Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
AUTOMATIC HAIR-STYLING APPARATUS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/129874
Kind Code:
A1
Abstract:
- The invention concerns a hair-styling apparatus (1) designed so as to be gripped and handled by hand and comprising a main body (2) that carries at least one motorised roller (3) mounted so as to be able to rotate relative to the main body in order to cause a lock of hair (C) to be styled to move by friction relative to the main body (2), said hair-styling apparatus (1) being characterised in that said main body (2) also carries guide means (5) for guiding said lock of hair (C) arranged relative to said motorised roller (3) to keep said lock of hair (C) pressed against said motorised roller (3) according to an angular contact sector (α) of at least 30°.

Inventors:
LAUCHET, Nicolas (8 allée des Matives, ESTRABLIN, 38780, FR)
JAVELLE, Valentin (21 Chemin De Champ Sever, CHONAS L'AMBALLAN, 38121, FR)
Application Number:
EP2018/097119
Publication Date:
July 04, 2019
Filing Date:
December 28, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SEB S.A. (112 Chemin du Moulin Carron, Campus SEB, ECULLY, 69130, FR)
International Classes:
A45D2/00; A45D1/06; A45D1/08; A45D1/14; A45D7/02
Foreign References:
DE102012224050A12014-06-26
CN107087882A2017-08-25
JPS62164406A1987-07-21
JPH0616724B21994-03-09
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
BOURRIERES, Patrice (SEB DEVELOPPEMENT, 112 Chemin du Moulin CarronCampus SE, CS 69134 ECULLY CEDEX, 69134, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 - Appareil de coiffage (1 ) conçu pour être saisi et manipulé à la main et comprenant un corps principal (2) qui embarque au moins un rouleau motorisé (3) monté rotatif relativement au corps principal pour mettre en mouvement par friction une mèche de cheveux ( C ) à coiffer relativement au corps principal (2), ledit appareil de coiffage (1 ) étant caractérisé en ce que ledit corps principal (2) embarque également des moyens de guidage (5) de ladite mèche de cheveux ( C ) agencés relativement audit rouleau motorisé (3) pour maintenir plaquée ladite mèche de cheveux ( C ) contre ledit rouleau motorisé (3) selon un secteur angulaire de contact (a) au moins égal à 30°.

2 - Appareil de coiffage (1 ) selon la revendication 1 caractérisé en ce que ledit secteur angulaire de contact (a) est au moins égal à 45°, et de façon encore plus préférentielle au moins égal à 90°.

3 - Appareil de coiffage (1 ) selon la revendication 2 caractérisé en ce que ledit secteur angulaire de contact (a) est sensiblement inférieur ou égal à 135°.

4 - Appareil de coiffage selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce que ledit corps principal (2) embarque un dispositif de serrage (6) de ladite mèche de cheveux ( C ) à coiffer, lesdits moyens de guidage (5) comprenant ledit dispositif de serrage (6). 5 - Appareil de coiffage (1 ) selon la revendication 4 caractérisé en ce que ledit dispositif de serrage (6) est disposé à l’amont dudit rouleau motorisé (3) relativement au sens de déplacement (D) de ladite mèche de cheveux ( C ) relativement au corps principal (2).

6 - Appareil de coiffage (1 ) selon la revendication 4 ou 5 caractérisé en ce que ledit dispositif de serrage (6) comprend une première et une deuxième surface de pression (7), (8) mobiles l’une relativement à l’autre entre : - d’une part une configuration d’introduction selon laquelle lesdites première et deuxième surfaces de pression (7), (8) sont suffisamment écartées l’une de l’autre pour permettre l’insertion entre elles de ladite mèche de cheveux ( C ).

- et d’autre part une configuration de serrage selon laquelle lesdites surfaces de pression (7), (8) sont suffisamment rapprochées pour enserrer entre elles ladite mèche de cheveux ( C ) qui s’inscrit alors dans un plan moyen (PM) correspondant à l’interface desdites première et deuxième surfaces de pression (7), (8).

7 - Appareil de coiffage (1 ) selon les revendications 5 et 6 caractérisé en ce que lesdits moyen de guidage (5) sont agencés relativement auxdits rouleau motorisé (3) et dispositif de serrage (6) pour que la mèche de cheveux ( C ) se déplace à l’aval dudit secteur angulaire de contact (a), en considération du sens de déplacement (D) de ladite mèche de cheveux ( C ) relativement au corps principal (2), selon une direction moyenne (A) qui coupe ledit plan moyen (PM).

8 - Appareil de coiffage (1 ) selon l’une des revendications 4 à 7 caractérisé en ce que ledit dispositif de serrage (6) est pourvu d’un moyen de chauffage pour à la fois serrer et chauffer la mèche de cheveux ( C ).

9 - Appareil de coiffage (1 ) selon l’une des revendications 4 à 8 caractérisé en ce que ledit corps principal (2) embarque également un moyen de peignage (22) de ladite mèche de cheveux ( C ) destinée à être mise en mouvement par ledit rouleau motorisé (3), ledit moyen de peignage (22) étant disposé à l’amont du dispositif de serrage (6) relativement au sens de déplacement (D) de ladite mèche ( C ).

10 - Appareil de coiffage (1 ) selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce que lesdits moyens de guidage (5) comprennent un rouleau de pressage (17) destiné à venir presser localement ladite mèche de cheveux ( C ) contre le rouleau motorisé pour permettre l’entraînement par friction de ladite mèche de cheveux

(O)· 11 - Appareil de coiffage (1 ) selon la revendication précédente caractérisé en ce que ledit rouleau de pressage (17) est disposé à l’aval dudit secteur angulaire de contact (a), en considération du sens de déplacement de ladite mèche de cheveux (C) relativement au corps principal (2).

12 -Appareil de coiffage (1 ) selon les revendications 6 et 11 caractérisé en ce que lesdits rouleau motorisé (3) et rouleau de pressage (17) sont rotatifs selon respectivement un premier et un deuxième axe de rotation (X-X’) et (Y-Y’) et sont respectivement solidaires de la première et de la deuxième surface de pression (7), (8), le premier axe de rotation (X-X’) formant en configuration de serrage d’une part la frontière d’un premier demi-plan (P1 ) qui est parallèle audit plan moyen (PM) et s’étend vers l’extérieur de l’appareil (1 ) et d’autre part la frontière d’un deuxième demi-plan (P2) au sein duquel s’inscrit le deuxième axe (Y-Y’), ledit deuxième demi-plan (P2) étant soit confondu avec ledit premier demi- plan (P1 ), soit incliné relativement à ce dernier d’un angle (b) inférieur à 60°, de préférence inférieur ou égal à 45°.

13 - Appareil de coiffage (1 ) selon l’une des revendications 10 à 12 caractérisé en ce que lesdits rouleau de pressage (17) et rouleau motorisé (3) sont conçus pour se déplacer l’un relativement à l’autre entre :

une position rapprochée, dans laquelle le rouleau de pressage (17) est suffisamment proche du rouleau motorisé (3) pour presser ladite mèche de cheveux ( C ) contre ledit rouleau motorisé afin d’établir une liaison mécanique d’entraînement par friction de ladite mèche de cheveux ( C ).

et une position écartée, dans laquelle le rouleau de pressage (17) est suffisamment éloigné du rouleau motorisé (3) pour ne pas presser ladite mèche de cheveux ( C ) contre ledit rouleau motorisé.

14 -Appareil de coiffage (1 ) selon les revendications 6 et 13 caractérisé en ce que ledit rouleau motorisé (3) est solidaire de ladite première surface de pression (7) de façon à se déplacer avec elle, tandis que ledit rouleau de pressage (17) est solidaire de ladite deuxième surface de pression (8) de façon à se déplacer avec elle, ladite position rapprochée étant atteinte lorsque lesdites première et deuxième surfaces de pression (7), (8) sont en configuration de serrage, tandis que ladite position écartée est atteinte lorsque lesdites première et deuxième surfaces de pression (7), (8) sont en configuration d’introduction.

15 -Appareil de coiffage (1 ) selon la revendication 14 caractérisé en ce que ledit dispositif de serrage (6) comprend au moins un deuxième châssis (19) monté mobile relativement audit corps principal entre une position de serrage correspondant à la configuration de serrage et une position d’introduction correspondant à la configuration d’introduction, ledit deuxième châssis (19) embarquant ladite deuxième surface de pression (8) ainsi qu’un support (20) qui embarque lui-même ledit rouleau de pressage (17), ledit support (20) étant lui-même monté mobile relativement audit deuxième châssis (19) entre au moins une position de repos qu’il occupe tant que le deuxième châssis (19) est en position d’introduction et une position d’engagement qu’il occupe lorsque le deuxième châssis (19) atteint sa position de serrage. 16 -Appareil de coiffage (1 ) selon la revendication 15 caractérisé en ce que ladite position d’engagement est flottante pour s’adapter à l’épaisseur de ladite mèche de cheveux ( C ).

