Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
COMBINED REVERSIBLE DISENGAGEMENT AND OPENING SYSTEM
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2017/220877
Kind Code:
A1
Abstract:
The description relates in particular to a system for disengaging a shutter of a motor vehicle front end blanking panel, the disengagement system comprising a set of three gear wheels (120, 130, 140) with axes (121, 131, 141) parallel to one another, a first gear wheel (120) being designed so that its rotation about its axis (121) is determined by an actuator (122) of the front face blanking panel, a third gear wheel (140) being designed to open a shutter (142) in the blanking panel when it rotates about its axis (141) in one direction, and to close the said shutter (142) in the blanking panel when it rotates about its axis (141) in the other direction, a second gear wheel (130) being designed to be able to mesh simultaneously in the first (120) and in the third (140) gear wheels so as to allow the first gear wheel (120) to drive the third gear wheel (140), the disengagement system comprising a first connecting rod (150) pivot mounted on the axis (131) of the second gear wheel (130), said first connecting rod (150) allowing the axis (131) of the second gear wheel (130) to be moved away from that of at least one out of the first (120) and third (140) gear wheels so as to disengage the driving of the third gear wheel (140) by the first gear wheel (120).

Inventors:
MITIDIERI, Enzo (ZA l'Agiot8 rue Louis Lormand, CS 80517 La Verrière LE MESNIL SAINT DENIS CEDEX, 78322, FR)
HERLEM, Jean-Paul (ZA l'Agiot8 rue Louis Lorman, CS 80517 La Verrière LE MESNIL SAINT DENIS CEDEX, 78322, FR)
Application Number:
FR2017/051304
Publication Date:
December 28, 2017
Filing Date:
May 24, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VALEO SYSTEMES THERMIQUES (8 rue Louis Lormand, La Verrière, LE MESNIL SAINT DENIS, 78320, FR)
International Classes:
B60K11/08
Domestic Patent References:
WO2012067502A12012-05-24
WO2014163488A12014-10-09
Foreign References:
DE102014015070A12015-07-09
DE102011007524A12012-10-18
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
TRAN, Chi-Hai (VALEO SYSTEMES THERMIQUES, Propriété IndustrielleZA L'Agiot,8 rue Louis Lormand, CS 80517 La Verrière LE MESNIL SAINT-DENIS CEDEX, 78322, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Système de débrayage de volet d'obturateur de face avant de véhicule automobile, le système de débrayage comprenant un ensemble de trois roues dentées (120, 130, 140) d'axes (121 , 131 ,141 ) parallèles les uns aux autres, une première roue dentée (120) étant agencée pour que sa rotation autour de son axe (121 ) soit déterminée par un actionneur (122) de l'obturateur de face avant, une troisième roue dentée (140) étant agencée pour ouvrir un volet (142) de l'obturateur lorsqu'elle tourne autour de son axe (141 ) dans un sens, et pour fermer ledit volet (142) de l'obturateur lorsqu'elle tourne autour de son axe (141 ) dans l'autre sens, une deuxième roue dentée (130) étant agencée pour pouvoir s'engrener simultanément dans la première (120) et dans la troisième (140) roues dentées de manière à permettre à la première roue dentée (120) d'entraîner la troisième roue dentée (140), le système de débrayage comprenant une première bielle (150) montée en liaison pivot sur l'axe (131 ) de la deuxième roue dentée (130), ladite première bielle (150) permettant d'éloigner l'axe (131 ) de la deuxième roue dentée (130) de celui d'au mois l'une des première (120) et troisième (140) roues dentées afin de débrayer l'entraînement de la troisième roue dentée (140) par la première roue dentée (120).

2. Système de débrayage selon la revendication 1 , dans lequel les trois roues dentées (120, 130, 140) ont un diamètre égal.

3. Système de débrayage selon la revendication 1 ou 2, dans lequel, l'actionneur (122) comprenant un moteur électrique muni d'un axe de rotation, la première roue dentée (120) est montée sur cet axe de rotation

4. Système de débrayage selon l'une des revendications précédentes, dans lequel, le volet (142) comprenant un axe de rotation (141 ), la troisième roue dentée (140) est montée sur cet axe de rotation.

5. Système de débrayage selon l'une des revendications précédentes, dans lequel la distance entre l'axe (121 ) de la première roue dentée (120) et l'axe (141 ) de la troisième roue dentée (140) est constante.

6. Système de débrayage selon la revendication 5, dans lequel ladite distance, constante, entre l'axe (121 ) de la première roue dentée (120) et l'axe (141 ) de la troisième roue dentée (140), est inférieure ou égale à la somme des rayons de la première (120) et de la troisième (140) roues dentées et du diamètre de la deuxième roue dentée (130).

7. Système de débrayage selon l'une des revendications précédentes, dans lequel la première bielle (150) est montée en liaison pivot sur l'axe (121 ) de la première roue dentée (120).

8. Système de débrayage selon la revendication 7, dans lequel la première bielle (150) comprend un bras (153) non parallèle à la direction formée par les axes (121 , 131 ) des première (120) et deuxième (130) roues dentées.

