Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
AIRCRAFT ASSEMBLY COMPRISING A CAP FOR COVERING A FASTENER
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/141796
Kind Code:
A1
Abstract:
The aircraft assembly (10A) comprises a wall (12), a fastener (14) and a cap (16) for covering the fastener (14); the fastener (14) includes a rod (20) and a nut (22), the rod (20) extending along a longitudinal axis (X); the cap (16) defines a cavity (46) which is filled with a sealing material (54) and inside which the fastener (14) is received. The assembly further comprises a member (18) for retaining the cap (16) on the fastener (14), the retaining member (18) being mounted on the fastener (14) and comprising a retaining portion (58), the projection of the retaining portion (58) onto the longitudinal axis (X) partially overlapping the projection of the nut (22) onto the longitudinal axis (X) or extending beyond the projection of the nut (22) onto the longitudinal axis (X) opposite the wall (12).

Inventors:
TRISTANT, Fabrice (221 Boulevard Jean Jaurès, BOULOGNE-BILLANCOURT, 92100, FR)
DAILLIEZ, François (2 quater rue du Foyer Versaillais, VERSAILLES, 78000, FR)
Application Number:
EP2019/051207
Publication Date:
July 25, 2019
Filing Date:
January 18, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
DASSAULT AVIATION (9 Rond Point des Champs Elysées - Marcel Dassault, PARIS, 75008, FR)
International Classes:
B64D45/02; F16B37/14
Domestic Patent References:
WO2014184722A12014-11-20
Foreign References:
US20170167525A12017-06-15
US20170082131A12017-03-23
US20160159493A12016-06-09
US20120074257A12012-03-29
US8882423B22014-11-11
Attorney, Agent or Firm:
COLOMBIE, Damien et al. (Lavoix, 2 place d'Estienne d'Orves, PARIS CEDEX 09, 75441, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 Assemblage d’aéronef (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) comprenant une paroi (12), une fixation (14) insérée à travers la paroi (12), et un capuchon (16) de recouvrement de la fixation (14) ;

la fixation (14) comprenant une tige (20) et un écrou (22) fixé à la tige (20), la tige (20) s’étendant selon un axe longitudinal (X) et étant partiellement insérée dans la paroi (12), l’écrou (22) et la tige (20) faisant saillie par rapport à une surface intérieure (26) de la paroi (12) ;

le capuchon (16) définissant une cavité (46), la cavité (46) délimitant une chambre de scellement (52) débouchant sur la surface intérieure (26) de la paroi (12) et remplie d’un matériau de scellement (54) ;

le capuchon (16) étant rapporté contre la surface intérieure (26) de la paroi (12), la fixation (14) étant reçue dans la cavité (46),

caractérisé en ce que l’assemblage comprend en outre un organe de retenue (18) du capuchon (16) à la fixation (14), l’organe de retenue (18) étant monté sur la fixation (14) dans la cavité (46), en étant traversé par la tige (20), l’organe de retenue (18) comprenant au moins une partie de retenue (58) disposée à l’écart de la surface intérieure (26) de la paroi (12),

la projection de la partie de retenue (58) sur l’axe longitudinal (X) se superposant au moins partiellement avec la projection de l’écrou (22) sur l’axe longitudinal (X), ou s’étendant au-delà de la projection de l’écrou (22) sur l’axe longitudinal (X) à l’opposé de la paroi (12).

2.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 1 , dans lequel la partie de retenue (58) s’écarte transversalement au-delà de l’écrou (22).

3.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon l’une quelconque des revendications 1 ou 2, dans lequel l’organe de retenue (18) est distinct de l’écrou (22).

4. Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le capuchon (16) comprend un corps (44) et une paroi de cloisonnement (76) s’étendant à partir du corps (44) du capuchon (16), le corps (44) et la paroi de cloisonnement (76) définissant la chambre de scellement (52) remplie du matériau de scellement (54) et une chambre d’isolation électrique (78) remplie d’un fluide (80), notamment remplie d’air.

5.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 4, dans lequel la fixation (14) est reçue dans la chambre de scellement (52) ou dans la chambre d’isolation électrique (78).

6.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 4 ou 5, dans lequel la chambre d’isolation électrique (78) entoure la chambre de scellement (52) à l’extérieur de la chambre de scellement (52).

7.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel l’organe de retenue (18) comprend un anneau (56), traversé par la tige (20) de la fixation (14), la partie de retenue (58) s’étendant transversalement à partir de l’anneau (56).

8.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 7, dans lequel l’anneau (56) est disposé, le long de l’axe longitudinal (X), entre l’écrou (22) et la surface intérieure (26) de la paroi (12), ou dans lequel l’écrou (22) est disposé, le long de l’axe longitudinal (X), entre l’anneau (56) et la surface intérieure

(26) de la paroi (12).

9.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon l’une quelconque des revendications 7 ou 8, dans lequel l’anneau (56) est monté sur la fixation (14), la fixation (14) étant reçue dans la chambre de scellement (52), et une partie du matériau de scellement (54) étant disposée, le long de l’axe longitudinal (X), entre l’organe de retenue (18) et la surface intérieure (26) de la paroi (12).

10.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 9, dans lequel la partie de retenue (58) comprend une couronne (62) faisant saillie et s’évasant à partir de l’anneau (56), la couronne (62) présentant avantageusement des cannelures extérieures (64).

1 1.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 9, dans lequel la partie de retenue (58) comprend un doigt (66) faisant saillie transversalement au-delà de l’écrou (22), une partie du matériau de scellement (54) étant disposée entre le doigt (66) et la surface intérieure (26) de la paroi (12).

12.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon l’une quelconque des revendications 7 à 1 1 , dans lequel l’anneau (56) est monté sur la fixation (14), la partie de retenue (58) étant placée en contact avec le capuchon (16).

13. Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 12, dans lequel le capuchon (16) est surmoulé sur la partie de retenue (58) de l’organe de retenue (18), l’anneau (56) étant clipsé ou vissé sur la tige (20).

14.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon l’une quelconque des revendications 7 à 13, dans lequel le capuchon (16) comprend un corps (44) et la partie de retenue (58) comprend une couronne (62) faisant saillie à partir de l’anneau (56), la couronne (62) et/ou l’anneau (56) délimitent d’une part la chambre de scellement (52) remplie du matériau de scellement et d’autre part, une chambre d’isolation électrique (78) remplie d’un fluide (80), notamment remplie d’air..

15.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 14, dans lequel l’anneau (56) est disposé au-dessus de l’écrou (22), ladite couronne (62) étant au contact de la surface intérieure (26) de la paroi (12).

16.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 15, dans lequel la couronne (62) et l’anneau (56) délimitent extérieurement avec le corps (44) du capuchon (16) la chambre de scellement (52) remplie du matériau de scellement (54), la couronne (62) et l’anneau (56) définissant la chambre d’isolation électrique (78).

17.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon la revendication 14, dans lequel l’anneau (56) est disposé en-dessous de l’écrou (22), la couronne (62) définissant la chambre d’isolation électrique (78).