17 -Appareil de coiffage (1 ) selon la revendication 15 ou 16 caractérisé en ce que ledit support (20) est monté à pivotement relativement audit deuxième châssis (19) entre ses positions de repos et d’engagement.

18 -Appareil de coiffage (1 ) selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce qu’il forme un fer à lisser.

Description:
APPAREIL DE COIFFAGE AUTOMATIQUE

La présente invention se rapporte au domaine technique général des appareils de coiffage ou coiffure, de préférence à usage domestique, et plus précisément aux appareils de coiffage électrique portatifs destinés à assurer une mise en forme des cheveux, et notamment un lissage de ces derniers.

La présente invention concerne plus particulièrement un appareil de coiffage conçu pour être saisi et manipulé à la main et comprenant un corps principal qui embarque au moins un rouleau motorisé monté rotatif relativement au corps principal pour mettre en mouvement par friction une mèche de cheveux à coiffer relativement au corps principal.

Les fers à lisser électriques sont bien connus. Ils se présentent généralement sous la forme d'une pince à profil en V, en forme générale de « pince à sucre », dont les mors sont constitués de plaques chauffantes. Ces fers à lisser connus permettent à l'utilisateur de venir exercer, au moyen de la pince en question, une pression locale sur une mèche de cheveux tout en chauffant cette dernière, ce qui permet de lisser la mèche de cheveux concernée.

Ces appareils connus, s'ils donnent globalement satisfaction, n'en présentent pas moins certains inconvénients.

En premier lieu, ces appareils connus présentent un caractère purement manuel, obligeant par exemple l'utilisateur à déplacer lui-même le fer à lisser le long d'une mèche donnée pour mettre en forme cette dernière sur toute sa longueur. Ceci est non seulement fastidieux et inconfortable pour l'utilisateur, mais peut également affecter le résultat final de mise en forme. En effet, la façon d'utiliser l'appareil (pression manuelle exercée, gestuelle...) peut varier d'un utilisateur à l'autre, et même, pour un utilisateur donné, d'une mèche à l'autre.

Ces appareils connus, outre le fait qu'ils sont peu pratiques à utiliser, ne permettent donc pas de garantir l'obtention d'un résultat constant et répétable. Les objets assignés à l'invention visent par conséquent à porter remède aux différents inconvénients énumérés précédemment et à proposer un nouvel appareil de coiffage qui est particulièrement facile et rapide à utiliser, et dont la conception permet non seulement de limiter l'intervention manuelle de l'utilisateur, mais également de permettre de coiffer une mèche de cheveux sur sensiblement toute sa longueur.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouvel appareil de coiffage dont la conception permet un fonctionnement automatique particulièrement fiable.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouvel appareil de coiffage qui permet d'obtenir un lissage des cheveux particulièrement efficace, dans des conditions d'utilisation confortables.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouvel appareil de coiffage de construction particulièrement simple et compacte.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouvel appareil de coiffage particulièrement robuste et fiable. Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouvel appareil de coiffage de conception ergonomique et d'utilisation particulièrement intuitive.

Les objets assignés à l'invention sont atteints à l'aide d'un appareil de coiffage conçu pour être saisi et manipulé à la main et comprenant un corps principal qui embarque au moins un rouleau motorisé monté rotatif relativement au corps principal pour mettre en mouvement par friction une mèche de cheveux à coiffer relativement au corps principal, ledit appareil de coiffage étant caractérisé en ce que ledit corps principal embarque également des moyens de guidage de ladite mèche de cheveux agencés relativement audit rouleau motorisé pour maintenir plaquée ladite mèche de cheveux contre ledit rouleau motorisé selon un secteur angulaire de contact au moins égal à 30°. D'autres particularités et avantages de l'invention apparaîtront et ressortiront plus en détail à la lecture de la description faite ci-après, en référence aux dessins annexés, donnés à titre purement illustratif et non limitatif, dans lesquels : - La figure 1 illustre, selon une vue en perspective, un appareil de coiffage conforme à un premier mode de réalisation de l'invention et dont le dispositif de serrage est en configuration de serrage, ledit appareil de coiffage constituant en l'espèce un fer à lisser automatique. - La figure 2 illustre, selon une première vue schématique écorchée, l'appareil de la figure 1.

- La figure 3 illustre, selon une deuxième vue schématique écorchée, où des pièces ont été omises par souci de clarté, l'appareil des figures 1 et 2.

- La figure 4 illustre, selon une vue en perspective, un détail de l’appareil de la figure 3.

- La figure 5 illustre, selon une vue de face, l'appareil de la figure 4.

- La figure 6 illustre, selon une vue schématique en coupe transversale, l'appareil des figures 1 à 5.

- La figure 7 est une vue partielle de dessus, selon un plan de coupe frontale, de l’appareil des figures précédentes.

- La figure 8 illustre, selon une vue en perspective, l’appareil des figures précédentes avec cette fois le dispositif de serrage en configuration d'introduction.

- La figure 9 illustre, selon une vue schématique écorchée, l'appareil de la figure 8.

- La figure 10 illustre, selon une vue de face, un détail de réalisation de l'appareil des figures 8 et 9.

- La figure 11 illustre, selon une vue schématique en coupe transversale, l'appareil des figures 8 à 10. - La figure 12 est une vue partielle de dessus, selon un plan de coupe frontale, de l’appareil des figures 8 à 11.

- La figure 13 est une vue schématique, selon un plan de coupe sagittale, de l’appareil des figures 8 à 12. - La figure 14 illustre, selon une vue schématique en perspective, un appareil de coiffage conforme à un second mode de réalisation de l'invention avec son dispositif de serrage en configuration de serrage.

- La figure 15 illustre, selon une vue schématique en perspective, l’appareil de coiffage de la figure 15 avec son dispositif de serrage en configuration d’introduction.

- La figure 16 illustre de façon schématique un appareil selon l’invention en utilisation.

L'appareil de coiffage 1 conforme à l'invention est conçu pour être saisi et manipulé à la main. Il s'agit donc d'un appareil portatif et manuel, de préférence destiné à une utilisation dans un cadre domestique par un utilisateur qui ne dispose pas de compétences professionnelles en matière de coiffage ou de coiffure, c’est-à-dire de mise en forme des cheveux, et en particulier lissage des cheveux. De préférence, et conformément aux différents modes de réalisation illustrés aux figures, l'appareil de coiffage 1 forme un fer à lisser qui permet à un utilisateur de lisser ses cheveux, de préférence par apport de chaleur et de pression. De préférence et comme illustré, l’appareil 1 forme un fer à lisser automatique, c’est-à-dire que l’appareil 1 est conçu pour limiter l’intervention active de l’utilisateur, qui n’a pas de gestes techniques, spécifiques, à effectuer, tels que des gestes et opérations que pourrait effectuer un coiffeur pour obtenir un résultat analogue. Le caractère automatique de l’appareil 1 permet en particulier à l’appareil 1 d’assurer par lui-même le déplacement relatif de la mèche de cheveux à coiffer et de l’appareil 1. Préférentiellement, l’appareil 1 est conçu pour être sensiblement fixe (relativement à la tête de l’utilisateur) tout en mettant en mouvement la mèche de cheveux. L'invention n'est toutefois pas limitée à ce mode de réalisation spécifique, et il est par exemple tout à fait envisageable que l'appareil de coiffage 1 forme un fer à friser, un fer à gaufrer, ou tout autre appareil de mise en forme des cheveux, automatique ou non. Par souci de concision, la description qui suit sera néanmoins centrée exclusivement sur un appareil de coiffage 1 assurant une fonction de lissage.

L'appareil 1 conforme à l'invention comprend, comme illustré aux figures, au moins un corps principal 2, qui comprend lui-même avantageusement un boîtier, réalisé par exemple en matière plastique injectée. Le corps principal 2 peut se présenter sous la forme d'une pièce monolithique (comme illustré aux figures 1 à 13) ou alternativement sous la forme d'un assemblage de pièces éventuellement mobiles les unes par rapport aux autres (variante des figures 14 et 15). L’appareil 1 comprend avantageusement une poignée 2A destinée à être saisie manuellement pour manipuler l'appareil 1. La poignée 2A est avantageusement formée par la partie arrière 200 du boîtier précité et se prolonge par exemple elle-même vers l'arrière par un cordon d'alimentation électrique (non représenté), et vers l'avant par une partie active 201 destinée à recevoir des mèches de cheveux C pour les mettre en forme (en l’occurrence les lisser).

