Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
AIRCRAFT LANDING GEAR WITH ORIENTABLE LOWER PART
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2015/106991
Kind Code:
A1
Abstract:
Aircraft landing gear (100) with a lower part (110) that is orientable by means of an orientation actuator (1) which comprises a cogged wheel (70) secured to the orientable lower part (110), collaborating with a rack (20) capable of translational movement along an axial axis of movement (X) and having ends (21a, 21b) connected to pistons (30a, 30b) slideably mounted in respective cylinders (10a, 10b). Each connection between one of the pistons (30a, 30b) of the associated end of the rack (20) has a least an axial play (J), possibly an angular play (E) and at least one seal, referred to as internal seal (25), between the rack (20) and a piston (30a, 30b), this seal being arranged in such a way as to oppose the relative movements of the rack (20) with respect to the pistons (30a, 30b).

Inventors:
LA COMMARA, Domenico (7 rue Général Valérie AndréInovel Parc Sud, Vélizy-Villacoublay, F-78140, FR)
Application Number:
EP2015/050113
Publication Date:
July 23, 2015
Filing Date:
January 06, 2015
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
MESSIER-BUGATTI-DOWTY (7 rue Général Valérie André, Inovel Parc Sud, Vélizy Villacoublay, F-78140, FR)
International Classes:
B62D5/22; B64C25/50; F15B15/14; F16H19/04
Foreign References:
FR2568218A11986-01-31
DE2442253A11976-03-18
EP0119923A11984-09-26
US4669364A1987-06-02
FR2568218A11986-01-31
Attorney, Agent or Firm:
PARZY, Benjamin et al. (Cabinet Boettcher, 16 rue Médéric, Paris, F-75017, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Atterrisseur d'aéronef (100) muni d'une partie inférieure orientable (110) au moyen d'un actionneur d'orientation (1) qui comporte une roue dentée (70) solidaire de la partie inférieure orientable (110) coopérant avec une crémaillère (20) mobile en translation le long d'un axe de déplacement axial (X) et ayant des extrémités (21a, 21b) reliées à des pistons (30a, 30b) montés à coulissement dans des cylindres respectifs (10a, 10b) , caractérisé en ce que chaque liaison entre un des pistons (30a, 30b) et l'extrémité associée de la crémaillère (20) présente au moins un jeu axial (J) et au moins un joint d' étanchéité , dit joint d'étanchéité interne (25), entre la crémaillère (20) et un piston (30a, 30b), ce joint étant disposé pour s'opposer aux déplacements relatifs de la crémaillère (20) par rapport aux pistons (30a, 30b) .

2. Atterrisseur d'aéronef (100) selon la revendication 1, dans lequel chaque extrémité (21a, 21b) de la crémaillère (20) présente une forme cylindrique et est reçue dans un alésage cylindrique (31a) du piston (30a, 30b) qui lui est associé de sorte à autoriser un coulissement axial relatif de la crémaillère (20) vis-à- vis de chacun des pistons (30a, 30b) .

3. Atterrisseur d'aéronef (100) selon la revendication 2, dans lequel chacune des liaisons entre un piston (30a, 30b) et la crémaillère (20) présente une rotule (80a, 80b) agencée de façon à autoriser un rotulage du piston (30a, 30b) relativement à la crémaillère (20) .

4. Atterrisseur d'aéronef (100) selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, dans lequel chaque piston (30a, 30b) monté à coulissement dans un cylindre (10a, 10b) porte au moins un joint d'étanchéité externe (35), pour assurer l' étanchéité entre ce piston (30a, 30b) et le cylindre respectif (10a, 10b) dans lequel il coulisse .

