Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR RETENTION BY SNAP-FITTING OF A ROD
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/122599
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns a device for retention (10) by snap-fitting of a rod connected to an object in the retaining device (10), the retaining device (10) comprising a base (16) for attaching the retaining device (10) to the object, and two wall elements (20, 22) upright with respect to the attachment base (16) and between them delimiting, at least partially with the attachment base (16), a cavity (24) for receiving the rod (12) which extends in a longitudinal direction (X), at least one of the wall elements (20, 22) being a retaining wall element having a longitudinal aperture (26), a side (26A) of which opposite to the attachment base (16) delimits a retaining tab (28) for retaining the rod in the cavity (24) and forming a retaining edge (28A) for retaining the rod in the cavity (24), the retaining tab (28) having an inflection towards the other wall element (20, 22).

Inventors:
BATAILLE, Amaury (LE CELLIER, 44850, FR)
DROCHON, Sylvain André Paul (LE CELLIER, 44850, FR)
Application Number:
FR2018/053209
Publication Date:
June 27, 2019
Filing Date:
December 11, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
APLIX (ZA Les Relandières RD723, LE CELLIER, 44850, FR)
International Classes:
F16B5/06; B60N2/58; F16B2/24
Domestic Patent References:
WO2017043965A12017-03-16
WO2011089334A12011-07-28
Foreign References:
EP2221518A22010-08-25
US20030162008A12003-08-28
US5807018A1998-09-15
FR3032013A12016-07-29
DE102007008018A12008-08-21
US20030162008A12003-08-28
Attorney, Agent or Firm:
URBAIN, Isabelle et al. (CABINET BEAU DE LOMENIE, 158 Rue de l'Université, PARIS CEDEX 07, 75340, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif de retenue (10) par encliquetage d'un jonc (12) relié à un objet (14) dans le dispositif de retenue (10), le dispositif de retenue (10) comprenant une base de fixation (16) du dispositif de retenue (10) à l'objet (14) et deux éléments de parois (20, 22) redressés par rapport à la base de fixation (16) et délimitant entre eux, au moins partiellement avec la base de fixation (16), une cavité (24) de réception du jonc (12) qui s'étend selon une direction longitudinale (X), au moins l'un des éléments de paroi (20, 22) étant un élément de paroi de retenue présentant un ajour longitudinal (26) dont un bord opposé (26A) à la base de fixation (16) délimite une patte de retenue (28) du jonc (12) dans la cavité (24) et formant un bord de retenue (28A) du jonc (12) dans la cavité (24), la patte de retenue (28) présentant une inflexion vers l'autre élément de paroi (20, 22).

2. Dispositif de retenue (10) selon la revendication 1, dans lequel la patte de retenue (28) présente une largeur maximale (Lmax) dans un plan perpendiculaire à la base de fixation (16) et une épaisseur maximale (Emax) dans un plan parallèle à la base de fixation (16), la largeur maximale (Lmax) étant supérieure à l'épaisseur maximale (Emax).

3. Dispositif de retenue (10) selon la revendication 1 ou 2, dans lequel l'ajour longitudinal (26) s'étend entre la patte de retenue (28) et la base de fixation (16).

4. Dispositif de retenue (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, dans lequel la patte de retenue (28) comporte une extrémité longitudinale libre (28F).

5. Dispositif de retenue (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel une amplitude de l'inflexion varie le long de la patte de retenue (28).

6. Dispositif de retenue selon la revendication 5, dans lequel une amplitude maximale (Amax) de l'inflexion de la patte de retenue (28) dans un plan parallèle à la base de fixation (16) est supérieure ou égale à 10% d'une distance maximale (D24max) entre les deux éléments de parois (20, 22), de préférence supérieure ou égale à 15% et inférieure ou égale à 80%, de préférence inférieure ou égale à 65%.

7. Dispositif de retenue (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 6, dans lequel la patte de retenue (28) comporte une rampe d'insertion (28C) du jonc (12) sur un bord (28E) opposé au bord de retenue (28A).

8. Dispositif de retenue (10) selon la revendication 7, dans lequel la rampe d'insertion (28C) est dans un parallèle à la direction longitudinale (X).

9. Dispositif de retenue (10) selon la revendication 7, dans lequel la rampe d'insertion (28C) est dans un plan sécant à la direction longitudinale (X).

10. Dispositif de retenue (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 9, dans lequel un point de l'élément de paroi de retenue le plus éloigné de la base de fixation (16) s'étend au plus dans un plan parallèle à la base de fixation (16) comprenant un point de la patte de retenue (28) le plus éloigné de la base de fixation (16).

11. Dispositif de retenue (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 10, dans lequel une distance de passage entre les deux éléments de paroi (20, 22) présente une valeur minimale (D24min) qui est supérieure ou égale à 20% d'une distance maximale (D24max) entre les deux éléments de parois (20, 22), de préférence supérieure ou égale à 30% et inférieure ou égale à 80%, de préférence inférieure ou égale à 70%, encore plus de préférence inférieure ou égale à 60%, les distances étant définies dans un plan perpendiculaire à la direction longitudinale (X).

12. Dispositif de retenue (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 11, dans lequel une distance de passage entre les deux éléments de paroi (20, 22) définie dans un plan perpendiculaire à la direction longitudinale (X) présente une valeur minimale comprise entre 25% et 55% d'un diamètre du jonc (12) que le dispositif de retenue (10) est configuré pour retenir.

