Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
BACKPACK HAVING A VERTICAL HOLDING FRAME AND A SUPPORT COVER
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/024970
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a backpack (1) comprising: – a storage envelope (2) with shoulder straps (6), – a rigid cover (30) covering the top of the envelope, – a fixed frame (31) secured to the cover and comprising at least one lower bearing surface (32), – a movable frame (4) that is articulated to the cover or to the fixed frame, with a lower bearing surface (42) and that is able to move between a stowed position and a deployed position, the frames being arranged such that, in the deployed position, the lower bearing surfaces (32, 42) are arranged around the envelope (2) such that the backpack can be placed stably on these lower bearing surfaces, the frames forming the support for the cover.

Inventors:
DIDIERJEAN, Quentin (8 rue Jean Nicot, PANTIN, 93500, FR)
MATYJA, Joris (3 rue de Provence, COURCELLES-CHAUSSY, 57530, FR)
Application Number:
FR2017/052125
Publication Date:
February 08, 2018
Filing Date:
July 27, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE CRÉATION INDUSTRIELLE (48 rue Saint Sabin, PARIS, 75011, FR)
International Classes:
A45F3/04; A45F3/08; A45F4/02
Domestic Patent References:
WO2016113688A12016-07-21
Foreign References:
DE342611C1921-10-21
US5533654A1996-07-09
US6986445B12006-01-17
US20090084821A12009-04-02
US7118172B12006-10-10
US20100078279A12010-04-01
DE2825366A11979-12-20
EP1917881A12008-05-07
US20140007694A12014-01-09
Attorney, Agent or Firm:
NOVAGRAAF TECHNOLOGIES (Bâtiment O2, 2 rue Sarah BernhardtCS, 92665 ASNIÈRES-SUR-SEINE CEDEX, 92665, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Sac à dos (1) comprenant :

une enveloppe de rangement (2) avec un fond (21) et un sommet,

des bretelles (6) à l'avant de ladite enveloppe de rangement,

- un capot (30 ; 130) rigide recouvrant le sommet de l'enveloppe de rangement,

- une armature fixe (31 ; 231) fixée au capot et comprenant au moins une surface inférieure d'appui, dite surface inférieure d'appui fixe (32 ; 232),

- une armature mobile (4 ; 204) articulée sur le capot ou sur l'armature fixe, comprenant une surface inférieure d'appui, dite surface inférieure d'appui mobile (42 ; 242), l'armature mobile étant mobile entre o une position rabattue contre l'ensemble formé par l'enveloppe de rangement, le capot et l'armature fixe, et

o une position déployée dans laquelle la surface inférieure d'appui mobile est à distance de l' enveloppe,

les armatures (31, 4 ; 231, 204) étant agencées de manière à ce qu'en position déployée les surfaces inférieures d'appui (32, 42 ; 232, 242) soient agencées autour de l'enveloppe de rangement (2) de manière à ce que le sac à dos puisse être posé en équilibre sur ces surfaces inférieures d'appui, les armatures formant le support du capot.

2. Sac à dos (1) selon la revendication 1, dans lequel la surface inférieure d'appui fixe (32 ; 232) est située en bas et à l'arrière du sac à dos, et dans lequel, en position déployée, la surface inférieure d'appui mobile (42 ; 242) est située en bas et à l'avant du sac à dos.

3. Sac à dos (1) selon la revendication 1 ou 2, dans lequel les armatures (31, 4 ; 231, 204) et le capot (30 ; 230) sont agencés de manière à ce que le capot forme une assise lorsque le sac à dos est posé en équilibre sur les surfaces inférieures d'appui (32, 42 ; 232, 242) . 4. Sac à dos (1) selon l'une des revendications précédentes, dans lequel l'armature mobile (4 ; 204) est articulée sur un bord avant (33 ; 233) du capot (30 ; 230) .

5. Sac à dos (1) selon l'une des revendications précédentes, dans lequel l'armature fixe (31 ; 231) et le capot (30 ; 230) forment une seule pièce monobloc formant une coque (3 ; 203) , cette coque présentant une portion supérieure formant le capot et une portion inférieure formant l'armature fixe, la portion inférieure recouvrant l'arrière de l'enveloppe de rangement (2) .

6. Sac à dos (1) selon la revendication 5, dans lequel la surface extérieure (35) de ladite portion supérieure (30 ; 230) et la surface extérieure (35) de ladite portion inférieure (31 ; 231) sont lisses.

7. Sac à dos (1) selon l'une des revendications précédentes, dans lequel le capot (30 ; 230) est agencé de manière à être incliné par rapport au fond (21) de l'enveloppe de rangement (2), le capot se rapprochant du fond de l'enveloppe de rangement selon une direction allant de l'avant vers l'arrière de cette enveloppe de rangement.

8. Sac à dos (1) selon l'une des revendications précédentes, dans lequel l'enveloppe de rangement (2) comprend une ou plusieurs ouvertures d'accès (25, 26) à l'intérieur de l'enveloppe de rangement agencées sur au moins l'un des côtés de l'enveloppe de rangement.

9. Sac à dos (1) selon la revendication 8, dans lequel l'enveloppe de rangement (2) présente plusieurs desdites ouvertures d'accès :

- au moins une première ouverture d'accès (25) étant agencée sur le côté gauche de l'enveloppe de rangement, et

- au moins une deuxième ouverture d'accès (26) étant agencée sur le côté droit de l'enveloppe de rangement et en vis-à-vis de la première ouverture d'accès.

10. Sac à dos (1) selon l'une des revendications précédentes, dans lequel l'armature mobile est formée par un cadre (4) ou par une barre en « U » (204) avec une portion transversale comprenant la surface inférieure d'appui mobile (242) et des extrémités latérales articulées sur le capot ou sur l'armature fixe (231), le sac à dos comprenant :

des accroches (44, 47) montées en haut et en bas de l'armature mobile,

- un textile (41) agencé en avant de l'armature mobile et tendu entre ces accroches, les accroches étant agencées entre le textile et l'armature mobile de manière à tendre le textile à distance de l'armature mobile. 11. Sac à dos (1) selon l'une des revendications précédentes, comprenant une sangle (5 ; 205) fixée d'une part à l'avant de l'enveloppe de rangement (2) et d'autre part à l'armature mobile (4 ; 204), de manière à limiter l'écartement de l'armature mobile par rapport à l'enveloppe de rangement en position déployée.

12. Sac à dos (1) selon la revendication 11, dans lequel la sangle est une sangle abdominale (5 ; 205) du sac à dos.

13. Sac à dos (1) selon la revendication 11 ou 12, dans lequel une coulisse (8 ; 108) est agencée sur l'enveloppe de rangement (2), la sangle (5 ; 205) passant dans la coulisse de manière à ce que par traction sur la sangle, cette dernière entraine le rapprochement et/ou le serrage de l'armature mobile (4 ; 204) contre l'enveloppe de rangement.

