Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR CLOSING AN OPENING IN THE WALL OF A BUILDING
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/171264
Kind Code:
A1
Abstract:
A device (1) for closing an opening in the wall of a building, comprising four lateral profile members (2-5) together forming a frame (6) for receiving and holding a closing plate (7) oriented in a plane (P1). The locking profile members (8-11) cooperate with longitudinal ribs (110) provided on the lateral profile members (2-5) in order to effectively retain the closing plate (7). Removing the locking profile members (8-11) requires little effort due to interruptions (21, 22, 31, 32, 41, 42, 51, 52) in the longitudinal ribs (110) that allow the locking profile members (8-11) to be removed by sliding them longitudinally relative to the lateral profile members (2-5).

Inventors:
TIAIBA, Romain (3 Le Presbytère, Chef Lieu, La Motte-en-Bauges, F-73340, FR)
Application Number:
IB2019/051756
Publication Date:
September 12, 2019
Filing Date:
March 05, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
KAOUSMART (Lieu-dit Chef Lieu, La Motte-en-Bauges, F-73340, FR)
International Classes:
E06B3/54; E06B3/58; E06B3/964; E06B3/98
Domestic Patent References:
WO2011121039A22011-10-06
WO2011121039A22011-10-06
Foreign References:
GB2296020A1996-06-19
Attorney, Agent or Firm:
CABINET PONCET (7 chemin de Tillier, B.P 317, Annecy Cedex, F-74008, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 - Dispositif ( 1 ) d’obturation d’une ouverture dans la paroi d’un bâtiment, comprenant quatre profilés latéraux (2-5) formant entre eux un cadre (6) pour la réception et la tenue d’une plaque d’obturation (7) orientée selon un plan (P1 ), ladite plaque d’obturation (7) comportant un bord (7a) et deux faces opposées (7b, 7c), dans lequel :

- au moins deux profilés latéraux opposés (2, 4 ; 3, 5) du cadre (6) comportent chacun une section transversale comportant :

o une base (9),

o une aile longitudinale (10) s’étendant, selon une première direction axiale (I - 1) sensiblement parallèle audit plan (P1 ), depuis la base (9) vers l’intérieur du cadre (6) jusqu’à une extrémité libre (10a), ladite aile longitudinale (10) comportant une surface intérieure (10b) destinée à recevoir par appui l’une des deux faces (7b, 7c) de ladite plaque d’obturation (7),

o une nervure longitudinale (1 10) s’étendant depuis et à l’écart de ladite aile longitudinale (10) selon une deuxième direction axiale (ll-ll) et située à l’écart de la base (9) selon la première direction axiale (I - I), ladite nervure longitudinale (1 10) comportant une première face (1 10a) dirigée vers la base (9), ladite nervure longitudinale (1 10) comportant une deuxième face (1 10b) opposée à la première face (1 10a) et destinée à recevoir en appui le bord (7a) de ladite plaque d’obturation (7),

- le dispositif (1 ) comprend au moins deux profilés de verrouillage (8-1 1 ) à section transversale en forme générale de U comportant une première patte (12) et une deuxième patte (13) se terminant par des extrémités libres (12a, 13a), les première (12) et deuxième (13) pattes définissant entre leurs faces intérieures (12b, 13b) un logement (14) apte à recevoir la nervure longitudinale (1 10) de l’un des deux profilés latéraux opposés (2, 4 ; 3, 5) du cadre (6),

- l’extrémité libre (12a) de la première patte (12) est destinée à venir en appui contre l’autre des deux faces (7b, 7c) de ladite plaque d’obturation (7),

- l’une au moins de la première (1 10a) ou de la deuxième (1 10b) face de la nervure longitudinale (1 10) comporte un premier crantage longitudinal de verrouillage (C1 ),

- l’une au moins de la première (12) ou de la deuxième (13) patte comporte sur sa face intérieure (12b, 13b) un deuxième crantage longitudinal de verrouillage (C2) coopérant par interpénétration avec le premier crantage longitudinal de verrouillage (C1 ) de ladite nervure longitudinale (1 10) lorsque la nervure longitudinale (1 10) de l’un des deux profilés latéraux opposés (2, 4 ; 3, 5) du cadre (6) est reçue dans le logement (14) entre les première (12) et deuxième (13) pattes, - lesdits profilés de verrouillage (8-1 1 ) s’allongent selon des premières distances (D8-D1 1 ) respectives,

caractérisé en ce que les nervures longitudinales (1 10) respectives desdits deux profilés latéraux opposés (2, 4 ; 3, 5) du cadre (6) comportent chacune au moins une interruption longitudinale (21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 , 52) selon une deuxième distance (D21 , D22, D31 , D32, D41 , D42, D51 , D52) autorisant le retrait d’un profilé de verrouillage (8-1 1 ) par un mouvement de coulissement longitudinal dudit profilé de verrouillage (8-1 1 ) jusque dans l’interruption (21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 , 52).

2 - Dispositif (1 ) selon la revendication 1 , caractérisé en ce que le premier crantage longitudinal de verrouillage (C1 ) ou le deuxième crantage longitudinal de verrouillage (C2) comporte une pluralité de crans longitudinaux.

3 - Dispositif (1 ) selon l’une des revendications 1 ou 2, caractérisé en ce que les premier (C1 ) et deuxième (C2) crantages longitudinaux de verrouillage comportent une pluralité de crans longitudinaux.

4 - Dispositif (1 ) selon l’une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que :

- le premier crantage longitudinal de verrouillage (C1 ) est disposé sur la première face (1 10a) de la nervure longitudinale (1 10),

- le deuxième crantage longitudinal de verrouillage (C2) est disposé sur la face intérieure (13b) de la deuxième patte (13),

- un troisième crantage longitudinal de verrouillage (C3) est disposé sur la deuxième face (1 10b) de la nervure longitudinale (1 10),

- un quatrième crantage longitudinal de verrouillage (C4) est disposé sur la face intérieure (12b) de la première patte (12), ledit quatrième crantage longitudinal de verrouillage (C4) coopérant par interpénétration avec le troisième crantage longitudinal de verrouillage (C3) lorsque la nervure longitudinale (1 10) de l’un des deux profilés latéraux opposés (2, 4 ; 3, 5) du cadre (6) est reçue entre les première (12) et deuxième (13) pattes.