5. Atterrisseur d'aéronef (100) selon la revendication 4, dans lequel pour chaque piston donné, le joint d' étanchéité interne (25) et le joint d' étanchéité externe (35) associés à ce piston donné sont agencés de manière que, lors de déplacements axiaux de la crémaillère (20) par rapport à ce piston donné le long dudit axe de déplacement axial (X), le joint d'étanchéité interne (25) génère un effort axial de frottement interne s' opposant au déplacement axial de la crémaillère (20) par rapport au piston donné et le joint d' étanchéité externe (35) génère un effort axial de frottement externe s' opposant au déplacement du piston donné par rapport au cylindre (10a, 10b) dans lequel il coulisse, l'effort axial de frottement externe associé au piston donné (30a, 30b) étant strictement supérieur à l'effort axial de frottement interne associé à ce même piston donné (30a, 30b) .

6. Atterrisseur d'aéronef (100) selon la revendication 5, dans lequel chaque piston donné (30a, 30b) définit une chambre hydraulique (15a, 15b) avec le cylindre (10a, 10b) dans lequel il coulisse, et les joints d'étanchéité interne (25) et externe (35) associés à ce piston donné (30a, 30b) sont agencés pour que, dans la limite d'une plage de pression prédéterminée, quelle que soit la pression appliquée dans la chambre hydraulique (15a, 15b) définie par ce piston donnée (30a, 30b), on ait toujours l'effort axial de frottement externe supérieur à l'effort axial de frottement interne.

Description:
Atterrisseur d'aéronef muni d'une partie inférieure orientable

L' invention concerne le domaine général des atterrisseurs d'aéronef munis d'une partie inférieure orientable au moyen d'un actionneur d'orientation, cet actionneur comportant une roue dentée solidaire de la partie inférieure orientable de 1 ' atterrisseur et cette roue dentée coopérant avec une crémaillère mobile en translation le long d'un axe de déplacement axial pour entraîner à l'aide de la crémaillère la rotation de la roue dentée .

ARRIERE PLAN DE L'INVENTION

On connaît des atterrisseurs d'aéronef dont la partie inférieure possède un actionneur d'orientation pour permettre l'orientation de roue portées par 1 ' atterrisseur . L' atterrisseur comprend généralement un arbre tournant par rapport à une partie fixe de 1 ' atterrisseur reliée à la cellule de l'aéronef. Cet arbre tournant est relié à la ou aux roues de 1 ' atterrisseur et est solidarisé avec une roue dentée. L'orientation de cette roue dentée permet de commander la rotation de l'arbre tournant et des roues d'aéronef auxquelles il est relié. Cette roue dentée coopère avec une crémaillère dont le guidage en translation est assuré par des pistons attelés aux extrémités de la crémaillère.

Pour cela, chacun de ces pistons est monté coulissant dans un cylindre qui lui est associé.

Pour résumer, l'orientation de la ou des roues de 1 ' atterrisseur est commandée à l'aide d'un actionneur d'orientation comportant des pistons qui guident en translation une crémaillère, laquelle entraine une roue dentée solidaire de l'arbre tournant qui est, lui, relié à la ou aux roues de 1 ' atterrisseur .

A titre d'exemple, on cite le document brevet FR2568218 qui décrit un atterrisseur auxiliaire muni d'un tel actionneur à crémaillère.

Il a été constaté une usure prématurée des dents de la roue dentée et/ou des dents de la crémaillère.

OBJET DE L'INVENTION

L'invention a pour objet de proposer un atterrisseur d'aéronef doté d'un actionneur d'orientation comportant une crémaillère et d'une roue dentée entraînée en rotation par ladite crémaillère, cet atterrisseur permettant, au moins dans certaines conditions, de minimiser l'usure des dents de la roue dentée et/ou de celles de la crémaillère.

RESUME DE L'INVENTION

En vue de la réalisation de cet objet, il est proposé selon l'invention, un atterrisseur d'aéronef muni d'une partie inférieure orientable au moyen d'un actionneur d' orientation qui comporte une roue dentée solidaire de la partie inférieure orientable coopérant avec une crémaillère mobile en translation le long d'un axe de déplacement axial et ayant des extrémités reliées à des pistons montés à coulissement dans des cylindres respectifs .

