Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DETERGENT COMPOSITION
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/110811
Kind Code:
A1
Abstract:
Liquid detergent composition comprising a bacterium capable of interacting with the growth of pathogenic or undesirable microorganisms, and uses of said composition.

Inventors:
JABRANE, Abdelhamid (Danislaan 45/0101, 1650 Beersel, 1650, BE)
Application Number:
EP2018/084001
Publication Date:
June 13, 2019
Filing Date:
December 07, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ETS POLLET S.A. (Zoning de Tournai Ouest 1 Rue de la Grande Couture 20, 7501 Tournai, 7501, BE)
International Classes:
C12Q1/18; C11D3/38
Domestic Patent References:
WO2014079938A12014-05-30
Foreign References:
US4545991A1985-10-08
US20100028314A12010-02-04
US20100008893A12010-01-14
US20110230345A12011-09-22
US20090312217A12009-12-17
US20080233093A12008-09-25
US20100028314A12010-02-04
US20100008893A12010-01-14
US20110230345A12011-09-22
Other References:
Y.-M. TZENG ET AL: "Effect of cultivation conditions on spore production from Bacillus amyloliquefaciens B128 and its antagonism to Botrytis elliptica", JOURNAL OF APPLIED MICROBIOLOGY., vol. 104, no. 5, 1 May 2008 (2008-05-01), GB, pages 1275 - 1282, XP055226373, ISSN: 1364-5072, DOI: 10.1111/j.1365-2672.2007.03683.x
ELISABETTA CASELLI ET AL: "Impact of a Probiotic-Based Cleaning Intervention on the Microbiota Ecosystem of the Hospital Surfaces: Focus on the Resistome Remodulation", PLOS ONE, vol. 11, no. 2, 17 February 2016 (2016-02-17), pages e0148857, XP055506919, DOI: 10.1371/journal.pone.0148857
Attorney, Agent or Firm:
OFFICE KIRKPATRICK (Avenue Wolfers 32, 1310 La Hulpe, 1310, BE)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Composition détergente liquide comprenant une ou plusieurs molécule (s) ayant des propriétés de surface et/ou tensio- active et/ou amphiphile dans une quantité pondérale comprise entre 1% et 30% ; un ou plusieurs agent (s) conservateur ( s ) dans une quantité pondérale comprise entre 0,001% et 10% et une bactérie antagoniste de un ou de plusieurs micro organisme (s) pathogène (s) ou indésirable ( s ) .

2. Composition détergente liquide selon la revendication 1 dans laquelle la bactérie antagoniste de un ou de plusieurs micro organisme (s) pathogène (s) ou indésirable ( s ) agit par compétition avec le ou les micro-organisme ( s ) pathogène (s) ou indésirable ( s ) , ou produit un facteur qui perturbe spécifiquement le métabolisme du ou des micro-organismes pathogène (s) ou indésirable ( s ) .

3. Composition détergente liquide comprenant une ou plusieurs molécule (s) ayant des propriétés de surface et/ou tensio- active et/ou amphiphile dans une quantité pondérale comprise entre 1% et 30% ; un ou plusieurs agent (s) conservateur ( s ) dans une quantité pondérale comprise entre 0,001% et 10% et une bactérie susceptible d'être obtenue par une méthode comprenant les étapes successives suivantes :

- on prélève une bactérie à tester ;

- on prélève un ou plusieurs micro-organisme ( s ) pathogène (s) ou indésirable ( s ) ;

- on détermine les conditions de culture permettant la croissance à la fois dudit ou desdits micro-organismes pathogènes ou indésirables et de ladite bactérie et/ou on prélève un surnageant de culture de ladite bactérie ;

- on détermine la croissance dudit ou desdits micro organisme (s) pathogène (s) ou indésirable ( s ) (i) en l'absence de ladite bactérie et (ii) en présence de ladite bactérie ou dudit surnageant de culture de ladite bactérie ;

- on identifie une bactérie qui provoque une réduction spécifique de la croissance d'au moins un dudit ou desdits micro-organisme ( s ) pathogène (s) ou indésirable ( s ) .

4. Composition détergente selon une quelconque des revendications précédentes dans laquelle au moins 100 nucléotides contigus du génome de la bactérie a au moins 75% d'identité avec au moins 100 nucléotides contigus de SEQ.ID.NO :1 ou de SEQ.ID.NO :3 et/ou de SEQ.ID.NO :4 et/ou de SEQ.ID.NO :5.

