Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR PACKAGING AND DISPENSING A COMPOSITION, NOTABLY A COSMETIC COMPOSITION, RESULTING FROM THE USE OF AT LEAST TWO COMPOSITIONS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2017/207645
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to an assembly (10) comprising a pumping device (45) that is able to be actuated by a user, and a first reservoir (15) intended to contain particles (55) comprising at least one active compound and/or an additional compound, if need be contained in a first composition (20), notably a cosmetic composition. The first reservoir comprises a first orifice (49) intended to be in contact with a second composition (35), notably a cosmetic composition; and a first filtering member (53) for preventing the particles from leaving the first reservoir. The pumping device is fluidically connected to a second orifice (51) in the first reservoir and is intended to draw at least some of the second composition into the first reservoir through the first orifice and the first filtering member, and to allow the second composition drawn in to come into contact with at least some of the particles in order to release at least some of the active compound and/or the additional compound; and to dispense from the assembly a resultant composition (5) that contains the active compound and/or the additional compound released and is intended to be applied to a keratin material.

Inventors:
CANI, Julie (19 boulevard Madame, AUBAGNE, 13400, FR)
GOUTAYER, Mathieu (31 rue du Val, SAINT MALO, 35400, FR)
BARDON, Sébastien (2 avenue Bugeaud, PARIS, 75016, FR)
PAFUMI, Yan (Bâtiment B4 Résidence Beausoleil Av. des écoles, GARDANNE, 13120, FR)
BALBUSQUIER, Hélène (2 passage de la devèze, Sainte- Radegonde, 12850, FR)
Application Number:
EP2017/063180
Publication Date:
December 07, 2017
Filing Date:
May 31, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
CAPSUM (Héliopolis II 126 Boulevard Bara, MARSEILLE, 13013, FR)
International Classes:
B01F5/06; A45D33/02; A45D34/04; A45D40/26; B05B11/00; B05B15/00
Attorney, Agent or Firm:
BLOT, Philippe et al. (LAVOIX, 2 place d'Estienne d'Orves, PARIS CEDEX 09, 75441, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 .- Ensemble (10 ; 1 10 ; 310) comprenant un dispositif de pompage (45 ; 145) configuré pour être actionné par un utilisateur, et un premier réservoir (15) destiné à contenir des particules (55) comprenant au moins un composé actif et/ou un composé additionnel, optionnellement contenues dans une première composition (20), notamment cosmétique,

le premier réservoir (15) comprenant :

- au moins un premier orifice (49) destiné à être en contact avec une deuxième composition (35), notamment cosmétique, au moins dans une position d'aspiration de l'ensemble (10 ; 1 10 ; 310), et

- un premier organe de filtration (53) pour empêcher les particules (55) de sortir du premier réservoir (15) par le premier orifice (49) vers la deuxième composition (35),

le dispositif de pompage (45 ; 145) étant connecté fluidiquement à au moins un deuxième orifice (51 ) du premier réservoir (15) et destiné :

- dans la position d'aspiration de l'ensemble (10 ; 1 10 ; 310), à aspirer au moins une partie de la deuxième composition (35) vers l'intérieur du premier réservoir (15) à travers le premier orifice (49) et le premier organe de filtration (53), et à permettre une mise en contact de la deuxième composition (35) aspirée avec au moins une partie des particules (55) à l'intérieur du premier réservoir (15), la mise en contact libérant au moins une partie du composé actif et/ou du composé additionnel, et

- à faire sortir de l'ensemble (10 ; 1 10 ; 310) une composition résultante (5) contenant le composé actif et/ou le composé additionnel libéré, la composition résultante (5) étant destinée à être appliquée sur une matière kératinique.

2.- Ensemble (10 ; 1 10 ; 310) selon la revendication 1 , dans lequel le premier réservoir (15) comprend en outre un deuxième organe de filtration (57) destiné à empêcher les particules (55) de sortir du premier réservoir (15) par le deuxième orifice (51 ) vers le dispositif de pompage (45 ; 145).

3. - Ensemble (10 ; 1 10 ; 310) selon la revendication 1 ou 2, dans lequel le premier orifice (49) et le deuxième orifice (51 ) sont opposés selon un axe (D) du premier réservoir

(15).

4. - Ensemble (10 ; 1 10 ; 310) selon la revendication 3, dans lequel le premier réservoir (15) comporte un premier tube creux (47) s'étendant axialement entre le premier orifice (49) et le dispositif de pompage (45 ; 145).

5.- Ensemble (10 ; 310) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel le dispositif de pompage (45) est configuré pour faire sortir la composition résultante (5), en vue de son application sur la matière kératinique, par le deuxième orifice (51 ).

6. - Ensemble (1 10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel le dispositif de pompage (145) est configuré pour faire sortir la composition résultante (5) au moins en partie par le premier orifice (49), l'ensemble (1 10) formant une pipette destinée à aspirer la deuxième composition (35) et à restituer la composition résultante (5) en vue de son application sur la matière kératinique.

7. - Ensemble (310) selon l'une quelconque des revendications 1 à 6, comprenant en outre :

- un deuxième réservoir (315) fixé sur le premier réservoir (15), le deuxième réservoir (315) étant destiné à contenir une troisième composition (335), notamment cosmétique, et

- au moins un passage (337) connectant fluidiquement le deuxième réservoir (315) au premier réservoir (15),

le dispositif de pompage (45) étant destiné en outre, dans la position d'aspiration du premier réservoir (15), à aspirer au moins une partie de la troisième composition (335) vers l'intérieur du premier réservoir (15) via le passage (337), pour mettre en contact au moins une partie de la troisième composition (335) avec au moins une partie des particules (55) à l'intérieur du premier réservoir (15).

8.- Ensemble (310) selon la revendication 7, dans lequel le passage (337) est formé par au moins un troisième orifice (339) du premier réservoir (15).

9. - Ensemble (10 ; 1 10 ; 310) selon l'une quelconque des revendications 1 à 8, dans lequel la taille des particules est supérieure à 1000 μηι, de préférence supérieure à 2000 μηι, mieux supérieure à 3000 μηι, et est en particulier comprise entre 1000 μηι et 5000 μηι, de préférence entre 2500 μηι et 3500 μηι.

10. - Dispositif (1 ; 100 ; 200 ; 300) de conditionnement et de distribution d'une composition résultante (5), notamment cosmétique, le dispositif (1 ; 100 ; 200 ; 300) comprenant :

- une ensemble (10 ; 1 10 ; 310) selon l'une quelconque des revendications 1 à 9, et

- un réceptacle (25) définissant au moins en partie un troisième réservoir (30) destiné à contenir la deuxième composition (35), le premier orifice (49) du premier réservoir (15) étant situé à l'intérieur du troisième réservoir (30) dans la position d'aspiration de l'ensemble (10 ; 1 10 ; 310),

l'ensemble (10 ; 1 10 ; 310) étant adapté pour distribuer la composition résultante

(5).

1 1 . - Procédé cosmétique, non-thérapeutique, de soin et/ou de maquillage d'une matière kératinique, le procédé comprenant les étapes suivantes :

- fourniture d'un dispositif (1 ; 100 ; 200 ; 300) selon la revendication 10,

- fourniture de particules 55, le cas échéant contenues dans la première composition (20) et de la deuxième composition (35), les particules (55), le cas échéant contenues dans la première composition (20), étant contenue dans le premier réservoir (15), et la deuxième composition (35) étant contenue dans le troisième réservoir (30),

- actionnement du dispositif de pompage (45 ; 145) par un utilisateur dans la position d'aspiration du premier réservoir (15) pour aspirer au moins une partie de la deuxième composition (35) vers l'intérieur du premier réservoir (15) à travers le premier organe de filtration (53), mise en contact de la deuxième composition (35) aspirée avec au moins une partie des particules (55) de la première composition (20) à l'intérieur du premier réservoir (15), et libération d'au moins une partie du composé actif et/ou du composé additionnel pour obtenir la composition résultante (5), et

- application de la composition résultante (5) sur la matière kératinique.