9. Système de débrayage selon l'une des revendications précédentes, comprenant une deuxième bielle (160) dont une extrémité est logée dans une lumière longitudinale (143) disposée dans la troisième roue dentée (140), la longueur de la lumière longitudinale (143) correspondant à l'amplitude du mouvement de rotation de la troisième roue dentée (140) nécessaire pour passer le volet (142) de sa position fermée à sa position ouverte.

10. Système de débrayage selon la revendication 9, dans lequel la deuxième bielle (160) est montée en liaison pivot (152) sur la première bielle (150).

1 1 . Système de débrayage selon la revendication 10 lorsqu'elle dépend de la revendication 8, la liaison pivot (152) de la deuxième bielle (160) sur la première bielle (150) étant placée sur un axe (152) non aligné avec les axes (121 , 131 ) des première (120) et deuxième (130) roues dentées, situé sur ledit bras (153).

12. Système de débrayage selon l'une des revendications précédentes, comprenant un ressort bistable (170) dont une extrémité (171 ) est montée sur une liaison pivot fixe et dont une autre extrémité (172) est montée en liaison pivot (172) sur la première bielle (150).

13. Système de débrayage selon l'une des revendications précédentes, dans lequel la première bielle (150) est agencée pour être fixée par liaison pivot (151 ) à un système mécanique changeant d'état de façon réversible en fonction de sa température, ledit système mécanique étant agencé pour être placé en contact avec un environnement (21 1 ) dont la température est représentative de la température d'un moteur thermique d'un véhicule automobile, ledit système mécanique étant agencé pour commander (205) un débrayage du volet lorsqu'il change d'état en raison d'une élévation de la température de l'environnement, et pour commander un embrayage du volet lorsqu'il change d'état en raison d'une baisse de la température de l'environnement.

14. Obturateur de face avant de véhicule automobile (415) comprenant un système de débrayage selon l'une des revendications précédentes et au moins un volet (142) coopérant avec ledit système de débrayage.

Description:
SYSTÈME DE DÉBRAYAGE ET D'OUVERTURE RÉVERSIBLE

COMBINÉS

La description concerne notamment le domaine des dispositifs d'obturation pour faces avant de véhicules automobiles, également appelés obturateurs actifs de calandres, ou encore dispositifs de contrôle d'entrées d'air. Un tel dispositif est parfois désigné par l'acronyme AGS, provenant de l'expression de langue anglaise "Active Grille Shutter" (obturateur actif de calandre).

L'aérodynamisme d'un véhicule automobile est une caractéristique importante car il influence notamment la consommation de carburant (et donc la pollution) ainsi que les performances dudit véhicule. Ceci est particulièrement important lorsque le véhicule automobile se déplace à haute vitesse.

Un dispositif d'obturation pour face avant permet d'ouvrir ou de fermer l'accès de l'air via une calandre de véhicule automobile. En position ouverte, l'air peut circuler à travers la calandre et participer au refroidissement du moteur du véhicule automobile. En position fermée, l'air ne pénètre pas via la calandre ce qui réduit la traînée et permet ainsi de réduire la consommation de carburant et l'émission de C02. L'AGS permet donc de réduire la consommation d'énergie et la pollution lorsque le moteur n'a pas besoin d'être refroidi par l'air extérieur.

Les faces avant des véhicules automobiles sont généralement composées de deux entrées d'air principales dites voie haute et voie basse. Ces deux voies sont généralement séparées par une poutre pour la protection contre les chocs (poutre de pare-chocs).

Les échangeurs de chaleur du véhicule automobile sont généralement disposés derrière cette poutre.

Un dispositif d'obturation pour face avant comprend habituellement des volets pilotés par un actionneur en face avant afin de réduire le coefficient de traînée et aussi d'améliorer les performances de refroidissement et de climatisation. Ces volets sont habituellement plans, et sont généralement orientés verticalement (dans un référentiel du véhicule automobile dans lequel ils sont montés) en position fermée et horizontalement (dans ce même référentiel) en position ouverte. Ces volets, pivotants, peuvent se déplacer entre la position ouverte, dans laquelle le plan que constitue chaque volet est parallèle au flux d'air entrant dans le véhicule automobile et la position fermée, dans laquelle le plan que constitue chaque volet est perpendiculaire au flux d'air. Ainsi, par temps froid, on peut fermer les volets ce qui permet de chauffer plus vite le moteur ainsi que l'habitacle, puis ouvrir ces volets en fonction des besoins de refroidissement du moteur et ou de l'habitacle.

Il arrive qu'une panne affecte l'ouverture des volets. Dans ce cas, il existe un risque que les volets soient restés en position fermée lors de la panne, et que le moteur thermique ne soit alors plus refroidi, ce qui peut conduire à l'endommager voire à le détruire. Pour y remédier, il est connu de déconnecter les volets de l'actionneur par une opération de débrayage des volets. Mais la simplicité et la fiabilité des systèmes de débrayage connus ne sont pas optimaux.