5. Composition détergente selon une quelconque des revendications précédentes dans laquelle la bactérie est du groupe Bacillus amyloliquefaciens.

6. Composition détergente selon une quelconque des revendications précédentes, dans laquelle le conservateur est choisi dans le groupe constitué de l' isothiazolinone, du formaldéhyde et ses libérateurs, des conservateurs avec une fonction amine, des conservateurs avec une fonction alcool, du benzoate et de ses dérivés, des parabènes et dérivés, des ammoniums quaternaires, du methyldibromoglutaronitrile, du Sodium hydroxy methyl glycinate, du triclosan et du Sorbate (et/ou acide sorbique) .

7. Composition détergente selon une quelconque des revendications précédentes, dans laquelle la bactérie est présente à une concentration d'au moins 200000 cfu/ml, de préférence au moins 1000000 cfu/ml, de manière encore plus préférée à une concentration d'au moins 10000000 cfu/ml.

8. Composition détergente selon une quelconque des revendications précédentes, comprenant en outre un ou plusieurs composé (s) choisis parmi les nucléotides, une phytohormone, l'azote minéral et une source de carbone.

9. Composition détergente selon une quelconque des revendications précédentes, dans laquelle le (s) micro organisme (s) pathogène (s) ou indésirable ( s ) comprennent Escherichia coli, Staphyloccocus aureus (MRSA) , et un autre pathogène choisi parmi Pseudomonas aeruginosa, une levure et un champignon, de préférence où un, 2, ou chacun dudit (desdits) pathogène (s) est (sont) résistant (s) à un traitement par antibiotique.

10. Composition détergente selon une quelconque des revendications précédentes, dans laquelle les pathogènes sont connus pour causer des maladies, par exemple des maladies nosocomiales .

11. Composition liquide comprenant au moins 200000 cfu/ml, de préférence au moins 1000000 cfu/ml, de manière encore plus préférée au moins 10000000 cfu/ml d'une bactérie dont au moins 100 nucléotides contigus de son génome a au moins 75% d'identité avec au moins 100 nucléotides contigus de SEQ.ID. NO :1 ou de SEQ.ID.NO :3 et/ou de SEQ.ID.NO :4 et/ou de SEQ.ID.NO :5.

12. Composition liquide selon la revendication 11 comprenant en outre un agent conservateur.

13. Composition liquide selon la revendication 11 ou 12 comprenant en outre un ou plusieurs composé (s) choisis parmi les nucléotides, une phytohormone, l'azote minéral et une source de carbone.

14. Utilisation de la composition détergente selon une quelconque des revendications précédentes 1 à 10 ou de la composition liquide selon une quelconque des revendications précédentes 11 à 13 pour le nettoyage de surfaces, de préférence à l'usage des collectivités, de préférence choisies parmi les hôpitaux, les crèches pour enfants en bas- âge, les maisons de repos pour personnes âgées ou en revalidation, les grands magasins, les cantines et les cuisines .

15. Méthode de nettoyage de surfaces de préférence présentes dans les collectivités, de préférence choisies parmi les hôpitaux, les crèches pour enfants en bas-âge, les maisons de repos pour personnes âgées ou en revalidation, les grands magasins, les cantines et les cuisines, comprenant l'application de la composition détergente selon une quelconque des revendications précédentes 1 à 10 ou de la composition liquide selon une quelconque des revendications précédentes 11 à 13 sur lesdites surfaces.

Description:
Composition détergente

Domaine technique de 1 ' invention invention

La présente invention a trait à des compositions détergentes ayant la propriété d'inhibition spécifique de la croissance de pathogènes ou d'indésirables.

Arrière-plan technologique de l'invention

Les bactéries pathogènes constituent un danger pour la santé. Ce danger, dû à leur pouvoir pathogène, est amplifié par leur multi résistance aux antibiotiques. En effet, l'utilisation, voire la surutilisation, des antibiotiques a conduit à l'émergence de souches pathogènes multi résistantes.

Il y a donc un besoin pour des compositions capables de limiter l'émergence de bactéries résistantes aux antibiotiques. Les désinfectants peuvent présenter une solution mais avec des risques toxicologiques et écotoxicologiques que présentent ces désinfectants .

La demande de brevet WO 2014/079938 décrit l'addition d'enzymes à des compositions détergentes pour le traitement des biofilms résistants aux désinfectants et/ou biocides classiques.

