 se trouvant ainsi pris en sandwich entre le couvercle 9 et l'ensemble contacteur statique 8.

Enfin, le couvercle 9 présente un autre orifice 11 excentré et présentant un profil courbe. Ce profil courbe de l'orifice 11 va servir de rampe montante et descendante à un doigt 12 du coulisseau 6. Comme illustré sur la figure 2, le doigt 12 est un goujon s'étendant vers l'extérieur du coulisseau sur la face opposée à la face sur laquelle est fixé le contacteur 5. Le déplacement du doigt 12 le long du profil en courbe va entraîner comme on le décrira plus loin le déplacement radial du coulisseau 6.

De manière connue, un ressort de rappel 13 est disposé entre le stator 1 et le rotor 2. Il permet de ramener automatiquement le rotor 2 dans une position prédéterminée. On décriera plus en détail cet aspect dans la suite de la description.

Enfin, vers l'extrémité tournée vers l'intérieur du véhicule se trouve le capot 14 qui va s'emboîter sur le stator 1. Cela permet de maintenir ensemble les pièces rotor 1 , couvercle 9, ensemble contacteur rotatif 3, contacteur 4 et 5, et ensemble contacteur statique 8 avec les pistes 7. L'emboîtement du capot 12 sur le stator 1 se fait, dans l'exemple de réalisation choisi, par deux pattes venant se clipper sur deux ergots ménagés sur des parois extérieures du stator 1.

On va à présent expliqué, à partir des figures 6 à 13, la cinématique des différentes pièces de l'interrupteur de démarrage selon un mode de réalisation préférentiel.

Tout d'abord, tout comme dans les interrupteurs de démarrage connus dans l'état de la technique, le rotor à paillettes 2 ne peut effectuer de mouvement de rotation à l'intérieur du stator 1 que si une clé (non représentée) ayant un profil conforme est introduite dans le rotor 2. C'est le cas standard d'un codage dit purement mécanique. Bien entendu, dans d'autres modes de réalisation non représentés ici, on peut intégrer, comme il est connu dans l'état de la technique, une antenne transpondeur à l'interrupteur de démarrage afin d'ajouter au codage mécanique un codage électronique. On peut également par ce biais supprimer le codage mécanique de la clé et ainsi s'affranchir des paillettes du rotor.

Le codage ayant été reconnu, on effectue donc une rotation du rotor 2 a l'aide de la clé dans le sens des aiguilles d'une montre.

Comme illustré sur les figures 6a à 10a, la rotation du rotor 2 dans le sens des aiguilles d'une montre va entraîner la rotation de l'ensemble contacteur rotatif 3 dans le même sens, du fait que l'ensemble contacteur rotatif 3 est couplé directement au rotor 2 comme on l'a décrit précédemment.

La rotation du rotor 2 débute dans une position angulaire (non représentée) de la clé, correspondant à un position angulaire PO de départ du doigt 12 du coulisseau 6 dans le profil courbe de l'orifice 12 du couvercle 9. Dans l'ensemble de la description, la position angulaire du doigt 12 est calculé en référence l'axe A-A'.

Comme on peut le constater sur la figure 5, le profil courbe de l'orifice 11 comprend plusieurs segments, un segment descendant SD le plus excentré et qui correspond à la courbe suivi par le doigt 12 lorsque la rotation de la clé s'effectue dans le sens des aiguilles d'une montre, et un segment montant SM qui correspond à la courbe suivi par le doigt 12 lorsque la rotation de la clé est dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

Le segment descendant SD est lui même divisé en deux segments SD1 et

SD2. Le premier segment SD1 suit le périmètre extérieur de l'ensemble contacteur rotatif 3 du point de départ D, jusqu'au point P. Tout au long du segment SD1 , la distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 est maintenue constante à la valeur R. Le deuxième segment SD2 débute au point

P pour atteindre la butée B. Le passage du point P à la butée B se produit avec une diminution de la distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3. On passe d'une distance R à une distance R1 , le la distance R1 étant inférieur à la distance R. Le doigt 12 se rapproche du centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 et donc le coulisseau 6 portant le contacteur 5 se déplace radialement vers le centre de l'ensemble contacteur rotatif 3. Dans un mode de réalisation non représenté, le segment SD2 est une droite.

Quant au segment montant SM, il est également divisé en deux segments

SM1 et SM2. Le premier segment SM1 débute à la butée B pour aller jusqu' à un point intermédiaire I. Tout au long de ce segment SM1 , la distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 est maintenue constante à la valeur R1. Le deuxième segment SM2 débute au point I pour revenir au point de départ D. Le passage du point I au point de départ D se produit avec une augmentation de la distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3. On passe d'une distance R1 à une distance R. Le doigt 12 s'éloigne donc du centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 et donc le coulisseau 6 portant le contacteur 5 se déplace radialement en s'éloignant du centre de l'ensemble contacteur rotatif 3. Dans un mode de réalisation non représenté, le segment SM2 est une droite.

