Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DIRECTIONAL LIGHT PROJECTOR
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/048757
Kind Code:
A1
Abstract:
Directional light projector (1) comprising a main body (2) receiving a light source (3) and pivotally mounted on a base (4) by means of a hinge (6) comprising: - a first connector (81) mounted on the main body and connected to the light source, and a first complementary connector (61) mounted on the base and connected to the positive electrical pole of a power plug attached to the base, these first connectors being in non-permanent mechanical and electrical contact by magnetisation along a first arched track centred around a pivot axis (AP); - a second connector (82) mounted on the main body and connected to the light source, and a second complementary connector (62) mounted on the base (4) and connected to the negative electrical pole of the power plug, these second connectors being in non-permanent mechanical and electrical contact by magnetisation along a second arched track centred around the pivot axis.

Inventors:
PETTMANN, Marc (15 avenue Gay LUSSAC, CARNOUX EN PROVENCE, 13470, FR)
Application Number:
FR2018/052131
Publication Date:
March 14, 2019
Filing Date:
August 30, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
LED-NER (15 Avenue Gay-Lussac, Carnoux en Provence, 13470, FR)
International Classes:
F21V17/10; A47F11/10; F21V21/30; F21W131/30
Attorney, Agent or Firm:
CABINET GERMAIN & MAUREAU (9 rue Gustave Ricard, MARSEILLE, MARSEILLE, 13006, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Projecteur lumineux (1 ) directionnel comprenant un corps principal (2) recevant intérieurement au moins une source lumineuse (3) apte à fonctionner sous une alimentation électrique, où ledit corps principal (2) est monté pivotant sur un socle (4) au moyen d'une articulation (6) pivotante selon un axe de pivotement (AP), ledit socle (4) supportant une fiche d'alimentation électrique (10) pourvue d'un pôle positif électrique et d'un pôle négatif électrique, ledit projecteur lumineux (1 ) directionnel étant caractérisé en ce que ladite articulation (6) pivotante comprend :

- un premier connecteur (81 ) monté sur le corps principal (2) et un premier connecteur complémentaire (61 ) monté sur le socle (4), où le premier connecteur complémentaire (61 ) est connecté électriquement au pôle positif électrique de la fiche d'alimentation électrique (10), le premier connecteur (81 ) est connecté électriquement à la source lumineuse (3) et en outre le premier connecteur (81 ) et le premier connecteur complémentaire (61 ) sont en contact mécanique et électrique non permanent par aimantation selon une première piste arquée centrée autour de l'axe de pivotement (AP) ;

- un second connecteur (82) monté sur le corps principal (2) et un second connecteur complémentaire (62) monté sur le socle (4), où le second connecteur complémentaire (62) est connecté électriquement au pôle négatif électrique de la fiche d'alimentation électrique (10), le second connecteur (82) est connecté électriquement à la source lumineuse (3) et en outre le second connecteur (82) et le second connecteur complémentaire (62) sont en contact mécanique et électrique non permanent par aimantation selon une seconde piste arquée centrée autour de l'axe de pivotement (AP).

2. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon la revendication 1 , dans lequel le corps principal (2) présente une extrémité avant (22) sur laquelle est fixée une façade avant (5) faisant face à la source lumineuse (3), où ladite façade avant (5) forme un porte-filtre et est munie d'au moins un organe de fixation amovible (50) pour une fixation amovible sur ladite extrémité avant (22) du corps principal (2).

3. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon la revendication précédente, dans lequel l'organe de fixation amovible est un aimant (50) pour une fixation par aimantation de la façade avant (5) sur l'extrémité avant (22) du corps principal (2).

4. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon la revendication précédente, dans lequel l'organe de fixation amovible est un aimant annulaire (50) autorisant une multitude de positions de la façade avant (5) sur l'extrémité avant (22) du corps principal (2).

5. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications 2 à 4, comprenant en outre au moins un filtre optique porté par la façade avant (5), et notamment un filtre à microprismes. 6. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la source lumineuse (3) comprend, sur un même substrat (30), au moins une diode électroluminescente émissive dans le bleu et au moins une diode électroluminescente émissive dans l'ultra-violet.

7. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la source lumineuse (3) comprend au moins une diode électroluminescente alimentée électriquement en tension constante via un régulateur de courant connecté en entrée au premier connecteur (81 ) et au second connecteur (82).

8. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le premier connecteur (81 ) et le premier connecteur complémentaire (61 ) sont couverts au moins partiellement d'un revêtement rugueux pour un frottement accru dans le contact mécanique selon la première piste arquée, et le second connecteur (82) et le second connecteur complémentaire (62) sont couverts au moins partiellement d'un revêtement rugueux pour un frottement accru dans le contact mécanique selon la seconde piste arquée.

9. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la première piste présente un premier rayon de courbure (R1 ) et la seconde piste présente un second rayon de courbure (R2), où ledit premier rayon de courbure (R1 ) est distinct du second rayon de courbure (R2) pour interdire une coopération entre le premier connecteur (81 ) et le second connecteur complémentaire (62) et entre le second connecteur (82) et le premier connecteur complémentaire (61 ).

10. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel :

- l'un du premier connecteur (81 ) et du premier connecteur complémentaire

(61 ) est un connecteur en matériau électriquement conducteur, notamment en matériau métallique, et l'autre du premier connecteur (81 ) et du premier connecteur complémentaire (61 ) est un aimant permanent ;

- l'un du second connecteur (82) et du second connecteur complémentaire

(62) est un connecteur en matériau électriquement conducteur, notamment en matériau métallique, et l'autre du second connecteur (82) et du second connecteur complémentaire (62) est un aimant permanent.

1 1 . Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel :

- l'un du premier connecteur (81 ) et du premier connecteur complémentaire

(61 ) présente une première face de contact convexe (610) arquée, et l'autre du premier connecteur (81 ) et du premier connecteur complémentaire (61 ) présente une première face de contact concave (810) arquée de forme complémentaire à ladite première face de contact convexe (610) arquée, où la première face de contact convexe (610) et la première face de contact concave (810) arquée sont en contact et forment la première piste ;

- l'un du second connecteur (82) et du second connecteur complémentaire

(62) présente une seconde face de contact convexe (620) arquée, et l'autre du second connecteur (82) et du second connecteur complémentaire (62) présente une seconde face de contact concave (820) arquée de forme complémentaire à ladite seconde face de contact convexe (620) arquée, où la seconde face de contact convexe (620) et la seconde face de contact concave (820) arquée sont en contact et forment la seconde piste.

12. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon la revendication précédente, dans lequel :

- l'un du premier connecteur (81 ) et du premier connecteur complémentaire

(61 ) qui présente une première face de contact convexe (610) arquée est de forme générale cylindrique définissant extérieurement la première face de contact convexe (610) arquée sur 360 degrés ;

- l'un du second connecteur (82) et du second connecteur complémentaire

(62) qui présente une seconde face de contact convexe (620) arquée est de forme générale cylindrique définissant extérieurement la seconde face de contact convexe (620) arquée sur 360 degrés.

13. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications 1 1 et 12, dans lequel :

- l'autre du premier connecteur (81 ) et du premier connecteur complémentaire (61 ) qui présente une première face de contact concave

(810) arquée définit une concavité semi-cylindrique définissant intérieurement la première face de contact concave (810) arquée sur 180 degrés ;

- l'autre du second connecteur (82) et du second connecteur complémentaire (62) qui présente une seconde face de contact concave

(820) arquée définit une concavité semi-cylindrique définissant intérieurement la seconde face de contact concave (820) arquée sur 180 degrés. 14. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le socle (4) présente une tête de support (7) sur laquelle sont montés fixement le premier connecteur complémentaire (61 ) et le second connecteur complémentaire (62). 15. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon la revendication précédente, comprenant en outre :

- un premier arrêtoir (61 1 ) monté sur le premier connecteur complémentaire (61 ) de sorte que le premier connecteur (81 ) est maintenu intercalé entre ledit premier arrêtoir (61 1 ) et ladite tête de support (7), et - un second arrêtoir (621 ) monté sur le second connecteur complémentaire (62) de sorte que le second connecteur (82) est maintenu intercalé entre ledit second arrêtoir (621 ) et ladite tête de support (7). 16. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications 14 et 15, dans lequel le socle (4) et la tête de support (7) sont creux et accueillent intérieurement :

- un premier câble électrique raccordant le premier connecteur complémentaire (61 ) au pôle positif électrique de la fiche d'alimentation électrique (10), et

- un second câble électrique raccordant le second connecteur complémentaire (62) au pôle négatif électrique de la fiche d'alimentation électrique (10). 17. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications 14 à 16, dans lequel le socle (4) présente une embase (43) munie d'une face inférieure opposée à la tête de support (7), où la fiche d'alimentation électrique (10) saille extérieurement de ladite face inférieure de l'embase (43).

18. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon la revendication précédente, dans lequel la face inférieure supporte un aimant (44), notamment un aimant annulaire entourant la fiche d'alimentation électrique (10).

19. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications 14 à 18, dans lequel le socle (4) comprend un mât (40), notamment un mât télescopique, ayant une extrémité supérieure (41 ) sur laquelle est montée la tête de support (7).

20. Projecteur lumineux (1 ) directionnel selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le premier connecteur (81 ) et le second connecteur (82) présentent des parties (81 1 , 821 ) au contact de pistes électriques (91 , 92) respectives prévues sur une carte électronique (9) disposée à l'intérieur du corps principal (2).

Description:
Projecteur lumineux directionnel

La présente invention se rapporte à un projecteur lumineux directionnel, et en particulier à un projecteur lumineux directionnel comprenant un corps principal recevant intérieurement une source lumineuse et monté pivotant sur un socle au moyen d'une articulation pivotante selon un axe de pivotement.

La présente invention trouve une application privilégiée, mais non limitative, dans le domaine des éclairages de vitrines et d'étagères de boutiques, ainsi que le domaine de l'éclairage dans les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration, les secteurs des musées, des expositions et des galeries d'art.

Dans ces différents domaines, et plus particulièrement dans celui des éclairages de vitrines et d'étagères de boutiques, il est important de fournir un éclairage de précision et à très haute qualité de lumière, qui se traduit par un indice IRC (indice de rendu de couleurs) élevé, c'est-à-dire au moins supérieur à 90.

Pour permettre un design lumineux précis et directif, il est avantageux d'employer des projecteurs lumineux directionnels, c'est-à-dire offrant au moins un degré de liberté en rotation.

Pour offrir cette directivité, il est connu du document WO 2005/054696, d'employer une articulation pivotante de type joint à rotule comportant une tête de rotule et une cuvette de rotule, où la tête de rotule et la cuvette de rotule présentent des cavités internes à l'intérieur desquelles s'étend un élément de connexion flexible de type ressort hélicoïdal.

L'état de la technique peut être également illustré par les enseignements des documents WO 201 1/018776 et US 2017/0171932 dans lesquels les articulations pivotantes sont réalisées sous forme d'étriers ou de charnières associés à des vis de serrage, où les câbles électriques passent soit à l'intérieur de l'étrier soit à l'extérieur de l'étrier.

Ces types d'articulation pivotante présentent l'inconvénient d'être peu pratiques et esthétiques, que ce soit pour le passage des câbles électriques passant du socle à la source lumineuse, ou que ce soit pour le réglage du pivotement.

En outre, de telles articulations pivotantes ne sont pas envisageables, sauf en recourant à une mécanique de précision, avec des projecteurs de dimensions réduites, c'est-à-dire dont le corps principal présente une longueur inférieure à 100 millimètres, voire inférieure à 80 millimètres, ainsi qu'une largeur et une hauteur chacune inférieure à 50 millimètres, voire inférieure à 40 millimètres.

La présente invention a pour but de proposer un projecteur lumineux directionnel qui permette de régler aisément le pivotement pour positionner le flux lumineux à l'endroit précis voulu.

Un autre but de l'invention est de proposer un projecteur lumineux directionnel conformé pour qu'aucun câble électrique ne soit visible extérieurement.

Un autre but de l'invention est de proposer un projecteur lumineux directionnel dont l'articulation pivotante est adapté pour un corps principal de dimensions réduites, c'est-à-dire présentant une longueur inférieure à 100 millimètres, voire inférieure à 80 millimètres, ainsi qu'une largeur et une hauteur chacune inférieure à 50 millimètres, voire inférieure à 40 millimètres.