13. Dispositif de retenue (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 12, dans lequel un ratio d'une force d'insertion du jonc (12) que le dispositif de retenue (10) est configuré pour retenir dans la cavité de réception (24) sur une force d'extraction du jonc (12) que le dispositif de retenue (10) est configuré pour retenir dans la cavité de réception (24) est inférieure ou égal à 1 et supérieur ou égal à 0,05, de préférence supérieur ou égal à 0,1, encore plus de préférence supérieur ou égal à 0,2.

Description:
DISPOSmF DE RETENUE PAR ENCLIQUETAGE D'UN JONC Domaine technologique [0001] Le présent exposé concerne un dispositif de retenue configuré pour être fixé à un objet et pour permettre la fixation d'un jonc par encliquetage du jonc dans le dispositif de retenue.

[0002] Le dispositif de retenue est particulièrement adapté pour la fixation d'un recouvrement de type housse sur un objet, notamment un objet moulé, tel qu'une garniture de siège de véhicule automobile. Le dispositif de retenue est également adapté pour le guidage de tubes ou de câbles et/ou pour la fixation de câbles.

Arrière-plan technologique

[0003] Un siège de véhicule automobile est constitué d'une garniture moulée, généralement en mousse, recouverte d'un recouvrement, par exemple en tissu ou en cuir. Actuellement, pour fixer un tissu de recouvrement sur la surface extérieure d'une garniture de siège d'un véhicule automobile, on dispose, dans une ou plusieurs gorges de réception formées à la périphérie de la garniture, des éléments de retenue, adaptés à coopérer avec le recouvrement par des systèmes d'encliquetage, de butée ou encore, plus récemment, des systèmes auto- agrippants à crochets dans crochets ou crochets dans boucles. Ces éléments de retenue sont, la plupart du temps, surmoulés par la garniture de siège de véhicule, à sa périphérie, au moment où celle-ci est moulée.

[0004] La demande de brevet US2003/162008 décrit un tel élément de retenue en forme générale de U, comprenant deux parois latérales délimitant un espace intérieur destiné à recevoir un jonc solidaire d'un tissu de recouvrement de siège de véhicule. Chaque paroi latérale porte à son extrémité distale un ergot destiné à coopérer par butée ou encliquetage avec le jonc, pour maintenir le recouvrement autour de la garniture de siège de véhicule.

[0005] La fixation du jonc par butée ou encliquetage, obtenue avec un tel système, n'est pas suffisamment fiable. Par ailleurs, il est très difficile, voire impossible, de défaire cette fixation sans détériorer le recouvrement. [0006] La demande de brevet publiée sous le numéro WO 2011/089334 décrit un élément de retenue d'un autre genre, comprenant deux parois latérales et un fond délimitant une gorge en U, des crochets adaptés à coopérer avec des boucles ou des crochets issus du recouvrement faisant saillie depuis le fond de l'élément de retenue.

[0007] Toutefois, tous ces systèmes présentent des difficultés de repositionnement de la housse. Il existe donc un besoin pour un dispositif de retenue permettant de remédier aux inconvénients de l'art antérieur énoncé ci-dessus, et, en particulier, qui permette une fixation fiable résistant aux tractions, et qui puisse se défaire si besoin sans détérioration du recouvrement.

[0008] On connaît également des fixations de câbles, tels des colliers de serrage. Cependant, de tels colliers présentent l'inconvénient que lorsque l'on souhaite changer le câble, il faille couper le collier et le remplacer par un nouveau collier de serrage.

[0009] D'autres dispositifs ont été proposés, comprenant des dents de maintien du câble dans une cavité de réception. Cependant, il n'est pas possible de retirer le câble de la cavité de réception sans endommager le câble. Ce qui n'est pas souhaitable.

[0010] Aussi, il existe également un besoin pour la fixation ou le guidage de câbles et/ou de tubes, par exemple dans le domaine de l'automobile ou dans le domaine du bâtiment, le dispositif de retenue permettant une fixation fiable résistant aux tractions, et duquel les câbles et/ou tubes puissent être extraits sans endommager les câbles et/ou les tubes et/ou sans avoir à casser le dispositif de retenue.

Présentation

[0011] Le présent exposé vise à remédier au moins en partie à ces inconvénients.

[0012] A cet effet, le présent exposé concerne un dispositif de retenue par encliquetage d'un jonc relié à un objet dans le dispositif de retenue, le dispositif de retenue comprenant une base de fixation du dispositif de retenue à l'objet et deux éléments de parois redressés par rapport à la base de fixation et délimitant entre eux, au moins partiellement avec la base de fixation, une cavité de réception du jonc qui s'étend selon une direction longitudinale, au moins l'un des éléments de paroi étant un élément de paroi de retenue présentant un ajour longitudinal dont un bord opposé à la base de fixation délimite une patte de retenue du jonc dans la cavité et formant un bord de retenue du jonc dans la cavité, la patte de retenue présentant une inflexion vers l'autre élément de paroi.

[0013] Grâce à l'ajour longitudinal, c'est-à-dire s'étendant selon la direction longitudinale, dont le bord opposé à la base de fixation délimite une patte de retenue du jonc dans la cavité, la patte de retenue présente une flexibilité supérieure à la flexibilité de la partie de l'élément de paroi de retenue disposé entre l'ajour et la base de fixation.

[0014] L'ajour longitudinal délimite une patte de retenue du jonc dans la cavité et forme un bord de retenue du jonc dans la cavité. Aussi, on comprend que, selon la direction longitudinale, une longueur de l'ajour longitudinal est inférieure à une longueur de l'élément de paroi. Aussi, la patte de retenue fait partie de l'élément de paroi et y est rattachée.