Comme illustré aux figures, le corps principal 2 embarque au moins un rouleau motorisé 3 monté rotatif relativement au corps principal 2 pour mettre en mouvement par friction une mèche de cheveux C à coiffer relativement au corps principal 2. Le rouleau motorisé 3 présente avantageusement une forme sensiblement cylindrique de courbe directrice circulaire. Le rouleau motorisé 3 est ainsi conçu pour faire défiler la mèche de cheveux à coiffer C relativement au corps principal 2, par exemple à une vitesse comprise par exemple entre 1 et 5 cm/s, de préférence égale à environ 2 cm/s. Il est pour cela d'une part conçu pour établir une liaison mécanique d'entraînement avec la mèche de cheveux C (en l'espèce par friction, c'est-à-dire par adhérence locale et temporaire de la mèche de cheveux C à la surface du rouleau 3), et d'autre part relié à un moteur 4, afin d'être mis en rotation par ce dernier et pouvoir ainsi impartir un mouvement à la mèche de cheveux C à mettre en forme. Le rouleau motorisé 3 est capable de faire défiler la mèche C à une vitesse idéale (par exemple conforme aux valeurs susvisées) pour obtenir un résultat de coiffage satisfaisant. Le rouleau motorisé 3 permet ainsi d'automatiser l'opération de coiffage, en vue par exemple d'obtenir un effet de lissage (conformément au mode de réalisation illustré) en faisant défiler la mèche de cheveux à coiffer C entre des plaques de lissage, comme cela sera décrit plus en détails dans ce qui suit. L'invention n'est cependant pas limitée à la mise en œuvre d'un lissage et le rouleau motorisé 3 peut être alternativement destiné à mettre en mouvement la mèche de cheveux C en vue de conférer plutôt à cette dernière un bouclage, une ondulation ou tout autre effet de mise en forme recherché. Le moteur 4 est par exemple un moteur électrique, et de façon encore plus préférentielle un motoréducteur. Le moteur 4 comprend ainsi par exemple un arbre moteur rotatif 4A qui peut soit être formé directement par l'arbre de sortie du moteur 4 (variante non illustrée), soit être mis en mouvement par l'arbre de sortie 4B du moteur (variante illustrée aux figures 1 à 13), préférentiellement au moyen d'un système de réduction, lequel comprend par exemple deux pignons 40A, 40B portés respectivement par l'arbre moteur 4A et l'arbre de sortie 4B. Comme illustré, le rouleau motorisé 3 est monté rotatif relativement au corps principal selon un premier axe de rotation X-X' qui s'étend de préférence de façon perpendiculaire à la direction moyenne de déplacement de la mèche de cheveux C. En d'autres termes, la mèche de cheveux C est entraînée par le rouleau motorisé 3 en déplacement transversal relativement à la direction d'extension longitudinale du rouleau motorisé 3.

Afin de favoriser une adhérence locale de la mèche de cheveux C au rouleau motorisé 3, ce dernier est au moins superficiellement constitué d'un matériau adapté, par exemple un matériau à base d'élastomère, de caoutchouc, de silicone, de mousse (éventuellement imprégnée d’un produit se soin ou d’un produit cosmétique pour les cheveux)... Le recours à d'autres matériaux est toutefois envisageable (matériaux métalliques ou matières plastiques par exemple). Comme illustré aux figures, le premier axe de rotation X-X' du rouleau motorisé 3 s'étend avantageusement sensiblement parallèlement à la direction moyenne d'extension longitudinale de l'appareil de coiffage 1 , et notamment de sa poignée 2A.

Conformément au mode de réalisation illustré aux figures, le corps principal 2 embarque également des moyens de guidage 5 de la mèche de cheveux C agencés relativement au rouleau motorisé 3 pour maintenir plaquée ladite mèche de cheveux Ç contre ledit rouleau motorisé 3 selon un secteur angulaire de contact a au moins égal à 30°, indépendamment de l’orientation de l’appareil 1 dans l’espace par rapport à la mèche de cheveux C et par rapport à la tête de l’utilisateur. En d'autres termes, les moyens de guidage 5 sont conçus pour que la mèche de cheveux C vienne localement en appui, de préférence de façon uniforme, contre une portion superficielle du rouleau motorisé 3 qui s'étend entre deux demi-plans PA, PB partageant une frontière commune constituée par le premier axe de rotation X-X', lesdits deux demi-plans PA, PB étant inclinés l'un par rapport à l'autre d'un angle a au moins égal à 30°.

Grâce aux moyens de guidage 5, qui peuvent prendre toute forme appropriée, la mèche de cheveux C entoure ainsi localement le rouleau motorisé 3 selon un secteur angulaire suffisant pour à la fois :

permettre une adhérence locale suffisante de la mèche de cheveux C au rouleau motorisé 3 pour mettre en œuvre un entraînement parfaitement fiable et sûr de la mèche de cheveux C par le rouleau motorisé 3 ;

et minimiser le diamètre du rouleau motorisé 3 afin d'autoriser l'appareil de coiffage 1 à engager la mèche de cheveux C au plus près de sa racine, c'est à dire au plus près de l'extrémité de la mèche de cheveux C reliée au crâne de l'utilisateur.

Le recours à un guidage spécifique conduisant à mettre en œuvre un secteur angulaire de contact a au moins égal à 30° quelle que soit l’orientation de l’appareil 1 par rapport à l’utilisateur, garantit un entraînement fiable de la mèche de cheveux C et permet d'engager la mèche de cheveux C avec l'appareil de coiffage 1 situé au plus près du crâne, maximisant ainsi la longueur de la mèche C soumise au traitement de mise en forme opéré par l'appareil 1. L'invention permet ainsi de bénéficier d'un excellent compromis entre fiabilité d'entraînement de la mèche de cheveux C d'une part et maximisation de la longueur de mèche lissée d'autre part. Avantageusement, afin de favoriser le compromis ci-dessus, le secteur angulaire de contact a est au moins égal à 45°, et de façon encore plus préférentielle au moins égale à 90°. L’angle a définit, en fonction du diamètre du rouleau motorisé 3, la portion du périmètre du rouleau motorisé 3 en contact avec les cheveux. La valeur de l’angle a et celle du diamètre du rouleau motorisé 3 sont avantageusement choisies l’une par rapport à l’autre (en tenant compte des propriétés tribologiques du matériau formant la surface du rouleau 3) pour obtenir le meilleur compromis possible entre fiabilité de l’entrainement des cheveux d’une part et encombrement d’autre part. Par exemple, il a été mis en évidence qu'un rouleau motorisé 3 dont la surface est réalisée en silicone, présentant un diamètre au moins égal à 8 millimètres avec un guidage permettant un secteur angulaire de contact au moins égal à 90° est particulièrement satisfaisant tant du point de vue de la fiabilité de l'entraînement des cheveux par le rouleau 3 que de la praticité et de la qualité du résultat (possibilité de venir au plus près du crâne).

Il est également envisageable, en vue de minimiser le diamètre du rouleau motorisé 3, de recourir à un secteur angulaire de contact a encore plus élevé, par exemple au moins égal à 120°. De manière générale, plus le diamètre du rouleau motorisé 3 sera réduit, plus grand sera choisi le secteur angulaire de contact a, afin de bénéficier d'un entraînement fiable de la mèche de cheveux C. En effet, plus le secteur angulaire de contact a entre les cheveux et le rouleau motorisé 3 est important, plus l’adhérence entre les cheveux et le rouleau 3 est élevée, ce qui favorise la fiabilité de l’entraînement de la mèche C par le rouleau motorisé 3.

Comme illustré aux figures, le corps principal 2 embarque un dispositif de serrage 6 de ladite mèche de cheveux C à coiffer. Le dispositif de serrage 6 est destiné à assurer la mise en forme locale de la mèche de cheveux C, en exerçant sur cette dernière une contrainte mécanique (pression), accompagnée de préférence d'un apport thermique, en vue par exemple d'assurer un lissage de la mèche de cheveux C. Le dispositif de serrage 6 comprend avantageusement une première surface de pression 7 et une deuxième surface de pression 8 mobiles l'une relativement à l'autre entre :

d'une part une configuration d'introduction (figures 8 à 13 et 15) selon laquelle lesdites première et deuxième surfaces de pression 7, 8 sont suffisamment écartées l'une de l'autre pour permettre l'insertion entre elles de ladite mèche de cheveux C, et d'autre part une configuration de serrage (figures 1 à 7, 14 et 16) selon laquelle lesdites surfaces de pression 7, 8 sont suffisamment rapprochées pour enserrer entre elles ladite mèche de cheveux C, qui s'inscrit alors dans un plan moyen P M correspondant à l'interface desdits première et deuxième surfaces de pression 7, 8. L’effort de serrage exercé par lesdites surfaces de pression 7, 8 est par exemple compris entre 10 et 50 N, par exemple de l’ordre de 30 N. La configuration d'introduction est donc une configuration d'ouverture permettant à l'utilisateur de positionner une ou plusieurs mèches de cheveux C dans le dispositif de serrage 6, tandis qu'en configuration de serrage, le dispositif de serrage 6 exerce un serrage sur la ou les mèches de cheveux C concernées, c'est-à-dire qu’il exerce une pression locale sur la ou les mèches de cheveux C accueillies en son sein.