5 - Dispositif (1 ) selon l’une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisé en ce que :

- les profilés de verrouillage (8-1 1 ) sont aptes à recevoir la nervure longitudinale (1 10) entre leurs pattes (12, 13) par un simple mouvement de translation relatif selon la deuxième direction axiale (ll-ll) au moyen d’un écartement élastique des extrémités libres (12a, 13a) des première (12) et deuxième (13) pattes l’une à l’écart de l’autre, - chaque profilé de verrouillage (8-1 1 ) comporte au moins le deuxième crantage longitudinal de verrouillage (C2) sur la face intérieure (13b) de la deuxième patte (13), tandis que chacune des nervures longitudinales (1 10) comporte au moins le premier crantage longitudinal de verrouillage (C1 ) sur sa première face (1 10a).

6 - Dispositif (1 ) selon l’une quelconque des revendications 1 à 5, caractérisé en ce que l’écart (EC) entre la nervure longitudinale (1 10) et la base (9) selon la première direction axiale (l-l) permet une réception de la deuxième patte (13) entre la nervure longitudinale (1 10) et la base (9) à faible jeu (J) selon la première direction axiale (l-l).

7 - Dispositif (1 ) selon l’une quelconque des revendications 1 à 6, caractérisé en ce qu’il comporte au moins un profilé d’habillage (15a-15h) à section transversale en forme générale de U sensiblement identique à la section transversale en forme générale de U des profilés de verrouillage (8-1 1 ), avec des première ( 12’) et deuxième (13’) branches définissant entre leurs faces intérieures (12b’, 13b’) un logement (14’) apte à recevoir la nervure longitudinale (1 10) de l’un des deux profilés latéraux opposés (2, 4 ; 3, 5) du cadre (6), dans lequel les faces intérieures (12b’, 13b’) des première (12’) et deuxième (13’) branches sont dépourvues de tout crantage longitudinal de verrouillage.

8 - Dispositif (1 ) selon l’une quelconque des revendications 1 à 6, caractérisé en ce que :

- un troisième crantage longitudinal de verrouillage (C3) est disposé sur la deuxième face (1 10b) de la nervure longitudinale (1 10),

- le dispositif (1 ) comporte au moins un profilé d'habillage (15a-15h) à section transversale en forme générale de U sensiblement identique à la section transversale en forme générale de U des profilés de verrouillage (8-1 1 ), avec des première (12”) et deuxième (13”) branches définissant entre leurs faces intérieures (12b”, 13b”) un logement (14”) apte à recevoir la nervure longitudinale (1 10) de l’un des deux profilés latéraux opposés (2, 4 ; 3, 5) du cadre (6), dans lequel uniquement la face intérieure (12b”) de la première patte (12”) est munie d’un cinquième crantage longitudinal de verrouillage (C5) coopérant par interpénétration avec le troisième crantage longitudinal de verrouillage (C3) de ladite nervure longitudinale (1 10) lorsque la nervure longitudinale (1 10) de l’un des deux profilés latéraux opposés (2, 4 ; 3, 5) du cadre (6) est reçue dans le logement (14”) entre les première (12”) et deuxième (13”) pattes.

9 - Dispositif (1 ) selon l'une quelconque des revendications 1 à 8, caractérisé en ce que le cadre (6) est ajustable en largeur (L) et/ou en hauteur (H).

10 - Dispositif (1 ) selon la revendication 9, caractérisé en ce que : - ies extrémités des profilés latéraux (2-5) du cadre (6) pénètrent à coulissement dans des pièces d’angle (PA1 -PA4),

- des moyens de réglage (16) permettent de régler la longueur selon laquelle les extrémités des profilés latéraux (2-5) pénètrent dans les pièces d’angle (PA1 -PA4).

1 1 - Dispositif (1 ) selon la revendication 10, caractérisé en ce que :

- les extrémités des profilés latéraux (2-5) du cadre (6) sont munies d’une excroissance (17) en forme générale de V,

- les moyens de réglages ( 16) comprennent, sur les pièces d’angle (PA1 -PA4), des mors (20, 20’) formant entre eux un logement (23) sensiblement en forme de V dont la largeur peut être sélectivement modifiée par écartement ou rapprochement relatif desdits mors (20, 20’).

12 - Dispositif (1 ) selon l’une des revendications 10 ou 1 1 , caractérisé en ce que les moyens de réglage (16) permettent de régler la longueur selon laquelle les extrémités des profilés latéraux (2-5) pénètrent dans les pièces d’angle (PA1 - P A4) de façon continue.

13 - Dispositif (1 ) selon l’une quelconque des revendications 9 à 12, caractérisé en ce que :

- le dispositif (1 ) comporte une première face (1 a) destinée à être orientée vers l’extérieur du bâtiment et une deuxième face (1 b) destinée à être orientée vers l’intérieur du bâtiment,

- les moyens de réglage (16) sont manœuvrables seulement par accès à la deuxième face (1 b) du dispositif (1 ).

Description:
DISPOSITIF D’OBTURATION D’UNE OUVERTURE DANS LA PAROI

D'UN BATIMENT

DOMAINE TECHNIQUE DE L’INVENTION

La présente invention concerne le domaine du bâtiment, et concerne plus particulièrement un dispositif d’obturation d’une ouverture dans la paroi d’un bâtiment.

Pour obturer une ouverture dans la paroi d’un bâtiment, on connaît des dispositifs comprenant quatre profilés latéraux formant entre eux un cadre pour la réception et la tenue d’une plaque d’obturation orientée selon un plan. La plaque peut-être en divers matériaux : en bois, en métal, en plastique ou en verre par exemple. Le cadre est fixé à la maçonnerie du bâtiment.