[0015] On entend par inflexion de la patte de retenue vers l'autre élément de paroi le fait que la patte de retenue présente une partie courbée, la partie courbée étant plus proche de l'autre paroi qu'une partie non courbée de la patte de retenue. L'inflexion et la présence de l'ajour permettent une déformation de la patte de retenue lors de l'insertion du jonc dans la cavité et permet également de maintenir le jonc dans la cavité de réception au moyen du bord de retenue du jonc dans la cavité. On comprend également qu'une partie courbée peut être une partie généralement rectiligne et présentant un angle non nul par rapport à la partie non courbée de la patte de retenue.

[0016] On entend par jonc tout élément cylindrique s'étendant selon la direction longitudinale. Par exemple, le jonc peut être un élément ayant la forme d'un cylindre droit, plein ou creux, dont la base peut être, par exemple, un cercle, une ellipse, un triangle ou toute autre forme régulière ou irrégulière pouvant être utilisée pour l'élément cylindrique.

[0017] Par ailleurs, le jonc bien que présentant la forme générale d'un cylindre peut être flexible.

[0018] On entend par encliquetage le fait que le jonc est passé en force entre la patte de retenue et l'autre élément de paroi de sorte que la patte de retenue est déformée lors du passage du jonc et reprend une forme égale ou proche de la forme avant passage du jonc. La patte de retenue reprenant la forme égale ou proche de la forme avant passage du jonc permet de retenir le jonc dans la cavité de réception du jonc.

[0019] Grâce à la forme de la cavité de réception et des pattes de retenue du jonc dans la cavité de réception, il est possible de repositionner le jonc après insertion dans la cavité de réception, notamment selon la direction longitudinale en faisant coulisser le jonc dans la cavité de réception sans que le jonc puisse sortir de la cavité de réception.

[0020] On comprend que ces caractéristiques sont présentes lorsque le dispositif de retenue n'est pas déformé (ou à l'état de « repos »), c'est-à- dire lorsqu'il n'y a pas de jonc inséré dans la cavité de réception du jonc ou qu'il n'y a pas de jonc en cours d'insertion dans la cavité de réception du jonc.

[0021] Le dispositif de retenue a une application particulière pour un siège, en particuliers pour un siège de véhicule automobile, plus particulièrement pour une garniture d'un siège de véhicule automobile.

[0022] Dans certains modes de réalisation, chacun des deux éléments de paroi est un élément de paroi de retenue.

[0023] Ainsi, chacun des deux éléments de paroi comporte un ajour longitudinal dont un bord opposé à la base de fixation délimite une patte de retenue du jonc dans la cavité et formant un bord de retenue du jonc dans la cavité, la patte de retenue présentant une inflexion vers l'autre élément de paroi.

[0024] Dans certains modes de réalisation, la patte de retenue présente une largeur maximale dans un plan perpendiculaire à la base de fixation et une épaisseur maximale dans un plan parallèle à la base de fixation, la largeur maximale étant supérieure à l'épaisseur maximale.

[0025] La patte de retenue présentant une largeur supérieure à l'épaisseur et l'épaisseur étant sensiblement parallèle à la direction principale de déformation de la patte, la patte peut se déformer dans un plan parallèle à la base de fixation tout en présentant une certaine rigidité et donc une déformation moins importante dans un plan perpendiculaire à la base de fixation.

[0026] Dans certains modes de réalisation, le ratio de la largeur maximale sur l'épaisseur maximale est supérieur ou égal à 1,1, et inférieur ou égal à 4,0, de préférence inférieur ou égal à 3,5, encore plus de préférence inférieur ou égale à 3,0.

[0027] Dans certains modes de réalisation, l'ajour longitudinal s'étend entre la patte de retenue et la base de fixation.

[0028] Il n'y a donc pas d'élément de paroi de retenue entre la patte de retenue et la base de fixation à l'exception d'au moins une attache de la patte de retenue sur la base de fixation.

[0029] Dans certains modes de réalisation, la patte de retenue comporte une extrémité longitudinale libre.

[0030] La patte de retenue peut donc ne pas être attachée par chacune de ses extrémités longitudinales à l'élément de paroi de retenue.

[0031] Dans certains modes de réalisation, une amplitude de l'inflexion varie le long de la patte de retenue.

[0032] L'amplitude de l'inflexion de la patte de retenue peut donc varier le long de la patte de retenue lorsque le dispositif de retenue n'est pas déformé. L'inflexion de la patte de retenue est donc progressive. L'amplitude est mesurée dans un plan parallèle à la base de fixation et perpendiculairement à la direction longitudinale.

[0033] Dans certains modes de réalisation, une amplitude maximale de l'inflexion de la patte de retenue dans un plan parallèle à la base de fixation est supérieure ou égale à 10% d'une distance maximale entre les deux éléments de parois, de préférence supérieure ou égale à 15% et inférieure ou égale à 80%, de préférence inférieure ou égale à 65%.

[0034] La distance est mesurée dans le plan parallèle à la base selon une direction perpendiculaire à la direction longitudinale. On comprend que cette distance est mesurée entre la patte de retenue et l'élément de paroi dont la patte de retenue fait partie. En particulier, la distance est mesurée entre des faces internes de l'élément de paroi de retenue. Au sens de l'exposé, par « face interne », on désigne une face de la patte de retenue d'un élément de paroi et/ou une face d'un élément de paroi qui est une face tournée vers l'autre élément de paroi.

[0035] Dans certains modes de réalisation, la patte de retenue comporte une rampe d'insertion du jonc sur un bord opposé au bord de retenue.