L' atterrisseur selon l'invention est essentiellement caractérisé en ce que chaque liaison entre un des pistons et l'extrémité associée de la crémaillère présente au moins un jeu axial et au moins un joint d'étanchéité entre la crémaillère et un piston, ce joint étant disposé pour s'opposer aux déplacements relatifs de la crémaillère par rapport aux pistons.

De manière surprenante, nous avons constaté que l'usure des dents de la roue dentée et de celles de la crémaillère est due aux chocs répétitifs qu'elles subissent entre elles à chaque changement de sens d'orientation de la roue dentée. Toujours de manière surprenante, nous avons constaté que ces chocs sont en partie dus à un jeu fonctionnel existant entre les dents de la crémaillère et les dents de la roue dentée. Ce jeu fonctionnel est aussi appelé « backlash », et il est nécessaire pour par exemple faciliter l'assemblage de 1 ' atterrisseur . Or, lors de certaines manœuvres de roulage de l'aéronef, la couronne dentée se met à osciller de part et d'autre d'une position dans laquelle elle est maintenue par la crémaillère. A chaque oscillation, on a un choc entre une dent de la roue dentée et une dent de la crémaillère. A chaque choc entre les dents, on génère un stress au pied des dents et une usure sur les flancs des dents.

Le fait d'avoir un jeu axial entre piston et crémaillère associée, avec un joint d'étanchéité disposé de façon à s'opposer aux déplacements relatifs de la crémaillère par rapport au piston, permet d'obtenir un frottement au niveau de ce/ces joints. Autrement dit, une partie de l'énergie normalement dissipée lors des chocs entre les dents est dissipée par le frottement au niveau du joint d'étanchéité interne. Cette dissipation d'énergie permet une diminution de l'usure des dents de la roue dentée et de celles de la crémaillère.

Dans un mode de réalisation particulier de l'invention, chaque extrémité de la crémaillère présente une forme cylindrique et est reçue dans un alésage cylindrique du piston qui lui est associé de sorte à autoriser un coulissement axial relatif de la crémaillère vis-à-vis de chacun des pistons.

Grâce à ce mode particulier, chaque piston peut coulisser par rapport à l'extrémité de la crémaillère qui le porte selon une course de coulissement préférentiellement limitée audit jeu « backlash ».

En combinaison avec le précédent mode particulier de réalisation, on peut également faire en sorte que chacune des liaisons entre un piston et la crémaillère présente une rotule agencée de façon à autoriser un rotulage du piston relativement à la crémaillère. Par rotulage, on entend que le mouvement rotulant du piston par rapport à la crémaillère présente un angle de rotulage autour d'un axe de rotation perpendiculaire à l'axe de déplacement axial.

Grâce à ce mode particulier, on permet au système de rattraper des défauts géométriques pouvant exister entre le piston et le cylindre associé et ainsi faciliter le coulissement de la crémaillère.

En combinaison avec l'un quelconque des précédents modes particuliers de réalisation, on peut également faire en sorte que chaque piston monté à coulissement dans un cylindre porte au moins un joint d'étanchéité externe, pour assurer l'étanchéité entre ce piston et le cylindre respectif dans lequel il coulisse.

Grâce à ce mode particulier, on permet au système de créer un effort axial de frottement non seulement au niveau de la liaison entre une extrémité de la crémaillère et du piston associé grâce au joint d'étanchéité interne mais aussi au niveau de la liaison entre ce même piston et le cylindre associé grâce au joint d'étanchéité externe.

