Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
AUXILIARY HANDLING DEVICE FOR A RACKET, ESPECIALLY A TENNIS RACKET
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2000/043084
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to an auxiliary handling device for a racket, especially a tennis racket, whereby said racket consists of a shaft (3) that joins the stringing (1) to a handle (2). The inventive device includes a cap (16) whose concavity is directed towards the shaft. Said cap can be displaced along the shaft between a high position whereby it is located above the handle (2) and a low position whereby it partially covers the handle (2).

Inventors:
Ratiarson, Eric (113 rue du Château Boulogne, F-92100, FR)
Application Number:
PCT/FR1999/000119
Publication Date:
July 27, 2000
Filing Date:
January 21, 1999
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Ratiarson, Eric (113 rue du Château Boulogne, F-92100, FR)
International Classes:
A63B69/38; A63B15/00; (IPC1-7): A63B69/38
Foreign References:
FR2766097A11999-01-22
FR2766096A11999-01-22
GB2266224A1993-10-27
EP0291621A11988-11-23
EP0098519A21984-01-18
US4535986A1985-08-20
US4515368A1985-05-07
Attorney, Agent or Firm:
Leszczynski, André (Nony & Associés 29, rue Cambacérès Paris, F-75008, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Dispositif d'aide à la manipulation d'une raquette, notam. ment d'une raquette de tennis, ladite raquette comprenant un manche (3) reliant un tamis (1) à une poignée (2), caractérisé par le fait qu'il comporte une calotte (16 ; 20) à concavité dirigée vers la poi. gnée, mobile le long du manche entre une position haute dans laquelle elle se situe au dessus de la poignée (2) et une position basse dans laquelle elle recouvre partiellement la poignée (2).
2. Dispositif selon la revendication 1, caractérisé par le fait que la calotte (16 ; 20) présente une section transversale sensi. blement elliptique dont le grand axe est parallèle au tamis.
3. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 et 2, caractérisé par le fait que la calotte (16 ; 20) est montée coulis. sante (6 ; 29) sur des guides assujettis au manche.
4. Dispositif selon la revendication 3, caractérisé par le fait que les guides sont des tiges rigides (6 ; 29) montées sur un support fixé au manche.
5. Dispositif selon la revendication 3, caractérisé par le fait que les guides sont des câbles tendus entre un support fixé à la base du tamis et un support fixé au manche.
6. Dispositif selon la revendication 4, adapté aux raquettes dont le manche (3) est constitué par deux branches divergentes (4), caractérisé par le fait que la calotte (20) comporte un prolongement terminé par un coulisseau (21) qui vient se loger entre les deux branches (4) du manche, le coulisseau (21) étant monté coulissant autour d'au moins une tige rigide (29) s'étendant dans l'axe de la raquette entre les deux branches du moule.
7. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 et 2, caractérisé par le fait que la calotte (33) comporte, à son extré. mité supérieure, une partie de guidage (34) sur le manche de la raquette.
8. Dispositif selon la revendication 7, caractérisé par le fait que la partie de guidage est un manchon (34) de forme prismati. que à base rectangulaire qui comporte des volets déformables (37) à la partie supérieure de ses deux petites faces latérales, pour adap. ter sa géométrie à celle d'un manche constitué par deux branches divergentes.
9. Dispositif selon la revendication 7, caractérisé par le fait que la partie de guidage est constituée par un premier manchon coulissant à jeu serré sur un second manchon engagé et immobilisé sur le manche de la raquette.
10. Raquette, notamment de tennis, caractérisée par le fait qu'elle comporte un dispositif selon lune quelconque des revendications 1 à 9.
11. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 et 2, caractérisé par le fait que la calotte (38) est réalisée en un matériau souple et se présente sous la forme d'une bande annulaire conformée sensiblement en tronc de cône, de sorte que ses deux bords d'extrémités (39,40) sont rapprochés l'un de l'autre.
12. Dispositif selon la revendication 11, caractérisé par le fait que la bande maintient ses deux bords d'extrémité à proximité l'un de l'autre par élasticité.
13. Dispositif selon la revendication 11, caractérisé par le fait que les bords d'extrémité (39,40) de la bande comportent des moyens de fixation amovible (42,43,44), de préférence réglables, permettant de faire varier le diamètre de la calotte.
14. Dispositif selon la revendication 13, caractérisé par le fait que les moyens de fixation sont constitués par des plots (43) sur l'un des bords d'extrémité de la bande et par des perforations (44) aptes à recevoir les plots sur l'autre bord.
Description:
Dispositif d'aide à la manipulation d'une raquette, notamment d'une racruette de tennis La présente invention concerne un dispositif d'aide à la manipulation d'une raquette, notamment d'une raquette de tennis, et une raquette comportant un tel dispositif.

