Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
CLOSURE DEVICE FOR CONTAINER
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/145631
Kind Code:
A1
Abstract:
The closure device (100) for a container (1000) comprises a part (101) comprising an opening (102) and a closing member (103) comprising portions (103a, 103b, 103c, 103d) secured to the part (101). The portions (103a, 103b, 103c, 103d) of the closing member (103) are configured in such a way as to cooperate to close said opening (102) in a first configuration of the closure device (100), and to form a passage (104) for a body (10) in a second configuration of the closure device (100), said second configuration being obtained by change of state of at least one of the portions (103a, 103b, 103c, 103d) of the closing member (103) caused by pressure applied by the body (10) to the closing member (103). The closure device (100) is configured to switch automatically to its first configuration when the pressure applied by the body (10) to the closing member (103) stops. Each portion (103a, 103b, 103c, 103d) of the closing member (103) is adjacent to at least two of the other portions (103a, 103b, 103c, 103d) of the closing member (103).

Inventors:
POUPPEVILLE, Victor (Le Clos de Gagnoux, Bâtiment 3, LE TOUVET, 38660, FR)
SEGEAT, Anthony (2 rue Parmentier, GRENOBLE, 38000, FR)
YANG, Cheng (70 rue de Stalingrad, GRENOBLE, 38100, FR)
Application Number:
FR2019/050126
Publication Date:
August 01, 2019
Filing Date:
January 21, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Y & Y VERTICAL (1 rue des Pins, GRENOBLE, 38100, FR)
International Classes:
A45C13/10; A45F3/00
Foreign References:
US4328904A1982-05-11
US20070012701A12007-01-18
US20150060451A12015-03-05
US20120170873A12012-07-05
DE102012020709A12014-04-24
Attorney, Agent or Firm:
GRIS, Sébastien (Cabinet GRIS chez Innovation Competence Group, 310 avenue Berthelot, LYON cedex 08, 69372, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif de fermeture (100) pour contenant (1000), ledit dispositif de fermeture (100) comportant :

- une pièce (101 ) comportant une ouverture (102),

- un organe de fermeture (103) comportant des parties (103a, 103b, 103c, 103d) solidaires de la pièce (101 ), les parties (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) étant configurées de sorte à :

o coopérer pour fermer ladite ouverture (102) dans une première configuration du dispositif de fermeture (100),

o former un passage (104) pour un corps (10) dans une deuxième configuration du dispositif de fermeture (100), ladite deuxième configuration étant obtenue par un changement d’état d’au moins une des parties (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) provoqué par une pression exercée par le corps (10) sur l’organe de fermeture (103),

ledit dispositif de fermeture (100) étant configuré pour passer automatiquement à sa première configuration lorsque la pression exercée par le corps (10) sur l’organe de fermeture (103) cesse,

caractérisé en ce que chaque partie (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) est adjacente à au moins deux autres des parties (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103).

2. Dispositif de fermeture (100) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que, dans la première configuration, les parties (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) sont attachées deux à deux à distance de la pièce (101 ) pour maintenir chacune des parties (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) dans un état assurant la fermeture de l’ouverture (102).

3. Dispositif de fermeture (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que chaque partie (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) comporte deux portions d’attache (105a, 105b), et en ce que, dans la première configuration, chaque portion d’attache (105a, 105b) de ladite partie est attachée à une des portions d’attache d’une des parties de l’organe de fermeture (103) adjacente à ladite partie.

4. Dispositif de fermeture (100) selon la revendication 3, caractérisé en ce que chaque portion d’attache (105a, 105b) est associée à au moins un aimant (106) de telle sorte que deux portions d’attache (105a, 105b) attachées le sont par attraction magnétique entre aux moins deux aimants (106).

5. Dispositif de fermeture (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que chaque partie (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) comporte deux portions d’enchevêtrement (107a, 107b), et en ce que, dans la première configuration, chaque portion d’enchevêtrement (107a, 107b) de ladite partie s’enchevêtre avec une des portions d’enchevêtrement d’une des parties de l’organe de fermeture (103) adjacente à ladite partie.

6. Dispositif de fermeture (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que chaque partie (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) comporte :

- un côté (108) monté à la pièce (101 ),

- deux bords latéraux (109a, 109b) convergeant l’un en direction de l’autre en s’éloignant du côté (108) monté à la pièce (101 ).

7. Dispositif de fermeture (100) selon les revendications 3, 5 et 6 ou les revendications 4, 5 et 6, caractérisé en ce que chaque bord latéral (109a, 109b) comporte une des portions d’enchevêtrement (107a, 107b) et une des portions d’attache (105a, 105b), la portion d’enchevêtrement (107a, 107b) dudit bord latéral (109a, 109b) étant intercalée entre la portion d’attache (105a, 105b) dudit bord latéral (109a, 109b) et le côté (108) de la partie (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) comportant ledit bord latéral (109a, 109b).

8. Dispositif de fermeture (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que, dans la première configuration, les parties (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) sont réunies de sorte que l’organe de fermeture (103) adopte la forme d’un disque.

9. Dispositif de fermeture (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu’il comporte un organe de rappel (111 ) agencé de sorte à coopérer avec l’organe de fermeture (103) de telle sorte que ledit organe de rappel (111 ) participe au passage automatique à la première configuration.

10. Dispositif de fermeture (100) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que l’organe de rappel (111 ) est une rondelle élastique.

11. Dispositif de fermeture (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que la pièce (101 ) est un anneau comportant deux parties annulaires (101 a, 101 b) assemblées de telle sorte à assurer la fixation des parties (103a, 103b, 103c, 103d) de l’organe de fermeture (103) audit anneau.

12. Dispositif de fermeture (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que l’ouverture (102) délimite une zone d’ouverture (Z1 ), et en ce que dans la première configuration et en tout point de la zone d’ouverture (Z1 ), une droite passant par ledit point et au travers de l’ouverture (102) passe aussi par l’organe de fermeture (103).

13. Contenant (1000) pour poudre (1003), caractérisé en ce qu’il comporte un dispositif de fermeture (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes.

14. Contenant (1000) selon la revendication précédente, caractérisé en ce qu’il forme un sac à magnésie pour activité d’escalade.

Description:
DISPOSITIF DE FERMETURE POUR CONTENANT

Domaine technique de l’invention

[001] Le domaine technique de l’invention concerne la fermeture de contenants. Plus particulièrement, le domaine technique de l’invention concerne les sacs à magnésie utilisés par les grimpeurs par exemple en salle d’escalade, ou en extérieur.

Etat de la technique

[002] La demande de brevet US2012/0170873 décrit un contenant dont une partie délimite une ouverture permettant l’accès à un espace intérieur du contenant. Cette ouverture est associée à un dispositif de fermeture automatique évitant à des articles placés dans le contenant de tomber hors de ce contenant. Le dispositif de fermeture comporte deux éléments sollicités l’un en direction de l’autre en vue d’assurer la fermeture de l’ouverture. Le passage d’une main d’un utilisateur au travers du dispositif de fermeture permet de le placer dans une configuration d’ouverture, et le retrait de la main permet le passage automatique du dispositif de fermeture dans une configuration de fermeture. Un inconvénient de ce contenant est que son ergonomie peut être perfectible dans le sens où le passage de la main n’est pas aisé du fait de l’utilisation de deux extrémités des éléments en contact l’une avec l’autre dans la configuration de fermeture : la main peut avoir du mal à traverser le dispositif de fermeture. Par ailleurs, lors de son retrait du contenant, la main peut s’accrocher aux extrémités des éléments, ce qui peut rendre désagréable son retrait pour l’utilisateur.

