Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR PACKAGING A COSMETIC PRODUCT
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/019739
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns a device (10) for packaging a cosmetic product (P), in particular a solid or pasty cosmetic product, comprising a base (20), an intermediate part (30) intended to carry the cosmetic product (P) and a lid (40), the intermediate part (30) being fixedly mounted to the base (20) and the lid (40) being hingedly mounted on the intermediate part (30) such that said lid (40) occupies two positions, a first position, referred to as the closed position of the device, in which the base (20) and the lid (40) define a substantially closed space between them, and a second position, referred to as the open position of the device, in which the lid (40) is retracted into the base (20), in which said lid (40) is configured to be locked in the open position - or, vice versa, in the closed position - by locking means comprising at least one protrusion (39) of material projecting from the intermediate part (30).

Inventors:
CRAPET, Yann (38 rue des Vieilles Vignes, FREMECOURT, 95830, FR)
Application Number:
EP2017/068554
Publication Date:
February 01, 2018
Filing Date:
July 21, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ALBEA SERVICES (1 avenue du Général De Gaulle -, ZAC Des Barbanniers - "Le Signac", GENNEVILLIERS, 92230, FR)
International Classes:
A45D40/00; A45D40/22
Attorney, Agent or Firm:
GEVERS & ORES (41 Avenue de Friedland, Paris, 75008, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif (10) de conditionnement pour produit cosmétique (P), notamment pour produit cosmétique solide ou pâteux, comportant une base (20), une pièce intermédiaire (30) destinée à porter le produit cosmétique (P) et un capot (40), la pièce intermédiaire (30) étant montée solidaire de la base (20) et le capot (40) étant monté articulé sur la pièce intermédiaire (30) de manière que ledit capot (40) occupe deux positions, une première position, dite de fermeture du dispositif, dans laquelle la base (20) et le capot (40) définissent un espace sensiblement fermé entre eux et une seconde position, dite d'ouverture du dispositif, dans laquelle le capot (40) est escamoté à l'intérieur de la base (20), dans lequel ledit capot (40) est configuré pour être bloqué en position d'ouverture - réciproquement en position de fermeture - par des moyens de blocage comportant au moins une excroissance (39) de matière faisant saillie de la pièce intermédiaire (30).

2. Dispositif de conditionnement selon la revendication 1 , dans lequel la pièce intermédiaire (30) comporte une jante (31 ), ladite au moins une excroissance (39) de matière faisant saillie d'une face extérieure (32) de la jante (31 ). 3. Dispositif de conditionnement selon l'une des revendications 1 ou 2, dans lequel ladite au moins une excroissance (39) de matière faisant saillie de la pièce intermédiaire (30) est en butée continue avec une face intérieure (42) du capot (40) pendant le basculement progressif du capot (40) à l'intérieur de la base (20) de la position de fermeture à la position d'ouverture.

4. Dispositif de conditionnement selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le capot (40) comporte au moins une encoche (47) destinée à recevoir l'excroissance (39) de matière en saillie de la pièce intermédiaire (30) en fin de course du capot (40) pour retenir le capot (40) en position d'ouverture.

5. Dispositif de conditionnement selon la revendication 4, dans lequel le capot (40) occupant la position de fermeture, l'encoche (47) et l'excroissance (39) de matière sont situées à l'opposé l'une de l'autre. 6. Dispositif de conditionnement selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel ladite au moins une excroissance (39) de matière coopère avec un bord (144) du capot (40) pour bloquer ledit capot (40) en position de fermeture. 7. Dispositif de conditionnement selon la revendication 1 , dans lequel la pièce intermédiaire (30) comporte deux jantes concentriques, respectivement une jante extérieure (131 ) et une jante intérieure (231 ), ladite au moins une excroissance (39) de matière faisant saillie d'une face intérieure (133) de la jante extérieure (131 ).

8. Dispositif de conditionnement selon la revendication 7, dans lequel ladite au moins une excroissance (39) de matière est circonférentiellement quasi continue.

9. Dispositif de conditionnement selon l'une des revendications 7 ou 8, dans lequel la jante extérieure (131 ) et la jante intérieure (231 ) de la pièce intermédiaire

(30) sont reliées l'une à l'autre par au moins des moyens d'articulation formés par deux tourillons (238) qui déterminent un axe (R) de rotation pour le capot (40).

10. Dispositif de conditionnement selon l'une des revendications 7 à 9, dans lequel la jante extérieure (131 ) et la jante intérieure (231 ) de la pièce intermédiaire

(30) délimitent entre elles une ouverture (140) configurée pour permettre le passage du capot (40).

11. Dispositif de conditionnement selon l'une des revendications 7 à 10, dans lequel la jante extérieure (131 ) de la pièce intermédiaire (30) comporte au moins une excroissance (39) de matière destinée à coopérer avec au moins un premier ergot (147) du capot (40) pour bloquer ledit capot (40) en position d'ouverture.

12. Dispositif de conditionnement selon l'une des revendications 7 à 1 1 , dans lequel la jante extérieure (131 ) de la pièce intermédiaire (30) comporte au moins une excroissance (39) de matière destinée à coopérer avec au moins un deuxième ergot (247) du capot (40) pour bloquer ledit capot (40) en position de fermeture. 13. Dispositif de conditionnement selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le capot (40) comporte un moyen (45) de préhension conçu pour permettre la manipulation du capot (40) de manière à le faire passer de sa position d'ouverture vers sa position de fermeture, et inversement, ledit moyen (45) de préhension constituant une butée d'arrêt pour bloquer la course du capot (40) en position de fermeture comme en position d'ouverture.

14. Dispositif de conditionnement selon la revendication 13 prise en combinaison avec les revendications 10 et 1 1 , dans lequel le premier ergot (147) et le deuxième ergot (247) du capot (40) sont agencés de part et d'autre du moyen (45) de préhension.

15. Dispositif de conditionnement selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la pièce intermédiaire (30) comporte des moyens (134) de retenue qui, destinés à être en prise avec le produit cosmétique (P), s'étendent radialement à l'intérieur de la pièce intermédiaire (30) en délimitant entre eux au moins une ouverture (137) afin de permettre un coulage dudit produit cosmétique

(P)-

Description:
« DISPOSITIF DE CONDITIONNEMENT POUR PRODUIT COSMETIQUE »

L'invention concerne un dispositif de conditionnement pour produit cosmétique, notamment pour un produit cosmétique sous forme solide ou pâteux, c'est-à-dire qui ne se répand pas à l'air libre, tel que du rouge à lèvres, du baume à lèvres, du fard à joues ou à paupières et du fond de teint.

On connaît de l'état de la technique des dispositifs de conditionnement pour rouge à lèvres notamment, dont l'ouverture du dispositif se fait par le basculement d'une première partie autour d'un axe de rotation, cette première partie s'imbriquant complètement à l'intérieur d'une seconde partie pour laisser apparaître le produit en position ouverte du dispositif.

Toutefois, ce type de dispositif est souvent non adapté pour limiter la course du capot lors du basculement de ce dernier à l'intérieur de la base et pour assurer le blocage du capot en position d'ouverture ou de fermeture.

Un des objectifs de l'invention consiste donc à proposer une solution pour contrôler le mouvement de basculement du capot lors de l'ouverture du dispositif de conditionnement et pour assurer le blocage du capot aussi bien en position d'ouverture qu'en position de fermeture.

