Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ADVANCED STRAP PIPE WRENCH FOR DRIVING AN OBJECT HAVING A GENERALLY CYLINDRICAL SHAPE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2009/004201
Kind Code:
A1
Abstract:
The strap pipe wrench (10) of the invention includes a shaft (12); a strap (15), a connection member (28) mobile relative to the shaft (12), means (30, 40, 46) for displacing said member, the shaft being provided with a bearing pad (18) on said object. The member is mobile between at least a first position corresponding to a loose strap position and a second position corresponding to a tensioned strap position tightly surrounding the object bearing on the pad (18), while the movement means include: blocking means for maintaining said member in a fixed position relative to the shaft (12) in the first position of said member; an elastic member (46) that urges said member towards the second position; and a control member (30, 40, 56) for deactivating said members.

Inventors:
IDIR, Hadi (49 Chemin de Savigny, Sevran, F-93270, FR)
Application Number:
FR2008/050961
Publication Date:
January 08, 2009
Filing Date:
May 30, 2008
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
FACOM (6 et 8, Rue Gustave Eiffel, Morangis, F-91420, FR)
IDIR, Hadi (49 Chemin de Savigny, Sevran, F-93270, FR)
International Classes:
B25B13/52
Foreign References:
FR2779373A1
DE2122900A1
US7155999B1
US4150591A
US4532833A
Attorney, Agent or Firm:
DOMENEGO, Bertrand et al. (Cabinet LAVOIX, 2 Place d'Estienne d'Orves, Paris Cedex 09, F-75441, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1.- Clé à sangle (10) pour l'entraînement d'un objet (11 ) de forme générale cylindrique, du type comprenant :

- une partie formant manche (12) s'étendant suivant un axe longitudinal (X-X) ; - une sangle (15), notamment métallique, en forme de boucle, dont les deux brins

(16, 17) opposés coopèrent avec deux zones (65) solidaires du manche lorsque la sangle entoure étroitement ledit objet ;

- un organe de liaison (28) mobile par rapport à la partie formant manche (12) suivant l'axe longitudinal de celui-ci, les deux brins opposés de la sangle présentant des extrémités respectives solidaires dudit organe ;

- des moyens de déplacement (30, 40, 46, 88, 130, 132) dudit organe de liaison permettant le réglage de la dimension de la boucle de la sangle (15) et la mise en tension de la sangle (15) lorsque celle-ci entoure étroitement ledit objet ;

- la partie formant manche (12) étant munie, entre lesdites deux zones, d'un patin d'appui (18) sur ledit objet, ce patin d'appui (18)n'étant pas lié à la sangle (15) et présentant une face d'appui de forme générale cylindrique à génératrices perpendiculaires au plan général de la sangle, caractérisée en ce que ledit organe de liaison est mobile entre au moins une première position corres- pondant à la position de la sangle (15), à l'état détendu, entourant ledit objet avec jeu, et une deuxième position correspondant à la position de la sangle (15), à l'état tendu, entourant étroitement et fermement ledit objet en appui sur la face d'appui du patin

(18), et en ce que les moyens de déplacement comportent :

- des éléments de blocage (88) dudit organe de liaison, lesdits éléments de blo- cage étant adaptés pour, en position active, maintenir ledit organe fixe par rapport à la partie formant manche (12) dans la première position dudit organe ;

- un élément de sollicitation élastique (46), notamment un ressort de compression ou de traction, sollicitant ledit organe vers ladite deuxième position ; et

- un organe de commande (30, 40, 56) adapté pour désactiver lesdits éléments de blocage.

2.- Clé à sangle selon la revendication 1 , caractérisée en ce que l'organe de commande comprend une tige (30) solidaire de la partie formant manche (12), s'étendant à l'intérieur de celui-ci suivant son axe longitudinal (X-X), ladite tige étant adaptée pour venir en prise avec les éléments de blocage (88) au moins dans la pre- mière position de l'organe de liaison.

3.- Clé à sangle selon la revendication 2, caractérisée en ce que les éléments de blocage comprennent au moins un piston (88), de préférence deux pistons, porté(s) par l'organe de liaison (28), le ou chaque piston étant en butée dans une gorge (130) ménagée sur la tige (30) lorsque l'organe de liaison est dans sa première position. 4.- Clé à sangle selon la revendication 3, caractérisée en ce que le ou chaque piston (88) est sollicité élastiquement de manière à tendre vers l'engagement dans la gorge (130) de la tige (30).