En combinaison avec le précédent mode particulier de réalisation, on peut également faire en sorte que pour chaque piston donné, le joint d'étanchéité interne et le joint d'étanchéité externe associés à ce piston donné soient agencés de manière que, lors de déplacements axiaux de la crémaillère par rapport à ce piston donné, le long dudit axe de déplacement axial, le joint d'étanchéité interne génère un effort axial de frottement interne s' opposant au déplacement axial de la crémaillère par rapport au piston donné et le joint d'étanchéité externe génère un effort axial de frottement externe s' opposant au déplacement du piston donné par rapport à la chemise dans laquelle il coulisse, l'effort axial de frottement externe associé au piston donné étant strictement supérieur à l'effort axial de frottement interne associé à ce même piston donné.

Grâce à ce mode particulier, lorsque la roue dentée pivote autour de son axe de pivotement, on a dans un premier temps un coulissement de la crémaillère selon l'axe de déplacement axial et un coulissement de la crémaillère dans au moins l'un des pistons. Par conséquent, sur une course de déplacement donnée égale au dit jeu « backlash », la crémaillère peut se déplacer sans entraîner le piston. L'effort axial de frottement interne qui est fonction de la pression de part et d'autre du piston et qui est associé au déplacement de la crémaillère par rapport au piston, permet de réduire en partie l'énergie de chocs entre les dents de la crémaillère et celles de la roue dentée. Cette dissipation entraine la réduction de l'usure des dents.

En combinaison avec le précédent mode particulier de réalisation, on peut également faire en sorte que chaque piston donné définisse une chambre hydraulique avec le cylindre dans lequel il coulisse, et que les joints d'étanchéité interne et externe associés à ce piston donné soient agencés pour que, dans la limite d'une plage de pression prédéterminée, quelle que soit la pression appliquée dans la chambre hydraulique définie par ce piston donné, on ait toujours l'effort axial de frottement externe supérieur à l'effort axial de frottement interne, et préférentiellement l'effort axial de frottement externe au moins deux fois supérieur à l'effort de frottement interne.

Grâce à ce mode particulier, on assure, que dans la limite d'une plage de pression de fonctionnement prédéterminée de la chambre typiquement comprise entre 0.5 et 21 MPa, quelle que soit la pression appliquée dans cette chambre donnée, la crémaillère peut se déplacer, d'une course de déplacement prédéterminée supérieure ou égale au jeu de montage (jeu de backlash précité), à l'intérieur du piston immobile dans la chemise correspondante .

BREVE DESCRIPTION DES FIGURES

L' invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui suit de modes particuliers de réalisation non limitatifs, en référence aux figures des dessins annexés parmi lesquelles :

- la figure 1 est une vue d'ensemble de

1 ' atterrisseur d'aéronef selon l'invention doté d'un actionneur d'orientation pour orienter des roues portées par 1 ' atterrisseur ;

la figure 2 représente l' actionneur d'orientation de la figure 1 vu selon un plan de coupe dans lequel s'étend un axe de déplacement de la crémaillère ;

- la figure 3 représente une vue en coupe d'un premier mode de réalisation de l'assemblage entre une des extrémités de la crémaillère et un des pistons de 1' actionneur d'orientation selon l'invention ;

- la figure 4 représente une vue en coupe d'un second mode de réalisation de l'assemblage entre une des extrémités de la crémaillère et un des pistons de 1' actionneur d'orientation selon l'invention.

DESCRIPTION DETAILLEE DE L'INVENTION

L'invention concerne un atterrisseur doté d'une partie inférieure orientable 110 par rapport à une partie supérieure 0 de 1 ' atterrisseur . La partie supérieure 0 est destinée à être reliée à la structure de l'aéronef.

La partie inférieure 110 est agencée pour porter au moins une roue directionnelle de l'aéronef. L' atterrisseur selon l'invention comporte un actionneur d'orientation 1 agencé pour commander l'orientation de la partie inférieure de 1 ' atterrisseur par rapport à la partie supérieure, cette orientation se faisant autour d'un axe d'orientation Y visible sur les figures 1 et 2.