La demande de brevet US 2008/0233093 décrit l'utilisation de souches très particulaires de Bacillus ssp pour réduire la formation de biofilms.

US 2010/0028314 décrit l'utilisation de la souche NRRL B-50154 de Bacillus amyloliquefaciens dans le traitement de biofilms et son utilisation dans plusieurs modes de réalisations distincts, qui sont liés à la sécrétion d'amylase par cette souche bactérienne .

De manière similaire, US 2010/0008893 décrit l'utilisation de la souche NRRL B-50150 de Bacillus velezensis dans le traitement de biofilms, ici aussi grâce à la sécrétion d'amylase par cette souche bactérienne.

Enfin, US 2011/0230345 décrit l'utilisation de la souche NRRL B-50349 de Bacillus amyloliquefaciens pour un usage phytosanitaire .

Aucun document de l'art antérieur ne décrit l'addition de bactéries à des compositions détergentes comprenant en outre un agent de conservation dans le but d' interagir spécifiquement avec des pathogènes.

Description résumée de l ' invention

La présente invention a trait à une méthode pour l'identification d'une bactérie susceptible d'interagir avec la croissance de micro-organismes pathogènes ou indésirables comprenant les étapes successives suivantes :

on prélève une bactérie à tester ;

on prélève un ou plusieurs micro-organisme ( s ) pathogène (s) ou indésirable ( s ) ;

on détermine les conditions de culture permettant la croissance à la fois dudit ou desdits micro-organismes pathogènes ou indésirables et de ladite bactérie (à tester) et/ou on prélève un surnageant de culture de ladite bactérie (à tester) ;

on détermine la croissance dudit ou desdits micro organisme (s) pathogène (s) ou indésirable ( s ) (i) en l'absence de ladite bactérie (à tester) et (ii) en présence de ladite bactérie (à tester) ou dudit surnageant de culture de ladite bactérie (à tester) ;

on identifie une bactérie qui provoque une réduction spécifique de la croissance d'au moins un dudit ou desdits micro-organisme ( s ) pathogène (s) ou indésirable ( s ) . De manière préférée, dans la méthode, le ou les pathogène (s) est (sont) sélectionné ( s ) parmi les bactéries Gram-, les bactéries Gram+, les moisissures et les levures.

Avantageusement, on sélectionne au moins 2, 3, 4 ou 5 micro organisme pathogène (s) ou indésirable ( s ) .

De préférence, les micro-organisme ( s ) pathogène (s) ou indésirable ( s ) comprennent Escherichia coli, Staphyloccocus aureus (ex. MRSA) , et un autre pathogène choisi parmi Pseudomonas aeruginosa, une levure et un champignon, de préférence où un, 2, ou chacun desdits pathogènes est (sont) résistant (s) à un traitement par antibiotique. La croissance d'autres micro-organismes pathogènes, tels que Salmonella enterica (subs. Enterica) et Streptococcus pyogenes est également réduite par la composition de la présente invention. Avantageusement, les pathogènes sont connus pour causer des maladies, par exemple des maladies nosocomiales.

De manière préférée, la bactérie (à tester) est du groupe Baclllus amylollquefaclens.

De préférence au moins 100 nucléotides contigus du génome de la bactérie (à tester) a au moins 75% d'identité avec au moins 100 nucléotides contigus de la SEQ.ID.NO :1, SEQ.ID.NO :3, SEQ.ID.NO : 4 et/ou de la SEQ.ID.NO :5.

Un aspect lié de l'invention a trait à l'utilisation de la bactérie susceptible d'être obtenue par la méthode ci-dessus (en particulier une bactérie du groupe Baclllus amylollquefaclens et/ou une bactérie ayant au moins 75% d'identité avec au moins 100 nucléotides contigus de la SEQ.ID.NO : 1 , SEQ.ID.NO :3, SEQ.ID.NO :4 et/ou de la SEQ.ID.NO :5), dans une composition détergente, destinée de préférence au nettoyage de surfaces et/ou des sols et/ou de points de contact .

Une telle utilisation est avantageuse pour les collectivités, telles que les hôpitaux, les crèches pour enfants en bas-âge, les maisons de repos pour personnes âgées ou en revalidation, les grands magasins, les cantines et les cuisines.

Un autre aspect associé de la présente invention est l'utilisation d'une composition détergente liquide de pH compris entre 2,5 et 11,5 comprenant (i) une bactérie, (ii) une ou plusieurs molécule (s) ayant des propriétés de surface et/ou tensio-active et/ou amphiphile et (iii) un conservateur pour la réduction des bactéries pathogènes et/ou nosocomiales présentes sur une surface et/ou points de contact.