Un avantage de cette invention est de permettre au consommateur d'utiliser le dispositif selon l'invention sans avoir à assurer l'arrêt de la course et le blocage du capot. Autrement dit, lorsque le dispositif est en position d'ouverture, le capot demeure caché dans la base du dispositif, de façon stable, sans que le capot ne revienne sur sa course. Le consommateur peut ainsi avoir accès au produit cosmétique, sans gêne d'un éventuel retour intempestif du capot. En outre, l'ouverture aléatoire, par exemple dans un sac à main, est évitée. Ainsi, l'invention concerne un dispositif de conditionnement pour produit cosmétique, notamment pour produit cosmétique solide ou pâteux, comportant une base, une pièce intermédiaire destinée à porter le produit cosmétique et un capot, la pièce intermédiaire étant montée solidaire de la base et le capot étant monté articulé sur la pièce intermédiaire de manière que ledit capot occupe deux positions, une première position, dite de fermeture du dispositif, dans laquelle la base et le capot définissent un espace sensiblement fermé entre eux et une seconde position, dite d'ouverture du dispositif, dans laquelle le capot est escamoté à l'intérieur de la base, dans lequel ledit capot est configuré pour être bloqué en position d'ouverture - réciproquement en position de fermeture - par des moyens de blocage comportant au moins une excroissance de matière faisant saillie de la pièce intermédiaire.

Avantageusement, le dispositif de conditionnement pour produit cosmétique, notamment pour produit cosmétique solide ou pâteux, comporte une base, une pièce intermédiaire et un capot, la pièce intermédiaire étant montée dans la base et le capot étant monté articulé sur la pièce intermédiaire de manière que le dispositif occupe deux positions, une première position, dite de fermeture, dans laquelle la base et le capot définissent un espace sensiblement fermé entre eux et une seconde position, dite d'ouverture, dans laquelle le capot est escamoté à l'intérieur de la base, dans lequel :

- la base sert de moyen de saisie du dispositif et d'assise pour la pièce intermédiaire,

- le capot est configuré, d'une part, pour être bloqué en position d'ouverture - réciproquement en position de fermeture - et d'autre part, pour basculer, par un mouvement de rotation, à l'intérieur de la base,

- la pièce intermédiaire est destinée à porter le produit cosmétique et à le rendre accessible en position d'ouverture du dispositif.

Selon l'invention, le dispositif de conditionnement comprend en outre, des moyens de blocage permettant la retenue du capot en position d'ouverture - réciproquement en position de fermeture, les moyens de blocage étant prévus sous la forme d'une excroissance de matière faisant saillie de la pièce intermédiaire, l'excroissance de matière étant destinée à venir en butée avec le capot, le passage de la position de fermeture à la position d'ouverture, et inversement, se faisant par un effort limité, exercé sur le capot, de manière à débloquer le capot de sa position sans faire appel à un outil extérieur. Avantageusement, l'invention permet de pouvoir contrôler le mouvement de basculement du capot lors de l'ouverture du dispositif de conditionnement.

L'invention permet de pouvoir contrôler le blocage du capot aussi bien en position d'ouverture qu'en position de fermeture.

Selon d'autres caractéristiques de l'invention :

- la pièce intermédiaire comporte une jante, ladite au moins une excroissance de matière faisant saillie d'une face extérieure de la jante ;

- ladite au moins une excroissance de matière faisant saillie de la pièce intermédiaire est en butée continue avec une face intérieure du capot pendant le basculement progressif du capot à l'intérieur de la base de la position de fermeture à la position d'ouverture ;

- le capot comporte au moins une encoche destinée à recevoir l'excroissance de matière en saillie de la pièce intermédiaire en fin de course du capot pour retenir le capot en position d'ouverture ;

- le capot occupant la position de fermeture, l'encoche et l'excroissance de matière sont situées à l'opposé l'une de l'autre ;

- ladite au moins une excroissance de matière coopère avec un bord du capot pour bloquer ledit capot en position de fermeture ;

- la pièce intermédiaire comporte deux jantes concentriques, respectivement une jante extérieure et une jante intérieure, ladite au moins une excroissance de matière faisant saillie de la face intérieure de la jante extérieure ;

- ladite au moins une excroissance de matière est circonférentiellement quasi continue ;

- la jante extérieure et la jante intérieure de la pièce intermédiaire sont reliées l'une à l'autre par au moins des moyens d'articulation formés par deux tourillons qui déterminent un axe de rotation pour le capot ;

- la jante extérieure et la jante intérieure de la pièce intermédiaire délimitent entre elles une ouverture configurée pour permettre le passage du capot ; - la jante extérieure de la pièce intermédiaire comporte au moins une excroissance de matière destinée à coopérer avec au moins un premier ergot du capot pour bloquer ledit capot en position d'ouverture ;

- la jante extérieure de la pièce intermédiaire comporte au moins une excroissance de matière destinée à coopérer avec au moins un deuxième ergot du capot pour bloquer ledit capot en position de fermeture ;

- le capot comporte un moyen de préhension conçu pour permettre la manipulation du capot de manière à le faire passer de sa position d'ouverture vers sa position de fermeture, et inversement, ledit moyen de préhension constituant une butée d'arrêt pour bloquer la course du capot en position de fermeture comme en position d'ouverture ;

- le premier ergot et le deuxième ergot du capot sont agencés de part et d'autre du moyen de préhension ;

- la pièce intermédiaire comporte des moyens de retenue qui, destinés à être en prise avec le produit cosmétique, s'étendent radialement à l'intérieur de la pièce intermédiaire en délimitant entre eux au moins une ouverture afin de permettre un coulage dudit produit cosmétique.

Selon d'autres caractéristiques, prises ensemble ou séparément :

- la pièce intermédiaire présente au moins une jante, ladite au moins une jante présentant une face extérieure et une face intérieure,

- l'excroissance de matière fait saillie de la face extérieure ou intérieure de la jante,

- l'excroissance de matière fait saillie de la face extérieure, à l'arrière de la jante,

- le capot présente une face extérieure et une face intérieure,

- la face extérieure du capot présente un moyen de préhension se trouvant en appui sur la base, le moyen de préhension étant conçu pour permettre la manipulation du capot de manière à le faire passer de sa position d'ouverture vers sa position de fermeture, et inversement, - le moyen de préhension se situe à l'avant sur la face extérieure du capot en position de fermeture du dispositif,

- le moyen de préhension est apte à servir de butée d'arrêt pour bloquer la course du capot en position de fermeture comme en position d'ouverture, notamment par contact avec un bord de la base ou de la pièce intermédiaire,

- l'excroissance de matière faisant saillie de la pièce intermédiaire est en butée continue avec la face intérieure du capot pendant le basculement progressif du capot à l'intérieur de la base de la position de fermeture à la position d'ouverture,

- la face intérieure du capot présente une encoche destinée à recevoir l'excroissance de matière en saillie de la pièce intermédiaire en fin de course du capot, de façon à retenir le capot en position d'ouverture,

- l'encoche est située à l'avant sur la face intérieure du capot en position de fermeture,

- l'encoche et l'excroissance de matière sont situées à l'opposé l'un de l'autre, le long de l'axe transversal, diamétralement opposés, en position de fermeture du dispositif,

- l'excroissance de matière est logée à l'intérieur de l'encoche, à l'arrière du dispositif, en position d'ouverture du dispositif.

L'invention sera mieux comprise, et d'autres buts, détails, caractéristiques et avantages de celle-ci apparaîtront plus clairement au cours de la description explicative détaillée qui va suivre, d'au moins un mode de réalisation de l'invention donné à titre d'exemple purement illustratif et non limitatif, en référence aux dessins schématiques annexés, dans lesquels :

- la figure 1 A est une vue en perspective qui représente un dispositif de conditionnement selon un premier mode de réalisation et qui illustre le dispositif avec le capot en position de fermeture,

- la figure 1 B est une vue en éclaté des principaux composants du dispositif de la figure 1 A, - la figure 1 C est une coupe du dispositif de la figure 1 A par un plan vertical et longitudinal passant par l'axe R de rotation du capot,

- la figure 2A illustre le dispositif de conditionnement de la figure 1 A avec le capot en position d'ouverture,

- la figure 2B est une vue en éclaté des principaux composants du dispositif de la figure 2A,

- la figure 2C est une coupe du dispositif de la figure 2A par un plan vertical et longitudinal passant par l'axe R de rotation du capot,

- la figure 3A est une vue en perspective de la base du dispositif de conditionnement de la figure 2B,

