Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
BALL DETECTOR FOR THE LIMIT VALUE OF AN ACCELERATION OR A DECELERATION
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/1988/000539
Kind Code:
A1
Abstract:
The ball detector for detecting the limit value of an acceleration or a deceleration of motor vehicles is intended to energize an automatic device which switches on the distress lights in the case of a shock or turning over, total or partial, transitory or permanent, which may occur at a reduced speed and without shock. The ball detector is comprised essentially of an electrically conducting body (1) having at its centre a truncated recess (5) extended downwardly by a well (2) of adjustable depth wherein a metal ball (4) is housed, a cover (6) separated from the conductor body (1) by means of an insulating washer (7) and a circuit comprising a contactor relay (8) whose energization is controlled by the contact of the metal ball (4) with the cover (6) and whose de-energization is obtained by actuation of a normally-closed push-button (9). Applications: distress lights of motor vehicles.

Inventors:
Monteil, Jean-fran�ois
Application Number:
PCT/FR1987/000292
Publication Date:
January 28, 1988
Filing Date:
July 22, 1987
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Monteil, Jean-fran�ois
International Classes:
B60Q1/44; G01P15/135; H01H35/14; (IPC1-7): B60Q1/44; B60Q1/52; H01H35/14; G01P15/08
Foreign References:
FR2301015A11976-09-10
FR2213503A11974-08-02
EP0031983A11981-07-15
GB1601848A1981-11-04
FR1535639A1968-08-09
GB1368492A1974-09-25
DE7402896U1974-05-16
DE2701962A11978-07-20
FR786910A1935-09-14
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Détecteur à bille de valeur limite d'accélé¬ ration ou de décélération de véhicules automobiles, servant à exciter un dispositif automatique de mise en fonction des feux de détresse lorsqu'une valeur limite d'accélération ou de décélération prédéterminée est atteinte, constitué essentiellement d'un corps comportant, en son milieu, un évidement tronconique, fermé par un couvercle, prolongé vers le bas par un puitj, de profondeur réglable par l'intermédiaire d'une vis, dans lequel est logé une bille métallique, caractérisé en ce que la mise en fonction des feux de détresse est obtenue par l'intermédiaire d'un circuit comportant un relai contacteur (8) dont la mise sous tension est commandée par la mise en contact de la bille métallique (4) avec le couvercle (6 ou 10) du détecteur et dont la iiri.se hors tension est obtenue par action sur un bouton poussoir (9) normalement fermé.
2. Détecteur à bille selon la revendication 1, caractérisé en ce que le corps (1) et le couvercle (6) sont conducteurs de l'électricité et sont séparés par une rondelle isolante (7).
3. Détecteur à bille selon la revendication 1, caractérisé en ce que le couvercle est constitué d'une plaque isolante (10) rendue partiellement conductrice par l'intermédiaire de deux pistes circulaires conductrices (10a et 10b), dont l'une (10a), située au centre, est reliée à un plot de contact (14) et dont l'autre (10b), pincée entre la plaque isolante (10) et le corps (11), est reliée à un autre plot de contact (15).
4. Détecteur à bille selon la revendication 1, caractérisé en ce que le corps (1 ou 11) peut être incliné selon un angle et dans un sens déterminé, afin de différencier la valeur limite d'accélération de la valeur limite de décélération.
5. Détecteur à bille selon la revendication 1, caractérisé en ce qu'il est totalement étanche.
Description:
DETECTEUR A BILLE DE VALEUR LIMITE D'ACCELERATION

La présente invention concerne un détecteur à bille de valeur limite d'accélération ou de décélération,servant à exciter le dispositif auto¬ matique de la mise en fonctionnement des feux de détresse de véhicules automobiles en cas de chocs multidirectionnels. II est important que les feux de détresse de véhicules automobiles se mettent automatiquement en marche, en cas d'accrochage ou d'accident, car le conducteur du véhicule accidenté, en état de choc, est incapable ou n'a pas systématiquement pour réflex?instantané, d'enclencher les feux de détresse : ce qui entraîne une perte de. temps précieuse pour la signalisation de cet accident,avec tout ce que cela entraîne comme risques d'accidents en chaîne, accrus par la circulation nocturne ou conditions climatiques défavorables.