Pour cette utilisation, de préférence, la bactérie est susceptible d'être obtenue par la méthode décrite ci-dessus (en particulier les bactéries du groupe Bacillus amyloliquefaciens et/ou celles ayant au moins 75% d'identité avec au moins 100 nucléotides contigus de la SEQ.ID.NO :1, SEQ.ID.NO :3, SEQ.ID.NO : 4 et/ou de la SEQ.ID.NO :5).

Pour cette utilisation, de préférence, le conservateur est choisi dans le groupe constitué de l' isothiazolinone, du formaldéhyde et ses libérateurs, des conservateurs avec une fonction amine, des conservateurs avec une fonction alcool, du benzoate et de ses dérivés, des parabènes et dérivés, du methyldibromoglutaronitrile, du Sodium hydroxy methyl glycinate, du triclosan et du Sorbate (et/ou acide sorbique) .

Un autre aspect associé de la présente invention est une composition détergente liquide comprenant une ou plusieurs molécule (s) ayant des propriété de surface et/ou tensio-active et/ou amphiphile dans une quantité pondérale comprise entre 1% et 30% ; un ou plusieurs agent (s) conservateur ( s ) dans une quantité pondérale comprise entre 0,001% et 10% et une bactérie susceptible d'être obtenue par la méthode décrite ci-dessus (en particulier une bactérie du groupe Bacillus amyloliquefaciens et/ou une bactérie ayant au moins 75% d'identité avec au moins 100 nucléotides contigus de la SEQ.ID.NO :1, SEQ.ID.NO :3, SEQ.ID.NO : 4 et/ou de la SEQ.ID.NO :5). De préférence, le conservateur de la composition détergente est choisi dans le groupe constitué de l' isothiazolinone, du formaldéhyde et ses libérateurs, des conservateurs avec une fonction amine, des conservateurs avec une fonction alcool, du benzoate et de ses dérivés, des parabènes et dérivés, des ammoniums quaternaires, du methyldibromoglutaronitrile, du Sodium hydroxy methyl glycinate, du triclosan et du Sorbate (et/ou acide sorbique) .

De préférence, dans la composition détergente, la bactérie est présente à une concentration d'au moins 200000 cfu/ml, de préférence au moins 1000000 cfu/ml, de manière encore plus préférée à une concentration d'au moins 10000000 cfu/ml.

De manière avantageuse, la composition détergente comprend en outre un ou plusieurs composé (s) choisis parmi les (mono- ) nucléotides (ou des nucléosides) , une phytohormone, l'azote minéral et une source de carbone.

Un autre aspect lié de la présente invention est une composition liquide comprenant au moins 200000 cfu/ml, de préférence au moins 1000000 cfu/ml, de manière encore plus préférée au moins 10000000 cfu/ml d'une bactérie dont au moins 100 nucléotides contigus de son génome a au moins 75% d'identité avec au moins 100 nucléotides contigus de SEQ.ID. NO :1 ou de SEQ.ID. NO :3 et/ou de SEQ.ID. NO :4 et/ou de SEQ.ID. NO : 5.

Avantageusement, cette composition liquide comprend en outre un agent conservateur (choisi dans le groupe constitué de 1' isothiazolinone, du formaldéhyde et ses libérateurs, des conservateurs avec une fonction amine, des conservateurs avec une fonction alcool, du benzoate et de ses dérivés, des parabènes et dérivés, des ammoniums quaternaires, du methyldibromoglutaronitrile, du Sodium hydroxy methyl glycinate, du triclosan et du Sorbate (et/ou acide sorbique) ) et/ou un ou plusieurs composé (s) choisis parmi les nucléotides, une phytohormone, l'azote minéral et une source de carbone. Brève description des figures

La figure 1 décrit l'interaction entre la bactérie de l'invention (BS) et Candida albicans (CA) en culture liquide.

La figure 2 décrit l'interaction entre la bactérie de l'invention (BS) et Staphylococcus aureus (souche résistante à la méticilline ; MRSA) en culture liquide.

La figure 3 décrit l'interaction entre la bactérie de l'invention (BS) et Escherichia coli (EC) en culture liquide.