En référence à la figure 2, et conformément à l'invention, l'actionneur d'orientation 1 comporte une roue dentée 70 solidaire d'un tube tournant 120 appartenant à la partie inférieure orientable 110. Cette roue dentée 70 coopère avec une crémaillère 20 mobile en translation le long d'un axe de déplacement X et ayant des extrémités 21a, 21b respectivement reliées à des pistons 30a, 30b respectifs. L'axe de déplacement X s'étend dans un plan perpendiculaire à l'axe d'orientation Y. L'actionneur 1 comporte deux cylindres 10a, 10b et chaque piston 30a, 30b est monté coulissant dans un des cylindres respectifs 10a, 10b qui lui est associé. Chaque cylindre 10a, 10b présente une surface cylindrique interne 11 d'axe de révolution parallèle à l'axe de déplacement axial X. Les cylindres 10a, 10b et les pistons 30a, 30b forment deux chambres hydrauliques 15a, 15b définissant un actionneur hydraulique double effet permettant de déplacer la crémaillère 20 dans un sens ou dans l'autre selon l'axe de déplacement axial X. Pour commander le déplacement de la crémaillère 20 dans un premier sens de déplacement axial selon l'axe X et par conséquent orienter la partie inférieure 110 en la pivotant selon un premier sens d'orientation autour de l'axe Y, il suffit de mettre la chambre 15a en surpression par rapport à la chambre 15b avec un niveau de surpression supérieur à un seuil minimum prédéterminé. Pour commander le déplacement de la crémaillère dans un second sens de déplacement axial contraire au premier axe de déplacement axial et par conséquent orienter la partie inférieure 110 en la pivotant selon un second sens d'orientation contraire au premier sens d'orientation, il suffit de mettre la chambre 15b en surpression par rapport à la chambre 15a avec un niveau de surpression supérieur au seuil minimum prédéterminé. Idéalement lorsqu'une chambre est mise en surpression à l'aide d'un circuit d'alimentation en fluide hydraulique sous haute pression, on fait en sorte que l'autre de ces chambres soit alors mise au retour, c'est-à-dire reliée à un circuit de retour de fluide hydraulique basse pression.

Ainsi, en fonctionnement dit « normal », le mouvement de translation de la crémaillère 20 est assuré par l'actionneur hydraulique double effet. Ainsi, dès qu'une orientation spécifique du tube tournant 120 est souhaitée, l'actionneur hydraulique déplace la crémaillère 20 selon son axe de translation X jusqu'à la position souhaitée et entraine, grâce à ses dents 20' qui coopèrent avec des dents 70' de la roue dentée 70, le tube tournant 120.

Lors du roulage de l'aéronef, le tube tournant 120 qui est relié à la ou aux roues directionnelles de l'aéronef subit des efforts provenant du roulage et qui tendent alternativement à orienter la roue dentée 70 tantôt dans le premier sens d'orientation et tantôt dans le second sens d'orientation. Compte tenu du jeu fonctionnel existant (backlash) entre les dents 70' de la roue dentée 70 et les dents 20' de la crémaillère 20, la roue dentée 70, dans la limite de ce jeu fonctionnel, peut se déplacer librement par rapport à la crémaillère et cela même si cette crémaillère 20 est maintenue strictement immobile.

Chaque orientation libre de la roue dentée 70 par rapport à la crémaillère 20 est arrêtée lorsqu'une des dents 70' de la roue dentée 70 vient en contact contre une des dents 20' de la crémaillère. A chaque arrêt de l'orientation libre de la roue dentée 70 se produit un choc entre les dents 20', 70' qui a tendance à user ces dents. L'assemblage entre pistons 30a, 30b et crémaillère 20 proposé selon l'invention permet de réduire l'énergie produite par une partie au moins des chocs entre les dents de la crémaillère 20 et celles de la roue dentée 70 et donc de réduire l'usure des dents 20', 70'. Pour ce faire, chaque extrémité 21a, 21b de la crémaillère 20 est assemblée au piston 30a, 30b qui lui correspond, par une liaison autorisant :

- d'une part un jeu de déplacement axial selon l'axe X entre chaque piston 30a, 30b et la crémaillère 20 ; et

- d'autre part un frottement associé à chaque déplacement axial entre un piston 30a, 30b et la crémaillère 20.

