Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
BRUSH FOR APPLYING MAKE-UP, PARTICULARLY MASCARA
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/1995/000050
Kind Code:
A1
Abstract:
A brush for applying make-up, particularly mascara, including a shaft provided at one end with a core (6) formed by two metal wires (7, 8) twisted together and having bristles (9) squeezed therebetween such that they extend transversely to the core axis. At least some of the brush bristles (9) have an L-shaped cross-section so that the portion of each bristle (9) which is squeezed between said twisted core wires is flattened either outwards when the arms of the L are pushed apart, or inwards when they are pressed together. In either case, the stiffness of the bristle is reduced and the spacing between the bristle and the wire helix is advantageously increased, whereby a random distribution of bristle cross-sections is achieved.

More Like This:
Inventors:
Gueret, Jean-louis
Application Number:
PCT/FR1994/000729
Publication Date:
January 05, 1995
Filing Date:
June 17, 1994
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
L'oreal Gueret, Jean-louis
International Classes:
A45D34/04; A46B3/18; A46B9/02; A46D1/00; (IPC1-7): A46D1/00
Foreign References:
US3121040A1964-02-11
EP0329505A11989-08-23
US4307478A1981-12-29
FR2637471A11990-04-13
GB2140674A1984-12-05
EP0250680A11988-01-07
FR2607373A11988-06-03
FR2627363A11989-08-25
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Brosse pour appliquer un produit de maquillage, en particulier du mascara, comprenant une tige (5) équipée, à une extrémité, d'une âme (6) formée par deux branches (7, 8), en fil métallique, torsadées suivant des spires entre lesquelles sont emprisonnés des poils (9) s 'étendant transversalement par rapport à l'âme, caractérisée par le fait qu'au moins une fraction des poils (9) de la brosse présente une section transversale (S) en L, connue en ellemême, de sorte que la zone d'un poil (9) coincée entre les spires de l'âme métallique subit un aplatissement soit par effet de déploiement lorsque l'angle (A) entre les branches (10, 11) du L s'ouvre soit par effet de pliage, lorsque l'angle (A) entre les branches du L se ferme, cet aplatissement réduisant la rigidité du poil d'une part, et, d'autre part, augmentant de façon préférentielle l'écartement du poil par rapport à la nappe hélicoïdale formée par la spire en créant ainsi une implantation désorganisée de la section des poils.
2. Brosse selon la revendication 1, caractérisée par le fait que les branches (10, ll) du L ont même longueur (h).
3. Brosse selon la revendication 1 ou 2, caractérisée par le fait que les branches du L forment entre elles un angle d'environ 90°.
4. Brosse selon l'une des revendications précédentes, caractérisée par le fait que l'envergure (D) de la section transversale en L d'un poil (9), à l'état non déformé, est comprise entre 10 centièmes et 50 centièmes de millimètre.
5. Brosse selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée par le fait que l'épaisseur (g) de chaque branche de la section d'un poil est d'environ 0,04 mm.
6. Brosse selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée par le fait que les extrémités (15) d'au moins une partie des poils sont déchiquetées.
7. Brosse selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée par le fait que les poils (9) à section transversale en L sont mélangés avec des poils à section transversale sensiblement plate.
8. Brosse selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée par le fait que les poils à section transversale en L sont mélangés avec des poils plus durs, l'ensemble étant soumis à un meulage afin d'obtenir des poils à section transversale en L dont les extrémités sont situées audelà de celles des poils durs rendus plus courts par meulage.
9. Brosse selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée par le fait que les extrémités des poils (9) à section transversale en L ont été exposées à une source de chaleur (16) et présentent un renflement (17).
10. Brosse selon la revendication 9, caractérisée par le fait que les poils (9) à section transversale en L sont mélangés avec des poils de plus faible section, l'ensemble étant exposé ensuite à la source de chaleur (16), l'exposition à la chaleur provoquant un raccourcissement des poils de petite section plus important que celui des poils (9) à section en L dont les extrémités débordent de celles des poils de plus petite section.
11. Brosse selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée par le fait que le nombre de poils par spire est réduit, de l'ordre de 7 à 40 poils par spire.
Description:
BROSSE POUR APPLIQUER UN PRODUIT DE MAQUILLAGE, EN PARTICULIER DU MASCARA.

L'invention est relative à une brosse pour appliquer un produit de maquillage, en particulier du mascara, du genre de celles qui comprennent une tige équipée, à une extrémité, d'une âme formée par deux branches en fil métallique, torsadées suivant des spires entre lesquelles sont emprisonnés des poils s 'étendant transversalement par rapport à l'âme.