Pour fixer la plaque d’obturation entre les profilés latéraux, on a généralement recours à des parcloses qui sont rapportées et fixées sur les profilés latéraux par encliquetage. Les parcloses sont souvent rapportées et fixées sur la face intérieure (c’est-à-dire orientée vers l’intérieur du bâtiment) du cadre pour les rendre inaccessibles aux intrus situés à l’extérieur du bâtiment.

Pour des questions de sécurité contre les intrusions, il est nécessaire d’assurer une bonne retenue de la plaque d’obturation dans le cadre. Il faut pour cela un encliquetage des parcloses selon un effort non négligeable, voire important. Sinon, une poussée sur la plaque d’obturation, exercée depuis l’extérieur du bâtiment vers l’intérieur du bâtiment, pourrait suffire à désengager les parcloses et séparer la plaque d’obturation du cadre.

Il se pose alors le problème que plus la retenue de la plaque d’obturation doit être importante, plus les efforts de montage par le poseur doivent être importants pour encliqueter les parcloses. Simultanément, un démontage ultérieur des parcloses (pour changer la plaque d’obturation par exemple) devient extrêmement difficile sans les endommager.

Le document WO 201 1/121039 A2 décrit un dispositif selon le préambule de la revendication 1 pour l’obturation d’une ouverture dans la paroi d’un bâtiment.

EXPOSE DE L'INVENTION

Un problème proposé par la présente invention est de fournir un dispositif d’obturation d’une ouverture dans la paroi d’un bâtiment, permettant une bonne retenue de la plaque d’obturation sans pour autant nécessiter d'efforts importants de la part du poseur. Simultanément, la présente invention vise à fournir un dispositif d’obturation d’une ouverture dans la paroi d’un bâtiment dont la plaque d’obturation peut être changée sans trop d'efforts de la part du poseur.

Pour atteindre ces objets ainsi que d'autres, l'invention propose un dispositif selon la revendication 1 pour l’obturation d’une ouverture dans la paroi d’un bâtiment.

Un crantage longitudinal de verrouillage s’entend, au sens de la présente invention, comme un relief ou un creux s’étendant selon une direction dite longitudinale et apte à s'opposer à un effort exercé selon une direction transversale (en l’espèce selon la deuxième direction axiale qui est perpendiculaire à ladite direction longitudinale). La direction d'extension (ou d'allongement) d'un crantage longitudinal de verrouillage coïncide avec la direction d’allongement du profilé latéral ou du profilé de verrouillage portant ledit crantage longitudinal de verrouillage.

Grâce aux interruptions longitudinales des nervures longitudinales, les profilés de verrouillage peuvent au moins être retirés des profilés latéraux par des simples mouvements de translation, sans effort excessif. Les premier et deuxième crantages longitudinaux de verrouillage peuvent ainsi présenter des formes (sections transversales) procurant une très grande capacité de rétention transversale afin de limiter efficacement les risques de séparation des profilés de verrouillage des profilés latéraux par un effort transversal induit par une poussée exercée sur la plaque d’obturation depuis l’extérieur du bâtiment vers l’intérieur du bâtiment.

De préférence, le premier ou le deuxième crantage longitudinal de verrouillage peut comporter une pluralité de crans longitudinaux. Cela permet de régler la distance entre l’extrémité libre de la première patte et la surface intérieure de l’aile longitudinale en vue de l’adapter à l’épaisseur de la plaque d’obturation.

Avantageusement, les premier et deuxième crantages longitudinaux de verrouillage peuvent comporter une pluralité de crans longitudinaux. Cela permet d’augmenter la retenue du profilé de verrouillage sur la nervure longitudinale à l'encontre d’un effort transversal (selon la deuxième direction axiale).

De préférence, on peut prévoir que :

- le premier crantage longitudinal de verrouillage est disposé sur la première face de la nervure longitudinale,

- le deuxième crantage longitudinal de verrouillage est disposé sur la face intérieure de la deuxième patte, - un troisième crantage longitudinal de verrouillage est disposé sur la deuxième face de la nervure longitudinale,

- un quatrième crantage longitudinal de verrouillage est disposé sur la face intérieure de la première patte, ledit quatrième crantage longitudinal coopérant par interpénétration avec le troisième crantage longitudinal de verrouillage lorsque la nervure longitudinale de l’un des deux profilés latéraux opposés du cadre est reçue entre les première et deuxième pattes.

Les troisième et quatrième crantages longitudinaux de verrouillage permettent d’encore augmenter la retenue du profilé de verrouillage sur la nervure longitudinale à l’encontre d’un effort transversal (selon la deuxième direction axiale).

Avantageusement, on peut prévoir que :

- les profilés de verrouillage sont aptes à recevoir la nervure longitudinale entre leurs pattes par un simple mouvement de translation relatif selon la deuxième direction axiale au moyen d’un écartement élastique des extrémités libres des première et deuxième pattes l’une à l’écart de l’autre,

- chaque profilé de verrouillage comporte au moins le deuxième crantage longitudinal de verrouillage sur la face intérieure de la deuxième patte, tandis que chacune des nervures longitudinales comporte au moins le premier crantage longitudinal de verrouillage sur sa première face.

L'écartement élastique des extrémités libres des première et deuxième pattes l’une à l’écart de l’autre permet un montage des profilés de verrouillage sur une nervure longitudinale plus facile et plus rapide. Cette élasticité ne nuit toutefois pas à la sécurité : même en cas de déformation élastique du profilé de verrouillage (induite par une poussée exercée sur la plaque d’obturation depuis l’extérieur du bâtiment vers l’intérieur du bâtiment par exemple), les premier et deuxième crantages longitudinaux de verrouillage restent mutuellement engagés et coopèrent pour retenir la plaque d’obturation.

