Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DISPENSING DEVICE WITH METERING CHAMBER WITH BELLOWS AND INLET VALVE SHUTTER TWO-SHOT INJECTION MOULDED
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/102106
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a product-dispensing device (1) comprising: a dispensing orifice (30), a metering chamber (5) with a chamber inlet (51) and a chamber outlet (52) connected to the dispensing orifice, a lateral envelope (6) laterally delimiting the metering chamber, an inlet valve shutter (10) for opening or closing the chamber inlet, an outlet valve shutter (20), and a reducer (4), the outlet valve shutter being fixed to the reducer and forming a peripheral lip (21) arranged around the reducer so as to open or close the passage between the metering outlet and the dispensing orifice.

Inventors:
HENNEMANN, Pascal (866 route de la Vallée, Vaux Les Saint Claude, 39360, FR)
Application Number:
FR2018/052830
Publication Date:
May 31, 2019
Filing Date:
November 14, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PROMENS SA (5 rue Castellion Prolongée, Bellignat, 01100, FR)
International Classes:
B05B11/00
Domestic Patent References:
WO1998014279A11998-04-09
WO2010106256A12010-09-23
Foreign References:
US20100294805A12010-11-25
EP1360995A12003-11-12
US4979646A1990-12-25
Attorney, Agent or Firm:
NOVAGRAAF TECHNOLOGIES (16 rue Gambetta, Besançon, 25000, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif de distribution (1 ) de produit liquide à pâteux comprenant :

- un orifice de distribution (30) par lequel le produit est destiné à être distribué à l’extérieur du dispositif de distribution,

- une chambre de dosage (5) de volume variable avec une entrée de chambre (51 ) et une sortie de chambre (52) en communication avec l’orifice de distribution,

- une enveloppe latérale (6) délimitant latéralement la chambre de dosage et présentant un bord supérieur (62),

- un premier clapet anti-retour, dit clapet d’entrée (10), agencé de manière à ouvrir ou fermer l’entrée de chambre sous l’exercice respectivement d’une diminution de pression ou d’une augmentation de pression dans la chambre de dosage,

- un deuxième clapet anti-retour, dit clapet de sortie (20), agencé entre la sortie de chambre et l’orifice de distribution,

- un réducteur (4) de volume mort agencé en haut et à l’intérieur de ladite enveloppe latérale, au travers du bord supérieur de ladite enveloppe latérale, la sortie de chambre (52) étant formée entre le réducteur et une surface intérieure de ce bord supérieur, le clapet de sortie (20) étant fixé au réducteur et formant une lèvre périphérique (21 ) autour du réducteur, cette lèvre périphérique étant agencée de manière à ouvrir ou fermer un passage entre la sortie de chambre et l’orifice de distribution sous l’exercice respectivement d’une augmentation de pression ou d’une diminution de pression dans la chambre de dosage (5).

2. Dispositif de distribution selon la revendication 1 , dans lequel l’enveloppe latérale est formée par un soufflet (6) élastiquement déformable, le bord supérieur de l’enveloppe latérale étant formé par le col supérieur (62) du soufflet.

3. Dispositif de distribution selon la revendication 2, dans lequel le clapet de sortie (20) est formé d’un matériau plus souple que le matériau formant le soufflet.

4. Dispositif de distribution selon l’une quelconque des revendications précédentes, comprenant en outre une entrée d’alimentation (70) de produit dans le dispositif de distribution, l’entrée de chambre (51 ) étant en communication avec l’entrée d’alimentation (70).

5. Dispositif de distribution selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la sortie de chambre (52) est un espacement périphérique agencé autour du clapet de sortie (20).

6. Dispositif de distribution selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le clapet de sortie (20) est formé sur le réducteur (4) par bi-injection avec ce réducteur.

7. Dispositif de distribution selon la revendication 6, dans lequel le clapet de sortie (20) est formé d’un matériau plus souple que le matériau formant le réducteur (4).

8. Dispositif de distribution selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la lèvre périphérique (21 ) est agencée en appui contre une surface interne du bord supérieur (62).

9. Dispositif de distribution selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel ladite lèvre périphérique (21 ) forme une collerette s’évasant du bas, depuis sa liaison avec le réducteur (4), vers le haut.

10. Dispositif de distribution l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la sortie de chambre (52) débouche dans un collecteur périphérique (34) formé par une cavité agencée autour du clapet de sortie (20) et en communication avec l’orifice de sortie (30), le clapet de sortie étant agencé à la sortie de chambre, de manière à ouvrir ou fermer le passage entre la sortie de chambre et le collecteur périphérique sous l’exercice respectivement d’une augmentation de pression ou d’une diminution de pression dans la chambre de dosage.

11. Dispositif de distribution selon l’une quelconque des revendications précédentes lorsque prise en combinaison avec la revendication 2, caractérisé en ce que le clapet d’entrée (10) est formé sur le soufflet (6) par bi-injection avec ce soufflet.