18.- Assemblage (10A, 10B, 10C, 10D, 10E, 10F, 10G, 10H, 101) selon l’une quelconque des revendications 14 à 17, dans lequel l’une de la partie de retenue (58) et du corps (44) comprend au moins une saillie radiale (86) s’étendant à partir de la couronne (62), l’autre de la partie de retenue (58) et du corps (44) comportant un bossage complémentaire (88) ou définissant une rainure complémentaire (90) coopérant avec la saillie radiale (86), le bossage complémentaire (88) étant disposé, le long de l’axe longitudinal (X), entre ladite saillie radiale (86) et la surface intérieure (26) de la paroi (12).

Description:
Assemblage d’aéronef comprenant un capuchon de recouvrement d’une fixation

La présente invention concerne un assemblage d’aéronef comprenant une paroi, une fixation insérée à travers la paroi, et un capuchon de recouvrement de la fixation ; la fixation comprenant une tige et un écrou fixé à la tige, la tige s’étendant selon un axe longitudinal et étant partiellement insérée dans la paroi, l’écrou et la tige faisant saillie par rapport à une surface intérieure de la paroi ; le capuchon définissant une cavité, la cavité délimitant une chambre de scellement débouchant sur la surface intérieure de la paroi et remplie d’un matériau de scellement ; et le capuchon étant rapporté contre la surface intérieure de la paroi, la fixation étant reçue dans la cavité.

Un tel assemblage est notamment destiné à la fixation d’une paroi d’un aéronef comprenant un ou plusieurs panneaux, typiquement deux, appliqués l’un sur l’autre ou d’un panneau appliqué sur une sous-structure.

Les aéronefs actuels doivent assurer une absence d’étincelage des fixations dans la zone où est stockée le carburant.

Dans les zones carburant les plus à risque en terme de foudroiement, ces organes sont soumis à un courant de 100 kA. Un tel courant correspond notamment à un foudroiement de l’aéronef.

Une étincelle générée dans le réservoir pourrait provoquer l’inflammation du carburant avec des conséquences catastrophiques pour l’avion et l’équipage.

Pour éviter l’apparition d’étincelles, il est connu d’assembler et de fixer un capuchon sur la fixation faisant saillie par rapport à la paroi. Le capuchon est rempli d’un matériau de scellement qui assure la fixation du capuchon à la paroi et à la fixation.

Un exemple d’assemblage du type précité est décrit dans le document WO 2014/184722.

Dans certains cas, du fait de défauts d’assemblage dans les usines, de défauts de vieillissement ou d’incidents en service, le capuchon se détache de la fixation. Il est très difficile en pratique de garantir la présence d’un tel capuchon autour de la fixation au cours du temps, ce qui peut augmenter le risque d’étincelage.

Un but de l’invention est de fournir un assemblage permettant de réduire les risques d’étincelage de la fixation de manière simple et peu coûteuse.

A cet effet, l’invention a pour objet un assemblage du type précité, caractérisé en ce que l’assemblage comprend en outre un organe de retenue du capuchon à la fixation, l’organe de retenue étant monté sur la fixation dans la cavité, en étant traversé par la tige, l’organe de retenue comprenant au moins une partie de retenue disposée à l’écart de la surface intérieure de la paroi, la projection de la partie de retenue sur l’axe longitudinal se superposant au moins partiellement avec la projection de l’écrou sur l’axe longitudinal, ou s’étendant au-delà de la projection de l’écrou sur l’axe longitudinal à l’opposé de la paroi.

L’assemblage peut comprendre une ou plusieurs des caractéristiques optionnelles suivantes, prise(s) isolément ou selon toutes les combinaisons techniquement possibles :

- la partie de retenue s’écarte transversalement au-delà de l’écrou ;

- l’organe de retenue est distinct de l’écrou ;

- l’organe de retenue est distinct de la tige ;

- l’organe de retenue est distinct du capuchon ;

- le capuchon comprend un corps et une paroi de cloisonnement s’étendant à partir du corps du capuchon, le corps et la paroi de cloisonnement définissant la chambre de scellement remplie du matériau de scellement et une chambre d’isolation électrique remplie d’un fluide, notamment remplie d’air ;

- la fixation est reçue dans la chambre de scellement ou dans la chambre d’isolation électrique ;

- la chambre d’isolation électrique entoure la chambre de scellement, à l’extérieur de celle-ci ;

- l’organe de retenue comprend un anneau, traversé par la tige de la fixation, la partie de retenue s’étendant transversalement à partir de l’anneau ;

- l’anneau est disposé, le long de l’axe longitudinal, entre l’écrou et la surface intérieure de la paroi, ou l’écrou est disposé, le long de l’axe longitudinal, entre l’anneau et la surface intérieure de la paroi ;

- l’anneau est monté sur la fixation, la fixation étant reçue dans la chambre de scellement, et une partie du matériau de scellement étant disposée, le long de l’axe longitudinal, entre l’organe de retenue et la surface intérieure de la paroi ;

- la partie de retenue comprend une couronne faisant saillie et s’évasant à partir de l’anneau, la couronne présentant avantageusement des cannelures extérieures ;

- la partie de retenue comprend un doigt faisant saillie transversalement au-delà de l’écrou, une partie du matériau de scellement étant disposée entre le doigt et la surface intérieure de la paroi ;

- l’anneau est monté sur la fixation, la partie de retenue étant placée en contact avec le capuchon ;

- le capuchon est surmoulé sur la partie de retenue de l’organe de retenue, l’anneau étant clipsé ou vissé sur la tige ;

- le capuchon comprend un corps et la partie de retenue comprend une couronne faisant saillie à partir de l’anneau, la couronne et/ou l’anneau délimitent d’une part la chambre de scellement remplie du matériau de scellement et d’autre part, une chambre d’isolation électrique remplie d’un fluide, notamment remplie d’air ;

- l’anneau est disposé au-dessus de l’écrou, ladite couronne étant au contact de la surface intérieure de la paroi ;

- la couronne et l’anneau délimitent extérieurement avec le corps du capuchon la chambre de scellement remplie du matériau de scellement, la couronne et l’anneau définissant la chambre d’isolation électrique ;

- l’anneau est disposé en-dessous de l’écrou, la couronne définissant la chambre d’isolation électrique ;

- l’une de la partie de retenue et du corps comprend au moins une saillie radiale s’étendant à partir de la couronne, l’autre de la partie de retenue et du corps comportant un bossage complémentaire ou définissant une rainure complémentaire coopérant avec la saillie radiale, le bossage complémentaire étant disposé, le long de l’axe longitudinal, entre ladite saillie radiale et la surface intérieure de la paroi ;

- le capuchon présente un corps réalisé dans le même matériau que le matériau de scellement ;

- le capuchon présente un corps réalisé dans un matériau différent du matériau de scellement ;