De préférence, l’écart entre la nervure longitudinale et la base selon la première direction axiale peut permettre une réception de la deuxième patte entre la nervure longitudinale et la base à faible jeu selon la première direction axiale. On peut en particulier prévoir un jeu compris entre 1 ,2 et 2 fois la hauteur d’interpénétration des crantages longitudinaux de verrouillage selon ladite première direction axiale.

Avantageusement, le dispositif d’obturation peut comporter au moins un profilé d’habillage à section transversale en forme générale de U sensiblement identique à la section transversale en forme générale de U des profilés de verrouillage, avec des première et deuxième branches définissant entre leurs faces intérieures un logement apte à recevoir la nervure longitudinale de l'un des deux profilés latéraux opposés du cadre, dans lequel les faces intérieures des première et deuxième branches sont dépourvues de tout crantage longitudinal de verrouillage.

Etant dépourvu de tout crantage longitudinal de verrouillage sur les faces intérieures des première et deuxième branches, le profilé d'habillage peut être engagé et retiré sur la nervure longitudinale par une simple translation selon la deuxième direction axiale, sans trop d’effort. Le profilé d’habillage permet une prolongation du (ou des) profilé(s) de verrouillage pour procurer visuellement une impression de parclose unique constituée par le (ou les) profilé(s) de verrouillage et le (ou les) profilé(s) d’habillage mis bout à bout.

De préférence, on peut prévoir que :

- un troisième crantage longitudinal de verrouillage est disposé sur la deuxième face de la nervure longitudinale,

- le dispositif comporte au moins un profilé d’habillage à section transversale en forme générale de U sensiblement identique à la section transversale en forme générale de U des profilés de verrouillage, avec des première et deuxième branches définissant entre leurs faces intérieures un logement apte à recevoir la nervure longitudinale de l’un des deux profilés latéraux opposés du cadre, dans lequel uniquement la face intérieure de la première patte est munie d’un cinquième crantage longitudinal de verrouillage coopérant par interpénétration avec le troisième crantage longitudinal de verrouillage de ladite nervure longitudinale lorsque la nervure longitudinale de l’un des deux profilés latéraux opposés du cadre est reçue dans le logement entre les première et deuxième pattes.

Un tel profilé d’habillage permet là encore une prolongation du (ou des) profilé(s) de verrouillage pour procurer visuellement une impression de parclose unique constituée par le (ou les) profilé(s) de verrouillage et le (ou les) profilé(s) d’habillage mis bout à bout. Le cinquième crantage longitudinal de verrouillage permet au profilé d’habillage de ne pas se désengager de façon intempestive de la nervure longitudinale et/ou permet au profilé d’habillage de participer quelque peu à une rétention de la plaque d’obturation.

Le fait que la face intérieure de la deuxième patte soit dépourvue de crantage longitudinal de verrouillage permet un retrait du profilé d'habillage sans trop d’effort. On peut par exemple insérer un outil entre la plaque d’obturation et l'extrémité libre de la première patte pour faire levier et tendre à dégager le cinquième crantage longitudinal de verrouillage hors du troisième crantage longitudinal de verrouillage.

Selon un autre aspect particulier de la présente invention, le cadre peut être ajustable en largeur et/ou en hauteur. Les dimensions du cadre peuvent ainsi être adaptées aux dimensions exactes de l’ouverture à obturer. Cela s’avère très utile lorsqu’il faut obturer d’urgence l’ouverture du bâtiment suite à un bris de vitrine ou de fenêtre.

Avantageusement, on peut prévoir que :

- les extrémités des profilés latéraux du cadre pénètrent à coulissement dans des pièces d’angle,

- des moyens de réglage permettent de régler la longueur selon laquelle les extrémités des profilés latéraux pénètrent dans les pièces d’angle.

Dans le cas d’une obturation d'urgence de l’ouverture du bâtiment suite à un bris de vitrine ou de fenêtre, on peut ainsi construire approximativement (donc rapidement) un cadre aux dimensions de l’ouverture par tronçonnage des profilés latéraux et de verrouillage (et éventuellement d’habillage). Après assemblage des profilés latéraux avec les pièces d’angles pour former le cadre, les moyens de réglage permettent d’adapter les hauteur et largeur du cadre en fonction des dimensions exactes de l’ouverture pour une bonne obturation.

De préférence, on peut prévoir que :

- les extrémités des profilés latéraux du cadre sont munies d’une excroissance en forme générale de V,

- les moyens de réglages comprennent, sur les pièces d’angle, des mors formant entre eux un logement sensiblement en forme de V dont la largeur peut être sélectivement modifiée par écartement ou rapprochement relatif desdits mors.

De tels moyens sont simples et permettent un appui en force du cadre contre le tableau maçonné selon des efforts très importants.

Avantageusement, on peut prévoir que les moyens de réglage permettent de régler la longueur selon laquelle les extrémités des profilés latéraux pénètrent dans les pièces d’angle de façon continue. Un réglage continu permet un ajustement fin des dimensions du cadre aux dimensions de l’ouverture dans laquelle doit être installé le dispositif.

De préférence, on peut prévoir que :

- le dispositif comporte une première face destinée à être orientée vers l’extérieur du bâtiment et une deuxième face destinée à être orientée vers l’intérieur du bâtiment, - les moyens de réglage sont manoeuvrables seulement par accès à la deuxième face du dispositif.

Il est ainsi possible de ne donner accès aux moyens de réglage que par l’intérieur du bâtiment pour une bonne sécurité.

