Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR RECEIVING A MOTOR VEHICLE SUSPENSION ELEMENT, EQUIPMENT COMPRISING TWO IDENTICAL DEVICES, AND METHOD FOR MANUFACTURING THE EQUIPMENT
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2014/079908
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a device (1) for receiving motor vehicle suspension element that is formed in one piece. Said device comprises a positioning system (2) configured such that mounting said device to a chassis element (3) corresponding to the vehicle can be carried out indiscriminately at a front left or front right suspension area of said vehicle. The positioning system (2) comprises: a first coupling element (2a) for engaging, during the mounting, with a first mounting member (4a) when the receiving device is configured such as to be placed at the front right suspension area; and a second coupling element (2b) for engaging, during the mounting, with a second mounting member (4b) when the receiving device is configured such as to be placed at the front left suspension area.

Inventors:
ROUSSEAU, Olivier (6 rue de Longumeau, Ballainvilliers, F-91160, FR)
BANNIER, Nathalie (1 La Cour Des Goupil, Saint Nom La Breteche, F-78860, FR)
BEDDOCK, David (8 Rue Robert Schumann, Massy, F-91300, FR)
Application Number:
EP2013/074336
Publication Date:
May 30, 2014
Filing Date:
November 21, 2013
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
RENAULT S.A.S. (13-15 Quai Le Gallo, Boulogne Billancourt, F-92100, FR)
International Classes:
B62D25/08
Foreign References:
DE102010009481A12011-09-01
DE102004043339A12006-03-23
FR2870816A12005-12-02
DE102004043339A12006-03-23
Other References:
See also references of EP 2922742A1
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Dispositif de réception (1 ) d'un élément de suspension d'un véhicule automobile, formé en une pièce monolithique et comportant un système de positionnement (2) configuré de sorte qu'un montage dudit dispositif à un élément de châssis (3) correspondant du véhicule puisse être réalisé indifféremment au niveau d'une zone de suspension avant gauche, ou avant droite, dudit véhicule, caractérisé en ce que le système de positionnement (2) comporte un premier élément d'accouplement (2a) destiné à coopérer, au cours du montage, avec un premier organe de montage (4a) lorsque le dispositif de réception est configuré de sorte à être disposé au niveau de la zone de suspension avant droite et un deuxième élément d'accouplement (2b) destiné à coopérer, au cours du montage, avec un deuxième organe de montage (4b) lorsque le dispositif de réception est configuré de sorte à être disposé au niveau de la zone de suspension avant gauche.

2. Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que les premier et deuxième éléments d'accouplement (2a, 2b) sont formés chacun par un trou, de préférence débouchant.

3. Dispositif selon l'une des revendications 1 et 2, caractérisé en ce qu'il comporte une partie d'assemblage (5a) munie d'un système d'assemblage destiné au montage de l'élément de suspension, et une partie d'accostage (5b) au niveau de laquelle est formé le système de positionnement (2), ladite partie d'accostage (5b) étant destinée à coopérer avec l'élément de châssis (3) correspondant.

4. Dispositif selon la revendication 3, caractérisé en ce que la partie d'accostage (5b) comporte une face située dans un plan différent et surélevé d'une face de la partie d'assemblage (5a).

5. Dispositif selon l'une des revendications 3 ou 4, caractérisé en ce que le système d'assemblage comporte un trou principal (7) destiné à recevoir un axe de l'élément de suspension, et au moins un trou secondaire (8) allongé de sorte à permettre la fixation de l'élément de suspension tout en permettant un réglage angulaire du positionnement de l'élément de suspension autour de son axe. 6. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il présente un axe de symétrie sensiblement perpendiculaire à l'axe de longitudinal du véhicule une fois le dispositif de réception assemblé au reste du châssis (100) dudit véhicule.

7. Agencement pour véhicule automobile comportant une partie avant de châssis munie de deux dispositifs de réception (1 a, 1 b) identiques selon l'une des revendications 1 à 6 chacun monté à un élément de châssis (3) correspondant de l'agencement au niveau d'une zone de suspension avant associée du véhicule automobile.