5.- Clé à sangle selon l'une quelconque des revendications 2 à 4, caractérisée en ce que la tige (30) comprend au moins une crémaillère (38) dans laquelle vient en prise au moins un doigt de retenue (106) porté par l'organe de liaison (28) lorsque ce dernier est dans sa deuxième position.

6.- Clé à sangle selon la revendication 5, caractérisée en ce que la tige (30) comprend quatre faces comportant deux crémaillères (38) en forme de dents de scie et deux méplats (40), les crémaillères et les méplats étant, respectivement, disposés en opposition deux à deux, et en ce que l'organe de liaison (28) comprend deux doigts de retenue (106) venant en prise chacun avec une crémaillère (38).

7.- Clé à sangle selon l'une quelconque des revendications 2 à 6, caractérisée en ce que la tige (30) est montée mobile en rotation par rapport à l'organe de liaison (28) et au manche (12) autour d'un axe de rotation sensiblement confondu avec l'axe longitu- dinal (X-X) du manche, entre une position de blocage correspondant à la première position de l'organe de liaison (28), dans laquelle le ou chaque piston (88) pénètre dans la gorge (130), et une position de libération, disposée à 90°de la position de blocage de la tige (30), correspondant à la deuxième position de l'organe de liaison (28), dans laquelle le ou chaque piston (88) est en appui sur un méplat (40) de la tige (30). 8.- Clé à sangle selon la revendication 7, caractérisée en ce que l'organe de commande comprend également une manette d'activation (56) qui permet de faire tourner ladite tige de sa position de blocage à sa position de libération, et inversement.

9.- Clé à sangle selon l'une quelconque des revendications 2 à 8, caractérisée en ce que la tige (30) est montée mobile en translation vers l'extrémité proximale (14) du manche (12), à rencontre d'un élément de sollicitation élastique (50), pour tendre à déplacer solidairement l'organe de liaison (28) de manière à augmenter la tension de la sangle (15) entourant étroitement et fermement ledit objet en appui sur la face d'appui du patin (18).

10.- Clé à sangle selon les revendications 8 à 9 prises ensemble, caractérisée en ce que la manette d'activation (56) permet le passage de ladite tige de sa deuxième

position à une troisième position correspondant au déplacement en translation de ladite tige.

11.- Clé à sangle selon l'une quelconque des revendications 1 à 10, caractérisée en ce que le patin d'appui (18) est adapté pour produire un effet cliquet pour un entraî- nement unidirectionnel dudit objet, l'entraînement résultant d'un effet de genouillère.

12.- Clé à sangle selon l'une quelconque des revendications 1 à 11 , caractérisée en ce que le patin d'appui (18) est monté à basculement par rapport au manche (12) autour d'un axe géométrique (62) lié au manche et perpendiculaire au plan général de la sangle, cet axe étant disposé de façon telle que, le patin et la sangle s'appliquant tous deux avec serrage sur ledit objet, une action sur le manche (12) exercée dans un premier sens (F1 ) provoque l'entraînement de l'objet (11 ) et, exercée dans l'autre sens (F2), provoque le glissement du patin et de la sangle sur l'objet.

13.- Clé à sangle selon la revendication 12, caractérisée en ce que ledit axe géométrique (62) est décalé latéralement par rapport à l'axe longitudinal (X-X) du man- che (12), le sens de ce décalage étant ledit premier sens (F1 ).

14.- Clé à sangle selon la revendication 12 ou 13, caractérisée en ce que le patin d'appui (18) est monté à basculement libre et d'amplitude limitée autour dudit axe (62).

15.- Clé à sangle selon l'une quelconque des revendications 12 à 14, caractérisée en ce que le patin d'appui (18) comporte un face d'appui (18A) présentant un coef- ficient de frottement nettement supérieur dans un sens de rotation de la clé que dans l'autre sens, par exemple grâce à des dents de scie inclinées prévues sur cette face d'appui.

Description:

Clé à sangle perfectionnée pour l'entraînement d'un objet de forme générale cylindrique

La présente invention concerne une clé à sangle pour l'entraînement d'un objet de forme générale cylindrique, du type comprenant : - une partie formant manche s'étendant suivant un axe longitudinal ;

- une sangle, notamment métallique, en forme de boucle, dont les deux brins opposés coopèrent avec deux zones solidaires du manche lorsque la sangle entoure étroitement ledit objet ;

- un organe de liaison mobile par rapport à la partie formant manche suivant l'axe longitudinal de celui-ci, les deux brins opposés de la sangle présentant des extrémités respectives solidaires dudit organe ;

- des moyens de déplacement dudit organe de liaison permettant le réglage de la dimension de la boucle de la sangle et la mise en tension de la sangle lorsque celle-ci entoure étroitement ledit objet ; et - la partie formant manche étant munie, entre lesdites deux zones, d'un patin d'appui sur ledit objet, ce patin d'appui n'étant pas lié à la sangle et présentant une face d'appui de forme générale cylindrique à génératrices perpendiculaires au plan général de la sangle.