Ainsi, une partie de l'énergie des chocs entre dents est dissipée par frottement entre pistons 30a, 30b et crémaillère 20.

Pour permettre ce frottement lors du coulissement entre un piston 30a, 30b et l'extrémité correspondante 21a, 21b de la crémaillère 20, chaque assemblage piston/crémaillère comporte un joint interne 25 permettant d'une part de réaliser une étanchéité entre le piston et l'extrémité de la crémaillère qui le porte et générant d'autre part un frottement interne entre piston et crémaillère.

En référence aux figures 2 et 3, les extrémités 21a, 21b de la crémaillère 20 sont de forme cylindrique et sont reçues dans des alésages cylindriques 31a, 31b respectifs des pistons 30a, 30b de sorte à autoriser un coulissement axial de la crémaillère 20 vis-à-vis de chacun des pistons 30a, 30b selon l'axe de déplacement axial X. Ce coulissement axial est toutefois limité dans sa course, d'un côté du piston grâce à un contact de type butée entre une surface plane 32 du piston 30a et une surface plane 22 de la crémaillère 20, et de l'autre côté du piston 30a grâce à un contact de même type entre une surface plane 23 du piston 30a et une surface plane 93 d'un ensemble de fixation 90 fixé à la crémaillère. Ces butées 22 et 23 du piston de la figure 3 et 22', 23' du piston de la figure 4 sont espacées pour permettre un jeu J de coulissement maximum égal au jeu entre les dents 20' de la crémaillère 20, et les dents 70' de la roue dentée 70. Chaque jeu J représente la course axiale maximale du piston 30a par rapport à l'extrémité correspondante 21a de la crémaillère 20. Les butées 93 et 93' des ensembles de fixation 90, visibles aux figures 3 et 4, sont prévues pour permettre le montage des pistons 30a et 30b sur la crémaillère et ainsi former un ensemble crémaillère / pistons. On note que chaque chemise 10a, 10b présente une butée axiale interne limitant le déplacement axial de cet ensemble crémaillère / pistons 30a, 30b dans la chemise. Ces butées axiales internes aux chemises sont disposées pour qu'en cas de contact entre une butée axiale et un piston 30a, 30b, de l'ensemble pistons/crémaillère, cette butée axiale appuie sur ce piston pour forcer son emmanchement avec l'extrémité 21a, 21b correspondante de la crémaillère 20. Ainsi les pistons ne subissent pas de gros efforts d'arrachement, ce qui préserve les ensembles de fixation 90. Entre chaque piston 30a, 30b et la surface cylindrique interne 11 du cylindre associé 10a, 10b, on trouve un joint d' étanchéité, dit joint d' étanchéité externe 35 qui assure l' étanchéité de la chambre 15a. Bien entendu, ce joint d' étanchéité externe 35 engendre un effort axial de frottement externe au piston dû au contact du joint 35 avec la surface cylindrique interne 11 du cylindre associé 10a, 10b.

De la même manière, entre chaque extrémité 21a,

21b de la crémaillère 20 et l'alésage cylindrique 31a, 31b du piston 30a, 30b associé, on trouve un joint d' étanchéité interne 25 qui assure l' étanchéité de l'assemblage entre chacune des extrémités 21a, 21b de la crémaillère 20 et le piston 30a, 30b associé. Bien entendu, ce joint d'étanchéité interne 25 engendre lui aussi un effort axial de frottement interne dû au contact entre le joint interne 25 et la surface de l'alésage cylindrique 31 du piston 30.

