Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
CLOSURE ASSEMBLY FOR A DOUBLE DOOR
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/053344
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a closure assembly for a double door comprising an opening leaf (1) and a fixed leaf (2), said assembly comprising electromagnetic locking closure means and mechanical locking means. The electromagnetic locking closure means lock the opening leaf in the closed position on the fixed leaf, by means of magnetic attraction between magnetic door strikes (12) and cooperating counter plates (22). The mechanical locking means can be used beforehand to lock the opening leaf in the fixed position on the door frame (3) under the control of a cremone bolt mechanism (5) that does not include side bolts. The magnetic door strikes and the counter plates are housed, respectively, in a strip profile (11) mounted on the fixed leaf and in a handle profile (21) mounted on the opening leaf.

Inventors:
VALENTE, Massimo (1 rue Jean Cousin, Anet, 28260, FR)
Application Number:
FR2018/000216
Publication Date:
March 21, 2019
Filing Date:
September 18, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
GROUPE VALENTE (1 rue Jean Cousin, Anet, 28260, FR)
VALENTE, Massimo (1 rue Jean Cousin, Anet, 28260, FR)
International Classes:
E05C7/04; E05B15/02; E05C9/04; E05C19/16
Foreign References:
FR2896009A12007-07-13
FR2385865A11978-10-27
US4058332A1977-11-15
FR2865230A32005-07-22
Attorney, Agent or Firm:
THIBON LITTAYE, Annick (Villa du Parc, 11 rue de l'Etang, Marly le Roi, 78164, FR)
Download PDF:
Claims:
R E V E N D I C A T I O N S

1. Ensemble de fermeture de porte pour porte à deux battants comportant un vantail ouvrant (1) et un vantail semi-fixe (2) se montant battants des deux côtés d'une huisserie fixe (3) encadrant la porte, comportant des moyens de fermeture à verrouillage électromagnétique pour verrouiller le vantail ouvrant en position fermée sur le vantail semi-fixe, par attraction magnétique entre des ventouses magnétiques (12) logées dans un bandeau porte-ventouse (1 1 ) se montant sur le vantail semi- fixe et des contre-plaques coopérantes (22) logées dans un profilé de poignée (21 ) se montant sur le vantail ouvrant,

- ainsi que des moyens de verrouillage mécanique pour verrouiller le vantail ouvrant en position fixe sur l'huisserie sous commande d'un mécanisme de crémone intégré dans ledit bandeau.

2. Ensemble de fermeture de porte suivant la revendication 1 dans laquelle le mécanisme de crémone est de type à cylindre (6) et clé.

3. Ensemble de fermeture de porte suivant la revendication 2 dans laquelle l'accès au cylindre est recouvert par le profilé de poignée lorsque celui-ci est en position fermée sur le bandeau.

4. Ensemble de fermeture de porte suivant l'une des revendications 1 à 3 comportant en outre un profilé de rehausse (31 -32-33) s'adaptant sous ledit profilé de bandeau en rattrapage de faux-aplomb.

INCORPORE(E) PAR RENVOI (RÈGLE 20.6)

Description:
La présente invention concerne les équipements de serrurerie à verrouillage électromagnétique qui sont fabriqués en menuiserie métallique pour être montés sur des battants de porte dans les situations où l'on cherche à obtenir une grande sécurité de fonctionnement en ouverture et fermeture des portes tout en respectant les exigences d'une exploitation ind ustrielle dans des cond itions économiques favorables.

On connaît des ensembles de serrurerie utilisés dans de telles conditions dans lesquels des moyens de verrouillage électromagnétique entre dormant et battant en position fermée comportent un premier profilé de montant récepteur de ventouses électromagnétiques et un second profilé de montant récepteu r de contre-plaques propres à coopérer avec les ventouses par attraction ou répulsion magnétique. Les deux profilés sont configurés pour constituer des montants en vis-à-vis l'un sur le battant de porte l'autre sur le dormant.

L'ensemble est complété par un circuit de commande et d'alimentation électrique des ventouses. Quand en position de fermeture, le vantail mobile ou ouvrant, vient se fermer su r le vantail fixe ou dormant, l'activation des moyens de verrou illage électromagnétique accouple chaque contre-plaque avec la ventouse correspondante, ces deux éléments coopérants se trouvant en regard l'un de l'autre.

Dans le cas le plus courant, le premier profilé, celui q ui accueille les ventouses, est configuré pour constituer un profilé de bandeau venant former montant sur le dormant, à savoir généralement le bâti fixe de l'huisserie encadrant le battant de porte, alors que le second profilé est configuré en profilé de poignée venant former montant sur le battant. L'inverse est toutefois réalisable sans difficulté, et il existe même des configurations de profilé de montant qui sont conçues pour recevoir au choix soit les ventouses soit les contre-plaques.