DESCRIPTION SOMMAIRE DES DESSINS

D'autres objets, caractéristiques et avantages de la présente invention ressortiront de la description suivante de modes de réalisation particuliers, faite en relation avec les figures jointes, parmi lesquelles :

- la figure 1 est une vue en coupe transversale d’un profilé latéral et d’un profilé de verrouillage pour la construction d’un premier mode de réalisation de dispositif d’obturation selon l’invention, lesdits profilé latéral et profilé de verrouillage étant séparés ;

- la figure 2 est une vue en coupe transversale des profilé latéral et profilé de verrouillage de la figure 1 après assemblage ;

- la figure 3 est une vue de face d’un premier mode de réalisation de dispositif d’obturation selon l’invention ;

- la figure 4 est une vue partielle en perspective du dispositif d’obturation de la figure 3 ;

- la figure 5 est une vue de derrière du dispositif d’obturation de la figure 3 ;

- la figure 6 est une vue en coupe transversale d’un profilé latéral et d’un profilé de verrouillage pour la construction d’un deuxième mode de réalisation de dispositif d’obturation selon l’invention ;

- la figure 7 est une vue en coupe transversale d'un profilé latéral et d’une première variante de profilé d'habillage utilisable dans les premier et deuxième modes de réalisation de dispositif d’obturation ;

- la figure 8 est une vue en coupe transversale d’un profilé latéral et d’une deuxième variante de profilé d’habillage utilisable dans les premier et deuxième modes de réalisation de dispositif d’obturation ;

- la figure 9 est une vue de face du dispositif d’obturation de la figure 3 muni de profilés d’habillage de la figure 7 ou de la figure 8 ;

- la figure 10 est une vue en perspective avant d’un embout destinée à être rapportée aux extrémités d’un profilé latéral ;

- la figure 1 1 est une vue en perspective arrière de l’embout de la figure 10 ;

- la figure 12 est une vue en perspective éclatée d’une pièce d’angle utilisable pour la construction d’un dispositif d’obturation selon l’invention ; et - la figure 13 est une vue en perspective de la pièce d’angle de la figure 12 partiellement assemblée.

DESCRIPTION DES MODES DE REALISATION PREFERES

Sur les figures 1 à 5 est illustré un premier mode de réalisation particulier de dispositif 1 d’obturation d’une ouverture dans la paroi d’un bâtiment.

On voit plus particulièrement sur les figures 3 à 5 que ce dispositif 1 d’obturation comprend quatre profilés latéraux 2 à 5 formant entre eux un cadre 6 pour la réception et la tenue d’une plaque d’obturation 7 orientée selon un plan P1 , ladite plaque d'obturation 7 comportant un bord 7a et deux faces opposées 7b et 7c. Le dispositif 1 d’obturation comporte également des profilés de verrouillage 8 à 1 1 .

Au moins deux des profilés latéraux opposés du cadre 6 (profilés latéraux 2 et 4 d’une part, ou profilés latéraux 3 et 5 d’autre part, et de préférence tous les profilés latéraux 2 à 5) comportent chacun une section transversale telle qu’illustrée sur les figures 1 et 2. Cette section transversale comporte :

o une base 9,

o une aile longitudinale 10 s’étendant, selon une première direction axiale l-l sensiblement parallèle audit plan P1 , depuis la base 9 vers l’intérieur du cadre 6 jusqu’à une extrémité libre 10a, ladite aile longitudinale 10 comportant une surface intérieure 10b destinée à recevoir par appui l’une des deux faces 7b ou 7c de ladite plaque d'obturation 7 (ici la face 7b),

o une nervure longitudinale 1 10 s’étendant depuis et à l’écart de ladite aile longitudinale 10 selon une deuxième direction axiale ll-ll (qui est ici sensiblement perpendiculaire audit plan P1 ) et située à l’écart de la base 9 selon la première direction axiale l-l, ladite nervure longitudinale 1 10 comportant une première face 1 10a dirigée vers la base 9, ladite nervure longitudinale 1 10 comportant une deuxième face 1 10b opposée à la première face 1 10a et destinée à recevoir en appui le bord 7a de ladite plaque d’obturation 7.

Sur la figure 3, on voit que le dispositif 1 comprend au moins deux profilés de verrouillage (8 et 10 d’une part ou 9 et 1 1 d’autre part, et de préférence les quatre). Comme illustré sur les figures 1 et 2, ces profilés de verrouillage 8 à 1 1 ont une section transversale en forme générale de U comportant une première patte 12 et une deuxième patte 13 se terminant par des extrémités libres 12a et 13a. Les première et deuxième pattes 12 et 13 définissent entre leurs faces intérieures 12b et 13b un logement 14 apte à recevoir la nervure longitudinale 1 10 des profilés latéraux 2 à 5 du cadre 6.

L’extrémité libre 12a de la première patte 12 est destinée à venir en appui contre l’autre des deux faces 7b ou 7c de ladite plaque d’obturation 7 (ici la face 7c).

L’une au moins de la première 1 10a ou de la deuxième 1 10b face de la nervure longitudinale 1 10 (ici la première face 1 10a) comporte un premier crantage longitudinal de verrouillage C1.

L’une au moins de la première 12 ou de la deuxième 13 patte comporte sur sa face intérieure 12a ou 13a (ici la deuxième patte 13 sur sa face intérieure 13a) un deuxième crantage longitudinal de verrouillage C2 coopérant par interpénétration avec le premier crantage longitudinal de verrouillage C1 de ladite nervure longitudinale 1 10 lorsque la nervure longitudinale 1 10 de l'un des profilés latéraux 2 à 5 du cadre 6 est reçue dans le logement 14 entre les première 12 et deuxième 13 pattes. Les crantages longitudinaux de verrouillage C1 et C2 coopèrent pour s'opposer à un effort F appliqué sur la première face 7b de la plaque d’obturation 7.

On voit plus particulièrement sur la figure 3 que lesdits profilés de verrouillage 8 à 1 1 s’allongent selon des premières distances D8 à D1 1 respectives.

Les nervures longitudinales 1 10 respectives desdits profilés latéraux 2 à 5 du cadre 6 comportent chacune au moins une interruption longitudinale 21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 et 52 selon une deuxième distance D21 , D22, D31 , D32, D41 , D42, D51 et D52 autorisant le retrait des profilés de verrouillage 8 à 1 1 par un mouvement de coulissement longitudinal dudit profilé de verrouillage 8 à 1 1 jusque dans l’interruption 21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 ou 52.