- la figure 3B est une vue de détail du moyen d'accroché mâle de la figure 3A,

- la figure 4A est une vue de l'arrière de la pièce intermédiaire du dispositif de conditionnement selon le premier mode de réalisation,

- la figure 4B est une vue de côté de la pièce intermédiaire du dispositif de conditionnement de la figure 2B,

- la figure 4C est une vue de dessous de la pièce intermédiaire du dispositif de conditionnement selon le premier mode de réalisation,

- la figure 4D est une vue en perspective de dessous de la pièce intermédiaire du dispositif de conditionnement selon le premier mode de réalisation,

- la figure 4E est une vue de détail de l'excroissance de matière faisant saillie de la pièce intermédiaire du dispositif de conditionnement selon le premier mode de réalisation,

- la figure 5A est une vue de côté du capot du dispositif de conditionnement selon le premier mode de réalisation,

- la figure 5B est une première vue en perspective du capot du dispositif de conditionnement selon le premier mode de réalisation,

- la figure 5C est une seconde vue en perspective du capot du dispositif de conditionnement selon le premier mode de réalisation, - la figure 6A est une coupe par un plan vertical et transversal du dispositif de conditionnement avec le capot en position de fermeture par un plan vertical et transversal médian passant par les moyens de blocage,

- la figure 6B est une vue de détail de la figure 6A,

- la figure 7A est une coupe du dispositif de conditionnement avec le capot en position d'ouverture par un plan vertical et transversal médian passant par les moyens de blocage,

- la figure 7B est une vue de détail de la figure 7A,

- les figures 8 et 9 sont des vues en perspective qui représentent un dispositif de conditionnement selon un deuxième mode de réalisation et qui illustrent le dispositif avec le capot en position de fermeture et en position d'ouverture respectivement,

- la figure 10 est une vue en éclaté des principaux composants du dispositif de conditionnement selon ce deuxième mode de réalisation,

- les figures 1 1 et 12 sont respectivement une vue de face et une vue en coupe selon le plan A-A vertical qui, représenté sur la figure 1 1 , passe par les moyens de blocage du dispositif de conditionnement, avec le capot en position de fermeture,

- les figures 13 et 14 sont respectivement une vue de côté et une vue en coupe selon le plan B-B vertical qui, représenté sur la figure 13, passe par l'axe R de rotation du capot du dispositif selon les figures 8 à 10, avec le capot en position de fermeture,

- les figures 15 et 16 sont respectivement une vue de face et une vue en coupe selon le plan A-A vertical qui, représenté sur la figure 14, passe par les moyens de blocage du dispositif de conditionnement, avec le capot en position d'ouverture,

- les figures 17 et 18 sont respectivement une vue de côté et une vue en coupe selon le plan B-B vertical qui, représenté sur la figure 17, passe par l'axe R de rotation du capot du dispositif selon les figures 8 à 10, avec le capot en position d'ouverture, - les figures 19 et 20 sont respectivement une vue en perspective et une vue de dessus qui représentent en détail la pièce intermédiaire du dispositif selon le deuxième mode de réalisation,

- les figures 21 et 22 sont des vues en coupe selon les plans A-A et B- B sur la figure 20 qui représentent la pièce intermédiaire du dispositif selon le deuxième mode de réalisation,

- les figures 23 et 24 sont respectivement une vue de côté du capot du dispositif selon le deuxième mode de réalisation et une vue en coupe selon le plan C-C représenté sur la figure 23 qui illustre en détail les premier et deuxième ergots destinés à coopérer avec l'excroissance de la pièce intermédiaire afin de bloquer le capot en position de fermeture et d'ouverture.

Dans la suite de la description, des éléments et composants présentant une structure ou des fonctions identiques, analogues ou similaires seront désignés par les mêmes références.

Dans la suite de la description, on adoptera par convention et à titre non limitatif, des orientations longitudinale, verticale, transversale en référence au trièdre (L, V, T) représenté sur l'ensemble des figures. La direction verticale est utilisée à titre de référence géométrique sans rapport avec la direction de la gravité terrestre. L'axe (R) de rotation est horizontal dans la direction longitudinale L.

Par convention, les orientations longitudinale et transversale sont déterminées de manière fixe par rapport à la base du dispositif de sorte que la position ouverte ou fermée du dispositif est sans incidence sur lesdites orientations.

On utilisera également à titre non limitatif les termes « gauche » et

« droite » en référence à l'orientation longitudinale, ainsi que « supérieur » et « inférieur » ou « haut » et « bas » en référence à l'orientation verticale et enfin « avant » et « arrière » en référence à l'orientation transversale, l'avant du dispositif présentant un moyen de préhension du capot en position de fermeture.

Les termes « intérieur » ou « extérieur » et « interne » ou « externe » sont respectivement utilisés par rapport au dispositif d'une manière générale et tout particulièrement par rapport à la pièce intermédiaire et à la base du dispositif notamment pour désigner un élément situé soit dedans, soit en dehors de la pièce intermédiaire ou de la base.

Bien que plus particulièrement prévu pour l'application de rouge à lèvres ou de baume à lèvres, l'invention pourra aussi être utilisée pour tout autre type de produit cosmétique pouvant être conditionné sous forme solide ou pâteuse, c'est- à-dire qui ne se répand pas à l'air libre, notamment du fard à joues ou à paupières, du fond de teint, du parfum ou des produits de type déodorant ou antiperspirant.

On décrira ci-après un premier mode de réalisation d'un dispositif 10 de conditionnement selon l'invention qui est plus particulièrement illustré aux figures 1 A à 7B.

Le dispositif 10 de conditionnement est destiné à être utilisé pour conditionner un produit cosmétique P, notamment un produit cosmétique solide ou pâteux.

Le dispositif 10 de conditionnement pour produit cosmétique comporte une base 20, une pièce intermédiaire 30 destinée à porter le produit cosmétique P et un capot 40.

La pièce intermédiaire 30 est montée solidaire de la base 20 par l'intermédiaire de moyens de fixation. De préférence, la fixation entre la pièce intermédiaire 30 et la base 20 est obtenue par coopération de formes par exemple par emboîtement élastique (ou « clipsage »).

En variante, la fixation entre la pièce intermédiaire 30 et la base 20 est réalisée par vissage ou par collage ou tous autres moyens de fixation équivalents.

Les moyens de fixation selon le premier mode de réalisation seront décrits plus en détail ultérieurement. Les moyens de fixation sont aptes à lier axialement au moins, selon la direction verticale, la pièce intermédiaire 30 et la base 20.

Selon les moyens de fixation utilisés, la pièce intermédiaire 30 et la base 20 sont également susceptibles d'être bloquées ou non en rotation l'une par rapport à l'autre. Le dispositif 10 de conditionnement peut comporter des moyens de blocage en rotation de la pièce intermédiaire 30 par rapport à la base 20, distincts des moyens de fixation.

Dans ce premier mode de réalisation, la pièce intermédiaire 30 est montée dans la base 20, la pièce intermédiaire 30 étant en partie reçue à l'intérieur de la base 20.

Le capot 40 est monté mobile en rotation par rapport à la pièce intermédiaire 30, solidaire de la base 20, par l'intermédiaire de moyens d'articulation. Le capot 40 est monté articulé sur la pièce intermédiaire 30 de manière que le capot 40 occupe deux positions, une première position, dite de fermeture du dispositif telle qu'illustrée aux figures 1 A à 1 C, dans laquelle la base 20 et le capot 40 définissent un espace sensiblement fermé entre eux et une seconde position, dite d'ouverture du dispositif telle qu'illustrée aux figures 2A à 2C, dans laquelle le capot 40 est escamoté à l'intérieur de la base 20.

De préférence, le dispositif 10 est de forme sensiblement sphérique. En variante non représentée, le dispositif selon l'invention peut prendre une forme sensiblement cylindrique avec des surfaces arrondies, une forme d'œuf, ovales ou analogues.

