Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR GATHERING IN AND STOWING A MAINSAIL AFTER IT HAS BEEN LOWERED
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/202147
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a device (1) for gathering in/stowing a lowered mainsail on a boom (3), comprising a sheet (2) for gathering in the sail that is configured to extend longitudinally and symmetrically on either side of the boom, and means (4) for the upward support by cable (5) of the lateral end parts of the sheet. It has a structure (3) for supporting and stiffening the sheet comprising several pairs (9) of arms (10), each pair comprising a central part (11) for fastening to the boom and two arms, which are symmetric with respect to the central part, each arm comprising a proximal rib (13) rotatably articulated on the part about an axis (14) parallel to the boom and a distal rib (15) provided with an end part (16) able to form an angle with the proximal rib, for spacing apart the sheet, and at least one set (20, 21, 22) of two longitudinal rods, for connection between the arms, which are situated respectively on either side of the boom.

Inventors:
BOURDERAU, Frédéric (5 rue du Bois l'Epine, LA ROCHELLE, LA ROCHELLE, 17000, FR)
Application Number:
EP2019/060230
Publication Date:
October 24, 2019
Filing Date:
April 19, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
BOURDERAU, Frédéric (5 rue du Bois l'Epine, LA ROCHELLE, LA ROCHELLE, 17000, FR)
International Classes:
B63H9/10
Domestic Patent References:
WO2012080668A12012-06-21
WO2012080668A12012-06-21
Foreign References:
DE106433C
EP2905218A12015-08-12
US20140014014A12014-01-16
DE106433C
EP2905218A12015-08-12
US20140014014A12014-01-16
Attorney, Agent or Firm:
CABINET BENECH (15 rue d'Astorg, PARIS, PARIS, 75008, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif (1) de récupération/stockage d'une grand-voile affalée sur une bôme, comprenant une toile de récupération (2) de la voile agencée pour s'étendre longitudinalement et symétriquement de part et d'autre de la bôme (3) , et des moyens (4) de support par câble (5) vers le haut (6) des parties d' extrémités latérales (7) de la toile , caractérisé en ce qu'il comporte une structure (8) de soutien et de rigidification de la toile comprenant plusieurs paires (9) de bras (10) , chaque paire comprenant une pièce centrale (11) de fixation sur la bôme et deux bras (10) , symétriques par rapport à la pièce centrale, chaque bras comprenant une membrure proximale (13) articulée en rotation sur ladite pièce (11) autour d'un axe (14) parallèle à la bôme et une membrure distale (15) munie d'une partie d' extrémité (16) propre à former un angle avec ladite membrure proximale, d' écartement de la toile, et au moins un jeu de deux tiges longitudinales (20, 21, 22), de liaison entre les bras, respectivement situées de part et d'autre de la bôme.

2. Dispositif selon la revendication 1, caractérisé en ce que les bras (10) sont télescopiques, la membrure distale (15) pouvant coulisser longitudinalement par rapport à la membrure proximale (13) .

3. Dispositif selon la revendication 2, caractérisé en ce que chaque bras comporte un manchon central (18) doublement télescopique de connexion entre membrure distale et proximale correspondantes.

4. Dispositif selon l' une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les parties d' extrémité (16) sont articulées au reste des membrures distales correspondantes et/ou aux extrémités éloignées des membrures proximales correspondantes, en rotation autour d'un axe parallèle au premier axe (14) .

5. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que l'angle formé entre partie d' extrémité (16) et reste (17) de la membrure distale situé dans le prolongement de la membrure proximale (13), ou la membrure proximale (13), est compris entre 90° et 180°.

6. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les tiges (20, 21, 22) de liaison sont formées par des joncs en fibres de verre souple et résine.

7. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que il comporte trois jeux de joncs (20, 21, 22) parallèles et symétriques par rapport à la bôme (3) , à savoir un premier jeu de deux joncs (22), de liaison des parties d' extrémité des bras (10), un deuxième jeu intermédiaire de joncs (21) , solidaires de parties intermédiaires des membrures distales (15) ou du manchon central (18), et un troisième jeu de joncs (20) solidaires du manchon central (18) ou des membrures proximales (13) .

8. Dispositif selon la revendication 1, caractérisé en ce que, les tiges longitudinales étant des joncs souples, la membrure proximale comprend un premier élément inférieur proximal (84) articulé sur la pièce centrale (76 ) , et en ce que la membrure distale comprend un élément télescopique (86) coulissant par rapport au premier élément inférieur, un élément de bras intermédiaires (89) muni d' une extrémité inférieure (90) de connexion avec un premier jonc (82), articulée en (88) sur l'élément télescopique (86) , l'axe (92) de l'articulation étant décalé par rapport au premier jonc (82) .

9. Dispositif selon la revendication 3, caractérisée en ce que la membrure distale comprend de plus un élément de bras supérieur (94) dont l' extrémité inférieure est articulée avec un axe décalé (95) par rapport à un deuxième jonc (81), à l' élément de bras intermédiaires (89) et l' extrémité supérieure est connectée à un troisième jonc (80) .