L'invention vise à améliorer la situation.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage de volet d'obturateur de face avant de véhicule automobile, le système de débrayage comprenant un ensemble de trois roues dentées d'axes parallèles les uns aux autres, une première roue dentée étant agencée pour que sa rotation autour de son axe soit déterminée par un actionneur de l'obturateur de face avant, une troisième roue dentée étant agencée pour ouvrir un volet de l'obturateur lorsqu'elle tourne autour de son axe dans un sens, et pour fermer ledit volet de l'obturateur lorsqu'elle tourne autour de son axe dans l'autre sens, une deuxième roue dentée étant agencée pour pouvoir s'engrener simultanément dans la première et dans la troisième roues dentées de manière à permettre à la première roue dentée d'entraîner la troisième roue dentée; le système de débrayage comprenant une première bielle montée en liaison pivot sur l'axe de la deuxième roue dentée, ladite première bielle permettant d'éloigner l'axe de la deuxième roue dentée de celui d'au mois l'une des première et troisième roues dentées afin de débrayer l'entraînement de la troisième roue dentée par la première roue dentée.

Ce système de débrayage est avantageux notamment par sa simplicité et sa fiabilité. Il permet de surcroît des extensions avantageuses telles qu'une ouverture automatique du volet lors d'un débrayage, comme il sera exposé ci-après.

Le dispositif d'obturation selon l'invention peut comporter une ou plusieurs des caractéristiques suivantes prises seules ou en combinaison.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel les trois roues dentées ont un diamètre égal.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel, l'actionneur comprenant un moteur électrique muni d'un axe de rotation, la première roue dentée est montée sur cet axe de rotation.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel, le volet comprenant un axe de rotation, la troisième roue dentée est montée sur cet axe de rotation.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel la distance entre l'axe de la première roue dentée et l'axe de la troisième roue dentée est constante.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel ladite distance, constante, entre l'axe de la première roue dentée et l'axe de la troisième roue dentée, est inférieure ou égale à la somme des rayons de la première et de la troisième roues dentées et du diamètre de la deuxième roue dentée.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel la première bielle est montée en liaison pivot sur l'axe de la première roue dentée.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel la première bielle comprend un bras non parallèle à la direction formée par les axes des première et deuxième roues dentées.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage comprenant une deuxième bielle dont une extrémité est logée dans une lumière longitudinale disposée dans la troisième roue dentée, la longueur de la lumière longitudinale correspondant à l'amplitude du mouvement de rotation de la troisième roue dentée nécessaire pour passer le volet de sa position fermée à sa position ouverte.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel la deuxième bielle est montée en liaison pivot sur la première bielle.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel la liaison pivot de la deuxième bielle sur la première bielle est placée sur un axe non aligné avec les axes des première et deuxième roues dentées, situé sur ledit bras.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage comprenant un ressort bistable dont une extrémité est montée sur une liaison pivot fixe et dont une autre extrémité est montée en liaison pivot sur la première bielle.

L'invention se rapporte notamment à un système de débrayage dans lequel la première bielle est agencée pour être fixée par liaison pivot à un système mécanique changeant d'état de façon réversible en fonction de sa température, ledit système mécanique étant agencé pour être placé en contact avec un environnement dont la température est représentative de la température d'un moteur thermique d'un véhicule automobile, ledit système mécanique étant agencé pour commander un débrayage du volet lorsqu'il change d'état en raison d'une élévation de la température de l'environnement, et pour commander un embrayage du volet lorsqu'il change d'état en raison d'une baisse de la température de l'environnement.

L'invention se rapporte notamment à un obturateur de face avant de véhicule automobile comprenant un système de débrayage selon un mode de réalisation de l'invention et au moins un volet coopérant avec ledit système de débrayage.

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront à la lecture de la description qui va suivre. Celle-ci est purement illustrative et doit être lue en regard des dessins annexés sur lesquels :

- la figure 1 A illustre un système de débrayage selon un mode de réalisation de l'invention, en position débrayée, volet ouvert ;

- la figure 1 B illustre un système de débrayage de la figure 1 A, en position embrayée, volet fermé ;

- la figure 2 illustre un dispositif à bilame permettant de piloter l'embrayage et le débrayage d'un système de débrayage selon un mode de réalisation de l'invention ;

- les figures 3A et 3B illustrent dispositif à calorstat permettant de piloter l'embrayage et le débrayage d'un système de débrayage selon un mode de réalisation de l'invention, représenté dans deux configurations ; - la figure 4 illustre un système comprenant un système de débrayage selon un mode de réalisation de l'invention, un radiateur, et un obturateur de face avant de véhicule automobile.

Les réalisations suivantes sont des exemples. Bien que la description se réfère à un ou plusieurs modes de réalisation, ceci ne signifie pas nécessairement que chaque élément mentionné dans le cadre d'un mode de réalisation ne concerne que ce même mode de réalisation, ou que des caractéristiques de ce mode de réalisation s'appliquent seulement à ce mode de réalisation.

La figure 1 A illustre un système de débrayage selon un mode de réalisation possible, en position débrayée.