12. Utilisation d'un dispositif (1 ; 100 ; 200 ; 300) selon la revendication 10, pour la préparation extemporanée d'une composition résultante (5), notamment cosmétique, et l'application de ladite composition résultante (5) sur une matière kératinique.

Description:
Dispositif de conditionnement et de distribution d'une composition, notamment cosmétique, résultant de la mise en œuvre d'au moins deux compositions

La présente invention se situe dans le domaine des dispositifs de conditionnement et de distribution d'une composition, notamment cosmétique, mettant en œuvre des éléments macroscopiques dispersés, notamment monodisperses.

Un engouement croissant est observé dans le domaine cosmétique pour des compositions, notamment fluides, obtenues à partir d'un mélange hétérogène ou complexe comprenant, d'une part, une solution liquide, voire visqueuse, et, d'autre part, des éléments dispersés, notamment en suspension et/ou monodisperses, tels que des particules solides ou des billes, par exemple formées d'un cœur liquide ou gélifié entouré par une écorce gélifiée. En effet, outre une protection améliorée des composés encapsulés, les compositions cosmétiques sous forme d'éléments dispersés présentent un aspect visuel attractif qui les distingue des compositions et des modes de conditionnement classiques.

Il est connu que des compositions, notamment cosmétiques, comprenant ou dérivant de tels éléments dispersés ne peuvent être commercialisées que dans des conditionnements adaptés, ce qui restreint leurs utilisations.

A ce titre, sont utilisés notamment des kits comprenant, d'une part, des éléments dispersés et, d'autre part, une solution visqueuse comprenant un agent apte à dépolymériser la membrane des éléments dispersés, de manière à obtenir une composition homogène après mélange des éléments dispersés dans la solution visqueuse. Un tel kit est notamment décrit dans le document FR 2 987 741 de la demanderesse. Cependant, l'aspect visuel attractif et différentiant conféré par les éléments dispersés est perdu dès la première utilisation de ce type de kit.

Des pompes particulières présentant des capacités d'aspiration élevées et/ou des tubes plongeurs adaptés, ou des systèmes sans air (dits airless en anglais) sont également utilisés. Un tel dispositif de pompage est notamment décrit dans le document FR 2 994 536 de la demanderesse. Cependant, les éléments dispersés sont en contact direct avec la solution visqueuse. Ceci impose une sélection des actifs ou composés additionnels encapsulés afin de prévenir des phénomènes de diffusion avant usage. Ainsi, lorsque la solution visqueuse est hydrophile, les actifs et/ou composés additionnels encapsulés sont généralement lipophiles, et inversement.

Enfin, il est connu de mettre en œuvre des actifs et/ou composés additionnels dans des capsules dans la perspective d'une libération contrôlés de ces actifs et/ou composés additionnels dans le temps. Néanmoins, ceci présente l'inconvénient que les actifs et/ou composés additionnels sont tous libérés avant la consommation totale du produit résultant en principe d'un mélange extemporané entre la solution visqueuse comprenant les capsules et le contenu desdites capsules.

Un but de l'invention est donc de fournir un ensemble permettant un mode de délivrance amélioré d'une composition mettant en œuvre des éléments dispersés macroscopiques, le cas échéant monodisperses, qui soit peu coûteux, tout en étant adapté à de multiples usages, notamment dans le domaine cosmétique, voire pharmaceutique ou agroalimentaire. Par « délivrance améliorée », on entend notamment un mode de délivrance d'actifs et/ou composés additionnels encapsulés où leur libération a lieu jusqu'à consommation totale de la deuxième composition 35 décrite ci-après.

Egalement, un but de l'invention est de fournir un conditionnement autorisant en outre la mise en œuvre de composés hydrophiles, lipophiles ou amphiphiles, quelle que soit la nature hydrophile ou lipophile de la solution visqueuse.

A cet effet, l'invention a pour objet un ensemble comprenant un dispositif de pompage configuré pour être actionné par un utilisateur, et un premier réservoir destiné à contenir des particules comprenant au moins un composé actif et/ou un composé additionnel, le cas échant contenues dans une première composition, notamment cosmétique,

le premier réservoir comprenant :

- au moins un premier orifice destiné à être en contact avec une deuxième composition, notamment cosmétique, au moins dans une position d'aspiration de l'ensemble, et

- un premier organe de filtration pour empêcher les particules de sortir du premier réservoir par le premier orifice vers la deuxième composition,

le dispositif de pompage étant connecté fluidiquement à au moins un deuxième orifice du premier réservoir et destiné :

- dans la position d'aspiration de l'ensemble, à aspirer au moins une partie de la deuxième composition vers l'intérieur du premier réservoir à travers le premier orifice et le premier organe de filtration, et à permettre une mise en contact de la deuxième composition aspirée avec au moins une partie des particules le cas échéant contenues dans la première composition à l'intérieur du premier réservoir, la mise en contact libérant au moins une partie du composé actif et/ou du composé additionnel, et

- à faire sortir de l'ensemble une composition résultante contenant le composé actif et/ou le composé additionnel libéré, la composition résultante étant destinée à être appliquée sur une matière kératinique. Avant toute utilisation du dispositif de pompage, le premier réservoir comprend des particules, le cas échant contenues dans une première composition. La présence d'une première composition avant utilisation n'est donc pas impérative. Toutefois, après la première utilisation, une partie de la deuxième composition aspirée demeure dans le premier réservoir. Cette partie résiduelle de la deuxième composition aspirée dans le premier réservoir peut donc figurer la première composition.

Selon des modes de réalisation particuliers, l'ensemble comprend l'une ou plusieurs des caractéristiques suivantes, prise(s) selon toutes les combinaisons techniquement possibles :

- le premier réservoir comprend en outre un deuxième organe de filtration destiné à empêcher les particules de sortir du premier réservoir par le deuxième orifice vers le dispositif de pompage ;

- le premier orifice et le deuxième orifice sont opposés selon un axe du premier réservoir ;

- le premier réservoir comporte un premier tube creux s'étendant axialement entre le premier orifice et le dispositif de pompage ;

- le dispositif de pompage est configuré pour faire sortir la composition résultante, en vue de son application sur la matière kératinique, par le deuxième orifice ;

- le dispositif de pompage est configuré pour faire sortir la composition résultante au moins en partie par le premier orifice, l'ensemble formant une pipette destinée à aspirer la deuxième composition et à restituer la composition résultante en vue de son application sur la matière kératinique ;

- l'ensemble comprend en outre :

- un deuxième réservoir fixé sur le premier réservoir, le deuxième réservoir étant destiné à contenir une troisième composition, notamment cosmétique, et

- au moins un passage connectant fluidiquement le deuxième réservoir au premier réservoir,

le dispositif de pompage étant destiné en outre, dans la position d'aspiration du premier réservoir, à aspirer au moins une partie de la troisième composition vers l'intérieur du premier réservoir via le passage, pour mettre en contact au moins une partie de la troisième composition avec au moins une partie des particules le cas échéant contenues dans la première composition à l'intérieur du premier réservoir ; et

- le passage est formé par au moins un troisième orifice du premier réservoir. L'invention a également pour objet un dispositif de conditionnement et de distribution d'une composition résultante, notamment cosmétique, le dispositif comprenant :

- une ensemble tel que décrit plus haut, et

- un réceptacle définissant au moins en partie un troisième réservoir destiné à contenir la deuxième composition, le premier orifice du premier réservoir étant situé à l'intérieur du troisième réservoir dans la position d'aspiration de l'ensemble,

l'ensemble étant adapté pour distribuer la composition résultante.