On sait que dans tous les jeux de raquettes et en particulier au tennis, il est très important, pour réaliser des gestes précis et efficaces, d'avoir une bonne prise de raquette, de bien préparer et de bien accompagner ses coups.

La présente invention vise à fournir un dispositif destiné à fournir une indication matérielle au joueur pour l'inciter à tenir correctement sa raquette et l'aider à vérifier que ses gestes sont convenablement exécutés.

La présente invention a pour objet un dispositif d'aide à la manipulation d'une raquette, notamment d'une raquette de tennis, ladite raquette comprenant un manche reliant un tamis à une poignée, caractérisé par le fait qu'il comporte une calotte à concavité diri- gée vers la poignée, mobile le long du manche entre une position haute dans laquelle elle se situe au dessus de la poignée et une position basse dans laquelle elle recouvre partiellement la poignée.

La calotte peut se présenter sous la forme d'un tronc de cône à section circulaire ou à section elliptique, le grand axe de ltellip- se étant, dans ce cas, parallèle au tamis.

La forme de la calotte peut varier sans sortir de l'invention.

A titre d'exemple, on peut retenir une forme sphérique ou tronconique.

Une caractéristique avantageuse de la calotte, dans un mode de réalisation particulier, est qu'en position basse, son bord inférieur vient au contact du poignet ou de l'avant-bras du joueur, ce qui permet à ce dernier de mieux sentir la présence de la calotte en position basse.

Dans un mode de réalisation préféré, la calotte est réalisée en un matériau souple et se présente sous la forme d'une bande annu- laire conformée sensiblement en tronc de cône, de sorte que ses deux bords d'extrémités sont rapprochés l'un de l'autre.

Dans une première variante, la bande maintient ses deux bords d'extrémité à proximité l'un de l'autre par élasticité.

Dans une seconde variante, les bords d'extrémité de la bande comportent des moyens de fixation amovible, de préférence réglables, permettant de faire varier le diamètre de la calotte.

De tels moyens de fixation peuvent tre constitués par des plots sur l'un des bords d'extrémité de la bande et par des perfora- tions aptes à recevoir les plots sur l'autre bord, avec éventuelle- ment une patte de préhension permettant de tirer sur l'un des bords pour le séparer de l'autre bord.

De préférence, la calotte est montée coulissante sur des guides assujettis au manche de la raquette.

De tels guides peuvent tre constitués par des tiges rigides montées sur un support fixé au manche ou par des câbles tendus entre un support fixé à la base du tamis et un support fixé au manche.

Dans un mode de réalisation particulier, adapté aux raquettes dont le manche est constitué par deux branches divergentes, la calot- te comporte un prolongement terminé par un coulisseau qui vient se loger entre les deux branches du manche, le coulisseau étant monté coulissant autour d'une tige rigide s'étendant dans l'axe de la raquette entre les deux branches du manche.

Ce mode de réalisation présente l'avantage que le coulisseau et la tige le long de laquelle il se déplace n'entraînent aucune gne du joueur.

Dans un autre mode de réalisation, la calotte comporte, à son extrémité supérieure, une partie de guidage sur le manche de la raquette.

Cette partie de guidage peut tre constituée par un manchon qui s'engage avec jeu sur le manche de la raquette et coulisse le long de ce dernier en maintenant la calotte avec sa concavité tournée vers la poignée.

Dans une variante particulière, le manchon comprend des par- ties déformables aptes à s'adapter à la géométrie du manche, qui peut varier entre les positions haute et basse de la calotte, par exemple si le manche de la raquette est constitué par deux branches diverge- tes.

La partie de guidage peut aussi tre constituée par un premier manchon coulissant à jeu serré sur un second manchon engagé et immobi-

lise sur le manche, le premier manchon coulissant sur le second en maintenant la calotte dans une orientation constante.

La calotte mobile du dispositif selon l'invention permet au joueur de prendre conscience de l'orientation qu'il donne à sa raquet- te en position d'attente, car lorsque la raquette est dirigée vers le haut, la calotte descend par gravité et arrive au contact de la main, du poignet ou de l'avant-bras du joueur, tandis que lorsque la raquet- te est dirigée vers le bas, la calotte coulisse en direction du tamis.

En outre, lors d'une frappe de balle, la calotte se déplace en direction du tamis sous l'effet de la force centrifuge et doit, dans certains cas, redescendre sur la poignée, faute de quoi le joueur prend conscience que son geste a été mal accompagné.

La calotte permet également de rappeler au joueur en position d'attente à la volée qu'il doit tenir sa raquette à deux mains en repoussant la calotte vers le tamis avec sa deuxième main.

La présente invention a également pour objet une raquette munie d'un dispositif tel que décrit ci-dessus.