Le système de débrayage comprend une première roue dentée 120 d'axe 121 . Cette première roue dentée est entraînée par un actionneur 122, par exemple un moteur électrique dont l'axe de rotation est également l'axe 121 . Le système de débrayage comprend une deuxième roue dentée 130 d'axe 131 . Cette deuxième roue dentée est entraînée par la première roue dentée 120, avec laquelle elle s'engrène. Le système de débrayage comprend une troisième roue dentée 140 d'axe 141 . Cet axe 141 est également l'axe de rotation d'un volet 142. La rotation de la troisième roue dentée entraîne ainsi une rotation identique du volet 142, que le système peut ainsi ouvrir et fermer. La troisième roue dentée comporte une lumière 143, en forme de trou oblong incurvé. Lorsqu'elle est embrayée avec la troisième roue dentée 140, la deuxième roue dentée 130 permet à l'actionneur 122 de transmettre une consigne d'ouverture/fermeture du volet 142 de la première roue dentée 120 à la troisième roue dentée 140.

Le système de débrayage comprend une première bielle 150, montée en liaison pivot sur l'axe 121 de la première roue dentée 120, et montée également en liaison pivot sur l'axe 131 de la deuxième roue dentée 130. La première bielle comporte une liaison pivot 151 lui permettant de recevoir une consigne d'embrayage ou de débrayage sous forme d'une traction ou d'une poussée sur cette liaison pivot 151 . La première bielle 150 comporte également une autre liaison pivot 152 avec une deuxième bielle 160. La deuxième bielle est munie d'un pion 161 coulissant dans la lumière 143 de la troisième roue dentée 140.

Le système de débrayage comprend un ressort bistable 170, connecté par une liaison pivot 171 à un point fixe du système de débrayage, et par une liaison pivot 172 à la première bielle 150, permettant une bonne qualité de contact de la position fermée et de la position ouverte du volet avec des butées respectives, et empêchant notamment des vibrations parasites.

Le système de débrayage représenté sur la figure 1 A correspond à un système de débrayage venant de subir une poussée 180 sur sa première bielle 150 (au niveau de sa liaison pivot 151 ). A l'issue du débrayage, le volet 142 est ouvert, cependant, rien ne permet de dire quel était son état avant débrayage. Soit le volet était déjà ouvert, et la poussée 180 a eu pour double effet d'éloigner la deuxième roue dentée 130 de la troisième roue dentée 140 (pour la désolidariser et donc débrayer), et de faire coulisser le pion 161 dans la lumière 143, d'une extrémité à l'autre de cette lumière, sans déplacer le volet. Soit le volet était fermé, et la poussée 180 a eu pour double effet d'éloigner la deuxième roue dentée 130 de la troisième roue dentée 140 (pour la désolidariser et donc débrayer), et d'ouvrir le volet en exerçant une pression sur l'extrémité distale de la lumière 143 via le pion 161 , ce qui a pour effet une rotation de la troisième roue dentée et donc du volet.

En un seul mouvement, simple et fiable, on opère donc un débrayage et le cas échéant (si nécessaire, à savoir si le volet était partiellement ou entièrement fermé) une ouverture complète du volet, ce qui opère une mise en sécurité en cas de panne (le refroidissement du moteur thermique n'est pas ou plus altéré par une fermeture intempestive du volet). La figure 1 B illustre un système de débrayage selon un mode de réalisation de l'invention (identique à celui représenté sur la figure 1 A), mais cette fois-ci en position embrayée, volet fermé. Cette position embrayée résulte d'une traction 181 opérée sur la première bielle 150 (au niveau de la liaison pivot 151 ). Le volet pouvait être déjà fermé au moment où la traction 181 a commencé à être appliquée afin d'embrayer le volet. La traction 181 aurait pour seul effet, sur un volet ouvert, de faire coulisser le pion 161 de la deuxième bielle d'une extrémité à l'autre de la lumière 143, sans déplacer le volet. Cependant, il est également possible que le volet ait par exemple été lesté, et que, bien qu'en position initialement ouverte, il se referme spontanément par son simple poids. Mais cette éventualité est peu probable, car il est généralement avantageux de lester (ou simplement d'équilibrer) un volet pour qu'il s'ouvre spontanément plutôt que pour qu'il se ferme spontanément. En tout état de cause, l'ouverture ou la fermeture spontanées ne sont en général susceptibles d'intervenir qu'à faible vitesse du véhicule automobile, car à haute vitesse, le vent relatif rend négligeable l'effet d'un éventuel lestage (ou d'un simple équilibrage).

La figure 2 illustre de façon schématique, en coupe selon un plan perpendiculaire au plan du bilame (la coupe n'est pas à l'échelle) un dispositif à bilame permettant de piloter l'embrayage et le débrayage d'un système de débrayage selon un mode de réalisation de l'invention.

Un bilame est un dispositif formé de deux lames de matériaux (par exemple métaux ou alliages de métaux) différents, souples, ayant des coefficients de dilatation différents, fixées l'une contre l'autre (par exemple soudées ou collées). On utilise parfois une lame en invar et une lame en nickel, mais de multiples possibilités existent. L'invar est un alliage de 64% de fer et de 36% de nickel, qui présente un coefficient de dilatation très faible. La dilatation différente des deux lames conduit le bilame à se déformer avec les variations de température. Un bilame présente l'avantage d'être d'une grande précision (il existe des modèles précis à 0,5°C près, dans une plage de 50°C à 150°C), d'être très stable (très peu de dérive dans le temps), et d'être puissant (il développe une force importante par sa déformation consécutive à un changement de température).