8. Procédé de fabrication de l'agencement selon la revendication précédente dans une chaîne de production de véhicule automobile, caractérisé en ce qu'il comporte :

- une première étape d'association d'un premier dispositif (1 a) de réception selon la revendication 1 à un premier organe de montage (4a) au niveau d'une zone de suspension avant droite du véhicule, - une deuxième étape d'association d'un deuxième dispositif (1 b) de réception selon la revendication 1 à un deuxième organe de montage (4b) au niveau d'une zone de suspension avant gauche du véhicule.

9. Procédé selon la revendication précédente, caractérisé en ce que le système de positionnement (2) de chacun des premier et deuxième dispositifs de réception (1 a, 1 b) comportant un premier trou (2a) et un deuxième trou (2b), de préférence débouchant, décalés le long d'un axe destiné à être sensiblement parallèle à l'axe longitudinal du véhicule, les première et deuxième étape d'association comportent respectivement la mise en place d'un doigt de montage du premier organe de montage (4a) au travers d'au moins une partie du premier trou (2a) et la mise en place d'un doigt de montage du deuxième organe de montage (4b) au travers d'au moins une partie du deuxième trou (2b).

10. Procédé selon l'une quelconque des revendications 8 ou 9, caractérisé en ce qu'il comporte une étape de mise en contact d'un premier élément de châssis avec le premier dispositif de réception (1 a) et/ou une étape de mise en contact d'un deuxième élément de châssis avec le deuxième dispositif de réception (1 b), et en ce qu'il comporte une étape de soudure du premier élément de châssis au premier dispositif de réception (1 a) et/ou du deuxième élément de châssis au deuxième dispositif de réception (1 b).

1 1 . Procédé selon la revendications précédente, caractérisé en ce que, pour chacun des premier et deuxième dispositifs de réception (1 a, 1 b), l'étape de soudure comporte une étape de positionnement d'une partie de pince (1 1 a) de soudure correspondante entre l'organe de montage associé et une zone de contact (Z1 ) entre le dispositif de réception associé et l'élément de châssis associé.

12. Procédé selon l'une des revendications 8 à 1 1 , caractérisé en ce qu'il comporte une étape de retrait des premier et deuxième organes de montage (4a, 4b) après assemblage des premier et deuxième dispositifs de réception (1 a, 1 b) aux éléments de châssis correspondants.

Description:
Dispositif de réception d'un élément de suspension d'un véhicule automobile, agencement comportant deux dispositifs identiques, et procédé de fabrication de l'agencement

Domaine technique de l'invention L'invention concerne le domaine des véhicules automobiles.

L'invention a pour objet plus particulièrement un dispositif de réception d'un élément de suspension d'un véhicule automobile formé en une pièce monolithique et comportant un système de positionnement configuré de sorte qu'un montage dudit dispositif à un élément de châssis correspondant du véhicule puisse être réalisé indifféremment au niveau d'une zone de suspension avant gauche, ou avant droite, dudit véhicule.

État de la technique

Les éléments de suspension d'un véhicule sont généralement chacun monté au niveau d'une coupelle fixée au châssis du véhicule. Actuellement, on différencie les coupelles avant droite et avant gauche, ainsi que les coupelles arrière droite et arrière gauche. En effet, chacune adopte une forme bien particulière à son positionnement. Ceci multiplie les références et la gestion des stocks de pièces détachées.

Le brevet français FR2870816 propose un dispositif destiné à recevoir un élément de suspension. Le dispositif est formé de deux pièces indépendantes de sorte que l'assemblage des deux pièces permette le montage du dispositif au niveau d'un élément de suspension arrière droit ou arrière gauche d'un véhicule.

De même, le document DE 10 2004 043339 décrit également un dispositif destiné à recevoir un élément de suspension. Le dispositif est formé en une pièce monolithique et comporte un système de positionnement configuré de sorte qu'un montage dudit dispositif à un élément de châssis correspondant du véhicule puisse être réalisé indifféremment au niveau d'une zone de suspension avant gauche, ou avant droite, dudit véhicule.