De telles brosses sont utilisées, notamment, pour appliquer un mascara sur les cils, ou une teinture sur les cheveux.

FR-A-2 607 373 montre une brosse de ce type dont une variante de réalisation comporte des poils ayant une section droite cruciforme. Le long de chaque poil quatre réserves de produit de maquillage sont ainsi constituées. Au moment de l'application, les réserves de produit se vident progressivement et conduisent à un revêtement homogène et important des cils.

Une telle brosse tout en permettant d'améliorer le maquillage, présente une certaine dureté d'ensemble qui peut conduire, parfois, à une irritation de la peau des paupières. La symétrie de la section transversale du poil, par rapport au centre de cette section, engendre un comportement pratiquement identique de tous les poils lors de leur écrasement dans la zone de torsion de l'âme métallique de sorte que les extrémités des poils reproduisent l'effet de spire créé par l'âme torsadée. US-A-3 121 040 concerne des filaments en polyoléfines, utilisés dans différents types de brosse. Diverses formes de sections, présentées comme équivalentes, sont proposées pour améliorer la résistance des filaments à la déformation. Parmi ces formes de sections, on trouve une section en V, ou sensiblement en L, sans autre indication particulière pouvant conduire à retenir cette forme de préférence aux autres.

L'invention a pour but, surtout, de fournir une brosse pour appliquer un produit de maquillage qui présente une grande souplesse tout en étant capable de procurer un maquillage extrêmement fort grâce à une charge importante de produit prélevé. Il est souhaitable, en outre, que l'effet de spire soit estompé au niveau de l'extrémité des poils.

Selon l'invention, une brosse pour appliquer un produit de maquillage, en particulier du mascara, du genre défini précédemment, est caractérisée par le fait qu'au moins une fraction des poils de la brosse présente une section transversale en L, connue en elle-même, de sorte que la zone d'un poil coincée entre les spires de l'âme métallique subit un aplatissement soit par effet de déploiement, lorsque l'angle entre les branches du L s'ouvre, soit par effet de pliage lorsque l'angle entre les branches se ferme, cet aplatissement réduisant la rigidité du poil d'une part, et, d'autre part, augmentant de façon préférentielle l'écartement du poil par rapport à la nappe hélicoïdale formée par la spire en créant ainsi une implantation désorganisée de la section des poils. Ainsi, l'angle formé entre l'axe de l'âme métallique et le poil est sensiblement différent de 90°.

De préférence, les branches de la section transversale en L des poils ont même longueur. Avantageusement, les branches du L forment entre elles un angle d'environ 90°.

L'envergure de la section transversale en L, d'un poil à l'état non déformé, est comprise, de préférence, entre 10 centièmes et 50 centièmes de millimètre. L'épaisseur de chaque branche de la section d'un poil est avantageusement d'environ 0,04 mm.

Les extrémités d'au moins une partie des poils peuvent être déchiquetées, en particulier par meulage.

Les poils à section transversale en L peuvent être mélangés avec d'autres types de poils, par exemple des poils à section transversale sensiblement plate, ou des poils de dureté supérieure. Dans ce dernier cas, l'ensemble de poils à section transversale en L et de poils plus durs peut être soumis à une opération de meulage afin d'obtenir des poils à section transversale en L dont les extrémités sont situées au-delà de celles des poils durs rendus plus courts par meulage.

Les extrémités des poils à section transversale en L peuvent être exposées à une source de chaleur de manière à présenter un renflement. Les poils à section transversale en L peuvent être mélangés avec des poils de plus faible section, l'ensemble étant exposé ensuite à la source de chaleur, l'exposition à la chaleur provoquant un raccourcissement des poils de petite section plus important que celui des poils à section

en L dont les extrémités débordent de celles des poils de plus petite section.

Le nombre de poils en L par spire peut être réduit, de l'ordre de 7 à 40 poils par spire. L'invention consiste, mises à part les dispositions exposées ci- dessus, en un certain nombre d'autres dispositions dont il sera plus explicitement question ci-après à propos d'exemples de réalisation décrits avec référence aux dessins ci-annexés, mais qui ne sont nullement limitatifs. La figure 1, de ces dessins, est une vue en extérieur, avec parties arrachées, d'un réservoir de mascara comportant une brosse pour appliquer le produit.

La figure 2 est une section transversale, à grande échelle, d'un poil pour une brosse conforme à l'invention. La figure 3 est une vue partielle en perspective, à grande échelle et schématisée, de spires de l'âme en cours de formation avec coincement des poils entre ces spires.