L'invention s'applique en particulier aux clés à filtre à huile pour véhicule auto- mobile, et, dans la suite, on se référa à cette application.

Des exemples de telles clés à sangle sont décrits dans le document FR-A- 1.570.027, et dans les documents FR-A-2.779.372 et FR-A-2.779.373 au nom de la Demanderesse.

Dans ces clés à sangle connues, un système vis-écrou permet de relier la sangle au manche. L'écrou étant relié à la sangle, un mouvement de rotation de la vis permet à l'opérateur d'effectuer manuellement des réglages de la longueur utile de la sangle au moyen d'une molette. Les phases d'ajustement de la sangle sont longues et répétitives. L'invention a pour but de faciliter l'ajustement de la sangle d'une manière particulièrement ergonomique. A cet effet, l'invention a pour objet une clé à sangle du type précité, caractérisée en ce que ledit organe de liaison est mobile entre au moins une première position correspondant à la position de la sangle, à l'état détendu, entourant ledit objet avec jeu, et une deuxième position correspondant à la position de la sangle, à l'état tendu, entourant étroitement et fermement ledit objet en appui sur la face d'appui du patin, et les moyens de déplacement comportant :

- des éléments de blocage dudit organe de liaison, lesdits éléments de blocage étant adaptés pour, en position active, maintenir ledit organe fixe par rapport à la partie formant manche dans la première position dudit organe ;

- un élément de sollicitation élastique, notamment un ressort de compression ou de traction, sollicitant ledit organe vers ladite deuxième position ; et

- un organe de commande adapté pour désactiver lesdits éléments de blocage. Selon d'autres caractéristiques, la clé à sangle selon l'invention peut comporter une ou plusieurs des caractéristiques suivantes, prise(s) isolément ou suivant toutes leurs combinaisons techniquement possibles : - l'organe de commande comprend une tige solidaire de la partie formant manche, s'étendant à l'intérieur de celui-ci suivant son axe longitudinal, ladite tige étant adaptée pour venir en prise avec les éléments de blocage au moins dans la première position de l'organe de liaison ;

- les éléments de blocage comprennent au moins un piston, de préférence deux pistons, porté(s) par l'organe de liaison, le ou chaque piston étant en butée dans une gorge ménagée sur la tige lorsque l'organe de liaison est dans sa première position ;

- le ou chaque piston est sollicité élastiquement de manière à tendre vers l'engagement dans la gorge de la tige ;

- la tige comprend au moins une crémaillère dans laquelle vient en prise au moins un doigt de retenue porté par l'organe de liaison lorsque ce dernier est dans sa deuxième position ;

- la tige comprend quatre faces comportant deux crémaillères en forme de dents de scie et deux méplats, les crémaillères et les méplats étant, respectivement, disposés en opposition deux à deux, et l'organe de liaison comprend deux doigts de retenue ve- nant en prise chacun avec une crémaillère ;

- la tige est montée mobile en rotation par rapport à l'organe de liaison et au manche autour d'un axe de rotation sensiblement confondu avec l'axe longitudinal du manche, entre une position de blocage correspondant à la première position de l'organe de liaison, dans laquelle le ou chaque piston pénètre dans la gorge, et une position de libération, disposée à 90° de la position de blocag e de la tige, correspondant à la deuxième position de l'organe de liaison, dans laquelle le ou chaque piston est en appui sur un méplat de la tige ;

- l'organe de commande comprend également une manette d'activation qui permet de faire tourner ladite tige de sa position de blocage à sa position de libération, et inversement ;

- la tige est montée mobile en translation vers l'extrémité proximale du manche, à rencontre d'un élément de sollicitation élastique, pour tendre à déplacer solidairement l'organe de liaison de manière à augmenter la tension de la sangle entourant étroitement et fermement ledit objet en appui sur la face d'appui du patin ; - la manette d'activation permet le passage de ladite tige de sa deuxième position à une troisième position correspondant au déplacement en translation de ladite tige ;