A cet effet, elle propose un projecteur lumineux directionnel comprenant un corps principal recevant intérieurement au moins une source lumineuse apte à fonctionner sous une alimentation électrique, où ledit corps principal est monté pivotant sur un socle au moyen d'une articulation pivotante selon un axe de pivotement, ledit socle supportant une fiche d'alimentation électrique pourvue d'un pôle positif électrique et d'un pôle négatif électrique, ledit projecteur lumineux directionnel étant caractérisé en ce que ladite articulation pivotante comprend :

- un premier connecteur monté sur le corps principal et un premier connecteur complémentaire monté sur le socle, où le premier connecteur complémentaire est connecté électriquement au pôle positif électrique de la fiche d'alimentation électrique, le premier connecteur est connecté électriquement à la source lumineuse et en outre le premier connecteur et le premier connecteur complémentaire sont en contact mécanique et électrique non permanent par aimantation selon une première piste arquée centrée autour de l'axe de pivotement ;

- un second connecteur monté sur le corps principal et un second connecteur complémentaire monté sur le socle, où le second connecteur complémentaire est connecté électriquement au pôle négatif électrique de la fiche d'alimentation électrique, le second connecteur est connecté électriquement à la source lumineuse et en outre le second connecteur et le second connecteur complémentaire sont en contact mécanique et électrique non permanent par aimantation selon une seconde piste arquée centrée autour de l'axe de pivotement.

Ainsi, l'articulation pivotante est obtenue par aimantation entre le premier connecteur et le premier connecteur complémentaire selon la première piste, et par aimantation entre le second connecteur et le second connecteur complémentaire selon la seconde piste, tout en assurant en même temps la connexion électrique entre la fiche d'alimentation électrique et la source lumineuse.

Grâce à ce principe, il est aisé de réduire les dimensions des connecteurs de l'articulation pivotante pour s'adapter à un corps principal de dimensions réduites, et il est outre aisé de régler le pivotement car il suffit d'agir manuellement sur le corps principal pour faire glisser simultanément le premier connecteur sur le premier connecteur complémentaire le long de la première piste et le second connecteur sur le second connecteur complémentaire le long de la seconde piste.

En outre, il est aisé de retirer le corps principal, en tirant dessus pour rompre les deux contacts non permanents par aimantation, à des fins d'entretien, de réparation voire de remplacement, par exemple pour travailler avec un autre type de source lumineuse ou avec une source lumineuse offrant d'autres propriétés lumineuses.

Avantageusement, la première piste présente un premier rayon de courbure et la seconde piste présente un second rayon de courbure, où ledit premier rayon de courbure est distinct du second rayon de courbure pour interdire une coopération entre le premier connecteur et le second connecteur complémentaire et entre le second connecteur et le premier connecteur complémentaire.

Ainsi, le montage des connecteurs est asymétrique, de sorte que seul le premier connecteur peut coopérer avec le premier connecteur complémentaire et, de même, seul le second connecteur peut coopérer avec le second connecteur complémentaire, permettant d'éviter une inversion de la polarité.

Selon une variante, un système détrompeur peut être prévu pour interdire une coopération entre le premier connecteur et le second connecteur complémentaire et entre le second connecteur et le premier connecteur complémentaire. Selon une caractéristique :

- l'un du premier connecteur et du premier connecteur complémentaire est un connecteur en matériau électriquement conducteur, notamment en matériau métallique, et l'autre du premier connecteur et du premier connecteur complémentaire est un aimant permanent ;

- l'un du second connecteur et du second connecteur complémentaire est un connecteur en matériau électriquement conducteur, notamment en matériau métallique, et l'autre du second connecteur et du second connecteur complémentaire est un aimant permanent.

Selon une autre caractéristique :

- l'un du premier connecteur et du premier connecteur complémentaire présente une première face de contact convexe arquée, et l'autre du premier connecteur et du premier connecteur complémentaire présente une première face de contact concave arquée de forme complémentaire à ladite première face de contact convexe arquée, où la première face de contact convexe et la première face de contact concave arquée sont en contact et forment la première piste ;

- l'un du second connecteur et du second connecteur complémentaire présente une seconde face de contact convexe arquée, et l'autre du second connecteur et du second connecteur complémentaire présente une seconde face de contact concave arquée de forme complémentaire à ladite seconde face de contact convexe arquée, où la seconde face de contact convexe et la seconde face de contact concave arquée sont en contact et forment la seconde piste.

Dans une réalisation particulière :

- l'un du premier connecteur et du premier connecteur complémentaire qui présente une première face de contact convexe arquée est de forme générale cylindrique définissant extérieurement la première face de contact convexe arquée sur 360 degrés ;

- l'un du second connecteur et du second connecteur complémentaire qui présente une seconde face de contact convexe arquée est de forme générale cylindrique définissant extérieurement la seconde face de contact convexe arquée sur 360 degrés.

Dans un mode de réalisation particulier :

- l'autre du premier connecteur et du premier connecteur complémentaire qui présente une première face de contact concave arquée définit une concavité semi-cylindrique définissant intérieurement la première face de contact concave arquée sur 180 degrés ;

- l'autre du second connecteur et du second connecteur complémentaire qui présente une seconde face de contact concave arquée définit une concavité semi-cylindrique définissant intérieurement la seconde face de contact concave arquée sur 180 degrés.

Dans une réalisation particulière, le socle présente une tête de support sur laquelle sont montés fixement le premier connecteur complémentaire et le second connecteur complémentaire.

Selon une possibilité de l'invention, le projecteur comprend un premier arrêtoir monté sur le premier connecteur complémentaire de sorte que le premier connecteur est maintenu intercalé entre ledit premier arrêtoir et ladite tête de support, et un second arrêtoir monté sur le second connecteur complémentaire de sorte que le second connecteur est maintenu intercalé entre ledit second arrêtoir et ladite tête de support.

Selon une autre possibilité de l'invention, le socle et la tête de support sont creux et accueillent intérieurement un premier câble électrique raccordant le premier connecteur complémentaire au pôle positif électrique de la fiche d'alimentation électrique, et un second câble électrique raccordant le second connecteur complémentaire au pôle négatif électrique de la fiche d'alimentation électrique.