Ces solutions ne sont donc pas satisfaisantes car, d'une part, elles peuvent générer des problèmes importants de gestion des stocks et, d'autre part, elles ne permettent pas un montage optimal sur le châssis du véhicule.

Objet de l'invention

Le but de la présente invention est de proposer une solution qui remédie aux inconvénients listés ci-dessus.

On tend vers ce but en ce que le système de positionnement comporte un premier élément d'accouplement destiné à coopérer, au cours du montage, avec un premier organe de montage lorsque le dispositif de réception est configuré de sorte à être disposé au niveau de la zone de suspension avant droite et un deuxième élément d'accouplement destiné à coopérer, au cours du montage, avec un deuxième organe de montage lorsque le dispositif de réception est configuré de sorte à être disposé au niveau de la zone de suspension avant gauche.

De préférence, les premier et deuxième éléments d'accouplement sont formés chacun par un trou, de préférence débouchant. Avantageusement, le dispositif comporte une partie d'assemblage munie d'un système d'assemblage destiné au montage de l'élément de suspension, et une partie d'accostage au niveau de laquelle est formé le système de positionnement, ladite partie d'accostage étant destinée à coopérer avec l'élément de châssis correspondant. Par ailleurs, la partie d'accostage peut comporter une face située dans un plan différent et surélevé d'une face de la partie d'assemblage.

Selon une réalisation le système d'assemblage comporte un trou principal destiné à recevoir un axe de l'élément de suspension, et au moins un trou secondaire allongé de sorte à permettre la fixation de l'élément de suspension tout en permettant un réglage angulaire du positionnement de l'élément de suspension autour de son axe.

Avantageusement, le dispositif présente un axe de symétrie sensiblement perpendiculaire à l'axe de longitudinal du véhicule une fois le dispositif de réception assemblé au reste du châssis dudit véhicule. L'invention est aussi relative à un agencement pour véhicule automobile comportant une partie avant de châssis munie de deux dispositifs de réception identiques tels que décrit et chacun monté à un élément de châssis correspondant de l'agencement au niveau d'une zone de suspension avant associée du véhicule automobile. L'invention est aussi relative à un procédé de fabrication de l'agencement tel que décrit dans une chaîne de production de véhicule automobile, ledit procédé comportant : une première étape d'association d'un premier dispositif de réception à un premier organe de montage au niveau d'une zone de suspension avant droite du véhicule ; une deuxième étape d'association d'un deuxième dispositif de réception à un deuxième organe de montage au niveau d'une zone de suspension avant gauche du véhicule.

Par ailleurs, selon une mise en œuvre du procédé, le système de positionnement de chacun des premier et deuxième dispositifs de réception comportant un premier trou et un deuxième trou, de préférence débouchant, décalés le long d'un axe destiné à être sensiblement parallèle à l'axe longitudinal du véhicule, les première et deuxième étape d'association comportent respectivement la mise en place d'un doigt de montage du premier organe de montage au travers d'au moins une partie du premier trou et la mise en place d'un doigt de montage du deuxième organe de montage au travers d'au moins une partie du deuxième trou.

Avantageusement, le procédé comporte une étape de mise en contact d'un premier élément de châssis avec le premier dispositif de réception et/ou une étape de mise en contact d'un deuxième élément de châssis avec le deuxième dispositif de réception, et il comporte une étape de soudure du premier élément de châssis au premier dispositif de réception et/ou du deuxième élément de châssis au deuxième dispositif de réception. De préférence, pour chacun des premier et deuxième dispositifs de réception, l'étape de soudure comporte une étape de positionnement d'une partie de pince de soudure correspondante entre l'organe de montage associé et une zone de contact entre le dispositif de réception associé et l'élément de châssis associé.

Enfin le procédé peut aussi comporter une étape de retrait des premier et deuxième organes de montage après assemblage des premier et deuxième dispositifs de réception aux éléments de châssis correspondants.