- la partie de retenue comprend un doigt faisant saillie transversalement au-delà de l’écrou, une partie du matériau de scellement étant disposée entre le doigt et la surface intérieure de la paroi, l’organe de retenue comprenant au moins un autre doigt structurellement identique, les doigts étant répartis régulièrement angulairement autour de l’axe longitudinal ;

- l’organe de retenue comporte un nombre de doigts supérieur ou égal à trois ;

- un cordon de matériau de scellement est disposé à l’extérieur de la cavité autour du corps du capuchon, et est rapporté contre la surface intérieure de la paroi et contre le corps ;

- la couronne comprend en outre une pluralité d’autres saillies au contact du bossage complémentaire, le bossage complémentaire du corps étant disposé, le long de l’axe longitudinal, entre ladite autre saillie de la couronne et la surface intérieure de la paroi ;

- les saillies de la couronne sont réparties régulièrement angulairement autour de l’axe longitudinal ;

- le corps présente une forme de cloche ouverte définissant une ouverture débouchant sur la paroi dont le bord libre est en contact avec la surface intérieure de la paroi, la fixation traversant l’ouverture, le corps étant dépourvu d’un orifice d’injection du matériau de scellement distinct de l’ouverture ;

- la fixation comprend une rondelle additionnelle interposée entre l’écrou et la surface intérieure de la paroi, la rondelle additionnelle étant distincte de l’organe de retenue ;

- le matériau de scellement est réalisé en mastic ;

- la paroi est une paroi d’un aéronef.

L’invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui va suivre, donnée uniquement à titre d’exemple, et faite en référence aux dessins annexés, sur lesquels :

- la figure 1 est une vue schématique en section suivant un plan axial médian d’un premier assemblage selon l’invention ;

- la figure 2 est une vue schématique de dessus de l’organe de retenue du premier assemblage de la figure 1 ;

- la figure 3 est une vue schématique d’un aéronef comportant le premier assemblage de la figure 1 ;

- la figure 4 est une vue analogue à la figure 1 d’un deuxième assemblage selon l’invention ;

- la figure 5 est une vue schématique en perspective de l’organe de retenue du deuxième assemblage de la figure 4 ;

- les figures 6 à 1 1 sont respectivement des vues analogues à la figure 1 d’un troisième, d’un quatrième, d’un cinquième, d’un sixième, d’un septième et d’un huitième assemblage selon l’invention ;

- la figure 12 est une vue schématique en perspective de l’organe de retenue du huitième assemblage de la figure 1 1 ;

- la figure 13 est une vue analogue à la figure 1 d’un neuvième assemblage selon l’invention, et ;

- les figures 14 et 15 sont respectivement des vues schématiques de dessus et en section de l’organe de retenue du neuvième assemblage de la figure 13 ;

Un premier assemblage 10A selon l’invention est illustré sur les figures 1 et 2.

Le premier assemblage 10A comprend une paroi 12, une fixation 14 insérée à travers la paroi 12, et un capuchon 16 de recouvrement de la fixation 14.

Le premier assemblage 10A comprend en outre un organe de retenue 18 du capuchon 16 à la fixation 14. La paroi 12 comprend une première partie 12A (ici un premier panneau) et une deuxième partie 12B (ici un deuxième panneau) maintenue appliquée sur la première partie 12A par l’intermédiaire de la fixation 14.

Chaque partie 12A, 12B est par exemple réalisée en aluminium ou en carbone, avec ou sans pli de verre dans le cas du carbone.

La paroi 12 est typiquement une paroi d’un aéronef 13, illustré sur la figure 3. La paroi 12 est par exemple un panneau d’aéronef.

Elle délimite notamment une zone de stockage de carburant, telle que la zone 2A de l’aéronef 13, représentée sur la figure 3. La zone 2A s’étend au moins entre le fuselage 13A et les ailes 13B de l’aéronef 13 sur une bande de largeur de l’ordre de 500 mm. Cette zone carburant est particulièrement sensible aux risques de foudroiement car la foudre dans cette zone 2A peut s’attacher directement sur la tête 32 de la fixation 14.

La paroi 12 définit un trou de réception 24 de la fixation 14 s’étendant suivant un axe longitudinal X.

La fixation 14 est montée dans le trou 24 à travers la paroi 12.

Elle comprend au moins une tige 20 et un écrou 22 fixé à la tige 20. Les figures 1 , 4, 6 à 1 1 et 13 sont des vues en coupe partielle, dans lesquelles l’écrou 22 n’a pas été coupé pour des raisons de clarté.

La tige 20 est par exemple réalisée en titane ou en acier. En outre, elle est revêtue ou non avec une couche de peinture. Le matériau de la tige 20 choisi et la peinture associée peuvent modifier le passage du courant entre la tête 32 de la fixation 14 et les parties 12A et 12B.

Elle s’étend selon un axe longitudinal X et est partiellement insérée dans la paroi 12. Par la suite, les termes « longitudinal », « transversal », et « radial » seront compris en référence à l’axe longitudinal X.

La tige 20 est ainsi reçue dans le trou de réception 24 de la fixation 14 défini à travers les parties 12A, 12B de la paroi 12.

La tige 20 fait saillie par rapport à une surface intérieure 26 de la paroi 12.

Elle présente une région filetée 28, notamment sur sa partie faisant saillie par rapport à la surface intérieure 26.

La tige 20 comprend un corps de tige 30 et une tête 32.

Le corps de tige 30 s’étend à partir de la tête 32 selon l’axe longitudinal X.

Comme illustré sur la figure 1 , le corps de tige 30 définit la région filetée 28 au voisinage de son extrémité libre 34 et une région dépourvue de filetage 35 disposée entre la région filetée 28 et la tête 32. Le corps de tige 30 présente un diamètre maximal. Le diamètre maximal est par exemple le diamètre de la région dépourvue de filetage 35.

La région dépourvue de filetage 35 présente une forme cylindrique de révolution autour de l’axe longitudinal X.

La tête 32 de la tige 20 présente une forme tronconique.

Elle est venue de matière avec le corps de tige 30.

L’écrou 22 est fixé en étant vissé sur la région filetée 28 de la tige 20.

L’écrou 22 est disposé à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12. Il s’applique sur l’organe de retenue 18. Il maintient ainsi l’organe de retenue 18 enserré entre la surface intérieure 26 de la paroi 12 et l’écrou 22.

L’écrou 22 est par exemple réalisé en titane ou en acier.

Une partie de la tige 20 fait saillie par rapport à l’écrou 22 à l’opposé de la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Le trou 24 est par exemple dépourvu de filetage.

Il présente ici une forme sensiblement de révolution autour de l’axe longitudinal X.

Le trou 24 présente une partie d’accueil 40 de la tête 32 de la tige 20 et une partie d’accueil 42 du corps de tige 30.

La partie d’accueil 40 de la tête 32 reçoit la tête 32 de la tige 20 de la fixation 14.

Elle débouche à l’opposé de l’écrou 22 de la fixation 14.