10. Dispositif selon la revendication 9, caractérisée en ce que les moyens de support par câble vers le haut des parties d' extrémité latérales de la toile sont fixées sur l'élément de bras supérieur entre l'axe (95) et le jonc (81) .

11. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que la toile (2) comprend des fourreaux (25) de passage des bras articulés auxquelles elle est fixée à une extrémité et sur la bôme à l'autre extrémité.

.12. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moyens (4) de support par câble sont formés par des suspentes fixées d'un côté sur les extrémités propres à former un angle et agencés pour être fixées de l'autre côté sur le mât.

13. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que la partie médiane de la toile est équipée d'une ralingue (29) agencée pour s'endrailler dans une gorge (30) longitudinale supérieure de la bôme (3) .

14. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il comporte une ou des plaques (36) ou un longeron de fixation sur la face inférieure de la bôme (3) , solidaire des pièces centrales 11) des bras télescopiques .

15. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que il comprend des moyens de commande de la hauteur de la bôme par rapport au pont, agencés pour permettre l' ouverture ou la fermeture des bras télescopiques.

Description:
DISPOSITIF DE RECUPERATION ET DE STOCKAGE D'UNE GRAND

VOILE APRES AFFALAGE

La présente invention concerne un dispositif de récupération/stockage d' une voile affalée sur une bôme, comprenant une toile de récupération de la voile agencée pour s'étendre longitudinalement et symétriquement de part et d'autre de la bôme, et des moyens de support par câble vers le haut des parties d' extrémités latérales de la toile.

Elle trouve une application particulièrement importante bien que non exclusive, dans le domaine de la marine à voile et plus particulièrement pour bateaux de plaisance ayant une grand-voile de taille importante.

La montée en dimensions des voiliers de croisière entraîne en effet une augmentation proportionnelle des difficultés pour affaler et ferler la grand-voile sur la bôme, car celle-ci devient de plus en plus haute et inaccessible.

Sur les gros catamarans de plus de 15 m, il n'est pas rare de voir des bômes à plus de 3 m du pont du bateau.

Sur les bateaux destinés à la location, utilisés par des équipages qui ne sont pas forcément compétents et/ou amarinés, les risques encourus par les équipages du fait des difficultés de cette manœuvre, sont encore accrus.

Pour simplifier l'affalage, ils existent des systèmes permettant de rentrer et de stocker la grand-voile, soit dans le mât soit dans la bôme. On connaît ainsi des systèmes d' enrouleur de grand-voile rapportée le long du mât ou dans le mât . Outre que ces dispositifs s'avèrent coûteux, ils entraînent une perte importante de performance en vitesse et en cap en comparaison avec un bateau identique non équipé de tels systèmes.

Ils imposent en effet des voiles triangulaires, sans arrondis de chute (absence de lattes), ce qui implique une plus petite surface de grand-voile notamment sur les catamarans .

De plus, l'augmentation du poids mort sur le mât est facteur d' instabilité, défaut de redressabilité du navire, ce qui implique une diminution de sa sécurité et de son confort.

On observe également au port et/ou lorsque le bateau est au mouillage, un bruit aérodynamique provoqué par le mât enrouleur particulièrement nuisible.

On connaît également des bômes à enrouleur. Ces modèles sont ici également coûteux, et de poids important. Ils manquent de plus de fiabilité, certains modèles s' étant même révélés dangereux du fait de blocage en conditions météorologiques difficiles.

Même si l'idée de l'enroulement de la grand-voile dans la bôme paraît une solution logique et séduisante, elle ne fonctionne correctement que moyennant certaines précautions difficiles à respecter par des équipages non amarinés dans des conditions de vent fort. En résumé toutes ces solutions constituent des alternatives coûteuses, lourdes et souvent peu fiables voire dangereuses en cas de conditions extrêmes en présence d'un équipage non entraîné.

Pour récupérer et ferler la grand-voile sur la bôme, on connaît également des systèmes plus traditionnels utilisés sur les grand-voiles entièrement lattées dites en langue anglo-saxonne « full-batten ».

Ici la grand-voile est réceptionnée dans un taud protecteur dit « lazy-bag » en langue anglo-saxonne, en toile guidée lors de sa descente et de sa montée, par un système de suspentes ou câbles rattachés plus haut sur le mât dit « lazy-jacks » en langue anglo- saxonne .

C'est le système actuellement le plus classiquement rencontré, car simple à utiliser en mer, fiable et compétitif tant au niveau du poids, que des performances qu'il autorise et de son prix.

De tels systèmes présentent néanmoins également des inconvénients.

Ils nécessitent en effet une intervention manuelle directe, le long du mât pour l'affalage, et ensuite le long de la bôme pour ferler la grand-voile et refermer le taud sur la voile pour la protéger des ultraviolets. Or, ces opérations sont toujours acrobatiques et risquées lorsqu'il y a des mouvements du bateau (roulis, tangage) en particulier sur de grosses unités, dont certains nouveaux modèles sont équipés d'une bôme dépassant largement l' arrière de la casquette au-dessus du cockpit. On connaît également (DE 106 433 ; WO 2012/080668 ; EP 2 905 218 ; US 2014/0014014) des dispositifs de rangement de grande voile sur la bôme comprenant un sac plus ou moins rigide longitudinal de réception de la voile affalée. Ces dispositifs sont soit très rigides, soit compliqués (boudins gonflables) , sont peu adaptés et/ou faiblement escamotables en position de navigation (grand voile hissée) .