[003] Dans le cadre de la pratique de l’escalade, il est commun pour un grimpeur d’utiliser un sac à magnésie. La magnésie peut se présenter préférentiellement sous la forme d’une poudre utilisée pour améliorer l’adhérence des mains d’un grimpeur lors de sa grimpe. L’utilisation de la magnésie dans un environnement tel qu’une salle d’escalade présente l’inconvénient d’engendrer une pollution de l’air de cet environnement. Cette pollution peut entraîner l’inhalation de poudre de magnésie par les personnes présentes dans la salle d’escalade. Il existe donc un besoin de trouver une solution permettant de limiter la pollution de l’air engendrée par l’utilisation de la magnésie. Pour répondre en partie à ce besoin, les grimpeurs utilisent des sacs à magnésie qui peuvent se refermer. Par exemple, la demande de brevet DE102012020709 décrit un sac à magnésie dont la fermeture est assurée par des aimants. Un inconvénient du sac à magnésie tel que décrit dans la demande de brevet DE102012020709 est que le passage de sa configuration de fermeture à sa configuration d’ouverture est difficile à une main car cela nécessite de réaliser une traction sur le sac pour l’ouvrir avant de pouvoir l’utiliser : le risque est que la manipulation d’un tel sac provoque une chute du grimpeur. En ce sens, il existe un besoin d’améliorer le sac à magnésie décrit dans la demande de brevet DE102012020709 pour en faciliter l’utilisation, notamment dans une voie d’escalade.

Objet de l’invention

[004] L’invention a pour but de remédier à un ou plusieurs des inconvénients précités. Notamment, l’invention permet d’améliorer l’ergonomie d’un dispositif de fermeture, notamment du type à manipuler à une main.

[005] On tend vers ce but grâce à un dispositif de fermeture pour contenant, ledit dispositif de fermeture comportant :

- une pièce comportant une ouverture,

- un organe de fermeture comportant des parties solidaires de la pièce, les parties de l’organe de fermeture étant configurées de sorte à :

o coopérer pour fermer ladite ouverture dans une première configuration du dispositif de fermeture,

o former un passage pour un corps dans une deuxième configuration du dispositif de fermeture, ladite deuxième configuration étant obtenue par un changement d’état d’au moins une, de préférence de chacune, des parties de l’organe de fermeture provoqué par une pression exercée par le corps sur l’organe de fermeture, ledit dispositif de fermeture étant configuré pour passer automatiquement à sa première configuration lorsque la pression exercée par le corps sur l’organe de fermeture cesse, ce dispositif de fermeture est caractérisé en ce que chaque partie de l’organe de fermeture est adjacente à au moins deux autres des parties de l’organe de fermeture.

[006] Un tel dispositif de fermeture présente l’avantage que son ouverture est réalisée par un corps, comme par exemple au moins une partie de la main d’un grimpeur, ou au moins la main du grimpeur, ou la main et le poignet du grimpeur, ce corps passant au travers de l’ouverture et de l’organe de fermeture. Ainsi, lorsqu’un contenant est équipé d’un tel dispositif de fermeture, l’introduction du corps dans le contenant permet l’ouverture du dispositif de fermeture par coopération du corps avec l’organe de fermeture. Par ailleurs, un autre avantage de ce dispositif de fermeture est qu’il permet un retour/passage automatique à sa première configuration permettant de fermer l’ouverture par l’organe de fermeture lorsque le corps cesse de coopérer avec l’organe de fermeture. Ainsi, il résulte de ces avantages que le dispositif de fermeture est tout particulièrement adapté à la pratique de l’escalade dans le cas de son intégration à un sac à magnésie sans gêne du grimpeur lors de sa grimpe, et tout en limitant la diffusion de la magnésie contenue dans le sac à magnésie hors du sac à magnésie.

[007] Le dispositif de fermeture peut comporter une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :

• la pression exercée par le corps sur l’organe de fermeture est telle qu’elle permet un passage du, c’est-à-dire fait varier le, dispositif de fermeture de sa première configuration à sa deuxième configuration, et notamment tout en permettant au corps de traverser l’ouverture ;

• dans la première configuration, les parties de l’organe de fermeture sont attachées deux à deux à distance de la pièce pour maintenir chacune des parties de l’organe de fermeture dans un état assurant la fermeture de l’ouverture ;

• chaque partie de l’organe de fermeture comporte deux portions d’attache, et, dans la première configuration, chaque portion d’attache de ladite partie est attachée à une des portions d’attache d’une des parties de l’organe de fermeture adjacente à ladite partie ;

• chaque portion d’attache est associée à au moins un aimant de telle sorte que deux portions d’attache attachées le sont par attraction magnétique entre aux moins deux aimants ;

• chaque partie de l’organe de fermeture comporte deux portions d’enchevêtrement, et, dans la première configuration, chaque portion d’enchevêtrement de ladite partie s’enchevêtre avec une des portions d’enchevêtrement d’une des parties de l’organe de fermeture adjacente à ladite partie ;

• chaque partie de l’organe de fermeture comporte :

un côté monté à la pièce,

deux bords latéraux convergeant l’un en direction de l’autre en s’éloignant du côté monté à la pièce ;

• chaque bord latéral comporte une des portions d’enchevêtrement et une des portions d’attache, la portion d’enchevêtrement dudit bord latéral étant intercalée entre la portion d’attache dudit bord latéral et le côté de la partie de l’organe de fermeture comportant ledit bord latéral ;

• dans la première configuration, les parties de l’organe de fermeture sont réunies de sorte que l’organe de fermeture adopte la forme d’un disque ;

• le dispositif de fermeture comporte un organe de rappel agencé de sorte à coopérer avec l’organe de fermeture de telle sorte que ledit organe de rappel participe au passage automatique à la première configuration ;

• l’organe de rappel est une rondelle élastique ;

• la pièce est un anneau comportant deux parties annulaires assemblées de telle sorte à assurer la fixation des parties de l’organe de fermeture audit anneau ;

• l’ouverture délimite une zone d’ouverture, et dans la première configuration et en tout point de la zone d’ouverture, une droite passant par ledit point et au travers de l’ouverture passe aussi par l’organe de fermeture.

[008] L’invention est aussi relative à un contenant pour poudre, ce contenant comportant un dispositif de fermeture tel que décrit. De préférence, le contenant pour poudre forme un sac à magnésie pour activité d’escalade.

Description sommaire des dessins

[009] L’invention sera mieux comprise à la lecture de la description détaillée qui va suivre d’au moins un mode de réalisation particulier, donnée uniquement à titre d’exemple non limitatif et faite en se référant aux dessins dans lesquels :

- La figure 1 illustre une vue en perspective d’un dispositif de fermeture selon un mode de réalisation particulier de l’invention ; - La figure 2 illustre une vue de côté du dispositif de fermeture selon le mode de réalisation particulier de l’invention tel qu’illustré en figure 1 ;

- Les figures 3 et 4 illustrent des vues en coupe schématiques d’un contenant équipé du dispositif de fermeture du type de la figure 1 respectivement dans une première configuration et dans une deuxième configuration ;

- La figure 5 illustre une réalisation particulière d’une partie de l’organe de fermeture utilisé dans le cadre du dispositif de fermeture selon la figure 1 ;

- La figure 6 illustre une vue éclatée des différents composants du dispositif de fermeture illustré en figure 1 ;

- La figure 7 illustre une variante de réalisation d’une partie de l’organe de fermeture du dispositif de fermeture.