En pratique, pour permettre de tels retraits par coulissements longitudinaux, on a ici prévu respectivement que :

- D21 et D22 sont supérieures ou égales à D8 ;

- D31 et D32 sont supérieures ou égales à D9 ;

- D41 et D42 sont supérieures ou égales à D10 ;

- D51 et D52 sont supérieures ou égales à D1 1.

Pour adapter à l’épaisseur E de la plaque d’obturation 7 l’engagement du profilé de verrouillage 8 à 1 1 sur la nervure 1 10, le premier crantage longitudinal de verrouillage C1 comporte une pluralité de crans longitudinaux.

De son côté, le deuxième crantage longitudinal de verrouillage C2 comporte un unique cran longitudinal. Le deuxième crantage longitudinal de verrouillage C2 pourrait toutefois également comporter une pluralité de crans longitudinaux, comme dans la variante illustrée sur la figure 6.

Sur cette figure 6, qui est une vue en coupe transversale d’un profilé latéral 2 à 5 et d’un profilé de verrouillage 8 à 1 1 pour la construction d’un deuxième mode de réalisation de dispositif 1 d’obturation, on constate que :

- le premier crantage longitudinal de verrouillage C1 est disposé sur la première face 1 10a de la nervure longitudinale 1 10,

- le deuxième crantage longitudinal de verrouillage C2 est disposé sur la face intérieure 13a de la deuxième patte 13,

- un troisième crantage longitudinal de verrouillage C3 est disposé sur la deuxième face 1 10b de la nervure longitudinale 1 10,

- un quatrième crantage longitudinal de verrouillage C4 est disposé sur la face intérieure 12a de la première patte 12, ledit quatrième crantage longitudinal de verrouillage C4 coopérant par interpénétration avec le troisième crantage longitudinal de verrouillage C3 lorsque la nervure longitudinale 1 10 de l’un des profilés latéraux 2 à 5 du cadre 6 est reçue entre les première 12 et deuxième 13 pattes.

La présence des troisième C3 et quatrième C4 crantages longitudinaux de verrouillage permet d’améliorer la retenue des profilés de verrouillage 8 à 1 1 sur les nervures longitudinales 1 10 à l’encontre d’efforts transversaux.

Dans les deux modes de réalisation, les profilés de verrouillage 8 à 1 1 peuvent, selon un premier mode de manipulation, être engagés sur les nervures 1 10 des profilés latéraux 2 à 5 par un mouvement inverse à celui menant à leur retrait, c’est-à-dire :

- en disposant respectivement les profilés de verrouillage 8 à 1 1 dans l’une des interruptions 21 ou 22, 31 ou 32, 41 ou 42, 51 ou 52, en plaçant les logements 14 dans le prolongement des nervures longitudinales 1 10,

- puis en faisant coulisser les profilés de verrouillage 8 à 1 1 selon les directions d’allongement des profilés latéraux 2 à 5, de façon à faire pénétrer les nervures longitudinales 1 10 dans les logements 14, jusqu’à amener les profilés de verrouillage 8 à 1 1 dans leurs positions illustrées sur la figure 3.

Les profilés de verrouillage 8 à 1 1 peuvent également présenter une certaine capacité de déformation élastique autorisant un écartement élastique des extrémités libres 12a et 13a des première 12 et deuxième 13 pattes l’une à l’écart de l’autre.

Dans un tel cas, les profilés de verrouillage 8 à 1 1 peuvent alors être engagés sur les nervures 1 10 des profilés latéraux 2 à 5 selon un deuxième mode de manipulation consistant en un simple mouvement de translation T relatif selon la deuxième direction axiale ll-ll (figure 2). Lors d’un tel mouvement de translation T,

11 se produit un écartement élastique des extrémités libres 12a et 13a des première

12 et deuxième 13 pattes l’une à l’écart de l’autre qui permet la réception de la nervure longitudinale 1 10 dans le logement 14 prévu entre les pattes 12 et 13.

Il est alors judicieux de prévoir que chaque profilé de verrouillage 8 à 1 1 comporte (comme illustré sur les figures 1 et 2) au moins le deuxième crantage longitudinal de verrouillage C2 sur la face intérieure 13a de la deuxième patte 13, tandis que chacune des nervures longitudinales 1 10 comporte au moins le premier crantage longitudinal de verrouillage C1 sur sa première face 1 10a. En effet, dans le cas d'un effort F sur la plaque d’obturation 7, exercé depuis l’extérieur du bâtiment vers l’intérieur du bâtiment, on a constaté que le profilé de verrouillage 8 à 1 1 tend à se déformer par écartement élastique des extrémités libres 12a et 13a des première 12 et deuxième 13 pattes l’une à l’écart de l’autre. Lors de cette déformation, la face intérieure 12b de la première patte 12 tend à s’éloigner à l’écart de la deuxième face 1 10b de la nervure longitudinale 1 10 tandis que la face intérieure 13b de la deuxième patte 13 est pressée contre la première face 1 10a de la nervure longitudinale 1 10. Prévoir au moins des crantages C1 et C2 comme illustré sur les figures 1 et 2 permet donc une bonne coopération des profilés de verrouillage 8 à 1 1 avec les profilés latéraux 2 à 5 pour retenir efficacement la plaque d’obturation 7.

On voit plus particulièrement sur les figures 2 et 6 que l'écart EC entre la nervure longitudinale 1 10 et la base 9 selon la première direction axiale l-l permet une réception de la deuxième patte 13 entre la nervure longitudinale 1 10 et la base 9 à faible jeu J selon la première direction axiale l-l. Le jeu J peut avantageusement être compris entre 1 ,2 et 2 fois la hauteur h d’interpénétration des crantages longitudinaux de verrouillage C1 et C2 selon la première direction axiale l-l.