14. Sac à dos (1) selon la revendication 13 prise en combinaison avec la revendication 12, dans lequel la sangle abdominale (5 ; 205) est également reliée à des attaches de fermeture (7) de la sangle abdominale, la sangle abdominale étant également agencée pour coulisser par rapport à ces attaches, de manière à ce qu'en tirant sur la sangle abdominale, on resserre celle-ci autour de l'abdomen en même temps qu'on serre l'armature mobile contre l'enveloppe de rangement (2 ) .

Description:
SAC À DOS À ARMATURE DE MAINTIEN VERTICAL

ET CAPOT DE SUPPORT

La présente invention concerne le domaine des sacs à dos. Plus particulièrement, la présente invention concerne un sac à dos avec une armature lui permettant, une fois posé au sol, de rester vertical et de former un support.

Le document US 2014 / 0076942 Al décrit un sac à dos comprenant une armature fixe par rapport à une enveloppe de rangement. Cette armature comprend en bas une base et en haut un plateau, le côté arrière de la base et le côté arrière du plateau étant reliés par deux montants. Le sac à dos peut ainsi reposer verticalement sur sa base, le plateau formant un siège. Cependant le fort porte-à-faux entre le plateau et les montants, la structure de la base, et la surface délimitée entre les barreaux de la base, entraînent une stabilité faible de l'ensemble et requièrent un sol relativement plan.

Le problème technique que vise à résoudre l'invention est donc d'améliorer un sac à dos permettant de réaliser un support en lui conférant une meilleure stabilité, notamment dans le cas de sols irréguliers.

A cet effet, un premier objet de l'invention est un sac à dos comprenant :

une enveloppe de rangement avec un fond et un sommet, des bretelles à l'avant de l'enveloppe de rangement, - un capot rigide recouvrant le sommet de ladite enveloppe, une armature fixe fixée au capot et comprenant au moins une surface inférieure d'appui, dite surface inférieure d' appui fixe ,

une armature mobile articulée sur le capot ou sur l'armature fixe, comprenant une surface inférieure d'appui, dite surface inférieure d'appui mobile, l'armature mobile étant mobile entre

o une position rabattue contre l'ensemble formé par l'enveloppe de rangement, le capot et l'armature fixe, et

o une position déployée dans laquelle la surface inférieure d'appui mobile est à distance de l' enveloppe,

les armatures étant agencées de manière à ce qu'en position déployée les surfaces inférieures d'appui soient agencées autour de l'enveloppe de rangement de manière à ce que le sac à dos puisse être posé en équilibre sur ces surfaces inférieures d'appui, les armatures formant le support du capot .

Ainsi, lorsque le sac à dos est posé au sol avec l'armature mobile en position déployée et sur les surfaces inférieures d'appui, la surface délimitée entre les surfaces inférieures d'appui est plus large que le fond de l'enveloppe de rangement, puisque la surface inférieure d'appui mobile est à distance de cette enveloppe. Le sac à dos est ainsi plus stable et maintenu verticalement.

Par ailleurs, en ayant une surface délimitée entre les surfaces inférieures d'appui plus large, les irrégularités du terrain ont moins d'impact sur l'équilibre du sac à dos.

De plus, le capot forme un support, par exemple pour poser des objets, ou pour s'assoir. A noter que l'armature fixe est dite fixe car elle est immobile par rapport à l'enveloppe de rangement .

L'invention peut opt i onne 1 lemen t présenter une quelconque ou plusieurs des caractéristiques suivantes :

la surface inférieure d'appui fixe est située en bas et à l'arrière du sac à dos, et en position déployée, la surface inférieure d'appui mobile est située en bas et à l'avant du sac à dos ; ainsi, l'armature mobile est moins encombrante en se logeant dans le dos de l'utilisateur ;

les armatures et le capot sont agencés de manière à ce que le capot forme une assise lorsque le sac à dos est posé en équilibre sur les surfaces inférieures d'appui ; cela permet à l'utilisateur de se reposer en posant son sac à dos au sol et en s' asseyant sur le capot, sans transporter de chaise supplémentaire ;

l'armature mobile est articulée sur un bord avant du capot ; cela facilite la réalisation du sac à dos ;

- l'armature fixe et le capot forment une seule pièce monobloc ; cela facilite la réalisation du capot et de son support et améliore sa résistance ;

la pièce monobloc peut être formée par une coque, cette coque présentant une portion supérieure formant le capot et une portion inférieure formant l'armature fixe, la portion inférieure recouvrant l'arrière de l'enveloppe de rangement ; la coque forme ainsi également une protection de l'arrière du sac à dos, notamment contre les chocs ;

la surface extérieure de ladite portion supérieure et ladite surface extérieure de la portion inférieure sont lisses ; cela permet à l'utilisateur de marcher le dos courbée dans des branchages, en laissant ces derniers glisser sur la coque ;

ladite portion inférieure et/ou ladite portion supérieure comprennent des retours latéraux couvrant au moins partiellement les côtés de l'enveloppe de rangement ; ces retours permettent de renforcer la portion supérieure et/ou la portion inférieure ; par ailleurs, cela permet également de mieux écarter les branchages sur le côté lors d'une progression dos courbé ;

- le capot est agencé de manière à être incliné par rapport au fond de l'enveloppe de rangement, le capot se rapprochant du fond de l'enveloppe de rangement selon une direction allant de l'avant vers l'arrière de cette enveloppe de rangement ; cela permet d'avoir un capot moins incliné lorsque le sac à dos est posé au sol en position déployée ; par exemple, les armatures et le capot peuvent être agencés de manière à ce que, lorsque l'armature mobile est en position déployée et lorsque le sac à dos est posé en équilibre sur les surfaces inférieures d'appui, le capot présente une partie de réception plane horizontale, facilitant ainsi l'assise ou la pose d'un appareil de mesure, ou d'un appareil photo ; la partie de réception peut représenter la majorité de la surface du capot ;

l'enveloppe de rangement comprend une ou plusieurs ouvertures d'accès à l'intérieur de l'enveloppe de rangement agencées sur au moins l'un des côtés de l'enveloppe de rangement ; cela permet d'accéder à l'intérieur de l'enveloppe de rangement sans séparer celle-ci du capot ; le capot peut ainsi être fixé de manière inséparable au sac à dos ; cela est particulièrement utile dans le cas visé précédemment, où une coque forme le capot et l'armature fixe ; l'enveloppe de rangement présente plusieurs desdites ouvertures d' accès :

o au moins une première ouverture d' accès étant agencée sur le côté gauche de l'enveloppe de rangement, et

o au moins une deuxième ouverture d' accès étant agencée sur le côté droit de l'enveloppe de rangement et en vis-à-vis de la première ouverture d' accès ;

cela permet un accès à l'intérieur de l'enveloppe de rangement sur toute sa largeur, simplement par un côté ou l'autre ;

l'armature mobile est formée par un cadre ; c'est une forme de réalisation simple et robuste ;