Description sommaire des dessins

D'autres avantages et caractéristiques ressortiront plus clairement de la description qui va suivre de modes particuliers de réalisation de l'invention donnés à titre d'exemples non limitatifs et représentés sur les dessins annexés, dans lesquels :

- la figure 1 est une vue en perspective d'un dispositif de réception d'un élément de suspension selon l'invention,

- la figure 2 est une vue en perspective d'un châssis équipé de deux dispositifs de réception selon la figure 1 ,

- la figure 3 est une vue représentative d'une étape de montage de deux dispositifs de réception au châssis,

- la figure 4 illustre une vue en perspective d'un dispositif de réception associé à une partie de châssis,

- la figure 5 illustre une vue en coupe verticale et transversale au châssis de la figure 4,

- la figure 6 illustre une vue en perspective de la figure 5,

- la figure 7 illustre une vue en coupe verticale de la figure 3 et parallèle à un axe longitudinal du châssis, - la figure 8 illustre une étape de soudure d'un procédé de fabrication d'un agencement intégrant un dispositif de réception de la figure 1 .

Description de modes préférentiels de l'invention

Le dispositif de réception d'un élément de suspension d'un véhicule automobile décrit ci-après adopte une forme lui permettant d'être utilisé, lors du montage dudit véhicule, en partie avant du véhicule indifféremment au niveau d'un amortisseur droit ou d'un amortisseur gauche. Il en résulte qu'une unique référence peut être utilisée.

Le dispositif de réception est aussi connu dans le domaine sous le terme de coupelle. Dans la présente description, un axe selon X représente un axe passant par l'avant et l'arrière d'un véhicule et sensiblement horizontal, un axe selon Y représente un axe transversal au véhicule sensiblement horizontal et sensiblement perpendiculaire à l'axe X, et un axe selon Z est un axe sensiblement vertical (Figure 2). Par « sensiblement », on entend dans la présente description, de préférence, exactement ou à quelques degrés près (par exemple plus ou moins 5 degrés).

Sur la figure 1 , le dispositif de réception 1 d'un élément de suspension d'un véhicule automobile est formé en une pièce monolithique. Ceci lui confère une bonne résistance et permet de diminuer les coûts de production en évitant une étape supplémentaire d'assemblage dudit dispositif de réception 1 .

Afin d'être universel, le dispositif 1 comporte un système de positionnement 2 configuré de sorte qu'un montage dudit dispositif à un élément de châssis 3 (figure 2) correspondant du véhicule puisse être réalisé indifféremment au niveau d'une zone de suspension avant gauche, ou avant droite, dudit véhicule.

Par « zone de suspension », on entend un endroit du véhicule destiné à recevoir un élément de suspension associé, comme un amortisseur de roue.

La figure 2 illustre un agencement pour véhicule automobile comportant une partie avant de châssis munie de deux dispositifs de réception 1 a, 1 b identiques. Chacun des dispositifs de réception 1 a, 1 b est monté à un élément de châssis 3 correspondant de l'agencement au niveau d'une zone de suspension avant associé du véhicule automobile (zone avant droite ou zone avant gauche).

Selon une mise en œuvre particulière illustrée aux figures 1 à 3, le système de positionnement 2 comporte un premier élément d'accouplement 2a destiné à coopérer, au cours du montage, avec un premier organe de montage 4a lorsque le dispositif de réception est configuré de sorte à être disposé au niveau de la zone de suspension avant droite et un deuxième élément d'accouplement 2b destiné à coopérer, au cours du montage, avec un deuxième organe de montage 4b lorsque le dispositif de réception 1 b est configuré de sorte à être disposé au niveau de la zone de suspension avant gauche. On comprend de la figure 3, que les premier et deuxième organes de montages 4a, 4b sont indépendant du châssis 100 du véhicule et viennent juste supporter le dispositif de réception associé 1 a, 1 b lors de son intégration au châssis 100 du véhicule. Ces premier et deuxième organes de montage 4a, 4b peuvent faire partie intégrante d'un système de montage présent sur au moins un poste de montage d'une ligne d'assemblage du véhicule automobile. Sur la figure 3, le premier élément d'accouplement 2a d'un des dispositifs 1 a est accouplé au premier organe de montage 4a, et le deuxième élément d'accouplement 2b de l'autre dispositif 1 b est accouplé au deuxième organe de montage 4b.