La présente invention vise à fournir un dispositif répondant mieux que ceux antérieurement connus aux exigences de la pratique, notamment en ce qu'il permet l'affalage et le stockage de la grand-voile sur la bôme, à distance, à partir du pont, sans obligation d' intervention manuelle directe toujours acrobatique et risquée du fait des mouvements du bateau.

Elle fait l'objet d'une marque déposée « LAZY RACK ».

Elle permet de plus la fermeture du taud de bôme, à distance, protégeant ainsi la voile des UV en toute sécurité et ce pour un coût réduit.

Pour ce faire l' invention part du principe d' utiliser un taud avec grand-voile à ris traditionnelle, automatique, entièrement lattée, rigidifié par une structure semi-souple comprenant des bras articulés et/ou télescopiques, en aluminium ou en tout autre matériau adapté, disposés à intervalles réguliers le long de la bôme et symétriquement de part et d'autre de celle-ci, reliés entre eux par des joncs longitudinaux, par exemple en fibres de verre (vinylester ou similaire) .

Une telle structure est habillée par le taud en toile anti UV, articulé et avancé pour s' ouvrir en deux parties symétriques de part et d' autre de la bôme pour recevoir la grand-voile, avec une angulation variable des bras articulés, par exemple commandés à distance.

Dans le mode de réalisation plus particulièrement décrit, c' est en réglant les tensions sur ces bras, de façon automatique et/ou à distance qu'il sera possible de leur donner un angle pour positionner les bras en position désirée.

L' invention propose ainsi un système simple, convivial dans son fonctionnement, fiable, léger, économique et compétitif, tant en ce qui concerne sa fabrication, qu'en ce qui concerne son utilisation.

Dans ce but la présente invention propose notamment un dispositif de récupération/stockage d'une grand-voile affalée sur une bôme, comprenant une toile de récupération de la voile agencée pour s'étendre longitudinalement et symétriquement de part et d'autre de la bôme, et des moyens de support ou suspente par câble vers le haut des parties d' extrémités latérales de la toile , caractérisé en ce qu' il comporte une structure de soutien et de rigidification de la toile comprenant plusieurs paires de bras, chaque paire comprenant une pièce centrale de fixation sur la bôme et deux bras, symétriques par rapport à la pièce centrale, chaque bras comprenant une membrure proximale articulée en rotation sur ladite pièce autour d'un axe parallèle à la bôme et une membrure distale munie d' une partie d' extrémité propre à former un angle avec ladite membrure proximale, d' écartement de la toile, et au moins un jeu de deux tiges longitudinales, de liaison entre les bras télescopiques, respectivement situées de part et d' autre de la bôme .

La structure, habillée par la toile anti UV, est donc articulée et s' ouvre en deux parties symétriques de part et d' autre de la bôme pour recevoir la grand- voile. L' angulation des bras articulés est commandée par les moyens de support par câble, également connu en langue anglo-saxonne sous le nom de « lazy-jack ».

Le système formé par la toile et la structure est ainsi agencé pour que le relâchement de la tension des câbles permette d'ouvrir les deux parties de la toile qui est donc alors prête à recevoir la grand- voile dans son berceau, au moment de son affalage, constituant ainsi une forme de canoé.

Avantageusement les bras sont alors télescopiques, c'est à dire que les membrures distale et proximale peuvent coulisser longitudinalement l'une par rapport à l'autre.

Dans des modes de réalisation avantageux, on a de plus recours à l'une et/ou à l'autre des dispositions suivantes :

les membrures distales et proximales sont télescopiques l'une par rapport à l'autre;

chaque bras comporte un manchon central doublement télescopique de connexion entre membrures distale et proximale correspondantes; - la toile comprend des fourreaux de passage des bras articulés auxquels elle est fixée à une extrémité et sur la bôme à l'autre extrémité. Ils sont agencés pour coulisser dans lesdits fourreaux entre une position ouverte des bras et une position fermée;

- les moyens de support par câble sont formés par des suspentes fixées d'un côté sur les extrémités propres à former un angle et agencés pour être fixées de l'autre côté sur le mât ;

- la partie médiane de la toile est équipée d'une ralingue agencée pour s'endrailler dans une gorge longitudinale de la bôme. Avantageusement il s'agit de la gorge du profil de bôme, de fixation de la bordure de grand-voile, qui doit de ce fait et en l'espèce être à bordure libre ;

- les parties d' extrémité sont articulées au reste des membrures distales correspondantes et/ou aux extrémités éloignées (de la bôme) des membrures proximales correspondantes, en rotation autour d'un axe parallèle au premier axe ;