La partie d’accueil 40 de la tête 32 présente une forme de cône tronqué autour de l’axe longitudinal X, complémentaire à la forme de la tête 32 de la tige 20. La forme de cône tronqué s’évase depuis la partie d’accueil 42 du corps de tige 30 à l’opposé de l’écrou 22 selon l’axe longitudinal X.

La partie d’accueil 42 du corps de tige 30 reçoit la région dépourvue de filetage 35 du corps de tige 30. Elle présente une forme cylindrique de révolution autour de l’axe longitudinal X.

La partie d’accueil 42 du corps de tige 30 présente une épaisseur sensiblement inférieure à la longueur de la région dépourvue de filetage 35 du corps de tige 30.

Comme illustré sur la figure 1 , le capuchon 16 est rapporté contre la surface intérieure 26 de la paroi 12 en chevauchant l’organe de retenue 18, la partie en saillie de la tige 20 et l’écrou 22. Il est ici au contact de la surface intérieure 26.

Le capuchon 16 recouvre et enveloppe la partie de la fixation 14 faisant saillie par rapport à la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Le capuchon 16 comprend un corps 44 en forme de cloche, définissant une cavité

46. Le capuchon 16 définit autour de son bord libre 50 une ouverture 48 débouchant sur la paroi 12 et traversée par la fixation 14. Le bord 50 est dans cet exemple en contact avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Le corps 44 est dépourvu d’orifice d’injection du matériau de scellement distinct de l’ouverture 48.

Le corps 44 présente une épaisseur sensiblement constante, par exemple comprise entre 1 mm et 4 mm.

La cavité 46 délimite une chambre de scellement 52 débouchant sur la surface intérieure 26 de la paroi 12 et remplie d’un matériau de scellement 54. Dans l’exemple de la figure 1 , la cavité 46 correspond à la chambre de scellement 52, et est ainsi ici remplie du matériau de scellement 54.

Le matériau de scellement 54 est propre à passer d’un état non solide à un état solide.

Il est ici solide et adhère au corps 44 du capuchon 16.

Le matériau de scellement est électriquement isolant.

Le matériau de scellement 54 est par exemple du mastic, notamment du mastic commercialisé sous la référence PR 1440.

Le corps 44 du capuchon 16 est par exemple réalisé dans le même matériau que le matériau de scellement 54. En variante, le corps 44 du capuchon 16 est réalisé dans un matériau différent du matériau de scellement.

La fixation 14 est reçue dans la cavité 46 et donc ici dans la chambre de scellement 52. En particulier, l’écrou 22 et toute la partie de la tige 20 faisant saillie par rapport à la paroi 12 sont reçus dans la chambre de scellement 52.

Le matériau de scellement 54 adhère à la fixation 14. Il noie l’écrou 22, toute la partie de la tige 20 faisant saillie par rapport à la paroi 12 et l’organe de retenue 18 dans la chambre de scellement 52.

La chambre de scellement 52 forme une zone de confinement d’étincelages susceptibles d’être générés par un impact foudre sur la tête de fixation 32.

L’organe de retenue 18 ajoute un élément de maintien mécanique dédié du capuchon 16 à la fixation 14 et à la paroi 12.

Il est disposé dans la cavité 46, en particulier ici dans la chambre de scellement 52.

L’organe de retenue 18 est distinct de l’écrou 22. Par l’expression « un premier élément distinct d’un deuxième élément », on entend que le premier élément n’est pas venu de matière avec le deuxième élément.

L’organe de retenue 18 est aussi distinct du capuchon 16. L’organe de retenue 18 est traversé par la tige 20.

L’organe de retenue 18 est ainsi distinct de la tige 20.

L’organe de retenue 18 est réalisé en métal ou en un matériau composite, par exemple conducteur ou isolant. Il est revêtu ou non d’une couche de peinture. Le matériau dans lequel l’organe de retenue 18 est réalisé et la peinture associée peuvent modifier la circulation des courants.

Si la peinture et le matériau dans lequel l’organe de retenue 18 est réalisé sont isolants, l’assemblage est plus robuste au confinement des étincelles indépendamment du mode de réalisation de l’organe de retenue 18.

Il comprend un anneau 56, traversé par la tige 20 de la fixation 14, et au moins une partie de retenue 58 s’étendant transversalement à partir de l’anneau 56.

Dans le premier assemblage 10A, l’anneau 56 est disposé longitudinalement entre l’écrou 22 et la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Il est monté sur la fixation 14. L’anneau 56 est maintenu à la fixation 14 en étant bloqué par l’écrou 22. En particulier, il est ici au contact de l’écrou 22 et de la surface intérieure 26 de la paroi 12.

L’anneau 56 définit un alésage 60 traversé par la tige 20. Le diamètre de l’alésage 60 est par exemple sensiblement égal au diamètre de la tige 20.

L’anneau 56 est sensiblement plat, et s’étend transversalement à l’axe longitudinal X.

Il présente une épaisseur avantageusement comprise entre 0,5 mm et 2 mm.

Dans un mode de réalisation, l’épaisseur de l’anneau 56 est constante. En variante, l’épaisseur de l’anneau 56 est variable.

L’anneau 56 fait ici saillie radialement par rapport à l’écrou 22.

Dans le premier assemblage 10A, la partie de retenue 58 comprend une couronne 62 faisant saillie et s’évasant à partir de l’anneau 56.

La couronne 62 et l’anneau 56 sont de préférence venus de matière.

La couronne 62 de la partie de retenue 58 est disposée à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12, notamment à l’écart longitudinalement de la paroi 12.

Elle s’écarte radialement au-delà de l’écrou 22. En particulier, la couronne 62 fait transversalement saillie par rapport à l’écrou 22.

Dans l’exemple illustré sur la figure 1 , la projection de la partie de retenue 58 sur l’axe longitudinal X se superpose au moins partiellement avec la projection de l’écrou 22 sur l’axe longitudinal X.

La couronne 62 s’évase radialement à l’écart de l’axe X, à l’opposé de la paroi 12.

Elle est de préférence dépourvue de contact avec le corps 44 du capuchon 16. Une partie de l’écrou 22 fait longitudinalement saillie au-delà de la couronne 62, à l’écart de la surface intérieure 26. La hauteur suivant l’axe longitudinal X entre la surface intérieure 26 de la paroi 12 et le point de la couronne 62 le plus éloigné de ladite surface intérieure 26 est inférieure à la hauteur selon l’axe longitudinal X entre la surface intérieure 26 de la paroi 12 et le point de l’écrou 22 le plus éloigné de ladite surface intérieure 26.

En outre, l’écrou 22 et la couronne 62 délimitent entre eux un espace annulaire 63.

La différence de hauteur entre l’écrou 22 et la couronne 62, et l’espace annulaire 63 entre eux autorisent le montage d’un outil de serrage autour de l’écrou 22, y compris lorsque l’écrou 22 est au contact de l’anneau 56 de l’organe de retenue 18.

L’écrou 22 est donc propre à être vissé sur la tige 20 par un outil de serrage jusqu’à être en contact avec l’anneau 56.