De préférence, la base 20, illustrée à la figure 3A, est réalisée en matière plastique choisie notamment dans le groupe comprenant de l'acrylonitrile butadiène styrène (ABS), du polypropylène (PP) ou du styrène-acrylonitrile (SAN). La base est fabriquée par moulage.

La base 20 a sensiblement la forme d'une demi-sphère creuse et présente une face extérieure 21 et une face intérieure 22. Avantageusement, la face intérieure 22 est lisse. La face extérieure 21 peut être lisse ou peut comprendre des reliefs. La face extérieure 21 peut aussi être décorée, c'est-à-dire qu'elle peut comprendre des éléments de personnalisation du dispositif 10.

Le long de l'axe vertical V, la base 20 comporte une première extrémité supérieure 23 de la base 20 qui est délimitée circonférentiellement par un bord 123. Cette extrémité supérieure 23 de la base 20 est ouverte verticalement vers le haut de façon à recevoir la pièce intermédiaire 30. En outre, près de l'extrémité supérieure 23 de la base 20 et plus particulièrement sur la face intérieure 22 de cette extrémité supérieure 23 de la base 20, on distingue une rainure 24 conçue de manière à recevoir la pièce intermédiaire 30. On retrouve cette rainure 24 formant un épaulement sur sensiblement toute la circonférence de la base 20. La largeur de la rainure 24, le long de l'axe vertical V, est adaptée pour correspondre à la largeur d'une jante 31 de la pièce intermédiaire 30.

Le long de l'axe vertical V, la base 20 présente aussi une seconde extrémité inférieure 25 de la base 20 permettant la préhension du dispositif 10 selon l'invention lors de l'application du maquillage, l'extrémité inférieure 25 de la base 20 comprenant en outre une structure 26 qui, formant un fond, est conçue de manière à permettre le positionnement stable du dispositif 10 sur une surface complémentaire, par exemple une surface plane, notamment une maquilleuse, une table, un comptoir.

La base 20 comporte au moins deux moyens d'accroché 27, ici mâles, destinés à coopérer avec au moins deux moyens d'accroché 38, ici femelles, prévus sur la pièce intermédiaire 30, de manière que la pièce intermédiaire 30 soit solidaire de la base 20 dans les positions de fermeture et d'ouverture du dispositif 10.

Dans ce premier mode de réalisation, les moyens d'accroché 27 et 38 constituent un exemple de moyens de fixation pour fixer ensemble la pièce intermédiaire 30 et la base 20, de manière réversible ou non.

Comme illustré aux figures 3A et 3B, chacun des deux moyens d'accroché 27 mâles situés sur la base 20 comprend d'une part, un centreur 28 et, d'autre part, des logements 29, latéraux par rapport au centreur 28.

Les deux moyens d'accroché 27 mâles sont positionnés sensiblement au niveau de la rainure 24. Autrement dit, les deux moyens d'accroché 27 mâles sont situés au niveau de la face intérieure 22 de l'extrémité supérieure 23 de la base 20.

Le centreur 28 est destiné à se loger dans un évidement 38-3 découpé dans la matière d'une tête 38-1 du moyen d'accroché 38 femelle de la pièce intermédiaire 30 de manière à assurer la mise en position de la pièce intermédiaire 30 sur la base 20.

Le centreur 28 peut prendre toute forme complémentaire de la forme de l'évidement 38-3. Ainsi, la forme technique du centreur 28 est adaptée de façon à pouvoir être insérée ou logée dans la forme correspondante de l'évidement 38-3. Avantageusement, la forme technique du centreur 28, et par conséquent de l'évidement 38-3, n'est pas de révolution de façon à éviter toute rotation de la pièce intermédiaire 30 par rapport à la base 20.

Plus particulièrement, le centreur 28 peut prendre une forme polygonale, notamment une forme sensiblement carrée, rectangulaire, triangulaire. Ainsi, les différents côtés créés par les nombreux angles dans ces polygones permettent la non rotation de la pièce intermédiaire 30 par rapport à la base 20.

Quant à eux, les logements latéraux 29 présentent une forme complémentaire de celle des languettes 38-2 de chacun des moyens d'accroché 38 femelles de la pièce intermédiaire 30 de façon que les logements 29 et les languettes 38-2 coopèrent ensemble pour maintenir la pièce intermédiaire 30 en position dans la base 20.

La forme non de révolution du centreur 28 et la présence des logements latéraux 29 au niveau de la base 20 permettent - lorsqu'ils coopèrent respectivement avec l'évidement 38-3 et les languettes 38-2 de la pièce intermédiaire 30 - d'éviter toute rotation de la pièce intermédiaire 30 par rapport à la base 20.

Dans ce premier mode de réalisation, le dispositif 10 comporte avantageusement des moyens de blocage en rotation qui sont en outre formés par le centreur 28.

En variante non représentée, chacun des deux moyens d'accroché 27 situés sur la base 20 est un moyen d'accroché femelle destiné à coopérer avec un des deux moyens d'accroché mâles prévus sur la pièce intermédiaire 30, de manière que la pièce intermédiaire 30 soit solidaire de la base 20 dans les positions de fermeture et d'ouverture du dispositif 10. Selon le trièdre (L, V, T) représenté à la figure 1 B, les deux moyens d'accroché 27 sont agencés longitudinalement à gauche et à droite par rapport à la base 20 du dispositif 10. Ainsi, les deux moyens d'accroché 27 sont positionnés à l'opposé l'un de l'autre longitudinalement, diamétralement opposés.

Comme illustré aux figures 1 B, 2A et 2B, le dispositif 10 comporte une pièce intermédiaire 30 destinée à porter le produit cosmétique P, lequel produit cosmétique P est rendu accessible en position d'ouverture du dispositif 10.

De préférence, la pièce intermédiaire 30 est réalisée en matière plastique choisie notamment dans le groupe comprenant de l'acrylonitrile butadiène styrène (ABS), du polypropylène (PP) ou du styrène-acrylonitrile (SAN). La pièce intermédiaire 30 est fabriquée par moulage.

Tel qu'illustré aux figures 4A à 4D, la pièce intermédiaire 30 comporte au moins une jante 31 qui comporte une face extérieure 32 et une face intérieure 33.

Dans ce premier mode de réalisation, la pièce intermédiaire 30 a globalement la forme d'une roue.

La pièce intermédiaire 30 comporte radialement à l'intérieur des moyens de retenue qui sont destinés à être en prise avec le produit cosmétique P, noyés dans un bloc de produit cosmétique P solide ou pâteux.

La pièce intermédiaire 30 comporte une pluralité de rayons 34 qui se prolongent à partir d'un moyeu 35 pour se terminer à la face intérieure 33 de la jante 31 .

Les rayons 34 s'étendent à partir du moyeu 35 à des angles égaux pour se relier à la face intérieure 33 de la jante 31 , dit autrement les rayons 34 sont répartis circonférentiellement de manière régulière.

Les rayons 34 et le moyeu 35 constituent les moyens de retenue destinés à être noyés, après coulage, dans un bloc de produit cosmétique P afin de former un sous-ensemble unitaire.

La largeur des rayons 34 et le diamètre du moyeu 35 sont choisis de manière à créer une zone 36 appropriée sur laquelle le produit cosmétique P est ici coulé. Cette zone 36 sur laquelle le produit cosmétique P est coulé, est circulaire lorsque le dispositif 10 est sensiblement sphérique. Cette zone 36 comprend ainsi une face inférieure 36-1 et une face supérieure 36-2.

Le produit cosmétique P est avantageusement coulé à l'envers sur la zone 36 de la pièce intermédiaire 30, c'est-à-dire qu'il est coulé à partir de la face inférieure 36-1 vers la face supérieure 36-2 de la zone 36, selon une technique de coulage à chaud-versé.

Ainsi la présence d'interstices 37 entre les rayons 34 détermine au moins une ouverture permettant le passage du produit cosmétique P à travers la pièce intermédiaire 30 dont les rayons 34 permettent ensuite de retenir le produit cosmétique P solidaire de la pièce intermédiaire 30.