[0036] La rampe d'insertion du jonc permet de déformer progressivement la patte de retenue lors de l'insertion du jonc. L'insertion d'un jonc dans la cavité de réception du dispositif de retenue est ainsi rendue plus aisée et progressive. L'effort à exercer pour insérer le jonc dans le dispositif de retenue est lui-même progressif. L'effort progressif à exercer pour insérer le jonc dans le dispositif de retenue permet de réduire les risques de trouble musculo-squelettiques (TMS) des opérateurs sur les lignes d'assemblage de siège pour automobile, par exemple.

[0037] Dans certains modes de réalisation, la rampe d'insertion a une hauteur maximale dans un plan perpendiculaire à la base de fixation qui est inférieure ou égale à 90% de la largeur maximale de la patte de retenue, de préférence inférieure ou égale à 80%.

[0038] La rampe d'insertion étant présente sur une partie de la patte de retenue, la patte de retenue conserve une rigidité suffisante, en particulier une rigidité permettant de retenir le jonc dans la cavité de réception tout en assurant une insertion facilitée.

[0039] Dans certains modes de réalisation, la rampe d'insertion est dans un parallèle à la direction longitudinale.

[0040] Par exemple, la patte de retenue peut présenter un chanfrein.

[0041] Dans certains modes de réalisation, la rampe d'insertion est dans un plan sécant à la direction longitudinale.

[0042] Par exemple, la patte de retenue peut présenter une largeur qui décroît.

[0043] Dans certains modes de réalisation, un point de l'élément de paroi de retenue le plus éloigné de la base de fixation s'étend au plus dans un plan parallèle à la base de fixation comprenant un point de la patte de retenue le plus éloigné de la base de fixation.

[0044] On comprend donc que la patte de retenue forme une partie de l'élément de paroi de retenue qui est opposée à l'ajour longitudinal. En considérant la base de fixation comme étant la partie inférieure du dispositif de retenue, la patte de retenue est donc en partie supérieure de l'élément de paroi de retenue.

[0045] Dans certains modes de réalisation, une distance de passage entre les deux éléments de paroi présente une valeur minimale qui est supérieure ou égale à 20% d'une distance maximale entre les deux éléments de parois, de préférence supérieure ou égale à 30% et inférieure ou égale à 80%, de préférence inférieure ou égale à 70%, encore plus de préférence inférieure ou égale à 60%, les distances étant définies dans un plan perpendiculaire à la direction longitudinale.

[0046] Dans certains modes de réalisation, une distance de passage entre les deux éléments de paroi définie dans un plan perpendiculaire à la direction longitudinale présente une valeur minimale comprise entre 25% et 55% d'un diamètre du jonc que le dispositif de retenue est configuré pour retenir.

[0047] On entend par diamètre du jonc une dimension du jonc mesurée dans un plan parallèle à la base de fixation et selon une direction perpendiculaire à la direction longitudinale lorsque le jonc est retenu dans la cavité de réception du jonc de l'élément de retenue, c'est-à-dire que le diamètre du jonc est mesuré dans un plan perpendiculaire à la direction longitudinale X, parallèlement à la base de fixation. On comprend que pour un jonc ayant une forme de cylindre droit à base circulaire, le diamètre du jonc est le diamètre du cercle et peut être mesuré dans n'importe qu'elle direction dans un plan perpendiculaire à la direction longitudinale. En fonction de l'application, le diamètre du jonc peut être supérieur ou égal à 1 mm (millimètre), de préférence supérieur ou égal à 2 mm et inférieur ou égal à 50 mm, de préférence inférieur ou égal à 30 mm, encore plus de préférence inférieur ou égal à 20 mm.

[0048] Dans certains modes de réalisation, une hauteur maximale de la cavité de réception est inférieure ou égale à 95% d'un diamètre du jonc que le dispositif est configuré pour retenir.

[0049] La hauteur maximale de la cavité de réception est mesurée dans un plan perpendiculaire à la direction longitudinale et selon une direction perpendiculaire à la direction longitudinale et est la distance maximale entre un point le plus éloigné de la cavité de retenue et la patte de retenue, en particulier le bord de retenue de la patte de retenue. Le point le plus éloigné définit le fond de la cavité de réception.

[0050] Dans certains modes de réalisation, un ratio d'une force d'insertion du jonc que le dispositif de retenue est configuré pour retenir dans la cavité de réception sur une force d'extraction du jonc que le dispositif de retenue est configuré pour retenir dans la cavité de réception est inférieure ou égal à 1 et supérieur ou égal à 0,05, de préférence supérieur ou égal à 0,1, encore plus de préférence supérieur ou égal à 0,2. [0051] Ainsi, la force requise pour l'insertion du jonc dans la cavité de réception est inférieure ou égale à la force requise pour extraire le jonc de la cavité de réception.

[0052] Dans certains modes de réalisation, le dispositif de retenue est configuré pour fixer un recouvrement de l'objet par encliquetage du jonc.

[0053] Dans certains modes de réalisation, la base de fixation comporte des ouvertures traversantes.

[0054] Les ouvertures traversantes permettent notamment de fixer le dispositif de retenue sur l'objet et également de réduire le coût et la masse du dispositif de retenue. Etonnamment, malgré des ouvertures traversantes au centre de la base de fixation, lorsque par exemple l'objet est en mousse et est formé autour du dispositif de retenue, la mousse pénètre très peu dans la cavité de retenue et ne gêne pas le fonctionnement du dispositif de retenue, en particulier celui de la patte de retenue. Etonnamment, il n'est pas nécessaire d'assurer une étanchéité complète pour protéger le dispositif de retenue, en particulier la cavité de retenue, lors de l'opération de moussage. En effet, une étanchéité partielle est suffisante pour le dispositif de retenue afin d'assurer le fonctionnement de la patte de retenue.