12. Dispositif de distribution selon la revendication 1 1 , dans lequel :

- le soufflet (6) s’étend selon un axe longitudinal (A) entre un col inférieur (61 ) du soufflet et le col supérieur (62) du soufflet, ce col inférieur (61 ) présentant un diamètre intérieur donné, dit diamètre d’entrée (D), et

- le clapet d’entrée (10) comprend un obturateur (11 ) qui, selon une section dans un plan sensiblement perpendiculaire à l’axe longitudinal (A), présente un diamètre donné, dit diamètre d’obturateur (d),

- des bras déformables (13) relient l’obturateur à la surface intérieure du col inférieur du soufflet, les bras et l’obturateur étant agencés de manière à ce que l’obturateur soit mobile entre une position de fermeture, où il ferme l’entrée de chambre (51 ), et une position d’ouverture, où il est écarté de cette entrée de chambre.

13. Dispositif de distribution selon la revendication 12, dans lequel le nombre de bras déformables (13) est compris entre 3 et 5.

14. Dispositif de distribution selon l’une quelconque des revendications 12 à 13, dans lequel chaque bras (13) présente deux courbures en sens opposés.

15. Dispositif de distribution l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le clapet d’entrée (10) et/ou le clapet de sortie (20) sont/est constitué(s) d’un matériau d’une dureté shore A comprise entre 30 et 90.

Description:
DISPOSITIF DE DISTRIBUTION AVEC CHAMBRE DE DOSAGE A SOUFFLET ET CLAPPET D’ENTREE BI-INJECTES

Domaine technique

La présente invention concerne le domaine des dispositifs de distribution d’un produit à distribuer liquide à pâteux, notamment une crème, une pommade ou une pâte, notamment à usage cosmétique. Notamment, l’invention concerne des dispositifs de distribution se montant sur le col d’un récipient contenant un liquide ou une crème.

Etat de la technique

Il est connu dans l’art antérieur, par exemple WO2010/106256, des dispositifs de distribution se montant sur le col d’un récipient contenant un liquide ou une crème, comprenant un moteur de pompe avec une chambre de dosage, par exemple délimitée par un soufflet. Un clapet d’entrée et un clapet de sortie permettent d’ouvrir ou fermer respectivement l’entrée et la sortie de cette chambre.

Quand on actionne la pompe en pressant sur le bouton poussoir, on génère une pression à l’intérieur de la pompe qui d’une part ouvre le clapet de sortie et permet au produit de sortir, et d’autre part, ferme le clapet d’entrée et empêche son refoulement vers le récipient. Quand le bouton poussoir est relâché, le soufflet formant un moyen de rappel élastique, ce soufflet génère une force de rappel sur le bouton poussoir, qui remonte alors. En se détendant, le soufflet génère une dépression à l’intérieur de la pompe. Cette dépression entraîne d’une part l’ouverture du clapet d’entrée et l’aspiration du produit contenu dans le récipient et son passage dans la chambre de dosage et d’autre part, ferme le clapet de sortie et empêche l’aspiration d’air dans le dispositif.

Dans certains de ces dispositifs de distribution, le soufflet et les clapets forment une seule pièce monobloc faite d’un même matériau, notamment ils sont formés en une seule pièce d’une même matière, par exemple par moulage en une seule injection. L’assemblage du dispositif de distribution est ainsi simplifié. En effet, la chambre et ses clapets forment un unique composant, qui n'a plus qu’à être assemblé aux autres éléments.

En revanche, lorsque le matériau formant cette pièce monobloc est rigide, bien que le soufflet génère une force de rappel puissante lors de l’aspiration du produit, les clapets sont durs à actionner. Il en résulte que la force d’aspiration globale est limitée.

Inversement, lorsque le matériau formant cette pièce monobloc est plus souple, les clapets sont plus faciles à actionner mais le soufflet génère alors une force de rappel faible lors de l’aspiration du produit. Dans ce cas, la force d’aspiration globale est également limitée.

Dans les deux cas, la puissance d’aspiration du dispositif est toujours limitée. C’est notamment préjudiciable lorsque le produit est visqueux.

Exposé de l’invention

La présente invention a pour but d’améliorer la puissance d’aspiration du dispositif de distribution.

A cet effet, un premier objet de l’invention est un dispositif de distribution de produit liquide à pâteux comprenant :

un orifice de distribution par lequel le produit est destiné à être distribué à l’extérieur du dispositif de distribution,

une chambre de dosage de volume variable avec une entrée de chambre et une sortie de chambre en communication avec l’orifice de distribution, une enveloppe latérale délimitant latéralement la chambre de dosage et présentant un bord supérieur,

un premier clapet anti-retour, dit clapet d’entrée, agencé de manière à ouvrir ou fermer l’entrée de chambre sous l’exercice respectivement d’une diminution de pression ou d’une augmentation de pression dans la chambre de dosage,

un deuxième clapet anti-retour, dit clapet de sortie, agencé entre la sortie de chambre et l’orifice de distribution. Selon l'invention, le dispositif de distribution comprend en outre un réducteur de volume mort agencé en haut et à l’intérieur de ladite enveloppe latérale, au travers du bord supérieur de ladite enveloppe latérale, la sortie de chambre étant formée entre le réducteur et une surface intérieure de ce bord supérieur, le clapet de sortie étant fixé au réducteur et formant une lèvre périphérique autour du réducteur, cette lèvre périphérique étant agencée de manière à ouvrir ou fermer un passage entre la sortie de chambre et l’orifice de distribution sous l’exercice respectivement d’une augmentation de pression ou d’une diminution de pression dans la chambre de dosage.