On remarquera également qu'un indexage en position 11 et 12 est prévu sur la glissière de l'ensemble contacteur rotatif 3. Ceci permet de tenir une position fixe tant que la distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 ne change pas. Pour ce faire, et dans un mode de réalisation non limitatif illustré entre autres figures 2 et 4, le coulisseau présente des zones z1 et z2 en matériau flexible apte à s'étendre dans les encoches d'indexage A et B, et aptes à s'effacer lors du passage de l'indexation A à l'indexation B. Dans d'autre mode de réalisation on peut envisager de monter à la place des zones en matériau flexible z1 et z2 des pièces montées sur ressort, et également envisager de réaliser une ou plusieurs indexation supplémentaires.

Le déplacement des contacteurs 4 et 5 est illustré sur les figures 6b à 14b. La correspondance de ces déplacements du point de vue de l'alimentation électrique est schématisée sur la figure 15 avec diagramme pour la sortie S1 et un autre pour la sortie S2. Dans la position de départ illustrée figure 6b, c'est-à-dire avec le doigt 12 en position angulaire PO comme illustré figure 6a, aucun circuit d'alimentation n'est fermé, c'est-à-dire qu'aucune lame des contacteurs 5 ou 6 ne fait le pont entre deux pistes électriques. Ainsi aucune des voies S1 , S2 ne délivre le signal +Batt.

Comme illustré sur les figures 7a, 7b, lorsque la clé a tourné dans le sens des aiguilles d'une montre d'un angle A1 (non représenté) pour permettre au doigt 12 d'atteindre la position angulaire P1 , l'ensemble contacteur rotatif 3 a également effectué une rotation dans le sens des aiguilles d'une montre d'un angle A1. Le contacteur 4 monté fixe sur l'ensemble contacteur rotatif 3 fait dans cette position le pont entre la voie +Batt et la voie S1. La sortie S1 est ainsi activée et délivre comme illustré figure 15 la tension +Batt. Cette information est interprétée par le calculateur du véhicule comme un signal de mise en marche, et le véhicule est mis en marche c'est-à-dire qu'un certain nombre d'équipement du véhicule sont mis sous tension.

Cette position correspond également, dans un dispositif haut de gamme de démarrage muni d'un lecteur de badge et d'un bouton poussoir, à la présence d'un badge conforme introduit dans le lecteur de badge.

Du point de vue du contacteur 5 monté sur le coulisseau 6, le doigt 12 à la position angulaire P1 , s'est déplacé sur le segment SD1 à une distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 constante R. Donc le coulisseau n'a pas bougé radialement et donc à ce stade la sortie S2 est toujours inactivée.

Comme illustré sur les figures 8a, 8b, en tournant plus avant la clé dans le sens des aiguilles d'une montre d'un angle A2 (non représenté), pour permettre au doigt 12 d'atteindre la position angulaire P2, l'ensemble contacteur rotatif 3 a également effectué une rotation dans le sens des aiguilles d'une montre d'un angle A2. Le contacteur 4 monté fixe sur l'ensemble contacteur rotatif 3 fait dans cette position toujours le pont entre la voie +Batt et la voie S1. La sortie S1 est donc toujours activée. Du point de vue du contacteur 5 monté sur le coulisseau 6, le doigt 12 en position angulaire P2 est passé dans le segment SD2 avec une diminution de la distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3. Le doigt 12 s'est rapproché du centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 entraînant un déplacement radial du coulisseau vers le centre de l'ensemble contacteur rotatif 3. Dans cette position la lame du contacteur 5 vient établir un pont entre la voie +Batt et la voie S2. La sortie S2 est ainsi activé, et délivre comme illustré figure 15 la tension +Batt. Cette information est interprétée par le calculateur du véhicule comme un signal de démarrage du moteur, et le moteur du véhicule est démarré.

Du point de vue des dispositif à lecteur de badge + bouton poussoir, cette position équivaut à l'appui sur le bouton poussoir pour démarrer le moteur.

Comme illustré sur les figures 9a, 9b, en tournant encore plus avant la clé dans le sens des aiguilles d'une montre d'un angle A3 (non représenté), pour permettre au doigt 12 d'atteindre la position angulaire P3, l'ensemble contacteur rotatif 3 a également effectué une rotation dans le sens des aiguilles d'une montre d'un angle A3. Le contacteur 4 monté fixe sur l'ensemble contacteur rotatif 3 fait encore dans cette position le pont entre la voie +Batt et la voie S1. La sortie S1 est donc encore activée.