- l'angle formé entre ladite partie d' extrémité et le reste de la membrure distale situé dans le prolongement de la membrure proximale, ou ladite membrure proximale, est compris entre 90° et 180° ;

- les tiges de liaison sont formées par des joncs en matière plastique souple ou semi-rigide, ou en matériau composite par exemple formé de fibres de verre souple et de résine, par exemple de la résine vinylester ou similaire. Par semi-rigide on entend qui peut se ployer sur 30° à 60° par rapport à un axe longitudinal du jonc ;

le dispositif comporte trois jeux de joncs parallèles et symétriques par rapport à la bôme, à savoir un premier jeu de deux joncs, de liaison des parties d' extrémité des bras, un deuxième jeu intermédiaire de deux joncs, solidaires des parties intermédiaires des membrures distales ou du manchon central, et un troisième jeu de deux joncs solidaires du manchon central ou des membrures proximales, par exemple dans leurs portions d' extrémités respectives solidaires en rotation de la pièce centrale ;

- le dispositif comporte une plaque ou des plaques ou un longeron de fixation sur la face inférieure de la bôme, solidaire des pièces centrales des bras télescopiques ;

- il comporte des moyens de liaison par mouflage des tiges avec la toile ;

- les moyens de support sont agencés pour ouvrir ou fermer les bras télescopiques en fonction de la hauteur de la bôme ou de l' extrémité de la bôme par rapport au pont ;

- il comporte des moyens de commande de la hauteur de la bôme par rapport au pont pour permettre cette ouverture/fermeture et/ou ce réglage. Cette hauteur est par exemple réglée pour tenir la balancine, c' est à dire le câble fixé entre 1' extrémité de la bôme et le haut du mât, à la bonne hauteur, par exemple par le biais d' un palan gréé sur l' extrémité de la balancine d' un côté, et ramené au pied de mat pour étarquage de l'autre côté, avec un éventuel rappel dans le cockpit.

En cas de Haie bas de bôme hydraulique, c'est la commande de celui-ci qui peut également permettre un tel réglage.

L' automatisation du fonctionnement à distance est ainsi obtenue par une seule manœuvre, par exemple constituée par le renvoi au cockpit du dernier brin d'un palan (d'une puissance adaptée au poids de l' ensemble Grand Voile (G.V.), bôme et dispositif de récupération, du bateau concerné) frappé entre l'extrémité arrière de la bôme et l'extrémité inférieure de la balancine de bôme.

Le réglage de ce palan permet de commander la hauteur de l'extrémité arrière de la bôme par rapport au pont du bateau.

Il permet, ainsi, par réaction, de régler la tension des suspentes disposées de façon connue (Lazy jack) sans autres précautions que de vérifier, au préalable, la libération de toutes les autres manœuvres (écoutes et haie bas de bôme) .

Plus précisément, la mise en tension du palan de balancine permet le relâchement de la tension des « Lazy jack » ce qui fait ouvrir les deux moitiés du « Lazy bag » alors prêt à recevoir la grand-voile dans le berceau ainsi constitué, au moment de son affalage.

La manœuvre inverse permet, une fois la voile affalée, de refermer les deux parties du « Lazy bag » pour constituer un fourreau de protection et de stockage de la grand-voile, à distance, sans intervention manuelle directe et cela quelque-soit le volume de celle-ci.

Enfin, de même, après ouverture de l'ensemble et hissage de la grand-voile, l' abaissement de la bôme en position de navigation, par relâchement du palan de la balancine de bôme, provoque la mise en tension des « Lazy jack », ce qui permet, par la mise en tension de la toile, d' escamoter complètement le « Lazy bag structuré » (« Lazy rack ») , en plaquant, verticalement, les deux moitié, de part et d'autre de la grand-voile sans autres inconvénients de poids, de fardage (traînée aérodynamique), d' encombrement et de fiabilité qu'un « Lazy bag » traditionnel universellement monté sur 80% des bateaux de croisière du marché.

L' invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui suit de modes de réalisation donnés ci-après à titre d' exemples non limitatifs. La description se réfère aux dessins qui l' accompagnent dans lesquels :

La figure 1 est une vue en coupe transversale d'une moitié de dispositif selon un premier mode de réalisation de l' invention.

Les figures 2A et 2B sont respectivement une vue en coupe transversale partielle et une vue de dessus de la pièce centrale, de fixation du dispositif sur la face inférieure de la bôme, selon un mode de réalisation de l' invention.

La figure 3 est une vue en perspective d'un jeu de bras selon un second mode de réalisation de l' invention. La figure 4 est une vue latérale montrant un mode de réalisation du dispositif selon l' invention sur la bôme d' un voilier.

La figure 5 montre schématiquement le principe de fonctionnement d'un dispositif selon un mode de réalisation de l' invention, entre une position ouverte prête au hissage ou à l'affalage de la grand- voile, une position fermée au port et une position totalement fermée en condition de navigation.

La figure 6 est une vue partielle en perspective d'un autre mode de réalisation du dispositif de récupération selon l' invention.

La figure 7 est une vue en perspective d'un jeu de bras, selon un troisième mode de réalisation de l' invention.