Selon une autre possibilité, le socle présente une embase munie d'une face inférieure opposée à la tête de support, où la fiche d'alimentation électrique saille extérieurement de ladite face inférieure de l'embase

Avantageusement, la face inférieure supporte un aimant, notamment un aimant annulaire entourant la fiche d'alimentation électrique, pour un plaquage par aimantation du socle sur son support.

Selon une autre possibilité, le socle comprend un mât, notamment un mât télescopique, ayant une extrémité supérieure sur laquelle est montée la tête de support.

Conformément à une autre caractéristique avantageuse de l'invention, le corps principal présente une extrémité avant sur laquelle est fixée une façade avant faisant face à la source lumineuse, où ladite façade avant forme un porte-filtre et est munie d'au moins un organe de fixation amovible pour une fixation amovible sur ladite extrémité avant du corps principal . Selon une variante, cet organe de fixation amovible est adapté pour une fixation manuelle (autrement dit à la main) sans l'emploi d'un outil spécialisé.

Selon une caractéristique, l'organe de fixation amovible est un aimant pour une fixation par aimantation de la façade avant sur l'extrémité avant du corps principal.

Une telle fixation par aimantation permet une fixation manuellement et sans outil spécialisé.

Avantageusement, l'organe de fixation amovible est un aimant annulaire autorisant une multitude de positions de la façade avant sur l'extrémité avant du corps principal.

Selon une variante, l'organe de fixation amovible est un organe d'encliquetage pour une fixation par endiquetage de la façade avant sur l'extrémité avant du corps principal.

Selon une autre caractéristique, le projecteur comprend en outre au moins un filtre optique porté par la façade avant.

Avantageusement, le filtre optique est un filtre à microprismes.

Les filtres à microprismes permettent d'élargir le faisceau selon différents angles voulus (par exemple 15°, 20°, 30°, 45°, 60°, 90° etc ..) et permettent aussi de donner une forme spécifique au faisceau (par exemple une forme oblongue), tout en offrant une excellente transmission de lumière, de l'ordre de 90 à 98 %. De plus, de tels filtres améliorent considérablement l'homogénéité du faisceau, et donnent un flux évanescent sur les bords.

La présente invention concerne également la caractéristique selon laquelle la source lumineuse comprend au moins une diode électroluminescente alimentée électriquement en tension constante via un régulateur de courant connecté en entrée au premier connecteur et au second connecteur.

La régulation en courant garantie un courant régulé à la diode électroluminescente, ce qui est particulièrement avantageux quand plusieurs projecteurs sont employés et reliés à une même source électrique car il suffit simplement d'avoir une alimentation suffisamment puissante. Un autre avantage du régulateur de courant embarqué est d'offrir une régulation thermique. En effet, si la diode électroluminescente chauffe de façon excessive, par exemple parce que le projecteur est enfermé sous une petite cloche, le régulateur de courant diminue automatiquement le courant afin de préserver la diode électroluminescente, de sorte qu'il est pratiquement impossible de détruire le projecteur par surchauffe.

Avantageusement, la source lumineuse comprend, sur le même substrat, au moins une diode électroluminescente émissive dans le bleu et au moins une diode électroluminescente émissive dans l'ultra-violet.

Avec cette combinaison, le spectre est considérablement élargi et amélioré, en procurant des violets profonds, impossibles à produire avec uniquement des diodes bleues, ainsi que des rouges magnifiques, et en outre la focalisation, l'atteinte d'un IRC (indice de rendu de couleurs) satisfaisant et l'homogénéisation des bandes de couleurs s'en trouvent facilités.

Selon une possibilité, le premier connecteur et le second connecteur présentent des parties au contact de pistes électriques respectives prévues sur une carte électronique disposée à l'intérieur du corps principal.

Selon une autre possibilité, le premier connecteur et le second connecteur sont maintenus serrés au contact des pistes électriques au moyen d'une vis en matériau isolant électriquement.

Avantageusement, le premier connecteur et le premier connecteur complémentaire sont couverts au moins partiellement d'un revêtement rugueux pour un frottement accru dans le contact mécanique selon la première piste arquée, et le second connecteur et le second connecteur complémentaire sont couverts au moins partiellement d'un revêtement rugueux pour un frottement accru dans le contact mécanique selon la seconde piste arquée.

Ces revêtements rugueux améliorent le maintien mécanique sans effort sans compter uniquement sur la performance de l'aimantation des connecteurs en contact.

D'autres caractéristiques et avantages de la présente invention apparaîtront à la lecture de la description détaillée ci-après, d'un exemple de mise en œuvre non limitatif, faite en référence aux figures annexées dans lesquelles :

- la figure 1 est une vue de côté d'un projecteur lumineux directionnel selon l'invention ;

- la figure 2 est une vue de côté et partielle du projecteur de la figure 1 avant connexion entre le corps principal et le socle, et sans le premier arrêtoir ;

- la figure 3 est une vue de face du projecteur de la figure 1 , sans la façade avant ; - la figure 4 est une vue de face partielle du projecteur de la figure 3 avant connexion entre le corps principal et le socle ;

- la figure 5 est une vue en coupe verticale du corps principal du projecteur de la figure 1 ;

- la figure 6 est une vue en coupe horizontale du corps principal du projecteur de la figure 1 ;

- les figures 7 à 10 sont des vues respectivement de droite, de face, de gauche et de dessus de l'ensemble premier connecteur (ou première patte de connexion), second connecteur (ou seconde patte de connexion), carte électronique et vis de fixation des deux connecteurs sur la carte électronique ;

- les figures 1 1 à 13 sont des vues respectivement de face, de côté et de dessus de l'ensemble source lumineuse (assemblage de diodes) et armature de support de la source lumineuse ;

- la figure 14 est une vue en perspective de la tête de support du socle ;

- la figure 15 comprend plusieurs vues de la tête de support du socle, avec la vue (a) de gauche, la vue (b) de dessus, la vue (c) de droite, la vue (d) en coupe selon la coupe D-D et la vue (e) en coupe selon la coupe E-E ;

- la figure 16 comprend deux vues du second arrêtoir, avec une vue de côté (à gauche) et une vue en coupe selon la coupe A-A (à droite) ;

- la figure 17 comprend deux vues du premier arrêtoir, avec une vue de côté (à gauche) et une vue en coupe selon la coupe B-B (à droite) ;