Chacune desdites première et deuxième surfaces de pression 7, 8, destinées à venir localement au contact de la mèche de cheveux C pour la mettre en forme, est avantageusement sensiblement plane afin de procurer un effet de lissage des cheveux. Dans ce mode de réalisation préférentielle, les première et deuxième surfaces de pression 7, 8 sont, au moins en configuration de serrage, parallèles toutes deux au plan moyen P M , lequel matérialise le plan de contact, en configuration de serrage, desdites première et deuxièmes surfaces de pression 7, 8. L'invention n’est bien entendu absolument pas limitée à la mise en œuvre de première et deuxième surfaces de pression 7, 8 planes, et il est par exemple tout à fait envisageable qu’au moins l’une desdites surfaces de pression 7, 8 présente par exemple une surface irrégulière, ondulée (par exemple pour réaliser des boucles, ondulations ou vagues) ou autre, pour obtenir un effet de mise en forme différent d'un effet de lissage. Au moins l’une desdites surfaces de pression 7, 8 peut également comporter une ou plusieurs excroissances, telles que des dents ou des picots par exemple. Les surfaces de pression 7, 8 sont préférentiellement de formes complémentaires, conjuguées (par exemple l’une est convexe et l’autre concave, ou les surfaces 7, 8 comportent des dents respectives disposées en quinconce, ou alors, comme illustré, les deux surfaces 7, 8 sont sensiblement plates et planes). Avantageusement, le dispositif de serrage 6 est pourvu d'un moyen de chauffage pour à la fois serrer et chauffer la mèche de cheveux C à mettre en forme. Le moyen de chauffage peut par exemple être embarqué dans l'une et/ou l'autre desdites première et deuxième surfaces de pression 7, 8, afin de chauffer de préférence les cheveux par conduction tout en les pressant. Dans ce cas, le moyen de chauffage comprend avantageusement des éléments de chauffage résistifs, par exemple du type élément chauffant CTP (Coefficient de Température Positif). De préférence, chacune desdites première et deuxième surfaces de pression 7, 8 forme une surface chauffante régulée à une température avantageusement comprise entre 100 et 200°C, par exemple régulée à environ 170°C. De préférence, le rouleau motorisé 3 est « froid », c’est-à-dire qu’il n’est pas chauffé et se trouve donc sensiblement à température ambiante, ce qui favorise le refroidissement rapide de la mèche C en sortie du dispositif de serrage 6.

Ce refroidissement est favorisé par le recours à un secteur angulaire de contact a au moins égal à 30°, qui permet de bénéficier d’une surface d’échange thermique significative. Ce refroidissement auquel contribue avantageusement le rouleau motorisé 3 peut contribuer à l’amélioration de la mise en forme effectuée par le dispositif de serrage 6.

Avantageusement, la première surface de pression 7 est montée à translation circulaire relativement au corps principal 2 entre une position ouverte correspondant à la configuration d'introduction et une position fermée correspondant à la configuration de serrage. Le recours à un tel mouvement de translation circulaire, qui est mis en œuvre dans le mode de réalisation des figures 1 à 13, permet à la première surface de pression 7, lorsqu’elle se déplace de sa position ouverte à sa position fermée (et réciproquement) de rester en permanence parallèle à elle-même. En d'autres termes, la première surface de pression 7 présente avantageusement dans ce cas une orientation et une assiette constante relativement au corps principal 2. Cette caractéristique permet d'exercer un effort particulièrement homogène et uniforme sur la mèche de cheveux C à mettre en forme, indépendamment du positionnement de la mèche de cheveux C dans le dispositif de serrage 6. Cela permet en particulier d'éviter tout pincement intempestif de certains des cheveux constituant la mèche C à coiffer. De préférence, conformément au mode de réalisation des figures 1 à 13, la deuxième surface de pression 8 est également montée mobile relativement au corps principal 2 entre des positions ouverte et fermée correspondant respectivement à la configuration d'introduction et à la configuration de serrage. De façon encore plus préférentielle, ladite deuxième surface de pression 8 est également montée à translation circulaire relativement au corps principal 2 entre ses positions ouverte et fermée (et inversement). Avantageusement, conformément au mode de réalisation des figures 1 à 13, les première et deuxième surfaces de pression 7, 8 sont conçues pour se déplacer simultanément selon des mouvements de translation circulaire respectifs de sens opposés. Cela signifie que lors du passage du dispositif de serrage 6 de sa configuration de serrage à sa configuration d'introduction, les première et deuxième surfaces de pression 7, 8 s'éloignent simultanément l'un de l'autre, selon des mouvements respectifs symétriques relativement au plan moyen P M , jusqu'à atteindre leurs positions respectives ouvertes correspondant à un écartement maximal entre lesdites première et deuxième surfaces de pression 7, 8. Les première et deuxième surfaces de pression 7, 8 se déplacent avantageusement en phase, de sorte que lorsqu'elles se trouvent chacune dans leur position respective fermée, le dispositif de serrage 6 occupe alors sa configuration de serrage.

Comme illustré aux figures 1 à 13, l'appareil de coiffage 1 comprend avantageusement un moyen de commande 9 monté mobile relativement au corps principal 2. Le moyen de commande 9 est de préférence relié au dispositif de serrage 6 et est actionnable manuellement pour faire passer ledit dispositif de serrage 6 de sa configuration de serrage (figures 1 à 7) à sa configuration d'introduction (figures 8 à 13). Le moyen de commande 9 comprend par exemple au moins un premier bouton-poussoir 90 (ou une gâchette) monté à pivotement relativement au corps principal 2 et destiné à solliciter la première surface de pression 7 pour la faire passer, en réponse à l'actionnement manuel du premier bouton-poussoir 90, de sa position fermée à sa position ouverte. De préférence, le moyen de commande 9 comporte également un deuxième bouton- poussoir 91 conçu pour commander quant à lui le déplacement de la deuxième surface de pression 8 entre ses positions fermée et ouverte. Par exemple, le corps principal 2 embarque avantageusement une première biellette 10 et une deuxième biellette 11 qui s'étendent chacune entre une première extrémité respective 10A, 11A reliée (par une articulation, de préférence par une liaison pivot) audit corps principal et une deuxième extrémité respective 10B, 11 B reliée (par une articulation, de préférence par une liaison pivot) à ladite première surface de pression 7. La mise en œuvre d'un tel montage de parallélogramme déformable, au moyen des première et deuxième biellettes 10, 11 permet ainsi de déplacer la première surface 7 relativement au corps principal 2 entre un état déployé (correspondant à la position fermée) et un état rétracté (correspondant à la position ouverte). Dans ce mode de réalisation préférentiel, le premier bouton-poussoir 90 et la première biellette 10 sont pourvus de surfaces respectives d'inter-engagement pour transmettre à ladite première biellette 10 un effort manuel de commande appliqué par l'utilisateur au bouton-poussoir 90, afin de faire passer le dispositif de serrage 6 de sa configuration de serrage à sa configuration d'introduction.

Avantageusement, la deuxième surface de pression 8 est elle aussi montée à translation circulaire relativement au corps principal 2 au moyen d'une paire de biellettes 12, 13 selon un agencement qui est préférentiellement symétrique à celui mis en œuvre pour la première surface de pression 7 décrit dans ce qui précède. Le corps principal 2 embarque ainsi une troisième et une quatrième biellette 12, 13 qui s'étendent chacune entre une première extrémité respective 12A, 13A reliée au corps principal 2 et une deuxième extrémité respective 12B, 13B reliée à la deuxième surface de pression 8.