- le patin d'appui est adapté pour produire un effet cliquet pour un entraînement unidirectionnel dudit objet, l'entraînement résultant d'un effet de genouillère ; - le patin d'appui est monté à basculement par rapport au manche autour d'un axe géométrique lié au manche et perpendiculaire au plan général de la sangle, cet axe étant disposé de façon telle que, le patin et la sangle s'appliquant tous deux avec serrage sur ledit objet, une action sur le manche exercée dans un premier sens provoque l'entraînement de l'objet et, exercée dans l'autre sens, provoque le glissement du patin et de la sangle sur l'objet ;

- ledit axe géométrique est décalé latéralement par rapport à l'axe longitudinal du manche, le sens de ce décalage étant ledit premier sens ;

- le patin d'appui est monté à basculement libre et d'amplitude limitée autour dudit axe ; et - le patin d'appui comporte un face d'appui présentant un coefficient de frottement nettement supérieur dans un sens de rotation de la clé que dans l'autre sens, par exemple grâce à des dents de scie inclinées prévues sur cette face d'appui.

L'invention et ses avantages seront mieux compris à la lecture de la description qui va suivre, donnée uniquement à titre d'exemple et faite en se référant aux dessins annexés, sur lesquels :

- la figure 1 est une vue extérieure, de face, de la clé à sangle selon l'invention, avec la sangle mise en position de façon lâche autour d'un filtre à huile à dévisser ;

- la figure 2 est une vue en perspective éclatée de la clé à sangle suivant la figure 1 ; - la figure 3 est une vue de face de la clé de la figure 1 dans laquelle une partie du manche a été retirée ;

- la figure 4 est une vue en perspective éclatée de l'organe de liaison mobile par rapport au manche de la clé à sangle ;

- la figure 5 est une vue détaillée en coupe longitudinale suivant le plan V-V de la figure 4 ;

- la figure 6 est une détaillée en coupe longitudinale suivant le plan Vl-Vl de la figure 4 ;

- la figure 7 est une vue en coupe transversale suivant la ligne VII-VII de la figure 5 ; - la figure 8 est une vue en coupe transversale suivant la ligne VIII-VIII de la figure 6 montrant une première position de la tige centrale ;

- la figure 9 est une vue analogue à la figure 3, après ajustement serré de la sangle autour du filtre à huile, la tige centrale étant dans une deuxième position ;

- la figure 10 est une vue analogue à la figure 6 montrant la tige centrale dans la seconde position ;

- la figure 11 est une vue analogue à la figure 8, la coupe transversale étant prise suivant la ligne Xl-Xl de la figure 10 ;

- la figure 12 est une vue analogue aux figures 3 et 9, dans laquelle la tige centrale est dans une troisième position. La clé à sangle 10 représentée sur les figures 1 à 12 est destinée principalement à dévisser, et accessoirement, en retournant la clé, à visser, des objets 11 de forme générale cylindrique, notamment des filtres à huile, dont les diamètres peuvent varier dans une gamme étendue, par exemple, dans le mode de réalisation représenté de 64 à 106 mm. Pour décrire plus commodément la clé 10, on la supposera orientée comme illustrée sur les dessins, s'étendant suivant un axe longitudinal X-X avec le filtre 11 à axe O situé au-dessus du manche de la clé.

Sur la figure 1 , la clé à sangle 10 comprend un manche 12 comportant une partie distale 13 formant une chape dont les ailes sont parallèles au plan du dessin, et une partie proximale 14.

Une bande 15, notamment métallique et formant une sangle en boucle, comprend deux brins 16 et 17 reliés au manche 12. Un patin d'appui sur le filtre 11 , référencé 18, est articulé dans la partie distale 13 formant chape, et disposé librement entre les deux brins de la sangle 15. Le patin 18 est totalement indépendant de la sangle, et est tel que décrit dans les documents FR-A-2.779.372 et FR-A-2.779.373. En particulier, il est monté à basculement libre et d'amplitude limité autour d'un axe lié au manche 12 et perpendiculaire au plan général de la sangle 15. Il comporte une face d'appui supérieure 18A de forme générale cylindrique avec des génératrices perpendiculaires au plan général de la san- gle 15, qui est le plan du dessin. La ligne directrice du cylindre peut être en V très éva-

se, comme représenté, ou bien, en variante, circulaire, par exemple de rayon correspondant au plus petit rayon des filtres à manœuvrer. La face 18A est, de plus, conformée en dents de scie inclinées vers la droite de la figure 1 , pour une raison qui apparaîtra plus loin. Une embase 19 relie la chape 13 à la partie courante du manche 12.

Comme représenté sur la figure 2, le manche 12 est constitué de deux demi- coquilles 20 et 21 moulées et assemblées, par exemple par des vis 22, suivant un plan de joint vertical situé dans le plan médian de la sangle.