- la figure 18 comprend des vues de face de trois exemples de corps principal ;

- la figure 19 comprend des vues de face de deux autres exemples de corps principal

- la figure 20 comprend des vues de face, de dos et en coupe radiale d'un capot arrière ;

- la figure 21 comprend des vues de dos, de face et en coupe radiale d'un premier exemple de façade avant ;

- la figure 22 comprend des vues de dos, de face et en coupe radiale d'un deuxième exemple de façade avant ;

- la figure 23 comprend des vues en coupe radiale de troisième et quatrième exemples de façade avant ; - la figure 24 comprend des vues en coupe radiale et de dessus d'un cinquième exemple de façade avant ; et

- la figure 25 est une vue en coupe partielle et de côté d'un projecteur lumineux directionnel selon un mode de réalisation de l'invention avec un organe d'encliquetage ; et

- la figure 26 est une vue partielle de face du projecteur de la figure 25 ;

- la figure 27 représente une vue de face, de côté et de dessus de l'organe d'encliquetage employé dans le projecteur des figures 25 et 26.

En référence aux figures 1 à 4, un projecteur lumineux 1 directionnel comprend :

- un corps principal 2 creux ;

- au moins une source lumineuse 3 apte à fonctionner sous une alimentation électrique et reçue à l'intérieur du corps principal 2 ;

- un socle 4 comprenant un mât 40 tubulaire sur lequel est monté pivotant le corps principal 2.

Le corps principal 2 se présente sous la forme d'un manchon ou d'un profilé tubulaire s'étendant en longueur selon une direction principale DP et qui présente intérieurement une chambre 20 débouchant à la fois dans une extrémité avant 22 et dans une extrémité arrière 23 du corps principal 2. Le corps principal 2 est réalisé dans un matériau métallique.

La chambre 20 est délimitée par une face interne 24 du corps principal 2 ayant une section transversale globalement carrée dans les exemples des figures 18 et 19.

Le corps principal 2 peut être muni ou non d'ailettes 21 longitudinales en périphérie extérieure ; de telles ailettes 21 pouvant favoriser la dispersion thermique.

Le corps principal 2 peut également supporter intérieurement un collimateur 25 qui sera disposé entre la source lumineuse 3 et l'extrémité avant 22 du corps principal 2. En effet, il peut être nécessaire de réduire l'angle du faisceau lumineux émis par la source lumineuse 3, par exemple à un angle de l'ordre de 15 degrés. Dans le cas d'une source lumineuse 3 à diode(s) électroluminescente(s), l'angle du faisceau lumineux natif peut être de l'ordre de 120 degrés, de sorte qu'un tel collimateur 25 peut s'avérer nécessaire. Le collimateur 25 peut, à titre d'exemple non limitatif, être un collimateur optique (tel qu'une lentille convergente) ou un collimateur réflecteur. L'extrémité avant 22 du corps principal 2 définit une surface plane de forme générale annulaire ainsi que visible sur les figures 18 et 19, qui borde la chambre 20. L'extrémité arrière 23 du corps principal 2 définit également une surface plane de forme générale annulaire qui borde la chambre 20.

La figure 18 illustre trois exemples de corps principal 2 ayant chacun une section transversale extérieure globalement circulaire, sans ailette pour l'exemple en haut à gauche, avec des ailettes 21 radiales pour l'exemple en haut à droite et avec des ailettes 21 horizontales pour l'exemple en bas.

La figure 19 illustre deux exemples de corps principal 2 ayant chacun une section transversale extérieure globalement carrée, avec des ailettes 21 sur deux faces latérales opposées pour l'exemple de gauche et avec des ailettes 21 sur trois faces pour l'exemple de droite.

Une façade avant 5 est fixée sur l'extrémité avant 22 du corps principal 2 en faisant face à la ou chaque source lumineuse 3. Une telle façade avant 5 forme un porte-filtre, autrement dit cette façade avant 5 supporte un ou plusieurs filtres optiques à placer devant la ou chaque source lumineuse 3.

Plus précisément, la façade avant 5 délimite au moins une fenêtre 56 qui sera fermée par un filtre optique. La façade avant 5 présente soit une unique fenêtre 56 (comme dans les exemples des figures 21 à 24), soit plusieurs fenêtres 56 où chaque fenêtre 56 peut être placée en face d'une source lumineuse 3 associée.

Il est proposé d'employer un filtre optique de type filtre à microprismes qui permet d'élargie le faisceau lumineux selon différents angles prédéfinis, comme par exemple de 15°, 20°, 30°, 45°, 60°, 90°, etc. Avec un tel filtre, il est également envisageable de donner une forme spécifique au faisceau lumineux, comme par exemple une forme générale oblongue selon une direction définie. Un tel filtre à microprismes offre également un niveau élevé de transmission de lumière, de l'ordre de 90 à 98 %, tout en améliorant l'homogénéité du faisceau lumineux avec une transition évanescente sur les bords particulièrement pour des applications dans le domaine des éclairages de vitrines et d'étagères de boutiques, de musées et de galeries d'art.

Une telle façade avant 5 est fixée de manière amovible sur l'extrémité avant 22 du corps principal 2 au moyen d'un aimant annulaire 50 réceptionné et maintenu dans une gorge annulaire 51 prévue sur la façade avant 5. La façade avant 5 est conformée pour pivoter sur l'extrémité avant 22 autour de la direction principale DP du corps principal 2 (cette direction principal DP étant perpendiculaire à l'extrémité avant 22) tout en maintenant le contact de l'aimant annulaire 50 sur cette extrémité avant 22, de sorte qu'est autorisée une pluralité de positions en rotation autour de cette direction principale DP sur l'extrémité avant 22 du corps principal 2.

Dans l'exemple de la figure 21 , la façade avant 5 présente un épaulement 57 propre à s'emboîter sur la face interne 24 du corps principal 2, où cet épaulement 57 présente plusieurs pans qui définissent ainsi un indexage de la façade avant 5 selon plusieurs positions en rotation définies. Dans cet exemple, l'épaulement 57 est octogonal est présente ainsi huit pans qui définissent ainsi huit positions en rotation.

Dans les exemples des figures 22 à 24, la façade avant 5 ne présente pas un tel épaulement, de sorte que la façade avant 5 peut être tournée selon une multitude de positions en rotation.