l'armature mobile est formée par une barre en « U » avec une portion transversale comprenant la surface inférieure d'appui mobile et des extrémités latérales articulées sur le capot ou sur l'armature fixe ; c'est une forme de réalisation simple ;

selon l'un ou l'autre des deux alinéas précédents, le sac à dos peut comprendre :

o des accroches montées en haut et en bas de l'armature mobile,

o un textile agencé en avant de l'armature mobile et tendu entre ces accroches, les accroches étant agencées entre le textile et l'armature mobile de manière à tendre le textile à distance de l'armature mobile;

les accroches et le textile permettent à l'utilisateur d'avoir le dos à l'écart de l'armature mobile, améliorant ainsi son confort ;

les accroches montées en bas de l'armature mobile peuvent être agencées au-dessus et à distance de la surface inférieure d'appui mobile ; cela permet au textile de ne pas toucher le sol lorsque le sac à dos est posé à terre sur ses surfaces inférieures d'appui;

le sac à dos comprend une sangle fixée d'une part à l'avant de l'enveloppe de rangement et d'autre part à l'armature mobile, de manière à limiter l'écartement de l'armature mobile par rapport à l'enveloppe de rangement en position déployée ;

la sangle est une sangle abdominale du sac à dos ; on limite ainsi le nombre de sangles ;

une coulisse est agencée sur l'enveloppe de rangement, la sangle passant dans la coulisse de manière à ce que par traction sur la sangle, cette dernière entraine le rapprochement et/ou le serrage de l'armature mobile contre l'enveloppe de rangement ; cela permet un passage simple d'une position à l'autre ;

selon l'alinéa précédent et lorsque la sangle est la sangle abdominale, cette dernière est également reliée à au moins une attache de fermeture de la sangle abdominale, la sangle abdominale étant également agencée pour coulisser par rapport à ce ou ces attaches, de manière à ce qu'en tirant sur la sangle abdominale, on resserre celle-ci autour de l'abdomen en même temps qu'on serre l'armature mobile contre l'enveloppe de rangement ; cela simplifie les manipulations pour faire passer l'armature mobile d'une position à une autre ;

la coulisse est une bague comprenant un anneau et un montant central relié à cet anneau ; c'est une forme de réalisation simple et résistante d'une coulisse ;

- la sangle comprend : O une première extrémité reliée de manière coulissante à une attache de la sangle abdominale, puis

o une première portion de sangle passant dans un sens dans la bague et entre le montant central et l'anneau, puis entre le montant central et l'avant de l'enveloppe de rangement, puis passant dans l'autre sens dans la bague et entre le montant central et l'anneau, puis étant fixé à l'armature mobile

c'est une façon de réaliser un moyen d' entraînement de l'armature mobile en position rabattue ;

selon l'alinéa précédent, la première portion de sangle peut également être doublée par une portion supplémentaire de sangle fixée d'un côté à l'armature mobile et de l'autre à la sangle entre le montant central et la première extrémité, de manière à ce que la première portion de sangle et la portion supplémentaire de sangle puissent coulisser de part et d'autre du montant central, la fixation de la portion supplémentaire de sangle à la sangle formant une butée ; on limite ainsi l'amplitude de l'écartement de l'armature mobile de l'enveloppe de rangement ;

l'anneau est plaqué fixement à l'enveloppe de rangement et le montant central est décalé en avant par rapport à l'anneau ; on améliore ainsi la robustesse de la fixation de la sangle, le plaquage de l'armature mobile et le coulissement de la sangle ;

alternativement, la coulisse est un passant, notamment cousue sur l'enveloppe de rangement ; c'est une forme très simple de réalisation. À noter que dans la présente demande l'avant du sac à dos est la face se plaçant contre le dos de l'utilisateur lorsqu'il porte le sac à dos et l'arrière est la face opposée. La droite et la gauche du sac à dos se définissent par rapport à cette orientation. Cette orientation est également l'orientation verticale du sac à dos.

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront à la lecture de la description détaillée des exemples non limitatifs qui suivent, pour la compréhension de laquelle on se reportera aux dessins annexés, parmi lesquels :

la figure 1 représente un sac à dos selon un exemple de réalisation de l'invention, selon une vue en perspective de côté et de devant, le sac étend représenté en position verticale, l'armature mobile étant en position rabattue ;

la figure 2 représente le sac à dos selon la figure 1 mais avec l'armature mobile en position déployée ;

la figure 3 représente la figure 2 mais vue de côté et avec le sac à dos posé verticalement sur le sol, en équilibre ;

la figure 4 représente le sac à dos de la figure 3 selon une vue similaire mais avec un accès à l'intérieur de l'enveloppe de rangement ouvert, les bretelles du sac à dos n'étant pas représentées ;

la figure 5 représente le sac à dos de la figure 1 selon une vue en perspective de côté et de derrière ;

la figure 6 représente le sac à dos de la figure 1 mais sans la coque ni l'enveloppe de rangement, et selon une vue en perspective légèrement de côté et de derrière ;

les figures 7 et 8 représentent la position de la sangle en position déployée de l'armature mobile, selon une vue en perspective respectivement arrière et vue en perspective avant ;

les figures 9 et 10 représentent la position de la sangle en position rabattue de l'armature mobile, respectivement selon une vue en perspective arrière et selon une vue en perspective avant ;

la figure 11 représente un exemple de coulisse du sac à dos de la figure 1 ;

la figure 12 représente une vue en coupe de la coulisse de la figure 11 ;

la figure 13 représente une vue de côté de la coque du sac à dos de la figure 1 ;

la figure 14 représente l'articulation de l'armature mobile sur la coque du sac à dos de la figure 1 ;

- les figures 15 à 19 correspondent aux figures 6 à

10 mais selon une variante de réalisation ;

la figure 20 représente un sac à dos selon un autre exemple de réalisation mais sans l'enveloppe de rangement ni les bretelles, et selon une vue en perspective légèrement de côté et de devant, l'armature mobile étant rabattue ;

la figure 21 représente le sac à dos de la figure 20 mais sans la coque, ni l'enveloppe de rangement, ni les bretelles et selon une vue en perspective légèrement de côté et de derrière.

La figure 1 illustre un exemple de réalisation d'un sac à dos 1 selon la présente invention.

Celui-ci comprend une enveloppe de rangement 2, qui forme l'enveloppe séparant l'extérieur du sac à dos 1 et son intérieur, définissant ainsi un volume de rangement à l'intérieur duquel peuvent être rangés différents objets. Le sac à dos 1 comprend des bretelles 6 attachées d'une part en haut du sac à dos et d'autre part en bas de celui-ci, de manière à permettre à un utilisateur de porter le sac à dos contre son dos, les bretelles 6 passant autour de ses épaules.

Le sac à dos 1 peut également comprendre, comme il est illustré ici, une ceinture abdominale agencée pour se fermer autour de la taille de l'utilisateur, et comprenant au moins une sangle de fermeture 5.

Le sac à dos 1 illustré comprend une coque 3.