L'invention a aussi pour objet un procédé cosmétique, non thérapeutique, de soins et/ou de maquillage d'une matière kératinique, le procédé comprenant les étapes suivantes :

- fourniture d'un dispositif tel que décrit plus haut,

- fourniture de particules le cas échéant contenues dans la première composition et de la deuxième composition, les particules le cas échéant contenues dans la première composition étant contenue dans le premier réservoir, et la deuxième composition étant contenue dans le troisième réservoir,

- actionnement du dispositif de pompage par un utilisateur dans la position d'aspiration du premier réservoir pour aspirer au moins une partie de la deuxième composition vers l'intérieur du premier réservoir à travers le premier organe de filtration, mise en contact de la deuxième composition aspirée avec au moins une partie des particules le cas échéant contenues dans de la première composition à l'intérieur du premier réservoir, et libération d'au moins une partie du composé actif et/ou du composé additionnel pour obtenir la composition résultante, et

- application de la composition résultante sur la matière kératinique.

L'invention a enfin pour objet une utilisation d'un dispositif tel que décrit ci-dessus pour la préparation extemporanée d'une composition résultante, notamment cosmétique, et l'application de ladite composition résultante sur une matière kératinique.

L'invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui va suivre, donnée uniquement à titre d'exemple et faite en se référant aux dessins annexés, sur lesquels :

- la figure 1 est une vue schématique en élévation d'un dispositif de conditionnement et de distribution selon un premier mode de réalisation de l'invention,

- la figure 2 est une vue schématique en perspective des premier et deuxième organes de filtration représentés sur les figures 1 et 3 à 5,

- la figure 3 est une vue analogue à la figure 1 , mais représentant un dispositif de conditionnement et de distribution selon un deuxième mode de réalisation de l'invention, - la figure 4 est une vue illustrant une variante du dispositif de conditionnement et de distribution représenté sur la figure 3,

- la figure 5 est une vue analogue aux figures 1 et 3 à 4, mais représentant un dispositif de conditionnement et de distribution selon un troisième mode de réalisation de l'invention,

- les figures 6 et 7 sont des vues en perspective représentant des variantes respectivement du premier organe de filtration représenté sur la figure 2 et du deuxième organe de filtration,

- la figure 8 est une vue schématique, en coupe, d'une variante du premier réservoir représenté sur la figure 1 .

En référence à la figure 1 , on décrit un dispositif 1 de conditionnement et de distribution d'une composition résultante 5, selon un premier mode de réalisation de l'invention.

Le dispositif 1 comprend un ensemble 10 comportant un premier réservoir 15 contenant une première composition 20 cosmétique, et un réceptacle 25 définissant un troisième réservoir 30 contenant une deuxième composition 35 cosmétique, sachant que dans un deuxième mode de réalisation qui sera décrit ci-après, l'ensemble comporte aussi un deuxième réservoir contenant une troisième composition cosmétique. Le dispositif 1 comprend aussi optionnellement un couvercle 40 formant un capuchon, optionnellement amovible, fixé sur l'ensemble 10 ou sur le réceptacle 25.

L'ensemble 10 comprend en outre un dispositif de pompage 45 connecté fluidiquement au premier réservoir 15 et fixé sur le réceptacle 25.

Le premier réservoir 15 comprend par exemple un premier tube creux 47 faisant saillie à partir du dispositif de pompage 45 dans le réceptacle 25 selon un axe D, par exemple vertical lorsque le dispositif 1 est posé sur une surface S horizontale.

Le premier réservoir 15 comprend aussi un premier orifice 49 formé par l'extrémité libre du premier tube creux 47, et un deuxième orifice 51 (non visible sur les figures 1 et 3 à 5, car masqué par le dispositif de pompage 45) assurant une communication fluidique entre le premier réservoir et le dispositif de pompage 45.

Le premier réservoir 15 comporte en outre un premier organe de filtration 53 pour empêcher des particules 55 de la première composition 20 de sortir du premier réservoir par le premier orifice 49, et avantageusement un deuxième organe de filtration 57 pour empêcher les particules 55 de sortir du premier réservoir par le deuxième orifice 51 vers le dispositif de pompage 45. Par ailleurs, le premier organe de filtration 53 et le deuxième organe de filtration 57 permettent avantageusement d'immobiliser les particules 55 dans le premier réservoir 15, notamment lors de l'actionnement du dispositif de pompage 45. Selon une variante non représentée, le premier orifice 49 forme le premier organe de filtration 53, sous réserve que la taille de cet orifice soit inférieure au diamètre moyen le plus faible des particules 55. En d'autres termes, le premier orifice 49 et le premier organe de filtration 53 sont matérialisés par le même élément du premier réservoir 15. Selon cette variante, la forme du premier réservoir 15 peut être adaptée au moins au niveau du premier orifice 49 pour empêcher les particules 55 de sortir du premier réservoir 15 par le premier orifice 49 vers la deuxième composition. Une telle variante peut par exemple être illustrée par la figure 3 dénuée du premier organe de filtration 53.

Selon des variantes non représentées, le premier réservoir 15 comprend plusieurs orifices d'entrée de la deuxième composition 35 au lieu du premier orifice 49, et/ou plusieurs orifices de sortie au lieu du deuxième orifice 51 . Dans ces variantes, le premier orifice 49 et/ou le deuxième orifice 51 forment éventuellement, respectivement, le premier organe de filtration 53 et/ou le deuxième organe de filtration 57, sous réserve que la taille de ces orifices soit inférieure au diamètre moyen le plus faible des particules 55.

Selon une autre variante représentée en figure 8, le premier organe de filtration 53 est figuré par une restriction amont 1 12, s'étendant entre le premier orifice 49 et le deuxième orifice 51 . Cette restriction amont 1 12 n'est donc pas destinée à comprendre (ne comprend pas) de particules 55. Pour des raisons évidentes, l'étendue transversale de la restriction 1 12 est inférieure au diamètre moyen le plus faible des particules 55.

Avantageusement, la restriction amont 1 12 présente une section transversale intérieure constante.

Optionnellement, et comme illustré en figure 8, la restriction amont 1 12 comporte en outre une saillie radiale interne 1 16 destinée à renforcer encore le pouvoir d'empêcher les particules 55 de sortir du premier réservoir par le premier orifice 49 vers la deuxième composition.

La saillie radiale interne 1 16 est avantageusement annulaire. Elle fait saillie à partir de la paroi du réservoir 15 définissant la restriction 1 12. Elle définit une lumière centrale 1 18 de passage de la deuxième composition, voire de la composition résultante 5, d'étendue transversale inférieure au diamètre moyen des particules 55.

Notamment pour des raisons esthétiques, la hauteur de la restriction 1 12 est inférieure à la hauteur de L0, voire même L1 , prises le long de l'axe D. Cette hauteur est avantageusement inférieure à 10 %, de préférence inférieure à 5 % de la hauteur L0, voire même de la hauteur L1 . Le réceptacle 25 est par exemple en verre ou en plastique, et de préférence transparent ou tout du moins translucide. Le réceptacle possède avantageusement une section constante perpendiculairement à l'axe D.

Le dispositif de pompage 45 est apte à aspirer au moins une partie de la deuxième composition 35 vers l'intérieur du premier réservoir 15 à travers le premier orifice 49 et le premier organe de filtration 53, et à permettre une mise en contact de la deuxième composition aspirée avec au moins une partie des particules 55 de la première composition 20 à l'intérieur du premier réservoir. Le dispositif de pompage 45 est apte à faire sortir de l'ensemble 1 la composition résultante 5. Le dispositif de pompage 15 fait donc également office de dispositif de distribution dans le premier mode de réalisation.

Le dispositif de pompage 45 comporte par exemple un bouton poussoir 59 et un orifice de distribution 61 connecté fluidiquement au deuxième orifice 51 du premier réservoir 15.

Le dispositif de pompage 45 comprend par exemple aussi un système (non représenté), connu en lui-même, d'admission d'air dans le réceptacle 25 à mesure que la composition résultante 5 sort de l'ensemble 1 .

Le premier tube creux 47 est par exemple en verre ou en matière plastique. Le premier tube creux 47 est avantageusement transparent, ou tout du moins translucide, de façon à ce que les particules 55 puissent être vues depuis l'extérieur de l'ensemble 10, et avantageusement du dispositif de conditionnement et de distribution 1 si le réceptacle 25 est lui-même transparent, ou tout du moins translucide.

