Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
APPLICATOR FOR APPLYING PRODUCT TO KERATINOUS FIBRES WITH COMPLEX CORE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/220286
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention concerns an applicator device for applying a fluid or pasty product to keratinous fibres, comprising: - a core (1) or technically equivalent elongate element extending along a longitudinal axis XX, - a plurality of elongate spikes (2), a first end of which is embedded in the core or in the technically equivalent element and a second end of which is free, the spikes and the core or the technically equivalent element being integral, i.e. formed in one piece. According to the invention, the core (1) and/or the technically equivalent element (10) has at least one recess (4) or negative relief, opening on the outer surface of the core or the technically equivalent element at an opening (3), said at least one recess (4) being obtained by undercutting.

Inventors:
DE BARDONNECHE, Eric (9 rue du Château d'Eau, COURPALAY, 77540, FR)
Application Number:
FR2017/051358
Publication Date:
December 06, 2018
Filing Date:
May 31, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SIMP (25 rue de l'Industrie, ZA de Mainville, DRAVEIL, 91210, FR)
International Classes:
A46B7/04; A46B9/02
Domestic Patent References:
WO2008113939A22008-09-25
WO2011152927A12011-12-08
WO2017021620A12017-02-09
WO2010149366A12010-12-29
WO2010129818A22010-11-11
Foreign References:
US5611361A1997-03-18
US20040112400A12004-06-17
USD707973S2014-07-01
FR2991560A12013-12-13
EP1070462A12001-01-24
EP2486822A22012-08-15
Attorney, Agent or Firm:
THOMAS, Nadine (BRANDON IP, 64 rue Tiquetonne, PARIS, 75002, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Dispositif applicateur d'un produit fluide ou pâteux sur des fibres kératiniques, comprenant :

- une âme (1 ) ou un élément techniquement équivalent (10) allongé et s'étendant selon un axe longitudinal XX,

- une pluralité de picots (2) de forme allongée, dont une première extrémité est encastrée sur l'âme ou sur l'élément techniquement équivalent et dont une deuxième extrémité est libre, les picots, l'âme ou l'élément techniquement équivalent étant monobloc c'est-à-dire formés en une seule pièce

caractérisé en ce que l'âme (1 ) et/ou l'élément techniquement équivalent présente au moins une cavité (4) ou relief négatif débouchant sur la surface extérieure de l'âme ou de l'élément techniquement équivalent au niveau d'une ouverture (3), ladite au moins une cavité (4) étant obtenue par contre- dépouille.

2. Dispositif applicateur selon la revendication 1 caractérisé en ce qu'au moins une partie de la surface extérieure de ladite âme (1 ) est concave.

3. Dispositif applicateur selon la revendication 2 caractérisé en ce que l'âme comprend plusieurs faces extérieures jointives et en ce que l'une au moins desdites faces jointives comprend une surface concave vis-à-vis de l'extérieur de l'âme (1 ).

4. Dispositif applicateur selon l'une quelconque des revendications précédentes caractérisé en ce que ladite au moins une ouverture (3) sur la surface extérieure de l'âme ou de l'élément techniquement équivalent présente une forme allongée selon l'axe longitudinal XX.

5. Dispositif applicateur selon l'une quelconque des revendications précédentes caractérisé en ce que ladite au moins une ouverture (3) sur la surface extérieure de l'âme ou de l'élément techniquement équivalent présente une forme en hélice autour de l'axe longitudinal XX.

6. Dispositif applicateur selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce que l'âme (1 ) comprend plusieurs cavités (4) radialement espacées sur une section transversale.

7. Dispositif applicateur selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce que l'âme présente entre deux et 64 cavités (4) radialement espacées sur une section transversale, de préférence entre deux et 36.

8. Dispositif applicateur selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce que l'âme (1 ) ou l'élément techniquement équivalent présente entre deux et 24 ouvertures (3) allongées, successives selon l'axe XX, qui sont alignées.