Cette coque 3 comprend une portion supérieure formant un capot 30 rigide, qui forme une protection du sommet de l'enveloppe de rangement 2.

Dans l'exemple illustré, le capot 30 recouvre l'ensemble du sommet de l'enveloppe de rangement 2 et comprend une surface globalement plane.

Cette coque 3 comprend également une portion inférieure qui forme une protection de l'arrière de l'enveloppe de rangement 2.

La coque 3 est fixée de manière immobile sur l'enveloppe de rangement 2. La portion inférieure 31 est donc fixe par rapport à l'ensemble de l'enveloppe de rangement 2 et du capot 30. Cette portion inférieure forme donc également une armature fixe 31.

Selon l'invention, la fixation de la coque 3 sur l'enveloppe 2 peut être réalisée de manière inamovible, par exemple par collage, rivetage, thermo - s oudage ou d'autres techniques. Alternativement, la fixation de la coque 3 sur l'enveloppe 2 peut être réalisée de manière amovible, par exemple par des bandes auto- agrippantes, des boutons pressions, ou des moyens de clipsage . Le sac à dos 1 comprend également une armature mobile 4 articulée sur le capot 30, dans cet exemple sur le bord avant 33 du capot 30, comme on peut le voir en figure 13.

Cette armature mobile 4 est formée, dans cet exemple, par un cadre situé à l'avant de l'enveloppe rangement 2. Par conséquent, lorsque l'utilisateur porte le sac à dos 1 sur son dos, ce cadre 4 est situé entre son dos et l'enveloppe de rangement 2.

Afin d'améliorer le confort du port du sac à dos

1, le cadre 4 peut comprendre un textile tendu 41, encore appelé dos tendu 41, destiné à venir en contact avec le dos de l'utilisateur. Ce dos tendu peut par exemple être formé par un filet.

L'enveloppe de rangement 2 comprend un fond 21.

Lorsque le sac à dos 1 est posé verticalement sur le sol S, comme illustré en figure 3, ce fond 21 est en contact avec le sol S.

Comme illustré en figure 2, l'armature mobile 4 s'ouvre avec un certain angle.

Selon l'invention, l'armature mobile 4 est apte à passer d'une position rabattue, notamment contre l'enveloppe de rangement 2, tel qu'illustré en figure 1, à une position déployée, illustrée en figure 2.

En particulier, dans l'exemple illustré, grâce à son articulation, l'armature mobile passe de sa position rabattue contre la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2, à la position déployée, en s'écartant de cette paroi avant 23, par exemple par un mouvement de rotation autour d'un axe situé au sommet de l'enveloppe rangement 2. La position déployée permet une meilleure stabilité du sac à dos 1, posé en position verticale sur le sol S, comme par exemple en figure 3.

L'armature mobile 4 présente une surface inférieure d'appui 42, dite surface inférieure d'appui mobile 42, destinée à entrer en contact avec le sol S, lorsque le sac à dos est posé verticalement sur le sol S. De même la coque 3, et donc l'armature fixe 31 formée par la portion inférieure de cette coque 3, comprend une surface inférieure d'appui 32, dite surface inférieure d'appui fixe 32, qui est destinée à être en contact avec le sol S, lorsque le sac à dos est posé verticalement.

Ainsi lorsque le sac à dos est posé verticalement sur le sol, avec l'armature mobile 4 en position déployée, le sac à dos 1 est maintenu verticalement et en équilibre par son armature mobile 4 et l'armature fixe 31. Cet équilibre est stabilisé par les appuis sur les surfaces inférieures d'appui 42 et 32. Comme l'armature mobile 4 est en position déployée, la surface inférieure d'appui mobile 42 est située à l'écart de l'enveloppe rangement 2, ce qui augmente la stabilité du sac à dos 1.

Les surfaces inférieures d'appui 32, 42 sont réparties autour du fond 21 de l'enveloppe de rangement et définissent entre elles une surface supérieure à celle du fond 21 de l'enveloppe de rangement 2, améliorant ainsi la stabilité.

Par ailleurs, dans les réalisations de l'invention où l'armature fixe 31 est formée par une coque 3, par exemple comme illustré, cette coque peut être sous la forme d'une plaque, notamment non plane, la tranche de cette plaque formant la surface inférieure d'appui fixe 32.

De même, en réalisant l'armature mobile par un cadre 4, c'est le montant inférieur du cadre 4 qui peut former directement la surface inférieure d'appui mobi le 42.

En étant formées par une tranche et un montant de cadre, les surfaces inférieures d'appui 42, 32 peuvent s'adapter plus facilement à différentes irrégularités du sol qui se situeraient entre ces surfaces inférieures d'appui.

Le fond 21 s'adapte au sol S.

Une fois le sac à dos 1 posé verticalement sur le sol S, le plateau formé par la surface extérieure 35 du capot 30, peut servir de support pour différents objets et également servir d'assise à l'utilisateur du sac à dos. Dans un tel cas, le transfert de poids se reporte directement sur les armatures 4, 31, puis est transféré au sol S par les surfaces inférieures d'appui 42 , 32.

Le sac à dos selon l'invention, et notamment selon l'exemple illustré, est ainsi particulièrement adapté pour les randonnées, notamment en milieu accidenté. Notamment, il est adapté aux professionnels de l'environnement, tel que les paléontologues, primatologues , entomologistes, géologues, etc. Ces professionnels doivent en effet se rendre dans les meilleures conditions sur des sites de recherche particulièrement difficiles d'accès, en transportant de plus du matériel fragile.

D'une manière générale, dans les cas où l'armature fixe 31 et le capot 30 sont formés par une coque 3 rigide, cette dernière permet de protéger le matériel sensible rangé à l'intérieur de l'enveloppe de rangement 2, et éventuellement d'évoluer dans une végétation dense en limitant le risque d'accroché du sac à dos aux végétaux. Cette coque 3 est également apte à former une assise pour le chercheur, cette coque 3 et l'armature mobile formant un siège, notamment une fois arrivé sur le site de travail. Cette coque 3 peut également servir de support pour différents appareils, tel qu'un appareil photo, un ordinateur portable, une antenne de GPS .

Notamment dans l'exemple illustré, la coque 3 et l'armature mobile sont agencées de manière à ce qu'on position déployée, le capot 30 soit horizontal lorsque le sac à dos 1 est positionné sur un sol à peu près hori zontal .

Le dos tendu 41 améliore le confort de marche.

Par ailleurs, la surface extérieure 35 de la coque 3 peut être lisse afin de diminuer le risque d'accroché aux végétaux .

Afin de faciliter ce glissement, le sac à dos 1 peut comprendre, comme illustré en figure 5, un galbe 37 reliant le capot 30 et l'armature fixe 31. Ce galbe 37 forme une transition entre le capot 30 et l'armature fixe 31. En particulier, le galbe 37 permet un glissement lorsque l'utilisateur progresse le dos courbé, les branches glissant d'abord contre le capot 30, puis le long de l'armature fixe 31.