La figure 8 est une vue en perspective d'un autre mode de réalisation de la pièce centrale de fixation des bras du dispositif selon l' invention, sur la face inférieure de la bôme.

La figure 9 est une vue en coupe transversale d'une moitié de dispositif de la figure 7 dans ses trois positions de fonctionnement.

La figure 10 est une vue latérale de l' articulation supérieure du dispositif de la figure 7.

La figure 11 est une vue latérale montrant un mode de réalisation du dispositif selon l' invention, fixé à la bôme et au mat.

La figure 1 montre une demi-coupe d'un dispositif 1 de récupération de grand-voile (non représentée) en position ouverte (état A) , fermée, au port (état B) et en condition de navigation (état C) .

Il comprend une toile de récupération 2 de la voile agencée pour s'étendre longitudinalement et symétriquement de part et d'autre de la bôme 3.

Des moyens 4 de support, ou suspentes formées par des câbles 5, supportent vers le haut (flèche 6) les parties d' extrémités latérales 7 de la toile, comme cela sera plus particulièrement décrit ci-après.

Le dispositif comporte une structure 8 de soutien et de rigidification de la toile 2 comprenant plusieurs paires 9, par exemple quatre paires (mais cela dépendra de la longueur de la bôme) , de bras télescopiques 10, chaque paire comprenant une pièce centrale 11 de fixation sur la bôme 3 des deux bras 10 d'une même paire.

Un seul bras est représenté sur la figure, l'autre étant disposé de façon symétrique par rapport à la bôme ou à l'axe 12 de symétrie du bateau.

Chaque bras comprend une membrure proximale 13 articulée en rotation sur la pièce 11 autour d'un axe

14 parallèle à la bôme et une membrure distale 15 comprenant une partie d' extrémité 16 propre à former un angle alpha avec ladite membrure proximale et/ou la partie de rattachement 17 de la membrure distale

15 avec la membrure proximale 13.

Avantageusement les membrures sont par exemple formées par des tubes extrudés en aluminium ou tout autre matériau adapté, de forme carrée ou rectangulaire avec arêtes arrondies de section adaptée à la taille du bateau. Dans le mode de réalisation décrit en référence à la figure 1, les membrures sont télescopiques l'une par rapport à l'autre.

Plus précisément (voir étapes B et C) la partie de rattachement 17 est montée coulissante dans une extrémité de manchon tubulaire intermédiaire 18, dont l'autre extrémité est quant à elle montée coulissante avec la membrure proximale 13.

Les dimensions relatives et les positions maximales en butée de ces éléments sont prévues en conséquence pour éviter leur désemboitement et permettre un coulissement approprié.

Dans ce mode de réalisation la partie de rattachement 17 est articulée en rotation avec la partie d' extrémité 16 des membrures distales autour d'un axe 19 parallèle au premier axe 14, ce qui permet de faire varier l'angle alpha d'une valeur comprise entre 90° (par exemple 120° état A) et

180° (ou sensiblement 180° - état C) .

Le dispositif 1 comporte de plus trois jeux de tiges 20, 21, 22, qui s'étendent longitudinalement le long de la bôme 3 et qui sont fixées par exemple de façon souple aux membrures, par exemple par une boucle 23 avec anneau 24 et/ou par mouflage, de façon permettant un léger coulissement.

Plus précisément les tiges sont par exemple formées par des joncs souples en matière plastique de la longueur ou sensiblement de la longueur de la bôme, à savoir un premier jonc 22 de liaison des parties d' extrémité 16 des bras, un deuxième jonc 21 intermédiaire solidaire de la membrure distale sensiblement au niveau de l'articulation autour de l'axe 19, et un troisièmement jonc 20 solidaire du manchon central 18 ou des membrures proximales.

La toile 2 comprend quant à elle des fourreaux 25 de passage des manchons et/ou des membrures proximales des bras articulés.

Elle est fixée (de façon connue en elle-même) à une de ses extrémités 26 sur le bout 27 de la partie d' extrémité 16 de la membrure distale, au niveau et/ou aux alentours de l'articulation en rotation autour de l'axe 19, de façon souple ou coulissante, et sur le dessus 28 de la bôme, avantageusement par une ralingue 29 glissée dans la rainure 30 initialement prévue pour la fixation de la bordure de grand-voile.

On va maintenant décrire plus précisément en référence aux figures 2A et 2B la pièce de fixation 11 sur la bôme 3.

Celle-ci est par exemple formée par une pièce 31 en aluminium ou tout autre matériau adapté usiné ou de fonderie, comprenant deux extrémités latérales 32 formées chacune de deux plaques latérales plates 33, espacées l'une de l'autre par exemple de 5 à 10 cm, symétriques par rapport à un axe central 34 et respectivement percée horizontalement par des orifices 35 en vis-à-vis, de passage des axes 14 de rotation des membrures proximales (non représentées) .

La cornière métallique 31 comprend, fixée sur sa partie supérieure, une plaque 36 glissée à l' intérieur d'une rainure inférieure 37 pratiquée dans la bôme 3, ce qui permet la fixation et le maintien de la pièce sur la partie inférieure de la bôme 3.