Du point de vue du contacteur 5 monté sur le coulisseau 6, le doigt 12 en position P3 s'est déplacé plus loin sur le segment SD2, entraînant un déplacement radial supplémentaire du coulisseau vers le centre de l'ensemble contacteur rotatif 3. Dans cette position la lame du contacteur 5 n'établit plus le pont entre la voie +Batt et la voie S2. La sortie S2 est ainsi désactivée et comme illustré figure 15 ne délivre plus de tension au niveau de la sortie S2.

Du point de vue des dispositif à lecteur de badge + bouton poussoir, cette position équivaut au relâchement du bouton poussoir, le moteur étant toujours en marche.

A ce stade, le calculateur du véhicule, monté en aval de la sortie S2, a donc interprété, sans avoir recours à des modification notables par rapport au cas du lecteur de badge + bouton poussoir, l'activation puis la désactivation de la sortie S2, comme une impulsion de commande de démarrage du moteur.

Enfin, comme illustré sur les figures 10a, 10b, en tournant encore plus avant la clé dans le sens des aiguilles d'une montre d'un angle A4 (non représenté), pour permettre au doigt 12 d'atteindre la position angulaire P4, l'ensemble contacteur rotatif 3 a également effectué une rotation dans le sens des aiguilles d'une montre d'un angle A4. Le contacteur 4 monté fixe sur l'ensemble contacteur rotatif 3 fait encore dans cette position le pont entre la voie +Batt et la voie S1. La sortie S1 est donc toujours activée.

Du point de vue du contacteur 5 monté sur le coulisseau 6, le doigt 12 en position P4, s'est déplacé plus loin sur le segment SD2, pour atteindre la butée entraînant un déplacement radial supplémentaire du coulisseau vers le centre de l'ensemble contacteur rotatif 3. Dans cette position la lame du contacteur 5 n'établit pas de pont entre la voie +Batt et la voie S2. La sortie S2 est toujours désactivée.

Du point de vue des dispositif à lecteur de badge + bouton poussoir, cette position équivaut au bouton poussoir en position relâchée.

La rotation de la clé dans le sens des aiguilles d'une montre d'un angle A4 (non représenté), pour permettre au doigt 12 d'atteindre la position angulaire P4 en butée, s'est faite à rencontre du ressort de rappel 13.

Comme illustré figures 11 a et 11 b, en relâchant la clé, le ressort de rappel 13 ramène automatiquement, par rotation dans le sens inverse des aiguilles d'une montre d'un angle A5, et permet au doigt 12 d'atteindre la position angulaire P5.

Le contacteur 4 monté fixe sur l'ensemble contacteur rotatif 3 fait encore dans cette position le pont entre la voie +Batt et la voie S1. La sortie S1 est donc encore activée.

Du point de vue du contacteur 5 monté sur le coulisseau 6, le doigt 12 en position P5, s'est déplacé à présent sur le segment montant SM, et plus spécifiquement ici sur le segment SM1 , à une distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 R1 constante. Le coulisseau 6 demeure donc dans sa position la plus enfoncé vers le centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 car la distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 R1 n'a pas changé. Dans cette position la lame du contacteur 5 n'établit pas de pont entre la voie +Batt et la voie S2. La sortie S2 reste désactivée.

A ce stade, l'utilisateur n'a pas ressenti de différence de comportement de l'interrupteur de démarrage par rapport à un interrupteur à rotor de type classique.

Afin d'extraire la clé du rotor 2 il est nécessaire de poursuivre la rotation dans le sens inverse des aiguilles d'une montre jusqu'à la position angulaire AO de départ. Dans l'exemple de réalisation illustré figure 12a, 12b à 14a, 14b et schématisé du point de vue de l'alimentation électrique par la figure 10.

Comme illustré sur la figure 12a et 12b, lorsque la clé atteint la position angulaire A6, cela se traduit en ce que le doigt 12 du coulisseau 6 passe par une position P6. Cela se traduit au niveaux du contacteur 4 par le fait que lame du contacteur 4 passe par une position où elle n'établit plus de pont entre la voie +Batt et la voie S1 , ce qui entraîne une désactivation de la voie S1.

Cette mise en état de désactivation de la sortie S1 en tant que première étape significative du retrait de la clé, simule l'extraction d'un badge avant l'arrêt du moteur, processus possible dans certains véhicules. Dans une alternative, la sortie S1 reste activée à ce stade et notamment jusqu'à la coupure moteur, c'est dire deuxième activation de la sortie S2, ou bien même postérieurement à cette étape.