Le premier tube creux 47 possède un diamètre interne Dl adapté au diamètre des particules 55, donc nécessairement supérieur au diamètre le plus important des particules mises en œuvre. Le diamètre interne Dl du premier tube creux 47 est par exemple supérieur à 0,5 mm, de préférence supérieur à 2 mm, et de manière encore plus préférée supérieur à 5 mm. Le diamètre interne Dl est par exemple inférieur à 20 mm, de préférence inférieur à 15 mm, et de manière encore préférée inférieur à 10 mm. Le diamètre interne Dl est par exemple compris entre 0,5 mm et 20 mm, de préférence entre 2 mm et 15 mm, et de manière encore plus préférée entre 5 mm et 10 mm.

Le premier tube creux 47 présente une longueur L0 selon l'axe D depuis le premier orifice 49 (ou en variante depuis son extrémité libre) jusqu'au deuxième orifice 51 .

Le premier tube creux 47 est avantageusement rempli par les particules 55 sur plus de 50%, de préférence sur plus de 70%, mieux sur plus de 80%, en particulier sur plus de 90%, et tout particulièrement sur plus de 95% de la longueur L1 selon l'axe D entre le premier organe de filtration 53 et le deuxième orifice 51 , voire le deuxième organe de filtration 57 lorsqu'il est présent. Le premier organe de filtration 53 et le deuxième organe de filtration 57 (ou le deuxième orifice 51 en cas d'absence du deuxième organe de filtration 57) sont séparés par une distance L1 selon l'axe D représentant moins de 99%, de préférence moins de 90%, voire moins de 80%, de la longueur totale L0 du premier tube creux 47.

La longueur L1 représente plus de 50%, de préférence plus de 60%, voire plus de

70%, de la longueur totale L0 du premier tube creux 47.

De préférence, la longueur L1 représente de 50% à 99 %, de préférence de 60% à 97%, de 70% à 95 %, de 80% à 93 %, et mieux de 85% à 90 %, de la longueur totale L0 du premier tube creux 47.

Avantageusement, les particules 55 remplissent le premier tube creux 47 sur plus de 50%, de préférence sur plus de 60%, avantageusement sur plus de 70%, mieux sur plus de 80%, en particulier sur plus de 90%, et tout particulièrement sur plus de 95%, de la longueur L0 selon l'axe D.

Selon une variante non représentée, le premier tube creux 47 comporte au moins deux compartiments successifs selon l'axe D, chaque compartiment comportant une population de particules et séparés par au moins un organe de filtration analogue au premier organe de filtration 53. Les populations de particules sont identiques l'une à l'autre ou, en variante, différentes l'une de l'autre.

Selon une variante (non représentée), le deuxième organe de filtration 57, lorsqu'il est présent, est adjacent au deuxième orifice 51 et, pour des raisons esthétiques, est avantageusement masqué par le dispositif de pompage 45.

Ainsi, le deuxième orifice 51 , voire le deuxième organe de filtration lorsqu'il est présent, ne sont avantageusement pas visibles, car masqués par le dispositif de pompage 45.

Dans l'exemple, le premier organe de filtration 53 et le deuxième organe de filtration 57 sont analogues, aussi seul le premier organe de filtration sera décrit ci-après.

Le premier organe de filtration 53 est par exemple tel que représenté sur la figure 2, c'est-à-dire qu'il forme une grille définissant des passages 63 permettant à la deuxième composition 35 de passer selon l'axe D, mais empêchant les particules 55 de sortir du premier réservoir 15. Avantageusement, le premier organe de filtration 53 possède une élasticité radialement par rapport à l'axe D de façon à pouvoir être introduit aisément dans le premier tube creux 47 et à maintenir le premier organe de filtration 53 en position.

Le premier organe de filtration 53 est notamment en verre, en métal, en plastique, en résine ou en céramique. Le premier organe de filtration comprend par exemple un tamis, un tissu, une grille, une mousse et/ou des éléments en saillie par rapport à une surface interne du premier tube creux 47.

Le premier organe de filtration est de préférence transparent, ou tout du moins translucide.

Le premier organe de filtration est distinct du/des orifice(s) de la première extrémité du premier tube creux 47.

En variante (non-représentée), le premier organe de filtration 53 est formé par une paroi du premier réservoir 15. Dans cette variante, avantageusement, le premier orifice 49 forme tout ou partie du premier organe de filtration 53.

Les passages 63 sont adaptés au diamètre des particules 55 de manière à empêcher le passage de ces dernières à travers le premier organe de filtration,

Les passages 63 présente une dimension inférieure à 2000 μηι, 1000 μηι, 500 μηι, 400 μηι, 300 μηι, 200 μηι, 100 μηι, mais supérieure à 50 μηι, voire supérieure à 100 μηι.

Selon une première variante représentée sur la figure 6, le premier organe de filtration 53 comporte des pétales 63A formant une corolle, les passages 63 étant des fentes entre les pétales.

Les pétales 63A font saillie radialement à partir une base centrale 63B s'étendant par exemple perpendiculairement à l'axe D. Les pétales 63A sont avantageusement analogues les uns aux autres. Ils sont par exemple ployés en direction du premier orifice 49.

Avantageusement, les pétales 63A possèdent une élasticité radialement par rapport à l'axe D, de façon à pouvoir être introduits aisément dans le premier tube creux 47 et à maintenir le premier organe de filtration 53 en position.

Selon certains modes de réalisation, le deuxième organe de filtration 57 est de forme différente de celle du premier organe de filtration 53.

Par exemple, selon une variante représentée sur la figure 7, le deuxième organe de filtration 57 comporte des pétales 63A faisant saillie perpendiculairement à l'axe D à partir de la base 63B. Les pétales 63A du deuxième organe de filtration en figure 7 viennent par exemple en butée avec le deuxième orifice 51 .

Le deuxième organe de filtration 57 comporte aussi une seconde base centrale 63C reliée à la base centrale 63B par un barreau 63D.

Des languettes 63E font saillie à partir de la seconde base centrale 63C et entourent le barreau 63D. Les languettes 63E sont séparées par des fentes 63F et forment avec la seconde base centrale 63C une corbeille s'évasant en direction de la base centrale 63B. Les languettes 63E possèdent une élasticité radialement par rapport à l'axe D, de façon à pouvoir être introduites aisément dans le tube creux 47 et à maintenir le deuxième organe de filtration 57 en position.

Les particules 55 contenues dans la première composition sont des capsules (ou particules creuses), des sphères (ou particules pleines ou matricielles), et leurs mélanges, de préférence des capsules.

Les capsules comprennent une écorce (ou membrane) et un cœur, liquide ou gélifié. Selon un premier mode de réalisation, la capsule est une capsule dite « simple », signifiant que le cœur liquide, visqueux ou thixotrope, est constitué d'une unique phase interne, la phase interne étant placée au contact de la membrane constituée d'une phase externe, par exemple à l'état gélifié. Une capsule simple est par exemple une capsule telle que décrite dans la demande internationale WO 2010/063937 au nom de la Demanderesse.

Une capsule simple comprend donc deux phases distinctes, une phase interne liquide ou gélifiée et une phase externe à l'état gélifié entourant la phase interne. L'actif et/ou le composé additionnel est alors contenu dans la phase interne et/ou dans la phase externe.

Selon un autre mode de réalisation, la capsule est une capsule dite « complexe », signifiant que le cœur liquide, visqueux ou thixotrope, comporte au moins une goutte intermédiaire d'une phase intermédiaire, la phase intermédiaire étant placée au contact de la membrane, et au moins une, de préférence une unique, goutte interne d'une phase interne disposée dans la goutte intermédiaire. Une capsule complexe est par exemple une capsule telle que décrite dans la demande internationale WO 2012/089820 au nom de la demanderesse.

Le cœur liquide d'une capsule complexe peut ainsi comprendre une phase intermédiaire continue au sein de laquelle se trouve une seule goutte de phase interne. Selon une variante, le cœur liquide comprend une phase intermédiaire continue au sein de laquelle se trouve une pluralité de gouttes de phase(s) interne(s).