La coque 3 peut également comprendre des retours latéraux 38, 39. Ce retours latéraux 38, 39 sont dans cet exemple des portions du capot 30 et de l'armature fixe 31, et sont légèrement inclinés vers le bas pour le capot 30 et légèrement inclinés vers l'avant pour l'armature fixe 31. Ces retours latéraux améliorent le glissement de branchages sur la coque, sans accrocher les côtés de l'enveloppe de rangement 2.

Les retours latéraux 39 de la portion inférieure 31 permettent également de conférer à la surface inférieure d'appui fixe 32 la forme d'une tranche courbée ou avec des segments formant un angle entre eux. Ces retours latéraux 39 entourent ainsi globalement l'arrière de l'enveloppe de rangement 2, améliorant ainsi davantage la stabilité de l'appui sur la surface inférieure d'appui fixe 32.

Selon l'invention et comme illustré en figure 5, la transition entre les retours latéraux 39 de la portion inférieure 31 et le reste de la coque 3 peut former une nervure 36, ce qui permet de renforcer davantage la coque 3, et donc également le support du capot 30 lorsque le sac à dos 1 est en position verticale sur le sol S.

Sur la figure 5, compte tenu de l'orientation du sac à dos 1, seuls les retours latéraux 38 et 39 du capot et de la portion inférieure 31 situés à gauche sont visibles. Cependant le même type de retours latéraux peut être présent à droite de l'enveloppe de rangement 2.

La coque 3 peut présenter, comme dans cet exemple, d'un plan de symétrie vertical et orienté d'avant en arrière .

La coque 3 forme une pièce unique monobloc, plus simple à réaliser mais également permettant de protéger l'ensemble du sommet et de l'arrière du sac à dos. Pour cela elle peut également avoir une forme lui permettant d'épouser le volume que peut prendre l'enveloppe de rangement 2 une fois pleine. L'arrière et/ou le sommet de l'enveloppe de rangement 2 peuvent également être plaqués à la coque 3, notamment par collage.

Néanmoins, selon d'autres réalisations non représentées, le capot et l'armature fixe peuvent être réalisés dans des pièces séparées.

Selon d'autres réalisations non représentées, l'armature fixe peut ne pas former une plaque recouvrant entièrement l'arrière de l'enveloppe de rangement. L'armature fixe peut comprendre deux jambes arrière, laissant une ouverture à l'arrière entre ces deux jambes, pour donner accès à l'arrière de l'enveloppe de rangement.

Selon l'invention et comme illustré en figure 3 et 4, l'enveloppe de rangement 2 peut comprendre des rabats 24 permettant de fermer les côtés de l'enveloppe de rangement 2. Ces rabats 24 s'ouvrent, comme illustré en figure 4 pour donner accès à deux ouvertures d'accès 25, 26 à l'intérieur de l'enveloppe de rangement.

Dans cet exemple, il s'agit d'une ouverture d'accès gauche 25 et d'une ouverture d'accès droite 26 agencées en vis-à-vis, si bien que lorsque les rabats 24 sont ouverts des deux côtés, le sac à dos 1 est ouvert de manière traversante de l'ouverture d'accès gauche 25 à l'ouverture d'accès droite 26. Cela permet d'accéder à l'intégralité de l'intérieur de l'enveloppe de rangement 2 par les côtés.

Cela permet d'accéder rapidement au contenu du sac à dos 1 pendant la marche, mais également quand celui-ci est posé sur le sol.

Cela est d'autant plus intéressant dans le cas de l'exemple illustré, dans lequel la coque 3 recouvre entièrement le sommet et l'arrière de l'enveloppe de rangement 2. Le sac à dos 1 peut comprendre également des cloisons, fixes ou amovibles, notamment par des bandes auto-agrippantes , de manière à compartimenter l'intérieur de l'enveloppe de rangement 2.

Ainsi dans l'exemple illustré en figure 4, des cloisons horizontales 28 sont agencées en formant trois compartiments à l'intérieur de l'enveloppe de rangement 2, chacun de ces compartiments étant accessible des deux côtés du sac à dos.

Le ou les rabat 24 peuvent permettre de donner accès à l'ensemble des compartiments, comme illustré en figure 4.

Le nombre de cloisons n'est pas limitatif.

La compartimentât ion par de cloisons horizontales 28, quel qu'en soit le nombre, permet au sac à dos de former une étagère, une fois posé au sol. Cela facilite l'accès au contenu et son rangement, notamment lors d'expédition professionnelles. Pour améliorer cette fonction, les cloisons horizontales 28 peuvent être rigides. Par exemple, elles peuvent comprendre une âme rigide entourée d'un matériau souple, tel qu'une mousse collé sur cette âme, pour protéger les matériels fragiles .

La cloison horizontale 28 la plus basse peut être agencée à distance du fond 21, la ou les ouvertures d'accès 25, 26 étant au niveau ou au-dessus de cette cloison horizontale-ci. Ainsi, l'enveloppe de rangement 2 est dépourvue d'accès entre cette cloison- là et le fond 21. Cela permet de protéger les objets d'un choc, notamment lorsque le sac à dos est posé.

Les rabats 24 peuvent comprendre des volants 27 s'ouvrant dans un de ces rabat 24, de manière à accéder de manière individuelle aux compartiments. Selon une réalisation non représentée, l'enveloppe de rangement peut comprendre un rabat seulement d'un côté de l'enveloppe de rangement.

L'enveloppe de rangement 2 peut également comprendre une cloison verticale, non représentée, s'étendant à l'arrière de la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2 et de droite à gauche, par exemple pour former un compartiment de rangement d'un ordinateur portable.

D'une manière générale, l'intérieur de l'enveloppe de rangement 2 peut être recouvert d'une doublure matelassé notamment en mousse.

Selon des réalisations non représentées, il n'y pas de rabat mais directement des volants s'ouvrant sur chacun des comportements individuels.

Les volants 27 et/ou les rabats 24 peuvent s'ouvrir par une fermeture éclair.

Selon l'invention et comme illustré en figure 4, afin d'améliorer le confort de l'utilisateur, le sac à dos 1 comprend une accroche supérieure 44 et une accroche inférieure 47, situées respectivement en haut et en bas du cadre 4. Le textile du dos tendu 41 est fixé entre l'accroche supérieure 44 et l'accroche inférieure 47 de manière à être tendu à distance du cadre 4.

Comme on peut le voir en figure 6, l'accroche supérieure 44 et/ou l'accroche inférieure peuvent être formées chacune par une plaque 45, 48, directement fixée, par vissage ou rivetage, au cadre 4. Sur chaque plaque 45, 48 est fixé un coussin 46, 49. Les accroches 44, 47 dépassent par leurs plaques 45, 48 et par leurs coussins 46, 49 latéralement de chaque côté du cadre 4. Cela confère une certaine largeur au dos tendu 41. L'accroche inférieure 47 peut être, comme ici, plus large que l'accroche supérieure 44, conférant au dos tendu 41 une forme évasé s ' é 1 argi s s ant en allant vers le bas .