L'invention vise à profiter des avantages des serrures électromagnétiques, notamment en termes de sécurité du

INCORPORE(E) PAR RENVOI (RÈGLE 20.6) verrouillage et de commodité de fonctionnement, tout en se prêtant à des portes à deux battants, l'un étant un vantail semi-fixe.

Grâce à l'invention on peut utiliser des serrures à verrouillage électromagnétique pour constituer des premiers moyens de verrouillage entre les deux vantaux en s'affranchissant du fait que dans les applications classiques, la sécurité du verrouillage demande que l'un des deux vantaux soit un dormant restant fixe, toujours dans la même position, que le vantail ouvrant soit ouvert ou fermé contre lui.

Dans ce but, l'invention propose de combiner de tels premiers moyens de verrouillage, de type électromagnétique, avec des seconds moyens de verrouillage, qui sont eux de type mécanique. Les moyens de verrouillage mécanique sont propres au vantail semi-fixe. Ils constituent de fait des moyens de condamnation du vantail semi-fixe, que l'on met en œuvre avant de fermer sur lui le vantail ouvrant. Ils comportent une crémone de type traditionnel, par exemple une crémone à commande par clé manoeuvant un mécanisme de serrure à cylindre qui actionne deux tringles se déployant en opposition le long du profilé de montant, respectivement vers chacune de ses extrémités. Chaque tringle se termine par un pêne apte à s'engager dans un empênage ménagé fixe par une gâche montée en traverse de l'huisserie encad rant la porte.

L'invention sera maintenant plus amplement décrite dans le cadre d'un mode de réalisation particulier choisi à titre d'exemple tel qu' il est illustré par les figures des dessins joints, dans lesquels :

- La figure 1 représente une porte à deux battants équ ipée de l'ensemble de fermeture suivant l' invention, le vantail ouvrant étant montré en cours d'ouverture pour laisser apparaître le bandeau fixé en élément de montant sur le vantail semi-fixe en position fermée ;

- La figure 2 est une vue en perspective du bandeau montrant en particulier la serrure à cylindre du d ispositif de crémone ;

INCORPORE(E) PAR RENVOI (RÈGLE 20.6) - La figure 3 est une vue en perspective éclatée et coupe partielle des deux profilés de montant dans leur disposition relative ;

- La figure 4 est une vue en coupe transversale des deux profilés assemblés ;

- Les figures 5 et 6 sont des vues en coupe d'un profilé de bandeau équipé d'un profilé de rehausse s'utilisant en rattrapage d'assiette quand notamment, dans des travaux de rénovation , on doit faire face à un faux-aplomb sur un vantail existant.

La figure 1 illustre une porte à deux battants suivant l'invention dans une vue générale qui permet de distinguer un vantail ouvrant 1 et un vantail 2 représenté en position fermée dans le plan de la structure de dormant (huisserie 3), alors qu'en réalité il s'agit d'un vantail semi-fixe sur lequel le vantail ouvrant 1 vient se verrouiller en position fermée.

Ici comme d'ailleurs dans l'ensemble du présent texte, on utilise ind ifférenmment le terme de vantail ou le terme de battant pour désigner les deux éléments mobiles en ouverture / fermeture de la porte. Ils sont montés battants des deux côtés d'une huisserie fixe 3 encad rant la porte dans son ensemble.

La figure 1 suppose que la porte est du type à vantail ouvrant en tirant sur la droite mais il est clair que les mêmes dispositions pourraient être utilisées dans une réalisation en symétrie où la porte serait du type en ouverture en tirant à gauche.

Conformément à l'invention l'ensemble de fermeture de la porte comporte deux dispositifs de verrouillage, l'un constituant des moyens de verrouillage élecromagnétique qui ont pour rôle de verrouiller le vantail ouvrant 1 sur le vantail semi-fixe 2, l'autre constituant des moyens de verrouillage mécanique qui servent à condamner le vantail semi-fixe dans sa position fermée par un système de crémone.

Dans le cas particulier illustré, le système de crémone est du type à cylindre et clé de commande. C'est ainsi que sur les figures 1 et 2 on voit apparaître le boîtier du mécanisme de serru re

INCORPORE(E) PAR RENVOI (RÈGLE 20.6) 5 avec son cylindre 6 par lequel s'introduit la clé de commande de la serrure. Cette serrure commande un mécanisme de transmission par tring lerie jusqu'aux deux pênes d'extrémité. Seul le pêne 7 à l'extrémité supérieure du vantail a été représenté sur la figu re 1 , pour montrer que quand il est déployé pour condamner le vantail, il pénètre dans une gâche 8 qui fait partie du bâti dormant encadrant la porte dans son ensemble (huisserie 3), étant rapportée sur la traverse supérieure de ce dernier.