[0010] Dans ces figures, les mêmes références sont utilisées pour désigner les mêmes éléments.

[0011] Par ailleurs, les éléments représentés sur les figures ne sont pas nécessairement à l’échelle pour faciliter la compréhension de ces figures.

Description détaillée

[0012] Dans la présente description, un grimpeur est une personne qui pratique l’escalade, que cela soit en salle ou en extérieur. La grimpe du grimpeur correspond à son ascension d’une voie d’escalade ou d’un bloc.

[0013] Dans la présente description, la magnésie est notamment une poudre utilisée par le grimpeur pour améliorer l’adhérence de ses mains dans son activité d’escalade tel qu’évoqué dans la partie état de la technique.

[0014] En particulier, l’invention concerne un dispositif de fermeture pour contenant.

[0015] Comme illustré en figures 1 à 4, le dispositif de fermeture 100 pour contenant 1000 comporte une pièce 101. Cette pièce 101 comporte une ouverture 102, notamment cette ouverture 102 est débouchante. Cette pièce 101 peut aussi être appelée pièce de rigidification lorsqu’elle présente cette caractéristique comme il le sera vu ci-après. L’ouverture 102 est notamment destinée à permettre une communication entre l’extérieur du contenant 1000 et un espace interne 1001 du contenant 1000 lorsque le dispositif de fermeture 100 est intégré au contenant 1000. On dit aussi que la pièce 101 délimite l’ouverture 102. Sur les figures 1 et 2, seul le dispositif de fermeture 100 est représenté au moins en partie, alors que sur les figures 3 et 4 il est représenté le contenant 1000 comportant le dispositif de fermeture 100 selon des vues en coupe. Le dispositif de fermeture 100 comporte un organe de fermeture 103. Cet organe de fermeture 103 comporte des parties 103a, 103b, 103c, 103d solidaires de la pièce 101. Par « parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 solidaires de la pièce 101 », on entend préférentiellement que ces parties 103a, 103b, 103c, 103d y sont montées/fixées. Les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 sont configurées de sorte à coopérer, notamment entre elles, pour fermer ladite ouverture 102 dans une première configuration, aussi appelée configuration de fermeture, du dispositif de fermeture 100 représentée à titre d’exemple en figures 1 et 3. De préférence, l’ouverture 102 délimite une zone d’ouverture (représentée par les pointillés visés par la référence Z1 aux figures 3 et 4), et dans la première configuration et en tout point de la zone d’ouverture Z1 , une droite passant par ledit point et au travers de l’ouverture 102 passe aussi par l’organe de fermeture 103 : en ce sens l’organe de fermeture 103 permet avantageusement de fermer totalement l’ouverture 102 dans la première configuration du dispositif de fermeture 100, notamment en vue de limiter la diffusion de poudre ou de magnésie comme il le sera vu par la suite. Par ailleurs, ces parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 sont configurées de sorte à former un passage 104 (représenté par une zone en pointillé en figure 4) pour un corps 10 dans une deuxième configuration, aussi appelée configuration d’ouverture, du dispositif de fermeture 100. Les figures 2 et 4 illustrent justement la deuxième configuration dans laquelle le passage 104 est formé. La deuxième configuration est obtenue par un changement d’état d’au moins une, et de préférence de chacune, des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 provoqué par une pression exercée par le corps 10 sur l’organe de fermeture 103. Notamment, par « la deuxième configuration est obtenue par un changement d’état », on entend que le dispositif de fermeture 100 adopte cette deuxième configuration suite au changement d’état évoqué. De manière générale, la pression exercée par le corps 10 sur l’organe de fermeture 103 est telle qu’elle permet un passage du, c’est-à-dire fait varier le, dispositif de fermeture 100 de sa première configuration à sa deuxième configuration, et notamment tout en permettant au corps 10 de traverser l’ouverture 102. La pression exercée par le corps 10 sur l’organe de fermeture 103 pour permettre le passage de la première configuration à la deuxième configuration peut correspondre à une introduction d’au moins une partie de la main du grimpeur au travers de l’ouverture 102 sans nécessiter un appui prononcé. Selon un exemple particulier, la pression exercée par le corps 10 sur l’organe de fermeture 103 pour permettre le passage de la première configuration à la deuxième configuration peut être assimilée à un appui d’un poids posé, dans la première configuration, au centre de l’organe de fermeture 103 et en contact avec une surface de 15cm 2 de l’organe de fermeture 103, ce poids pouvant être un poids de 500 grammes : une telle pression est tout particulièrement adaptée lorsque le corps 10 est au moins une partie de la main du grimpeur. En utilisation normale et préférée, le corps 10 coopère avec l’organe de fermeture 103 de telle sorte que chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 change d’état pour permettre d’obtenir la deuxième configuration. Alternativement, si le corps 10 vient en appui contre une, ou seulement certaines, des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103, seulement cette ou ces parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 peuvent changer d’état pour permettre d’obtenir la deuxième configuration. Par la suite, le changement d’état est notamment appliqué à chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103, mais on peut considérer en alternative le changement d’état d’au moins une des parties de l’organe de fermeture 103 : c’est- à-dire le changement d’état d’une, ou plusieurs, ou de toutes les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103. Par « pression exercée par le corps 10 sur l’organe de fermeture 103 », on entend que le corps 10 est sollicité contre l’organe de fermeture 103, notamment dans une direction F1 (voir figure 4) lui permettant de traverser l’organe de fermeture 103 en vue de pénétrer dans l’espace interne 1001. En particulier, chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 changeant d’état pour permettre d’obtenir la deuxième configuration est soumise à une pression exercée par le corps 10. Plus particulièrement, le changement d’état de chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 est provoqué par une pression exercée par le corps 10 sur chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103. Autrement dit, la pression exercée par le corps 10 sur l’organe de fermeture 103 peut correspondre à des pressions réparties sur chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103. Le changement d’état de chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 peut être une déformation ou un déplacement de la partie 103a, 103b, 103c, 103d correspondante de l’organe de fermeture 103. Par « pression exercée par le corps 10 », on entend notamment que ce corps 10 vient appuyer sur l’organe de fermeture 103. Par ailleurs, le dispositif de fermeture 100 est configuré pour passer, c’est-à-dire retourner, automatiquement à sa première configuration lorsque la pression exercée par le corps 10 sur l’organe de fermeture 103 cesse : c’est-à-dire lorsque la pression exercée par le corps 10 sur l’organe de fermeture 103 est relâchée. Le passage automatique à la première configuration est notamment initié depuis la deuxième configuration. Notamment, dans la deuxième configuration (figure 4), le corps 10 traverse l’ouverture 102 et traverse l’organe de fermeture 103. En figure 2, le corps 10 n’est pas représenté pour des raisons de clarté. On comprend de ce qui a été décrit ci-dessus qu’un avantage d’un tel dispositif de fermeture 100 est que les interactions de l’utilisateur, notamment du grimpeur lors de sa grimpe, avec ce dispositif de fermeture 100 pour lui permettre d’alterner entre sa première configuration et sa deuxième configuration sont limitées : il est donc simple à utiliser puisque c’est notamment l’action d’insérer la main dans le contenant 100 au travers de l’ouverture qui participe au passage de la première configuration à la deuxième configuration, et que c’est notamment l’action de retirer la main du contenant 1000 qui participe au passage de la deuxième configuration à la première configuration. Par ailleurs, chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 est adjacente à au moins deux autres des parties de l’organe de fermeture 103, ceci étant notamment vrai dans la deuxième configuration et dans la première configuration. Autrement dit, l’organe de fermeture 103 comporte au moins trois parties 103a, 103b, 103c, 103d. Cet agencement particulier permet de faciliter le passage du corps 10 au travers de l’organe de fermeture 103. Sur les figures 1 à 4, il est représenté l’organe de fermeture 103 en quatre parties 103a, 103b, 103c, 103d, bien entendu l’organe de fermeture 103 peut aussi comporter trois parties, ou plus de quatre parties. L’avantage d’utiliser un organe de fermeture 103 à au moins trois parties est que le passage de la première configuration à la deuxième configuration est facilité car les efforts appliqués sont préférentiellement répartis sur plus de deux parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103. Par ailleurs, l’augmentation du nombre de parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 permet, lorsque le changement d’état de chacune de ces parties 103a, 103b, 103c, 103d est induit par une déformation de la partie 103a, 103b, 103c, 103d correspondante de l’organe de fermeture 103, de faciliter la déformation des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 : plus les dimensions d’une partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 sont petites plus sa déformation est facile à mettre en œuvre. La diminution des dimensions des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103, possible grâce à l’organe de fermeture 103 comportant au moins trois parties, permet de faciliter le passage de la première configuration à la deuxième configuration et inversement, même si l’on a au moins une, ou une seule, des parties de l’organe de fermeture 103 qui change d’état tel que décrit ci-avant.