A ce stade, et dans le même temps, le doigt 12 du coulisseau 6 a atteint la position P6, illustré figure 12a, 12b, en empruntant le segment SM2 avec une distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 augmentant passant de R1 à R. Le coulisseau 6 a commencé ainsi son éloignement du centre de l'ensemble contacteur rotatif 3, mais la lame du contacteur 5 n'établit pas encore de pont entre la voie +Batt et la voie S2. La sortie S2 reste désactivée. Comme illustré sur la figure 13a et 13b, lorsque la clé atteint la position angulaire A7, cela se traduit en ce que le doigt 12 du coulisseau 6 passe par une position P7. Cela se traduit au niveau du contacteur 4 par le fait que lame du contacteur 4 est toujours dans une position où elle n'établit plus de pont entre la voie +Batt et la voie S1. La voie S1 est toujours désactivée.

Dans le même temps, le doigt 12 du coulisseau 6 a atteint la position P7, en empruntant le segment SM2 avec une distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 augmentant passant de R1 à R. Le coulisseau 6 a continué son éloignement du centre de l'ensemble contacteur rotatif 3, et la lame du contacteur 5 vient maintenant établir un pont entre la voie +Batt et la voie S2. La sortie S2 est a présent activée et délivre comme illustré figure 15 la tension +Batt. Cette information est interprétée par le calculateur du véhicule comme un signal de coupure moteur, et le moteur du véhicule est coupé.

Enfin, comme illustré sur la figure 14a et 14b, lorsque la clé revient à la position de départ AO, cela se traduit en ce que le doigt 12 du coulisseau 6 retourne à la position de départ PO. Cela se traduit au niveau du contacteur 4 par le fait que lame du contacteur 4 est toujours dans une position où elle n'établit plus de pont entre la voie +Batt et la voie S1. La voie S1 est toujours désactivée.

Dans le même temps, le doigt 12 du coulisseau 6 a atteint la position PO, en empruntant le segment SM2 avec une distance au centre de l'ensemble contacteur rotatif 3 augmentant passant de R1 à R. Le coulisseau 6 a continué son éloignement du centre de l'ensemble contacteur rotatif 3, et la lame du contacteur 5 n'établit plus le pont entre la voie +Batt et la voie S2. La sortie S2 est a présent désactivée.

Du point de vue des dispositif à lecteur de badge + bouton poussoir, cette position équivaut au relâchement après le deuxième appui sur le bouton poussoir pour couper le moteur.

Le calculateur du véhicule a donc reçu un signal équivalent à une impulsion de commande d'arrêt du moteur comme c'est le cas avec un bouton poussoir classique, n'entraînant ainsi aucune modification notable du calculateur.

L'invention ne se limite pas au mode de réalisation qui vient d'être décrit. Comme on l'a déjà indiqué les pistes peuvent êtres replacé par des micro- interrupteurs. D'autre part il est possible d'envisager le déplacement du coulisseau autre que radial, par exemple transversal. Le dispositif peut également être muni de plusieurs contacteurs fixés mobiles sur l'ensemble contacteur rotatif.

Comme schématisé sur la figure 16, l'interrupteur de démarrage, selon le mode de réalisation de l'invention qui vient d'être décrit et qui est non limitatif, est tout à fait adapté pour permettre de la manière la plus simple et économique possible, le passage d'un véhicule dans une version dite « haut de gamme », avec entre autres un badge, un lecteur de badge, un bouton poussoir, un calculateur, un démarreur et un antivol de direction électrique, au même véhicule dans sa version dit « bas de gamme » avec une clé, un interrupteur de démarrage, un calculateur, un démarreur et un antivol de direction électrique.

Le passage de la version dite « haut de gamme » à la version dite « bas de gamme » se fait en introduisant dans le logement du bouton poussoir un interrupteur de démarrage selon l'invention. L'entrée du lecteur de badge peut être est condamnée, et le reste de l'architecture mécanique et électrique du véhicule peut être conservée.

Dans un autre mode de réalisation simplifié, non représenté, d'un interrupteur de démarrage selon l'invention, on ne dispose plus que d'une sortie électrique activée par un unique contacteur monté mobile sur l'ensemble contacteur rotatif. Dans cette configuration l'activation puis la désactivation de la sortie unique, lors de la rotation du rotor dans un premier sens, sera interprétée par le calculateur comme la mise en marche du véhicule et le démarrage du moteur, et l'activation puis la désactivation de la sortie unique lors de la rotation du rotor dans le sens inverse, sera interprétée par le calculateur comme la coupure du moteur et de l'alimentation du véhicule.