Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ELECTRIC TORQUE MOTOR PRESS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/170571
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention concerns an electromechanical press (1) comprising: - a worktable (5) defining a horizontal upper work plane P1 on which one or more samples to be formed can be arranged, and - a device (3) for forming components, comprising a forming tool (35) arranged to move in translation in a vertical plane P2 perpendicular to and intersecting the work plane P1 of the table, and - an electromechanical device (4) for actuating the forming device (3), supported on a frame (2) that is fixed in position relative to the work plane P1, the electromechanical actuating device (4) being arranged in kinematic connection with the forming device (3). According to the invention, the electromechanical actuating device (4) comprises at least one electric torque motor (41) with eccentric axis (43d, 43g), arranged in kinematic connection with the forming device (3), the electromechanical actuating device (4) being supported on the frame (2) in a position intersecting the plane P2 of movement of the forming device and situated between a base (23) of the frame on the ground and the work table (5) under the work plane P1, whereas, in all positions, the forming tool (35) is held in or above the work plane P1 of the work table (5), the work table being rigidly attached to the frame (2).

Inventors:
BEAUMANN, Yves (Montagnons 51, 2300 La Chaux-de-Fonds, 2300, CH)
DEUBEL, Michael (Malterres 11, 2603 Péry, 2603, CH)
Application Number:
EP2019/055250
Publication Date:
September 12, 2019
Filing Date:
March 04, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ARCOFIL S.A. (Rue des Noyes 2, 2610 St-Imier, 2610, CH)
International Classes:
B30B1/28; B30B15/00; B30B15/04
Attorney, Agent or Firm:
BLANCHARD, Eugène (Bovard SA Neuchâtel Rue des Noyers 11, 2000 Neuchâtel, 2000, CH)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Presse électromécanique (1) de formage de pièces par déformation et/ou découpe de matière dans un échantillon, comportant :

- une table de travail (5) définissant, dans un repère orthonormé XYZ un supérieur de travail P1 , confondu avec le plan XZ du repère, sur lequel peuvent être disposés, en une ou plusieurs positions déterminées, un ou plusieurs échantillons à former, et

- un dispositif de formage (3) de pièces par déformation et/ou découpe de matière dans desdits échantillons disposés sur le plan de travail de ladite table (5), le dispositif de formage de pièces (5) comportant un outil de formage (35) agencé mobile en translation dans un plan P2 perpendiculaire et sécant du plan de travail P1 de la table, et

- un dispositif électromécanique (4) d’actionnement du dispositif de formage (3), supporté sur un bâti (2) fixe en position relativement au plan de travail P1 , le dispositif électromécanique d’actionnement (4) étant agencé en liaison cinématique avec le dispositif de formage (3) pour déplacer ledit outil de formage (35) suivant un mouvement de va et vient sur une course déterminée dans le plan P2,

caractérisée en ce que le dispositif électromécanique d’actionnement (4) comporte au moins un moteur électrique de type Torque (41) à axe excentrique (43d, 43g), agencé en liaison cinématique avec le dispositif de formage (3), le dispositif électromécanique d’actionnement (4) étant supporté sur le bâti (2) dans une position sécante du plan P2 de déplacement du dispositif de formage et située entre un socle (23) du bâti au sol et la table de travail (5)sous le plan de travail P1 alors que l’outil de formage (35) est maintenu dans toutes positions dans ou au-dessus du plan de travail P1 de la table de travail (5), la table de travail étant solidaire du bâti (2).

2. Presse électromécanique (1) selon la revendication 1 , caractérisée en ce que le dispositif électromécanique d’actionnement (4) comporte au moins une bielle (44d, 44g) montée en rotation à une première extrémité sur ledit axe excentrique du moteur Torque (41) et à une seconde extrémité sur le dispositif de formage (3).

3. Presse électromécanique (1) selon la revendication 1 ou 2, caractérisée en ce que le bâti (2) comporte des parois de cloisonnement (25) fixées solidairement sur la table de travail (5) et le socle d’ancrage (23) de manière à embofter le dispositif électromécanique d’actionnement (4) sur le bâti.

4. Presse électromécanique (1) selon l’une des revendications 1 à 3, caractérisée en ce que le dispositif de formage (3) est monté mobile en translation dans le plan P2 sur ladite table de travail (5).

5. Presse électromécanique (1) selon l’une des revendications 2 à 4, caractérisée en ce que le dispositif électromécanique d’actionnement (4) comporte un moteur électrique (41) de type Torque muni de deux axes excentriques (43d, 43g) opposés reliés chacun à une bielle (44d, 44g) montée en rotation à une première extrémité sur ledit axe excentrique (43d, 43g) du moteur Torque (41) et à une seconde extrémité sur le dispositif de formage (3).

6. Presse électromécanique (1) selon la revendication 5, caractérisée en ce que le dispositif de formage (3) comporte un portique coulissant sur ladite table (5), ledit portique comportant une traverse (31) de montage de l’outil de formage (35) solidaire en ses extrémités respectives d’une première extrémité d’un bras de liaison (32d, 32g) monté à rotation en une seconde extrémité à une dite bielle (44d, 44g) du dispositif électromécanique d’actionnement (4).