[0016] De préférence, le changement d’état de chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 accompagnant le passage de la première configuration à la deuxième configuration est une courbure, ou plus généralement une déformation. Autrement dit, la deuxième configuration est obtenue par courbure/déformation de chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103. On comprend alors que chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 est formée en un matériau souple. La souplesse du matériau est telle que l’appui du corps 10 sur l’organe de fermeture 103 permet d’induire des contraintes au sein des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 d’où il résulte la déformation de ces parties 103a, 103b, 103c, 103d. Ainsi, dans la première configuration, les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 sont réunies pour fermer l’ouverture 102, et le passage de la première configuration à la deuxième configuration peut être notamment mis en œuvre par écartement progressif des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 notamment en direction d’un fond 1002 du contenant 1000 tel que cela est représenté en figures 3 et 4.

[0017] En particulier, les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 comportent un tissu ou sont en tissu, par exemple le tissu évoqué est formé en polyester. L’avantage du polyester est qu’il limite l’adhésion de la magnésie. Le tissu des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 peut, par exemple, présenter une valeur de deniers comprise entre 100 deniers et 500 deniers : la valeur de deniers (correspondant au poids en grammes pour 9 mètres de long du fil utilisé pour former le tissu) choisie dans la gamme décrite est tout particulièrement adaptée pour réaliser l’organe de fermeture 103 fonctionnant de la manière telle que décrite ci-dessus. [0018] Par ailleurs, les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 peuvent chacune comporter un revêtement en polyuréthane (dont le sigle est PU) ou en polychlorure de vinyle (dont le sigle est PVC). Ces matériaux de revêtement sont chacun tout particulièrement adaptés pour rigidifier les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 tout en conférant à ces dernières la souplesse recherchée pour le passage de la première configuration à la deuxième configuration. Par ailleurs, ces matériaux de revêtement permettent aussi chacun de conférer à chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d une propriété de « mémoire de forme » favorisant le retour à la première configuration lorsque l’appui du corps 10 sur l’organe de fermeture 103 est relâché. Par ailleurs, encore un autre avantage du revêtement utilisé est qu’il améliore les propriétés mécaniques de la partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 qui le comporte : cela évite au tissu de s’effilocher, et cela renforce la solidité de ladite partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 à l’endroit où elle est solidarisée à la pièce 101.

[0019] De préférence, l’organe de fermeture 103 comporte seulement quatre parties 103a, 103b, 103c, 103d. Ceci est tout particulièrement adapté lorsque le corps 10 est par exemple au moins une partie de la main du grimpeur, car cela permet de procurer un bon compromis entre ergonomie d’utilisation et coût de production du dispositif de fermeture 100. Plus on augmente le nombre de parties de l’organe de fermeture 103, plus le fonctionnement de l’organe de fermeture 103 est efficient pour fermer ou ouvrir l’ouverture 102, mais ceci étant au détriment du coût de fabrication du dispositif de fermeture du fait de la multiplication de ses pièces. La présence de quatre parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 est un compromis satisfaisant.

[0020] Les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 sont préférentiellement identiques, cela permet de faciliter leur industrialisation ainsi que l’assemblage du dispositif de fermeture 100.

[0021] L’invention est bien entendu aussi relative à un contenant 1000, notamment pour poudre 1003, un tel contenant 1000 comportant alors le dispositif de fermeture 100 tel que décrit dans la présente description. Un tel contenant présente l’avantage d’être facile à ouvrir et à fermer en utilisant le corps 10. En particulier, le contenant 1000 forme, c’est-à-dire est, un sac à magnésie pour activité d’escalade : la poudre évoquée est alors de la magnésie par exemple stockée ou non dans une boule de magnésie (« chalk bail » en langue anglaise). Un avantage d’utiliser un tel dispositif de fermeture 100 dans un sac à magnésie est que le grimpeur peut l’utiliser facilement d’une seule main de sorte que son autre main est utilisée pour se maintenir à une paroi à escalader. Lorsque le contenant 1000 est un contenant pour poudre, telle que de la magnésie, le dispositif de fermeture 100 tend à s’opposer à ce que la poudre s’échappe du contenant 1000 lorsque le dispositif de fermeture 100 est dans sa première configuration : la porosité à la poudre du dispositif de fermeture 100 est adaptée pour limiter le passage de la poudre de l’espace interne 1001 du contenant 1000 vers l’extérieur du contenant 1000, bien que certaines particules de poudre puissent encore s’échapper.

[0022] Dans la première configuration du dispositif de fermeture 100, les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 sont préférentiellement attachées deux à deux, notamment par attraction magnétique mise en œuvre par des aimants 106 du dispositif de fermeture 100, à distance de la pièce 101 pour maintenir chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 dans un état assurant la fermeture de l’ouverture 102. Cet état peut être un état normal, en particulier non courbé/non déformé en opposition à l’état de ces parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 dans la deuxième configuration. Dans la première configuration, les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 sont notamment en contact deux à deux. Autrement dit, lorsque l’organe de fermeture 103 comporte au moins trois parties 103a, 103b, 103c, 103d, chacune des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 est attachée à deux autres des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 qui lui sont adjacentes. Outre la fonction de maintien de la fermeture à l’état « normal » du dispositif de fermeture 103, c’est-à-dire lorsqu’aucune pression ne lui est appliquée par le corps 10 évoqué ci-dessus, les attaches permettent de limiter le passage de la poudre et donc sa diffusion au travers de l’ouverture 102. Par ailleurs, dans ce cas le dispositif de fermeture 100 peut être configuré telle sorte qu’une attraction magnétique, mise en œuvre par les aimants 106 évoqués ci-dessus, participe au passage automatique à la première configuration.