Sur la figure 9, le dispositif 1 comporte des profilés d’habillage 15a à 15h qui prolongent les profilés de verrouillage 8 à 1 1 pour procurer une impression visuelle de parcloses continues sur tout le contour intérieur du cadre 6. Les profilés d’habillage 15a à 15h s’étendent toutefois selon des distances bien supérieures à celles des interruptions 21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 et 52. Il faut donc pouvoir les retirer de façon aisée par un mouvement de traction selon la deuxième direction axiale ll-ll à l'écart de l’aile longitudinale 10.

Pour ce faire, une première possibilité consiste en un profilé d’habillage 15a à 15h tel qu’illustré sur la figure 7, à section transversale en forme générale de U sensiblement identique à celle des profilés de verrouillage 8 à 1 1. Ce profilé d’habillage 15a à 15h comporte des première 12’ et deuxième 13’ branches définissant entre leurs faces intérieures 12b’ et 13b’ un logement 14’ apte à recevoir la nervure longitudinale 1 10 de l’un des profilés latéraux 2 à 5 du cadre 6. Les faces intérieures 12b’ et 13b’ des première 12’ et deuxième 13’ branches sont toutefois dépourvues de tout crantage longitudinal de verrouillage.

Une deuxième possibilité consiste en un profilé d’habillage 15a à 15h tel qu’illustré sur la figure 8, à section transversale en forme générale de U sensiblement identique à celle des profilés de verrouillage 8 à 1 1. Ce profilé d'habillage 15a à 15h comporte des première 12” et deuxième 13” branches définissant entre leurs faces intérieures 12b” et 13b” un logement 14” apte à recevoir la nervure longitudinale 1 10 de l’un des profilés latéraux 2 à 5 du cadre 6. Seule la face intérieure 12b” de la première patte 12” est munie d’un cinquième crantage longitudinal de verrouillage C5 coopérant par interpénétration avec le troisième crantage longitudinal de verrouillage C3 de ladite nervure longitudinale 1 10 lorsque la nervure longitudinale 1 10 de l’un des profilés latéraux 2 à 5 du cadre 6 est reçue dans le logement 14” entre les première 12” et deuxième 13” pattes

La face intérieure 13b” de la deuxième patte 13” étant dépourvue de crantage longitudinal de verrouillage, on peut effectuer un retrait du profilé d’habillage 15a à 15h sans trop d’effort. On peut par exemple insérer un outil entre la plaque d’obturation 7 et l’extrémité libre 12a” de la première patte 12 pour faire levier et tendre à dégager le cinquième crantage longitudinal de verrouillage C5 hors du troisième crantage longitudinal de verrouillage C3, avant de tirer le profilé d’habillage 15a à 15h à l’écart du profilé latéral 2 à 5 par un mouvement illustré par la flèche F2.

Selon une possibilité avantageuse de la présente invention, le cadre 6 est ajustable en largeur L et/ou en hauteur H. En l’espèce, comme Illustré sur les figures 3, 4 et 9 :

- les extrémités des profilés latéraux 2 à 5 du cadre 6 pénètrent à coulissement dans des pièces d’angle PA1 à PA4,

- des moyens de réglage 16 permettent de régler la longueur selon laquelle les extrémités des profilés latéraux 2 à 5 pénètrent dans les pièces d’angle PA1 à P A4.

Pour ce faire, les extrémités des profilés latéraux 2 à 5 du cadre 6 sont munies d’une excroissance 17 en forme générale de V au moyen d’un embout 18 (figures 10 et 1 1 ) à tronçon 19 qui s'emboîte dans la base 9. Les moyens de réglages 16 comprennent quant à eux, sur les pièces d’angle PA1 à PA4, des mors 20 et 20’ formant entre eux un logement 23 sensiblement en forme de V dont la largeur peut être sélectivement modifiée par écartement ou rapprochement relatif desdits mors 20 et 20’. L’écartement des mors 20 et 20’ est réglé au moyen de la vis 24 qui est engagée à travers le mors 20 dans un trou lisse et est engagée dans le mors 20’ dans un trou fileté.

Lorsque l’écart entre les mors 20 et 20’ augmente, l’excroissance 17 pénètre plus dans le logement en forme de V ménagé entre les mors 20 et 20’, de sorte que l’extrémité d’un profilé latéral 2 à 5 pénètre selon une plus grande longueur par coulissement dans la pièce d’angle PA1 à P A4. Lorsque l’écart entre les mors 20 et 20’ diminue, l’excroissance 17 sort plus du logement en forme de V ménagé entre les mors 20 et 20’, de sorte que la longueur selon laquelle pénètre l’extrémité d’un profilé latéral 2 à 5 dans la pièce d’angle PA1 à PA4 diminue.

Les moyens de réglage 16 permettent ainsi de régler la longueur selon laquelle les extrémités des profilés latéraux 2 à 5 pénètrent dans les pièces d’angle PA1 à PA4. Grâce aux vis 24, ce réglage s'effectue de façon continue, ce qui permet une parfaite adaptation aux dimensions de l’ouverture dans la paroi du bâtiment.

Sur les figures 3, 5 et 9, on voit que le dispositif 1 comporte une première face 1 a destinée à être orientée vers l’extérieur du bâtiment (figure 5) et une deuxième face 1 b destinée à être orientée vers l'intérieur du bâtiment (figures 3 et 9). Les moyens de réglage 16 (les vis 24 en l’occurrence) sont manœuvrables seulement par accès à la deuxième face 1 b du dispositif 1 (figure 3).

Le dispositif 1 a une grande utilité pour l’obturation temporaire mais fiable d’une ouverture dans la paroi d’un bâtiment qui comprend une fenêtre, porte- fenêtre ou vitrine qui a été endommagée. Il est en effet avantageux dans un tel cas de bien vite obturer ladite ouverture pour éviter toute intrusion. Et poster un vigile en permanence pendant plusieurs jours (le temps d’approvisionner les composants nécessaires à la réparation) est très onéreux, et parfois pas assez fiable.