La sangle 15 présente des extrémités 23 et 24 sur les brins respectifs 16 et 17. Des vis 26 relient rigidement les extrémités 23 et 24 de la sangle 15 à un organe de liaison 28. Ce dernier est traversé par une tige 30 comportant une extrémité supérieure 32, une extrémité inférieure 34 et une partie intermédiaire 36. L'extrémité supérieure 32 est lisse et de diamètre réduit, l'extrémité inférieure 34 est également lisse et de diamètre supérieur à celui de l'extrémité 32. La partie intermédiaire 36 est de forme générale cylindrique comportant quatre faces, formant deux crémaillères 38 diamétralement opposées et deux méplats 40 également diamétralement opposés.

Un alésage traversant 42 est disposé transversalement à la tige 30 au niveau de l'extrémité inférieure 34, et un épaulement 44 relie la partie intermédiaire 36 à la partie inférieure 34.

Un ressort hélicoïdal de compression 46 est disposé coaxialement à la partie supérieure 32 de la tige 30. Les extrémités du ressort 46 prennent appui, d'une part, dans sa partie inférieure, sur l'organe de liaison 28 et, d'autre part, dans sa partie supérieure, sur des parties internes de l'embase 19 des demi-coquilles 20 et 21. Une rondelle 48 est disposée au niveau de l'épaulement 44 et sert de surface d'appui pour un ressort de compression 50 conique disposé coaxialement à la partie inférieure 34 de la tige 30.

Une rondelle 52 de diamètre supérieur à celui de la rondelle 48 est disposée au fond de logements 54 et 55 agencés au niveau de la partie proximale 14 du manche 12 sur chacune des demi-coquilles 20 et 21.

Une manette d'activation 56 dont la fonction sera précisée ultérieurement est disposée dans les logements 54 et 55. Une goupille 58 disposée à l'intérieur de l'alésage transversal 42 articule la manette 56 sur l'extrémité inférieure 34 de la tige 30.

Chaque aile de la chape 13 comprend deux logements borgnes concentriques, à savoir un logement circulaire 60 et un logement arqué 61.

Le patin 18 est articulé dans la chape 13 autour d'une goupille 62 dont l'axe qui est décalé par rapport à l'axe longitudinal X-X, porte la même référence. La goupille 62 dépasse de chaque côté du patin et tourillonne dans les logements 60 prévus dans les ailes de la chape 13. Une goupille 63 dépasse également de chaque côté du patin, ses extrémités étant reçues dans les logements arqués 61 prévus dans les ailes de la chape 13.

L'embase 19 de chaque coquille 20, 21 comporte intérieurement un palier 64 destiné à recevoir l'extrémité supérieure 32 de la tige 30.

Des fentes d'appui 65 sont disposées de manière inclinée convergeant vers l'ex- trémité proximale 14 du manche 12. Les deux brins opposés 16 et 17 s'appuient sur la face extérieure des deux fentes d'appui 65 lorsque la sangle entoure étroitement le filtre 11. Les fentes 65 débouchent, d'une part, dans la chape 13 et, d'autre part, dans une cavité 66 agencée longitudinalement ménagée à l'intérieur de chacune des demi- coquilles 20 et 21. Les cavités 66 s'étendent, intérieurement, sur environ les trois-quarts de la partie courante du manche 12 de manière à former, une fois les demi-coquilles 20 et 21 assemblées, un logement destiné à recevoir l'organe de liaison 28 sur lequel sont fixées les extrémités de la sangle 15. Chaque logement 66 est délimité au niveau de la partie proximale 14 de chaque demi-coquille 20, 21 par une paroi 67. Cette dernière reçoit en appui la spire élargie inférieure du ressort conique 50. Un alésage 68 traverse la paroi 67 et sert de palier à l'extrémité inférieure 34 de la tige 30.

Comme représenté sur la figure 3, l'organe de liaison 28 étant positionné dans les logements internes 66, les extrémités 32 et 34 de la tige 30 sont montées dans les paliers 64 et 68 de la coquille 22 de manière que l'activation de la manette 56 permette une rotation de la tige 30 autour de l'axe longitudinal X-X.

Dans cette configuration, le ressort hélicoïdal 46 est comprimé pratiquement à spires jointives. L'extrémité supérieure du ressort 46 est en appui sur un épaulement 69 réalisé à l'intérieur de l'embase 19, l'épaulement étant ménagé à proximité du palier 64.