Comme illustré sur la figure 1 , une partie du matériau de scellement 54 est disposée, le long de l’axe longitudinal X, entre la couronne 62 de la partie de retenue 58 et la surface intérieure 26 de la paroi 12.

De même une partie du matériau de scellement 54 est disposée dans l’espace annulaire 63 et longitudinalement sur le bord libre de la couronne 62.

Le matériau de scellement 54 adhère ainsi à la couronne 62.

Comme illustré sur la figure 2, la couronne 62 présente ici des cannelures extérieures 64. Les cannelures extérieures 64 s’étendent longitudinalement.

Les cannelures extérieures 64 sont propres à autoriser le passage du matériau de scellement 54 jusqu’au contact du matériau avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

La couronne 62 définit par exemple une pluralité de trous traversants non représentés. Les trous traversants sont propres à faciliter le passage du matériau de scellement.

En variante non représentée, le corps 44 du capuchon définit un trou traversant, de préférence aligné selon l’axe X. Le trou traversant du corps 44 est propre à permettre la sortie d’un surplus de matériau de scellement, après fluage du matériau de scellement dans la cavité 46 lors du positionnement du capuchon sur la fixation 14, et démontrer que la quantité nécessaire a bien été utilisée.

En variante (non représentée) la fixation 14 comprend une rondelle additionnelle interposée entre l’écrou 22 et la surface intérieure 26 de la paroi 12, par exemple interposée entre l’écrou 22 et l’anneau 56, la rondelle additionnelle étant distincte de l’organe de retenue 18.

L’anneau 56 est alors au contact de l’écrou 22 et de la rondelle additionnelle ou au contact de la rondelle additionnelle et de la surface intérieure 26 de la paroi 12. Un procédé de montage du premier assemblage 10A va maintenant être décrit.

Le procédé de montage comprend la fourniture des parties 12A, 12B de la paroi 12, de la fixation 14 et de l’organe de retenue 18.

Initialement, l’écrou 22 de la fixation 14 et l’organe de retenue 18 sont à l’écart de la tige 20 de la fixation 14.

La tige 20 est insérée dans le trou 24 de la paroi 12 jusqu’à ce que la tête 32 de la tige 20 soit en contact avec la partie d’accueil 40 de la tête 32 du trou 24.

L’organe de retenue 18 est ensuite engagé sur la tige 20 et disposé en appui sur la surface intérieure 26 de la paroi 12.

L’écrou 22 est par la suite monté sur la tige 20 en étant vissé par un outil de serrage. Grâce à la différence de hauteur entre l’écrou 22 et la couronne 62, et grâce à l’espace annulaire 63 présent entre l’écrou 22 et la couronne 62, l’écrou 22 est vissé jusqu’à être en contact avec l’anneau 56.

Le capuchon 16, initialement disposé à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12 est ensuite rempli de matériau de scellement 54. Le matériau de scellement 54 est contenu dans la chambre de scellement 52 du capuchon 16 sous forme fluide.

Le capuchon 16 contenant le matériau de scellement 54 est retourné et est approché de la fixation 14 jusqu’à ce que le bord libre 50 entre en contact avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Lors de cette approche, le matériau de scellement 54 flue autour de la fixation 14 et entre en contact avec la surface intérieure 26 de la paroi 12. Le matériau de scellement 54 passe par les cannelures extérieures 64 de la couronne 62 jusqu’à ce qu’une partie du matériau de scellement 54 soit disposée entre la couronne 62 et la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Eventuellement, un badigeon de matériau de scellement est réalisé pour garantir la présence de matériau de scellement 54 à la périphérie de l’ouverture 48.

Le procédé comprend alors une étape de solidification du matériau de scellement 54.

A l’issue de cette étape, le matériau de scellement 54 est solide. Il adhère au corps 44 du capuchon 16, à la surface intérieure 26 de la paroi 12, à la fixation 14 et à la partie de retenue 58 de l’organe de retenue 18.

En utilisation, l’organe de retenue 18 fournit ainsi une surface d’accroche mécanique importante du matériau de scellement 54 propre à empêcher le retrait du capuchon 16 à l’écart de la fixation 14. Cette surface d’accroche mécanique est en premier lieu une surface supplémentaire sur laquelle le matériau de scellement 54 adhère, ce qui améliore la retenue du capuchon 16 à la fixation 14.

En outre, cette surface empêche aussi un déplacement longitudinal du matériau de scellement 54 à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12.

En effet, dans le cas où une force dirigée selon l’axe longitudinal X à l’opposé de la surface intérieure 26 de la paroi 12 est appliquée contre le capuchon 16, la partie du matériau de scellement 54 disposée entre la partie de retenue 58 et la surface intérieure 26 de la paroi 12 bute contre la partie de retenue 58. Etant donné que le corps 44 du capuchon 16 adhère au matériau de scellement 54, la partie de retenue 58 empêche le retrait du corps 44 du capuchon 16 à l’écart de la fixation 14.

Un deuxième assemblage 10B selon l’invention est illustré sur les figures 4 et 5.

Ce deuxième assemblage 10B diffère du premier assemblage 10A en ce que la partie de retenue 58 est dépourvue de couronne. La partie de retenue 58 comprend au moins un doigt 66 faisant saillie transversalement au-delà de l’écrou 22.

Comme illustré sur les figures 4 et 5, l’organe de retenue 18 comprend en outre une pluralité d’autres doigts 66 structurellement identiques.

L’organe de retenue 18 comporte, dans l’exemple illustré sur la figure 5, un nombre de doigts 66 égal à quatre. En variante, l’organe de retenue 18 comprend un nombre de doigts 66 supérieur ou inférieur à quatre, en particulier supérieur ou égal à trois.

Chaque doigt 66 s’étend à partir de l’anneau 56, à l’opposé de la paroi 12, en s’écartant de l’axe longitudinal X.

Il présente en particulier une forme courbée formant un creux 67 en regard de la paroi 12.

Chaque doigt 66 est dans cet exemple en contact avec le capuchon 16 au niveau de son extrémité libre 68. Cette extrémité libre 68 épouse alors la forme du corps 44 du capuchon 16.

Une partie du matériau de scellement 54 est disposée entre chaque doigt 66 et la surface intérieure 26 de la paroi 12. Cette partie de matériau est notamment disposée dans le creux 67.

Chaque doigt 66 et l’anneau 56 sont de préférence venus de matière.

Les doigts 66 sont ici répartis régulièrement angulairement autour de l’axe longitudinal X. L’écartement entre deux doigts 66 successifs est propre à autoriser le passage du matériau de scellement 54 jusqu’au contact du matériau avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

En utilisation, chaque doigt 66 fournit une surface supplémentaire sur laquelle le matériau de scellement 54 adhère, ce qui ajoute une zone de tenue mécanique du capuchon 16 à la fixation 14.

En outre, comme dans le premier assemblage, le creux 67 de chaque doigt 66 empêche aussi un déplacement longitudinal du matériau de scellement 54 à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Un troisième assemblage 10C selon l’invention est illustré sur la figure 6.