Afin de mettre en œuvre le déplacement simultané et symétrique des première et deuxième surfaces de pression 7, 8 évoqué précédemment, les deux boutons-poussoirs 90, 91 sont avantageusement reliés l'un à l'autre par un moyen de transmission d'efforts, formé par exemple par une biellette de transmission 14, pour que l'effort d'actionnement exercé sur l'un des boutons-poussoirs 90, 91 soit répercuté automatiquement et concomitamment à l'autre bouton-poussoir 91 , 90 et inversement. Il est ainsi avantageusement possible pour l’utilisateur d’actionner le moyen de commande 9 avec un seul doigt, tout en maintenant l’appareil 1 avec le reste de la même main. L’appareil 1 autorise ainsi, dans sa forme particulièrement avantageuse illustrée aux figures, une mise en forme des cheveux (lissage par exemple) en utilisant une seule main. Le recours à des première et deuxième surfaces de pression 7, 8 montées à translation circulaire relativement à un corps principal 2 fixe n'est toutefois pas obligatoire, et il est par exemple possible, sans pour autant que l'on sorte du cadre de l'invention, de recourir plutôt, conformément au deuxième mode de réalisation illustré aux figures 14 et 15, à des première et deuxième surfaces de pression 7, 8 reliées entre elles par une charnière, de façon à permettre le pivotement relatif des première et deuxième surfaces de pression 7, 8 en lieu et place d'un mouvement de translation circulaire. Dans le deuxième mode de réalisation alternatif des figures 14 et 15, le corps principal 2 est ainsi constitué de deux sous-ensembles 200, 210 articulés l'un relativement à l'autre de façon à former une pince dont les mors portent en l’espèce les première et deuxième surface de pression 7, 8.

Avantageusement, la configuration de serrage du dispositif de serrage 6 est une configuration de rappel et l'appareil de coiffage 1 comprend à cet effet un organe de rappel du dispositif de serrage 6 en configuration de serrage. En d'autres termes, l'organe de rappel est conçu pour exercer, directement ou indirectement, un effort de rappel, de préférence de manière permanente, sur le dispositif de serrage 6 pour contraindre ce dernier à demeurer en configuration de serrage en l'absence de sollicitation contraire de l'utilisateur exercée via le moyen de commande 9. Cela signifie qu'au repos, l'appareil de coiffage 1 est conçu pour que son dispositif de serrage 6 se trouve par défaut en configuration de serrage. En d’autres termes, l’appareil 1 adopte, en l’absence de sollicitations externes, une configuration naturelle fermée / serrée correspondant à la configuration de serrage. Ceci permet d’obtenir un résultat de mise en forme des cheveux optimal et indépendant du savoir-faire et de la dextérité de l’utilisateur. Par exemple, le dispositif de rappel est conçu pour que la force de serrage exercée par le dispositif de serrage 6 en configuration de serrage soit comprise entre sensiblement 10 et 50 N, et soit de préférence sensiblement égale à 30 N.

Grâce à cette caractéristique, la pression exercée localement par le dispositif de serrage 6 sur la mèche de cheveux C à mettre en forme dépend non pas d'un effort manuel exercé par l'utilisateur, mais uniquement de l'organe de rappel. Il est donc ainsi possible de s’affranchir de l’effort de fermeture appliqué par l’utilisateur, ce qui facilite l’utilisation de l’appareil 1 et favorise l’obtention d’un résultat optimal quels que soient le savoir-faire et les compétences de l’utilisateur. Ce dernier peut se présenter sous différentes formes, et par exemple exercer une force de rappel élastique, au moyen d'un ressort ou d'un autre corps élastique, ou une force de rappel magnétique (conformément au mode de réalisation des figures 1 à 13), par la mise en œuvre conjointe d'un aimant (permanent ou électroaimant) et d'un élément en matériau ferromagnétique coopérant avec ledit aimant. Par exemple, dans le mode de réalisation des figures 1 à 13, chacune des première et troisième biellettes 10, 12 embarque un aimant permanent respectif 15, 16 qui coopère avec une plaque en matériau ferromagnétique 150, 160 respective attachée de façon fixe au corps principal 2. Ainsi, en l'absence de sollicitation de l'utilisateur sur l'un et/ou l'autre des boutons-poussoirs 90, 91 , lesdites première et troisième biellettes 10, 12 sont rappelées, grâce aux aimants respectifs 15, 16 qu'elles embarquent, contre la plaque en matériau ferromagnétique correspondante 150, 160, maintenant ainsi les première et deuxième surfaces de pression 7, 8 pressées l'une contre l'autre selon le plan de contact inscrit dans le plan moyen P M .

Avantageusement, et conformément aux modes de réalisation illustrés aux figures, les moyens de guidage 5 comprennent ledit dispositif de serrage 6, c'est-à-dire que le dispositif de serrage 6 fait partie des moyens de guidage et contribue à ce titre à assurer un positionnement adéquat de la mèche de cheveux C relativement au rouleau motorisé 3 pour maintenir localement ladite mèche de cheveux C en contact surfacique avec le rouleau motorisé 3 selon un secteur angulaire de contact a au moins égal à 30° comme exposé précédemment. Dans les modes de réalisation illustrés aux figures, le dispositif de serrage 6 est préférentiellement disposé à l'amont du rouleau motorisé 3 en considération du sens de déplacement D de la mèche de cheveux C relativement au corps principal 2. Le rouleau motorisé 3 est ainsi avantageusement conçu pour tirer la mèche de cheveux C à travers le dispositif de serrage 6, de façon à faire glisser la mèche de cheveux C entre les première et deuxième surfaces de pression 7, 8 dans leurs positions respectives fermées correspondant à la configuration de serrage (cf. figure 16). Dans les modes de réalisation illustrés aux figures, le rouleau motorisé 3 est avantageusement disposé de façon à être sensiblement adjacent, et de préférence immédiatement adjacent, au dispositif de serrage 6, de façon que sous l'effet de la traction exercé par le rouleau motorisé 3 sur la mèche de cheveux C, une portion de ladite mèche de cheveux Ç qui sort du dispositif de serrage 6 vient ensuite au contact du rouleau motorisé 3 qui se trouve à la sortie du dispositif de serrage 6 (en considération du sens D de déplacement de la mèche C relativement au corps principal 2). Conformément aux modes de réalisation préférentiels illustrés aux figures, les moyens de guidage 5 sont avantageusement agencés relativement auxdits rouleau motorisé 3 et dispositif de serrage 6 pour que la mèche de cheveux C se déplace à l'aval du secteur angulaire de contact a, en considération du sens de déplacement D de ladite mèche de cheveux C relativement au corps principal 2, selon une direction moyenne A qui coupe le plan moyen P M . Dans le mode de réalisation illustré aux figures, la mèche de cheveux C va ainsi être dirigée vers le bas (cf. figure 16), selon une direction A, sous l'effet de la rotation, selon un premier sens S1 , du rouleau motorisé 3.

Dans un mode de réalisation particulièrement avantageux, le secteur angulaire de contact a est sensiblement inférieur ou égal à 135°, pour éviter de marquer la mèche de cheveux ou lui impartir une mise en forme non souhaitée, par exemple une ondulation ou un bouclage, qui irait à l’encontre du résultat attendu et de la mise en forme (par exemple un lissage) effectuée par les surfaces de pression 7, 8. De façon encore plus préférentielle, le secteur angulaire de contact a est à la fois sensiblement supérieur ou égal à 90° et sensiblement inférieur ou égal à 135°. Cette plage préférentielle 90° - 135° dans laquelle est avantageusement compris le secteur angulaire a permet notamment :

- de maximiser la longueur d’arc de contact entre la mèche de cheveux C et le rouleau motorisé 3, tout en évitant d’impartir une mise en forme non voulue (notamment du genre boucle ou ondulation) aux cheveux ou de « marquer » ces derniers ; la mise en forme (qui est préférentiellement un lissage) est avantageusement assurée par des moyens de formage séparés et distincts du rouleau motorisé 3 ; lesdits moyens de formage sont par exemple formés par un dispositif de serrage 6 décrit dans ce qui suit. - et/ou d’orienter vers le bas la mèche Ç en sortie de l’appareil 1 , selon une direction dégagée (direction A correspondant avantageusement à la direction souhaitée de positionnement final des cheveux) qui est avantageusement parallèle au visage, et correspond sensiblement à la position naturelle de la mèche, le long de la tête.