Dans la suite de la description on utilisera les mêmes numéros de référence pour désigner des éléments identiques ou similaires.

La figure 3 montre une paire 9 de deux bras articulés 10 selon le mode de réalisation de l'invention plus particulièrement décrit ici.

La pièce 11 fixée sur le fond de la bôme 3 par le biais de la plaque 36, est articulée à la membrure proximale 13, via l'axe 14.

Elle est prolongée de façon axiale par la membrure distale 15, elle-même comprenant 1' articulation autour de l'axe 19 de son extrémité 16, pour former un angle alpha compris entre 90° et 180°.

Plus précisément, la membrure distale est ici formée d'un tube 38 articulé à sa portion d' extrémité 39 (par exemple au 1/4 de sa longueur), et d'une pièce en forme de moufle ou de cornière 40, fixée ou montée coulissante à l' extrémité 41 de la membrure proximale 13, opposée à l' extrémité articulée autour de l'axe 14.

Deux jeux de trois joncs 20, 21 et 22, par exemple en matériau connu sous la dénomination Vinylester, s'étendent longitudinalement et symétriquement le long de, et par rapport à la bôme 3. Ils passent au travers d'anneaux de guidage 24 respectivement fixés sensiblement en partie médiane 42 de la membrure proximale 13, sur la partie terminale 43 de la portion d' extrémité 39, un peu décalée et/ou sensiblement au niveau de l' articulation autour de l'axe 19, et enfin à l' extrémité de la membrure distale 15. Cette fixation par le biais d'anneaux permet une souplesse et flexibilité de fonctionnement encore améliorée par la souplesse des joncs eux- mêmes .

La figure 4 est une vue latérale montrant un mât 44 comprenant une bôme 3 muni d'un dispositif 1 du type de celui représenté sur la figure 1, comprenant quatre jeux 45, 46, 47 et 48 de bras articulés selon l' invention.

Plus précisément la bôme est fixée au mât par un vis de mulet 49, la grand-voile 50 étant endraillée sur le mât de façon connue en elle-même, par exemple par des coulissots 51.

Le dispositif 1 comprend les joncs 20, 21 et 22 reliés aux bras télescopiques 10. Les portions d' extrémité des membrures distales sont quant à elles accrochées aux suspentes 5, 5' , 5 ' ' ; 5 ' ' ' qui sont reliées de façon connue à des hauteurs différentes à un câble principal 52, (de façon coulissante ou non) fixé en partie basse 53 sur l'extrémité de la bôme située à côté du vis de mulet et de l'autre en partie haute du mât .

Les bras télescopiques soutiennent la toile 2 comme cela a été décrit ci-avant, en étant passés dans des fourreaux réalisés dans la toile proprement dite, de fabrication courante par une voilerie.

La hauteur des bras télescopiques (ou la longueur des membrures) est progressive, de l' extrémité 54 côté point d'écoute, vers le côté 55 point d'amure contre le mât, pour s'adapter à la progression du volume de la voile ferlée.

C'est ainsi la coupe de la toile qui commandera les dimensions nécessaires à chaque bras télescopique pour envelopper parfaitement la grand-voile ferlée au port .

Dans le mode de réalisation décrit ici, les suspentes 5, 5' ou lazy-jacks sont des lignes ou câbles terminés par des poulies 56 formant des palans progressifs constitutifs du câble principal, l'axe de chacune des poulies successives étant rattaché à un brin du palan d'après, de façon connue en elle-même.

Il est ainsi possible de doser automatiquement les tensions nécessaires sur chaque bras articulé pour tendre la toile autour de la grand-voile ferlée.

Une prolonge amovible (non représentée) , réalisée avec la même toile, adaptable à l'aide par exemple de fixation connue sous la marque « Velcro », autour du mât, peut être prévue pour compléter la protection de la toile, le long du mât, de la têtière 57 du point de drisse au point d'amure 55, de façon connue en elle-même.

L' extrémité de la bôme est quant à elle fixée à la balancine 58, actionnable en pied de mât ou dont la commande est ramenée dans le cockpit.

Les tensions sur la balancine et/ou sur le câble 52 sont agencées pour permettre le réglage de l'ouverture ou de la fermeture du dispositif, comme cela va maintenant être décrit en référence à la figure 5. La figure 5 montre une portion du dispositif 1 selon le mode de réalisation de l' invention plus particulièrement décrit ici, en position ouverte (état A) , en position fermée au port (état B) et en position fermée de navigation (état C) , ce qui permet d' illustrer le fonctionnement du dispositif.

Lorsque la tension sur les suspentes 5 est relâchée, le dispositif s'ouvre de lui-même, sous son propre poids (état A) . Les membrures distales ont leurs parties d' extrémité 16, qui s'écartent naturellement et forment un angle a par exemple de 120° avec les parties proximales .

En d'autres termes, en position ouverte le relâchement de la tension des suspentes permet d'ouvrir les deux parties de la toile ainsi prête à recevoir la grand-voile dans son berceau, au moment de son affalage.