L'extrémité inférieure du ressort conique 50 est en appui sur la paroi 67 de l'extrémité proximale de la demi-coquille 22.

L'organe de liaison 28 se trouve, dans cette configuration, bloqué en position haute, comme on le verra ultérieurement.

La figure 4 représente l'organe de liaison 28 de manière détaillée, les autres parties de la clé à sangle 10 ayant été occultées. L'organe de liaison 28 comprend un corps rigide 70 de forme générale cubique. Le corps 70 comporte des faces latérales 72

et 74 opposées deux à deux, une face 72 étant orthogonale à une face 74. Le corps 70 comprend également une face supérieure 76 et une face inférieure 78.

Un alésage 80 traverse le corps 70 longitudinalement suivant la direction de l'axe X-X et débouche respectivement dans les faces supérieure 76 et inférieure 78. Cet alé- sage reçoit la tige 30 en rotation suivant l'axe longitudinal X-X et en translation suivant ce même axe.

Une nervure 82 circulaire, ménagée en saillie sur la face supérieure 76, prolonge l'alésage 80. La paroi extérieure de la nervure 82 est dimensionnée pour recevoir, avec un léger jeu, le diamètre interne des spires du ressort hélicoïdal 46 (figure 5). Les faces latérales 72 coopèrent avec les extrémités 23 et 24 de la sangle 15.

Des alésages taraudés transversaux 84 par rapport à l'axe X-X, agencés en partie inférieure des faces 72, permettent de visser les éléments de fixation 26 et, ainsi, de solidariser la sangle 15 à l'organe de liaison 28.

Des alésages lisses 86 transversaux par rapport à l'axe X-X sont agencés en partie supérieure des faces 72 et débouchent dans l'alésage axial 80.

Des pistons cylindriques 88 de forme complémentaire aux alésages transversaux 86 sont mobiles à coulissement dans ces derniers.

Chaque piston 88 présente un alésage central 90 borgne dans lequel est engagée une des deux extrémités respectives 92 d'une épingle 94 en forme de C. Une rainure partiellement circonférentielle 96 reçoit la partie courante de l'épingle

94, celle-ci faisant office de ressort tendant à maintenir les doigts 88 dans les alésages transversaux 86.

Les faces latérales 74 comprennent chacune un logement creux 100 destiné à recevoir une plaquette de fixation 102. Des alésages lisses 104 transversaux par rap- port à l'axe X-X, agencés en partie inférieure des faces 74, reçoivent chacun à coulissement un doigt de retenue cylindrique 106 présentant un alésage central 108 borgne dans lequel se loge une extrémité d'un ressort hélicoïdal 110, l'autre extrémité du ressort hélicoïdal 110 étant en appui contre la plaque de fixation 102.

Des alésages taraudés 112 transversaux par rapport à l'axe X-X, agencés en partie supérieure des faces 74, permettent de visser des éléments de fixation 114 et, ainsi, de solidariser les plaques de fixation 102 à l'organe de liaison 28.

Des alésages taraudés 116 disposés parallèlement à l'axe longitudinal X-X sont ménagés, à partir de la face inférieure 78 du corps 70, en regard des alésages taraudés 104 et débouchent dans ceux-ci. Une vis 118 vissée dans chacun des alésages 116

comprend un téton 120 destiné à limiter le mouvement de coulissement du doigt de retenue 106 correspondant (figure 6).

Comme représenté sur la figure 5, l'organe de liaison 28 est adapté pour prendre une première position correspondant à la position de la sangle à l'état détendu, entou- rant le filtre avec jeu (figure 1 ).

Dans cette première position, les pistons 88 coopèrent avec une gorge 130 ménagée entre la partie supérieure 32 et la partie intermédiaire 36 de la tige 30, et délimitée en partie inférieure par des faces latérales 132 sensiblement perpendiculaires à l'axe longitudinal X-X. Les extrémités 92 de l'épingle 94 sollicitent les pistons 88 vers l'engagement radial au fond de la gorge 130. Dans cette même position (figure 7), les méplats 40 sont orientés parallèles aux pistons 88. Le ressort 46, à l'état comprimé, sollicite l'organe de liaison 28 vers l'extrémité proximale 14 du manche, les faces latérales des pistons 88 étant en appui avec les faces latérales inférieures 132 de la gorge 130. L'organe de liaison 28 est, ainsi, bloqué en position haute par rapport au manche 12.