Ainsi, il est possible de choisir un matériau rigide pour l’enveloppe latérale et de concevoir le clapet de sortie de manière à ce qu’il soit plus souple. Cela permet une faible force requise pour la fermeture du clapet de sortie. Il en résulte que la sortie du produit est améliorée.

Par ailleurs, en étant sur le réducteur, le clapet conserve davantage son efficacité en cas de gonflement. En effet, lors de l’utilisation de certains produits le clapet de sortie et en particulier la lèvre sont susceptibles de gonfler. Dans ce cas l’augmentation du diamètre de la lèvre augmente la force de plaquage de la lèvre lors de la fermeture du passage, améliorant ainsi l’étanchéité.

Ladite enveloppe latérale peut être formée par un soufflet élastiquement déformable, le bord supérieur de ladite enveloppe latérale étant formé par le col supérieur du soufflet. L’invention est davantage performante dans un tel cas.

Le soufflet permet une délimitation simple de la chambre de dosage, tout en permettant la variation de son volume de manière à y augmenter ou à y diminuer la pression.

Dans un tel cas, cela permet également de combiner une force de rappel élevée lorsque le soufflet se détend à la faible force requise pour la fermeture du clapet de sortie. Il en résulte que la puissance d’aspiration du produit est encore davantage améliorée

Par ailleurs, le réducteur permet de réduire les volumes morts dans la chambre de dosage, lorsque le soufflet est comprimé. Le dispositif de distribution selon l'invention peut optionnellement présenter une ou plusieurs des caractéristiques suivantes prises séparément ou en combinaison :

le clapet de sortie est formé d’un matériau plus souple que le matériau formant le soufflet ; cela permet ainsi de combiner une force de rappel élevée lorsque le soufflet se détend et une faible force requise pour l’ouverture du clapet de sortie ; il en résulte que la sortie du produit de la chambre de dose à travers le clapet de sortie se fait avec plus de facilité, ce qui est particulièrement avantageux pour les crèmes visqueuses et épaisse ; cela évite de monter trop en pression dans la chambre de dosage pour forcer la sortie du produit à travers le clapet de sortie ; cette pression faible dans la chambre de dosage permet de garder une force d’actuation faible et une pompe confortable;

le dispositif de distribution comprend en outre une entrée d’alimentation de produit dans le dispositif de distribution, l’entrée de chambre étant en communication avec l’entrée d’alimentation ;

la sortie de chambre est un espacement périphérique agencé autour du clapet de sortie ; cela facilite la sortie de la chambre de dosage du produit ;

le clapet de sortie est formé sur le réducteur par bi-injection avec ce réducteur ; le clapet de sortie étant bi-injecté sur le réducteur, on obtient avant l’assemblage un composant faisant corps, cela facilite l’assemblage du réducteur avec le clapet dans l’enveloppe latérale ;

le clapet de sortie est formé d’un matériau plus souple que le matériau formant le réducteur ; cela permet d’améliorer l’étanchéité entre le clapet de sortie et la sortie de la chambre ;

la lèvre périphérique est agencée en appui contre une surface interne du bord supérieur ; cela permet en coinçant la lèvre entre le bord supérieur et le réducteur, que celle-ci résiste encore mieux au gonflement ;

selon l’alinéa précédent, dans le cas où ladite enveloppe latérale est formée par le soufflet, le col supérieur de ce dernier présentant une surface interne, ladite lèvre périphérique est agencée en appui contre la surface interne du col supérieur ; la lèvre est alors coincée entre le soufflet et le réducteur ; cela est d’autant plus utile, lorsque la lèvre est dans un matériau plus souple que celui du soufflet et/ou du réducteur ;

selon l’alinéa précédent, une paroi rigide est agencée à l’extérieur, en vis-à-vis et autour du col supérieur du soufflet, notamment cette paroi rigide est en contact avec une surface extérieure du col supérieur du soufflet ; ainsi lorsque le soufflet présente des risques de gonflement, l’augmentation du diamètre du col soufflet est limitée par cette paroi rigide et est compensée par l’augmentation du diamètre de la lèvre ; ainsi on améliore l’étanchéité ; cette paroi rigide est dite paroi de limitation ;

ladite paroi de limitation cercle le col supérieur du soufflet ;

le dispositif de distribution comprend un bouton poussoir agencé de manière à entraîner la variation du volume de la chambre de dosage lorsqu’il est poussé ;

ladite paroi de limitation est une portion du bouton poussoir ;

la paroi de limitation et/ou le bouton poussoir est en polypropylène ; ladite lèvre périphérique forme une collerette s’évasant du bas, depuis sa liaison avec le réducteur, vers le haut ; cela permet de positionner plus facilement le réducteur et le clapet de sortie dans ladite enveloppe latérale, notamment le soufflet, par le haut de cette dernière ;