Il existe des bilames à déflexion lente. Le bilame est constitué de deux bandes de métaux différents, liées sur toute leur surface par colaminage à la température ambiante ou à chaud. Leurs coefficients de dilatation sont différents. Sous l'effet d'une variation de température, la différence des allongements entre les deux faces induit une courbure du bilame.

Il existe aussi des bilames à retournement brusque. À une température donnée, ils ont un comportement brusque semblable à une catastrophe au sens mathématique. Ils sont souvent circulaires et emboutis en forme de calotte sphérique ou d'assiette à fond plat et utilisés dans les thermostats de sécurité thermique, comme actionneurs d'interrupteurs électriques. Ils peuvent aussi être rectangulaires ou de forme quelconque

La figure 2 illustre le dispositif de sécurisation dans deux configurations distinctes. Ces configurations sont représentées toutes deux, de façon superposée, sur la même figure. A température normale de fonctionnement, le bilame se trouve dans une configuration rectiligne 201 a. En cas de température excessive, le bilame se déforme en raison d'une dilation différente de ses deux lames, et adopte la configuration 201 b. La déformation peut être progressive (continue) ou brusque (discontinue). Cette déformation conduit le bilame à pousser un câble 202 circulant dans une gaine 203. La gaine 203 est fixée à un arrêt de gaine 204. Une élévation anormale de température (détectée par le bilame) conduit donc à pousser le câble 202 dans la direction 205. Plus précisément, en passant de la configuration 201 a à la configuration 201 b, le bilame déplace le câble 202 à l'intérieur de la gaine 203 qui quant à elle reste immobile en translation longitudinale (car solidaire de l'arrêt de gaine 204). L'arrêt de gaine 204 est lui-même fixé à une butée 206. Le bilame comme la butée 206 sont fixés sur un logement 207. Le bilame se situe partiellement à l'intérieur du logement, et est scellé au logement 207 par un scellement 208. En effet, le logement contient un liquide susceptible d'être à une température et à une pression très supérieures à la température et à la pression externes au logement 207 (pouvant correspondre à la température et à la pression de l'atmosphère au lieu où se trouve le dispositif de sécurisation). Le scellement 208 remplit donc un rôle important d'étanchéité en plus d'assurer une fixation. C'est avant tout pour mesurer la température à l'intérieur du logement 207 que l'on utilise le bilame. En effet, le logement

207 a vocation à être installé entre d'une part une durit 209 connectée à la sortie d'un moteur thermique à refroidir (voire à être connectée directement à une sortie du moteur thermique), et d'autre part à une durit 210 connectée à l'entrée d'un radiateur (voire à être connectée directement à l'entrée de ce radiateur). Alternativement, le logement 207 est formé dans une durit unique reliant la sortie du moteur thermique à l'entrée du radiateur. Un fluide 21 1 (par exemple un mélange d'eau et d'antigel), potentiellement brûlant (lorsque le moteur est très chaud), est donc susceptible de traverser le logement 207 et de provoquer une activation du bilame. Le câble 202 repoussé par le bilame est connecté à un embrayage (non représenté, mails il est par exemple connecté à la liaison pivot 151 des figures 1 A et 1 B), et débraye un (ou plusieurs) volet(s) débrayable(s) lorsque la température est trop élevée. Une fois le(s) volet(s) débrayé(s), un autre mécanisme permet le cas échéant d'ouvrir le(s) volet(s) s'il(s) ne l'étai(en)t pas, afin d'assurer un refroidissement accru. Sur la figure 3, une élévation anormale de température conduit à pousser le câble, mais il est possible de monter le dispositif en sens inverse afin qu'une élévation anormale de température conduise à tirer le câble.

Les figures 3A et 3B illustrent dispositif à calorstat permettant de piloter l'embrayage et le débrayage d'un système de débrayage selon un mode de réalisation de l'invention, représenté dans deux configurations ; La figure 3A représente une première configuration, en usage normal (la température ne dépasse pas les limites prévues). La figure 3B représente une configuration dans laquelle la température d'un moteur thermique est anormalement élevée, et déclenche un actionneur thermique 300b basé sur un calorstat.

L'actionneur thermique se trouve normalement dans une configuration 300a. L'actionneur thermique dans cette configuration comprend un calorstat délimité sur la figure 2A par une ellipse, mais cette ellipse n'est là que pour identifier les éléments pertinents (le calorstat), elle ne représente pas un élément réel de l'actionneur thermique. Lorsque l'actionneur thermique détecte une température trop élevée, une partie mobile du calorstat, retenue par un ressort, se translate en compressant le ressort (contrairement au cas d'usage d'un calorstat usuel, ce mouvement de translation n'a pas vocation à obturer une conduite d'eau).