Par exemple et comme ici, le dos tendu peut recouvrir les coussins 46, 49 à l'avant de ceux-ci, pour tendre le textile à distance du cadre 4.

Selon l'invention et comme illustré, les bretelles 6 peuvent être formées par une seule et même pièce, qui peut comporter en son centre un moyen d'attache 61, ici une langue de textile 61, destinée à être fixée à l'arrière du dos tendu 41 pour améliorer le confort. Notamment, elle peut être cousue au dos tendu 41 et/ou au coussin 46 de l'accroche supérieure 44. Ces bretelles peuvent également être attachées par le bas à l'enveloppe de rangement 2.

Il va maintenant être détaillé l'agencement de la ceinture abdominale et de l'articulation de l'armature mob i le 4.

Selon l'invention, et notamment selon l'exemple illustré, cette ceinture permet de réaliser à la fois le maintien abdominal du sac à dos sur l'utilisateur, et la limitation de l'angle d'ouverture de l'armature mobile 4 par rapport à la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2.

Selon l'invention, notamment comme illustré en figure 14, cette articulation peut être formée d'une part par une plaque de tôle 43 conformée en gouttière. Les sommets de cette gouttière comprennent des bords recourbés fixés sur le bord avant 33 du capot 30 et sous ce dernier, notamment par vissage, rivetage ou collage, de préférence par rivetage. Un montant supérieur horizontal du cadre 4 est logé dans la gouttière entre le fond de cette gouttière et le capot 30. Ce montant supérieur horizontal est cylindrique, de section environ circulaire, et pivote ainsi selon un axe parallèle à sa longueur à l'intérieur de la gouttière. On forme ainsi une articulation simple de ce cadre 4 par rapport au capot 30. Le cadre 4 peut comme ici être formé entièrement de parties tubulaires.

Ici la ceinture comprend une sangle abdominale 5 qui forme à la fois à l'une de ses extrémités, le côté droit de la ceinture abdominale, et à l'autre extrémité, le côté gauche.

Selon une réalisation de l'invention non représenté, la ceinture abdominale pourrait comprendre une sangle abdominale droite et une sangle abdominale gauche .

Ainsi comme on peut le voir en figure 6, la sangle abdominale 5 comprend à une première extrémité 50, reliée à une première attache de fermeture, ici une boucle de fermeture 7. La sangle abdominale 5 passe ensuite à l'intérieur d'un coussin abdominal 11 de manière à ce que, lorsqu'on attache la sangle abdominale 5, celui-ci vienne en contact avec le ventre de l'utilisateur, puis passe au travers d'une coulisse 8 fixée à la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2, puis passe autour du cadre 4, repasse à nouveau dans une coulisse 8, également fixée à la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2, puis passe à nouveau dans un coussin abdominal 11 et se termine par une deuxième extrémité 59, non visible sur la figure 6 mais visible sur la figure 1. Cette deuxième extrémité forme directement une attache de fermeture se fixant et de serrant par coulissement dans la boucle de fermeture 7. Selon des réalisations non représentées chaque extrémités de la sangle abdominale peut être reliée à une boucle de fermeture se fixant l'une à l'autre, au moins l'une des extrémités pouvant coulisser par rapport à la boucle qu'elle porte pour resserrer la ceinture abdominale.

Comme illustré en figures 11 et 12, la coulisse 8 est une bague comprenant un anneau 80 et un montant central 81, s'étendant parallèlement à des montants de l'anneau et situé à peu près à mi-distance entre chacun des montants de cet anneau 80. Néanmoins, comme on peut le voir en figure 12, qui correspond à une coupe de cette coulisse 8 selon un plan perpendiculaire au montant central 81, le montant central 81 est décalé vers l'avant soit vers le bas sur la figure 12.

Selon une réalisation de l'invention, et comme ici, l'anneau 80 peut comprend une face arrière plane 83 qui est plaquée contre la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2. Cette face arrière 83 est en contact avec l'enveloppe de rangement 2, le décalage du montant central 81 permettant à la sangle de coulisser plus facilement entre l'enveloppe de rangement 2 et ce montant central 81, comme on peut le voir en figure 6 à 10.

La fixation de l'anneau 80 à l'enveloppe de rangement 2 peut être réalisée au moyen de picots 82 s'étendant depuis cette face arrière 83. Ces picots 82 peuvent être enfoncés dans la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement par thermo - s oudage et/ou par rivetage à chaud. Notamment, la bague 8 et paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2 peuvent être en polymère (s) thermoplas t ique ( s ) . Par exemple, cette paroi avant 23 peut être formée d'un ou plusieurs tissus en polymère (s) ou un textile formé par un tissu, tel que du polyéthylène (PE) enrobé et/ou imprégné de polychlorure de vinyle (PVC) .

La coulisse 8 peut être formée en polypropylène

(PP), acryloni trile butadiène styrène (ABS), ou un mélange des deux.

De chaque côté du cadre 4, la sangle abdominale 5 comprend une première portion 51 qui est définie entre la fixation de la sangle abdominale 5 au cadre 4 et une butée 53. La sangle abdominale 5 comprend une deuxième portion 52 qui s'étend de cette butée 53 et l'extrémité correspondante 50, 59, de la sangle abdominale 5, et qui donc passe au travers d'ouvertures du coussin ventral 11 correspondant.

Comme illustré en figures 7 à 10, la première portion 51 de la sangle abdominale 5 passe en avant d'un premier montant latéral de l'anneau 80, puis passe dans un sens dans la bague et entre le montant central 81 et l'anneau 80, puis entre le montant central 81 et la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2, puis passe dans l'autre sens dans la bague et entre le montant central 81 et l'anneau 80, puis atteint ensuite le cadre 4 auquel elle est fixée, dans cet exemple en étant serré entre la plaque 48 de l'accroche inférieure 47 et le cadre 4.

Selon l'invention, et comme illustré, le sac à dos 1 peut comprendre une portion supplémentaire de sangle 55, distincte de la sangle abdominale 5 et agencée entre la sangle abdominale 5 et la plaque 48 de l'accroche inférieure 47. Par exemple, des rivets peuvent traverser à la fois la plaque 48, la portion supplémentaire de sangle 55, la sangle abdominale 5 au niveau du cadre 4 et les montants latéraux du cadre 4 lui -même .

Les extrémités de cette portion supplémentaire de sangle 55 peuvent être cousues à la sangle 5, de part et d'autre du cadre 4. En figure 8, on peut voir l'une des extrémités 54 de la portion supplémentaire de sangle 55 plaquée contre la sangle abdominale 5 et cousue à celle-ci. Dans cet exemple, la couture forme donc la butée 53.

Cette extrémité 54 de portion de sangle supplémentaire 55 est cousue de manière à ce que le montant central 81 soit logé entre la première portion 51 de la sangle abdominale 5 et cette portion supplémentaire de sangle 55.