Comme représenté sur la figure 6, dans la première position de l'organe de liaison 28, chacun des doigts de retenue 106 sollicités par les ressorts 110 présente une rainure inférieure 134 ménagée sur sa périphérie extérieure et s'étendant perpendiculairement à l'axe longitudinal X-X. Chaque rainure 134 comporte une forme complémen- taire de celle d'un téton 120. Ce dernier limite, ainsi, la course du doigt de retenue 106 correspondant à rencontre de l'action du ressort 110, et, en particulier, maintient le doigt 106 correspondant en position de butée radiale contre la face arrière de la rainure 134.

Chaque doigt de retenue 106 comporte, à l'opposé de l'alésage 108 en prise avec l'une des extrémités du ressort 110, au moins une dent 140 en forme de dent de scie.

Dans la première position de l'organe de liaison 28 représentée à la figure 7, les pistons 88 viennent en butée en fond de la gorge 130 contre une surface de section circulaire sensiblement cylindrique, dont le diamètre est sensiblement égal à la distance entre les méplats 40 de la tige 30.

Dans cette même position de l'organe de liaison 28 représentée à la figure 8, la ou chaque dent 140, taillée droite, des doigts de retenue 106 est disposée en regard et à distance des méplats 40 de la tige 30. Les dents des crémaillères 38 sont, quant à elles, taillées en arrondi et disposées sensiblement à 90° de la ou de chaque dent 140 des doigts de retenue 106.

Ainsi, dans la première position de l'organe de liaison 28, seuls les pistons 88 forment des éléments de blocage de l'organe de liaison 28 sur la tige 30, les doigts de retenue 106 n'étant pas en prise avec les crémaillères 38 de la tige 30. L'organe de liaison 28 ne peut pas coulisser suivant la direction de l'axe longitudinal X-X. Cette première position de l'organe de liaison 28 est facilement obtenue en positionnant, préalablement, la manette d'activation 56 comme représenté sur les figures 1 et 3, c'est-à-dire de telle manière que les pistons 88 soient face aux méplats 40 de la tige 30. Ensuite, l'opérateur saisit d'une main le manche 12 et de l'autre main la sangle 15, et agit manuellement sur la sangle 15 en la tirant extérieurement afin d'augmenter la longueur de la boucle extraite du manche 12. L'utilisateur de la clé à sangle 10 poursuit son action jusqu'à ce que les pistons 88 viennent en prise avec la gorge 130. Bien entendu, le nombre de gorges est adaptable à un nombre prédéterminé de longueurs de boucle extraites du manche de la clé à sangle.

L'organe de liaison 28 est mobile entre cette première position et une deuxième position correspondant à la position de la sangle à l'état tendu entourant étroitement et fermement le filtre en appui sur la face d'appui du patin, comme représenté sur la figure 9. Pour passer de la première position de l'organe de liaison 28 représenté à la figure 3 à la deuxième position du même organe de liaison représenté à la figure 9, l'utilisateur fait tourner la tige 30 angulairement de 90° par ra pport à l'axe longitudinal X-X par l'in- termédiaire de la manette d'activation 56.

Cette manœuvre de rotation de 90° a pour effet de d ésactiver l'état de blocage entre les pistons 88 et la gorge 130. En effet, les pistons 88 sont alors positionnés en regard des méplats 40 de la tige 30. Sous l'action de détente du ressort de compression 46, l'organe de liaison 28 coulisse librement dans la direction de l'axe longitudinal X-X vers l'extrémité proximale 14 du manche 12, les pistons venant en appui contre les méplats 40 de la tige 30.

Dans cette deuxième position de l'organe de liaison 28, le ressort 46 est partiellement détendu. Le ressort 50 a, quant à lui, une fonction d'amortissement de choc lors du passage de la première position à la deuxième position de l'organe de liaison 28. Cette manœuvre de rotation de la tige 30 a eu pour autre effet de mettre en prise les dents de la crémaillère 38 avec la ou chaque dent 140 des doigts de retenue 106, comme représenté à la figure 10.

Lors du mouvement de coulissement de l'organe de liaison 28 tendant à se rapprocher de l'extrémité proximale 14 du manche 12 sous l'effet de la détente du ressort 46, la ou chaque dent 140 des doigts de retenue 106 suit la forme en dents de scie des

crémaillères 38, ce qui entraîne un mouvement de coulisse alternatif des doigts de retenue 106 transversalement à l'axe longitudinal X-X, à rencontre des ressorts 110 et avec un cliquetage au passage de chaque dent de crémaillère.