L'actionneur thermique est fixé dans un logement 307 à l'aide d'une fixation 314 qui pourrait passer pour une cloison étanche sur les figures 3A et 3B (en raison de la coupe représentée sur les figures 3A et 3B) mais qui en réalité laisse évidemment passer un fluide à travers le logement 307, entre les deux ouvertures latérales dudit logement. Ces deux ouvertures latérales sont similaires aux ouvertures correspondantes du logement 207 de la figure 2. Elles peuvent notamment être connectées (directement ou indirectement, par exemple via une durit) à une sortie du moteur thermique et (respectivement) à une entrée de radiateur du moteur thermique.

L'actionneur thermique comprend un levier 301 monté en rotation autour d'un axe 312 et fixé au calorstat. Ce levier 301 est déplacé lorsque la température dépasse un seuil prédéterminé. Le déplacement peut être progressif ou brusque. La rotation du levier 301 provoquée par la translation de la partie mobile du calorstat conduit à une translation d'un câble 302 placé dans une gaine 303, le câble 302 et sa gaine 303 étant fixés au levier 301 par un ancrage de câble 304. Sur les figures 3A et 3B, la gaine 303 est fixée au levier 301 et se déplace avec lui, mais selon une variante avantageuse, la gaine est fixée à un élément immobile par rapport au logement et n'est pas fixée au levier. Ainsi, lorsque, sur la figure 3B, une élévation anormale de température conduit à tirer le câble 302 (dans la direction 313), le câble serait (selon la variante avantageuse considérée) mis à nu sur la portion correspondant à la longueur de câble tirée, en se translatant au sein de sa gaine 303 immobile.

Le câble 302 tiré par l'actionneur thermique est connecté à un embrayage (non représenté, mais l'actionneur peut être connecté à la liaison pivot 151 des figures 1 A et 1 B), et débraye un (ou plusieurs) volet(s) débrayable(s) lorsque la température est trop élevée.

Sur les figures 3A et 3B, une élévation anormale de température conduit à tirer le câble, mais il est possible de monter le dispositif en sens inverse afin qu'une élévation anormale de température conduise à pousser le câble.

La figure 4 illustre un système comprenant un système de débrayage selon un mode de réalisation de l'invention, un radiateur, et un obturateur de face avant de véhicule automobile.

Le système comprend un actionneur thermique 400 et un câble 402 guidé entre deux demi-coquilles (non représentées). Le câble 402 relie l'actionneur thermique 400 à un obturateur de face avant de véhicule automobile 415, qui est muni d'un système de volets pivotables et débrayables. Le câble 402 est raccordé à un embrayage et permet d'embrayer et de débrayer lesdits volets. L'actionneur thermique 400 est placé à l'entrée d'un radiateur 416 de sorte à déclencher un débrayage des volets lorsque la température de l'eau à l'entrée du radiateur (température qui est représentative de la température du moteur thermique) est trop élevée. Un premier mode de réalisation concerne un système de débrayage de volet d'obturateur de face avant de véhicule automobile. Le système de débrayage comprend un ensemble de trois roues dentées 120, 130, 140. Ces trois roues dentées présentent des axes respectifs 121 , 131 , 141 parallèles les uns aux autres. Selon une mise en œuvre possible, les trois roues dentées ont chacune des formes de disques, et les trois axes sont centrés sur ces disques et perpendiculaires à eux. Selon une mise en œuvre possible, ces trois roues dentées sont coplanaires (les trois disques sont compris dans un même plan). Selon une mise en œuvre possible, les trois roues dentées présentent des dentures droites. Selon une mise en œuvre possible, le système de débrayage comprend exactement trois disques. Selon une autre mise en œuvre, il en comprend davantage. Les roues dentées sont par exemple réalisées en polyoxyméthylène, plus robuste que le simple polypropylène, pour un surcoût peu important en l'espèce.

Une première roue dentée 120 est agencée pour que sa rotation autour de son axe 121 soit entièrement déterminée (sauf en cas de panne éventuelle) par un actionneur 122 de l'obturateur de face avant. Autrement dit, la position angulaire de la roue dentée ne dépend que de l'actionneur (sauf en cas de panne, cas précisément visé dans la présente demande). En cas de panne, il se peut que la position angulaire de la roue dentée continue à ne dépendre que de l'actionneur (par exemple en cas d'actionneur bloqué). Mais il se peut également, par exemple, qu'une rupture de la transmission entre l'actionneur et la première roue dentée rende la position angulaire de la première roue dentée indéterminée. En temps normal, l'actionneur fixe la position angulaire de la première roue dentée, qui par sa rotation répercute quant à elle cette consigne sur le reste du système de débrayage. L'axe 121 est un axe au sens mathématique. Selon une mise en œuvre possible, il s'agit d'un axe physique de la première roue dentée (par exemple un tige métallique de cette roue dentée). Mais selon une autre mise en œuvre possible, il s'agit d'un axe physique appartenant à un autre organe, sur lequel la première roue dentée est montée.

Une troisième roue dentée 140 est agencée pour ouvrir un volet 142 de l'obturateur lorsqu'elle tourne autour de son axe 141 dans un sens, et pour fermer ledit volet 142 de l'obturateur lorsqu'elle tourne autour de son axe 141 dans l'autre sens. L'axe 141 est un axe au sens mathématique. Selon une mise en œuvre possible, il s'agit d'un axe physique de la troisième roue dentée (par exemple un tige métallique de cette roue dentée). Mais selon une autre mise en œuvre possible, il s'agit d'un axe physique appartenant à un autre organe, sur lequel la troisième roue dentée est montée.