Diverses solutions ont été développées pour remédier à cette situation, parmi lesquelles on peut citer celles décrites dans les demandes de brevets; FRA 2 278 535, ayant pour objet un système clignotant, à commande par décélération, destiné à la signalisation ou au repérage des véhicules accidentés, constitué principalement d'un interrupteur automatique destiné à la mise en route d'une centrale clignotante, caractérisé en ce que l'interrupteur automatique est composé d'une masse de métal lourd, oscillant s r un axe, retenue V aιc une lamelle souple. L'oscillation de la masse en¬ traîne le déplacement d'une petite masse magnétique montée à l'opposé du contrepoids et ce déplacement provoque la fermeture de deux petits re¬ lais , commandant l'alimentation d'une cellule clignotante et la mise e route de celle-ci. FRA 2 373 422, concernant un dispositif, empêchant instantanément les véhicules à essence de prendre feu, en cas d'accident, en coupant l'ali¬ mentation du faisceau électrique, en même temps qu'un circuit secondaire balise le véhicule' accidenté par la mise en fonctionnement des feux de détresse du dit véhicule accidenté, caractérisé en ce qu'il est formé de deux platines, en matière isolante, entre lesquelles prend position un système pendulaire dans lequel sont incorporés les organes nécessaires aux coupures de liaisons de tout le circuit électrique.

FRA 2381 385, concernant un commutateur de valeur limite d'accélé¬ ration, servant à commander l'installation des feux de détresse sur les véhicules automobiles, comportant un élément d'actionnement magnétique permanent, doué d'inertie, qui repose librement sur une plaque de fer, et une bobine d'induction montée sur la plaque de fer dans une position

symétrique autour d'un axe r caractérisé en ce que la plaque de fer est disposée sur une face frontale du corps de la bobine d'induction, qui entoure une armature coaxiale, mobile par induction magnétique contre un ressort de rappel et glissée sur un tronçon de tube, dont l'extré- mité libre dépasse hors du corps de la bobine par l'autre face et porte les contacts mobiles d'un commutateur multipolaire dont les contacts fixes sont déposés sur une plaque coaxiale fixe en matière isolante, en ce que le contacteur est branché dans l'alimentation électrique de la bobine d'induction, et en ce que le commutateur multipolaire, lorqu'il est fermé, met en action l'installation de feux de détresse.

FRA 2 434 470,ayant pour objet un commutateur de valeur limite d'accélération, servant à exciter le dispositif d'alimentation des feux de détresse de véhicules automobiles, comportant un élément d'action- nement magnétique permanent,doué d'inertie, posé librement, de façon cylindro-symétrique ; sur une plaque de fer disposé avec jeu à l'intérieur d'un tube limiteur coaxial, sollicitant un doigt de manoeuvre traversant un trou per é dans la plaque de fer et qui, lorsqu'il est sollicité, maintient un interrupteur contre un dispositif de rappel élastique qui, lorsque la valeur limite d'accélération est dépassée, assure la fermeture de l 1 interrupteur qui provoque l'excitation des indicateurs de direction à la façon des feux de détresse.

Les appareils décrits dans les deux premières demandes de brevet citées (FRA 2 278 535 et FRA 2 373 422) présentent l'inconvénient de ne pas se déclencher automatiquement en cas de retournement ou de renver- sèment à vitesse réduite, de ne concerner que les véhicules équipés d'une centrale de détresse spécialisée, commandée par un interrupteur à simple contact, qui est actuellement abandonnée par les constructeurs auto¬ mobilesj De plus l'appareil décrit dans la première demande de brevet, ne se déclenche que pour un choc frontal. Les appareils décrits dans les deux autres demandes de brevet.

(FRA 2 381 385 et FRA 2 434470) présentent l'inconvénient de ne pas, comme ceux décrits dans les autres demandes citées ci-dessus, se dé— -clencher en cas de renversement ou de retournement à vitesse lente, de ne pas être muni de moyen de réglage du seuil de déclenchementet"de ne pas avoir de tolérance en variation, dans le temps,de l'élément magnétique. De plus, la demande de brevet FRA 2 434 470 comprend un dispositif à

diodes qui engendre une très forte chute de tension.