Description détaillée de l'invention

L'inventeur a remarqué, de manière surprenante que l'enrichissement de bactéries spécifiques à une composition détergente destinée à être appliquée à une surface réduisait la quantité de pathogènes à cette surface sans qu'il n'y ait un effet biocide ou désinfectant global.

En outre, l'inventeur a réussi à introduire cette bactérie dans des compositions détergentes, qui, tant dans leur formes concentrées que diluées, sont compatibles avec le métabolisme de ces bactéries.

Un premier aspect de l'invention est donc une méthode pour l'identification d'une bactérie susceptible d'interagir avec la croissance de pathogènes (ou de micro organismes nuisibles) comprenant les étapes successives suivantes :

on prélève (sélectionne) une bactérie à tester (identifier) ou une collection de bactéries à tester (identifier) ;

on prélève (sélectionne) un ou plusieurs pathogènes (et/ou micro organismes nuisibles) ;

on détermine les conditions de culture permettant la croissance à la fois de ce (s) pathogène (s) (et/ou micro organisme nuisible) et de cette bactérie et/ou on prélève un surnageant de culture de cette bactérie à identifier ;

on détermine la croissance du (des) pathogène (s) (et/ou micro organisme nuisible) (i) en l'absence de cette bactérie et (ii) en présence de cette bactérie et/ou on détermine la croissance du pathogène en présence du surnageant de culture de cette bactérie ;

on identifie une bactérie qui provoque une réduction spécifique de la croissance d'au moins un des pathogènes.

Dans le contexte de la présente invention, la terminologie « réduction (spécifique) de la croissance » signifie que la quantité du pathogène en condition (ii) , donc en présence de la bactérie à tester ou du surnageant de culture de la bactérie à tester, est moindre qu'en condition (i) , donc en l'absence de la bactérie à tester. Avantageusement, la quantité du pathogène après culture en condition (ii) peut également être inférieure à la quantité ensemencée.

Dans le contexte de la présente invention, la terminologie « réduction spécifique (de la croissance) » signifie que la bactérie n'a pas un effet biocide général. La bactérie de l'invention peut, à titre d'exemple, agir par compétition avec le pathogène (ou le micro organisme nuisible) , ou produire un facteur qui perturbe spécifiquement le métabolisme du pathogène (ou du micro organisme nuisible) .

La mesure (ii) ci-dessus peut se faire de plusieurs façons qui peuvent être cumulées. En particulier on peut prélever un surnageant d'une culture de la bactérie à tester et mesurer l'effet de ce surnageant sur la croissance de pathogènes ou du micro organisme nuisible (en monoculture) .

Une alternative est la réalisation d'un test en co-culture où une quantité pré-déterminée de la bactérie et du pathogène (ou du micro organisme nuisible) sont ensemencées. De manière avantageuse, différents ratios de quantité entre la bactérie et le pathogène sont testés. Le pathogène est, de manière avantageuse, en culture sur une surface (mais de préférence pas en tant que biofilm) . Ceci permet de mettre en évidence un éventuel phénomène de compétition pour le substrat, voire même la présence d'un facteur inhibiteur qui serait produit par la bactérie à tester (ex. présence d'un halo d'inhibition).

Cependant, un test en co-culture en milieu liquide est possible. De manière avantageuse, les deux tests, sur surface et en milieu liquide, sont pratiqués.

Dans le cas de co-culture en milieu liquide, il est avantageux de mesurer la quantité optimale de bactérie à ensemencer, ou le ratio (quantité de bactérie à ensemencer : quantité de pathogène) optimal ou, au minimum, de tester 3, 4, 5, voire 10 ratios différents, présentant une gamme de variation d'un facteur de 10 au moins (par exemple 1:1 et 20:1) .

Un milieu de culture préféré pour la co-culture comprend des extraits de levure, des hydrolysats de protéines (peptone) et de sucres métabolisables , par exemple le glucose. De préférence, le pH du milieu est contrôlé, et maintenu au cours de la culture. L'homme du métier sait comment déterminer le pH optimum, que ce soit pour la culture simple, et pour la co culture .

Dans le contexte de la présente invention, la bactérie à tester peut être n' importe quelle bactérie qui ne pénaliserait pas les propriétés de la composition détergente. Ainsi, ces bactéries n'ont pas de toxicité connue pour l'homme ou l'animal et n'ont pas d'effet biocide général. Ces bactéries sont, de préférence naturelles, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas modifiées par ingénierie génétique.