la sortie de chambre débouche dans un collecteur périphérique formé par une cavité agencée autour du clapet de sortie et en communication avec l’orifice de sortie, le clapet de sortie étant agencé à la sortie de chambre, de manière à ouvrir ou fermer le passage entre la sortie de chambre et le collecteur périphérique sous l’exercice respectivement d’une augmentation de pression ou d’une diminution de pression dans la chambre de dosage ; cela facilite la sortie du produit hors du dispositif de distribution, en particulier dans le cas où la sortie de chambre est un espacement périphérique agencé autour du clapet de sortie ;

le clapet d’entrée est formé sur le soufflet par bi-injection avec ce soufflet ; ainsi, il est possible de choisir un matériau rigide pour le soufflet et de concevoir le clapet d’entrée de manière à ce qu’il soit plus souple ; cela permet ainsi de combiner une force de rappel élevée lorsque le soufflet se détend et une faible force requise pour l’ouverture du clapet d’entrée ; il en résulte que la puissance d’aspiration du produit est améliorée ; de plus, le clapet est ainsi une pièce indépendante du soufflet, permettant donc d’utiliser des matériaux distincts ;

le clapet d’entrée est formé d’un matériau plus souple que le matériau formant le soufflet ; c’est une réalisation permettant d’avoir une grande force de rappel générée par le soufflet, tout en nécessitant moins de force pour déplacer le clapet d’entrée, et par conséquent améliorant la puissance d’aspiration ;

dans le dispositif de distribution :

o le soufflet s’étend selon un axe longitudinal entre un col inférieur du soufflet et un col supérieur du soufflet, ce col inférieur présentant un diamètre intérieur donné, dit diamètre d’entrée,

o le clapet d’entrée comprend un obturateur qui, selon une section dans un plan sensiblement perpendiculaire à l’axe longitudinal, présente un diamètre donné, dit diamètre d’obturateur, o des bras déformables relient l’obturateur à la surface intérieure du col inférieur du soufflet, les bras et l’obturateur étant agencés de manière à ce que l’obturateur soit mobile entre une position de fermeture, où il ferme l’entrée de chambre, et une position d’ouverture, où il est écarté de cette entrée de chambre;

c’est une forme de réalisation simple permettant au clapet d’entrée d’ouvrir ou fermer l’entrée de chambre sous l’exercice respectivement d’une diminution de pression ou d’une augmentation de pression dans la chambre de dosage ;

le nombre de bras déformables est compris entre 3 et 5 ; cela permet un bon compromis entre d’une part les fonctions de guidage et de rappel de l’obturateur de ces bras et, d’autre part, la largeur de l’espace disponible autour de ces bras, notamment dans le cadre de crèmes ou de liquides visqueux ;

le nombre de bras déformables peut être de 3 ; c’est le compromis le plus avantageux pour les crèmes et liquides visqueux ;

le ratio entre le diamètre d’obturateur et le diamètre d’entrée est inférieur ou égale à 7/12 ; de manière surprenante l’invention permet de diminuer le diamètre de l’obturateur par rapport à celui de l’ouverture d’entrée ; cela permet d’avoir des bras plus longs permettant un écartement plus élevé de l’obturateur, améliorant ainsi l’aspiration, notamment dans le cas de produits visqueux ;

le clapet d’entrée est agencé de manière à ce que les bras déformables soit déjà déformés lorsque l’obturateur est en position de fermeture, cette déformation augmentant lorsque l’obturateur se déplace vers sa position d’ouverture ; ainsi cela permet de réaliser une précontrainte de fermeture du clapet d’entrée, ce dernier exerçant une force de fermeture constante, via les bras, sur l’entrée de la chambre de dosage ;

chaque bras présente deux courbures en sens opposés ; cela permet également d’avoir des bras plus longs permettant un écartement plus élevé de l’obturateur ;

chaque bras est relié d’un côté à l’obturateur en un premier point de jonction, et de l’autre à des parois de la chambre de dosage en un deuxième point de jonction, l’écart angulaire entre le premier point de jonction et le deuxième point de jonction, dans un plan sensiblement perpendiculaire à l’axe longitudinal et autour de cet axe longitudinal, étant supérieur ou égal à 45°, lorsque l’obturateur est en position de fermeture; cela permet également d’avoir des bras plus longs permettant un écartement plus élevé de l’obturateur ;

lorsqu’au moins deux des trois alinéas précédents sont combinés, et d’autant plus lorsqu’ils sont combinés tous les trois, la synergie résultante permet une course de l’obturateur entre sa position d’ouverture et sa position de fermeture particulièrement élevée, ce qui améliore d’autant plus l’aspiration, ce qui est particulièrement utile dans le cadre de produit visqueux ;

le clapet d’entrée et/ou le clapet de sortie sont/est constitué(s) d’un matériau d’une dureté shore A comprise entre 30 et 90 ; ces valeurs confèrent au clapet correspondant une souplesse permettant d’ouvrir le clapet avec une faible force ;

le clapet d’entrée et/ou le clapet de sortie sont/est constitué(s) d’un matériau élastique, notamment un élastomère, notamment un élastomère thermoplastique (encore appelé TPE, pour « Thermo Plastic Elastomer » en anglais) ou encore un polyéthylène à ultra basse densité (encore appelé ULDPE, pour «Ultra Low Density Poly Ethylene » en anglais) ; ce qui permet à la fois un bon rappel de l’obturateur lorsque la pression cesse et une souplesse impliquant une faible force pour ouvrir le clapet ;