En outre, le long de l'axe vertical V, la zone 36 délimitée par la jante 31 est renfoncée par rapport à la hauteur de la jante 31 . La zone 36 se trouve à mi- hauteur de la jante 31 . Quant à lui, le moyeu 35, est surélevé le long de l'axe vertical V, c'est-à-dire que en vue de côté tel qu'illustré à la figure 4A, il dépasse au-delà d'une extrémité supérieure de la jante 31 de manière à stabiliser le produit cosmétique P coulé.

Dans ce premier exemple de réalisation, la jante 31 et le moyen 35 ne sont par conséquent pas coplanaires et les rayons 34 les reliant présentent une inclinaison suivant la direction verticale.

En variante, selon un mode de réalisation non illustré, le produit cosmétique P peut être coulé via la face supérieure 36-2 de la zone 36 de la pièce intermédiaire 30. Dans ce cas, la zone 36 délimitée par la jante 31 peut être pleine, c'est-à-dire ne pas comporter de rayons 34. Pour fixer et stabiliser le produit cosmétique P coulé, des petites encoches sont alors présentes au pourtour de la face intérieure 33 de la jante 31 .

La pièce intermédiaire 30 comprend en outre au moins deux moyens d'accroché 38 situés sur la face extérieure 32 de la jante 31 . Les deux moyens d'accroché 38 prévus sur la pièce intermédiaire 30 sont conçus de manière à assurer la mise en position et le maintien en position de la pièce intermédiaire 30 dans la base 20 d'une part, et à assurer le basculement du capot 40 autour de l'axe de rotation (R) d'autre part, en permettant ainsi le passage de la position d'ouverture à la position de fermeture du dispositif 10, et inversement.

Chacun des deux moyens d'accroché 38 prévus sur la pièce intermédiaire 30 est un moyen d'accroché femelle. En variante non représentée, chacun des deux moyens d'accroché 38 prévus sur la pièce intermédiaire 30 peut être un moyen d'accroché mâle.

Tel qu'illustré plus particulièrement aux figures 4B et 4D, chacun des deux moyens d'accroché 38 femelle prévus sur la pièce intermédiaire 30 comporte une tête 38-1 et deux languettes 38-2 situées de part et d'autre de la tête 38-1 , ainsi qu'un évidement 38-3 découpé dans la matière de la tête 38-1 . L'évidement 38-3 est configuré pour accueillir un des deux moyens d'accroché 27 mâles de la base 20, et plus particulièrement le centreur 28 du moyen d'accroché 27 mâle.

La tête 38-1 des deux moyens d'accroché 38 prévus sur la pièce intermédiaire 30 présente une forme arrondie. De préférence, les deux moyens d'accroché 38 prévus sur la pièce intermédiaire 30 présente une forme d'oméga (Ω).

La tête 38-1 des deux moyens d'accroché 38 prévus sur la pièce intermédiaire 30 présente une épaisseur, mesurée le long de l'axe longitudinal L, suffisante pour permettre le passage du capot 40.

L'épaisseur du capot 40 permet à ce dernier de basculer selon un mouvement de rotation autour d'un axe (R) de rotation défini par au moins deux moyens d'accroché 38 situés au niveau de la pièce intermédiaire 30 et formant des moyens d'articulation du capot 40.

Plus particulièrement, le basculement par rotation se fait via la tête 38-1 des moyens d'accroché 38 pour que le capot 40 puisse venir se loger dans la base 20 du dispositif 10.

La pièce intermédiaire 30 comporte en outre des moyens de blocage permettant la retenue du capot 40 en position d'ouverture - réciproquement en position de fermeture. Tel qu'illustré sur les figures 4A à 4E ainsi que 6A, 6B, 7A et 7B, les moyens de blocage sont prévus sous la forme d'au moins une excroissance 39 de matière faisant saillie de la pièce intermédiaire 30.

Ladite au moins une excroissance 39 de matière est destinée à venir coopérer avec le capot 40, le passage de la position de fermeture à la position d'ouverture, et inversement, se faisant par un effort limité, exercé sur le capot 40, de manière à débloquer le capot 40 de sa position, avantageusement sans faire appel à un outil extérieur.

Dans ce premier mode de réalisation, la pièce intermédiaire 30 comporte une excroissance 39 de matière qui a globalement la forme d'un crochet tel qu'illustré sur la figure 4E.

Selon le trièdre (L, V, T) représenté à la figure 1 B, les deux moyens d'accroché 38 sont agencés longitudinalement, respectivement à gauche et à droite par rapport à la pièce intermédiaire 30 du dispositif 10, comme le sont les moyens d'accroché 27 par rapport à la base 20. Les deux moyens d'accroché 38 sont ainsi positionnés à l'opposé l'un de l'autre longitudinalement, diamétralement opposés. Quant à elle, l'excroissance 39 de matière fait saillie de la face extérieure 32 de la jante 31 , et plus particulièrement l'excroissance 39 de matière est située transversalement à l'arrière de la face extérieure 32 de la jante 31 .

Esthétiquement, les languettes 38-2 et les logements latéraux 29 correspondants sont invisibles à l'œil de l'utilisateur au moment de l'utilisation du produit cosmétique P, car ils sont cachés dans la base 20 du dispositif 10.

Comme illustré aux figures 1 A et 2A, le dispositif 10 comporte un capot 40 qui est monté mobile en rotation sur la pièce intermédiaire 30.

Le capot 40 est monté articulé de manière à occuper deux positions, une première position, dite de fermeture dispositif 10, dans laquelle la base 20 et le capot 40 définissent un espace sensiblement fermé entre eux et une seconde position, dite d'ouverture du dispositif 10, dans laquelle le capot 40 est escamoté, par un mouvement de rotation autour d'un axe (R) de rotation, à l'intérieur de la base 20. En outre, le capot 40 est configuré pour être bloqué en position d'ouverture et réciproquement en position de fermeture du dispositif 10 de conditionnement.

De préférence, le capot 40 est réalisé en matière plastique choisie notamment dans le groupe comprenant de l'acrylonitrile butadiène styrène (ABS), du polypropylène (PP) ou du styrène-acrylonitrile (SAN). Le capot 40 est fabriqué par moulage.

Tel qu'illustré aux figures 5A à 5C, le capot 40 a sensiblement la forme d'une demi-sphère creuse et présente une face extérieure 41 et une face intérieure 42.

Avantageusement, la face intérieure 42 du capot 40 est lisse. La face intérieure 42 est dépourvue de relief de façon à ne pas abimer la surface du produit cosmétique coulé et logé à l'intérieur en position de fermeture du dispositif 10.

Toutefois, la face intérieure 42 du capot 40 présente une encoche 47 destinée à recevoir en fin de course du capot 40 l'excroissance 39 de matière en saillie de la pièce intermédiaire 30, de façon à retenir le capot 40 en position d'ouverture.

Plus particulièrement et tel qu'illustré sur la figure 5C, l'encoche 47 est située sur la face intérieure 42, transversalement à l'avant du capot 40 en position de fermeture du dispositif 10.

La face extérieure 41 peut être lisse ou peut comprendre des reliefs. La face extérieure 41 peut aussi être décorée, c'est-à-dire qu'elle peut comprendre des éléments de personnalisation du dispositif.

Le long de l'axe vertical V, le capot 40 comporte une première extrémité, dite extrémité supérieure 43 du capot 40. Cette extrémité supérieure 43 du capot

40 est fermée.

Le long de l'axe vertical V, le capot 40 comporte une seconde extrémité, dite extrémité inférieure 44 du capot 40. Cette extrémité inférieure 44 du capot 40 est ouverte de façon à pouvoir recouvrir et protéger le produit cosmétique P en position de fermeture du dispositif 10. L'encoche 47 est positionnée au voisinage d'un bord 144 de l'extrémité inférieure 44 du capot 40.

Près de l'extrémité inférieure 44 du capot 40 et plus particulièrement transversalement à l'avant sur la face extérieure 41 de cette extrémité inférieure 44 du capot 40, on distingue un moyen 45 de préhension destiné à permettre la manipulation du capot 40.