Une souche préférée de ces bactéries est à trouver dans le complexe Bacillus subtilis . De préférence des Bacillus amyloliquefaciens ou Bacillus velezensis . De manière encore préférée, les bactéries à tester ont un élément de leur génome ayant au moins 70%, 75%, 80%, 85%, 90%, 91%, 92%, 93%, 94%, (environ) 95%, 96%, 97%, 98%, 99% voire même ont 100% d'identité avec au moins 100 nucléotides contigus de l'ARN ribosomial 16S ou 23S de Bacillus amyloliquefaciens (ex. les souches ATCC 39374 et 39320 ; voir SEQ.ID.Nos : 1, 2) ou de

Bacillus velezensis (ex. la souche NRRL B-41580 ; SEQ.ID.NO :3), ou encore ayant au moins 70%, 75%, 80%, 85%,

90%, 91%, 92%, 93%, 94%, (environ) 95%, 96%, 97%, 98%, 99% voire même ont 100% d'identité avec au moins 100 nucléotides contigus de l'ADN de la sous unité alpha de la Gyrase (voir SEQ.ID.NO :4, Bacillus amyloliquefaciens souche CP 1604 et/ou SEQ.ID.NO :5, Bacillus velezensis, souche B-41580). Une telle comparaison de séquence peut se faire avantageusement en utilisant BLASTn, bien connu de l'homme du métier.

Un aspect connexe de la présente invention est celui de l'utilisation de la bactérie décrite ci-dessus pour réduire, par exemple sur une surface, la quantité des bactéries, levures et/ou champignons nosocomiaux et/ou qui peuvent causer des maladies et/ou indésirables.

Ceux-ci sont avantageusement choisis parmi le groupe constitué de Actinomyces, Bacillus anthracis, Brucella , Campylobacter, Clostridium sp . (C. botuminium, C. perfrinqens, C. tetanl) ,

Borrelia sp., Corynebacterium sp . , Enterobacter sp . , Escherichia coli , Flavobacterium meninqosepticum, Haemophilus sp . , Hélicobacter pylori , Klebsiella sp . , Leqionella sp . , Listeria ivanovii, Listeria monocytoqenes, Mycobacterium sp . , neisseria meninqitidis, Pasteurella sp . , Proteus mirabilis, Pseudomonas aeruqinosa , Salmonella sp (ex. S. typhimurium) , Shiqella dysenteriae, Staphylococcus aureus, Streptococcus sp . (ex. S. pneumoniae ou S. pyoqenes) Vibrio sp (ex. V. cholerae) , Yersinia sp (ex. Y. pestis et Y. enterolitica) , Asperqillus fumiqatus, Candida albicans, Trichphyton sp, Bacillus cereus, Cladosporidium sp . , Pénicillium sp . , Asperqillus sp . , Alternaria alternats et Ulocladium botrytis . Parmi les bactéries, levures et/ou champignons nosocomiaux et/ou qui peuvent causer des maladies, l'on retrouve en particulier certaines souches d' Escherichia coli, de Staphyloccocus aureus, en particulier les souches résistantes à la méticilline (MRSA) , de Pseudomonas aeruginosa et de Candida albicans, voire de Salmonella enterica (subs. Enterica) et Streptococcus pyogenes .

Un autre aspect connexe de la présente invention est l'utilisation (ou l'incorporation) de la bactérie identifiée ci-dessus dans des compositions détergentes.

Les compositions détergentes préférées sont celles pour le traitement des surfaces, en particulier des surfaces de collectivités telles que les hôpitaux, les crèches pour enfants en bas-âge, les maisons de repos pour personnes âgées ou en revalidation, les grands magasins (en ce compris les poignées des caddies), les cantines.

Ceci permet avantageusement de nettoyer ces surfaces, tout en réduisant de manière directe l'abondance des pathogènes qui y seraient présents.

Dans le contexte de la présente invention, les compositions détergentes ne sont pas particulièrement limitées.

Cependant, les compositions détergentes sont des liquides. Elles ont, de préférence, le pH (en général les compositions détergentes contiennent de l'eau, ce qui n'exclut pas la présence, même majoritaire, de solvants organiques) et les différents composés en concentration qui sont compatibles avec la vie de la bactérie (décrite ci-dessus) pendant une période suffisamment longue (par exemple plusieurs semaines, ou plus ; en général, les compositions sont stables plusieurs mois, par exemple 10 mois ou plus) .