Avantageusement, lesdits moyens de guidage 5 comprennent également un rouleau de pressage 17 destiné à venir presser localement la mèche de cheveux C contre le rouleau motorisé 3 pour avantageusement permettre, ou à tout le moins favoriser, l'entraînement par friction de ladite mèche de cheveux C par le rouleau motorisé 3. Comme illustré aux figures, le rouleau de pressage 17 présente avantageusement une longueur sensiblement analogue à celle du rouleau motorisé 3 et est ainsi destiné à faire office de contre-cylindre afin que la mèche de cheveux C à coiffer soit localement interposée et pressée entre le rouleau motorisé 3 et le rouleau de pressage 17 (cf. figure 16), selon par exemple le principe de deux rouleaux opposés d’un laminoir. Le rouleau de pressage 17 est avantageusement conçu pour pouvoir adopter au moins une configuration de pressage dans laquelle il est capable de venir exercer une pression sur la mèche de cheveux C pour la plaquer contre le rouleau motorisé 3. Avantageusement, le rouleau de pressage 17 est également avantageusement conçu pour pouvoir adopter une configuration dégagée selon laquelle il est suffisamment éloigné du rouleau motorisé 3 pour ne pas contribuer à presser la mèche de cheveux C contre ce dernier. De façon préférentielle, le rouleau de pressage 17 se trouve en configuration de pressage lorsque le dispositif de serrage 6 est en configuration de serrage, et en configuration dégagée lorsque le dispositif de serrage 6 est en configuration d'introduction.

Le rouleau de pressage 17, qui tout comme le rouleau motorisé 3 présente préférentiellement une forme cylindrique de courbe directrice circulaire, présente avantageusement un diamètre sensiblement identique à celui du rouleau motorisé 3. Il est cependant parfaitement envisageable, sans pour autant que l'on sorte du cadre de l'invention, que le diamètre du rouleau de pressage 17 soit inférieur (comme illustré à la figure 7) ou au contraire supérieur à celui du rouleau motorisé 3. Le rouleau de pressage 17 est avantageusement monté à rotation libre, c'est-à-dire qu’il n'est de préférence pas motorisé et peut tourner librement autour d'un deuxième axe de rotation Y-Y', qui est avantageusement disposé de façon parallèle au premier axe X-X' de rotation du rouleau motorisé 3, en configuration de pressage.

Dans le mode de réalisation des figures 1 à 13, le deuxième axe de rotation Y-Y' du rouleau de pressage 17 est avantageusement disposé en permanence (c’est-à-dire tant en configuration de pressage qu’en configuration dégagée) de façon parallèle au premier axe de rotation X-X' du rouleau motorisé 3. En revanche, dans le mode de réalisation alternatif des figures 14 et 15, les premier et deuxième axes de rotation X- C', Y-Y' ne sont parallèles entre eux que lorsque le rouleau de pressage 17 est en configuration de pressage (figure 14) et sont au contraire inclinés l'un par rapport à l'autre (figure 15) lorsque le rouleau de pressage 17 adopte sa configuration dégagée.

Avantageusement, le rouleau de pressage 17 est disposé à l'aval du secteur angulaire de contact a, en considération du sens de déplacement D de ladite mèche de cheveux C relativement au corps principal 2. Ainsi, de manière particulièrement avantageuse, la zone de contact (correspondant au secteur angulaire de contact a) entre la mèche de cheveux C et le rouleau motorisé 3 est disposée entre d'une part le dispositif de serrage 6, qui guide la mèche de cheveux C à l'amont du secteur angulaire de contact a selon une direction d’entrée (inscrite dans le plan P M ), et d'autre part le rouleau de pressage 17, qui guide la mèche de cheveux C à l'aval du secteur angulaire de contact a selon une direction de sortie (direction A), lesdites directions d’entrée et de sortie étant sécantes pour permettre ainsi de plaquer la mèche de cheveux C contre le rouleau motorisé 3 selon ledit secteur angulaire de contact a, favorisant un entraînement fiable par adhérence de la mèche de cheveux C par le rouleau motorisé 3.

Le rouleau de pressage 17 est lui aussi de préférence non chauffé, et se trouve donc sensiblement à température ambiante, pour favoriser le refroidissement de la mèche évoqué précédemment. Avantageusement, le rouleau de pressage 17, lorsqu'il se trouve en configuration de pressage, vient donc presser la mèche de cheveux C contre le rouleau motorisé 3 permettant ainsi audit rouleau motorisé 3 d'entraîner par friction la mèche C, le rouleau de pressage 17 étant lui-même entraîné en rotation par la mèche de cheveux C ainsi mis en mouvement, selon un deuxième sens S2 opposé audit premier sens de rotation S1. Le rouleau de pressage 17, tout comme le rouleau motorisé 3, est préférentiellement réalisé en un matériau favorisant l'adhérence locale des cheveux, par exemple un matériau de type caoutchouc, élastomère ou mousse. Dans les modes de réalisation illustrés aux figures, le rouleau de pressage 17 est librement rotatif, mais il est parfaitement envisageable, selon une variante alternative non illustrée, que le rouleau de pressage 17 soit également directement motorisé.

Conformément au mode de réalisation préférentiel illustré aux figures, lesdits rouleau motorisé 3 et rouleau de pressage 17 sont respectivement solidaires de la première et de la deuxième surface de pression 7, 8, de sorte que le rouleau motorisé 3 se déplace avantageusement avec la première surface de pressage 7, tandis que le rouleau de pressage 17 se déplace avantageusement avec la deuxième surface de pression 8. Ainsi, le rouleau de pressage 17 atteint avantageusement sa configuration de pressage lorsque le dispositif de serrage est en configuration de serrage, et atteint sa configuration dégagée lorsque le dispositif de serrage 6 est en configuration d'introduction. Il est alternativement envisageable que le rouleau motorisé 3 soit solidaire de la deuxième surface de pression 8 et que le rouleau 17 soit solidaire de la première surface de pression 7.

Avantageusement, le premier axe de rotation X-X' forme, en configuration de serrage, d'une part la frontière d'un premier demi-plan P1 qui est parallèle audit plan moyen P M et s'étend vers l'extérieur de l'appareil 1 , et d'autre part la frontière d'un deuxième demi-plan P2 au sein duquel s'inscrit le deuxième axe Y-Y', ledit deuxième demi-plan P2 étant soit confondu avec le premier demi-plan P1 (cas où les deux rouleaux 3, 17 sont côte à côte, avec leur premier et deuxième axes de rotation C-C', Y-Y' respectifs inscrits tous deux dans un plan parallèle au plan moyen P M ), soit incliné relativement à ce dernier d'un angle b inférieur à 60°, de préférence inférieur ou égal à 45°. Ainsi, dans le mode de réalisation illustré aux figures, le premier axe de rotation X-X' s'inscrit dans un premier plan perpendiculaire au plan moyen P M tandis que le deuxième axe de rotation Y-Y' s'inscrit dans un deuxième plan lui aussi perpendiculaire au plan moyen PM et parallèle audit premier plan, le deuxième plan en question étant distinct du premier plan et plus éloigné du dispositif de serrage 6 que ne l'est le premier plan, de sorte que le premier plan est interposé entre le deuxième plan et le dispositif de serrage 6. En d’autres termes, le rouleau de pressage 17, lorsqu'il se trouve en configuration de pressage (correspondant avantageusement à la configuration de serrage du dispositif de serrage 6) n'est avantageusement pas aligné verticalement avec le rouleau motorisé 3, mais est au contraire disposé sensiblement latéralement relativement à ce dernier (cf. figures), de façon à se trouver plus à l'extérieur de l'appareil 1 que ne l'est le rouleau motorisé 3. Cela signifie que le rouleau de pressage 17 est décalé vers l’extérieur de l’appareil 1 par rapport au rouleau motorisé 3 de sorte que le plan de contact Pc entre les deux rouleaux 3, 17, qui est perpendiculaire au plan P2 dans lequel sont inscrits à la fois le premier axe de rotation X-X’ et le deuxième axe de rotation Y-Y’, est incliné par rapport au plan moyen P M , par exemple d’un angle (mesuré dans le sens des aiguilles d’une montre à partir du plan moyen P M vers le plan de contact Pc) supérieur à 10°, de préférence supérieur à 45°, et avantageusement compris entre 45° et 135°. Par exemple, le plan de contact Pc (qui est sensiblement tangent à la fois au rouleau motorisé 3 et au rouleau de pressage 17) est sensiblement perpendiculaire au plan moyen P M, conformément au mode de réalisation de la figure 14. Cet agencement permet d’orienter la mèche de cheveux C, en sortie de la zone d’interface des rouleaux 3, 17, selon une direction non coplanaire avec le plan moyen P M , de préférence de sorte à orienter la mèche de cheveux C vers le bas, afin de repositionner automatiquement la mèche C dans sa position naturelle, le long de la tête, après qu’elle a subi un traitement thermomécanique de mise en forme exécuté en l’occurrence dans le plan moyen P M par le dispositif de serrage 6. Cet agencement permet également de favoriser un contact d'entraînement entre la mèche de cheveux C et le rouleau motorisé 3 suffisamment important pour garantir une mise en mouvement fiable de la mèche de cheveux C, sans avoir à recourir à un rouleau motorisé 3 de diamètre trop important qui rendrait l’appareil 1 encombrant et empêcherait d'approcher l'appareil 1 au plus près du crâne de l'utilisateur. Avantageusement, lesdits rouleau de pressage 17 et rouleau motorisé 3 sont conçus pour se déplacer l'un relativement à l'autre entre :

une position rapprochée (figures 1 à 7 et 14), correspondant avantageusement à la configuration de serrage du dispositif de serrage 6, dans laquelle le rouleau de pressage 17 est suffisamment proche du rouleau motorisé 3 pour presser ladite mèche de cheveux C contre ledit rouleau motorisé 3 afin d'établir une liaison mécanique d'entraînement par friction de ladite mèche de cheveux 7,

et une position écartée (figures 8 à 13 et 15) correspondant avantageusement à la configuration d'introduction du dispositif de serrage 6, dans laquelle le rouleau de pressage 17 est suffisamment éloigné du rouleau motorisé 3 pour ne pas presser ladite mèche de cheveux C contre le rouleau motorisé 3.