Dans le but de mieux faire comprendre l'invention, on va en décrire maintenant plusieurs modes de réalisation donnés à titre d'exemples non limitatifs, en référence au dessin annexé dans lequel : -la figure 1 est une vue en perspective d'une raquette munie d'un dispositif selon un premier mode de réalisation de l'invention, -la figure 2 est une vue en coupe selon II-II de la figure 1, -la figure 3 est une vue en perspective d'une calotte selon un deuxième mode de réalisation de l'invention, avec sa tige-support, -la figure 4 est une vue en coupe d'un manche de raquette équipé de la calotte de la figure 3, -la figure 5 est une vue en perspective d'une calotte selon un troisième mode de réalisation de l'invention.

-la figure 6 est une vue en perspective d'une calotte selon un quatrième mode de réalisation de l'invention, -la figure 7 représente la calotte de la figure 6 aplatie, -la figure 8 représente en perspective les deux bords de la bande formant la calotte en cours de rapprochement, -la figure 9 est une vue en coupe selon IX-IX de la figure 8, -la figure 10 est une vue analogue à la figure 8, les deux bords étant rapprochés.

La raquette représentée sur la figure 1 comprend un tamis 1 et une poignée 2 reliés par un manche 3 qui est ici constitue, comme c'est la cas de la plupart des raquettes actuelles, par deux branches 4 divergentes laissant entre elles un espace vide 5 sensiblement triangulaire.

Deux tiges métalliques 6 sont assujetties au manche en étant supportées, d'une part, par les oeillets 7a de deux pieds 7 pinces sur le manche à proximité de la poignée, ces deux pieds s'étendant perpendiculairement au manche du côté de chaque face du tamis, d'au- tre part, par un support 8 constitué par une plaque métallique 9 pincée contre le cadre 10 du tamis à l'aide d'une plaquette de serra- ge 11 et de deux écrous 12 dont la forme en papillon est destinée à en faciliter le vissage à la main.

La plaque-support 9 comporte, à chacune de ses extrémités, un trou taraudé dans lequel l'extrémité filetée 14 correspondante de chacune des deux tiges peut tre vissée jusqu'à ce qu'un épaulement 15 solidaire de ladite tige vienne prendre appui contre la plaque-sup- port.

L'ensemble du dispositif peut ainsi tre mis en place à la main, sans recourir à aucun outil car les pieds 7 peuvent tre posi- tionnés à la main sur le manche, la plaque-support 9 peut tre pincée sur le cadre 10 du tamis par serrage des écrous-papillons 12 et les tiges peuvent tre mises en place par engagement de leur extrémité arrière dans les oeillets des pieds, moyennant une légère déformation élastique, puis introduction et vissage de leur extrémité filetée avant dans les trous taraudés 13 de la plaque-support.

Une calotte 16, dont la concavité est dirigée vers la poignée, est engagée autour du manche, avec deux coulisseaux 17, réalisés d'un seul tenant avec elle, enfilés chacun sur une des deux tiges 6.

La calotte est naturellement mise en place en mme temps que les tiges 6 et peut coulisser le long de ces dernières en conser- vant son orientation.

En position basse, la calotte vient recouvrir au moins partiel- lement la poignée 2 ainsi que la ou les mains du joueur, lequel peut ainsi prendre conscience de la position de la calotte sans devoir regarder sa raquette.

En position haute, la calotte se trouve au dessus de la poi- gnée.

Les déplacements de la raquette entre ces deux positions résultent de l'orientation de la raquette au repos et de ses déplace- ments lors d'une frappe de balle.

Le joueur peut ainsi corriger ses défauts s'il s'aperçoit que la calotte ne se déplace pas le long du manche comme elle devrait le faire.

La calotte constitue également une indication visuelle pour un professeur qui peut surveiller à distance la bonne exécution des gestes par son élève.

Dans le second mode de réalisation, illustré par les figures 3 et 4, la calotte se compose de deux parties réalisées en matière plastique, à savoir une partie 20 de forme tronconique constituant la calotte proprement dite et un coulisseau.

La partie tronconique est prolongée vers l'avant par deux branches parallèles 22 tandis que le coulisseau est muni de deux branches 23 à sa partie arrière.

Lesdites branches sont pourvues de moyens d'encliquetage mutuel constitués par un tenon 24 muni de bossages 25 sur chaque branche de la partie tronconique et une mortaise 26 munie de rainures 27 destinées à emprisonner les bossages sur chaque branche du coulis- seau.

Le coulisseau est traversé axialement par un perçage 28 situé dans sa partie centrale, ce perçage étant coaxial à la calotte.

Comme on le voit sur la figure 4, le coulisseau est engagé sur une tige métallique rigide 29 qui traverse l'espace libre sensible- ment triangulaire 5 existant entre les deux branches du manche.