[0023] Dans la première configuration, deux parties de l’organe de fermeture 103 adjacentes peuvent être attachées entre elles par des portions d’attache 105a, 105b (figure 1 ) appartenant respectivement à l’une des parties 103a et à l’autre des parties 103d à attacher. Chaque portion d’attache 105a, 105b correspond à une zone de la partie de l’organe de fermeture 103 correspondante mise en contact et attachée avec une portion d’attache d’une autre partie de l’organe de fermeture 103 dans la première configuration. Autrement dit, dans la première configuration du dispositif de fermeture 100, des couples de parties de l’organe de fermeture 103 adjacentes et attachées sont formés, et pour tout couple de parties adjacentes et attachées (en figure 1 il est représenté quatre couples (103a, 103b) ; (103b, 103c) ; (103c, 103d) ; (103d, 103a)) de l’organe de fermeture 103, chacune des parties dudit couple de parties adjacentes et attachées comporte une portion d’attache 105a, 105b et lesdites portions d’attache 105a, 105b sont attachées l’une à l’autre. L’utilisation de telles portions d’attache 105a, 105b est préférée car cela présente l’avantage de former des zones d’attaches localisées chacune de taille adaptée à l’effort à appliquer sur les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 pour permettre de détacher les portions d’attache 105a, 105b lors du passage de la première configuration à la deuxième configuration. Selon une autre formulation, chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 comporte deux portions d’attache 105a, 105b, et, dans la première configuration, chaque portion d’attache 105a, 105b de ladite partie de l’organe de fermeture 103 est attachée à une des portions d’attache d’une des parties de l’organe de fermeture 103 adjacente à ladite partie de l’organe de fermeture 103. Autrement dit, dans la première configuration, pour chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103, l’une des portions d’attache 105a de ladite partie de l’organe de fermeture 103 est attachée à une des portions d’attache d’une autre des parties de l’organe de fermeture 103 adjacente à ladite partie de l’organe de fermeture 103, et l’autre des portions d’attache 105a de ladite partie de l’organe de fermeture 103 est attachée à une des portions d’attache d’encore une autre des parties de l’organe de fermeture 103 adjacente à ladite partie de l’organe de fermeture 103. Notamment, dans la première configuration, chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 est attachée à deux autres parties de l’organe de fermeture 103 par ses portions d’attache chacune attachée à l’une des portions d’attache de l’une des deux autres parties de l’organe de fermeture 103, ceci permettant d’améliorer le maintien en première configuration. En figure 1 , les portions d’attache en pointillé ne sont pas directement visibles car recouvertes. [0024] De préférence, chaque portion d’attache 105a, 105b est associée à au moins un aimant 106 (les aimants 106 sont représentés schématiquement par des rectangles en pointillé en figures 1 et 5 car ils sont recouverts et non directement visibles, sur la figure 2 ils ne sont pas représentés pour des raisons de clarté) de telle sorte que deux portions d’attache 105a, 105b attachées le sont par attraction magnétique entre au moins deux aimants 106, notamment respectivement associés aux deux portions d’attache 105a, 105b à attacher : chacun de ces deux aimants 106 est fixé à l’une des deux portions d’attache 105a, 105b à attacher. En fait, chaque aimant 106 peut être fixé à, ou fixé dans, une portion d’attache 105a, 105b. Chaque aimant 106 peut appartenir à une portion d’attache 105a, 105b correspondante. Par exemple, chaque aimant 106 associé à une portion d’attache 105a, 105b peut l’être par collage, par couture d’un pli de la portion d’attache 105a, 105b de sorte à loger ledit aimant 106 dans la portion d’attache 105a, 105b, ou par toute autre solution à la portée de l’homme du métier. L’avantage d’utiliser des aimants 106 est que l’attraction magnétique entre ces aimants 106 peut être choisie de manière adaptée pour, d’une part, assurer le maintien de la fermeture de l’ouverture 102 par l’organe de fermeture 103 tant qu’un effort suffisant n’est pas appliqué à l’organe de fermeture 103 par le corps 10, et, d’autre part, assurer au moins en partie le passage automatique vers la première configuration au moyen de l’attraction magnétique entre ces aimants 106. Autrement dit, lorsque le corps 10 se retire, il en résulte que la pression qu’il exerçait sur l’organe de fermeture 103 va se réduire jusqu’à terme s’annuler lorsque le corps 10 n’est plus en contact avec l’organe de fermeture 103 : concomitamment l’attraction entre les aimants 106 de deux portions d’attache 105a, 105b à attacher va augmenter jusqu’à mise en contact de ces portions d’attache 105a, 105b d’où il résultera que la première configuration est obtenue. De préférence, chaque portion d’attache 105a, 105b est associée à deux aimants 106.

[0025] Les aimants 106 peuvent être des aimants permanents. Préférentiellement, les aimants 106 sont des aimants au néodyme, de tels aimants présentent l’avantage de présenter des caractéristiques d’attraction magnétiques adaptées à l’application tout en limitant leur taille/poids, il est ainsi possible de les placer localement au niveau des portions d’attache pour conserver la souplesse recherchée des parties de l’organe de fermeture 103. [0026] Alternativement, les aimants 106 peuvent être remplacés par un système d’attache à crochets et boucles, aussi appelé « scratch » dans le langage familier, permettant d’obtenir une liaison amovible entre deux portions d’attache 105a, 105b à attacher entre elles. De manière générale, tout système d’attache permettant d’attacher les portions d’attache deux à deux dans la première configuration peut être utilisé.

[0027] De préférence, lorsque deux parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 adjacentes sont attachées entre elles par deux portions d’attache 105a, 105b, ces portions d’attache 105a, 105b attachées se superposent notamment selon une direction orthogonale au plan de l’ouverture 102 (représenté par le plan P1 en figure 3, ce plan P1 étant perpendiculaire au plan de la figure 3). Dans le cadre de l’utilisation du dispositif de fermeture 100, notamment au sein d’un contenant 1000 pour poudre, ceci permet de créer un chemin difficile à parcourir pour la poudre présente dans le contenant 1000, et d’ainsi limiter la quantité de poudre pouvant s’échapper du contenant 1000 lorsque le dispositif de fermeture 100 du contenant 1000 est dans sa première configuration.