Le moyen 45 de préhension est avantageusement utilisé pour faire passer le capot 40 de sa position d'ouverture vers sa position de fermeture, et inversement.

Dans ce premier mode de réalisation, le moyen 45 de préhension formant une poignée prend ici la forme d'un crochet, sensiblement en forme de « L ».

Le moyen 45 de préhension est apte à venir en appui, ici sur la base 20.

Le moyen 45 de préhension est destiné à servir de butée d'arrêt pour bloquer la course du capot 40 en position de fermeture comme en position d'ouverture, par contact avec le bord 123 de la base 20.

Le capot 40 est configuré pour basculer selon un mouvement de rotation autour d'un axe (R) de rotation défini par au moins deux moyens d'accroché 38 formant les moyens d'articulation situés sur la pièce intermédiaire 30.

Plus particulièrement, le basculement par rotation du capot 40 se fait via la tête 38-1 des moyens d'accroché 38 de manière que le capot 40 puisse venir se loger dans la base 20 du dispositif 10, c'est-à-dire à l'intérieur de la base 20.

Le capot 40 comporte deux zones de liaison 46. Les deux zones de liaison 46 situées sur le capot 40 présentent chacune une forme complémentaire de celle de la tête 38-1 des moyens 38 d'accroché femelles situés au niveau de la pièce intermédiaire 30, de façon à assurer l'articulation du capot 40 sur la pièce intermédiaire 30 et à permettre le basculement du capot 40 de la position fermée à la position ouverte, et inversement.

Par ailleurs, la forme particulière des moyens d'accroché 38, c'est-à-dire la forme d'oméga (Ω), participe à faciliter à l'assemblage du capot 40 sur les moyens d'accroché 38 de la pièce intermédiaire 30. La forme d'oméga (Ω) réduit ainsi les risques de rupture de l'extrémité des zones de liaison 46 situées sur le capot 40 lors de l'insertion des moyens 38 d'accroché dans les zones de liaison 46, tout en permettant l'articulation du capot 40 sur la pièce intermédiaire 30, grâce à la forme arrondie de la tête 38-1 qui vient épouser la forme complémentaire desdites zones de liaison 46 du capot 40.

Selon le trièdre (L, V, T) représenté à la figure 1 B, les deux zones de liaison 46 sont agencées longitudinalement à gauche et à droite par rapport au capot 40 du dispositif 10, comme le sont les moyens d'accroché 27 mâles par rapport à la base 20 et les moyens d'accroché 38 femelles par rapport à la pièce intermédiaire 30.

Ainsi, les deux zones de liaison 46 sont positionnées à l'opposé l'une de l'autre longitudinalement, diamétralement opposées. Le moyen 45 de préhension est agencé perpendiculairement à l'une ou l'autre des deux zones de liaison 46 sur le capot 40, ici au milieu entre les deux zones de liaison 46.

Enfin, l'encoche 47 et l'excroissance 39 de matière sont situées à l'opposé l'une de l'autre, le long de l'axe transversal (T), en position de fermeture du dispositif 10, dit autrement l'encoche 47 et l'excroissance 39 de matière sont diamétralement opposées en position de fermeture du dispositif 10.

Tel qu'illustré aux figures 6A et 6B, en position de fermeture du dispositif, l'excroissance 39 de matière est en butée avec le capot 40.

Le capot 40 est ainsi bloqué en position de fermeture grâce à l'excroissance 39 de matière qui coopère avec le capot 40 pour le retenir en position de fermeture. On remarque aussi que l'encoche 47 est située transversalement à l'avant du dispositif 10, sur la face intérieure 42 du capot 40, au voisinage du bord 144.

Avantageusement, le passage de la position de fermeture à la position d'ouverture se fait par un effort limité, exercé sur le capot 40, de manière à débloquer le capot 40 de sa position initiale. L'utilisateur débloque le capot 40 par le biais du moyen 45 de préhension situé transversalement à l'avant en position de fermeture du dispositif 10. Pendant le basculement progressif du capot 40 à l'intérieur de la base 20, de la position de fermeture à la position d'ouverture, l'excroissance 39 de matière, faisant saillie de la pièce intermédiaire 30, est en butée continue avec la face intérieure 42 du capot 40.

Ainsi, une contrainte continue est exercée entre l'excroissance 39 de matière et la face intérieure 42 du capot 40, pendant le basculement du capot 40 de la position de fermeture à la position d'ouverture.

Lors de la manœuvre du capot 40, entre les positions de fermeture et d'ouverture, l'excroissance 39 de matière coopère avec la face intérieure 42 du capot 40.

Tel qu'illustré sur la figure 4E, l'excroissance 39 de matière est constituée par une patte réalisée venue de matière à partir de la pièce intermédiaire 30. Ainsi lors le manœuvre du capot 40, une contrainte s'exerce en permanence sur la patte comportant l'excroissance 39 de matière, ladite contrainte cessant de s'exercer lorsque l'une ou l'autre desdites positions de fermeture ou d'ouverture est atteinte par le capot 40.

Grâce à la contrainte, aux frottements, s'exerçant entre l'excroissance 39 de matière et la face intérieure 42 du capot 40, on contrôle le mouvement de basculement du capot 40 lors de son déplacement entre les positions de fermeture et d'ouverture et réciproquement.

En effet, lorsque la position d'ouverture du capot 40 est atteinte par exemple, l'excroissance 39 de matière est alors reçue dans l'encoche 47 réalisée en creux dans la face intérieure 42 et cesse d'être contrainte.

Le capot 40 est alors bloqué en position d'ouverture par l'excroissance 39 de matière dès lors que la manœuvre en sens opposé, pour basculer le capot 40 de la position d'ouverture vers la position de fermeture, ne peut s'effectuer qu'en appliquant sur capot 40 un effort suffisant pour faire sortir l'excroissance 39 de matière hors de l'encoche 47 en la mettant à nouveau sous contrainte contre la face intérieure 42 du capot 40.

Bien entendu ce qui vient d'être décrit pour la manœuvre d'ouverture du capot 40 du dispositif 10 vaut également pour la manœuvre de fermeture. En fin de course d'une manœuvre de fermeture, l'excroissance 39 de matière cesse d'être contrainte lorsqu'elle franchit le bord 144 de l'extrémité inférieure 44 du capot 40 et le blocage du capot 40 est alors obtenu.

En effet, l'utilisateur doit alors d'appliquer un effort suffisant sur le capot 40 pour que l'excroissance 39 de matière franchisse de nouveau le bord 144 du capot 40 et que, en contact avec la face intérieure 42, ladite excroissance 39 de matière porté par la patte soit sous contrainte.

Tel qu'illustré aux figures 7 A et 7B, en position d'ouverture complète, c'est- à-dire lorsque le capot 40 a terminé sa course et est escamoté à l'intérieur de la base 20, le moyen 45 de préhension détermine l'arrêt de la course du capot 40 en venant s'appuyer à l'arrière du dispositif sur le bord 123 de la base 20.

L'excroissance 39 de matière, qui n'est plus en butée contre la face intérieure 42 du capot 40, est alors située à l'intérieur de l'encoche 47 qui permet de bloquer le capot 40 en position d'ouverture.

Pour effectuer le passage de la position d'ouverture à la position de fermeture, l'utilisateur doit appliquer un effort préférentiellement par le biais du moyen 45 de préhension pour débloquer le capot 40, c'est-à-dire pour provoquer la sortie de l'excroissance 39 de matière hors de l'encoche 47.

L'excroissance 39 de matière est alors de nouveau en butée continue avec la face intérieure 42 du capot 40, jusqu'à ce que le moyen 45 préhension vienne en appui à l'avant du dispositif sur le bord 123 de la base 20.

A ce moment l'excroissance 39 de matière reprend sa position de départ, c'est-à-dire qu'elle est en butée avec le capot 40, tel qu'illustré aux figures 6A et 6B, positionnée sous le bord 144 du capot 40.