Lorsque la sangle 15 et le patin 18 s'appliquent tous deux avec serrage sur le " Fil— tre 11 et que ce dernier est bloqué de manière ferme entre la sangle et le patin, la ou chaque dent 140 des doigts de retenue 106 se positionne en blocage sur une dent des crémaillères 38 sous l'action du ressort 46, ce qui maintient la deuxième position de l'organe de liaison 28, avec une force de serrage sur le filtre déterminée par la raideur du ressort 46. Comme représenté sur la figure 11 , dans cette deuxième position de l'organe de liaison, les dents droites 140 des doigts de retenue 136 sont partiellement en prise avec les dents courbes des crémaillères 38 sous l'action des ressorts 110.

Cette deuxième position de l'organe de liaison 28 est, ainsi, facilement obtenue à partir de la première position de l'organe de liaison 28 par une simple rotation de la ma- nette d'activation 56, en particulier une rotation de 90° depuis la position de la manette d'activation 56 telle que représentée sur les figures 1 et 3 vers la position de la manette d'activation 56 telle que représentée sur la figure 9.

A partir de cette deuxième position de l'organe de liaison 28, l'opérateur pousse le manche 12 vers la droite (flèche F1 de la figure 9). Les dents de scie de la face d'appui 18A du patin, présentant un coefficient de frottement nettement supérieur dans un sens de rotation de la clé que dans l'autre sens, s'accrochent fermement sur le filtre, et cette action entraîne d'un seul bloc la clé et le filtre en rotation autour de l'axe O (figure 9).

Après un certain angle de rotation anti-horaire du filtre, par exemple limité par des pièces de moteur voisines, l'opérateur pousse le manche 12 vers la gauche, c'est- à-dire dans le sens inverse à celui décrit précédemment (flèche F2 de la figure 9).

Compte tenu de l'orientation des dents de scie du patin, il se produit un glissement d'ensemble de l'outil autour du filtre 11 , dans le sens horaire.

La clé 10 possède ainsi un effet cliquet, qui permet d'effectuer plusieurs fois un mouvement de va-et-vient du manche pour dévisser le filtre 11 par plusieurs angles successifs. L'entraînement unidirectionnel de la clé 10 résulte d'un effet de genouillère, le point d'articulation de la genouillère étant l'axe géométrique 62.

Sur la figure 12, on voit que la manette 56 comporte une chape entre les ailes 150 de laquelle vient se loger l'extrémité inférieure 34 de la tige 30. La goupille 58 relie les ailes 150 à l'extrémité inférieure 34 de la tige 30.

Cet agencement permet une rotation de la manette d'activation 56 autour de la goupille 58 dont l'axe Y-Y est sensiblement perpendiculaire à l'axe longitudinal X-X.

Lors de la manœuvre de rotation tendant à faire tourner la manette d'activation 56 autour de l'axe Y-Y, les extrémités des ailes 150 prennent appui sur la rondelle 52 disposée dans les logements 54 et 55 des demi-coquilles 20 et 21. Par effet de came de la manette 56, la tige 30 est tirée en translation vers l'extrémité proximale 14 du manche 12, selon la direction de la flèche F3 de la figure 12, à rencontre de l'action du ressort 50 en appui contre la rondelle 48 et la paroi 67.

L'organe de liaison 28 étant resté maintenu en prise avec la tige 30, ce mouve- ment de translation tend à déplacer solidairement l'organe de liaison 28 vers l'extrémité proximale 14 du manche 12 de manière à augmenter la tension de la sangle 15 entourant étroitement et fermement le filtre 11 en appui sur la face supérieure 18A du patin 18.

L'augmentation de la tension de la sangle 15, résultant de la manœuvre précé- dente, tend à annihiler l'effet cliquet que le patin d'appui 18 est apte à produire pour un entraînement unidirectionnel du filtre 11 , tel que décrit dans les demandes de brevet

FR-A-2 779 372 et FR-A-2 779 373 citées en préambule et à prendre en compte dans leur intégralité dans la présente demande de brevet.

Une fois l'opération de maintenance du filtre à huile exécutée, l'opérateur dé- monte la clé à sangle 10 du filtre 11. Pour cela, il ramène la manette d'activation 56 dans sa position initiale correspondant à celle des figures 1 et 3, et tire sur la sangle 15 pour la détendre et amener l'organe de liaison 28 dans sa position de blocage haute. Le filtre usagé démonté est ensuite libéré de l'emprise de la sangle 15. La clé à sangle 10 est à nouveau prête pour une nouvelle opération de maintenance. Grâce à l'invention, le réglage de la longueur utile de la sangle et la mise en tension de cette dernière, celle-ci entourant étroitement le filtre à huile, sont facilités, ce qui rend l'outil particulièrement ergonomique.