La position d' ouverture maximum des bras télescopiques 17 est commandée par des butées d'angle 59 des embases dans le profil de bôme.

Comme on l'a vu, la partie médiane 60 de la toile est par ailleurs équipée d'une ralingue 61 destinée à s'endrailler dans la gorge 62 du profil de bôme.

L'état B montre le dispositif en position fermée. Une fois la voile complètement affalée, elle repose en vrac dans la toile entre les suspentes 5. Il suffit alors de reprendre leurs tensions, pour rabattre à distance l' ensemble de la structure et la refermer sur la totalité de la grand-voile en la protégeant des ultraviolets. En tirant sur les suspentes, les bras télescopiques s' allongent pour reprendre le mou 63 de toile 2.

Les extrémités 26 de la toile viennent alors en contact et assurent l' étanchéité relative du dispositif.

Enfin l' état C montre le dispositif 1 en position complètement fermée .

Ici la voile (non représentée) est complètement hissée et établie, et le dispositif fermé permet d' escamoter (relativement sans conséquence sur l' écoulement du vent) la structure en position de navigation.

Dans le mode de réalisation plus particulièrement décrit ici, la présente invention présente l' avantage de permettre la fermeture du dispositif à distance et donc de rendre possible le rangement et le stockage de la grand-voile à l' abri des ultraviolets, et 1' ouverture de la toile afin de permettre de hisser la grand-voile sans intervention directe sur la bôme.

Ce dispositif présente également 1' avantage d' écarter les suspentes (lazy-jack) en partie basse, retardant ainsi le risque que celles-ci ne s' accrochent dans les lattes forcées pendant la montée de la grand-voile, problème actuellement récurrent à chaque manœuvre d' établissement d' une grand-voile lattée de ce type.

Dans la suite de la description on s'efforcera d' utiliser les mêmes numéros de référence pour désigner des éléments identiques ou similaires. En référence aux figures 6 et 7, l' invention propose notamment un dispositif 70 de récupération/stockage d'une voile (non représentée) affalée sur la bôme 71, comprenant une toile 72 agencée pour s'étendre longitudinalement et symétriquement de part et d'autre de la bôme 71 et structurée à l'aide de quatre (ou plusieurs) paires 73 de bras 74 coulissants et articulés dans un plan perpendiculaire 75 à la bôme.

Chaque paire 73 de bras s'articule symétriquement sur une embase 76 (voir figure 7), centrale, fixée sous la bôme, et qui sera décrite plus précisément en référence à la figure 8.

La partie médiane 77 de la toile est solidaire de la bôme 71 par l' intermédiaire d'une ralingue 78 endraillée, dans la gorge 79 située en partie supérieure des extrusions de profil de bôme, par exemple du commerce.

Ces quatre paires de bras sont reliées longitudinalement par trois jeux de joncs ou lattes- joncs (80, 81, 82) parallèles, semi-souples en vinylester (ou similaire) disposés symétriquement de part et d'autre de la bôme.

Les lattes-joncs sont passées dans des fourreaux 83 (voir figure 7) cousus longitudinalement à l' intérieur de la toile 72 du « lazy bag ».

Chaque bras est par exemple constitué de quatre éléments distincts.

Un élément 84 inférieur proximal, par exemple en tube carré, qui s'articule sur l'embase fixe 76, solidaire de la face inférieure 85 de la bôme, et dans lequel coulisse un élément télescopique, par exemple un tube rond 86 (partie télescopique) dont l'extrémité supérieure 87 se termine par une pièce d' articulation 88.

L'élément télescopique coulisse entre une première position déterminée de rétroaction du bras et une deuxième position déterminée d' allongement du bras.

Un élément de bras intermédiaire 89 distal qui s'articule sur la pièce précédente 88 dont l' extrémité inférieure 90 reçoit un embout 91 destiné au passage de la première latte-jonc 82.

A noter que l'axe 92 de cette articulation, parallèle à la bôme, est décalé par rapport à l'axe du jonc 82.

La partie supérieure 93 de cet élément 89 de bras intermédiaire se termine par une pièce d' articulation 88 identique à la précédente.

Enfin un élément 94 de bras supérieur, qui s'articule selon le même schéma que précédemment, avec un axe 95 décalé par rapport à un embout identique 91, permettant le passage du deuxième jonc 81 longitudinal .

A noter qu'un point 96 d' accrochage d'un « Lazy jack » 97 est prévu sur cette partie 90 d' élément de bras, entre l'axe d' articulation 95 et l'axe de ce deuxième jonc 81, en extrémité inférieure de cet élément (voir également la figure 9) .

Enfin l' extrémité supérieure de ce dernier élément se termine par un embout identique 91 permettant le passage du troisième jonc 80. La recherche permanente du meilleur coût de revient conduit à une certaine standardisation dans la conception des différents organes, permettant ainsi l' optimisation des amortissements des investissements de certains outillages.