Si la phase interne est huileuse, alors la phase intermédiaire est aqueuse. Si la phase interne est aqueuse, alors la phase intermédiaire est huileuse.

L'/les actif(s) et/ou composé(s) additionnel(s) du cœur peu(ven)t être contenu(s) dans la phase intermédiaire et/ou dans la phase interne du cœur. L'/les actif(s) et/ou composé(s) additionnel(s) peu(ven)t également être contenu(s) dans la membrane. Comme indiqué précédemment, les particules 55 présentes dans le premier réservoir 15 sont macroscopiques, c'est-à-dire visibles à l'œil nu. La taille des particules 55 peut être comprise entre 100 et 10 000 μηι, en particulier entre 100 et 7 000 μηι, de préférence entre 200 et 5000 μηι, 300 et 3000 μηι, 400 et 2500 μηι, 500 et 2000 μηι, mais est inférieure au diamètre interne du premier tube creux 47 et supérieure à la dimension des passages 63 du premier organe de filtration 53 et, le cas échéant, du deuxième organe de filtration.

Avantageusement, le taille des particules 55 est supérieure à 1000 μηι, de préférence supérieure à 2000 μηι, mieux supérieure à 3000 μηι, et est en particulier comprise entre 1000 μηι et 5000 μηι, de préférence entre 2500 μηι et 3500 μηι.

Selon un mode de réalisation, les particules sont monodisperses, à savoir présente un coefficient de variation inférieur à 10%, notamment tel que mesuré selon la méthode décrite dans FR 2 972 371 .

Selon un mode de réalisation, les particules sont transparentes ou tout du moins translucides (au niveau de la membrane et/ou du cœur dans le cas des particules creuses).

Selon un mode de réalisation, les particules sont colorées (au niveau de la membrane et/ou du cœur dans le cas des particules creuses).

Selon un mode de réalisation, le premier réservoir 15 comprend des particules de taille, de composition d'actif(s) et/ou de composé(s) additionnel(s), notamment de couleur, identiques ou différentes. En d'autres termes, le premier réservoir 15 peut comprendre au moins deux populations de particules différentes.

Selon un mode de réalisation particulier, le premier réservoir 15 comprend au moins deux populations de particules qui diffèrent l'une de l'autre au moins par le diamètre moyen, de telle manière que le premier organe de filtration 53 et, le cas échéant, le deuxième organe de filtration 57, ne puisse empêcher le passage que d'une seule des deux populations de particules considérées. Ce mode de réalisation est avantageux en ce qu'il permet la présence de particules macroscopiques, le cas échéant monodisperses, dans la composition résultante 5 ce qui permet de renforcer le visuel différenciant et/ou la sensorialité et/ou la texture de cette dernière.

De préférence, les particules sont quasi-immobiles dans le premier tube creux 47, car avantageusement tenues entre les premiers et deuxième organes de filtration 53 et 57.

Comme indiqué précédemment, les particules 55 comprennent au moins un actif et/ou un composé additionnel.

L'actif et/ou le composé additionnel encapsulé dans les particules 55 peut être hydrophile ou hydrosoluble, lipophile, voire amphiphile. Selon un mode de réalisation particulier, l'actif et/ou un composé additionnel est hydrosoluble ou hydrophile, notamment sous un état (ou sous forme) solide en l'absence d'eau, à température ambiante, par exemple T=25°C ± 2°C, et à pression ambiante, par exemple 1 013 mbar, et en particulier est sous forme d'un cristal, en particulier d'un sel.

Le terme « hydrosoluble ou hydrophile » désigne une substance qui, lorsque mise en présence d'une quantité d'eau, mesurée à température ambiante, par exemple T=25°C ± 2°C, et à pression ambiante, par exemple 1 013 mbar, conduit à l'obtention d'une solution macroscopiquement isotrope et transparente, colorée ou non.

Un actif selon l'invention est de préférence choisi parmi les agents hydratants, les agents cicatrisants, les agents dépigmentants, les filtres UV, les agents desquamants, les agents antioxydants, les actifs stimulant la synthèse des macromoléculaires dermiques et/ou épidermiques, les agents dermodécontractants, les agents anti-transpirants, les agents anti-âge, les agents parfumant, les agents apaisants, et leurs mélanges.

Un composé additionnel selon l'invention est, de préférence choisi parmi les poudres, les paillettes, les colorants, les conservateurs, les humectants, les stabilisateurs, les chélateurs, les émollients ou tout additif cosmétique usuel, et leurs mélanges.

Bien entendu, l'homme du métier veillera de préférence à choisir la nature et/ou la quantité en actif(s) et/ou composé(s) additionnel(s) en fonction de la nature aqueuse ou huileuse de la première composition et/ou de la deuxième composition et/ou de telle manière que (i) les propriétés avantageuses de la première et/ou deuxième composition, en particulier de la composition résultante 5, et (ii) l'intégrité des particules 55 ne soit pas ou substantiellement pas altérée par la ou les adjonction(s) envisagée(s). Ces ajustements relèvent des compétences de l'homme du métier.

Selon un mode particulier, les particules 55 peuvent différer les unes des autres par la nature de l'actif et/ou du composé additionnel encapsulé. Compte-tenu de la libération/diffusion extemporanée, et donc du temps très court de contact entre les actifs et/ou composés additionnels libérés avant application, la présente invention autorise la mise en œuvre d'actifs et/ou de composés additionnels généralement incompatibles entre eux.

De préférence, l'actif et/ou le composé additionnel encapsulé est adapté à la nature hydrophile ou lipophile de la deuxième composition 35. En effet, et pour des raisons évidentes, les actifs et/ou composés additionnels présentant une affinité avec la deuxième composition diffuseront mieux.

Ainsi, lorsque la deuxième composition est une composition hydrophile, l'actif et/ou le composé additionnel encapsulé est de préférence choisi parmi les composés hydrophiles, voire amphiphiles. Lorsque la deuxième composition est une composition lipophile, l'actif et/ou le composé additionnel encapsulé est de préférence choisi parmi les composés lipophiles, voire amphiphiles.

Selon un mode de réalisation, l'actif et/ou le composé additionnel encapsulé a un coefficient de partage log P compris entre -10 et 10, de préférence entre -5 et 5, mieux entre -2 et 2, et en particulier entre -1 et 1 .

Le log P (dit coefficient de partage octanol/eau d'une molécule) donne une estimation de l'hydrophobie de la molécule considérée et a l'avantage d'être référencé/tabulé et donc d'être facilement accessible pour la plupart des molécules classiques. De plus, la valeur du log P (= log (K)) peut être évaluée simplement grâce à des logiciels de modélisation moléculaire facilement accessible sur internet comme par exemple sur www. molispiration.com, www.vcclab.ors/lah/alosps/start.html.

Une détermination expérimentale est possible par la méthode suivante : on pèse une quantité précise de l'actif et/ou du composé additionnel et on la solubilise dans une des deux phases d'eau ou d'octanol. On met ensuite en contact sous agitation deux volumes équivalents des 2 phases. Les concentrations du produit actif et/ou du composé additionnel dans chacune des deux phases sont ensuite menées après équilibre thermodynamique du système. Cette mesure de concentration peut par exemple être effectuée par mesure directe de l'absorbance, si la molécule absorbe la lumière, ou par chromatographie liquide. Cette mesure est effectuée par exemple à 22 °C.

De préférence, la première composition 20 est dénuée d'agent propre à fragiliser et/ou rompre les particules de manière à préserver l'intégrité des particules, et notamment est dénuée d'agent dépolymérisant tel que décrit ci-après.

De préférence, la première composition 20 est une solution dans laquelle baignent les particules pour prévenir les phénomènes de séchage des particules avant utilisation. Le but est de préserver l'intégrité desdites particules, notamment avant la première utilisation. Par ailleurs, cette solution peut présenter une viscosité adaptée pour assurer une suspension satisfaisante des particules 55 dans le premier réservoir 55, ce qui contribue à renforcer le visuel attractif d'un dispositif de conditionnement et de distribution selon l'invention.