La figure 4 est une coupe transversale, à grande échelle, d'une section aplatie par coincement entre les spires, d'un poil en L dont l'angle entre les branches s'est ouvert.

La figure 5 est une section transversale, à grande échelle, de la zone d'un poil coincé entre les spires ayant subi un pliage.

La figure 6 illustre schématiquement une opération de meulage et de mise en forme d'une brosse selon l'invention. La figure 7 montre, à grande échelle, l'extrémité d'un poil ayant subi un meulage.

La figure 8 illustre schématiquement une exposition de la brosse à une source de chaleur.

La figure 9 est une vue en perspective à grande échelle, de l'extrémité d'un poil ayant été exposé à la chaleur.

La figure 10 est une coupe partielle d'un récipient équipé d'un essoreur, et d'une brosse selon l'invention.

La figure 11, enfin, est un schéma illustrant la prise d'une charge de produit avec un poil selon l'invention. En se reportant à la figure 1 du dessin, on peut voir un ensemble applicateur 1 comprenant un réservoir 2 qui contient un mascara M de consistance liquide à pâteuse. Le réservoir 2 est surmonté d'un

capuchon 3 solidaire d'une brosse 4 pour appliquer le mascara M, en particulier sur les cils.

La brosse 4 comprend une tige 5 équipée, à son extrémité inférieure, d'une âme 6 formée par deux branches 7, 8 en fil métallique torsadées suivant des spires entre lesquelles sont emprisonnés des poils 9 s 'étendant transversalement par rapport à l'âme 6.

Au moins une fraction des poils 9 de la brosse présente une section transversale S (voir figure 2) en L comportant deux branches 10, 11 formant entre elles un angle A. Le sommet de l'angle est arrondi. De préférence, les branches 10, 11 de la section ont même longueur h. L'angle A a une valeur de sensiblement 90°.

L'envergure D de la section transversale S, c'est-à-dire la distance en diagonale entre les extrémités des branches, est comprise, de préférence, entre 10 centièmes et 50 centièmes de millimètre, les limites de cet intervalle étant incluses. L'épaisseur g de chaque branche est avantageusement de 0,04 mm.

Pour la fabrication de la brosse, d'une manière classique, les poils 9 sont répartis par paquets, disposés transversalement, entre les branches 7, 8 qui sont parallèles avant d'être vrillées. Lors du vrillage, qui est amorcé sur la figure 3, une zone de chaque poil 9 est coincée entre les spires de l'âme métallique. Dans la zone coincée du poil entre ces spires, la section transversale S va s'aplatir soit par ouverture de l'angle A comme illustré sur la figure 4 pour donner la section SI, soit par fermeture de l'angle A suite à un pliage, pour donner la section S2 de la figure 5.

Les poils 9, bien que leur section transversale S ait une forme d'équerre, lorsqu'ils ont été pris en torsion dans les spires de l'âme 6, perdent de leur rigidité du fait de leur aplatissement dans la zone où ils sont serrés dans les spires de l'âme, et qui constitue leur base. En effet, les moments d'inertie de la section SI et de la section S2 sont inférieurs au moment d'inertie de la section de départ en forme de L, illustrée sur la figure 2. Cependant le poil dont la section est aplatie selon S2 présente une double épaisseur et est plus rigide que le poil dont la section est aplatie selon SI. Ainsi, tout en réduisant la rigidité des poils, relativement à un poil à section en L sur toute sa longueur, on crée, tout au long de la brosse, un mélange de poils souples à section

SI en V ouvert aplati et de poils moins souples (ou plus rigides), obtenus par aplatissement du V fermé suivant S2, en double épaisseur.

En prévoyant une large envergure D et une faible épaisseur g, on peut obtenir une brosse particulièrement molle, qui évite toute irritation, mais qui assure un maquillage très rapide et très chargé car les poils 9 se chargent beaucoup en produit dans la concavité de leur section.

Le réservoir 2 est équipé, en partie haute, d'un essoreur 12 (voir figure 10) comportant une ouverture de diamètre réduit destinée à être traversée par les poils 9 lors du retrait afin d'essorer l'excès de produit. Comme illustré sur la figure 11, les poils 9 restent chargés de produit dans la zone 13 située à l'intérieur de la section en L. L'ouverture de la section des poils à environ 90° assure une grande prise en charge du produit, à la manière d'une pelle, tout en protégeant cette charge, dans la zone 13, contre un essorage excessif.