9. Dispositif applicateur selon la revendication précédente caractérisé en ce que la ou les faces concaves sur l'âme (1 ) ou l'élément techniquement équivalent sont disposées entre lesdites lignes formées par lesdites ouvertures.

10. Dispositif applicateur selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce qu'il est réalisé en une ou plusieurs matières.

Description:
APPLICATEUR DE PRODUIT SUR FIBRES KERATINIQUES A AME

COMPLEXE

DOMAINE TECHNIQUE DE L ' INVENTION

[0001] L'invention se rapporte au domaine des applicateurs de produit cosmétique fluide ou pâteux, de type mascara. L'invention concerne plus spécifiquement le dispositif ou moyen applicateur du produit cosmétique. De façon particulière les applicateurs visés par l'invention permettent d'appliquer un produit cosmétique, de maquillage ou de soin sur les poils, cils ou sourcils. ETAT DE LA TECHNIQUE ANTERIEURE

[0002] On connaît déjà dans l'art antérieur de très nombreux applicateurs de mascara. Le dispositif d'application en lui-même peut être par exemple une brosse de forme allongée, dotée d'une âme centrale à partir de laquelle sont hérissés un ensemble de poils ou picots. Les poils relèvent d'une technologie ancienne : un fil métallique torsadé retient des poils qui sont hérissés transversalement. Un exemple d'application est illustré dans le brevet américain US 5 61 1 361 . Un autre exemple est montré dans la demande américaine US 2004/01 12400 ; dans cet exemple les poils hérissés à partir du fil métallique torsadé présentent en eux-mêmes des caractéristiques spécifiques tels que des trous, des aspérités ou reliefs, des dépôts d'additifs.

[0003] Il existe un avantage certain lié à la construction de l'applicateur suivant cet art antérieur (un fil métallique torsadé retient des poils qui sont hérissés transversalement). En effet, l'âme de tels applicateurs est en général réalisée au moyen de deux fils métalliques de petits diamètres torsadés l'un sur l'autre permettant d'emprisonner les fibres plastiques. Cette tresse métallique possède ainsi une très faible section, le diamètre de cette section est, à l'épaisseur près de la fibre plastique emprisonnée dans la tresse, égale à deux fois le diamètre du fil torsadé. Les demandes de brevets USD707973S1 et FR2991560A1 montrent ce type d'applicateur ou l'on voit clairement qu'il y a une importante proportion entre la section de l'âme torsadée métallique et le diamètre extérieur (surface développée de travail, portée par l'extrémité des picots). L'âme métallique tressée permet d'apporter une bonne rigidité à l'applicateur pour limiter l'effet de flexion lors de son l'utilisation pour la dépose du produit et lorsque l'utilisatrice le plonge dans le flacon à travers le système d'essorage ou essoreur. Cette petite section permet de déployer sur un rayon important les fibres servant de picots. Lors du passage à travers le système d'essorage une grande quantité de produit reste donc prisonnière sur l'âme et stockée ainsi entre les fibres (Ce que l'on appelle la capacité de charge de l'applicateur). En fonction des zones à atteindre pour le maquillage ou par exemple en fonction de la taille des cils de l'utilisatrice le diamètre extérieur de l'applicateur doit être le plus réduit possible tout en gardant sa capacité de charge. Cela renforce l'avantage à utiliser une âme métallique ayant une section réduite pour permettre de garder une longueur de picots adaptée et de pouvoir déposer et peigner avec efficacité le produit de maquillage ou de soin sur les fibres kératiniques.

[0004] Il est ici rappelé que l'essoreur est une petite pièce disposée sur l'embouchure (ou col) du contenant de produit de maquillage ou de soin, apte à enlever le surplus de produit cosmétique capté par l'applicateur dans le contenant.

[0005] Un autre exemple de ce type d'applicateur est divulgué dans le document EP 1 070 462 : les fibres de cet applicateur présentent des profils spécifiques, avec des sections transversales en forme de H, de L, de O afin d'obtenir des propriétés nouvelles.