Ainsi, en fonction du ou des filtres optiques, il est possible dé jouer sur la forme ou la directivité du faisceau lumineux en faisant pivoter la façade avant 5 sur l'extrémité avant 22 du corps principal 2. En outre, l'emploi de cet aimant annulaire 50 permet de faciliter la mise en place et l'échange des façades avant 5 et donc des filtres.

Les figures 21 à 24 illustrent quatre exemples non limitatifs de façade avant 5, avec :

- sur la figure 21 , une façade avant 5 avec une fenêtre 56 délimite par une paroi tronconique 52, et avec un épaulement 57 ;

- sur la figure 22, une façade avant 5 avec une fenêtre 56 munie d'un épaulement annulaire 53, sur lequel est prévu un pion de centrage 54, pour supporter un filtre optique ;

- sur la figure 23, deux façades avant 5 allongées avec chacune une longueur L5 supérieure à celles des figures 21 et 22 ;

- sur la figure 24, une façade avant 5 avec un paralume 55 qui permet de ne pas voir directement la source lumineuse 3.

Un capot arrière 58 est fixée sur l'extrémité arrière 23 du corps principal 2. Ce capot arrière 58 présente un épaulement 57 de forme complémentaire à la face interne 24 du corps principal 2, pour un montage du capot arrière 58 par emboîtement. Le corps principal 2 est monté pivotant sur le mât 40 du socle 4 au moyen d'une articulation 6 pivotante selon un axe e pivotement AP qui est perpendiculaire à la direction principale AP du corps principal 2.

A ce titre, le mât 40 du socle 4 supporte, à une extrémité supérieure 41 du mât 40, une tête de support 7 (illustrée seule sur les figures 14 et 15) propre à supporter l'articulation 6. Cette tête de support 7 est emboîtée ou emmanchée sur cette extrémité supérieure 41 du mât 40. La tête de support 7 présente ainsi un trou central 70 à l'intérieur duquel est insérée l'extrémité supérieure 41 du mât 40. Ce trou central 70 peut être traversant ou borgne.

Cette tête de support 7 se présente sous la forme d'un corps cylindrique traversé par le trou central 70 et présentant deux faces d'extrémité 710, 720 opposées, à savoir :

- une première face d'extrémité 710 dans laquelle est prévu un premier palier cylindrique 71 ayant un diamètre D1 , où un premier trou 73 est ménagé dans le fond du premier palier cylindrique 71 pour déboucher dans le trou central 70 ;

- une seconde face d'extrémité 720 dans laquelle est prévu un second palier cylindrique 72 ayant un diamètre D2 inférieur au diamètre D1 , où un second trou 74 est ménagé dans le fond du second palier cylindrique 72 pour déboucher dans le trou central 70.

Le premier palier cylindrique 71 et le second palier cylindrique 72 sont centrés sur le même axe.

L'articulation 6 comprend :

- un premier connecteur complémentaire 61 cylindrique (ou en forme de disque) réceptionné dans le premier palier cylindrique 71 de la tête de support

7 ; et

- un second connecteur complémentaire 62 cylindrique (ou en forme de disque) réceptionné dans le second palier cylindrique 72 de la tête de support 7.

Le premier connecteur complémentaire 61 présente un diamètre sensiblement équivalent au diamètre D1 du premier palier cylindrique 71 , et plus précisément un diamètre inférieur au diamètre D1 d'un écart correspondant à un jeu de montage autorisant un emboîtement du premier connecteur complémentaire 61 dans le premier palier cylindrique 71 . Le premier connecteur complémentaire 61 présente une épaisseur supérieure à la profondeur du premier palier cylindrique 71 de sorte que le premier connecteur complémentaire 61 dépasse de la première face d'extrémité 710 et offre une première face de contact convexe 610 arquée à 360° et ayant un premier rayon de courbure R1 équivalent sensiblement à la moitié du diamètre D1 . Le premier connecteur complémentaire 61 peut être maintenu dans le premier palier cylindrique 71 au moyen d'un adhésif ou par encollage.

Le second connecteur complémentaire 62 présente un diamètre sensiblement équivalent au diamètre D2 du second palier cylindrique 72, et plus précisément un diamètre inférieur au diamètre D2 d'un écart correspondant à un jeu de montage autorisant un emboîtement du second connecteur complémentaire 62 dans le second palier cylindrique 72. Le second connecteur complémentaire 62 présente une épaisseur supérieure à la profondeur du second palier cylindrique 72 de sorte que le second connecteur complémentaire 62 dépasse de la seconde face d'extrémité 720 et offre une seconde face de contact convexe 620 arquée à 360° et ayant un second rayon de courbure R2 équivalent sensiblement à la moitié du diamètre D2. Le second connecteur complémentaire 62 peut être maintenu dans le second palier cylindrique 72 au moyen d'un adhésif ou par encollage.

Avantageusement, la première face de contact convexe 610 et la seconde face de contact convexe 620 ont fait l'objet d'un traitement augmentant la rugosité, tel qu'un traitement par frittage, de sorte que ces faces de contact convexes 610, 620 sont couvertes au moins partiellement d'un revêtement rugueux.

L'articulation 6 comprend :

- un premier connecteur 81 fixé sur le corps principal 2 et monté pivotant sur le premier aimant 61 ; et

- un second connecteur 82 fixé sur le corps principal 2 et monté pivotant sur le second aimant 62.

Dans une première réalisation, le premier connecteur complémentaire 61 et le second connecteur complémentaire 62 sont deux aimants permanents, tandis que le premier connecteur 81 et le second connecteur 82 sont réalisés dans un matériau non magnétique et électriquement conducteur, et notamment en métal .

Dans une seconde réalisation, le premier connecteur 81 et le second connecteur 82 sont deux aimants permanents, tandis que le premier connecteur complémentaire 61 et le second connecteur complémentaire 62 sont réalisés dans un matériau non magnétique et électriquement conducteur, et notamment en métal, ou bien sont dotés d'une magnétisation axiale.