En référence à la figure 9, et du fait du décalage de niveau des points d' articulation 98 des éléments inférieurs proximaux 84 (situés au niveau ou sensiblement au niveau - un peu inférieur) de la face inférieure 85 de la bôme) par rapport au niveau de l' accrochage de la ralingue 78 de la toile (situé sur la face supérieure la bôme) , l' écartement des parties basses des bras entraîne, à un certain moment, une surtension de la toile, de part et d' autre de la bôme .

Si bien qu'en position complètement ouverte (voir figure 9 position 1), la toile 72, sous tension, se trouve complètement horizontale (99) alors que les parties basses, ou élément proximal inférieur 84 des bras font encore un angle d' environ 40° vers le haut, formant une sorte de triangulation automatique.

Cette position de surtension de la toile va entraîner, grâce aux décalages des axes d' articulation par rapport aux points de passage des joncs, l'ouverture complète de l'élément 89 du bras intermédiaire formant ainsi un angle maximum a d' environ 175° par rapport à la partie basse du bras.

De même cette surtension de la toile se répercutera de manière identique pour provoquer l' ouverture similaire d'un angle b par exemple de 175° , de l' élément .94 du bras supérieur par rapport au bras intermédiaire.

Dans cette situation, le système, en position complètement ouverte, est prêt à recevoir l'affalage de la grand-voile.

Après l'affalage, (cf également figure 11) la mise en tension des « lazy jack » 97 par le relâchement du palan 100 de balancine 101 de bôme 102 permettra successivement :

- la fermeture des éléments 94 des bras inférieurs et donc le relâchement de la toile 72' de part et d'autre de la bôme .

- le « basculement » de chacun des éléments 89 et 94 de bras médiants et supérieurs, vers l' intérieur, pour permettre à la toile 72 d' envelopper complètement la grand-voile affalée (non représentée) , quelque soit son volume, grâce à la présence des deux articulations dues aux pièces d' articulation 88 sur chacun des bras.

(Voir figure 9 position 2) .

Enfin les parties télescopiques 86 des bras inférieurs permettront d'adapter les dimensions de la structure du « Lazy rack » à la hauteur de la grand- voile stockée y compris l' empilement des chariots à bille contre le mât .

De même (voir figure 9 position 3) , en conditions de navigation, la bôme 71, 102 étant en position basse, palan 100 de balancine de grand-voile complètement largué, la tension les « Lazy jack » permet d' allonger les éléments 86 de bras inférieurs télescopiques en adéquation avec les dimensions de la toile rabattue verticalement de part et d' autre de la grand-voile .

Cette mise en tension verticale de la toile, permet d' assurer une position verticale de la structure, y compris les éléments de bras supérieurs, grâce aux couples constitués par le décalage entre le point de traction vers le haut des « Lazy-jack » sur les parties inférieures des éléments de bras supérieurs et les points de passage des deuxièmes joncs (point de réaction vers le bas de la toile, sous tension) .

Le dispositif assure (voir position 3) , ainsi, un encombrement minimum, similaire voir même plus resserré, qu'avec un « Lazy bag » standard, réduisant au maximum l' encombrement du système, limitant ainsi son fardage.

La figure 8 montre un exemple de pièce d'embase 76 qui comprend une platine 104 (ici en deux pastilles 105) de fixation de la pièce sur la face inférieure de la bôme.

La pièce comprend deux parties 107 d' extrémité symétriques par rapport à la platine et chacune munie d' alésages 108, d'axe 109 parallèles à l'axe 110 de la bôme sur laquelle la pièce 76 est fixée, et/ou par rapport à l'axe de symétrie de la pièce. Les alésages servent d'axe de fixation des éléments inférieurs proximaux 84.

La figure 10 est quant à elle un exemple d' articulation entre un élément de bras intermédiaire 89 distal qui s'articule sur la pièce d' articulation 88, via l'axe 92 décalé par rapport à l'extrémité 91 de passage du jonc 82.

Comme il va de soi et comme il résulte de ce qui précède la présente invention n'est pas limitée au mode de réalisation plus particulièrement décrits. Elle en embrasse au contraire toutes les variantes dans lesquelles on retrouve une structure semi-souple télescopique, articulée, symétriquement de part et d'autre de la bôme, habillée d'une toile anti UV (dit lazy-bag) et commandée par des suspentes (dites lazy- jacks) qui permettent de récupérer, de stocker, de protéger la grand-voile, de faciliter son hissage et enfin de s'escamoter complètement en conditions de navigation à distance, sans intervention directe de l' équipage.

La présente invention est conçue de façon à permettre un montage adapté aux formes de 90 % des bômes équipant les bateaux de plaisance existants, quelle que soit leur marque de fabrication. Plus précisément, elle est particulièrement adaptée aux profils de bôme en aluminium extrudés équipés d'une gorge en partie supérieure (destinée à recevoir une ralingue) et d'une glissière en partie inférieure (destinée à recevoir les ferrures d' accrochage de poulies, d'écoute de grand-voile ou de halebas de bôme) .

Le dispositif de la présente invention peut être proposé aussi bien sur le marché de première monte, directement aux chantiers de bateaux neufs, que sur le marché de deuxième monte, pour les flottes de bateaux existants.