[0055] Dans certains modes de réalisation, le dispositif de retenue comprend une longueur comprise entre 20 et 60 mm et/ou une largeur comprise entre 15 et 45 mm et/ou une hauteur comprise entre 5 et 25 mm.

[0056] Ces dimensions permettent un encombrement réduit du dispositif de retenue.

[0057] Le présent exposé concerne également un ensemble d'un dispositif de retenue tel que défini précédemment et d'un jonc retenu dans le dispositif de retenue.

[0058] Dans certains modes de réalisation, le jonc comporte des crochets configurés pour coopérer avec une contrepartie à crochets ou boucles.

[0059] Dans certains modes de réalisation, le jonc est assemblé à un élément en matériau tissé ou non tissé.

[0060] Dans le présent exposé, le terme non-tissé englobe tous les non-tissés tombant dans la définition communément admise par l'homme de l'art, typiquement un matériau comprenant des fibres et/ou de filaments qui sont consolidées.

[0061] Dans certains modes de réalisation, le matériau tissé ou non tissé est rapporté directement sur un revêtement destiné à couvrir l'objet.

[0062] Par exemple, le revêtement peut être une coiffe de recouvrement d'une garniture de siège d'un véhicule automobile, l'objet étant la garniture.

Brève description des dessins

[0063] D’autres caractéristiques et avantages de l’objet du présent exposé ressortiront de la description suivante de modes de réalisation, donnés à titre d’exemples non limitatifs, en référence aux figures annexées, sur lesquelles :

- la figure 1 est une vue en perspective d'un dispositif de retenue selon un premier mode de réalisation ;

- la figure 2 est une vue en élévation de la figure 1 ;

- les figures 3 et 4 sont des vues de côté de la figure 1 ;

- la figure 5 est une vue en perspective d'un dispositif de retenue selon un deuxième mode de réalisation ;

- la figure 6 est une vue en élévation de la figure 5 ;

- les figures 7 et 8 sont des vues de côté de la figure 5 ;

- la figure 9 est une vue en perspective d'un dispositif de retenue selon un troisième mode de réalisation ;

- la figure 10 est une vue en élévation de la figure 9 ;

- les figures 11 et 12 sont des vues de côté de la figure 9 ;

- les figures 13 et 14 sont des vues en perspectives de jonc.

[0064] Sur l'ensemble des figures, les éléments en commun sont repérés par des références numériques identiques.

Description détaillée

[0065] Les figures 1 à 4 représentent un dispositif de retenue 10 d'un jonc 12 relié à un objet 14 dans le dispositif de retenue 10 dans un repère orthogonal XYZ. Le jonc 12 est par exemple un cylindre droit à base circulaire de diamètre D12 s'étendant selon une direction longitudinale X. [0066] Le dispositif de retenue 10 comprend une base de fixation 16 de forme plane et sensiblement rectangulaire dans un pian XY, comportant une pluralité d'ouvertures traversantes 18 selon la direction Z. Le matériau formant l'objet 14, par exemple une mousse pour siège automobile, peut être présent sur chaque face de la base de fixation 16 et passer à travers les ouvertures traversantes 18. Le dispositif de retenue 10 est ainsi fixé sur et dans l'objet 14 et permet de relier le jonc 12 à l'objet 14 par encliquetage du jonc 12 dans le dispositif de retenue 10.

[0067] Le dispositif de retenue 10 comprend également deux éléments de paroi 20, 22 redressés par rapport à la base de fixation 16 et délimitant entre eux, au moins partiellement avec la base de fixation 16, une cavité de réception 24 du jonc 12. La cavité de réception 24 s'étend selon une direction longitudinale X. Les deux éléments de paroi 20, 22 sont séparés l'un de l'autre d'une distance maximale D24max mesurée dans un plan parallèle à la base de fixation 16, c'est-à-dire un plan parallèle au plan XY, et selon une direction perpendiculaire à la direction longitudinale X, c'est- à-dire selon une direction transversale Y, et les deux éléments de paroi 20, 22 présentent selon la direction longitudinale X, une longueur L20, L22 de l'élément de paroi 20, 22. On comprend que cette distance maximale D24max représente également la largeur maximale de la cavité de retenue 24 mesurée selon la direction perpendiculaire à la direction longitudinale X dans un plan parallèle à la base de fixation 16 dans lequel la cavité de retenue 24 a une largeur maximale.

[0068] Dans le mode de réalisation des figures 1 à 4, chaque élément de paroi 20, 22 présente un ajour longitudinal 26 dont un bord 26A opposé à la base de fixation 16 délimite une patte de retenue 28 du jonc 12 dans la cavité de réception 24 et forme un bord de retenue 28A de la patte de retenue 28 du jonc 12 dans la cavité de réception 24. Chaque patte de retenue 28 présente une inflexion 28B vers l'autre élément de paroi. Selon la direction longitudinale X, l'ajour longitudinal 26 présente une longueur L26 qui est inférieure à la longueur L20, L22 des éléments de paroi 20, 22. La patte de retenue 28 est donc reliée, à chaque extrémité longitudinale, au reste de l'élément de paroi 20, 22, et donc à la base de fixation 16, par des parties d'attache 20A, 22A de l'élément de paroi 20, 22. [0069] L'ajour longitudinal 26 délimite donc le bord de retenue 28A de la patte de retenue 28. On comprend donc que la patte de retenue 28 forme une partie de l'élément de paroi 20, 22 qui est le plus éloigné de la base de fixation 16, c'est-à-dire qu'un point de l'élément de paroi 20, 22 le plus éloigné de la base de fixation 16 s'étend au plus dans un plan parallèle à la base de fixation 16 comprenant un point de la patte de retenue 28 le plus éloigné de la base de fixation 16.