Lors de l’utilisation du dispositif 1 d’obturation illustré sur les figures 1 à 5, le poseur tronçonne un profilé pour obtenir les profilés latéraux 2 à 5 de façon à obtenir un cadre 6, après ajout des embouts 18 et emboîtement dans les pièces d’angles PA1 à P A4, dont les dimensions en hauteur H et largeur L sont peu inférieures aux dimensions de l’ouverture à obturer.

Le poseur installe ensuite le cadre 6 dans l’ouverture en positionnant celui-ci dans l’épaisseur de la paroi du bâtiment.

Le poseur ajuste (augmente) alors les dimensions du cadre 6 par les moyens de réglage 16 pour presser les profilés latéraux 2 à 5 contre le pourtour intérieur de l’ouverture (appelé aussi tableau). Une telle fixation permet d’éviter de recourir à des éléments d’ancrage dans le tableau : on évite ainsi de détériorer inutilement le tableau, ce qui s’avère très utile s’il s’agit par exemple d’une ouverture dans la façade d’un bâtiment classé au patrimoine historique.

Le poseur débite ensuite un autre profilé pour obtenir les profilés de verrouillage 8 à 1 1. Pour ce faire, il prévoit des distances D8 à D1 1 d’allongement des profilés de verrouillage 8 à 1 1 qui sont inférieures ou égales aux distances D21 , D22, D31 , D32, D41 , D42, D51 et D52 selon lesquelles s’étendent les interruptions 21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 et 52.

Le poseur ajuste alors les dimensions de la plaque d’obturation en fonction des dimensions finales du cadre 6, puis l’insère entre les nervures 1 10 et en appui contre les surfaces intérieures 10b des ailes longitudinales 10.

Le poseur procède ensuite à l’installation des profilés de verrouillage 8 à 1 1 . Cette installation peut se faire selon le premier mode de manipulation précédemment décrit, c’est-à-dire :

- en disposant respectivement les profilés de verrouillage 8 à 1 1 dans l’une des interruptions 21 ou 22, 31 ou 32, 41 ou 42, 51 ou 52, en plaçant les logements 14 dans le prolongement des nervures longitudinales, puis

- en faisant coulisser les profilés de verrouillage 8 à 1 1 selon les directions d’allongement des profilés latéraux 2 à 5, de façon à faire pénétrer les nervures longitudinales 1 10 dans les logements 14, jusqu'à amener les profilés de verrouillage 8 à 1 1 dans leurs positions illustrées sur la figure 3.

En alternative, si les profilés de verrouillage 8 à 1 1 sont dotés d’une certaine élasticité, l’installation peut se faire selon le deuxième mode de manipulation précédemment décrit, c'est-à-dire par un mouvement de translation T (figure 2) selon la deuxième direction axiale ll-ll provoquant une insertion en force des première 12 et deuxième 13 pattes de part et d’autre de la nervure 1 10 par déformation élastique des profilés de verrouillage 8 à 1 1 .

A noter que plus d’un profilé de verrouillage 8 à 1 1 peut être installé sur chaque profilé latéral 2 à 5.

Le poseur peut ensuite, optionnellement, ajouter des profilés d’habillage 15a à 15h qu'il débite également à des longueurs adaptées sur mesure.

Pour démonter ensuite le cadre 6, le poseur commence par retirer les éventuels profilés d’habillage 15a à 15h (par simple traction pour les profilés d'habillage 15a à 15h de la figure 7, ou par un effet de levier suivi d’une traction pour les profilés d’habillage 15a à 15h de la figure 8).

Le poseur poursuit par le retrait des profilés de verrouillage 8 à 1 1. Pour ce faire, il fait coulisser les profilés de verrouillage 8 à 1 1 jusque dans les interruptions 21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 et 52, ce qui a pour effet de sortir les nervures 1 10 des logements 14. Les profilés de verrouillage 8 à 1 1 peuvent alors être retirés transversalement sans effort à l’écart des profilés latéraux 2 à 5.

Le poseur retire ensuite la plaque d’obturation 7, puis réduit les dimensions du cadre 6 à l’aide des moyens de réglage 16 pour le sortir du tableau maçonné de l’ouverture. Enfin, il sépare les profilés latéraux 2 à 5 des pièces d’angles PA1 à P A4.

Une majeure partie, voire la totalité, des éléments pourra être réutilisée ultérieurement pour l’obturation d’une ouverture de dimensions égales ou inférieures.

Il est à noter que les caractéristiques relatives à l’ajustement des dimensions (hauteur et largeur) du cadre 6 sont indépendantes des formes des sections transversales des profilés latéraux et des profilés de verrouillage. Les caractéristiques relatives à l’ajustement des dimensions (hauteur et largeur) du cadre 6 forment ainsi une invention distincte pour laquelle une protection par brevet pourra être recherchée de façon indépendante.

Bien que la présente invention soit présentée en lien avec un cadre 6 de dimensions ajustables, elle est néanmoins applicable à un cadre de dimensions fixes, obtenu par exemple par soudure bout à bout des profilés latéraux 2-5 entre eux, en prenant soin de ménager des interruptions 21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 et 52 des nervures 1 10.

Une unique interruption 21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 ou 52 sur chaque nervure 1 10 est possible. L’interruption ou les interruptions 21 , 22, 31 , 32, 41 , 42, 51 ou 52 peuvent être ménagée(s) en d’autres tronçons de longueur des nervures 1 10 (par exemple en plein milieu de la longueur des nervures 1 10).

Les profilés latéraux 2 à 5, de verrouillage 8 à 1 1 et/ou d’habillage 15a à 15h peuvent être fabriqués, de préférence par extrusion, en divers matériaux tels que du plastique (PVC notamment) ou du métal (aluminium notamment).

La présente invention n'est pas limitée aux modes de réalisation qui ont été explicitement décrits, mais elle en inclut les diverses variantes et généralisations contenues dans le domaine des revendications ci-après.