Une deuxième roue dentée 130 est agencée pour pouvoir s'engrener simultanément dans la première 120 et dans la troisième 140 roues dentées de manière à permettre à la première roue dentée 120 d'entraîner la troisième roue dentée 140. Ainsi, la consigne de l'actionneur (ouverture ou fermeture du volet par exemple) est répercutée à la première roue dentée, qui la répercute à la deuxième roue dentée, qui la répercute à la troisième roue dentée, qui la répercute au volet 142.

Le système de débrayage comprend une première bielle 150 montée en liaison pivot sur l'axe 131 de la deuxième roue dentée 130. L'axe 131 est un axe au sens mathématique. Selon une mise en œuvre possible, il s'agit d'un axe physique de la deuxième roue dentée (par exemple un tige métallique de cette roue dentée). Mais selon une autre mise en œuvre possible, il s'agit d'un axe physique appartenant à un autre organe, sur lequel la deuxième roue dentée est montée. Ladite première bielle 150 permet d'éloigner l'axe 131 de la deuxième roue dentée 130 de celui d'au mois l'une des première 120 et troisième 140 roues dentées afin de débrayer l'entraînement de la troisième roue dentée 140 par la première roue dentée 120.

Selon un deuxième mode de réalisation, les trois roues dentées 120, 130, 140 d'un système de débrayage selon le premier mode de réalisation ont un diamètre égal. Selon une variante, la première et la troisième roues dentées ont le même diamètre, et le diamètre de la deuxième roue dentée est différent (selon une mise en œuvre possible, il est plus petit). Selon une variante, les trois diamètres sont différents. Ceci complique les calculs au 5 stade de la conception et est susceptible d'accroître les coûts de production (aussi bien à l'achat, l'économie d'échelle étant moindre, qu'au montage, puisqu'il ne faut pas confondre les différentes roues dentées) mais permet le cas échéant d'optimiser le système.

i o Selon un troisième mode de réalisation, l'actionneur 122 d'un système de débrayage selon le premier ou deuxième mode de réalisation comprend un moteur électrique muni d'un axe de rotation, la première roue dentée 120 étant montée sur cet axe de rotation 121 . Selon une variante, l'actionneur entraîne la première roue dentée à l'aide d'une courroie montée sur l'axe de

15 la première roue dentée. Selon une variante, l'actionneur entraîne la première roue dentée à l'aide d'une quatrième roue dentée. Selon une autre variante, l'actionneur entraîne en translation une crémaillère qui commande en rotation la première roue dentée.

20 Selon un quatrième mode de réalisation, le volet 142 d'un système de débrayage selon l'un des premier au troisième modes de réalisation comprend un axe de rotation 141 , la troisième roue dentée 140 étant montée sur cet axe de rotation. Selon une variante, la troisième roue dentée commande l'ouverture et la fermeture du volet via un mécanisme

25 intermédiaire, par exemple via une cinquième roue dentée. Selon une variante possible, le volet est souple et il est guidé par des rails entre une position horizontale (ouverte) et une position verticale (fermée). Il comprend des dents (à la manière d'une crémaillère) s'engrenant avec la troisième roue dentée, et permettant une ouverture/fermeture par la troisième roue

30 dentée. Selon un cinquième mode de réalisation, la distance entre l'axe 121 de la première roue dentée 120 et l'axe 141 de la troisième roue dentée 140 d'un système de débrayage selon l'un des premier au quatrième modes de réalisation est constante. Par exemple, les axes 121 et 141 sont fixes au sein du système de débrayage. Selon une mise en œuvre possible, la rotation éventuelle de ces axes autour d'eux-mêmes ne compte pas comme un mouvement relatif de ces deux axes l'un par rapport à l'autre. Les axes sont alors considérés comme fixes même s'ils tournent sur eux-mêmes: il faut considérer ces axes comme des axes mathématiques (de "diamètre" nul). Selon une variante, ces axes 121 et 141 sont mobiles en translation et/ou en rotation l'un par rapport à l'autre mais subissent tous deux le même mouvement et restent immobiles l'un par rapport à l'autre au sens du cinquième mode de réalisation (leur distance restant constante).

Selon un sixième mode de réalisation, ladite distance, constante, entre l'axe de la première roue dentée et l'axe de la troisième roue dentée (selon le cinquième mode de réalisation) est inférieure ou égale à la somme des rayons de la première 120 et de la troisième 140 roues dentées et du diamètre de la deuxième roue dentée 130. Il est ainsi possible d'engrener directement la première roue dentée avec la deuxième roue dentée et simultanément la deuxième roue dentée avec la troisième roue dentée (sans passer par l'intermédiaire d'autre roues dentées ou d'autres mécanismes de transmission de mouvement).