Comme illustré aux figures, et comme évoqué précédemment, le rouleau motorisé 3 est avantageusement solidaire de la première surface de pression 7 de façon à se déplacer avec elle, tandis que le rouleau de pressage 17 est solidaire quant à lui de ladite deuxième surface de pression 8 de façon à se déplacer avec elle, lesdites positions rapprochées étant alors atteintes lorsque lesdites première et deuxième surfaces de pression 7, 8 sont en configuration de serrage, tandis que la position écartée est atteinte lorsque lesdites première et deuxième surfaces de pression 7, 8 sont en configuration d'introduction.

Avantageusement, et conformément au mode de réalisation des figures 1 à 13, le dispositif de serrage 6 comprend un premier châssis 18 monté mobile relativement au corps principal 2 entre une position de serrage correspondant à la configuration de serrage et une position d'introduction correspondant à la configuration d'introduction, ledit premier châssis 18 embarquant la première surface de pression 7 ainsi que le rouleau motorisé 3. Le premier châssis 18 est ainsi avantageusement conçu pour se déplacer en translation circulaire relativement au corps principal 2, afin de déplacer la première surface de pression 7 entre ses configurations de serrage et d'introduction (et inversement) et le rouleau motorisé 3 entre ses positions rapprochée et écartée (et inversement). Avantageusement, le dispositif de serrage 6 comprend par ailleurs au moins un deuxième châssis 19 monté lui aussi mobile relativement au corps principal 2 entre une position de serrage correspondant à la configuration de serrage et une position d'introduction correspondant à la configuration d'introduction du dispositif de serrage 6. Le deuxième châssis 19 embarque avantageusement ladite deuxième surface de pression 8 ainsi qu'un support 20 qui embarque lui-même le rouleau de pressage 17. Les premier et deuxième châssis 18, 19 forment avantageusement respectivement des premier et deuxième mors mobiles relativement au corps principal 2 destinés à venir enserrer la mèche de cheveux C à lisser, tout en autorisant le glissement entre lesdits mors de ladite mèche de cheveux C sous l'effet du déplacement de cette dernière généré par le rouleau motorisé 3 en coopération avec le rouleau de pressage 17. Le rouleau de pressage 17 est monté à rotation selon le deuxième axe Y-Y' relativement au support 20, le déplacement du deuxième châssis 19 relativement au corps principal 2 entraînant concomitamment le déplacement du rouleau de pressage 17 et du deuxième axe de rotation Y-Y' relativement au corps principal 2. Le support 20 est lui-même avantageusement monté mobile relativement au deuxième châssis 19 entre au moins une position de repos qu'il occupe tant que le deuxième châssis 19 est en position d'introduction et une position d'engagement qu'il occupe lorsque le deuxième châssis 19 atteint sa position de serrage. Grâce à cette faculté de mobilité du rouleau de pressage 17, et donc du deuxième axe de rotation Y-Y' de ce dernier, relativement au deuxième châssis 19, l'appareil de coiffage 1 peut s'adapter aux caractéristiques de la mèche de cheveux C, et en particulier à l'épaisseur de cette dernière, en ajustant, de préférence automatiquement, la taille de l’espace interstitiel entre le rouleau de pressage 17 et le rouleau motorisé 3, de façon à favoriser un contact local adhérent, tout en évitant un éventuel coincement des cheveux C entre les rouleaux 3, 17.

Plus précisément, le support 20 est avantageusement monté à rotation selon un troisième axe de rotation Z-Z' solidaire du deuxième châssis 19 et qui se déplace donc avec ce dernier. De préférence, la position d'engagement du support 20 est ainsi flottante, pour s'adapter à l'épaisseur de la mèche de cheveux C. En d'autres termes, le support 20 est avantageusement monté flottant relativement au deuxième châssis 19, de façon à pouvoir se déplacer librement relativement au deuxième châssis 19, de préférence à pivotement selon le troisième axe de rotation Z-Z' relativement au deuxième châssis 19 entre ses positions de repos et d'engagement. Cela permet d'adapter la position du rouleau de pressage 17 à l'épaisseur de la mèche de cheveux C interposée entre lesdits rouleaux motorisé 3 et rouleau de pressage 17.

De préférence, comme illustré aux figures, le support 20 et le corps principal 2 sont pourvus de surface d'interengagement complémentaires 201 , 21 respectives qui coopèrent pour transformer le déplacement du deuxième châssis 19 (de préférence selon un mouvement de translation circulaire) relativement au corps principal 2 en mouvement de rotation du support 20 relativement au deuxième châssis 19, afin de commander ainsi le passage du support 20 de sa position de repos à sa position d'engagement et inversement. À cette fin, la surface d'interengagement 21 dont est pourvue le support 20 forme un chemin de came contre et le long duquel se déplace(nt) un ou plusieurs suiveur(s) de came (par exemple de forme sphérique comme illustré) formant la surface d'interengagement 201 du support 20. De préférence, un moyen de rappel élastique est également prévu pour rappeler en permanence les surfaces d'interengagement 201 , 21 l'une contre l'autre. Ce moyen de rappel se présente par exemple sous la forme d'un ressort qui contraint en permanence le(s) suiveur(s) de came solidaire(s) 21 du support 20 contre la surface de came 201 solidaire du corps principal 2. Ce montage flottant commandé par came permet ainsi d'amener automatiquement le rouleau de pressage 17 dans une position parfaitement fonctionnelle relativement au rouleau motorisée 3 lors du passage de la configuration d'introduction à la configuration de serrage du dispositif de serrage 6.

Il est par ailleurs alternativement envisageable, sans pour autant que l’on sorte du cadre de l’invention, que le passage du support 20 de sa position de repos à sa position d'engagement soit obtenu par engagement direct du rouleau de pressage 17 par le rouleau motorisé 3, de sorte que lors de la fermeture de l’appareil 1 (passage de la configuration d’introduction à la configuration de serrage), le rouleau de pressage 17 vient rouler contre et sur le rouleau motorisé 3 pour être ainsi repoussé latéralement et atteindre sa position rapprochée permettant l’entraînement de la mèche.

De préférence, afin d’optimiser le contact entre les rouleaux 3, 17 et la mèche de cheveux C, les rouleaux 3, 17 restent en permanence parallèles entre eux, conformément au mode de réalisation des figures 1 à 13. De préférence, l'appareil de coiffage 1 comprend des première et seconde pièces complémentaires d'accouplement 23, 24 attachées respectivement au moteur 4 et au rouleau motorisé 3. Plus précisément, l'arbre moteur 4A porte avantageusement la première pièce d'accouplement 23, tandis qu’un arbre récepteur 3A solidaire du rouleau motorisé 3 porte la deuxième pièce d'accouplement 24. Les première et seconde pièces complémentaires d'accouplement 23, 24 sont avantageusement mobiles l'une relativement à l'autre entre d'une part une configuration accouplée (figures 1 à 7), correspondant à la position rapprochée desdits rouleaux de pressage 17 et rouleau motorisé 3, dans laquelle lesdites première et seconde pièces complémentaires d'accouplement 23, 24 sont en contact mutuel pour permettre au moteur 4 de mettre en mouvement le rouleau motorisé 3, et d'autre part une configuration désaccouplée (figures 8 à 7), correspondant à ladite position écartée desdits rouleau de pressage et rouleau motorisé 3, dans laquelle lesdites premières et seconde pièces complémentaires d'accouplement 23, 24 sont à distance l'une de l'autre, de sorte que le moteur 4 est alors dans l'incapacité de mettre en mouvement le rouleau motorisé 3. En d'autres termes, en configuration accouplée les première et seconde pièces complémentaires d'accouplement 23, 24 sont au contact l'une de l'autre de façon à générer entre elles une liaison mécanique permettant de transmettre le mouvement du moteur 4 au rouleau motorisé 3, afin que ce dernier mette lui-même en mouvement la mèche de cheveux C relativement au corps principal 2. Au contraire, en configuration désaccouplée les première et seconde pièces complémentaires 23, 24 sont maintenues écartées l'une de l'autre, de manière à ne plus être en contact, ce qui rompt la chaîne cinématique entre le moteur 4 et le rouleau motorisé 3 et empêche ainsi de fait toute transmission d'un éventuel effort en provenance du moteur 4 à l’arbre récepteur rotatif 3A. Le passage de la configuration accouplée à la configuration désaccouplée est ainsi avantageusement concomitant au passage de la configuration de serrage à la configuration d’introduction du dispositif de serrage 6, et est lui aussi commandé par actionnement manuel de l’organe de commande 9. Avantageusement, l'appareil de coiffage 1 comprend également un limiteur de couple conçu pour désaccoupler automatiquement lesdits arbres moteur 4A et récepteur 3A lorsque les deux conditions suivantes sont remplies : lesdites première et deuxième pièces complémentaires d'accouplement 23, 24 sont en configuration accouplée