Les poils 9 sont essorés suivant l'orientation variable de leurs extrémités, ce qui donne naissance à une brosse à essorage variable.

La forte charge en produit des poils permet de réaliser un maquillage extrêmement fort, tout en ayant une brosse d'une grande souplesse.

Les poils 9, lors de leur serrage entre les branches vrillées 7, 8 de l'âme, plient de façon préférentielle selon le schéma de la figure 4, c'est-à-dire suivant un effet de déploiement avec ouverture de l'angle entre les branches. La section transversale en L des poils est asymétrique par rapport au sommet de cette section, de sorte que les déformations créées par le serrage entre les spires donnent une distribution aléatoire quant à l'orientation des parties des poils s 'étendant à partir de l'âme. La brosse ainsi réalisée est touffue et les extrémités des poils distribuées de manière aléatoire (comme représenté schématiquement sur les figures 6, 8 et 10) estompent l'effet de spire habituellement créé sur les brosses de mascara classique par l'âme torsadée.

L'âme 6 de la brosse n'est pas nécessairement centrale, et peut être excentrée. La brosse 4 peut être mise en forme par une meule 14 (voir figure 6) par exemple tronconique, dont l'axe est disposé parallèlement à celui de l'âme 6 de la brosse. Généralement, pour l'opération de

meulage, on fait tourner la brosse 4 autour de l'axe de l'âme et de la tige 5, et on fait tourner la meule 14 autour de son axe, de préférence en sens contraire du sens de rotation de la brosse. D'une manière générale, on peut donner à la brosse 4 la forme souhaitée à partir d'une meule 14 de forme complémentaire.

Le meulage des poils 9 de la brosse peut également être réalisé sans modification de la forme d'ensemble de la brosse 4. Le meulage produit des extrémités déchiquetées des poils 9, qui se présentent sous la forme de fourches 15 (figure 7) correspondant sensiblement à la section d'un dièdre droit par un plan incliné par rapport à l'arête du dièdre.

Il est à noter que les poils 9 à section transversale en L peuvent être mélangés avec des poils de dureté supérieure. Lors d'un meulage, les poils 9 à section en L seront moins usés que les poils plus durs et, après meulage, les poils 9 à section en L auront leurs extrémités situées au-delà de celles des poils plus durs ; les poils plus durs peuvent être des poils cylindriques à section circulaire, ou des poils plats ou des poils à section en fer à cheval.

Comme illustré sur la figure 8, la brosse 4 peut être exposée à une source de chaleur 16, par exemple une rampe à rayonnement infrarouge placée sensiblement parallèlement à une génératrice de la brosse 4. De préférence, on fait tourner la brosse 4 autour de son axe, devant cette source de chaleur 16. La température de la source 16 est choisie de manière telle que les extrémités des poils 9 subissent un début de fusion provoquant une boursouflure 17 en forme de L, comme visible sur la figure 9, qui s'étend suivant tout le bord transversal du poil.

Les poils 9 à section en L peuvent être mélangés à des poils de plus faible section, puis exposés ensuite à la source de chaleur 16. Lors du traitement thermique, les poils de plus faible section, moins résistants à la chaleur, subiront une diminution de longueur supérieure à celle des poils à section en L dont les extrémités boursouflées 17 resteront en saillie au-delà des extrémités des poils de plus faible section. Les poils à section en L peuvent être mélangés avec des poils à section transversale plate, en particulier avec des poils dont la section sensiblement rectangulaire présente une grande dimension au moins

égale au double de la petite dimension et au plus égale à cinq fois cette petite dimension, comme précisé dans FR-B-2 627 363.

Les poils à section transversale en L sont de préférence obtenus par extrusion à travers une filière appropriée. Ces poils peuvent être réalisés en matière plastique polyamide PA6-66 ; 6-10 ; 6-12 ou en

PAU (nom commercial RILSAN), ou en polyéthylène, en élastomère thermoplastique tel que polyuréthane, ou en polyéther bloc-amide.

Les brosses réalisées avec des poils à section en L, selon l'invention, peuvent comporter un nombre réduit de poils par spire, par exemple de 7 à 40 poils par spire.

Les fils métalliques, notamment les fils de fer, utilisés pour les branches 7, 8 de l'âme peuvent être très fins, avec un diamètre avantageusement compris entre 5 dixièmes et 10 dixièmes de millimètre, car les poils 9 à section transversale en L s'écrasent entre les spires.




 
Previous Patent: TRAVELLER'S DISTRESS POUCH

Next Patent: CHAIR CONTROL MECHANISM