La tige 29 s'étend coaxialement à l'axe de la raquette.

Dans l'exemple représenté, la tige 29 comporte une portée 30 qui s'appuie sur le cadre 10, à la base du tamis, et une portée 31 qui s'appuie sur le manche à proximité de la poignée.

La tige est constituée par deux tubes 29b emmanchés l'un dans l'autre et repoussés axialement par un ressort 29a.

Les portées 30 et 31 sont conformées pour s'adapter à la forme de leurs appuis et sont réalisées en un matériau déformable et ru- gueux de sorte qu'une fois mises en places et comprimées contre leurs

appuis par le ressort, elles demeurent en position malgré les vibra- tions de la raquette.

D'autres moyens de blocage de la tige peuvent naturellement tre envisagés sans sortir du cadre de l'invention.

La mise en place de la calotte 20 sur la raquette s'effectue par engagement du coulisseau 21 sur l'un des tubes 29b, emmanchement des deux tubes avec interposition du ressort 29a, compression axiale de la tige télescopique ainsi constituée, engagement de cette derniè- re dans l'espace 5 délimité par les deux branches du manche et rela- chement de la tige dont les portées 30 et 31 viennent s'appuyer sur le manche et sur le cadre.

L'avantage de ce mode de réalisation réside principalement dans le fait que le coulisseau 21 et la tige rigide 29 n'introduisent aucune gne pour le joueur car ils sont situés dans une partie inuti- lisée de la raquette.

Dans une variante non représentée, la tige rigide 29 prévue entre les deux branches du manche peut tre remplacée par deux tiges parallèles, ce qui améliore la rigidité du système et assure le maintien de l'orientation angulaire de la calotte. Un tel maintien est particulièrement utile si la calotte n'est pas de révolution mais elliptique par exemple.

La calotte 33 représentée à la figure 5 comporte un manchon 34 qui constitue sa partie de guidage et une partie sensiblement ellip- soïdale 35.

Cette partie sensiblement ellipsoïdale 35 est avantageuse car son bord inférieur 36 vient prendre appui sur le poignet ou l'avant- bras du joueur en position basse de la calotte.

Le manchon 34 a la forme d'un prisme à base rectangulaire et comporte des volets déformables 37 à la partie supérieure de ses deux petites faces latérales, pour adapter sa géométrie à celle d'un manche constitué par deux branches divergentes.

Dans le quatrième mode de réalisation des figures 6 à 9, la calotte 38 est constituée par une bande annulaire de matière plasti- que, comme on le voit sur la figure 7.

Cette bande annulaire est enroulée sensiblement en tronc de cône, ses deux bords d'extrémités 39 et 40 étant destinés à tre rapporchs l'un de l'autre.

Le bord 39 comporte une languette 41 qui permet de le séparer du bord 40, comme on le verra ultérieurement.

Pour maintenir les deux bords 39 et 40 rapprochés l'un de l'autre, la calotte comporte des moyens réglables de fixation amovi- ble qui sont constitués par une réglette perforée 42 en saillie de la face intérieure, par rapport à la calotte, du bord 39 et par une pluralité de rangées de plots 43, en saillie de la face extérieure, par rapport à la calotte, du bord 40 et dont chacun est apte à péné- trer en force dans une des perforations 44 de la réglette 42.

Comme on le voit mieux sur la figure 9, le fait que la réglet- te 42 se trouve en saillie de la face intérieure du bord 39 permet aux plots non utilisés de se loger entre les deux bords 39 et 40 sans gner l'enfoncement des plots effectivement utilisés dans les perfora- tions de la réglette.

Les plots 43 sont alignés suivant des rayons lorsque la bande est aplatie, comme représenté à la figure 7, ou suivant des génératri- ces lorsque la bande est enroulée en tronc de cône, comme représenté en figure 6.

On comprend que chaque ligne de plots correspond à un réglage de la calotte, permettant d'adapter son rayon à la taille du manche de la raquette.

Un avantage très important de la calotte suivant ce quatrième mode de réalisation est que ladite calotte peut s'adapter très facile- ment à tout type de raquette, quelle que soit sa taille, sans qu'au- cun dispositif ne soit prévu sur la raquette.

En outre, du fait qu'elle peut s'aplatir facilement, la calot- te peut tre aisément transportée et rangée.

Il est bien entendu que les modes de réalisation qui viennent d'tre décrits ne présentent aucun caractère limitatif et qu'ils pourront recevoir toutes modifications désirables sans sortir pour cela du cadre de l'invention.

En particulier, on pourrait imaginer d'autres moyens de coulis- sement de la calotte, par exemple le long de câbles tendus parallèle- ment au manche.