Ce troisième assemblage 10C diffère du premier assemblage 10A en ce que l’écrou 22 est disposé, le long de l’axe longitudinal X, entre l’organe de retenue 18 et la surface intérieure 26 de la paroi 12.

En particulier, l’écrou 22 est disposé, le long de l’axe longitudinal X, entre l’anneau 56 et la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Comme précédemment, l’anneau 56 définit un alésage 60 traversé par la tige 20.

La région filetée 28 de la tige 20 s’étend ici au-delà de l’écrou 22.

Dans un premier mode de réalisation du troisième assemblage 10C, les bords de l’alésage 60 sont taraudés et coopèrent avec la région filetée 28 de la tige 20 pour fixer l’anneau 56 par rapport à la tige 20.

L’anneau 56 est ici représenté au contact de l’écrou 22.

Une partie de la tige 20 de la fixation 14 fait saillie par rapport à l’anneau 56, à l’opposé de la surface intérieure 26 de la paroi 12.

La partie de retenue 58 est formée par la région 70 périphérique en saillie de l’anneau 56, qui fait saillie radialement par rapport à l’écrou 22.

La région périphérique 70 s’étend ici radialement dans le prolongement de la partie centrale de l’anneau 56, transversalement à l’axe longitudinal X.

Elle présente une épaisseur sensiblement égale à l’épaisseur de la partie centrale de l’anneau 56.

La région périphérique 70 s’étend angulairement sur toute la périphérie de l’anneau 56.

La région périphérique 70 est venue de matière avec l’anneau 56.

Dans ce troisième assemblage, la projection de la partie de retenue 58 sur l’axe longitudinal X s’étend ainsi au-delà de la projection de l’écrou 22 sur l’axe longitudinal X à l’opposé de la paroi 12. La région périphérique 70 fait radialement saillie au-delà de l’écrou 22 sur une distance radiale par rapport à l’écrou 22, la distance radiale étant par exemple supérieure à 1 mm, et de préférence supérieure à 5 mm.

Une partie du matériau de scellement 54 est disposée entre la région périphérique 70 et la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Ainsi, une partie du matériau de scellement 54 est disposée longitudinalement de part et d’autre de la région périphérique 70.

Comme dans le premier assemblage 10A, l’organe de retenue 18 fournit ainsi une surface d’accroche mécanique au matériau de scellement 54 propre à empêcher le retrait du capuchon 16 à l’écart de la fixation 14.

La région périphérique 70 est ici radialement à l’écart du corps 44 du capuchon 16.

L’écartement radial entre la région périphérique 70 et le corps 44 du capuchon 16 est propre à autoriser le passage du matériau de scellement 54 de sorte qu’une partie du matériau de scellement 54 soit disposée entre la région périphérique 70 et la surface intérieure 26.

En utilisation, la région périphérique 70 fournit une surface supplémentaire sur laquelle le matériau de scellement 54 adhère, ce qui améliore la retenue du capuchon 16 à la fixation 14. En outre, la région périphérique 70 empêche aussi un déplacement longitudinal du matériau de scellement 54 à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12.

En variante non représentée de ce troisième assemblage 10C, les bords de l’alésage 60 sont dépourvus de filetage. L’anneau 56 est alors monté en étant clipsé sur la tige 20. Par exemple, l’un de l’anneau 56 et de la tige 20 comprend alors au moins une saillie de clipsage reçue dans un renfoncement complémentaire à la saillie de clipsage aménagé dans l’autre de l’anneau 56 et de la tige 20.

Dans une autre variante (non représentée), l’anneau 56 est disposé longitudinalement à l’écart de l’écrou 22 et est dépourvu de contact avec l’écrou 22. Une partie du matériau de scellement 54 est alors disposée entre l’anneau 56 et l’écrou 22.

Un quatrième assemblage 10D est illustré sur la figure 7.

Ce quatrième assemblage 10D diffère du troisième assemblage 10C en ce que la partie de retenue 58 comprend une couronne 62 s’étendant à partir du bord extérieur de la région périphérique 70.

La couronne 62 s’évase à partir de la région périphérique 70 vers la paroi 12.

Elle présente un bord 72 s’étendant en regard de la surface intérieure 26 de la paroi 12. Le bord 72 est disposé à distance de ladite surface intérieure 26. La couronne 62, l’écrou 22 et la région périphérique 70 délimitent un espace annulaire de réception 74, en regard de la paroi 12, dans lequel est reçue une partie du matériau de scellement 54.

La couronne 62 est ici placée radialement à l’écart du corps 44 du capuchon 16.

L’écartement radial entre la couronne 62 et le corps 44 du capuchon 16 est propre à autoriser le passage du matériau de scellement 54 de sorte qu’une partie du matériau de scellement 54 soit disposée dans l’espace annulaire de réception 74.

En utilisation, la couronne 62 et la région périphérique 70 fournissent une surface supplémentaire sur laquelle le matériau de scellement 54 adhère. Ceci améliore la retenue du capuchon 16 à la fixation 14. En outre, l’espace de réception 74 empêche aussi un déplacement longitudinal du matériau de scellement 54 à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Un cinquième assemblage 10E est illustré sur la figure 8.

Ce cinquième assemblage 10E diffère du troisième assemblage 10C en ce que le capuchon 16 est surmoulé sur l’organe de retenue 18.

En particulier, le corps 44 du capuchon 16 est surmoulé sur la région périphérique 70 formant la partie de retenue 58.

La partie de retenue 58 est ainsi en contact avec le capuchon 16.

L’organe de retenue 18 est en contact avec le corps 44 du capuchon 16 et avec la fixation 14. Il est retenu par un rebord annulaire 75A formé dans le corps 44 du capuchon 16. Il s’appuie sur un gradin 75B ménagé dans le capuchon en obturant partiellement un orifice central de réception de l’extrémité libre de la tige.

En variante, toute autre solution de maintien entre l’organe de retenue 18 et le corps 44 du capuchon 16 peut être envisagée.

Dans cet exemple, l’anneau 56 est disposé longitudinalement à l’écart de l’écrou 22 et dépourvu de contact avec l’écrou 22. Une partie du matériau de scellement 54 est alors disposée entre l’anneau 56 et l’écrou 22.

Un procédé de montage de ce cinquième assemblage 10E va maintenant être décrit.

Ce procédé de montage diffère du procédé de montage du troisième assemblage 10C en ce que le capuchon 16, recevant l’anneau 56 de l’organe de retenue 18, est vissé ou clipsé sur la fixation 14 en engageant l’extrémité libre 34 de la tige 20 dans l’alésage 60 de l’anneau 56.

Lors du vissage ou du clipsage du capuchon 16, le matériau de scellement 54 flue autour de la fixation 14 jusqu’à être en contact de la surface intérieure 26 de la paroi 12, puis se solidifie, comme décrit précédemment. Le matériau de scellement 54 adhère alors au corps 44 du capuchon 16, à la surface intérieure 26 de la paroi 12 et à la fixation 14.