le soufflet est constitué d’un matériau d’une dureté shore A comprise entre 30 et 90 shore A, notamment un TPE ou un polyéthylène à ultra basse densité ; cela confère au soufflet une raideur permettant un bon compromis entre une force de rappel suffisamment élevée lors du rappel du ressort pour permettre une bonne aspiration du produit et une force de déformation des spires pas trop élevée, diminuant ainsi l’effort de l’utilisateur ;

le réducteur est constitué d’un matériau rigide, notamment du polypropylène ; un des avantages, notamment dans le cas où le clapet de sortie est formé sur le réducteur par bi-injection avec une matière souple sur ce réducteur, est que cela permet alors une meilleure déformation du clapet de sortie par rapport au réducteur.

Selon la demande deux éléments sont bi-injectés quand ils sont réalisés ainsi :

- l’un des éléments est réalisé par une première injection d’un premier matériau en un premier point d’injection dans un moule.

- l’autre élément est réalisé par une deuxième injection d’un deuxième matériau en un deuxième point d’injection du même moule de manière à former ce deuxième élément sur le premier élément, la première injection et la deuxième injection pouvant être successives.

Dans la présente demande, les termes « haut » et « bas », « supérieur » et « inférieur », « vertical » et « horizontal » sont appliqués selon l’orientation des différents éléments dans l’orientation qu’ils sont destinés à avoir lorsque le dispositif de distribution est monté sur un récipient, ce dernier reposant sur son fond et le dispositif de distribution étant alors en haut du récipient. Cela correspond aux orientations des figures 1 et 2. Brève description des figures

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront à la lecture de la description détaillée des exemples non limitatifs qui suivent, pour la compréhension de laquelle on se reportera aux dessins annexés, parmi lesquels:

- la figure 1 est une vue en perspective en coupe selon un plan vertical, comprenant un axe longitudinal du dispositif de distribution et passant par l’orifice de distribution ;

- la figure 2 est une section selon le même plan de coupe que la figure 1 ;

- la figure 3 représente une vue éclaté d’une partie des éléments de la figure 1 , à savoir le soufflet et les deux clapets ;

- les figures 4a à 4c représentent le clapet d’entrée des figures précédentes, en position de fermeture, selon respectivement une vue de dessus, une vue de côté, et une vue en coupe selon BB’ ;

- les figures 5a et 5b représentent le clapet d’entrée selon les vues des figures 4a et 4b mais en position d’ouverture ;

- les figures 6 et 7 représentent le bouton poussoir des figures 1 et 2, vu respectivement de dessous et en perspective de dessous.

Description détaillée

Les figures 1 et 2 illustrent un exemple de réalisation d’un dispositif de distribution selon l’invention, monté sur un récipient R. Ici, ce dispositif de distribution est une pompe 1 manuelle de distribution de produits cosmétiques, tels que des crèmes ou des pâtes cosmétiques.

La pompe 1 est montée de manière étanche sur le col C du récipient R. Ce montage est ici réalisé via un organe de raccordement 7, monté sur ce col C de manière à ce que le produit ne puisse pas sortir entre ce col C et l’organe de raccordement 7. La pompe 1 comprend un moteur de pompe comprenant ici : un bouton poussoir 3, l’organe de raccordement 7, un clapet anti-retour bas 10, une chambre de dosage 5, un moyen de rappel 6 et un clapet anti-retour haut 20.

Ici, la pompe est uniquement à deux clapets anti-retour 10, 20.

L’organe de raccordement 7 comprend un tube plongeur 71 qui s’étend verticalement selon un axe longitudinal A, entre une extrémité basse ouverte, située en dessous du col C du récipient R et une extrémité haute ouverte. L’ouverture de l’extrémité basse forme l’entrée d’alimentation 70 de produit dans la pompe 1. L’ouverture de l’extrémité haute forme l’entrée de la chambre de dosage 5 de la pompe 1 , cette entrée étant dite entrée de chambre 51.

Le bouton poussoir 3 est monté coulissant dans l’organe de raccordement 7 entre une position basse et une position haute, illustrée en figures 1 et 2

Dans cet exemple, le bouton poussoir 3 comprend une jupe 32, dont le bas ouvert coulisse dans une gorge de coulissement 75 de l’organe de raccordement 7.

Le bouton poussoir 3 comprend un orifice de sortie de produit à l’extérieur de la pompe 1 , ci-après orifice de distribution 30.

Dans cet exemple, comme on peut le voir en figures 2, 6 et 7, le bouton poussoir 3 comprend un canal 33 reliant cet orifice de distribution 30 à un collecteur périphérique 34, dans lequel débouche la sortie de la chambre de dosage 5, dite sortie de chambre 52.

Ici le collecteur périphérique 34 est une cavité ouverte sur le bas et réalisée par une gorge circulaire délimitée entre un premier muret 35 et un deuxième muret 36 entourant ce premier muret 35.

L’entrée 38 du canal 33 est ici formée au travers du deuxième muret 36.