Si ce n'est pas possible, la bactérie de l'invention peut être formulée dans une composition intermédiaire, de préférence liquide, qui doit être mélangée juste avant usage avec la composition détergente, de préférence dans des proportions simples (ex. entre 1 : 100 et 100 :1, de préférence entre 1 : 10 et 10 : 1 ) .

Dans le contexte de la présente invention, la composition détergente est une solution liquide (aqueuse et/ou comprenant un ou plusieurs solvants organiques) et cette solution comprend (outre la bactérie décrite ci-dessus) au moins une molécule ayant des propriété de surface et/ou tensio-active et/ou amphiphile tels que des surfactants et des savons (de préférence moins de 30% en poids) et un (au moins un) agent conservateur (et/ou stabilisant) (jusqu'à 10% en poids pour le total des agents conservateurs présents) . Lorsque la composition détergente est aqueuse, en ce compris une composition comprenant un ou plusieurs solvants organiques, son pH est fixé, de préférence entre 2,5 et 11,5, avantageusement entre 4 et 10, voire entre 7 et 10.

La composition comprend en outre, de manière avantageuse, des cires et/ou des polymères (de préférence moins de 30% en poids) , des agents de blanchiment (de préférence moins de 15% en poids) , des acides, bases (préférés) ou sels (de préférence un total de moins de 30% en poids) , ainsi que un ou plusieurs composés choisis dans le groupe constitué des chélatants, enzymes, épaississants et inhibiteurs de corrosion.

La composition détergente peut optionnellement comprendre un ou plusieurs parfum(s) et/ou un ou plusieurs agent (s) de coloration .

Un autre aspect connexe de la présente invention est la bactérie identifiée ci-dessus dans un milieu liquide à une concentration d'au moins 200000 cfu/ml, par exemple au moins 500000 cfu/ml, au moins 1 million cfu/ml, au moins 5 millions cfu/ml, au moins 10 millions cfu/ml, par exemple environ 40 à environ 70 millions cfu/ml. Cfu est l'acronyme en anglais de « colony forming unit », ce qui est la manière usuelle de quantifier la présence d'une bactérie par sa capacité à générer des colonies, une fois cette bactérie ensemencée sur un support de culture approprié.

De préférence ce milieu liquide comprend en outre au moins une molécule ayant des propriétés de surface et/ou tensio-active et/ou amphiphile tels que des surfactants et des savons (de préférence moins de 30% en poids) et un agent conservateur (stabilisant) (jusqu'à 10% en poids, de préférence jusqu'à 1% en poids) .

Le milieu liquide comprend avantageusement en outre un ou plusieurs composés pour favoriser la croissance de la bactérie de l'invention (une fois mise sur une surface à nettoyer), de préférence choisis parmi les nucléotides (ex ; adénine, guanine ; 0,1 à 1% poids : poids miiieu liquide ) / une phytohormone , par exemple l'indole 3-acétique (de 0,01% à 0,1 % en poids miiieu liquide ) l'azote minéral (ex. NH 4 S0 4 : 0,1 à 1% en poids miiieu liquide ) et une source de carbone (ex. le glucose) . Ce composé pour favoriser la croissance de la bactérie de l'invention est particulièrement utile pour les formulations où la concentration de la bactérie de l'invention est plus faible (ex. 200000 cfu/ml, 500000 cfu/ml, 1000000 cfu/ml)

Le milieu liquide peut être aqueux, ce qui signifie qu'il comprend de l'eau et peut également comprendre des solvants non-aqueux .

Un milieu liquide préféré comprend au moins 50% en poids (poids solvant organique :poids de l'ensemble des solvants) d'un solvant (c'est-à-dire une substance non-aqueuse liquide à température ambiante) choisi dans le groupe constitué des alcools (ex. benzylique, éthanol, isopropanol) , des éthers de glycols (ex. butyldiglycol , monopropylène glycol, dipropylène glycol) , des distillats pétroliers (ex. « white spirit », éther de pétrole, huile de paraffine), des composés aminés (ex. monoéthanolamine) , des dérivés cétoniques et aldéhydiques (ex. méthylal, diméthoxy méthane) .

Le (s) conservateur ( s ) ( stabilisant ( s ) ) sont présents à des concentrations de 10% en poids maximum, de préférence entre 0,001% et 10%, de manière plus préférée, entre 0,01% et 1%, de manière encore plus préférée, entre 0,05% et 0,2% (poids du ou des conservateur ( s ) présent (s) :poids de la composition).