[0070] Dans le mode de réalisation des figures 1 à 4, chaque patte de retenue 28 est courbée vers l'autre élément de paroi. Ainsi, la patte de retenue 28 de l'élément de paroi 20 est courbée vers l'élément de paroi 22 et la patte de retenue 28 de l'élément de paroi 22 est courbée vers l'élément de paroi 20.

[0071] La patte de retenue 28 présente une largeur maximale Lmax mesurée dans un plan perpendiculaire à la base de fixation 16, par exemple un plan parallèle au plan XZ, selon une direction perpendiculaire à la direction longitudinale X, c'est-à-dire selon une direction Z perpendiculaire au plan XY, et une épaisseur maximale Emax mesurée dans un plan parallèle à la base de fixation 16 et selon la direction transversale Y.

[0072] Dans ce mode de réalisation, le ratio de la largeur maximale

Lmax sur l'épaisseur maximale Emax est supérieur ou égal à 1,1, et inférieur ou égal à 4,0, de préférence inférieur ou égal à 3,5, encore plus de préférence inférieur ou égal à 3,0. Par exemple, le ratio de la largeur maximale Lmax sur l'épaisseur maximale Emax est égal à 2, c'est-à-dire que la largeur maximale Lmax est égale à deux fois l'épaisseur maximale Emax.

[0073] Dans le mode de réalisation des figures 1 à 4, une amplitude de l'inflexion de la patte de retenue 28 varie le long de la patte de retenue 28. Ainsi, la patte de retenue 28 présente une amplitude maximale de l'inflexion Amax où la distance entre la patte de retenue 28 de l'élément de paroi 20 et l'autre élément de paroi 22 est minimum. En ce point d'amplitude maximale de l'inflexion Amax, la distance séparant la patte de retenue 28 et l'élément de paroi 20 portant la patte de retenue 28 est maximale. Elle est mesurée dans un plan parallèle à la base de fixation 16 et perpendiculairement à la direction longitudinale X. [0074] L'amplitude maximale de l'inflexion Amax de patte de retenue 28 de l'élément de retenue 20 est supérieure ou égale à 10% de la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois 20, 22, de préférence supérieure ou égale à 15% et inférieure ou égale à 80%, de préférence inférieure ou égale à 65%.

[0075] Dans le mode de réalisation des figures 1 à 4, l'amplitude maximale de l'inflexion Amax entre la patte de retenue 28 de l'élément de retenue 20 en son point d'amplitude maximale et l'élément de retenue 20 portant la patte de retenue 28 est par exemple égal à 25% de la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois 20, 22.

[0076] Chaque patte de retenue 28 comporte une rampe d'insertion 28B. La rampe d'insertion 28C est une surface comprise dans un plan parallèle à la direction longitudinale X. La rampe d'insertion 28C est par exemple un chanfrein disposé sur une face interne 28D d'un bord opposé 28E à la base de fixation 16 de la patte de retenue 28. On comprend que l'expression « interne » se rapporte à la cavité de réception 24. Une face interne 28D de la patte de retenue 28 d'un élément de paroi étant une face tournée vers l'autre élément de paroi. De même, la face interne d'un élément de paroi est une face tournée vers l'autre élément de paroi.

[0077] Comme représenté en particulier sur la figure 4, la rampe d'insertion 28C a une hauteur maximale Hmax dans un plan perpendiculaire à la base de fixation 16 qui est inférieure ou égale à 90% de la largeur maximale Lmax de la patte de retenue 28, de préférence inférieure ou égale à 80%.

[0078] Comme représenté sur la figure 2, en vue du dessus, les deux pattes de retenue 28 du dispositif de retenue 10 définissent une distance de passage entre les deux éléments de paroi 20, 22 présentant une valeur minimale D24min qui est supérieure ou égale à 20% de la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois 20, 22, de préférence supérieure ou égale à 30% et inférieure ou égale à 80%, de préférence inférieure ou égale à 70%, encore plus de préférence inférieure ou égale à 60%, les distances étant définies dans un plan perpendiculaire à la direction longitudinale X. La distance de passage entre les deux éléments de paroi 20, 22 est définie entre les pattes de retenue 28. Par exemple, la valeur minimale D24min de la distance de passage entre les deux pattes de retenue 28 du dispositif de retenue 10 est égale à 50% de la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois

20, 22.

[0079] La distance de passage entre les deux éléments de paroi 20, 22 définie dans un plan perpendiculaire à la direction longitudinale X présente une valeur minimale D24min comprise entre 25% et 55% du diamètre D12 du jonc 12 que le dispositif de retenue 10 est configuré pour retenir. Par exemple, la valeur minimale D24min de la distance de passage entre les deux pattes de retenue 28 du dispositif de retenue 10 est égale à 50% du diamètre D12 du jonc 12.

[0080] On comprend que le dispositif de retenue 10 est configuré pour retenir le jonc 12 de diamètre D12.

[0081] Le dispositif de retenue est tel qu'un ratio d'une force d'insertion du jonc 12 de diamètre D12 dans la cavité de réception 24 sur une force d'extraction du jonc du jonc 12 de diamètre D12 dans la cavité de réception 24 est inférieure ou égal à 1 et supérieur ou égal à 0,05, de préférence supérieur ou égal à 0,1, encore plus de préférence supérieur ou égal à 0,2.