Le bouton poussoir 3 et l’organe de raccordement 7 peuvent être en Polypropylène.

Le moyen de rappel est formé par un soufflet 6, qui s’étend selon l’axe longitudinal A. Selon cet axe A, il comprend d’un côté un col inférieur 61 et de l’autre un col supérieur 62, qui sont fixés respectivement à l’organe de raccordement 7 et au bouton poussoir 3. Ici, le col supérieur 62 est cerclé par le deuxième muret 36, qui forme une paroi rigide ou paroi de limitation, notamment au gonflement.

Les parois latérales de ce soufflet 6 forment également les parois latérales de la chambre de dosage 5.

Le soufflet 6 forme donc l’enveloppe latérale de la chambre de dosage.

Cette enveloppe latérale est ici comprimable, permettant la variation du volume de la chambre de dosage.

Entre les cols inférieur et supérieur 61 , 62 du soufflet 6, les parois latérales présente une structure en accordéon 60, dont les plis sont globalement horizontaux.

Ainsi le volume de la chambre de dosage 5 :

- diminue lorsque le soufflet 6 se déforme vers une configuration comprimée, lorsque le bouton poussoir 3 évolue vers sa position basse, ici en descendant dans l’organe de raccordement 7,

- augmente lorsque le soufflet 6 se déforme vers une configuration détendue, lorsque le bouton poussoir 3 évolue vers sa position haute.

Par ailleurs, la structure en accordéon 60 confère au soufflet 6 sa fonction de rappel élastique du bouton poussoir 3 vers sa position haute.

Ici, comme d’une manière générale selon l’invention, le dispositif de distribution 1 peut donc être dépourvu de moyen de rappel autre que le soufflet 6, notamment dépourvu de ressort, tel qu’un ressort à spire(s).

Le clapet d’entrée 10 est agencé de manière à :

- ouvrir l’entrée de chambre 51 sous l’exercice d’une diminution de pression dans la chambre de dosage 5,

- fermer l’entrée de chambre 51 sous l’exercice d’une augmentation de pression dans la chambre de dosage 5.

Le clapet de sortie 20 est agencé de manière à :

- fermer la sortie de chambre 52 sous l’exercice d’une diminution de pression dans la chambre de dosage 5,

- ouvrir la sortie de chambre 52 sous l’exercice d’une augmentation de pression dans la chambre de dosage 5. Selon l’invention, comme ici, le clapet d’entrée 10 est formé sur le soufflet 6 par bi-injection avec ce soufflet 6. Par exemple, le soufflet 6 peut être réalisé par une première injection d’un premier matériau en un premier point d’injection dans un moule. Une deuxième injection d’un deuxième matériau est réalisée en un deuxième point d’injection du même moule de manière à former le clapet d’entrée 10 sur le soufflet. La première injection et la deuxième injection peuvent être successives.

En particulier, le deuxième matériau peut être plus souple que le premier matériau.

Le premier matériau peut être du polyéthylène, préférentiellement mais de manière non limitative un polyéthylène à ultra basse densité (ou ULDPE pour « Ultra Low Density Poly Ethylene » en langue anglaise). Ces matériaux confèrent à la structure en accordéon du soufflet une raideur assez forte, générant ainsi une force de rappel assez élevée.

Le deuxième matériau peut être un matériau élastique, notamment un élastomère, notamment un élastomère thermoplastique ou un polyéthylène à ultra basse densité. Ces matériaux permettent de déformer plus facilement le clapet d’entrée 10 pour ouvrir l’entrée de chambre 51 , notamment dans le cadre de la structure de clapet décrite ci-après.

Selon l’invention, comme illustré dans cet exemple, notamment aux figures 3 à 5b, le clapet d’entrée 10 peut comprendre un anneau 12, un obturateur 11 , notamment central par rapport à l’anneau 12, comme ici, et des bras reliant cet obturateur 11 à l’anneau 12.

L’anneau 12 est ici la portion bi-injectée du soufflet 6 sur la surface intérieure du col inférieur 61 du soufflet 6, assurant ainsi la liaison entre l’obturateur 11 et la surface intérieure de ce col inférieur 61.

En figure 3, le clapet d’entrée 10 est représenté séparé du soufflet 6 pour permettre de visualiser les différents éléments et leur structure. Cependant, du fait de la bi-injection, le soufflet 6 et le clapet d’entrée 10 sont inséparables et forment corps.

Ces bras 13 sont ici déformables de manière à ce que l’obturateur soit mobile entre une position de fermeture, illustrée en figures 1 , 2 et 4a à 4c, où il ferme l’entrée de chambre 51 , et une position d’ouverture, illustrée en figures 5a et 5b, où il est écarté de cette entrée de chambre 51.

Ici, comme on peut le voir en figures 1 et 2, en position de fermeture, la portion inférieure de l’obturateur 11 s’insère en contact étanche avec un siège 73 délimitant l’entrée de chambre 51. L’obturateur 11 est alors en appui contre ce siège 73.

Chaque bras 13 est ici relié d’un côté à l’obturateur 11 en un premier point de jonction 14 et de l’autre aux parois de la chambre de dosage 5, ici via l’anneau 12, en un deuxième point de jonction 16.