Le premier connecteur 81 traverse le corps principal 2 et il présente, à l'extérieur du corps principal 2, une concavité semi-cylindrique définit par une première face de contact concave 810 arquée à 180° et ayant un premier rayon de courbure R1 équivalent au premier rayon de courbure R1 de la première face de contact convexe 610. Cette première face de contact concave 810 est de forme complémentaire à la première face de contact convexe 610, de sorte que la première face de contact concave 810 et la première face de contact convexe 610 sont en contact mécanique et électrique non permanent par aimantation selon une première piste arquée centrée autour de l'axe de pivotement AP et ayant un premier rayon de courbure R1 .

De manière équivalente, le second connecteur 82 est réalisé dans un matériau électriquement conducteur, et notamment en métal . Le second connecteur 82 traverse le corps principal 2 et il présente, à l'extérieur du corps principal 2, une concavité semi-cylindrique définit par une seconde face de contact concave 820 arquée à 180° et ayant un second rayon de courbure R2 équivalent au second rayon de courbure R2 de la seconde face de contact convexe 620. Cette seconde face de contact concave 820 est de forme complémentaire à la seconde face de contact convexe 620, de sorte que la seconde face de contact concave 820 et la seconde face de contact convexe 620 sont en contact mécanique et électrique non permanent par aimantation selon une seconde piste arquée centrée autour de l'axe de pivotement AP et ayant un second rayon de courbure R2 inférieur au premier rayon de courbure R1 .

Avantageusement, la première face de contact concave 810 et la seconde face de contact concave 820 et/ou la première face de contact convexe 610 et la seconde face de contact convexe 620 ont fait l'objet d'un traitement augmentant la rugosité, tel qu'un traitement par frittage, de sorte que ces faces de contact 610, 620, 810, 820 sont couvertes au moins partiellement d'un revêtement rugueux. Un tel revêtement rugueux est avantageux pour améliorer la tenue mécanique entre les faces de contact 610, 810 et entre les faces de contact 620, 820.

Optionnellement, la première face de contact concave 810 et la seconde face de contact concave 820 et/ou la première face de contact convexe 610 et la seconde face de contact convexe 620 ont fait l'objet d'un plaquage en matériau conducteur, et notamment d'un plaquage en or, de sorte que ces faces de contact 610, 620, 810, 820 sont au moins partiellement plaquées. Un tel plaquage est avantageux pour améliorer le contact électrique entre les faces de contact 610, 810 et entre les faces de contact 620, 820.

Comme visible sur les figures 3 et 4, un premier arrêtoir 61 1 est monté sur le premier connecteur complémentaire 61 de sorte que le premier connecteur 81 est maintenu intercalé entre ce premier arrêtoir 61 1 et la première face d'extrémité 710 de la tête de support 7. De même, un second arrêtoir 621 est monté sur le second connecteur complémentaire 62 de sorte que le second connecteur 82 est maintenu intercalé entre ce second arrêtoir 621 et la seconde face d'extrémité 720 de la tête de support 7.

En référence à la figure 16, le premier arrêtoir 61 1 se présente sous la forme d'un capuchon qui présente un palier cylindrique 612 ayant un diamètre D1 pour recevoir intérieurement et partiellement le premier connecteur complémentaire 61 . En référence à la figure 17, le second arrêtoir

621 se présente sous la forme d'un capuchon qui présente un palier cylindrique

622 ayant un diamètre D2 pour recevoir intérieurement et partiellement le second connecteur complémentaire 62.

En référence aux figures 25 à 27, dans un mode de réalisation particulier adapté pour renforcer la tenue mécanique entre la tête de support 7 et le corps principal 2, en plus du lien mécanique réalisé par aimantation entre les premiers connecteurs 61 , 81 et entre les seconds connecteurs 62, 82, il est prévu un organe d'encliquetage 95 qui est à la fois encliqueté sur la tête de support 7 et fixé sur le corps principal 2.

Cet organe d'encliquetage 95 présente deux fourches 96 qui sont montées par encliquetage (en s'écartant par déformation élastique) sur le pourtour cylindrique de la tête de support 7, de part et d'autre du mât 4. Chaque fourche 96 comprend deux pattes élastiquement déformables en vis-à- vis et présentant des faces internes de forme cylindrique pour épouser le pourtour cylindrique de la tête de support 7, de sorte que ces fourches 96 sont propres à pivoter sur la tête de support 7 lors du pivotement du corps principal 2. Ces deux fourches 96 entourent ainsi la tête de support 7 de part et d'autre du mât et garantissent un encliquetage mécanique suffisamment puissant pour une bonne stabilité du corps principal 2 sur la tête de support 7.

Les deux fourches 96 peuvent se terminer par des extrémités recourbées 98 qui vont permettre, optionnellement, de bloquer l'organe d'encliquetage 95 au moyen d'un collier de serrage (non illustré), tel qu'un collier de serrage antivol notamment du type collier de serrage automatique, cerclage ou collier Colson. Un tel collier de serrage serait maintenu et serré autour de ses extrémités recourbées 98 (et donc aussi autour du mât 4). Ce collier de serrage présenterait l'avantage d'empêcher un arrachement du corps principal 2 vis-à-vis d'un vol ou d'un acte de vandalisme.

Cet organe d'encliquetage 95 comprend également une embase 97, de laquelle font saillie les deux fourches 96, où l'embase 97 est solidarisée sur le corps principal 2. A titre d'exemple non limitatif, l'embase 97 est fixée sur le corps principal 2 au moyen du même ensemble vis 93 et boulon 94 (décrit ci- après) qui sert à fixer la carte électronique 9. Ainsi, la vis 93 traverse d'abord l'embase 97, puis traverse le corps principal 2 (et traverse également la carte électronique 9) pour présenter une extrémité libre disposée à l'intérieur du corps principal 2 et sur laquelle est vissé le boulon 94 qui va garantir le plaquage et serrage de l'organe d'encliquetage 95 contre le corps principal 2 ; la tête de la vis 93 venant se plaquer contre l'embase 97 (par le dessous). L'embase 97 présente donc un trou 99 pour le passage de la vis 93.

Cet organe d'encliquetage 95 peut être réalisé d'un seul tenant, et peut être réalisé dans un matériau métallique tel qu'un acier.