[0028] Dans le but d’améliorer la fermeture de l’ouverture 102, et notamment de limiter la quantité de poudre pouvant s’échapper du contenant 1000 lorsque le dispositif de fermeture 100 du contenant 1000 est en première configuration, les parties de l’organe de fermeture 103 peuvent être partiellement enchevêtrées deux à deux. Autrement dit, dans la première configuration, des couples de parties de l’organe de fermeture 103 adjacentes et enchevêtrées sont formés, et pour tout couple de parties adjacentes et enchevêtrées, chacune des parties dudit couple comporte une portion d’enchevêtrement 107a, 107b, et lesdites portion d’enchevêtrement 107a, 107b des parties dudit couple sont enchevêtrées (figure 1 ). Selon une autre formulation, chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 comporte deux portions d’enchevêtrement 107a, 107b, et, dans la première configuration, chaque portion d’enchevêtrement 107a, 107b de ladite partie de l’organe de fermeture 103 s’enchevêtre avec une des portions d’enchevêtrement d’une des parties de l’organe de fermeture 103 adjacente à ladite partie de l’organe de fermeture 103 (figures 1 et 5). Autrement dit, dans la première configuration, pour chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103, l’une des portions d’enchevêtrement 107a de ladite partie de l’organe de fermeture 103 s’enchevêtre avec une des portions d’enchevêtrement d’une autre des parties de l’organe de fermeture 103 adjacente à ladite partie de l’organe de fermeture 103, et l’autre des portions d’enchevêtrement 107a de ladite partie de l’organe de fermeture 103 s’enchevêtre avec une des portions d’enchevêtrement d’encore une autre des parties de l’organe de fermeture 103 adjacente à ladite partie de l’organe de fermeture 103. Notamment, dans la première configuration, chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 est enchevêtrée avec deux autres parties de l’organe de fermeture 103 par ses portions d’enchevêtrement 107a, 107b chacune enchevêtrée à l’une des portions d’enchevêtrement de l’une des deux autres parties de l’organe de fermeture 103, ceci permettant d’améliorer la fermeture de l’ouverture 102 en première configuration. L’enchevêtrement proposé tend à former une barrière au passage de la poudre. Sur les figures 1 et 5, les portions d’enchevêtrement 107a, 107b sont représentées chacune par la répétition d’un motif, par exemple triangulaire, les parties en pointillé de ces motifs (figure 1 ) correspondent à des zones non visibles directement des portions d’enchevêtrement car recouvertes. Selon une autre formulation les portions d’enchevêtrement sont chacune formées en dents-de scies. En alternative, le sommet des dents peut être tronqué, on dit alors que le motif adopte la forme d’un trapèze dont la petite base délimite localement une fraction de la périphérie de la partie 103a, 103b, 103c, 103d concernée de l’organe de fermeture 103. L’avantage d’un motif en forme de trapèze est, d’une part, esthétique, et, d’autre part, technique car il permet de limiter la superposition des parties 103a, 103b, 103c, 103d au niveau des portions d’enchevêtrement 107a, 107b pour faciliter le passage de la deuxième configuration à la première configuration du dispositif de fermeture 100. Alternativement, les portions d’enchevêtrement 107a, 107b peuvent être formées chacune par des portions de fils ou de fibres aptes à s’enchevêtrer : les portions de fils, ou fibres, sont libres de mouvement selon leur longueur, et sont non tissées entre elles.

[0029] En particulier, chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 comporte un côté 108 monté à la pièce 101 (figures 3, 4 et 5) et deux bords 109a, 109b, aussi appelés bords latéraux. Les deux bords latéraux 109a, 109b de chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d convergent l’un en direction de l’autre en s’éloignant du côté 108 de ladite partie 103a, 103b, 103c, 103d monté à la pièce 101. Notamment, les deux bords latéraux 109a, 109b d’une même partie 103a, 103b, 103c, 103d convergent l’un vers l’autre en direction du centre de l’ouverture 102 dans la première configuration. Cette forme particulière des parties 103a, 103b, 103c, 103d est tout particulièrement adaptée pour fermer une ouverture 102, notamment une ouverture 102 circulaire. Par ailleurs, elle présente l’avantage de faciliter la fabrication des parties 103a, 103b, 103c, 103d ainsi que leur intégration au dispositif de fermeture 100. De préférence, dans la présente description, deux parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 sont dites adjacentes dans la première configuration lorsque l’un des bords latéraux de l’une des deux parties adjacentes est en contact avec l’un des bords latéraux de l’autre des deux parties adjacentes.

[0030] Le cas échéant, une partie seulement de chaque bord latéral 109a, 109b, proximale du centre de l’ouverture 102 dans la première configuration, forme une portion d’attache 105a, 105b correspondante : ceci permet d’obtenir une fermeture automatique efficiente de l’organe de fermeture 103.

[0031] De préférence, et comme illustré en figure 5, ceci étant notamment valable pour chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103, chaque bord latéral 109a, 109b comporte une des portions d’enchevêtrement 107a, 107b et une des portions d’attache 105a, 105b, la portion d’enchevêtrement 107a, 107b dudit bord latéral 109a, 109b étant intercalée entre la portion d’attache 105a, 105b dudit bord latéral 109a, 109b et le côté 108 de la partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 comportant ledit bord latéral 109a, 109b. Plus particulièrement, pour chaque bord latéral 109a, 109b, la portion d’enchevêtrement 107a, 107b dudit bord latéral 109a, 109b relie directement la portion d’attache 105a, 105b dudit bord latéral 109a, 109b au côté 108 de la partie 103a, 103b, 103c, 103d comportant ledit bord latéral 109a, 109b. Ainsi, depuis l’intersection du côté 108 avec le bord latéral 109b, ce bord latéral 109b comporte successivement la portion d’enchevêtrement 107b, puis la portion d’attache 105b. Par ailleurs, depuis l’intersection du côté 108 avec le bord latéral 109a, ce bord latéral 109a comporte successivement la portion d’enchevêtrement 107a, puis la portion d’attache 105a. Ceci présente l’avantage de ne pas avoir à attacher deux bords latéraux adjacents sur toute leur longueur de sorte à limiter la superposition à attacher desdits deux bords latéraux pour faciliter la fermeture de l’ouverture 102 par l’organe de fermeture 103, tout en permettant de limiter la diffusion de poudre au travers de l’organe de fermeture 103 grâce à l’enchevêtrement des portions d’enchevêtrement 107a, 107b. Par ailleurs, ceci permet aussi de limiter les efforts à appliquer aux parties 103a, 103b, 103c, 103d lors du passage de la première configuration à la deuxième configuration.

[0032] Selon une réalisation, les parties 103a, 103b, 103c, 103d sont conformées de sorte à se recouvrir localement uniquement deux à deux dans la première configuration : il ne peut pas y avoir localement une superposition de plus de deux parties 103a, 103b, 103c, 103d. Ceci permet d’éviter d’entraver le retour à la première configuration depuis la deuxième configuration. Pour mettre en œuvre cela, les bords latéraux 109a, 109b de chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d ne se rejoignent pas directement : au contraire, ils sont reliés par une extrémité 110 (figure 5) de ladite partie 103a, 103b, 103c, 103d, cette extrémité 110 étant opposée au côté 108 de ladite partie 103a, 103b, 103c, 103d. Cette extrémité 110 confère un aspect tronqué à la partie 103a, 103b, 103c, 103d correspondante.

[0033] De préférence, dans la première configuration, l’organe de fermeture 103 forme un opercule, ou adopte plus spécifiquement la forme d’un disque : les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 sont réunies de sorte que l’organe de fermeture 103 adopte cette forme de disque. Ceci permet une fermeture adéquate de l’ouverture 102. Dans ce cas, les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 adoptent alors préférentiellement chacune une forme générale de secteur angulaire se superposant deux à deux avec attache, et s’enchevêtrant deux à deux, dans la première configuration.

[0034] La pièce 101 est préférentiellement rigide, elle permet ainsi de former un support adéquat pour les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103, elle permet par ailleurs de rigidifier le dispositif de fermeture 100 au niveau de l’ouverture 102 pour obtenir une ouverture 102 adéquate. Par « rigide », on entend notamment que cette pièce 101 reste de forme inchangée lors du passage de la première configuration à la deuxième configuration et inversement : en condition normale d’utilisation du dispositif de fermeture 100 (par exemple lors de la grimpe du grimpeur et de la coopération de sa main avec l’organe de fermeture 103 pour passer de la première configuration à la deuxième configuration du dispositif de fermeture 100), la pièce 101 ne change pas de forme. L’avantage lié à la rigidité de la pièce 101 est d’assurer que l’organe de fermeture 103 adopte la même forme générale à chaque fois que le dispositif de fermeture 100 est dans sa première configuration. La pièce 101 est préférentiellement en matière plastique pour assurer la rigidité recherchée, par exemple cette matière plastique est du polycarbonate.