Par « droite » ou « gauche », on entend dans la présente description la droite ou la gauche d'un véhicule (et donc du châssis) pour un conducteur assis dans le véhicule au poste de conduite.

Selon une mise en œuvre, les premier et deuxième éléments d'accouplement 2a, 2b sont formés chacun par un trou, de préférence débouchant tels que visibles à la figure 1 . Dès lors, au cours du montage, le premier élément d'accouplement 2a d'un des dispositifs 1 a est au moins partiellement pénétré par un doigt de montage du premier organe de montage 4a, et le deuxième élément d'accouplement 2b de l'autre dispositif 1 b est au moins partiellement pénétré par un doigt de montage du deuxième organe de montage 4b.

De manière avantageuse, le dispositif de réception 1 de la figure 1 comporte une partie d'assemblage 5a munie d'un système d'assemblage destiné au montage de l'élément de suspension, et une partie d'accostage 5b au niveau de laquelle est formée le système de positionnement 2, ladite partie d'accostage 5b étant destinée à coopérer avec l'élément de châssis correspondant, notamment pour faciliter le positionnement dudit dispositif de réception par rapport à l'élément de châssis 3 associé.

Selon une mise en œuvre, la partie d'accostage 5b comporte une face située dans un plan différent et surélevé d'une face de la partie d'assemblage 5a. Ce plan est avantageusement normal à l'axe Z et est surélevé par rapport à la partie d'assemblage lorsque le dispositif de réception 1 est monté à l'élément de châssis 3 (figure 2).

Le montage de chaque dispositif de réception 1 à l'élément de châssis correspondant 3 est visible plus en détail aux figures 4 à 6. Ainsi, la partie d'accostage 5b est configurée de sorte à être au moins partiellement recouverte, par exemple au niveau de sa face surélevée par rapport à la face de la partie d'assemblage 5a, par une portion 100a sensiblement horizontale de châssis 3. De plus, un rebord 6 (non visible à la figure 4) de la partie d'accostage 5b, opposé à la partie d'assemblage 5a, vient en contact avec une portion 100b sensiblement verticale de châssis.

Comme visible aux figures 1 , 2, 3 et 4, le système d'assemblage peut comporter un trou principal 7 destiné à recevoir un axe de l'élément de suspension, et au moins un trou secondaire 8 allongé de sorte à permettre la fixation de l'élément de suspension tout en permettant un réglage angulaire du positionnement de l'élément de suspension autour de son axe. Avantageusement, le système d'assemblage comporte au moins trois trous secondaires 8 disposés autour du trou principal 7.

De manière avantageuse, le système d'assemblage présente un axe de symétrie transversal au châssis 3 du véhicule une fois le dispositif de réception 1 incorporé audit châssis 3. Cet axe de symétrie est sensiblement parallèle à l'axe Y du véhicule (figures 2 et 3). De préférence, le système de positionnement 2 présente aussi un axe de symétrie transversal au châssis 100 du véhicule une fois le dispositif de réception 1 incorporé audit châssis 100.

Par ailleurs, le dispositif de réception 1 peut présenter un axe de symétrie sensiblement perpendiculaire à l'axe longitudinal X du véhicule une fois le dispositif de réception assemblé au reste du châssis 100 dudit véhicule.

Ces symétries permettent le montage dudit dispositif à l'élément de châssis correspondant du véhicule. Le montage peut ainsi être réalisé indifféremment au niveau d'une zone de suspension avant gauche ou avant droite dudit véhicule.