Le mât 40 du socle 4 supporte, à une extrémité inférieure 42 du mât 40, une fiche d'alimentation électrique 10 pourvue d'un pôle positif électrique et d'un pôle négatif électrique. Cette fiche d'alimentation électrique 10 peut venir dans le prolongement du mât 40. Cette fiche d'alimentation électrique 10 peut dépasser d'une embase 43 prévue à l'extrémité inférieure 42 du mât 40. Autrement dit, le socle 4 présente l'embase 43 qui est élargie comparativement au mât 40 et qui est munie d'une face inférieure opposée à la tête de support 7, où la fiche d'alimentation électrique 10 saille extérieurement de cette face inférieure de l'embase 43. Par ailleurs, cette face inférieure de l'embase 43 supporte un aimant 44 annulaire entourant la fiche d'alimentation électrique 10.

Un tel aimant 44 viendra se plaquer contre une plaque métallique afin de maintenir le socle 4 fixe verticalement une fois la fiche d'alimentation électrique 10 enfichée dans une prise électrique adéquate.

Il est prévu de raccorder électriquement le pôle positif électrique et le pôle négatif électrique de la fiche d'alimentation électrique 10 respectivement au premier connecteur complémentaire 61 et au second connecteur complémentaire 62. A ce titre :

- un premier câble électrique (non illustré) raccorde le premier connecteur complémentaire 61 au pôle positif électrique (ou inversement au pôle négatif électrique) de la fiche d'alimentation électrique 10, et

- un second câble électrique (non illustré) raccorde le second connecteur complémentaire 62 au pôle négatif électrique (ou inversement au pôle positif électrique) de la fiche d'alimentation électrique 10.

Ce premier câble électrique et ce second câble électrique circulent à l'intérieur du mât 40 (après avoir éventuellement traversé intérieurement l'embase 43 creuse), s'engagent dans le trou central 70 de la tête de support 7 et passent respectivement à travers le premier trou 73 et le second trou 74 pour atteindre le premier connecteur complémentaire 61 et le second connecteur complémentaire 62. Ainsi, ces câbles électriques ne sont pas visibles extérieurement. Le premier connecteur complémentaire 61 peut présenter un trou au centre pour faciliter la connexion du premier câble électrique. De même, le second connecteur complémentaire 62 peut présenter un trou au centre pour faciliter la connexion du second câble électrique.

Comme indiqué précédemment, le premier connecteur 81 est réalisé dans un matériau électriquement conducteur, et il traverse le corps principal 2. Ainsi, le premier connecteur 81 présente une partie intérieure 81 1 qui est disposée à l'intérieur du corps principal 2 et qui est au contact d'une première piste électrique 91 prévue sur une carte électronique 9 réceptionnée à l'intérieur de la chambre 20 du corps principal 2. Une connexion électrique 812 par soudure est prévue entre la partie intérieure 81 1 du premier connecteur 81 et la première piste électrique 91 de la carte électronique 9.

De manière équivalente, le second connecteur 82 est réalisé dans un matériau électriquement conducteur, et il traverse le corps principal 2. Ainsi, le second connecteur 82 présente une partie intérieure 821 qui est disposée à l'intérieur du corps principal 2 et qui est au contact d'une seconde piste électrique 92 prévue sur la carte électronique 9. Une connexion électrique 822 par soudure est prévue entre la partie intérieure 821 du second connecteur 82 et la seconde piste électrique 92 de la carte électronique 9. Un premier fil électrique 1 1 relie la première piste électrique 91 à la source lumineuse 3, et un second fil électrique 12 relie la seconde piste électrique 92 à la source lumineuse 3. Cette carte électronique 9 supporte une puce électronique 90 qui pilote l'alimentation électrique de la source lumineuse 3. Ainsi, la source lumineuse 3 est alimentée électriquement par la fiche d'alimentation électrique 10, via le premier câble électrique et le second câble électrique, puis via les connecteurs complémentaires 61 , 62, puis via le premier connecteur 81 en contact électrique avec le premier connecteur complémentaire 61 et via le second connecteur 82 en contact électrique avec le second connecteur complémentaire 62, via la première piste 91 et la seconde piste 92 et enfin via le premier fil électrique 1 1 et le second fil électrique 12.

La carte électronique 9 peut être fixée sur le corps principal 2 au moyen d'un ensemble vis 93 et écrou 94 réalisés notamment en matériau isolant électriquement.

Ainsi, l'articulation 6 permet de faire pivoter le corps principal 2 vis- à-vis du socle 4 grâce à une première aimantation entre le premier connecteur 81 et le premier connecteur complémentaire 61 et grâce à une seconde aimantation entre le second connecteur 82 et le second connecteur complémentaire 62, tout en assurant en même temps la connexion électrique entre la fiche d'alimentation électrique 10 et la source lumineuse 3.

Dans une réalisation particulière, donnée à titre d'exemple non limitatif, la source lumineuse 3 comprend, sur un même substrat 30, une ou plusieurs diodes électroluminescentes 31 . Ces diodes électroluminescentes sont alimentées électriquement en tension constante (par exemple à 12 ou 24 Volts) via un régulateur de courant. La régulation en courant peut être assurée par une électronique miniature intégrée sur le substrat même de la diode électroluminescente. Ainsi, il n'est pas nécessaire de se préoccuper du courant qu'il convient d'assigner à la diode électroluminescente, ce qui est particulièrement intéressant quand plusieurs projecteurs 1 sont intégrés ensemble, car il suffit seulement d'avoir une alimentation en tension constante suffisamment puissante.

Un autre avantage du régulateur de courant embarqué dans la diode électroluminescente est la régulation thermique. En effet, si la diode électroluminescente chauffe de façon excessive, par exemple parce que le projecteur 1 est enfermé sous une petite cloche, le courant diminue afin de préserver la diode électroluminescente, de sorte qu'il est pratiquement impossible de détruire ainsi le projecteur 1 . Avantageusement, la source lumineuse 3 comprend, sur le même substrat 30, au moins une diode électroluminescente émissive dans le bleu et au moins une diode électroluminescente émissive dans l'ultra-violet. Ainsi, le spectre d'une telle source lumineuse 3 est considérablement élargi et amélioré, pour offrir une qualité de lumière perçue incomparable.

Le substrat 30 de la source lumineuse 3 est placé sur une face frontale 32 d'un support 33 en forme d'arche. Le substrat 30 présente des pattes 34, 35 sur lesquelles sont soudés le premier fil électrique 1 1 et le second fil électrique 12.