En position de fermeture, chaque bras 13 est courbé dans un plan sensiblement perpendiculaire à l’axe longitudinal A, ici de manière à présenter un point d’inflexion 15 situé entre le premier point de jonction 14 correspondant et le deuxième point de jonction 16 correspondant. Ainsi, comme on peut le voir en plus particulièrement en figure 4a, chaque bras présente, de part et d’autre de ce point d’inflexion 15, deux courbures en sens opposés l’une de l’autre. Cela permet de conférer davantage de longueur aux bras 13, malgré leurs positions entre l’anneau 12 et l’obturateur 11. On diminue ainsi la force requise pour déplacer l’obturateur 11 vers le haut, à savoir vers sa position d’ouverture. Par ailleurs, on augmente davantage la course de l’obturateur 11 , à savoir la distance de celui-ci à l’entrée de chambre 51 en position d’ouverture.

Dans cet exemple, en position de fermeture, l’écart angulaire dans un plan sensiblement perpendiculaire à l’axe longitudinal A et autour de cet axe longitudinal A entre le premier point de jonction 14 et le deuxième point de jonction 16 d’un même bras 13 est supérieur ou égal à 45°. Autrement dit l’angle entre ces deux points-ci et dans ce plan, la pointe de cet angle étant sur cet axe longitudinal A, est supérieur ou égal à 45°. Cela permet également d’augmenter la longueur du bras et donc la course de l’obturateur 1 1 , et de même de diminuer l’effort pour ouvrir l’entrée de chambre 51.

Comme on peut le voir en figure 4c, le col inférieur 61 présente un décrochement dans lequel est moulé l’anneau 12. Ici le diamètre intérieur du soufflet 6 correspond au diamètre intérieur de l’anneau 12, dit diamètre d’entrée D. Ici l’obturateur 11 forme un pion central, qui selon une section dans un plan sensiblement perpendiculaire à l’axe longitudinal A, présente un diamètre donné, dit diamètre d’obturateur d.

Selon l’invention, comme ici, de manière surprenante, le ratio entre le diamètre d’obturateur d et le diamètre d’entrée D peut être inférieur ou égal à 7/12. Cela permet également d’augmenter la longueur des bras 13. Dans cet exemple, où les bras 13 sont courbés cela permet également d’accentuer davantage les courbures augmentant davantage la longueur des bras 13 et leur souplesse. De ce fait, malgré la faiblesse de la surface de l’obturateur 11 sur laquelle la pression du liquide s’exerce, la puissance d’aspiration est améliorée lors de la détente du soufflet 6.

Ainsi, selon l’invention, comme ici, les bras 13 peuvent présenter au niveau d’un point d’inflexion 15 une orientation sensiblement perpendiculaire au rayon r de l’anneau 12 passant par ce point d’inflexion 15.

Dans cet exemple, la course de l’obturateur 11 est comme on peut le voir en figure 5b assez élevée. Ce qui permet, en position d’ouverture, de laisser passer plus aisément le produit à la fois entre l’obturateur 11 et le siège 73 et à la fois au travers de l’espace d’entrée 18 situé entre l’obturateur 11 , l’anneau 12 et les bras 13.

Par ailleurs, du fait de leur souplesse, en raison de leur matériau plus souple que celui du soufflet 6 mais également de leur longueur et de leur agencement, ces bras 13 nécessitent un effort plus faible pour écarter l’obturateur 11.

Cet exemple est donc particulièrement adapté aux produits visqueux, tels que des crèmes.

Selon l’invention, comme ici, les bras 13 peuvent être répartis de manière équidistante autour de l’obturateur 11. Cela permet un meilleur guidage de l’obturateur.

Comme on peut le voir en figures 4a et 5a, la montée de l’obturateur 11 va entraîner la torsion des bras 13, diminuant ainsi ledit écart angulaire et entraînant la rotation de l’obturateur sur lui-même. Cette torsion permet également de générer une force de rappel de l’obturateur 11 vers le siège 73. Le réducteur 4 de volume mort est agencé en haut et à l’intérieur du soufflet 6. La sortie de chambre 52 est formée entre le réducteur 4 et la surface intérieure de ce col supérieur 62. Elle forme donc ici un espacement formant une ouverture périphérique autour du réducteur 4 et en communication avec le collecteur périphérique 34.

Selon l’invention, comme ici, la sortie de chambre 52 peut former une ouverture périphérique coïncidant avec le bas du collecteur périphérique 34. Autrement dit, la sortie de chambre 52 et le collecteur périphérique 34 peuvent comme ici avoir le même diamètre et la même largeur.

Le clapet de sortie 20 est ici fixé au réducteur et non au soufflet 6.

Comme ici, le clapet de sortie 20 peut être formé sur le réducteur 4 par bi- injection avec ce réducteur 4. Par exemple, ici, le réducteur 4 est réalisé par une première injection d’un matériau rigide, et, dans le même moule, un matériau plus souple est injecté sur le réducteur 4 pour former un bol autour du réducteur 4.