Dans ce premier mode de réalisation, le capot 40 est par conséquent susceptible d'occuper au moins une position intermédiaire entre lesdites positions de fermeture et d'ouverture.

La position intermédiaire est une position stable, le capot 40 étant maintenu en position par friction en raison de l'effort appliqué par l'excroissance 39 contre la face intérieure 42 du capot 40. On décrira ci-après un deuxième mode de réalisation selon l'invention d'un dispositif 10 de conditionnement pour produit cosmétique P, notamment pour produit cosmétique solide ou pâteux.

La description de ce deuxième mode de réalisation illustré sur les figures 8 et suivantes sera avantageusement effectuée par comparaison avec celle du premier mode de réalisation de sorte que les mêmes références désignent des éléments présentant une structure ou une fonction identique.

Le dispositif 10 de conditionnement pour produit cosmétique P comporte principalement une base 20, une pièce intermédiaire 30 et un capot 40 notamment illustré en éclaté sur la figure 10.

La pièce intermédiaire 30 est destinée à former un support pour le produit cosmétique P, par exemple un bloc avec lequel la pièce intermédiaire 30 forme après coulage du produit un sous-ensemble unitaire.

La pièce intermédiaire 30 est montée solidaire de la base 20. Dans ce deuxième mode de réalisation, les moyens de fixation intervenant entre la pièce intermédiaire 30 et la base 20 sont réalisés sous la forme d'un emboîtement élastique ou « clipsage ».

A son extrémité supérieure 23, la base 20 comporte un bord 123 muni d'au moins un bourrelet 127 annulaire qui s'étend en saillie vers l'extérieur à partir de la face extérieure 21 . Tel qu'illustré notamment sur la figure 10, le bourrelet 127 est ici circonférentiellement continu, en variante discontinu. Le bord 123 comporte encore un épaulement 124 ménagé dans la face extérieure 21 .

Le bourrelet 127 constitue un moyen d'accroché de type mâle qui est destiné à coopérer avec un moyen d'accroché de type femelle complémentaire, ici une rainure 138.

La pièce intermédiaire 30 comporte ainsi au moins une rainure 138 formant un moyen d'accroché de type femelle. Bien entendu, les moyens d'accroché pourraient être inversés de sorte que la base 20 comporte le moyen d'accroché de type mâle, tel qu'un bourrelet, et que le moyen d'accroché de type femelle tel qu'une rainure soit ménagé sur la pièce intermédiaire 30. Dans ce deuxième mode de réalisation, la pièce intermédiaire 30 présente une conception différente de celle du premier mode de réalisation. La pièce intermédiaire 30 comporte deux jantes concentriques, respectivement une jante extérieure 131 et une jante intérieure 231 .

La jante extérieure 131 comporte respectivement une face extérieure 132 et une face intérieure 133 tandis que la jante intérieure 231 comporte une face extérieure 232 et une face intérieure 233.

La rainure 138 est ménagée dans la face intérieure 133 de la jante extérieure 131 . Lorsque la pièce intermédiaire 30 et la base 20 sont assemblées par emboîtement élastique, le bourrelet 127 de la base 20 est alors reçu dans la rainure 138.

Avantageusement, la fixation de la pièce intermédiaire 30 sur la base 20 réalisée ici par emboîtement élastique est une opération réversible, autorisant un démontage ultérieur. Un tel démontage peut par exemple permettre de changer la pièce intermédiaire 30 portant le produit cosmétique P, notamment dans le but de recharger le dispositif 10 lorsque le produit cosmétique P a été totalement utilisé.

Par comparaison avec le premier mode, la pièce intermédiaire 30 et la base 20 ne sont ici pas bloquées en rotation l'une par rapport à l'autre. Tel qu'indiqué précédemment, le blocage en rotation de la pièce intermédiaire 30 relativement à la base 20 peut résulter du choix des moyens de fixation ou être obtenu par des moyens distincts.

La jante extérieure 131 est agencée à l'extérieur de la base 20, se positionne au niveau du bord 123 de la base 20, tandis que la jante intérieure 231 s'étend radialement à l'intérieur de la base 20.

La jante extérieure 131 forme avantageusement une ceinture qui entoure l'extrémité supérieure 23 de la base 20.

Le capot 40 est monté articulé sur la pièce intermédiaire 30, ledit capot 40 est monté mobile en rotation autour de l'axe R de rotation qui s'étend suivant la direction longitudinale du trièdre (L, V, T).

Dans ce deuxième mode, la jante extérieure 131 et la jante intérieure 231 de la pièce intermédiaire 30 sont reliées l'une à l'autre au moins par des moyens d'articulation. Les moyens d'articulation sont formés par deux tourillons 238 qui déterminent ledit axe R de rotation du capot 40.

Comme dans le premier mode de réalisation, le capot 40 comporte deux zones de liaison 46 qui sont destinées à venir se monter sur les tourillons 238 pour assurer le montage en rotation du capot 40 selon l'axe R.

Avantageusement, la jante extérieure 131 de la pièce intermédiaire 30 comporte deux flasques 135 agencés au niveau des tourillons 238 et destinés chacun à masquer esthétiquement, après montage du capot 40 sur la pièce intermédiaire 30, l'une desdites zones de liaison 46.

La jante extérieure 131 et la jante intérieure 231 de la pièce intermédiaire

30 délimitent entre elles une ouverture 140 configurée pour permettre le passage du capot 40, notamment son escamotage à l'intérieur de la base 20 lors d'une manœuvre d'ouverture, depuis la position de fermeture jusqu'à la position d'ouverture du dispositif 10.

Tel qu'illustré sur la coupe de la figure 21 , la jante extérieure 131 et la jante intérieure 231 de la pièce intermédiaire 30 ne sont pas coplanaires, la jante intérieure 231 étant décalée verticalement vers le haut par rapport à la jante extérieure 131 .

Tel qu'illustré sur les figures 8 et 9, le capot 40 est susceptible d'occuper au moins deux positions :

- une première position, dite de fermeture du dispositif 10, dans laquelle la base 20 et le capot 40 définissent un espace sensiblement fermé entre eux et qui est notamment illustré sur les figures 1 1 et 13, et

- une seconde position, dite d'ouverture du dispositif 10, dans laquelle le capot 40 est escamoté à l'intérieur de la base 20 et qui est notamment illustré sur les figures 15 et 17.

Le capot 40 est configuré pour être bloqué en position d'ouverture, réciproquement en position de fermeture, par l'intermédiaire de moyens de blocage. Les moyens de bocage portés par la pièce intermédiaire 30 sont destinés à coopérer avec ledit capot 40 afin d'en assurer sélectivement le blocage en position. Selon l'invention, les moyens de blocage comportent au moins une excroissance 39 de matière faisant saillie de la pièce intermédiaire 30.

Plus précisément, ladite au moins une excroissance 39 s'étend en saillie à partir de la face intérieure 133 de la jante extérieure 131 de la pièce intermédiaire 30.

Par comparaison avec le premier mode de réalisation, ladite au moins une excroissance 39 de matière n'est ici pas en contact avec la face intérieure 42 du capot 40 lors des manœuvres d'ouverture ou de fermeture de sorte que le capot 40 est libre entre lesdites positions de fermeture et d'ouverture.

Avantageusement, les moyens d'articulation du capot 40 sont configurés pour permettre d'en contrôler le basculement et de manière que le mouvement s'effectue progressivement. Les moyens d'articulation du capot 40 formés en outre par chaque zone de liaison 46 engagée sur un tourillon 238 sont par exemple configurés pour obtenir un frottement de manière à éviter tout basculement brusque du capot 40.

Grâce à l'intégration d'un frottement maîtrisé au niveau des moyens d'articulation du capot 40 sur la pièce intermédiaire 30, on peut contrôler (comme dans le premier mode de réalisation) le mouvement de basculement du capot 40 lors de son déplacement entre les positions de fermeture et d'ouverture et réciproquement.