Par « suspension satisfaisante », on entend désigner, au sens de la présente invention, l'absence de sédimentation ou de crémage des particules 55 dans la solution sur une période de temps supérieure à 6 mois, de préférence supérieure à 12 mois.

La deuxième composition 35 a de préférence une viscosité à 25°C comprise entre 1 et 20 000 mPa.s, de préférence entre 10 et 15 000 mPa.s, en particulier entre 100 et 10 000 mPa.s, mieux entre 1000 et 8000 mPa.s, en particulier entre 50 et 200 mPa.s, de préférence est liquide à température et pression ambiante.

La deuxième composition peut être hydrophile, lipophile et est de préférence adaptée à la nature hydrophile ou lipophile de la première composition, en particulier de l'actif et/ou du composé additionnel encapsulé. Selon un mode de réalisation préféré, la première composition 20 et la deuxième composition 35 sont identiques. Selon un autre mode de réalisation particulier, la deuxième composition est une émulsion, directe ou inverse, voire une émulsion multiple, ce qui permet avantageusement de s'affranchir des limites de réalisation consécutives du caractère hydrophile ou lipophile de l'actif et/ou du composé additionnel encapsulé(s).

Selon un mode de réalisation, la deuxième composition 35 est transparente, ou tout du moins translucide, notamment lorsque les particules 55 sont colorées.

Selon un mode de réalisation, la deuxième composition est colorée, de préférence avec une couleur différente de celle considérée pour les particules 55 formant la première composition 20.

Le rapport massique « deuxième composition / particules (voire première composition lorsque présente) » est par exemple compris entre 10 et 500, de préférence entre 20 et 250, et mieux entre 50 et 100.

Selon un mode de réalisation, la deuxième composition 35 est dénuée d'agent propre à fragiliser et/ou rompre les particules pour préserver au maximum l'intégrité des particules, et notamment est dénuée d'agent dépolymérisant tel que décrit ci-après.

Selon un autre mode de réalisation, la deuxième composition comprend au moins un agent propre à fragiliser et/ou rompre les particules. Avantageusement, la seconde composition comprend une faible concentration en un tel agent (par exemple inférieure à 1 % en poids) adaptée pour assurer une fragilisation et/ou destruction lente (notamment sur un temps supérieur à 1 mois) des particules 55. Ceci permet une libération d'actifs et/ou de composés additionnels de haut poids moléculaire éventuellement présents dans les particules qui serait impossible en l'absence dudit agent propre à fragiliser et/ou rompre les particules 55.

En particulier, dans le cadre de particules creuses comprenant une membrane à base d'au moins un polyélectrolyte gélifiée, en particulier d'alginate gélifié, l'agent propre à fragiliser et/ou rompre les particules est un agent dépolymérisant, notamment tel que défini dans le document FR 2 987 741 .

Cet agent dépolymérisant peut également être figuré par un tensioactif ; de préférence un tensioactif non ionique ; en particulier choisis notamment parmi les alkyl- et polyalkyl- esters de poly(oxyde d'éthylène), les alkyl- et polyalkyl- éthers de poly(oxyde d'éthylène), les alkyl- et polyalkyl- esters de sorbitan, polyoxyéthylénés ou non, les alkyl- et polyalkyl- éthers de sorbitan, polyoxyéthylénés ou non, les alkyl- et polyalkyl- glucosides ou polyglucosides, les alkyl- et polyalkyl- esters de sucrose, les alkyl- et polyalkyl- esters de glycérol, polyoxyéthylénés ou non, les alkyl- et polyalkyl- éthers de glycérol, polyoxyéthylénés ou non et leurs mélanges ; mieux un tensioactif de type PEG-7 Glyceryl Cocoate, PEG-6 Caprylic/Capric Glycerides, et leurs mélanges ; par exemple les TEGOSOFT® GC, TEGOSOFT® GMC 6 commercialisés par Evonik, et leurs mélanges.

Selon un mode de réalisation, la deuxième composition comprend en outre des particules, identiques ou différentes des particules 55 formant la première composition, ces particules pouvant également comprendre au moins un actif et/ou composé additionnel tel que susmentionné. Ce mode de réalisation est avantageux en ce qu'il peut conduire à des diffusions différentes des actifs et/ou composés additionnels encapsulés. En d'autres termes, un tel mode de réalisation autorise la manifestation d'au moins deux cinétiques de diffusions différentes des actifs et/ou composés additionnels encapsulés.

Le fonctionnement du dispositif de conditionnement et de distribution 1 va maintenant être décrit.

Dans le premier mode de réalisation, l'ensemble 10, une fois monté, n'est pas mobile par rapport au réceptacle 25 et se trouve donc toujours dans une position d'aspiration.

Lorsque le dispositif de pompage 45 n'est pas actionné, la deuxième composition

35 reste avantageusement dans le troisième réservoir 30.

Lorsqu'un opérateur (non représenté) actionne le dispositif de pompage 45, une aspiration est créée dans le premier tube creux 47. Au moins une partie de la deuxième composition 35 pénètre dans le premier réservoir 15 par le premier orifice 49 et le premier organe de filtration 53. La mise en contact de la deuxième composition 35 aspirée avec la première composition 20 libère le ou les actifs et/ou composés additionnels contenus dans les particules 55 et crée dans le premier réservoir 15 la composition résultante 5.

La composition résultante 5 traverse le deuxième organe de filtration 57 et le dispositif de pompage 45 pour sortir par l'orifice de distribution 61 . Puis tout ou partie de la composition résultante 5 gorgée d'actifs et/ou de composés additionnels préalablement encapsulés est appliquée sur une matière kératinique de l'opérateur ou d'une autre personne (non représentée), en particulier la peau, le cas échéant en actionnant à nouveau le dispositif de pompage 45.

Le premier organe de filtration 53 et le deuxième organe de filtration 57 maintiennent les particules 55 dans le premier réservoir 15, que l'ensemble 10 soit en utilisation ou au repos. Le deuxième organe de filtration 57 a avantageusement pour rôle d'immobiliser les particules 55 et d'empêcher toute obstruction du dispositif de pompage 45.

Grâce aux caractéristiques décrites ci-dessus, l'ensemble 10 délivre la composition résultante 5 de manière améliorée. Il met en œuvre des éléments dispersés macroscopiques, ici les particules 55, et reste peu coûteux, tout en étant adapté à de multiples usages, notamment dans le domaine cosmétique, voire pharmaceutique ou agroalimentaire. Plus particulièrement, il autorise la mise en œuvre d'actifs et/ou de composés additionnels hydrophiles, lipophiles ou amphiphiles, quelle que soit la nature hydrophile ou lipophile de la solution visqueuse de la deuxième composition 35.

L'ensemble 10 permet d'encapsuler tout type d'actifs et/ou de composés additionnels en s'affranchissant des contraintes attachées à la nature hydrophile ou lipophile de la deuxième composition 35. Ceci est encore plus plus vrai quand la deuxième composition 35 est une émulsion, directe ou inverse, voire une émulsion multiple.

En particulier, l'ensemble 10 autorise l'encapsulation d'actifs et/ou de composés additionnels amphiphiles sans diffusion de ces derniers dans la deuxième composition 35 avant utilisation et ce, quelques soit la nature hydrophile ou lipophile de la deuxième composition 35.

S'agissant d'une composition extemporanée, les actifs et/ou composés additionnels encapsulés sont libérés avant usage, ce qui permet de réduire, voire de prévenir, leur vieillissement consécutif, notamment, d'une oxydation, d'une dégradation enzymatique et/ou ionique, etc ..

L'ensemble 10 permet une diffusion d'actif(s) et/ou de composé(s) additionnel(s) encapsulé(s) dans une fraction avantageusement très réduite de la deuxième composition 35 (uniquement la partie qui pénètre dans le premier réservoir). De préférence, les particules 55 sont avantageusement quasi-immobiles et/ou macroscopiques et/ou monodisperses. Or, dans les systèmes « classiques » de libération d'un actif encapsulé, les particules comprenant ledit actif sont au contraire larguées généralement dans un volume important de solvant liquide.