Le corps 44 du capuchon 16 est ainsi fixé à la fixation 14 par l’intermédiaire de l’organe de retenue 18.

En utilisation, dans le cas où une force dirigée selon l’axe longitudinal X à l’opposé de la surface intérieure 26 de la paroi 12 s’applique contre le capuchon 16, l’organe de retenue 18 reste maintenu contre la fixation 14. Ceci empêche ainsi le retrait du corps 44 du capuchon 16 à l’écart de la fixation 14, étant donné que le corps 44 du capuchon 16 est surmoulé sur l’organe de retenue 18.

Un sixième assemblage 10F est illustré sur la figure 9.

Ce sixième assemblage 10F diffère du cinquième assemblage 10E en ce que le capuchon 16 comprend une paroi de cloisonnement 76 s’étendant à partir du corps 44 du capuchon 16 à l’extérieur du corps 44 du capuchon 16.

La cavité 46 présente alors une chambre d’isolation électrique 78 remplie d’un fluide 80 et la chambre de scellement 52 remplie du matériau de scellement 54.

Le fluide 80 est notamment de l’air.

Dans l’exemple illustré sur la figure 9, la chambre de scellement 52 est définie par une surface intérieure 82 du corps 44 du capuchon 16. La chambre de scellement 52 forme une première zone de confinement d’étincelages susceptibles d’être générés par un impact foudre sur la tête de fixation 32.

En outre, la chambre d’isolation électrique 78 est définie dans cet exemple par la paroi de cloisonnement 76 et une surface intérieure 26 du corps 44.

La chambre d’isolation électrique 78 entoure la chambre de scellement 52, à l’extérieur de celle-ci.

La chambre d’isolation électrique 78 entoure notamment la chambre de scellement 52 sur toute sa périphérie, à l’extérieur de celle-ci.

La fixation 14 est ici reçue dans la chambre de scellement 52.

Dans cet exemple, la paroi 12 de séparation et le corps 44 du capuchon 16 sont disposés à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Une portion du matériau de scellement 54 déborde dans la chambre d’isolation électrique 78 au-delà du corps 44 du capuchon 16.

L’assemblage comprend en outre un cordon 84 de matériau de scellement 54 disposé à l’extérieur de la cavité 46 autour du capuchon 16, en particulier autour de la paroi de cloisonnement 76 et en contact avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Le cordon 84 est rapporté contre la surface intérieure 26 de la paroi 12 et contre une surface intérieure 26 de la paroi de cloisonnement 76. En utilisation, après un impact foudre sur la tête de fixation 32, la chambre d’isolation électrique 78 forme une deuxième zone de confinement d’étincelages susceptibles d’être générés par un impact foudre sur la tête de fixation 32. Plus précisément, la chambre d’isolation électrique 78 contient des possibles étincelages qui auraient réussi à traverser le matériau de scellement 54 contenu dans la cavité 46.

Un septième assemblage 10G est illustré sur la figure 10.

Ce septième assemblage 10G diffère du sixième assemblage 10F en ce que la chambre d’isolation électrique 78 est définie par la surface intérieure 82 du corps 44 du capuchon 16, et la chambre de scellement 52 est définie par la paroi de cloisonnement 76 et la surface intérieure 26 du corps 44.

La fixation 14 est reçue dans la chambre d’isolation électrique 78.

La chambre de scellement 52 entoure la chambre d’isolation électrique 78.

Un huitième assemblage 10H est illustré sur les figures 1 1 et 12.

Ce huitième assemblage 10H diffère du quatrième assemblage 10D en ce que le corps 44 du capuchon 16 est clipsé sur l’organe de retenue 18.

La partie de retenue 58 comprend ainsi au moins une saillie radiale 86 s’étendant à partir de la couronne 62 à l’opposé de l’écrou 22 vers le corps 44 du capuchon 16.

Dans l’exemple des figures 1 1 et 12, la partie de retenue 58 comprend en outre au moins une autre saillie radiale 86 similaire. Elle comprend un nombre de saillies radiales 86 compris de préférence entre 3 et 8. En variante, le nombre de saillies radiales 86 supérieur à 8.

Les saillies radiales 86 sont réparties régulièrement angulairement autour de l’axe longitudinal X.

L’écartement entre deux saillies radiales 86 successives est propre à autoriser le passage du matériau de scellement 54 jusqu’au contact du matériau avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Chaque saillie radiale 86 est en contact avec une surface intérieure 82 du corps 44.

Le corps 44 du capuchon 16 comporte en outre une pluralité de bossages complémentaires 88 coopérant avec chaque saillie radiale 86.

Le corps 44 comprend de préférence un nombre de bossages complémentaires 88 égal au nombre de saillies radiales 86, chaque saillie radiale 86 coopérant respectivement avec un des bossages complémentaires 88.

Les bossages complémentaires 88 sont écartés les uns des autres. Cet écartement est propre à autoriser le passage du matériau de scellement 54 jusqu’au contact du matériau avec la surface intérieure 26 de la paroi 12. Chaque bossage complémentaire 88 s’étend à partir de la surface intérieure 82 du corps 44 vers l’écrou 22.

Chaque bossage complémentaire 88 est disposé entre une saillie radiale 86 et la surface intérieure 26 de la paroi 12. Chaque bossage complémentaire 88 est avantageusement en contact avec la saillie radiale 86 avec laquelle il coopère.

Le bossage complémentaire 88 présente une épaisseur, prise parallèlement à l’axe X, sensiblement égale à l’épaisseur de chaque saillie radiale 86.

La couronne 62 entoure l’écrou 22 et présente, dans cet exemple, un bord libre 72 placé en contact avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Dans le huitième assemblage 10H, la couronne 62, la fixation 14, la surface intérieure 26 de la paroi 12 et la région périphérique 70 de la partie de retenue 58 délimitent une chambre d’isolation électrique 78 remplie d’un fluide 80.

La couronne 62 et la surface intérieure 82 du corps 44 du capuchon 16 délimitent en outre la chambre de scellement 52.

Le fluide 80 est notamment de l’air.

La fixation 14 est ainsi reçue dans la chambre d’isolation électrique 78. Une partie de la tige 20 traverse la chambre d’isolation électrique 78, au-delà de l’organe de retenue 18, et est reçue dans la chambre de scellement 52.

Le huitième assemblage 10H comprend en outre un cordon 84 de matériau de scellement 54 disposé à l’extérieur de la cavité 46 autour du capuchon 16 et en contact avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Lors du procédé de montage de ce huitième assemblage 10H et de la fourniture de la paroi 12 et de la fixation 14, l’organe de retenue 18 est monté sur la fixation 14, la couronne 62 étant amenée en contact avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Le capuchon 16 contenant le matériau de scellement 54 est approché de la fixation 14 jusqu’à être mis en contact avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Lors de l’approche du capuchon 16, le matériau de scellement 54 flue autour de l’organe de retenue 18 jusqu’à s’appliquer sur la surface intérieure 26 de la paroi 12. En particulier, le matériau de scellement 54 passe entre les saillies radiales 86 là où le bossage complémentaire est discontinu.