L'ensemble de verrouillage électromagnétique qu i permet de fermer le vantail ouvrant sur le vantail devenu fixe est lui-même classique en ce qu'il comporte un élément de bandeau 1 1 se montant sur le montant du vantail semi-fixe 2, qui devient équivalent à un vantail dormant quand il est verrouillé en position fixe.

Dans ce bandeau sont logées les ventouses électromagnétiques 12. En coopération avec le bandeau porte ventouse, le système de verrouillage électromagnétique comporte un profilé de montant configuré pour faire support de contre- plaques en matériau ferromagnétique. I l s'agit ici d' un élément de poignée 21 qui dans le cas particulier est représenté avec le même profil tout le long de sa hauteur en tant que montant du côté extérieur du vantail ouvrant 1 .

Cette poignée est conformée intérieurement pour recevoir les contre-plaques 22 (figure 4) en des dispositions venant en regard de chaque ventouse électromagnétique 12 du bandeau.

Sur la figure 2 comme sur la figure 1 le bandeau est représenté sans le couvercle 1 3 (qui apparaît sur la figu re 4) qui s'adapte par coulissement sur le profil de bandeau proprement dit en plusieurs tronçons recouvrant les zones du bandeau entre les ventouses électromagnétiques sans cacher ces dernières.

On voit clairement sur la figure 2 le système de tringlerie qui court le long du bandeau par deux tring les 14 et 1 5, se déployant en opposition, l'une vers le haut et l'autre vers le bas. On n'a pas représenté le mécanisme interne de renvoi de tringle propre à la serrure 5.

INCORPORE(E) PAR RENVOI (RÈGLE 20.6) Les figures 3 et 4 montrent plus en détail le profil des deux éléments ou profilés de montants coopérants, bandeau support de ventouses et poignée support de contre-plaques, dans leur position relative coopérante par la venue des contre-plaques en regard des ventouses.

On y retrouve l'essentiel des éléments classiques des ensembles de verrouillage électromagnétique tels qu'ils peuvent avoir été décrits dans différentes publications. De ce point de vue on fera ici référence notamment à l'ensemble de la description contenue dans le brevet français publié sous le numéro FR 2 865 230.

Les spécificités des profils liées à la présente invention concernent principalement le bandeau, et plus particulièrement le profil de son fond 16. On y voit une goulotte centrale 17 de largeur suffisante pour livrer passage à la tringle du système de verrouillage mécanique, ici tringle 14. Elle est encadrée par deux goulottes latérales 18 dans lesquelles se logent les câbles électriques du système de verrouillage électromagnétique en transmettant l'alimentation électrique aux ventouses.

La figure 3 montre encore une lumière 19 ménagée longitudinalement à travers la tringle. Cette lumière se positionne en correspondance avec une lumière homologue ménagée à travers le fond 16 pour faire guide au déplacement de la tringle pendant les opérations de verrouillage ou déverrouillage commandées à partir de la serrure mécanique 5.

Enfin on voit sur la figure 3 le pêne d'extrémité 7 fixé en bout de la tringle 1 5.

A propos de la serrure mécanique 5 on notera que l'invention n'exclut pas que le mécanisme de commande à cylindre et clé tels qu'illustré soit remplacé par une simple béquille amovible du fouillot.

Sur les figures 5 et 6 on a représenté schématiquement en coupe un élément accessoire de l'ensemble de menuiserie métallique suivant l'invention qui consiste en une rehausse de bandeau permettant de rattraper les faux-aplomb entre le profilé de

INCORPORE(E) PAR RENVOI (RÈGLE 20.6) bandeau et le montant de battant propre à une porte existante recevant ce profilé.

Cette rehausse présente le même profil que le profilé de montant qu'il complète pour ce qui est d'une partie de celui-ci , avec un fond 31 et deux faces latérales 32 et 33. Bien que cela ne soit pas clairement le cas sur les figures il peut être avantageux de prévoir que ces faces latérales viennent régner avec celles du profilé de bandeau lui-même lorsque la rehausse est complètement enfoncée sur le bandeau pour une reprise d'aplomb minimale.

Le profilé de rehausse présente les mêmes lumières que le profilé de bandeau pour le passage de vis de fixation dans le battant recevant le profilé de montant, donc ici le battant semi-fixe. L'écart entre son fond et celui du profilé de montant lui-même, autrement dit l'écartement entre les deux fonds, est réglable en fonction de la l'épaisseur d'aplomb qu'il s'agit de rattraper. À cet effet il est prévu des boulons 35 qui se vissent dans l'épaisseur du fond du profilé jusqu'à prendre appui à leur extrémité sur le fond 31 de la rehausse.

On notera que des rehausses à fonction similaire sont prévues également pour l'huisserie de dormant afin de régler la place des gâches dans lesquelles doivent pénétrer les pênes d'extrémité du bandeau quand on ferme le système de condamnation du battant semi fixe.

INCORPORE(E) PAR RENVOI (RÈGLE 20.6)