L'ensemble 10 permet une bonne maîtrise de la libération de l'actif et/ou du composé additionnel encapsulé. En effet, le volume restreint du lieu de contact entre la première composition 20 et la deuxième composition 35, combiné au caractère extemporané du prélèvement de la deuxième composition, assurent un niveau de libération/diffusion de l'actif et/ou du composé additionnel encapsulé mieux contrôlé et donc plus répétable. Cela permet de maintenir un niveau de libération constant et prolongé de l'actif et/ou du composé additionnel encapsulé. L'utilisateur bénéficie donc des propriétés, notamment cosmétiques, des actifs et/ou des composés additionnels encapsulés tout au long de la durée de vie du produit selon l'invention.

Selon un mode de réalisation particulier, cet avantage autorise la mise en œuvre d'actif(s) et/ou composé(s) additionnel(s) hydrosoluble(s) ou hydrophile(s) encapsulé(s) :

- dans des concentrations supérieures à leur limite de solubilité intrinsèque, notamment lorsque l'actif et/ou le composé additionnel considéré est sous une forme solide en l'absence d'eau (cristal ou sel) (eu égard au volume de la phase des particules dans lequel l'actif et/ou composé additionnel est compris), et/ou

- ayant une solubilité dans l'eau, mesurée à température ambiante, par exemple

T=25°C ± 2°C, et à pression ambiante, par exemple 1013 mbar, faible, c'est-à-dire inférieure ou égale à 100 gramme/litre (g/L) (obtention d'une solution macroscopiquement isotrope et transparente, colorée ou non). Cette solubilité est de préférence inférieure ou égale à 50 g/L, en particulier inférieure ou égale à 30 g/L, de préférence inférieure ou égale à 20 g/L, voire inférieure ou égale à 10 g/L, et même inférieure ou égale à 1 g/L.

En effet, le fonctionnement de l'ensemble selon l'invention permet d'assurer une diffusion/dissolution lente des actifs et/ou composés additionnels hydrosolubles ou hydrophiles encapsulés lors du passage de la deuxième composition 35 aspirée au contact des particules 55, et donc lors de la formation extemporanée de la composition résultante 5.

Par ailleurs, l'ensemble 10 présente des propriétés visuelles inédites en termes de packaging. Il constitue une solution originale pour préserver l'intégrité des actifs et/ou des composés additionnels encapsulés, voire des actifs et/ou des composés additionnels respectivement présents dans la première composition et la deuxième composition, notamment en cas d'incompatibilité entre eux.

L'ensemble 10 trouve une application dans différents domaines. Dans le domaine cosmétique, la deuxième composition sera par exemple une composition aqueuse, et la première composition une composition lipophile avec en outre, par exemple, au moins un actif cosmétique et, à titre de composé additionnel, au moins un agent colorant tel que des paillettes, ou l'inverse.

Dans le domaine alimentaire, la deuxième composition sera par exemple une composition alcoolique, et la première composition une composition différente de la première composition et apte à parfumer et/ou colorer la deuxième composition.

On peut ainsi former de manière extemporanée et originale des cocktails et autres produits alimentaires. En référence à la figure 3, on va maintenant décrire un dispositif de conditionnement et de distribution 100 selon un deuxième mode de réalisation de l'invention. Le dispositif de conditionnement et de distribution 100 est analogue au dispositif de conditionnement et de distribution 1 représenté sur la figure 1 . Les éléments similaires portent les mêmes références numériques et ne seront pas décrits à nouveau. Seules les différences seront décrites en détail ci-après.

Le dispositif de conditionnement et de distribution 100 comprend un ensemble 1 10 ayant les mêmes fonctions que l'ensemble 10 du dispositif 1 représenté sur la figure 1 , mais une structure différente.

L'ensemble 1 10 comprend un dispositif de pompage 145 comportant un embout

147 fixé, par exemple par vissage, sur le réceptacle 25, et une tétine 159 en communication fluidique avec le premier réservoir 15.

L'ensemble 1 10 forme une pipette (ou compte-gouttes, dropper en anglais, ou stilligoutte) mobile entre la position d'utilisation, dans laquelle le premier orifice 49 est situé dans la deuxième composition 35, et une position d'application (non représentée) dans laquelle l'ensemble est à l'écart du réceptacle 25.

Le dispositif de pompage 145 est configuré pour faire sortir la composition résultante 5 par le premier orifice 49 en vue de son application sur une matière kératinique.

Le premier tube creux 47 possède par exemple une extrémité libre 149 rétrécie pour former le premier orifice 49.

Le dispositif de conditionnement et de distribution 100 fonctionne de manière analogue à celle du dispositif 1 .

L'opérateur dévisse d'abord l'ensemble 1 10 et sort le premier tube creux 47 du réceptacle 25. Puis, l'opérateur appuie sur la tétine 159 alors que le premier orifice 49 ne trempe plus dans la deuxième composition 35. Ensuite, l'opérateur, sans lâcher la tétine 159, replonge le premier tube creux 47 dans la deuxième composition 35 et relâche la tétine pour aspirer une partie de la deuxième composition vers l'intérieur du premier réservoir 15.

Selon une variante, le premier tube creux 47 n'est pas sorti du réceptacle 25.

Ainsi, l'opérateur appuie sur la tétine 159 alors que le premier orifice 49 trempe toujours dans la deuxième composition 35, puis relâche la tétine pour aspirer une partie de la deuxième composition vers l'intérieur du premier réservoir 15.

La mise en contact de la deuxième composition 35 aspirée et des particules 55 de la première composition 20 libère le(s) actif(s) et/ou composé(s) additionnel(s) encapsulé(s) pour former la composition résultante 5. Enfin, l'opérateur sort (à nouveau) le premier tube creux 47 du réceptacle 25 pour mettre l'ensemble 1 10 dans la position d'application. En pressant à nouveau sur la tétine 159, l'opérateur fait sortir la composition résultante 5 par le premier orifice 49 et applique la composition résultante sur une matière kératinique.

Les avantages du dispositif de conditionnement et de distribution 100 sont analogues à ceux du dispositif 1 .

En outre, avec ce dispositif de pompage 145, les actifs et/ou composés additionnels encapsulés sont libérés au dernier moment avant usage, ce qui permet de réduire, voire de prévenir, encore leur vieillissement consécutif, notamment, d'une oxydation, d'une dégradation enzymatique et/ou ionique, etc ..

En référence à la figure 4, on décrit un dispositif 200 constituant une variante du dispositif de conditionnement et de distribution 100 représenté sur la figure 3. Le dispositif 200 est analogue au dispositif 100. Seules les différences seront décrites en détail ci- après.

Le premier tube creux 47 comporte une extrémité libre 259 qui n'est pas rétrécie comme l'extrémité 149 du dispositif 100, mais évasée afin de faciliter l'application de la composition résultante dans la position d'application.

En outre, avantageusement, le réceptacle 25 comprend un élément 261 adapté pour boucher le premier orifice 49 lorsque l'ensemble 1 10 est dans la position de repos représentée sur la figure 4.

L'élément 261 est par exemple un élément du réceptacle 25 ajusté de manière à coopérer avec le premier orifice 49, tel qu'un bouchon ou un joint fixé sur le reste du réceptacle, en saillie ou en creux.

Il est à noter que la forme rétrécie ou évasée du premier tube creux 47 représentée sur les figures 3 et 4 pourrait être adaptée sur le tube creux du dispositif de conditionnement et de distribution 1 représenté sur la figure 1 . De même, les dispositifs 1 et 100 représentés sur les figures 1 et 3, selon des variantes non représentées, comportent un élément analogue à l'élément 261 représenté sur la figure 4.

Selon d'autres variantes non représentées, l'élément 261 est fixé sur le premier tube creux 47, au niveau du premier orifice 49 selon l'axe D.