et le couple transmis à l'arbre récepteur 3A atteint ou excède une valeur seuil prédéterminée, par exemple comprise entre 40 et 120 mN.m, de préférence égale à 80 mN.m.

Le limiteur de couple est donc avantageusement conçu pour jouer son rôle uniquement lorsque les première et deuxième pièces complémentaires d'accouplement 23, 24 sont accouplées, et il permet dans ce cas d’interrompre de manière automatique (sans intervention de l'utilisateur) la transmission entre le moteur 4 et le rouleau 3, si par exemple un bourrage du dispositif d’entraînement formé par les rouleaux 3, 17 se produit. Le limiteur de couple peut prendre toute forme connue, et consister par exemple en un limiteur de couple à friction ou en un limiteur de couple sans friction, à obstacle (par exemple à dentures, à rouleaux ou à billes). Selon un mode de réalisation particulièrement préféré et illustré aux figures, les première et deuxième pièces complémentaires d'accouplement 23, 24 forment elles-mêmes, dans leur configuration accouplée, ledit limiteur de couple. Dans ce cas, lesdites première et seconde pièces complémentaires d'accouplement 23, 24 sont avantageusement, en configuration accouplée, inter-engagées par adhérence (pour former un limiteur de couple à friction) ou par obstacle (pour former un limiteur de couple sans friction, par exemple à dentures, à billes ou à rouleaux), et patinent l’une relativement à l’autre dès l’atteinte de la valeur seuil précitée.

De préférence, le corps principal 2 embarque également un moyen de peignage 22 de ladite mèche de cheveux C destinée être mise en mouvement par ledit rouleau motorisé 3. Le moyen de peignage 22 est avantageusement disposé à l'amont du dispositif de serrage 6 relativement au sens de déplacement D de la mèche C. Le moyen de peignage 22 comprend par exemple une pluralité de dents ou de poils disposés en rangées ou en touffes, de manière à former un peigne ou une brosse. Le moyen de peignage 22 permet avantageusement de diviser la mèche C à mettre en forme en une pluralité de petites mèches élémentaires, et de bien répartir ces dernières sur les surfaces de traitement formées par les surfaces de pression 7, 8. Le moyen de peignage 22 permet ainsi que la mèche C soit bien étalée entre les mors pour favoriser sa mise en forme par les surfaces 7, 8, lesquelles sont préférentiellement chauffantes. De préférence, le moyen de peignage 22 assure également une fonction de mise en tension de la mèche de cheveux C, en opposant notamment une résistance locale par friction de la mèche de cheveux C à la traction opérée par le couple rouleau motorisé 3 / rouleau de pressage 17 conjugués. Dans le mode de réalisation préférentiel des figures 1 à 13, le moyen de peignage 22 est lui-même monté à pivotement entre une position rabattue qu'il occupe lorsque le dispositif de serrage 6 est en configuration d'introduction, afin de faciliter l'installation de la mèche C au sein du dispositif de serrage 6, et une position relevée qu'il occupe lorsque le dispositif de serrage 6 se trouve en configuration de serrage. Le passage de l'une desdites positions rabattue et relevée à l'autre est avantageusement automatique et obtenu par exemple au moyen d’un entraînement de type came pour transformer le mouvement du premier châssis 18 en mouvement du moyen de peignage 22. Par exemple, le moyen de peignage 22 est pourvu d'une surface de came 22A qui coopère avec une surface complémentaire 22B formant un suiveur de came solidaire du premier châssis 18, le moyen de peignage 22 étant avantageusement rappelé en permanence, au moyen par exemple d'un ressort, dans sa position relevée, et repoussé dans sa position rabattue par coopération des surfaces 22A, 22B lorsque le premier châssis 18 regagne sa position d'introduction à partir de sa position d'engagement. Il est cependant parfaitement envisageable, conformément au mode de réalisation alternatif des figures 14 et 15, que le moyen de peignage soit monté fixe. Le montage mobile tel que celui des figures 1 à 13 est toutefois préféré car il permet une mise en tension et un peignage particulièrement efficace.

L'invention permet en définitive, notamment dans son mode préférentiel des figures 1 à 14, de lisser automatiquement des mèches de cheveux de façon particulièrement fiable, simple et rapide, tout en autorisant un positionnement de l'appareil de coiffage 1 au plus près du crâne de l’utilisateur pour lisser les mèches de cheveux sur une longueur maximale.

L'invention concerne ainsi un appareil de coiffage 1 qui est de préférence spécifiquement destiné à lisser les cheveux et dont la position fermée des surfaces de pression 7, 8 correspond à la configuration naturelle (configuration de repos) de l'appareil 1. Dans cette position naturelle de repos, qui correspond à la configuration de serrage du dispositif de serrage 6, les rouleaux motorisé 3 et de pressage 17 sont en position rapprochée, tandis que le moyen de commande 9 se trouve dans une position déployée de rappel élastique.

L'exercice d'une pression sur le moyen de commande 9, à l'encontre de la force de rappel élastique qui s'exerce en permanence sur ce dernier, permet de faire passer l'appareil 1 de sa configuration stable de repos à une configuration ouverte instable dans laquelle l'appareil 1 est maintenu par action manuelle de l'utilisateur sur le moyen de commande 9 pour forcer ce dernier à occuper sa deuxième position. Une fois l’appareil 1 en configuration ouverte, le rouleau de pressage 17 est à distance du rouleau motorisé 3 (position écartée), tandis que le dispositif de serrage 6 est en configuration d'introduction. Dès que l'utilisateur relâche l'effort manuel qu'il exerce sur le moyen de commande 9, l'appareil 1 retourne spontanément dans sa configuration naturelle de repos (configuration fermée décrite ci-avant).

Le fonctionnement et l'utilisation de l'appareil 1 sont par exemple les suivants.

L'utilisateur saisit tout d'abord une mèche de cheveux C d'une main et saisit avec son autre main l'appareil 1 en s’apprêtant à le positionner contre son cuir chevelu, ou du moins à proximité de ce dernier, de façon que le rouleau motorisé 3 et le rouleau de pressage 17 soient disposés à proximité du cuir chevelu tandis que le moyen de peignage 22 est disposé à l’opposé desdits rouleaux 3, 17, au plus loin du cuir chevelu.

L'utilisateur actionne alors le moyen de commande 9 pour contraindre ainsi l'appareil 1 à quitter sa configuration normalement fermée pour atteindre sa configuration ouverte instable. L'utilisateur peut alors déplacer l’appareil 1 pour placer aisément la mèche de cheveux C à l'intérieur de l'appareil 1 , à la fois entre le rouleau motorisé 3 et le rouleau de pressage 17 d'une part et entre les première et deuxième surfaces de pression d'autre part, ainsi qu'entre les dents du dispositif de peignage 22. Une fois la mèche de cheveux C en place à l'intérieur de l'appareil 1 , l'utilisateur relâche le moyen de commande 9 de manière à ce que l'appareil 1 soit rappelé dans sa configuration normalement fermée, dans laquelle le moyen d’entraînement formé par les rouleaux 3, 17 est alors capable d'entraîner la mèche de cheveux C à mettre en forme. La mèche C va alors défiler à une vitesse appropriée dans le dispositif de peignage 22, puis dans le dispositif de serrage 6 (entre les surfaces de pression 7, 8) qui serre de manière appropriée les cheveux pour lisser la mèche C de manière particulièrement durable, rapide et automatique.