Ici, une portion 23 du matériau plus souple recouvre ainsi la partie inférieure du réducteur 4. En revanche, le clapet 10 s’écarte ensuite du réducteur 4 en formant une collerette s’évasant du bas, depuis sa liaison avec le réducteur 4, vers le haut. Ainsi la collerette forme une lèvre périphérique 21 autour du réducteur 4, cette lèvre périphérique étant agencée de manière à ouvrir ou fermer la sortie de chambre 52, et donc le passage vers l’orifice de distribution 30.

Cette action d’ouvrir ou fermer se fait sous l’exercice respectivement d’une augmentation de pression ou d’une diminution de pression dans la chambre de dosage 5.

Comme on peut le voir en figure 3, le soufflet forme ici un manchon, dans lequel le col supérieur 62 délimite une ouverture supérieure 64, et dans lequel le col inférieur 61 délimite une ouverture inférieure 63, sur laquelle est bi-injecté le clapet de sortie 20.

L’assemblage de la chambre de dosage 5 est simple car le réducteur 4 et le clapet de sortie 20 forment un bloc.

Selon l’invention, comme ici, ce bloc peut se placer au travers de l’ouverture supérieure 64, en appui sur un siège supérieur à l’intérieur du soufflet 6, par exemple un siège formé par le pli le plus haut du soufflet 6. La lèvre périphérique 21 vient ainsi s’agencer en appui contre la surface interne du coi supérieur 62, par simple positionnement.

Le réducteur 4 peut, avant positionnement dans le soufflet 6, être emboîté dans le bouton poussoir 3, notamment dans le premier muret 35, qui est circulaire. Il suffit ensuite d’insérer le bouton poussoir 3 dans l’organe de raccordement 7 pour positionner le clapet de sortie 20 contre le col supérieur 62.

Pour la fixation du soufflet 6, le col supérieur 62 du soufflet 6 peut être, comme ici, emmanché dans le bouton poussoir 3.

Le col inférieur 61 avec l’anneau 12 peuvent être emmanchés dans une gorge de maintien 72 correspondante.

Ici, les fonctions de fermeture basse et de fermeture haute sont réalisées par des éléments en matériaux souples, à savoir les clapets 10, 20, alors que les fonctions de rappel élastique et de maintien de la lèvre sont réalisées par des éléments en matériaux rigides, à savoir respectivement le soufflet et le réducteur. La puissance d’aspiration et l’étanchéité sont ainsi optimisées.

Le clapet d’entrée 10 et/ou le clapet de sortie 20 peuvent/peut être constitué(s) d’un matériau d’une dureté shore A comprise entre 30 et 90.

Le soufflet 6 peut être constitué d’un matériau d’une dureté shore A comprise entre 30 et 90. Dans cas, le matériau du soufflet 6 peut être choisi, comme ici, de manière à ce que le matériau du ou des clapets 10, 20 soit plus souple que celui du soufflet.

Le réducteur 4 peut être constitué d’un matériau rigide, notamment du polypropylène.

D’une manière générale, le clapet de sortie 20 peut être réalisé dans le même matériau que le clapet d’entrée 10.

Ainsi, lors de l’actionnement de la pompe 1 , en pressant sur la surface supérieure 31 du bouton poussoir 3, on fait descendre le bouton poussoir 3 et le réducteur 4. De plus, la structure en accordéon du soufflet 6 se comprime. Lors de cette opération, le produit contenu dans la chambre de dosage 5 est comprimé par la réduction de volume du soufflet 6 et crée une pression sur la lèvre périphérique 21 , qui se déforme alors de manière élastique en se rapprochant du réducteur 4 et en s’écartant de la surface intérieure du col supérieur 62. Cela permet au produit de sortir de la chambre de dosage 5, ici, de manière périphérique autour du clapet de sortie 20, entre la lèvre périphérique 21 et le col supérieur 62, remplissant ainsi uniformément le collecteur périphérique 34. Lorsque ce dernier est plein, cette pression entraîne le passage du produit dans l’entrée 38 du canal 33 en étant guidé par le collecteur périphérique 34. Le produit s’écoule ainsi au travers du canal 33 jusqu’à l’orifice de distribution 30, puis hors de ce dernier. Le produit comprimé ne peut sortir que par la sortie de chambre 52, l’obturateur 11 étant plaqué par le produit contre le siège 73, fermant ainsi l’entrée de chambre 51.

A la fin de l’actionnement, quand le bouton poussoir 3 est en position basse, le soufflet 6 est comprimé au maximum, le volume restant délimité par la structure en accordéon 60 comprimée est essentiellement occupé par le réducteur 4.

Lors de la remontée du bouton poussoir 3, sous l’effet de la force de rappel générée par le soufflet 6, la chambre de dosage 5 voit son volume augmenter et crée ainsi une dépression à l’intérieur de la chambre de dosage 5. Cette dépression génère une aspiration sur l’obturateur 11 qui s’éloigne alors du siège 73 vers le haut. Le produit est alors aspiré dans le récipient R via le tube plongeur, jusque dans la chambre de dosage 5.

A la fin de l’aspiration, les bras 13 exercent une force de rappel élastique de l’obturateur 11 vers son siège 73, où il vient se loger.

La pompe 1 est ainsi prête à fonctionner pour un nouveau cycle de distribution de produit.