Comme on peut le voir en figures 9 et 10, lorsque l'armature mobile 4 est en position rabattue, la première portion 51 de la sangle abdominale 5 est répartie de part et d'autre du montant central 81 de la bague 8, la sangle abdominale 5 étant serrée. Lorsque l'utilisateur défait les attaches de fermeture 7, 59, il peut détendre cette sangle 5 en écartant le cadre 4 de la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2, la première portion 51 de sangle abdominale 5 coulisse entre l'anneau 80 et le montant central 81 jusqu'à ce que la couture 53 atteigne le montant central 81, comme illustré en figures 7 et 8. À cet instant, la couture 53 forme une butée, qui limite l'ouverture angulaire de l'armature mobile 4.

Inversement, en serrant la sangle abdominale 5, cela permet de rabattre à nouveau l'armature mobile 4 contre l'enveloppe de rangement 2. La sangle abdominale 5 coulissant dans le sens inverse entre le montant central 81 et l'anneau 80, la couture 53 s' écartant du montant central 81, comme illustré en figures 9 et 10.

De ce fait, la sangle abdominale 5 a une double fonction : à la fois de serrer l'enveloppe de rangement 2 autour de la taille de l'utilisateur et de rabattre l'armature mobile 4. On a ainsi besoin d'une seule manipulation pour ces deux fonctions. Cela est particulièrement utile dans des milieux salissants, notamment boueux. En effet, en limitant le nombre de manipulations, on diminue les salissures du sac à dos.

Selon une réalisation non représentée, l'articulation de l'armature mobile peut comprendre un élément élastique agencé de manière à ce que le passage de la position déployée à la position rabattue augmente sa contrainte. De ce fait, il exerce sur l'armature mobile une force de rappel vers la position déployée. Ainsi, il suffit de desserrer la sangle abdominale, pour que l'armature mobile évolue vers la position déployée. Il y a donc une manipulation de moins. Ce moyen élastique peut être par exemple un ressort de torsion, notamment avec des spires enroulées autour du montant supérieur du cadre, l'une des extrémités du ressort étant fixée au cadre et l'autre à la coque.

Selon l'invention, afin de diminuer le risque de salissure du dos tendu 41, l'accroche inférieure 47 peut être agencée au-dessus et à distance de la surface inférieure d'appui mobile 42, comme on peut le voir en figures 3 et 6. Par exemple, cette distance peut être comprise entre 20 et 50 millimètres (mm), notamment être de 40 millimètres.

Egalement, les coussins ventraux 11 peuvent être cousus à distance du fond 21, pour éviter de toucher le sol S . Par ailleurs, le cadre 4, la coque 3, le dos tendu 41 et la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2 peuvent être agencés de manière à ce qu'en position rabattue, le fond 21 et le bas du cadre 4 soient à distance du dos tendu 41. Cela permet aux zones de contact avec le sol lorsque le sac à dos 1 est posé, de venir en contact avec le dos du marcheur lorsqu'il porte à nouveau le sac à dos 1.

Selon l'invention, et comme illustré, pour éviter les salissures, le rabat 24 peut être agencé, comme ici, à distance du fond 21. Il peut être agencé pour s'ouvrir sur tout son pourtour, à l'exception d'une portion supérieure qui forme une charnière. Par exemple, en figure 4, la fermeture éclair débute au plus haut du rabat 24 et en avant, descend en allant vers l'arrière, fait le tour de l'ouverture d'accès 25, 26, puis remonte vers le haut pour s'arrêter à distance de son point de départ, par exemple environ à mi-hauteur du bord de l'ouverture d'accès 25, 26, correspondante.

Le sac à dos 1 peut comprendre un accessoire amovible (non représenté), formé par une plaque comprenant d'un côté des moyens de clippage, tels que des ergots, agencés pour se clipper autour du montant inférieure du cadre 4. Dans ce cas, il est possible de clipper cet accessoire pour augmenter la surface de contact au sol de l'armature mobile 4, ce qui peut être utile en terrain meuble, notamment boueux.

De plus, le fond 21 peut être renforcé, notamment doublé par une couche étanche, par exemple un textile enduit d'au moins un polymère. Cela permet de nettoyer aisément ce fond 21. D'une manière générale, l'ensemble de l'enveloppe de rangement, voire l'intégralité du sac à dos, peuvent être réalisés en des matériaux aptes à être mouillés, voire lavés au jet d'eau.

Bien entendu, le mode de réalisation illustré n'est pas limitatif quant à ses dimensions.

A titre d'exemple on peut cependant citer quelques dimensions applicables, notamment à l'exemple de réalisation illustré, comme représenté en figure 13.

Par exemple, afin de constituer une bonne assise pour l'utilisateur du sac à dos 1. La longueur est Ll entre les surfaces inférieures d'appui 32 et 42 peut- être de 357 mm, pour une surface plane au niveau du capot 30 d'une longueur de 200 mm. Cela permet d'améliorer la tenue au sol grâce à l'écart entre ces deux longueurs Ll et L2.

L'armature mobile 4 peut présenter une longueur L3, de son articulation à la surface inférieure d'appui mobile 42, de 405 mm. L'angle d'ouverture β de l'armature mobile 4 en position déployée peut être de 100° .

La hauteur de la coque 3, prise de la surface extérieure 35 son capot 30 à la surface inférieure d'appui fixe 32, peut être de 400 mm. Cela permet une assise confortable.

Le galbe 37 de la coque 3 peut être agencé de telle sorte qu'il est définit un angle de galbe a entre un plan qui comprend la surface plane du capot 30 et un plan passant par la partie de la surface extérieure de la portion inférieure 31 de la coque 3, cette partie étant située entre les retours latéraux gauche et droit. La forme du galbe 37 passant de l'un des plans à l'autre de manière continue et régulière. L'angle de galbe peut être de 95°.

Selon l'invention, le capot 30 et/ou l'armature fixe 31, ou encore la coque 3, peuvent être dans un matériau choisi parmi : l'aluminium, un polycarbonate (PC) , un polypropylène chargé en fibre de verre ou en matériau polymère, en ABS ou en PP.

Par exemple dans le cas du PC et du PP chargé, la coque 3 peut être obtenue par thermoformage. Dans le cas de l'ABS et du PP, elle peut être obtenue par in j ect ion .

Plus particulièrement, selon l'invention, la coque 3 peut être en PC et/ou présenter une épaisseur comprise entre _3 et 8 millimètres (mm), notamment 4 mm .

La sangle ventrale peut être par exemple en nylon ou en fibre textile.

Les figures 15 à 19 illustrent une variante de réalisation qui diffère du sac à dos des figures 1 à 14 par sa coulisse 108. Les autres éléments étant inchangés, leurs références sont conservées et seules les variations sont décrites ci-après.

Selon cette variante, la coulisse 108 est formée par un simple passant en tissu. Le passant comprend un pan arrière 180 et un pan avant 181.