Les joints interne et externe 25, 35 associés à chaque piston donné 30a, 30b sont agencés pour que les efforts de frottement internes soient toujours inférieurs aux efforts de frottement externes. C'est grâce à cette différence entre les frottements internes et externes que lors du déplacement de la crémaillère, le piston peut, dans la limite du jeu entre les dents, rester immobile par rapport au cylindre 10a, 10b dans lequel il se trouve alors que la crémaillère 20 coulisse dans ce piston. Comme les diamètres internes sont inférieurs aux diamètres externes, les frottements internes sont inférieurs aux frottements externes et la crémaillère peut ainsi coulisser par rapport au piston pour limiter l'énergie de chocs entre les dents 20', 70' et ainsi limiter l'usure de ces dents.

Cette différence entre l'effort axial de frottement externe et l'effort axial de frottement interne auquel est soumis chaque piston donné est principalement dû à la nature des joints et au fait que le diamètre du joint annulaire d'étanchéité externe 35 est plus grand que le diamètre du joint annulaire d'étanchéité interne 25. Ajoutons que l'actionneur est agencé de façon que, quelle que soit la pression appliquée dans une chambre 15a, 15b, les efforts axiaux de frottement externes soient toujours supérieurs aux efforts axiaux de frottement internes.

Cette différence entre les deux efforts axiaux de frottement permet à la crémaillère 20 de se déplacer selon l'axe de déplacement axial X avant au moins un piston 30a, 30b et donc de translater indépendamment et à l'intérieur du ou des dits pistons 30a, 30b. Ainsi, lorsque la roue dentée 70 entraîne la crémaillère 20, cette dernière se déplace selon l'axe de déplacement axial X et au moins l'une de ses extrémités 21a, 21b coulisse à l'intérieur d'au moins un alésage cylindrique 31a, 31b d'un piston 30a, 30b. L'effort axial de frottement interne causé par le joint d'étanchéité interne 25 lors de ce déplacement axial dissipe donc une partie de l'énergie normalement dissipée lors des chocs entre les différentes dentures. Cette dissipation d'énergie contrôlée permet une diminution de l'usure des dents de la roue dentée et de celles de la crémaillère en diminuant l'effet néfaste du backlash dans ce mode de fonctionnement particulier.

En référence aux figures 2 et 4, on présente un mode alternatif de réalisation de la liaison entre un piston 30a, 30b et l'extrémité de la crémaillère correspondante 21a, 21b sur laquelle le piston 30a, 30b est monté coulissant selon l'axe de déplacement axial X. Ce mode de réalisation reprend toutes les caractéristiques du mode de réalisation décrit en référence à la figure 3 mais comprend en plus des moyens permettant à chaque piston 30a, 30b de coulisser par rapport à la crémaillère 20 selon l'axe de déplacement axial X, mais également de rotuler par rapport à l'extrémité de crémaillère autour de laquelle est assemblé le piston. Chaque piston peut rotuler par rapport à la crémaillère d'un angle de rotulage supérieur à 1° d'angle autour d'au moins un axe de rotation perpendiculaire à l'axe de déplacement axial X. Un tel rotulage peut être réalisé grâce à la présence à chaque extrémité de la crémaillère d'une rotule 80a, 80b, aussi appelée pièce rotule, appartenant à la liaison entre l'extrémité 21a de la crémaillère 20 et le piston correspondant 30a. La crémaillère comporte une zone dentée s' étendant entre deux surfaces planes annulaires 22' de la crémaillère. Chaque extrémité de la crémaillère 20 pénètre au travers d'un évidement complémentaire formé dans la rotule 80a, 80b correspondante. Chaque rotule 80a, 80b présente une surface plane annulaire 82 venant buter contre la surface plane annulaire 22' correspondante de la crémaillère. Ainsi, chaque surface plane annulaire 22' s'oppose au déplacement de la rotule 80a, 80b vers la zone dentée de la crémaillère. Chaque pièce rotule 80a, 80b présente une surface sphérique 83 qui coopère avec une surface sphérique 33 complémentaire formée sur le piston 30 correspondant. La surface sphérique 83 de la rotule est préférentiellement concave en direction du piston contre lequel elle vient en appui ce qui favorise le centrage du piston 30a contre la rotule 80a. Chaque alésage d'un piston permettant le passage de la crémaillère 20 au travers du piston présente un tronc de cône dont la base du tronc de cône est orientée vers la rotule 80a contre laquelle le piston vient en appui. Ainsi, la partie du piston 30a qui est la plus mobile lors du rotulage est la partie de ce piston 30a qui est la plus proche de la rotule 80a et la plus proche de la zone dentée de la crémaillère. Le fait que la partie du piston la plus mobile lors du rotulage soit la partie la plus proche de la surface sphérique 83 de la rotule 80a permet de reporter les plus gros efforts de poussée du piston contre la pièce rotule 80a qui est elle-même en butée contre la surface plane annulaire 22'. Ce rotulage permet notamment de rattraper des défauts géométriques, comme un défaut de coaxialité, pouvant exister entre le piston 30a, 30b et le cylindre associé 10a, 10b, facilitant ainsi le coulissement de la crémaillère 20 et des pistons 30a, 30b par rapport aux cylindres 10a, 10b.