Selon un septième mode de réalisation, la première bielle 150 d'un système de débrayage selon l'un des premier au sixième modes de réalisation est montée en liaison pivot sur l'axe 121 de la première roue dentée 120. Selon une mise en œuvre possible, la première bielle 150 est solide (au sens physique du terme, c'est-à-dire que deux points quelconques de la première bielle restent équidistants tant que la première bielle reste un solide), et la distance entre les liaisons pivots qui lient la première bielle respectivement à la première et à la deuxième roues dentées est égale à la somme des rayons de la première et de la deuxième roues dentées. La première et la deuxième roues dentées sont donc en toute circonstance engrenées. Le débrayage s'opère en éloignant la deuxième roue dentée de la troisième roue dentée en faisant rouler la deuxième roue dentée le long de la première roue dentée.

Selon un huitième mode de réalisation, la première bielle 150 d'un système de débrayage selon le septième mode de réalisation comprend un bras 153 non parallèle à la direction formée par les axes 121 , 131 des première 120 et deuxième 130 roues dentées. Ce bras est par exemple perpendiculaire à la direction formée par les axes 121 , 131 des première 120 et deuxième 130 roues dentées.

Selon un neuvième mode de réalisation, un système de débrayage selon l'un des premier au huitième modes de réalisation comprend une deuxième bielle 160 dont une extrémité est logée dans une lumière longitudinale 143 disposée dans la troisième roue dentée 140. Cette lumière longitudinale 143 est par exemple un trou oblong, incurvé le long d'un arc de cercle dont le centre est sur l'axe de la troisième roue dentée. La longueur de la lumière longitudinale 143 correspond à l'amplitude du mouvement de rotation de la troisième roue dentée 140 nécessaire pour passer le volet 142 de sa position fermée à sa position ouverte (et réciproquement). Ce neuvième mode de réalisation est avantageux en ce qu'il permet une ouverture du volet même lorsque l'actionneur est débrayé (par des moyens alternatifs de commande de cette deuxième bielle). Ainsi, en cas de panne, il reste possible d'ouvrir le volet via un mécanisme d'ouverture de secours s'appuyant sur la deuxième bielle. Selon une mise en œuvre, la lumière 143 est débouchante. Selon une variante, elle est non débouchante (et forme une rainure).

Selon un dixième mode de réalisation, la deuxième bielle 160 d'un système de débrayage selon le neuvième mode de réalisation est montée en liaison pivot 152 sur la première bielle 150. Ce dixième mode de réalisation est avantageux en ce qu'il permet une ouverture automatique du volet en cas de débrayage. L'ouverture automatique doit sinon être fournie par des moyens plus complexes ou moins fiables (commande directe en dédoublant la commande de débrayage, commande électrique complexe et sujette aux pannes d'électricité, etc.).

Selon un onzième mode de réalisation, la liaison pivot 152 de la deuxième bielle 160 sur la première bielle 150 d'un système de débrayage mettant en œuvre à la fois le huitième et le dixième modes de réalisation est placée sur un axe 152 non aligné avec les axes 121 , 131 des première et deuxième roues dentées 120, 130. Cet axe 152 est situé sur le bras 153. Ce mode de réalisation est avantageux en ce qu'il permet d'ajuster le bras de levier applicable et d'adapter la force transmise pour l'ouverture de secours du volet.

Selon un douzième mode de réalisation, un système de débrayage selon l'un des premier au onzième modes de réalisation comprend un ressort bistable 170 dont une extrémité 171 est montée sur une liaison pivot fixe et dont une autre extrémité 172 est montée en liaison pivot sur la première bielle 150. Par fixe, on entend que les distances de la liaison pivot dite fixe aux axes des première et troisième roues dentées est constante (ces deux distances ne varient pas). La rotation de la liaison pivot autour de son axe n'est pas considéré comme un mouvement (elle n'affecte pas les distances respectives de la liaison pivot aux axes des première et troisième roues dentées).

Un tel ressort bistable est avantageux en ce qu'il permet d'assurer des positions franches du volet. Lorsque le volet est fermé, le ressort bistable le presse dans cette position fermée et évite qu'il ne vibre. De même, lorsque le volet est ouvert, le ressort bistable le presse dans cette position ouverte et évite qu'il ne vibre.

Selon un treizième mode de réalisation, la première bielle 150 d'un système de débrayage selon l'un des premier au douzième modes de réalisation est agencée pour être fixée par liaison pivot 151 à un système mécanique changeant d'état de façon réversible en fonction de sa température.

Ledit système mécanique est agencé pour être placé en contact avec un environnement 21 1 dont la température est représentative de la température d'un moteur thermique d'un véhicule automobile.

Ledit système mécanique est agencé pour commander un débrayage du volet lorsqu'il change d'état en raison d'une élévation de la température de l'environnement, et pour commander un embrayage du volet lorsqu'il change d'état en raison d'une baisse de la température de l'environnement.

Ainsi, il est possible de détecter un problème de refroidissement du moteur et de débrayer et ouvrir les volets afin d'assurer un refroidissement maximal, même si le système d'ouverture est en panne, et ce sans nécessité d'une source d'énergie autre que celle résultant de l'élévation de température du moteur thermique.

Selon un quatorzième mode de réalisation, un obturateur de face avant de véhicule automobile 415 comprend un système de débrayage selon l'un des premier au treizième modes de réalisation.