[0006] Un autre type d'applicateurs comprend une âme en matière plastique à partir de laquelle un ensemble de picots, également en matière plastique, sont déployés. Un grand nombre de modes de réalisation est connu, qui visent des effets techniques variés. Cependant il reste un inconvénient majeur lié à ces modes de réalisation : l'âme plastique ne permet pas de proposer les mêmes caractéristiques mécaniques, à taille égale, qu'une âme métallique tressée. Nous allons appeler cela le rapport (surface de section/rigidité, comportement mécanique de l'âme).

[0007] Un moyen simple pour résoudre ce problème consiste à augmenter la dureté et donc la rigidité du matériau plastique pour réduire la section de l'âme ; mais cela a pour conséquence d'augmenter la rigidité des picots (généralement en même matériau que l'âme) ce qui rend l'applicateur non compatible avec sa fonction principale qui est de pouvoir peigner les fibres keratiniques tout en gardant un confort minium pour l'utilisatrice (picots « piquants »). Seuls les applicateurs de type « peigne » peuvent être moulés avec un matériau ayant une dureté et une rigidité importante.

[0008] Un autre mode de réalisation décrit dans le document EP2486822 permet de palier en partie au problème du rapport section / rigidité et au problème du confort d'utilisation des picots. Cette invention prévoit un applicateur réalisé avec deux matières plastiques de nature et dureté différentes pour d'un côté renforcer la rigidité de l'âme et de l'autre proposer un matériau souple et moins rigide pour la flexion des picots et le confort d'utilisation.

[0009] Un autre dispositif montré par la demande WO2010129818A2 détaille une construction qui utilise à la fois une âme métallique et une âme plastique. [0010] Un développement et une amélioration apparaissent donc nécessaires pour le cas des applicateurs moulés en matière plastique notamment au niveau de l'âme afin de permettre à celle-ci, tout en ayant une section plus importante qu'une âme métallique tressée, de capter un maximum de formule à la base des picots et cela quelle que soit la longueur des picots. EXPOSE DE L'INVENTION

[0011] L'invention vise à remédier aux inconvénients de l'état de la technique et notamment à proposer un dispositif d'application apte à capter un volume maximum de produit cosmétique lorsqu'il est en contact avec celui-ci, tout en gardant ce produit même après le ou les passages à travers l'essoreur. [0012] L'invention vise un applicateur d'un produit fluide ou pâteux sur des fibres kératiniques, comprenant :

- une âme ou un élément techniquement équivalent allongé et s'étendant selon un axe longitudinal XX, - une pluralité de picots de forme allongée, dont une première extrémité est encastrée sur l'âme ou sur l'élément techniquement équivalent et dont une deuxième extrémité est libre ; les picots, l'âme ou l'élément techniquement équivalent étant monobloc c'est-à- dire formés en une seule pièce.

[0013] Pour ce faire est proposé selon un premier aspect de l'invention la caractéristique selon laquelle l'âme et/ou l'élément techniquement équivalent présente au moins une cavité ou relief négatif débouchant sur la surface extérieure de l'âme ou de l'élément techniquement équivalent au niveau d'une ouverture, ladite au moins une cavité étant obtenue par contre-dépouille.

[0014]Ainsi, tout ou partie de l'âme possède des réservoirs 'internes' permettant de capter la formule de soin ou de maquillage dans la zone où, les cils par exemple, vont venir se charger au contact du produit liquide ou pâteux.

[0015] Par 'contre-dépouille' on comprend que ladite au moins une cavité présente une forme telle que sa surface qui débouche sur la surface extérieure de l'âme, est inférieure à une surface parallèle à l'intérieur de la cavité. Le sens classique de 'contre dépouille' doit être pris en compte. Avantageusement, la forme de ladite au moins une cavité est telle qu'elle constitue intrinsèquement une sorte de piège ou retenue de produit. Ainsi ladite âme possède des réservoirs constitués par des dépressions logées à l'intérieur. Ces logements en creux ont pour principale caractéristique d'être, en vue de coupe (plan de section), en contre dépouille par rapport à la surface extérieure de l'applicateur. La surface d'ouverture placée sur l'enveloppe extérieure de l'âme est inférieure à une surface en fond de cavité. Cela permet d'augmenter le volume disponible par rapport à l'ouverture disponible. De plus, ces éléments caractéristiques de l'invention permettent à l'âme de garder une bonne rigidité tout étant spongieuse et apte à capter un maximum de produit.