On connait déjà un détecteur à bille actionnant automatiquement les f de détresse (demande de brevet FRA 2 416 816). Son corps comporte un organe de guidage tubulaire pour une bille métallique, dans lequel, au voisinage d'une extrémité, saillissent deux contacts reliés à des conduc¬ teurs souples, destinés à être insérés dans le circuit d'alimentation des feux de détresse, un organe élastique taré, inséré dans l'organe du gui¬ dage tubulaire apte,d'une part, à maintenir la bille éloignée des contacts lorsque le véhicule roule normalement, et, d'autre part, après effacement, à appliquer la bille contre les contacts en cas de choc brutal. Ce détec¬ teur est unidirectionnel, ne fonctionne que pour un choc frontal, et ne déclenche pas les feux de détresse en cas de retournement total ou partiel, fugitif ou permanent, pouvant survenir à vitesse réduite et sans choc. La remise de la bille dans sa position initiale n'est pas aisée, car on doit lever le capot moteur pour accéder au poussoir de remise en position. Le détecteur à bille de valeur limite d'accélération ou de décélé¬ ration, selon l'invention, vise à remédier à ces inconvénients. Ce détec¬ teur à bille, tel qu'il est caractérisé dans les revendications,résoud le problème consistant à créer un détecteur qui déclenche automatiquement les feux de détresse notamment en cas de choc, mais aussi en cas de retour¬ nement ou de renversement total ou partiel, fugitif ou permanent, pouvant survenir à vitesse réduite et sans choc.

Le détecteur à ' bille, est constitué essentiellement d'un corps, conducteur de l'électricité, comportant en son milieu un évidemment tronconique,prolongé vers le bas par un puits de profondeur réglable dans lequel est logée une bille métallique, d'un couvercle, séparé du corps par une rondelle isolante, et d'un circuit comportant un relai contacteur dont la mise sous tension est commandée par la mise en contact de la bille métallique avec le couvercle et dont la mise hors tension est obtenue par action sur un bouton poussoir normalement fermé.

Le réglage de la profondeur du puits est obtenue par l'intermédiaire d'une vis étanche sur laquelle repose la bille métallique. L'action sur la vis étanche de réglage de profondeur du puits détermine une cote a, qui, suivant l'angle d'assiette du véhicule, fixe la valeur limite d'accélération ou de décélération.

Le corps peut-être incliné , selon un angle et dans un sens déter¬ miné, afin de différencier la valeur limite d'accélération de la valeur limite de décélération.

Selon un mode de réalisation,le couvercle est constitué d'une plaque isolante munie de deux pistes étamées circulaires conductrices concentriques,dont l'une est située au centre et reliée à un plot de contact, et dont l'autre, pincée entre la plaque isolante et le corps J est reliée à un autre plot de contact.

Les avantages obtenus grâce à cette invention consistent essen¬ tiellement en ce que les feux de détresse fonctionnent automatiquement en cas de retournement ou de renversement total ou partiel, fugitif ou permanent, pouvant survenir à vitesse réduite et sans choc, et,ceci,grâce au réglage du seuil de déclenchement qui est multidirectionnel. Ce détecteur est insensible à des chocs dont la direction est perpendiculaire au plan de déplacement: sauf si ceux ci sont accompagnés d'une décé¬ lération correspondant à celle déterminée par la pente de l r évidement tronconique, et est étanche aux agressions du milieu extérieur. De plus, les fonctions du dit véhicule telles que mise en marche de feux de détresse, indicateur de changement de direction ne sont pas altérées. D'autres caractéristiques et avantages apparaîtront dans la description qui va suivre de deux mσdes de réalisation du détecteur à bille, selon l'invention, donnés à titre d'exemples non limitatifs, au regard des dessins annexés sur lesquels :

La figure"!représente une vue en coupe longitudinale du détecteur à bille selon l'invention.

La figure 2 représente une vue de dessus d'un mode simplifié du couvercle conducteur selon l'invention, La figure 3 représente une vue en coupe d'un mode simplifié du détecteur selon l'invention,

La figure 4 représente le montage électrique du détecteur à bille selon l'invention, relié à une installation de feux de détresse d'un véhicule. En examinant les figures 1 et 4, on remarque que,conformément à la présente invention,le corps 1 comprend un puits 2 et un évidement tron¬ conique 5, le puits 2 a un diamètre légèrement supérieur à celui de la bille métallique 4, et sa pénétration dans le puits est ajustable par une vis épaulée étanche 3,déterminant ainsi la cote a de réglage de la bille 4, qui, avec l'angle d'assiette du véhicule, intervient pour la sen¬ sibilité du seuil de déclenchement. Le corps 1 et le couvercle 6 sont en matière conductrice et sont isolés l'un de l'autre par une rondelle non

conductrice 7.