[0035] La pièce 101 est préférentiellement un anneau dont un espace interne délimite l’ouverture 102, cette forme d’anneau est tout particulièrement adaptée à la forme de disque de l’organe de fermeture 103 évoquée ci-dessus. L’anneau est préférentiellement de forme circulaire, bien que d’autres formes puissent être envisagées comme par exemple une forme carrée, ovale, rectangulaire en fonction des besoins. La forme circulaire est particulièrement adaptée aux formes usuelles de sac à magnésie. En cas de forme circulaire de l’anneau, il présente préférentiellement un diamètre externe et un diamètre interne. Le diamètre interne de l’anneau donne la dimension de l’ouverture 102. Dans le cadre d’un sac à magnésie pour activité d’escalade, le diamètre interne de l’anneau, notamment de forme circulaire, peut être compris entre 8cm et 14cm, et le diamètre externe de l’anneau peut être compris entre 8,5cm et 14,5cm, bien entendu ces diamètres peuvent être adaptés en fonction de la destination d’utilisation du sac à magnésie, par exemple, lors d’une grimpe sur une voie d’escalade nécessitant un assurage du grimpeur ou en activité d’escalade de bloc les dimensions ne sont pas forcément les mêmes, par exemple pour une raison de poids recherché à limiter en voie d’escalade.

[0036] Il a été évoqué précédemment un passage automatique à la première configuration, notamment lorsque la ou les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 ne sont plus contraintes par le corps 10. Le cas échéant, cette fonction de passage automatique peut au moins en partie être mise en œuvre par l’utilisation des aimants 106. Selon une réalisation particulière, pouvant être prise en combinaison ou non avec les aimants 106, le dispositif de fermeture 103 peut comporter un organe de rappel 111 (figures 2, 3, 4) agencé de sorte à coopérer avec l’organe de fermeture 103 de telle sorte que ledit organe de rappel 111 participe au passage automatique à la première configuration, notamment en exerçant un effort de rappel sur chaque partie de l’organe de fermeture 103 ayant changé d’état pour permettre d’obtenir la deuxième configuration. Le ou les efforts de rappel sont notamment appliqués lorsque le passage 104 est traversé par le corps 10. En particulier, dans la deuxième configuration, au moins une, de préférence chacune, des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 est en appui contre l’organe de rappel 111 qui exerce un effort de rappel sur ces parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 en appui contre l’organe de rappel 111 , notamment pour favoriser le (c’est-à-dire participer au) passage automatique à la première configuration, en particulier lors du retrait du corps 10 par rapport à l’organe de fermeture 103. Autrement dit, dans la deuxième configuration, l’organe de rappel 111 , notamment déformé par le ou les appuis de la, ou des, parties de l’organe de fermeture 103 sur cet organe de rappel 111 , sollicite constamment l’organe de fermeture 103 pour tendre à replacer les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 dans l’état qu’elles occupent dans la première configuration. L’organe de rappel 111 peut être une rondelle élastique, cette rondelle élastique étant trouée notamment en son centre pour laisser passer le corps 10. Cette rondelle élastique est notamment montée à la pièce 101 , de préférence au contact de l’organe de fermeture 103. Ainsi, on comprend que la rondelle élastique est configurée pour se déformer lors du passage de la première configuration (figures 1 et 3) à la deuxième configuration (figures 2 et 4), notamment les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 viennent appuyer sur la rondelle élastique lors du passage de la première configuration à la deuxième configuration. Par ailleurs, la rondelle élastique est configurée pour revenir à sa forme initiale tout en sollicitant les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 en vue de les placer dans la position/l’état qu’elles occupent dans la première configuration. Lorsque la rondelle élastique est combinée avec les aimants 106, cela permet d’améliorer le passage automatique à la première configuration lorsque le corps 10 est retiré du travers de l’organe de fermeture 103.

[0037] La rondelle élastique peut être en un matériau textile élastique, elle peut comporter, ou être constituée par, de l’élasthanne. La rondelle élastique peut présenter un diamètre externe et un diamètre interne. Le diamètre interne de la rondelle élastique correspond au diamètre du trou de la rondelle. En particulier, le diamètre interne est choisi de sorte à laisser passer le corps 10 au travers de la rondelle, ainsi le diamètre interne peut, le cas échéant, laisser passer la main du grimpeur. Pour permettre le passage de la main du grimpeur, le diamètre interne de la rondelle élastique peut être compris entre 4cm et 8cm. Le diamètre externe de la rondelle élastique peut être compris entre 8,5cm et 14,5cm, et peut notamment être égal à 12cm (notamment, le diamètre externe de la rondelle élastique est égal au diamètre externe de l’anneau pour permettre le montage de la rondelle élastique à l’anneau) : ces valeurs étant tout particulièrement adaptées à la pratique de l’escalade pour un contenant devant être porté par le grimpeur, et pour lequel on cherche à limiter la diffusion de magnésie hors du contenant par formation d’un goulot d’étranglement autour du poignet du grimpeur.

[0038] La rondelle élastique peut être telle qu’elle est (ou plus particulièrement que sa matière élastique est), dans la première configuration, en regard de (et notamment en contact avec) chacune des portions d’enchevêtrement 107a, 107b : la rondelle élastique participe ainsi à limiter la diffusion de poudre hors du contenant 1000. Par exemple, si le contenant 1000 comporte une partie 1004 (figures 3 et 4), notamment souple et par exemple en tissu, dans laquelle est stockée la poudre, un appui sur cette partie 1004 peut propulser de la poudre en direction de l’organe de fermeture 103 qui pourrait s’échapper de manière privilégiée par des interstices entre deux portions d’enchevêtrement 107a, 107b enchevêtrées. Dès lors, la présence de la rondelle élastique 111 entre le fond 1002 du contenant 1000 et les portions d’enchevêtrement 107a, 107b permet, lorsque l’espace interne 1001 du contenant 1000 est comprimé, de plaquer la rondelle élastique 111 contre les portions d’enchevêtrement 107a, 107b des parties 103a, 103b, 103c, 103 de l’organe de fermeture 103 : il en résulte une limitation de la diffusion de poudre hors du contenant 1000. Par ailleurs, pour faciliter le passage de la première configuration à la deuxième configuration, les portions d’attache 105a, 105b sont, dans la première configuration, préférentiellement en regard du trou de la rondelle élastique, et notamment à distance de la matière élastique de la rondelle. Ainsi, dans la deuxième configuration, au moins une, et de préférence plusieurs ou toutes les, portions d’attache 105a, 105b traversent le trou de la rondelle élastique.

[0039] Il a été évoqué ci-avant que les parties de l’organe de fermeture 103 sont solidaires de la pièce 101. Notamment la pièce 101 forme un support pour les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 qui y sont montées. Il existe donc une problématique à résoudre pour faciliter ce montage, et de préférence tout en limitant le poids du dispositif de fermeture 100. Pour répondre à cette problématique, la pièce 101 est un anneau, par exemple tel que décrit précédemment. L’anneau comporte deux parties annulaires 101 a, 101 b (visibles notamment en figures 1 à 4) assemblées de telle sorte à assurer la fixation des parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 audit anneau. Par ailleurs, le cas échéant, les deux parties annulaires 101 a, 101 b de l’anneau permettent aussi le montage de l’organe de rappel 111. Ces deux parties annulaires 101 a, 101 b de l’anneau viennent s’imbriquer l’une dans l’autre par l’intermédiaire d’organes d’attache 112 (figures 3 et 4) aussi appelée saillies. Chaque organe d’attache peut être un crochet. Chaque organe d’attache 112 appartient à l’une des deux parties annulaires 101 a, 101 b de l’anneau et vient s’insérer dans un trou de l’autre des deux parties annulaires 101 a, 101 b de l’anneau. Par ailleurs, chaque organe d’attache 112 passe aussi par un trou débouchant 113 (figure 5) correspondant d’une des parties 103a, 103b, 103c, 103d correspondante de l’organe de fermeture 103, et le cas échéant par un trou débouchant correspondant de la rondelle élastique. Notamment, chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 comporte deux trous 113 chacun traversé par un organe d’attache 112 correspondant. Ainsi, les organes d’attache 112 participent au montage de l’organe de fermeture 103 à la pièce 101 , et le cas échéant participent au montage de la rondelle élastique à la pièce 101. En figure 3, la partie annulaire 101 b forme une partie annulaire mâle comportant les organes d’attache 112 pénétrant dans la partie annulaire 101 a qui forme une partie annulaire femelle.