Comme illustré aux figures 2 à 7, chaque dispositif de réception 1 de l'agencement peut être monté sur un élément de rehausse 9. Cet élément de rehausse 9 permet entre autre une répartition des forces de sorte à maintenir le dispositif de réception dans un plan normal à l'axe Z (figures 2 et 3). Pour cela, l'élément de rehausse 9 peut être fixé, par exemple par soudage, au dispositif de réception 1 , à la portion 100b de châssis sensiblement verticale et à un longeron longitudinal 10 (figure 4) du châssis. Cette rehausse 9 peut constituer au moins en partie l'élément de châssis 3 visé ci-dessus.

Les portions 100a, 100b de châssis des figures 4 à 6 sont aussi communément appelées doublure de pied. Elles sont généralement installées après avoir solidarisé le dispositif de réception à l'élément de châssis. Comme sur la figure 2, le châssis 100 peut comporter une cloison de chauffage. La coupelle peut y être fixée ou non en fonction du type de véhicule. La cloison de chauffage sert essentiellement pour la structure du véhicule. Dans l'agencement (figures 2 et 3), les deux dispositifs de réception 1 a, 1 b sont, de préférence, symétriques par rapport à un axe longitudinal du châssis passant par l'avant et l'arrière du véhicule. Cet axe longitudinal est sensiblement parallèle à l'axe X. Par ailleurs, les dispositifs de réception 1 a, 1 b étant identiques, ils sont aussi symétriques par rapport à un axe sensiblement parallèle à l'axe Y du véhicule.

Sur la figure 7, l'agencement est tel que l'élément de châssis 3 peut comporter un logement d'une partie du dispositif de réception 1 . Ce logement est au moins en partie délimité par la portion 100a et la portion 100b de châssis ainsi que par deux montants 101 a, 101 b de la portion 100b de châssis formés par exemple dans la doublure de pied. Ces deux montants 101 a, 101 b sont d'axes sensiblement parallèles à l'axe Z du véhicule, et sont configurés de sorte que le dispositif de réception 1 soit en contact avec ces montants au niveau de sa partie d'accostage 5b.

Bien entendu, un véhicule automobile peut comporter un agencement tel que décrit précédemment.

On comprend de ce qui a été dit ci-dessus que le dispositif de réception a une forme lui permettant de s'intégrer sans aucune modification aussi bien à droite qu'à gauche en partie avant du véhicule, tout en conservant la symétrie des pièces environnantes comme l'élément de rehausse, la doublure de pied et la cloison de chauffage. Pour cela le dispositif de réception peut comporter des rebords dont les angles sont calculés de manière idoine pour s'adapter à gauche ou à droite.

De manière plus détaillée dans un mode optimisé, le dispositif de réception 1 de la figure 1 comporte dans sa partie d'assemblage 5a une première face destinée à être sensiblement normale à l'axe Z lorsque le dispositif de réception est monté à l'élément de châssis 3. De la même manière, le dispositif comporte dans sa partie d'accostage 5b une seconde face destinée à être sensiblement normale à l'axe Z lorsque le dispositif de réception est monté à l'élément de châssis 3, ladite seconde face étant surélevée par rapport à la première face en position montée au châssis. La première face héberge le système d'assemblage et la seconde face héberge les premier et deuxième éléments d'accouplement. De ces première et seconde faces s'étendent des rebords du dispositif de réception. De préférence, au moins un de ces rebords coopère avec la portion 100b verticale de châssis et la seconde face coopère au moins partiellement avec la portion 100a horizontale de châssis. Selon la réalisation, les rebords ou les parties de rebord ne coopérant pas avec l'élément de châssis 3 coopèrent au moins partiellement avec la rehausse 9 associée. En outre, le dispositif de réception peut coopérer avec un bloc filtrant de l'élément de suspension.

De préférence, l'élément de suspension est configuré de sorte à pouvoir lui aussi être utilisé à droite ou à gauche.