La face arrière 183 du pan arrière 180 est plane et est plaquée contre la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2. Notamment, le pan arrière 180 peut être cousu à l'enveloppe de rangement 2.

La coulisse 8 peut être formée du même matériau que celui de la sangle. Comme dans la variante précédente, la première portion 51 de la sangle abdominale 5 est définie entre la fixation de la sangle abdominale 5 au cadre 4 et la butée 53. Cependant, ici, cette première portion 51 passe entre la face avant du pan arrière 180 et le pan avant 181.

La deuxième portion 52 de la sangle abdominale 5 s'étend, également ici, de la butée 53 à l'extrémité correspondante de la sangle abdominale 5.

Dans cette variante également, le sac à dos peut comprendre une portion supplémentaire de sangle 55. En figure 17, on peut voir l'une des extrémités 54 de la portion supplémentaire de sangle 55 plaquée contre la sangle abdominale 5 et cousue à celle-ci. Dans cet exemple, la couture forme donc la butée 53.

Ici, cette extrémité 54 de portion de sangle supplémentaire 55 est cousue de manière à ce que le pan avant 181 soit logé entre la première portion 51 de la sangle abdominale 5 et cette portion supplémentaire de sangle 55.

Ainsi, lorsque l'utilisateur détend cette sangle 5 en écartant le cadre 4 de la paroi avant 23 de l'enveloppe de rangement 2, la première portion 51 de sangle abdominale 5 coulisse dans la coulisse 8, entre le pan arrière 180 et le pan avant 181, jusqu'à ce que la couture 53 atteigne le pan avant 181, comme illustré en figures 16 et 17.

Inversement, en serrant la sangle abdominale 5, cela permet de rabattre à nouveau l'armature mobile 4 contre l'enveloppe de rangement 2. La sangle abdominale 5 coulisse alors dans le sens inverse, entre le pan avant 181 et le pan arrière 180, la couture 53 s' écartant du pan avant 181, comme illustré en figures 18 et 19.

Les figures 20 et 21 illustrent un autre exemple de réalisation d'un sac à dos selon l'invention, cet exemple présentant plusieurs variantes supplémentaires. Cependant, ces variantes peuvent être appliquées indépendamment les unes des autres au sac à dos selon l'invention. L'enveloppe de rangement 2 n'est pas représentée car elle peut être identique à celle de l'exemple précédent.

Les différences de ces variantes concernent essentiellement l'armature mobile 204, notamment sa fixation à la coque 203 et au dos tendu 241.

Ainsi, la figure 20 permet d'illustrer des deuxième, troisième et quatrième variantes.

Selon la deuxième variante, l'armature mobile est formée par une barre en « U » 204. Elle comprend ainsi une portion transversale reliant des extrémités basses de deux portions latérales 204a et 204b de cette barre en « U ».

Les extrémités hautes de ces portions latérales 204a et

204b sont articulées sur le bord avant 233 de la coque 203. Par exemple, deux supports à fourche 243 peuvent être fixés sur ce bord avant 233, de chaque côté du capot 230, notamment par vissage ou rivetage. La fourche de chacun de ces supports 243 porte un pivot traversant de part en part l'extrémité haute de la portion latérale 204a, 204b correspondante de la barre en « U ».

Selon la troisième variante, la surface d'appui 242 peut être recouverte d'une couche 242' de PVC . Pour protéger le bas de l'armature mobile de l'humidité, notamment de la boue. Cette couche 242' peut remonter sur une partie de la hauteur de l'armature mobile 204. De même, selon la quatrième variante, le bas de la portion inférieure de la coque 203 peut être emmanché et/ou collé dans un renfort 233. Ce renfort 233 peut, comme illustré être formé d'une barre avec une section en « U » et conformée de manière complémentaire au bord inférieur de la coque 203. La face inférieure de ce renfort 233 forme ainsi la surface inférieure d'appui fixe 232 de l'armature fixe 231. Cette barre être formée par une tôle. Elle peut par exemple avoir une longueur d'environ 330mm.

La figure 21 permet d'illustrer des cinquième et sixième variantes.

Selon la cinquième variante, l'accroche supérieure et/ou inférieure du dos tendu 241 respectivement en haut et/ou en bas de l'armature mobile 204, peut comprendre une sangle d'accroché respectivement supérieure 245b et/ou inférieure 248b. Chaque sangle d'accroché 245b, 248b est fixée à l'arrière d'un coussin correspondant, à savoir un coussin haut 246 ou un coussin bas 249, de manière à prendre le haut l'armature mobile 204 en étau entre le coussin correspondant 246, 249 et la sangle d'accroché correspondante 245b, 248b.

L'accroche supérieure et/ou inférieure peut également comprendre une entretoise 245a, 248a. Cette entretoise 245a, 248a a une largeur et une longueur lui permettant de réaliser des logements 245d, 248d des portions latérales 204a, 204b de l'armature mobile 204, de chaque côté de l'entretoise 245a, 248a correspondante. Ce type de logement 245d, 248d peut également s'appliquer aux barres latérales du cadre 4 de l'exemple illustré en figures 6 ou 15.

L'entretoise 245a, 248a peut être formée par une pochette dont les pans sont cousus de manière à former un moyen d'espacement entre le coussin 246, 249 et la sangle d'accroché 245b, 248b.

La sangle d'accroché supérieure 245b peut être directement cousue sur le coussin haut 246. L'entretoise 245a peut comprendre un volet 245c dépassant à l'arrière de la sangle d'accroché 245b.

Les bretelles peuvent être fixées à ce volet 245c. Par exemple, les bretelles peuvent comprendre une langue textile comme celle 61 de la figure 6, cette langue étant directement fixée sur le volet 245c, par exemple au moyen de boutons pression 245e.

La sangle d'accroché inférieure 248b peut être cousue contre une sangle abdominale 205, elle-même cousue contre une portion supplémentaire de sangle 255, elle-même cousue contre le coussin bas 249. Ces sangles 248b, 205 , cette portion de sangle 255 et ce coussin bas 249 peuvent être cousus ensembles par une même couture .

La portion supplémentaire de sangle 255 est agencée avec la sangle abdominale 205 de la même manière que décrit en référence aux figures 1 à 19, et peut coopérer avec une coulisse, comme les coulisses 8 ou 108 des figures 11 et 12 ou 16 à 19.

Selon l'invention, de manière à être plus résistantes, les sangles et/ou les entretoises peuvent être en textile enrobé, enduit ou imprégné de polymère, par exemple un textile en PE enduit de PVC .

Les bretelles peuvent être également comprendre une couche externe formée de ces matériaux.

Les coussins peuvent comprendre des housses formées des mêmes matériaux et renfermant une mousse.

Ils peuvent comprendre une plaque de renforcement en appui contre l'armature mobile. Le fond de l'enveloppe de rangement peut également être renforcé par des sangles cousues à l'intérieur ou à l'extérieur.

D'une manière générale, l'armature mobile peut être en acier.