En complément, un badigeon de matériau de scellement peut être enduit autour de l’organe de retenu 18 avant la mise en place de capuchon 16.

En utilisation, dans le cas où une force dirigée selon l’axe longitudinal X à l’opposé de la surface intérieure 26 de la paroi 12 est appliquée contre le capuchon 16, chaque bossage complémentaire 88 bute contre les saillies radiales 86 de la partie de retenue 58. Ceci empêche le retrait du corps 44 du capuchon 16 à l’écart de la fixation 14. En variante du huitième assemblage 10H, les bords 72 de la couronne 62 sont disposés à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12. Une portion du matériau de scellement 54 déborde dans la chambre d’isolation électrique 78.

En variante du huitième assemblage 10H, le corps 44 du capuchon 16 comporte au moins une saillie radiale s’étendant vers l’écrou 22. En outre, la partie de retenue 58 comprend un bossage complémentaire coopérant avec chaque saillie radiale.

Un neuvième assemblage 101 est illustré sur les figures 13, 14 et 15.

Ce neuvième assemblage 101 diffère du premier assemblage 10A en ce que le corps 44 du capuchon 16 est clipsé sur l'organe de retenue 18.

La partie de retenue 58 comprend ainsi au moins une saillie radiale 86 s’étendant à l’opposé de l’écrou 22 vers le corps 44 du capuchon 16.

Dans l’exemple de la figure 14, la partie de retenue 58 comprend six saillies radiales 86. En variante, elle comprend un nombre de saillies radiales 86 supérieur à six ou inférieur à six.

Les saillies radiales 86 sont réparties régulièrement angulairement autour de l’axe longitudinal X.

L’écartement entre deux saillies radiales 86 successives est propre à autoriser le passage du matériau de scellement 54 jusqu’au contact du matériau avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Comme illustré sur la figure 13, le corps 44 du capuchon 16 définit une rainure complémentaire 90 coopérant avec chaque saillie radiale 86.

La rainure complémentaire 90 est aménagée dans une surface intérieure 82 du corps 44 du capuchon 16.

Chaque saillie radiale 86 est reçue dans la rainure complémentaire 90, en contact avec le corps 44 du capuchon 16.

La rainure complémentaire 90 s’étend en particulier angulairement autour de l’axe longitudinal X sur toute la périphérie du corps 44 du capuchon 16.

La couronne 62 est disposée à l’écart de la surface intérieure 82 du corps 44 du capuchon 16. Cet écartement est propre à autoriser le passage du matériau de scellement 54 jusqu’au contact du matériau avec la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Dans le neuvième assemblage 101, la couronne 62 définit en outre avec la surface intérieure 26 de la paroi 12, une chambre d’isolation électrique 78 remplie d’un fluide 80, notamment de l’air.

La couronne 62 forme une gouttière 92 entourant la tige 20 de la fixation 14, la gouttière 92 délimitant la chambre d’isolation électrique 78. Comme illustré sur les figures 13 et 15, une section de la gouttière 92 passant par l’axe longitudinal X comprend un fond 94, le fond 94 étant disposé à l’écart de la surface intérieure 26 de la paroi 12 et connecté à l’anneau 56 par une cloison courbée 96. Ladite section comprend aussi une cloison cylindrique 98 s’étendant à partir du fond 94 vers la surface intérieure 26 de la paroi 12.

Le fond 94, la cloison courbée 96, la cloison cylindrique 98 et la surface intérieure 26 de la paroi 12 délimitent ladite chambre remplie de fluide 80.

Les épaisseurs du fond 94, de la cloison courbée 96 et de la cloison rectiligne 98 sont sensiblement égales.

Les modes de réalisation décrits ci-dessus peuvent être combinés suivant toutes combinaisons techniquement possibles.

En variante du neuvième assemblage 101, la couronne 62 est dépourvue de chambre d’isolation électrique 78 remplie d’un fluide 80. En particulier, la couronne 62 ne forme pas la gouttière 92.

Dans une autre variante du neuvième assemblage 101, le corps 44 ne définit pas de rainure complémentaire 90. Le corps 44 du capuchon 16 comporte alors un bossage complémentaire coopérant avec chaque saillie radiale 86, ledit bossage complémentaire étant similaire au bossage complémentaire décrit dans le huitième assemblage 10H.

Dans encore une autre variante du neuvième assemblage 101, le corps 44 du capuchon 16 comporte au moins une saillie radiale s’étendant vers l’écrou 22. En outre, la partie de retenue 58 comprend un bossage complémentaire ou définit une rainure complémentaire coopérant avec chaque saillie radiale.

Grâce aux caractéristiques précédemment décrites, la fixation du capuchon 16 à la paroi 12 et à la fixation 14 est significativement améliorée, de manière simple et peu coûteuse.

L’assemblage selon l’invention réduit les risques d’étincelage de la fixation en garantissant la présence du capuchon 16 autour de la fixation 14 au cours du temps.

Cette garantie assurée mécaniquement améliore la robustesse des assemblages en zone carburant vis-à-vis de la foudre.

Dans le mode de réalisation de la figure 8, comme indiqué ci-dessus, l’organe de retenue 18 s’appuie sur le gradin 75B ménagé dans le capuchon 16.

En particulier, le gradin 75B est formé par au moins une patte ou une couronne plate dont toute l’épaisseur fait saillie perpendiculairement par rapport à l’axe longitudinal X.

Le gradin 75B est disposé longitudinalement entre l’anneau 18 et la surface intérieure 26 de la paroi 12. La projection du gradin 75B sur l’axe longitudinal X s’étend au-delà de la projection de l’écrou 22 sur l’axe longitudinal X à l’opposé de la paroi 12.

Au moins une région du corps 44 du capuchon 16 est en outre appliquée contre une première surface de l’anneau 18 opposée, suivant l’axe longitudinal X, à une deuxième surface de l’anneau 18 qui est en contact avec le gradin 75B.

Plus précisément, comme illustré sur la figure 8, au moins une région du corps 44 est à la fois appliquée sur ladite première surface de l’anneau opposée au gradin 75B, sur le rebord annulaire 75A et sur la deuxième surface de l’anneau en contact avec le gradin 75B.

Ceci diminue l’encombrement de l’assemblage, et assure une bonne répartition du matériau de scellement à l’intérieur du capuchon 16.

Cette description s’applique aussi au mode de réalisation des figures 9 et 10.

Dans le mode de réalisation de la figure 9, la fixation du capuchon 16 est particulièrement robuste, puisque l’organe de retenue 18 est situé au contact du matériau de scellement 54 dans la chambre de scellement 52, tout en offrant une très bonne isolation électrique grâce à la présence de la chambre d’isolation électrique 74 entourant la chambre de scellement 52 à l’extérieur de cette dernière.