[0082] Ainsi, la force requise pour l'insertion du jonc dans la cavité de réception est inférieure ou égale à la force requise pour extraire le jonc de la cavité de réception.

[0083] A titre d'exemple non limitatif uniquement, l'amplitude maximale de l'inflexion Amax de la patte de retenue 28 peut être égale à 2 mm, la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois 20, 22 peut être égale à 8 mm, la valeur minimale D24min de la distance de passage entre les deux pattes de retenue 28 du dispositif de retenue 10 peut être égale à 4 mm et le diamètre D12 du jonc 12 que le dispositif de retenue 10 est configuré pour retenir peut être égal à 8 mm.

[0084] Aussi, l'amplitude maximale de l'inflexion Amax de la patte de retenue 28 est égale à 25% de la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois 20, 22, la valeur minimale D24min de la distance de passage entre les deux pattes de retenue 28 du dispositif de retenue 10 est égale à 50% de la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois 20, 22 et la valeur minimale D24min de la distance de passage entre les deux pattes de retenue 28 du dispositif de retenue 10 est égale à 50% du diamètre D12 du jonc 12. [0085] Par exemple, grâce au dispositif de retenue 10, il est possible de fixer un recouvrement, tel qu'une coiffe, sur l'objet 14, par exemple une garniture en mousse pour siège automobile par encliquetage du jonc 12 dans le dispositif de retenue 10.

[0086] Le jonc 12 peut comporter des crochets 12A configurés pour coopérer avec une contrepartie à crochets ou boucles fixées sur la coiffe (voir figure 13).

[0087] Le jonc 12 peut être assemblé à un élément 30 en matériau tissé ou non tissé, par exemple par surmoulage du jonc 12 sur l'élément 30, l'élément 30 étant assemblé à la coiffe (voir figure 14).

[0088] Dans le mode de réalisation de la figure 14, le jonc 12 est un cylindre droit à base elliptique. Le jonc 2 est configuré pour être inséré dans la cavité de réception 24 du dispositif de retenue 10 de sorte que l'élément 30 soit sensiblement perpendiculaire à la base de fixation 16 du dispositif de retenue 10. Aussi, le diamètre D12 du jonc 12 est le petit diamètre de l'ellipse formant la base du jonc 12.

[0089] Dans le mode de réalisation des figures 1 à 4, chacun des éléments de paroi 20, 22 est un élément de paroi de retenue. Cependant, le dispositif de retenue 10 pourrait ne comporter qu'un seul élément de paroi de retenue, l'autre élément de paroi n'étant pas un élément de paroi de retenue.

[0090] Dans le mode de réalisation des figures 1 à 4, chacune des pattes de retenue sont agencées au milieu de la longueur de l'élément de paroi. Cependant, les pattes pourraient présenter une forme ou un agencement différent, par exemple décalé l'une par rapport à l'autre.

[0091] Dans ce qui suit, les éléments communs aux différents modes de réalisation sont identifiés par les mêmes références numériques.

[0092] Le mode de réalisation des figures 5 à 8 diffère du mode de réalisation des figures 1 à 4 en ce que l'ajour 26 s'étend entre la patte de retenue 28 et la base de fixation 16. La patte de retenue 28 est donc attachée à la base de fixation 16 par les éléments de paroi 20, 22, formant, pour chaque élément de paroi 20, 22, deux pattes d'attache 20A, 22A de la patte de retenue 28 à la base de fixation 16, chaque patte d'attache 20A, 22A étant disposée à une extrémité longitudinale de la patte de retenue 28. De plus, le fond de la cavité de réception 24 est dans le même plan que la base de fixation 16, en particulier d'une surface 16C de la base de fixation 16, cette surface 16C étant la plus proche de la cavité de réception 24.

[0093] Les figures 9 à 12 diffèrent des modes de réalisation précédents, en ce que notamment la patte de retenue 28 présente une extrémité libre 28F, c'est-à-dire que la patte de retenue 28 est reliée à la base de fixation 16 par une unique partie d'attache 20A, 22A. La patte de retenue 28 est donc reliée à la base de fixation 16 par une seule de ses extrémités longitudinales.

[0094] On notera que, dans ce mode de réalisation, une partie de la base de fixation 16 délimitant avec les deux éléments de paroi 20, 22 la cavité de retenue 24 comprend des ouvertures traversantes 18. La base de fixation 16 présente une partie 16A s'étendant selon la direction longitudinale X et délimitant au moins partiellement avec les éléments de paroi 20, 22 la cavité de réception 24 et, à chaque extrémité longitudinale de la cavité de réception 24, la base de fixation 16 comprend une patte de fixation 16B du dispositif de retenue 10.

[0095] Dans le mode de réalisation des figures 9 à 12, l'inflexion de la patte de retenue 28 est formée par un coude 28G. La patte de retenue 28 forme un angle a non nul avec l'élément de paroi 20, 22. Entre le coude 28G et l'extrémité libre 28F de la patte de retenue 28, la patte de retenue

28 est rectiligne, en vue du dessus. L'extrémité libre 28F de la patte de retenue est dirigée vers l'autre élément de paroi et est plus proche de l'autre élément de paroi que le coude 28G.

[0096] Dans le mode de réalisation des figures 9 à 12, la rampe d'insertion 28C est dans un plan sécant à la direction longitudinale X. La patte de retenue 28 présente une largeur L qui décroît vers l'extrémité libre 28F de la patte de retenue 28.

[0097] Tout comme dans les modes de réalisation précédemment décrits, la rampe d'insertion 28C a une hauteur maximale Flmax dans un plan perpendiculaire à la base de fixation 16 qui est inférieure ou égale à 90% de la largeur maximale Lmax de la patte de retenue 28, de préférence inférieure ou égale à 80%.