Un élément de suspension inclut en général un amortisseur combiné à un ressort hélicoïdal. Le dispositif de réception permet de recevoir l'amortisseur qui passe par le trou principal 7 et qui est fixé via chaque trou secondaire 8. Par ailleurs, le ressort est quant à lui solidaire du dispositif de réception par l'interposition d'un bloc filtrant en contact direct avec le dispositif de réception et le ressort. Le ressort est contraint entre le dispositif de réception et un élément annexe fixé à l'amortisseur. On a compris de ce qui a été dit ci-dessus qu'il résulte un assemblage avantageux de l'agencement tel que décrit. Autrement dit, un procédé de fabrication de l'agencement dans une chaîne de production de véhicule automobile peut comporter (figure 3) : une première étape d'association d'un premier dispositif de réception 1 a tel que décrit à un premier organe de montage 4a au niveau d'une zone de suspension avant droite du véhicule ; et une deuxième étape d'association d'un deuxième dispositif de réception 1 b à un deuxième organe de montage 4b au niveau d'une zone de suspension avant gauche du véhicule. Bien entendu, les premier et deuxième dispositifs de réception sont identiques. Ces associations sont temporaires le temps d'assembler les dispositifs de réception avec l'élément de châssis correspondant. Un accostage permettant le positionnement idoine avant de solidariser l'assemblage, par exemple par soudure, peut être mise en œuvre par des formes adaptées et complémentaires d'un dispositif de réception avec son élément de châssis associé.

Avantageusement, le système de positionnement 2 de chacun des premier et deuxième dispositifs de réception 1 a, 1 b comportant un premier trou et un deuxième trou, de préférence débouchant, de préférence décalés le long d'un axe destiné à être sensiblement parallèle à l'axe longitudinal du véhicule, les première et deuxième étapes d'association comportent respectivement la mise en place d'un doigt de montage du premier organe de montage 4a au travers d'au moins une partie du premier trou 2a et la mise en place d'un doigt de montage du deuxième organe de montage 4b au travers d'au moins une partie du deuxième trou 2b.

Par ailleurs, le procédé peut comporter une étape de mise en contact d'un premier élément de châssis avec le premier dispositif de réception 1 a et/ou une étape de mise en contact d'un deuxième élément de châssis avec le deuxième dispositif de réception 1 b, et une étape de soudure du premier élément de châssis au premier dispositif de réception et/ou du deuxième élément de châssis au deuxième dispositif de réception. Les premier et deuxième éléments de châssis peuvent être formés par une même pièce représentée par la référence 3 à la figure 3.

Cette étape de soudure peut être usuellement complexe à mettre en œuvre, mais est simplifiée grâce au dispositif de réception décrit ci-avant en procurant un espace plus important pour le travail d'un dispositif de soudure, notamment par un choix idoine du trou à utiliser pour l'association du dispositif de réception avec l'organe de montage. Ainsi, à titre d'exemple, pour chacun des premier et deuxième dispositifs de réception 1 a, 1 b, l'étape de soudure comporte une étape de positionnement (figure 8) d'une partie de pince 1 1 a de soudure correspondante entre l'organe de montage 4 associé et une zone de contact Z1 entre le dispositif de réception 1 associé et l'élément de châssis 3 associé. Sur la figure 8, la partie de pince 1 1 a de soudure est en contact avec le dispositif de réception 1 et une autre partie de pince 1 1 b de soudure est en contact avec l'élément de châssis 3, l'utilisation idoine de la pince 1 1 pouvant alors permettre la soudure du dispositif de réception 1 avec l'élément de châssis 3 au niveau de la zone Z1 . On comprend de cette figure 8 que si l'organe de montage 4 avait été inséré au niveau du trou 2a au lieu du trou 2b, il n'y aurait pas eu assez de place pour laisser passer la pince de soudure. Le procédé comporte avantageusement une étape de retrait des premier et deuxième organes de montage après assemblage des premier et deuxième dispositifs de réception aux éléments de châssis correspondant. Les étapes d'association des premier et deuxième dispositifs de réception peuvent être réalisées sur un même poste de travail de chaîne de production, et les organes de montage peuvent être retirés dès que les soudures associées ont été réalisées.