Ce rotulage est aisément compréhensible au regard de l'angle de rotulage E visible en figure 4 représentant une course angulaire du piston 30a relativement à la crémaillère 20. On note que, dans le mode de réalisation représenté à la figure 4, avec le piston 30a coulissant et rotulant par rapport à la crémaillère 20, comme dans le mode de réalisation représenté à la figure 3 avec le piston 30a simplement coulissant par rapport à la crémaillère 20, l'assemblage entre un piston 30a et l'extrémité correspondante 21a de la crémaillère est toujours symétrique de l'assemblage entre l'autre piston 30b du dispositif et l'autre extrémité 21b de la crémaillère 20.

Comme indiqué précédemment, chaque liaison / assemblage entre un piston 30a, 30b et l'extrémité correspondante 21a, 21b de la crémaillère 20 présente un jeu axial J permettant un mouvement de coulissement axial entre le piston et l'extrémité correspondante de la crémaillère selon un axe de déplacement axial X de la crémaillère. Dans chacun des modes de réalisation des figures 3 et 4, pour que 1 ' atterrisseur 100 présente une usure sensiblement identique de part et d'autre de chaque dent 20' de la crémaillère 20 et sensiblement identique de part et d'autre de chaque dent 70' de la roue dentée 70, on fait en sorte que le jeu J existant entre une extrémité 21a de crémaillère 20 et le piston 30a correspondant soit sensiblement identique au jeu J existant entre l'autre extrémité 21b de crémaillère 20 et le piston correspondant 30b. Ce jeu J est choisi pour être égal ou supérieur au jeu entre les dents 20', 70' aussi appelé backlash. Ainsi, quel que soit le sens de coulissement de la crémaillère 20 par rapport aux cylindres 10a, 10b, il y a toujours au moins un des pistons 30a, 30b qui est capable de générer un effort de frottement entre piston et crémaillère. Ce freinage réduit l'intensité des chocs entre les dents 20' de crémaillère et les dents 70' de la roue dentée. Grâce à cette réduction des chocs entre dents 20', 70', on constate que l'invention permet de réduire l'usure des dents de crémaillère et de roue dentée occasionnée, lors du roulage de l'aéronef, par le changement répété de sens de rotation de la roue dentée 70.

Dans le mode de réalisation de la figure 4, en plus du jeu axial J, la présence du jeu de rotulage d' angle de rotulage E permet de générer un frottement par rotulage lors du déplacement de la crémaillère. Ce jeu de rotulage, dans une moindre mesure que le jeu axial, favorise aussi la réduction de l'usure des dents.