Avantageusement, le deuxième orifice 51 , voire le deuxième organe de filtration lorsqu'il est présent, ne sont pas visibles, car masqués par le dispositif de pompage 145.

En référence à la figure 5, on décrit un dispositif de conditionnement et de distribution 300 selon un troisième mode de réalisation de l'invention. Le dispositif 300 est analogue aux dispositifs 1 , 100 et 200 représentés sur les figures 1 , 3 et 4, en particulier au dispositif 1 . Les éléments similaires portent les mêmes références numériques que sur la figure 1 et ne seront pas décrits à nouveau. Seules les différences seront décrites en détail ci-après.

Le dispositif 300 comporte un ensemble 310 comprenant non seulement le premier réservoir 15, mais aussi un deuxième réservoir 315 contenant une troisième composition 335 cosmétique. De préférence, le deuxième réservoir 315 entoure concentriquement le premier réservoir 15.

Un passage 337 connecte fluidiquement le deuxième réservoir 315 au premier réservoir 15.

Le passage 337 est par exemple réalisé à l'aide d'un ou plusieurs orifices 339 ménagés dans le premier tube creux 47. Le passage 337 est par exemple situé selon l'axe D entre le premier organe de filtration 53 et le deuxième organe de filtration 57 (ou le dispositif de pompage 45 en cas d'absence du deuxième organe de filtration), avantageusement à proximité du premier organe de filtration, c'est-à-dire par exemple à moins de 5 mm, de préférence moins de 3 mm, et mieux moins de 1 mm du premier organe de filtration 53. En d'autres termes, le passage 337 est situé entre le premier organe de filtration 53 et le deuxième organe de filtration 57 et est avantageusement adjacent au premier orifice (49).

Le deuxième réservoir 315 est par exemple formé par un deuxième tube creux 347 fixé à son extrémité libre sur le premier tube creux 47 et coaxial avec ce dernier.

Le deuxième tube creux 347 comporte par exemple une partie extrémale 349 fixée sur le premier tube creux 47 au niveau du premier orifice 49.

Le dispositif 300 fonctionne de manière analogue à celle du dispositif 1 , si ce n'est que, lorsque le dispositif de pompage 45 est actionné, au moins une partie de la troisième composition 335 est aspirée vers l'intérieur du premier réservoir 15 via le passage 337 et est mise en contact avec au moins une partie des particules 55. La composition résultante 5 qui sort du dispositif 300 par l'orifice de distribution 61 est issue de la mise en contact des particules 55 non seulement avec la deuxième composition 35, mais aussi avec la troisième composition 335.

L'utilisation des dispositifs 1 , 100, 200 et 300 permet d'appliquer la composition résultante sur une matière kératinique, en particulier la peau (non représentée).

Ainsi, une composition résultante 5 selon l'invention est avantageusement une composition de soin et/ou de maquillage d'une matière kératinique, en particulier la peau. En outre, de tels dispositifs permettent de préparer la composition résultante 5 de manière extemporanée, puis d'appliquer la composition résultante sur la matière kératinique, en particulier la peau. Dans toute la description, y compris les revendications, l'expression « comprenant un » doit être comprise comme étant synonyme de « comprenant au moins un », sauf si le contraire est spécifié. Les expressions « compris entre ... et ... », « compris de ... à ... » et « allant de ... à ... » doivent se comprendre bornes incluses, sauf si le contraire est spécifié. Les quantités des ingrédients figurant dans les exemples sont exprimées en pourcentage en poids par rapport au poids total de la composition, sauf indication contraire.

Les exemples qui suivent illustrent la présente invention sans en limiter la portée. Exemple : ensemble et dispositif selon l'invention

L'ensemble et dispositif selon l'invention mis en œuvre dans cet exemple sont tels qu'illustrés en figure 1 . La première composition 20 (optionnelle), les particules 55 et la deuxième composition 35 mises en œuvre dans cet exemple sont telles que décrites ci- après.

Deuxième composition 35

Nom Fournisseur Nom INCI % w/w

EAU OSMOSÉE / Aqua Qsp *

MICROCARE PE Thor PHENOXYETHANOL, AQUA 0,84

MICROCARE

Thor PENTYLENE GLYCOL, AQUA 2,10 EMOLLIENT PTG

GLYCERINE CODEX Interchimie GLYCERIN, AQUA 10,00

DUPONT

ZEMEA TATE AND PROPANEDIOL 10,00 PROPANEDIOL LYLE

1 ,3 Butylène Glycol Interchimie Butylène glycol 3,00

Glucam E20 Lubrizol Methyl Gluceth-20 2,50

RHODICARE T Rhodia XANTHAN GUM, AQUA 0,10

PHYLCARE SODIUM AMADEO

Sodium Hyaluronate 0,015 HYALURONATE XS BRASCA

PENTYLENE GLYCOL-TAMARINDUS

UNITAMURON H-22 INDUCHEM 5,00

INDICA SEED GUM-AQUA

ALCOOL ETHYLIQUE

Deulep ALCOHOL DENAT. 4,00 SURFIN 99 DENAT

HYDROXYETHYLPIPERAZINE ETHANE

HEPES-LUV Hopax 0,95

SULFONIC ACID, AQUA

Parfum - PERFUME 0,22

AQUA, DECARBOXY CARNOSINE HCL,

SOLUBILISANT LRI Sensient 1 ,10

BUTYLENE GLYCOL, PHENOXYETHANOL

AQUA, Saccharum officinarum extract,

CARAMEL E150b

Nigay SODIUM SULFITE, SODIUM 0,47 10%

HYDROXYDE

SOLUTION SOUDE

0 AQUA, SODIUM HYDROXIDE 0,55 10 %

Total 100,00

* Qsp : Quantité Suffisante Pour

La préparation de cette deuxième composition relève des connaissances générales de l'homme du métier.

La première composition 20, lorsque présente, est identique à la deuxième composition 35 ci-dessus.

Particules 55

Les particules 55 sont des capsules comprenant un cœur liquide lipophile (IF) et une membrane d'alqinate gélifié (OF), produites au moyen d'un dispositif millifluidique tel que décrit dans WO2010063937.

IF (cœur des particules)

Nom Fournisseur Nom INCI % w/w

HUILE RAFFINEE DE PRUNUS ARMENIACA KERNEL

Ardex qsp NOYAUX D'ABRICOT OIL

Pentaerythrityl Tetra-di-t-butyl

TINOGARD TT BASF 0,10

Hydroxyhydrocinnamate

HUILE VIERGE HIBISCUS Bertin HIBISCUS SABDARIFFA SEED OIL 22,99

Glycine Soja (Soybean) Oil,

CLR CHEMISHES Daucus Carota Sativa (Carrot)

LIPO CAROTTE CLR 0,25

LABORATORIUM Root Extract, Beta-Carotene,

Tocopherol

Total 100,00

OF (membrane gélifiée)

Nom Fournisseur Nom INCI % w/w

EAU OSMOSÉE / Aqua qsp

MICROCARE PE Thor PHENOXYETHANOL, AQUA 0,80

MICROCARE EMOLLIENT

Thor PENTYLENE GLYCOL, AQUA 2,00 PTG PROTANAL LF 200 FTS FMC Biopolymère ALGIN 3,00

SODIUM DODECYL DUPONT TATE

PROPANEDIOL 0,14 SULPHATE PRS CODEX AND LYLE

Total 100,00

Les débits considérés au niveau du dispositif millifluidique sont :

En sortie de dispositif millifluidique, les capsules chutent dans un bain de calcium. Composition du bain de calcium

Les capsules produites sont macroscopiques et monodisperses. Elles sont ensuite rincées à l'eau osmosée puis :

- optionnellement mélangées à une partie de la deuxième composition ci- dessus (= première composition 20) ; puis

- placées dans le premier tube creux 47,

de manière à obtenir l'ensemble selon l'invention.

En parallèle, la deuxième composition est placée dans le réceptacle du dispositif. L'ensemble est ensuite fixé sur le réceptacle, formant ainsi un dispositif selon l'invention.