[0040] Le dispositif de fermeture 100 est destiné à être intégré à un contenant 1000. En ce sens, il existe un besoin de trouver une solution pour faciliter son montage à la partie 1004 (visible en figures 3 et 4) du contenant 1000 permettant de délimiter au moins en partie l’espace interne 1001. Cette partie 1004 forme notamment une poche. Pour répondre à ce besoin, le dispositif de fermeture 100 comporte un support 114 (figures 1 à 4), notamment un support textile. Ce support 114 forme une gaine, ou un manchon, fixé à la pièce 101. Par ailleurs, ce support 114 est destiné à être fixé, par exemple par couture, à la partie 1004 du contenant 1000. Sur les figures 3 et 4, le support 114 peut, par exemple, être cousu ou collé à la partie 1004 du contenant 1000. Sur les figures 1 et 2, seule une portion du support 114 est représentée pour permettre de visualiser les autres éléments du dispositif de fermeture 100, ainsi le support 114 se prolonge tout autour de la pièce 101. Le support 114 peut être découpé et percé de telle manière à ce que, une fois cousu au reste du contenant, il forme un rebord rigide de fixation de la pièce 101.

[0041] La figure 6 est une vue éclatée du dispositif de fermeture 100 selon sa réalisation comportant l’anneau en deux parties annulaires 101 a, 101 b, le support 114, la rondelle élastique formant l’organe de rappel 111 , les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103. Ainsi, en figure 6, en partant de la partie annulaire 101 b de la pièce 101 , on retrouve l’empilement successif des éléments suivants permettant d’obtenir ce qui est représenté en figure 1 : le support 114 venant notamment en contact avec la partie annulaire 101 b et présentant des trous

115 traversés par les organes d’attache 112 de la partie annulaire 101 b, la rondelle élastique venant notamment en contact avec le support 114 et présentant des trous

116 traversés par les organes d’attache 112 de la partie annulaire 101 b, les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 venant notamment en contact avec la rondelle élastique et présentant des trous 113 traversés par les organes d’attache 112 de la partie annulaire 101 b, la partie annulaire 101 a en contact avec les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103.

[0042] Il est à présent décrit une utilisation particulière d’un sac à magnésie. Dans un état initial (première configuration), le sac à magnésie est fermé, les quatre parties 103a, 103b, 103c, 103d sont maintenues en contact, notamment deux à deux, pour fermer l’ouverture 102 grâce à la force magnétique d’aimants. Lorsque la main du grimpeur arrive à l’entrée du sac, elle vient exercer une force orientée vers le fond du sac, strictement supérieure à la force d’attraction des aimants pour entraîner la séparation des quatre parties 103a, 103b, 103c, 103d par déformation de ces dernières vers le fond du sac. Une fois la main du grimpeur dans le sac à magnésie, cette main vient brasser la magnésie, la rendant volatile, cependant, la rondelle élastique resserrée autour du poignet du grimpeur limite la diffusion de la magnésie hors du sac à magnésie. Enfin, lorsque le grimpeur retire sa main du sac à magnésie, cela permet aux aimants de coopérer pour entraîner, puis maintenir, la fermeture de l’ouverture 102 par l’organe de fermeture 103.

[0043] Selon une variante par exemple telle qu’illustrée en figure 7, pour chaque partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103, chaque portion d’attache 105a, 105b de ladite partie 103a, 103b, 103c, 103d forme un rebord formant un angle avec une portion principale 117 de ladite partie 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103. Les aimants 106, représentés par des rectangles en pointillé sont associés à ce rebord, notamment sont logés dans ce rebord. Ainsi, on comprend que dans la première configuration, il est formé des couples de rebords en contact, et préférentiellement attachés à l’aide des aimants 106. Cette variante peut être combinée à tout ce qui a été décrit précédemment, la seule différence étant la présence de ces rebords en tant que portions d’attache. [0044] Selon une réalisation particulière, l’anneau est tel que l’ouverture 102 est incluse dans un espace délimité par ledit anneau, et dans la première configuration les parties 103a, 103b, 103c, 103d de l’organe de fermeture 103 ferment l’ouverture 102 dans cet espace. Ceci présente l’avantage de limiter les dimensions de l’organe de fermeture 103 par rapport au reste du contenant 1000 de sorte à optimiser le volume de l’espace interne 1001 du contenant 1000.

[0045] Lorsque le contenant 1000 est un sac à magnésie, il comporte préférentiellement un système d’attache 118 permettant de le solidariser au grimpeur, par exemple en l’attachant à sa taille ou à son baudrier. Le système d’attache 118 peut comporter une cordelette ou une sangle représentée de manière tronquée en figures 3 et 4.

[0046] Le contenant 1000 peut aussi être installé au sol dans une salle d’escalade pour permettre aux grimpeurs de l’utiliser avant de grimper. Dans ce cas, le contenant 1000 peut comporter un ou plusieurs dispositifs de fermeture 100 tels que décrits.

[0047] Tout tissu évoqué dans la présente description est notamment tel qu’il tend à empêcher le passage de la poudre de magnésie, son maillage est donc adapté en fonction de la taille des particules de la poudre de magnésie pour assurer cette fonction limitant le passage de la poudre au travers du tissu.

[0048] Le dispositif de fermeture 100 et le contenant 1000 correspondant peuvent être facilement fabriqués. L’utilisation du dispositif de fermeture 100 et du contenant 1000 tels que décrits est tout particulièrement adapté au domaine de l’escalade. De manière générale, le dispositif de fermeture 100 peut aussi être utilisé dans le domaine de la mode, de l’industrie, du milieu médical, de la mécanique, où le passage d’un corps au travers d’un organe de fermeture est requis. Un avantage additionnel du dispositif de fermeture 100 est qu’il ne requiert pas d’assistance motorisée ou de système électronique pour se fermer ou s’ouvrir.

[0049] Dans le cadre d’une activité d’escalade, la présente invention permet une amélioration significative de la propreté des sacs à magnésie, contribuant ainsi au bien être des grimpeurs, ainsi qu’à l’amélioration de la propreté des salles d’escalade ou des différents milieux naturels où les sacs à magnésie sont susceptibles d’être utilisés.

[0050] Dans le cadre d’une activité d’escalade, le contenant formant un sac à magnésie peut adopter des dimensions telles qu’il est inclus dans un cylindre de hauteur comprise entre 15cm et 30cm et de diamètre compris entre 8cm et 25cm. Ainsi, l’homme du métier est à même d’adapter les dimensions du sac, notamment celles que décrites précédemment pour faire tenir ce sac dans le volume du cylindre évoqué.