Deux contacts sont disposés respectivement sur le corps 1 et le couvercle 6. Vu sa conception, qui permet le déclenchement des feux de détresse pour n'importe quel choc multirectionnel supérieur à l'in- tensité du seuil de déclenchement, le détecteur à bille selon l'inven¬ tion peut-être disposé dans n'importe quel sens axial du dit véhicule, sensiblement horizontal.

L'ensemble détecteur à bille A et circuit à relier aux différents organes électriques du véhicule est délimité par le trait mixte 23. Le circuit existant sur le véhicule comporte l'interrupteur d'allumage à la clé 22, un interrupteur 9 pour la mise en fonction manuelle des feux de détresse, lequel peut-être aussi utilisé, selon un mode de montage préférentiel, comme interrupteur de mise hors circuit du fonctionnement des feux de détresse, constitués des feux d'indicateur de direction gauche 17 et de direction droit 18. Les feux d'indicateurs de direction gauche 17- et droit 18 sont reliés par l'intermédiaire de relais contacteur à une centrale de clignotant 21.

Des voyants témoins 19 et 20 signalent respectivement au conducteur la mise en fonctionnement des feux de détresse <2b la mise en commun des feux d'indication de direction gauche 17 et de direction droit 18. Le schéma électrique de montage, représenté à la figure 4 , se trouve à l'état de repos. Lors d'un choc ou d'un retournement, ou d'un renversement total ou partiel, fugitif ou permanent, pouvant survenir à vitesse réduite et sans choc, la bille 4, dés que l'intensité de ce choc ou de ce renver- sèment est supérieure à celle du seuil de déclenchement, quitte le puits 2 et monte le long de la pente de l'évidement tronconique conducteur jus¬ qu'à faire contact momentanément entre le corps 1 et le couvercle 6. Le contact crée instantanément un courant électrique et une force électro¬ magnétique qui agit simultanément, d'une part sur un relai contacteur 8, dont le rôle est de fermer le circuit d'auto-alimentation, et, d'autre- part, sur des relais contacteurs permettant : la mise hors circuit du faisceau électrique / par ouverture du contact 8 a,afin d'éviter tout risque d'incendie, l'alimentation de la centrale de clignotant 21 d'origine, l'alimentation des feux d'indication de direction gauche 17 et de direction droite 18, ainsi que l'alimentation des voyants témoins 19 et 20. Le fonctionnement des feux de détresse peut-être interrompu par

action sur un interrupteur 9 situé près du tableur de bord. Le circuit d'auto-alimentation étant ouvert, il ne permet plus la fermeture des autres relais contacteurs vu que la force électromagnétique est interrompue par la mise en hors circuit du circuit d'auto-alimentation. Selon un autre mode de réalisation simplifié, en vue de son indus¬ trialisation, le détecteur à bille selon l'invention, comprend t comme nous le montre les figures 2 et 3, un couvercle constitué d'une plaque isolante 10, munie de deux pistes étamées circulaires, conductrices concentriques 10 a et 10 b. Le corps 11 est en laiton embouti ou repoussé. La piste étamée 10 a est située au centre et est reliée à un plot de contact 14 et l'autre 10 b , pincée entre la. plaque isolante 10 et le corps 11, est reliée à un plot de contact 15. La profondeur du puits 16 est ajustable par une vis étanche 13.

Lors d'un choc, d'un retournement total ou partiel, fugitif ou per- manent, pouvant survenir à vitesse réduite et sans choc, la bille 4,en contact avec les pistes étamées, circulaires, conductrices 10 a et 10 b, permet instantanément l'enclench≈'neΛt ' de la mise en fonctionnement des feux de détresse, suivant le même principe de fonctionnementque celui représenté à la figure 4. Le détecteur à bille de valeur limite d'accélération ou de décé¬ lération est plus particulièrement applicable dans le domaine de la cons¬ truction automobile, mais peut-être utilisé comme un moyen de détection des accélérations ou décélérations anormales subiαspar un matériel délicat lors de son transport.