[0098] Dans le mode de réalisation des figures 9 à 12, la valeur minimale D24min de la distance de passage entre les deux éléments de paroi 20, 22 est définie entre la patte de retenue 28 de l'élément de paroi 20 et l'élément de paroi 22, ou inversement entre la patte de retenue 28 de l'élément de paroi 22 et l'élément de paroi 20 et plus particulièrement entre l'extrémité libre 28F de la patte de retenue 28.

[0099] A titre d'exemple non limitatif uniquement, l'amplitude maximale de l'inflexion Amax de la patte de retenue 28 peut être égale à 5 mm, la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois

20, 22 peut être égale à 8 mm, la valeur minimale D24min de la distance de passage entre une des deux pattes de retenue 28 d'un des éléments de paroi 20, 22 et l'autre élément de paroi 22, 20 peut être égale à 3 mm et le diamètre D12 du jonc 12 que le dispositif de retenue 10 est configuré pour retenir peut être égal à 7 mm.

[0100] Aussi, l'amplitude maximale de l'inflexion Amax de la patte de retenue 28 est égale à 62,5% de la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois 20, 22, la valeur minimale D24min de la distance de passage entre une des deux pattes de retenue 28 d'un des éléments de paroi 20, 22 et l'autre élément de paroi 22, 20 est égale à 37,5% de la distance maximale D24max entre les deux éléments de parois 20, 22 et la valeur minimale D24min de la distance de passage entre les deux pattes de retenue 28 du dispositif de retenue 10 est égale à 42,9% du diamètre D12 du jonc 12.

[0101] Dans le mode de réalisation des figures 9 à 12, entre le coude

28G et l'extrémité libre 28F de la patte de retenue 28, la patte de retenue 28 est rectiligne, en vue du dessus.

[0102] Les matériaux utilisés pour réaliser un tel dispositif peuvent être un matériau plastique, par exemple du polyéthylène (PE), du polyoxyméthylène (POM), du polyamide (PA), du caoutchouc présentant une certaine rigidité, un matériau métallique, par exemple de l'acier, ou de l'aluminium, un matériau composite, par exemple un matériau plastique renforcés, par exemple avec des fibres de verre et/ou des fibres de carbone ou un mélange de ces matériaux, par exemple différents plastiques et/ou un matériau plastique avec un matériau composite. Les procédés utilisés pour la fabrication d'un tel dispositif peuvent être, par exemple de manière non limitative, un procédé d'injection plastique ou de découpe/emboutissage d'une tôle métallique. Le dispositif peut être formé d'une seule pièce.

[0103] Dans les modes de réalisation représentés sur les figures, le dispositif de retenue 10 comprend une longueur XI d'environ 40 mm, une largeur Y1 d'environ 30 mm et une hauteur ZI d'environ 15 mm, le dispositif de retenue 10 présentant ainsi un encombrement réduit pour un jonc 12 d'une dimension comprise entre 3 et 15 mm. L'homme du métier pourra aisément faire varier les dimensions du dispositif de retenue 10 en fonction des dimensions du jonc 12.

[0104] Quoique le présent exposé ait été décrit en se référant à un exemple de réalisation spécifique, il est évident que des différentes modifications et changements peuvent être effectués sur ces exemples sans sortir de la portée générale de l’invention telle que définie par les revendications. En outre, des caractéristiques individuelles des différents modes de réalisation évoqués peuvent être combinées dans des modes de réalisation additionnels. Par conséquent, la description et les dessins doivent être considérés dans un sens illustratif plutôt que restrictif.

[0105] Le dispositif de retenue 10 peut être utilisé pour la fixation ou le guidage de câbles et/ou de tubes, par exemple dans le domaine de l'automobile ou dans le domaine du bâtiment, le dispositif de retenue 10 permettant une fixation fiable résistant aux tractions, et duquel les câbles et/ou tubes puissent être extraits sans endommager les câbles et/ou les tubes et/ou sans avoir à casser le dispositif de retenue. Le dispositif de retenue 10 peut comporter des éléments de fixation à l'objet 14 attachés à la base de fixation 16. Les différents modes de réalisation pourraient présenter des ouvertures traversantes 18 dans la partie de la base de fixation 16 délimitant la cavité de retenue 24. De même la partie de la base de fixation 16 délimitant la cavité de retenue 24 du mode de réalisation des figures 9 à 12 pourrait être pleine et donc ne pas comporter d'ouvertures traversantes 18. La forme de la base de fixation 16 n'est pas limitée aux formes présentées dans les différents modes de réalisation décrits. On comprend que la forme de la base de fixation 16 peut être modifiée afin de s'adapter à l'objet 14 sur lequel la base de fixation 16 est assemblée et/ou fixée. Le dispositif de retenue 10 peut être fixé à l'objet 14 par surmoulage de l'objet 14 sur la base de fixation 16, par serrage mécanique de la base de fixation 16 sur l'objet 14, par exemple avec colliers de serrage passant par les ouvertures traversantes 18, par passage de vis ou de clous à travers les ouvertures traversantes 18 et/ou par modification de la base de fixation. Dans les modes de réalisation présentés, l'élément de paroi 20, 22, dans un plan perpendiculaire à la base de fixation 16 et parallèle à la direction longitudinale X, présente une forme générale de rectangle allongé selon la direction longitudinale. La forme générale de l'élément de paroi 20, 22 peut être un arc de cercle, en arceau, donc l'arc ou l'arceau est formé par une portion de la patte de retenue 28.