Le (s) conservateur ( s ) (stabilisants) sont de préférence choisis parmi le groupe constitué de 1 ' isothiazolinone (ex. 1,2- Benzisothiazol-3-one; 2-Methyl-2H-isothiazol-3-one ; 5-Chloro-2- methyl-isothiazolin-3 (2H) -one (CMI) ; 2-methylisothiazolin- 3 (2H) -one (MI)), du formaldéhyde et de ses libérateurs (ex glutaraldehyde ; 2-bromo-2-nitropropane-l , 3-diol ; 5-bromo-5- nitro-1 , 3-dioxane) , des conservateurs (stabilisants) avec une fonction amine (ex Diazolinidylurea ; Chloroacetamide) , des conservateurs (stabilisants) avec une fonction alcool (ex : Phenoxypropanol ; Benzyl alcohol ; o-Phenylphenol ; Phenoxy- ethanol) , du benzoate et de ses dérivés, des parabènes et dérivés, du methyldibromoglutaronitrile, du sodium hydroxy methyl glycinate, du triclosan et du sorbate (et/ou acide sorbique) , ainsi que des mélanges de plusieurs de ces conservateurs (stabilisants) . Par exemple un mélange CMI + MI dans des proportions massiques de 3:1.

Exemples

Exemple 1. Souches pathogènes (SP) .

Exemple 2. Mise au point d'un milieu liquide commun à la bactérie de l'invention et aux SP. L' inventeur a remarqué que toutes les souches SP ci-dessus (même CA, dont la culture est recommandée plutôt à pH 5, 6) , mais également la bactérie de l'invention, sont capables de croitre dans un milieu A comprenant un extrait de levure, du peptone et du glucose à pH 7 et à température ambiante.

Exemple 3. Analyse de l'interaction entre la Bactérie de l'invention et SP en culture liquide.

L' inoculum de départ de la souche de la bactérie de l'invention a été fixé à une concentration élevée. Pour ce faire, une colonie de la bactérie de l'invention est prélevée à partir d'une boite agar et inoculée dans 10 ml du milieu A dans une fiole. Le nombre de CFU/ml est déterminé à l'issue d'une incubation de 24h au compteur de particules.

La concentration de l' inoculum de départ des souches SP est de 5.10 2 CFU/ml. Vu la difficulté de mesurer des concentrations aussi faibles au compteur de particules, plusieurs colonies sont prélevées sur boite agar et suspendues dans un volume précis de milieu A. Cette culture est alors dénombrée au compteur de particules et ensuite diluée à la concentration voulue .

Comme montré aux figures 1-3, en culture liquide, la bactérie de l'invention a réduit la croissance de EC, réduit fortement la croissance de CA et a eu un effet encore plus marqué sur

MRSA.

La bactérie de l'invention a également fortement réduit la croissance en milieu liquide Salmonella enterica (subs. Enterica) et de Streptococcus pyogenes .

Par contre, la bactérie de la présente invention n'a pas eu d'effet significatif en culture liquide sur la croissance de KP ou de PA, ce qui montre que la bactérie de l'invention n'a pas de propriétés biocides générales, et suggère un effet spécifique .

Exemple 3. Analyse de l'interaction entre la Bactérie de l'invention et SP en milieu solide.

L'interaction entre la bactérie de l'invention et chaque souche de SP a été étudiée en milieu gélosé : d'une part, l'effet du surnageant de culture a été testé sur une culture gélosée de chaque SP ; d'autre part, l'effet de la bactérie de l'invention sur la croissance des souches SP a été testée par étalement en stries ou par ajout de colonies de la bactérie de l'invention sur un tapis de SP.

CA et EC ont été mises en culture, et montrent une croissance en tapis. L'ajout du surnageant de culture de la bactérie de l'invention a inhibé la croissance de CA et de EC. Un effet inhibiteur était moins évident dans le cas des autres SP.

La mesure d' interactions par stries a montré une croissance importante de la bactérie de l'invention, et un faible nombre de colonies CA. L'effet est encore plus spectaculaire dans le cas de MRSA, et également observable dans le cas de EC.

L' inventeur a également mis les SP en culture sur agar, puis après séchage, 3 colonies de la bactérie de l'invention. Dans le cas de CA, la bactérie de l'invention a eu une croissance importante, qui recouvre CA. L'inventeur a observé que la bactérie de l'invention, là où elle a été ensemencée, a causé des halos d'inhibition de la croissance de MRSA. L'effet est moins marqué pour les autres SP.