[0016] De façon avantageuse, au moins une partie de la surface extérieure de ladite âme est concave. Plus précisément, l'âme peut comprendre plusieurs faces extérieures jointives et l'une au moins desdites faces jointives comprend une surface concave vis-à-vis de l'extérieur de l'âme.

[0017] Selon une autre caractéristique, ladite ouverture sur la surface extérieure de l'âme ou de l'élément techniquement équivalent présente une forme allongée selon l'axe longitudinal XX.

[0018] Sans sortir du cadre de l'invention, ladite ouverture sur la surface extérieure de l'âme ou de l'élément techniquement équivalent présente une forme en hélice autour de l'axe XX.

[0019] Par ailleurs, l'âme peut présenter plusieurs cavités radialement espacées sur une section transversale.

[0020] De façon préférée, l'âme présente entre deux et 64 cavités radialement espacées sur une section transversale, de préférence entre deux et 36.

[0021] En outre, l'âme ou l'élément techniquement équivalent présente entre deux et 24 ouvertures allongées, successives selon l'axe XX, qui sont alignées. [0022] Avantageusement, la ou les faces concaves sur l'âme ou l'élément techniquement équivalent sont disposées entre lesdites lignes formées par lesdites ouvertures

[0023] L'applicateur peut être réalisé en une ou plusieurs matières.

BREVE DESCRIPTION DES FIGURES

[0024] D'autres caractéristiques et avantages de l'invention ressortiront à la lecture de la description qui suit, en référence aux figures annexées, qui illustrent : la figure 1 , une perspective d'une âme d'un applicateur selon un mode de réalisation de l'invention ;

- la figure 2, une coupe transversale de l'âme selon la figure 1 ;

la figure 3, une coupe transversale détaillée de l'âme selon la figure 1 ; la figure 4, un autre mode de réalisation d'une âme selon l'invention ; la figure 5, une perspective d'un dispositif applicateur selon un mode de réalisation de l'invention ;

la figure 5A, une coupe transversale du dispositif de la figure 5 ; la figure 6, une perspective d'un dispositif applicateur selon un autre mode de réalisation de l'invention ;

la figure 6A, une vue de côté du dispositif de la figure 6 ;

la figure 7, une perspective d'un dispositif applicateur selon encore un autre mode de réalisation de l'invention ; et

la figure 7A, une vue de côté du dispositif de la figure 7.

[0025] Pour plus de clarté, les éléments identiques ou similaires sont repérés par des signes de référence identiques sur l'ensemble des figures.

DESCRIPTION DETAILLEE D'UN MODE DE REALISATION

[0026] La figure 1 représente une partie centrale allongée ou âme 1 d'un dispositif d'application selon l'invention. L'âme est ici de forme cylindrique et d'axe longitudinal XX. La perspective de la figure 1 montre plusieurs ouvertures 3 sur la surface extérieure de l'âme 1 . Selon ce mode de réalisation, les ouvertures sont allongées selon l'axe XX ; elles forment des sortes de sillons allongés selon la longueur de l'applicateur. [0027] La figure 2 précise la forme préférée des cavités 4 partiellement délimitées par les ouvertures 3 en surface de l'âme 1 . On voit ici six cavités 4 angulairement réparties. La figure 3 permet de mieux voir la contre-dépouille 'd' formée à proximité et à partir de l'ouverture 3. Cette forme spécifique permet de bien capter et garder le produit fluide ou pâteux que l'on souhaite appliquer sur les fibres kératiniques. Sachant par ailleurs que l'applicateur est monobloc, la contre dépouille n'est pas facile à réaliser. De façon usuelle, on réalise des dépouilles positives voire droites.