Avantageusement, le dispositif 10 comporte des moyens 146 de guidage pour guider le capot 40 lors de son déplacement entre lesdites positions de fermeture et d'ouverture, et inversement.

Les moyens 146 de guidage sont agencés au niveau des moyens d'articulation du capot 40 sur la pièce intermédiaire 30.

De préférence, les moyens 146 de guidage sont agencés à l'intérieur des flasques 135 que comporte la jante extérieure 131 de la pièce intermédiaire 30. Les moyens 146 de guidage sont configurés pour coopérer avec les zones de liaison 46 que comporte le capot 40.

Plus particulièrement visibles sur la figure 19, les moyens 146 de guidage présentent une forme globalement circulaire et sont reçus à l'intérieur de moyens 246 complémentaires ménagés dans lesdites zones de liaison 46 et qui sont plus particulièrement visibles sur la figure 23. Les moyens 246 complémentaires délimitent intérieurement une piste avec laquelle coopèrent lesdits moyens 146 de guidage de forme circulaire.

Dans le deuxième mode de réalisation, ladite au moins une excroissance

39 de matière est globalement circonférentiellement quasi continue, en effet l'excroissance 39 est uniquement interrompue au niveau des moyens d'articulation du capot 40 avec la pièce intermédiaire 30.

Ladite au moins une excroissance 39 de matière faisant saillie à partir de la face intérieure 133 de la jante extérieure 131 coopère avec le capot 40 pour bloquer ledit capot 40, respectivement en position de fermeture et en position d'ouverture.

Dans le deuxième mode de réalisation, ladite au moins une excroissance 39 de matière va venir en prise avec des moyens complémentaires solidaires du capot 40. De préférence, lesdits moyens complémentaires de l'excroissance 39 sont également formés par une excroissance de matière.

Le capot 40 comporte au moins un premier ergot 147 avec lequel ladite au moins une excroissance 39 de matière de la pièce intermédiaire 30 est destinée à coopérer pour bloquer ledit capot 40 en position d'ouverture.

Le capot 40 comporte au moins un deuxième ergot 247 avec lequel ladite au moins une excroissance 39 de matière de la pièce intermédiaire 30 est destinée à coopérer pour bloquer ledit capot 40 en position de fermeture.

En variante non représentée, l'excroissance 39 de matière faisant saillie à partir de la pièce intermédiaire 30 coopère avec des moyens complémentaires, tels que des encoches, formés en creux dans la surface externe 41 du capot 40.

Comme dans le premier mode, le capot 40 comporte un moyen 45 de préhension pour permettre la manipulation du capot 40 de manière à le faire passer de sa position d'ouverture vers sa position de fermeture, et inversement.

Avantageusement, ledit moyen 45 de préhension constitue une butée d'arrêt pour bloquer la course du capot 40 en position de fermeture et en position d'ouverture tel qu'illustré sur les figures 8 et 13 ainsi que 9 et 17. Le moyen 45 de préhension est configuré pour assurer une telle fonction de butée d'arrêt et coopère alors avec un bord 145 de la jante extérieure 131 de la pièce intermédiaire 30 (et non avec le bord 123 de la base 20 comme dans le premier mode de réalisation).

En effet, tel que décrit précédemment, la pièce intermédiaire 30 est montée par emboîtement sur la base 20 de manière que la jante extérieure 131 recouvre le bord 123 de la base 20.

Le premier ergot 147 et le deuxième ergot 247 du capot 40 sont agencés verticalement de part et d'autre dudit moyen 45 de préhension formant une poignée permettant de manœuvrer le capot 40. Le premier ergot 147 et le deuxième ergot 247 du capot 40 sont plus particulièrement visibles sur les figures 23 et 24.

Lorsque l'utilisateur souhaite ouvrir le dispositif 10, le capot 40 est manœuvré par l'intermédiaire du moyen 45 de préhension depuis la position de fermeture vers la position d'ouverture du capot 40.

Pour cela, l'utilisateur doit appliquer un effort pour faire franchir, au deuxième ergot 247 du capot 40, l'excroissance 39 de matière de la pièce intermédiaire 30 qui assurait jusqu'alors le blocage du capot 40 en position de fermeture.

Le capot 40 est ensuite basculé vers l'arrière, entraîné en rotation par l'utilisateur autour des tourillons 238 jusqu'à atteindre la position d'ouverture lorsque le premier ergot 147 franchît l'excroissance 39 afin de bloquer le capot 40 en position d'ouverture.

Pour que le capot 40 puisse quitter la position d'ouverture, l'utilisateur doit appliquer un effort approprié pour que le premier ergot 147 franchisse à nouveau l'excroissance 39 en sens opposé, le capot 40 pouvant ensuite être manœuvré librement jusqu'à la position de fermeture.

La pièce intermédiaire 30 comporte des moyens 134 de retenue qui, destinés à être en prise avec le produit cosmétique P, s'étendent radialement à l'intérieur de la pièce intermédiaire 30 en délimitant entre eux au moins une ouverture 137 afin de permettre un coulage dudit produit cosmétique P. Dans ce deuxième mode de réalisation, les moyens de retenue sont constitués par des bras 134, par exemple ici au nombre de quatre, qui s'étendent radialement vers l'intérieur, à partir de la face intérieure 233 de la jante intérieure 231 .

A l'opposé de l'extrémité reliée à la jante intérieure 231 , l'autre extrémité de chaque bras 134 est libre de sorte que les bras 134 délimitent entre eux et centralement différents interstices formant ensemble ladite au moins une ouverture 137 destinée à permettre le coulage du produit cosmétique P.

En l'absence de moyeu 35 comme dans le premier mode, l'ouverture 137 s'étend ici au centre de la pièce intermédiaire 30 ainsi qu'entre chacun des bras 134, ladite ouverture 137 de passage présentant ici globalement une forme de « croix » telle qu'illustrée en vue de dessus par la figure 20.

Avantageusement, les bras 134 sont munis d'au moins une nervure 234, de préférence deux nervures 234 qui s'étendent verticalement à partir d'une face inférieure 236 de chaque bras 134.

De préférence, les bras 134 s'étendent suivant un profil curviligne globalement en forme de « S ».

Selon une variante non représentée du deuxième mode de réalisation, la pièce intermédiaire 30 comporte au moins une excroissance 39 qui est solidaire la jante intérieure 231 . Ladite au moins excroissance 39 s'étend alors en saillie à partir de la face extérieure 232 de la jante intérieure 231 .

De préférence, ladite au moins une excroissance 39 n'est pas circonférentiellement quasi-continue sur l'ensemble du pourtour de la jante intérieure 231 mais réalisée sous la forme d'un plot, situé avantageusement à l'extrémité libre d'une patte comme dans le premier mode de réalisation.

Dans une telle variante, l'excroissance 39 peut être ou non en contact permanent, c'est-à-dire sous contrainte, avec la face intérieure 42 du capot 40 lorsque ledit capot 40 est manœuvré entre les positions de fermeture et d'ouverture comme décrit précédemment pour le premier mode de réalisation. Dans cette variante, le capot 40 comporte une partie complémentaire de ladite au moins une excroissance 39 pour former les moyens de blocage du capot 40 dans la position de fermeture et dans la position d'ouverture.

De préférence, le capot 40 comporte alors au moins une encoche ménagée dans la face intérieure 42 et dans laquelle vient s'engager l'excroissance 39 pour assurer le blocage en position du capot 40.

Le capot 40 peut par exemple comporter deux encoches réalisées dans la face intérieure 42, lesdites encoches étant diamétralement opposées, ici selon la direction transversale, étant respectivement associées au blocage du capot 40 dans l'une desdites positions de fermeture et d'ouverture.

La partie complémentaire des moyens de blocage coopérant avec l'excroissance 39 selon une telle variante n'est alors avantageusement pas visible en position de fermeture du capot 40 comme le sont par comparaison dans le deuxième mode de réalisation les ergots 147 et 247 présents sur la face extérieure 41 , au voisinage du moyen 45 de préhension.