[0028] Les cavités 4 profilées selon l'invention permettent à l'âme de conserver à la fois la rigidité et la flexion souhaitées et qui peuvent être comparées à celles des applicateurs dotés de fils métalliques torsadés qui maintiennent des poils. [0029] La figure 4 correspond à un mode de réalisation où les cavités 4 sont allongées selon l'axe XX mais de façon torsadées ou twistées autour de cet axe.

[0030] Les figures 5 et 5A permettent de décrire un applicateur selon un autre mode de réalisation de l'invention. On y voit les cavités 4 réparties de la façon suivante : trois cavités sont juxtaposées et alignées sur la longueur de l'applicateur pour former une ligne ou rangée ; la figure 5A montre que l'âme 1 comporte trois rangées ainsi formées, angulairement réparties à 120 ° les unes des autres. Bien entendu des picots 2 peuvent avantageusement être répartis autour des cavités 4. Ils présentent une première extrémité encastrée sur l'âme 1 et une deuxième extrémité libre. Leur longueur est laissée au choix du concepteur ; ils peuvent être droits ou courbés ; leur direction générale peut être radiale comme le montre la figure 5A.

[0031] Les figures 6 et 6A illustrent encore un autre mode de réalisation de l'invention selon lequel les cavités 4 sont globalement allongées selon l'axe XX. Plus précisément elles s'étirent selon une forme en hélice, ainsi que les ouvertures 3. L'implantation des picots 2 sur l'âme 1 suit la forme des ouvertures 3, est donc hélicoïdale comme le montre plus précisément la figure 6A. L'homme de métier choisit ce mode de réalisation par exemple lorsque la nature de la composition à appliquer (en termes notamment de viscosité, de présence de microfibres ou autres éléments) requiert une légère rotation de l'applicateur selon son axe longitudinal XX, lors de l'application.

[0032] Les figures 7 et 7A illustrent un autre mode de réalisation de l'invention qui diffère de celui illustré sur les figures 6 et 6A essentiellement par la forme extérieure de l'âme 1 . La forme de l'âme 1 correspond au schéma de la figure 4 : allongée et twistée. On trouve quatre cavités 4 qui s'étirent selon la longueur de l'âme 1 . La section transversale de l'âme 1 est quasi carrée comme le montre la figure 7A, avec cependant ici quatre côtés légèrement concaves. Les faces concaves ainsi crées en surface de l'âme, vont augmenter la capacité de charge en composition à appliquer ; autrement dit et avantageusement, les concavités permettent de garder la charge lors du passage de l'applicateur à travers l'essoreur généralement de diamètre proche de celui de l'âme 1 . La caractéristique relative aux faces extérieures concaves crée une synergie très intéressante avec la forme caractéristique intrinsèque des cavités 4 obtenues par contre-dépouille.

[0033] De préférence, les picots 2 sont encastrés sur les quatre faces principales de l'âme 1 et ils s'y répartissent régulièrement.

[0034] Bien entendu le nombre de cavités 4 n'est pas figé à l'avance ; l'homme de métier choisit dans le cadre de l'invention, selon les caractéristiques définies ci- avant. La forme générale de l'âme 1 peut être en tronc de cône, de section transversale circulaire, ovale ou non. L'homme de métier choisit en fonction des besoins et contraintes physico-mécaniques. La forme intérieure des cavités peut varier, à partir du moment où elle peut être réalisée en contre dépouille par rapport à la surface extérieure de l'âme.

[0035] Il est encore possible, dans le cadre de l'invention, de prévoir des cavités dans un élément techniquement équivalent à l'âme tel qu'une tige qui s'étend longitudinalement entre par exemple deux points d'encastrement sur l'âme.

[0036] D'autres caractéristiques techniques qui entrent dans la définition et la compréhension énoncées ci-dessus font partie de l'invention.