7. Presse électromécanique (1) selon l’une des revendications 1 à 6, caractérisée en ce qu’elle comporte des organes (8) de guidage en translation, notamment de type glissière, du dispositif de formage (3) dans le plan P2 sur la table de travail (5).

8. Presse électromécanique (1) selon les revendications 6 et 7, caractérisée en ce que les organes de guidage en translation (8) sont agencés sur les bras (32d, 32g) du portique coulissant d’une part et dans des ouvertures (51) latérales de guidage desdits bras formées à cet effet dans la table (5) par rapport de manière symétrique au plan P2.

9. Presse électromécanique (1) selon l’une des revendications 6 à 8, caractérisée en ce qu’elle comporte des moyens de déplacement et de réglage en dynamique de la distance de la traverse mobile (31) à la table de travail (5) dans le plan P2

10. Presse électromécanique (1) selon l’une des revendications 1 à 9, caractérisée en ce que le dispositif électromécanique d’actionnement (4) est agencé mobile en translation suivant un axe V parallèle à l’axe Y par rapport à la table de travail (5) sur le bâti (2).

11. Presse électromécanique (1) selon la revendication 10, caractérisée en ce que le dispositif d’actionnement (4) est monté coulissant sur le bâti (2) par l’intermédiaire d’organes de guidage linéaire (7) complémentaires fixés sur le dispositif d’actionnement (4) et le bâti (2) et en liaison cinématique avec un ensemble moteur (6) de déplacement linéaire en translation suivant l’axe V par rapport à la table de travail (5).

12. Presse électromécanique (1) selon la revendication 11 , caractérisée en ce que l’ensemble moteur (6) comporte un vérin hydraulique ou à volant solidaire d’une vis- sa ns-fin.

13. Presse électromécanique (1) selon l’une des revendications 1 à 12, caractérisée en ce qu’elle comporte en outre un dispositif de commande numérique du dispositif d’actionnement (4).

14. Presse électromécanique (1) selon la revendication 13 et l’une des revendications 11 ou 12, caractérisée en ce le dispositif de commande numérique est configuré pour piloter l’ensemble moteur (6) de déplacement linéaire.

15. Presse électromécanique (1) selon l’une des revendications 1 à 14, caractérisée en ce que le dispositif d’actionnement (4) comporte une pluralité de moteurs électriques (41) de type Torque montés électriquement en série et accouplés cinématiquement l’un à l’autre au niveau de leurs axes d’entrainement respectifs.

Description:
Description

PRESSE ELECTRIQUE A MOTEUR TORQUE

Domaine technique

La présente invention se rapporte au domaine des machines d’usinage et concerne plus particulièrement une presse électromécanique à moteur Torque.

Etat de la technique

On connaît depuis longtemps dans le domaine de la déformation et mise en forme de matériaux, notamment métalliques, de nombreuses variantes des presses hydrauliques, pneumatiques et mécaniques. Ces presses divergent notamment par leur puissance, exprimée en tonnes (T), leurs productivités, leurs versatilités d’outillages et d’applications (emboutissage, découpe, estampage etc...). Les presses mécaniques, dans leurs grandes majorités, reposent sur la mise en œuvre d’un dispositif d’actionnement de type bielle-manivelle déplaçant en va et vient selon une cadence réglée un outil de haut en bas linéairement en direction d’une surface de travail disposée sous l’outil et le dispositif d’actionnement de ce dernier. Par ailleurs, la quasi- totalité des presses hydrauliques, pneumatiques et mécaniques existantes possèdent un ensemble moteur/actionneur situé en hauteur au-dessus du plan de travail, ce qui exige des dimensionnements d’installation conséquents, des contraintes de sécurisation et d’ancrage importantes, sans compter les difficultés et coûts de mise en œuvre et d’entretien et de service de ces installations..

Pour des petites séries de pièces de faibles dimensions (millimètres ou centimètres), ne nécessitant pas une grande puissance de frappe de l’outil des presses électromécaniques à vérins ont été proposées. Ces presses procurent une plus grande facilité d’utilisation, les changements d’outils sont facilités et peuvent être automatisés par commande numérique ; elles sont donc plus polyvalentes de manière générale. Toutefois, leur encombrement vertical, lié à la taille des vérins, reste généralement très important (1 m ou plus). De plus, leurs cadences de frappent restent limitées.

Il existe donc un besoin à fournir une technologie de presses compactes qui puissent être pilotées par commande numérique et en association avec des automates de changement d’outils pour procurer une grande polyvalence d’utilisation tout en procurant également une cadence de fonctionnement similaires aux presses mécaniques connues.

Par ailleurs, il est également nécessaire outre l’encombrement et la facilité d’usage de presses électromécaniques d’assurer une parfaite sécurité de celles-ci pour les utilisateurs quels que soient leurs régimes de fonctionnement, ainsi qu’une grande flexibilité et réactivité de réglage et de fonctionnement, que ce soit en cours de cycles de frappe ou en cas d’arrêt soudain.

La présente invention a pour but de procurer une presse électromécanique répondant à ces besoins.

Divulguation de l’invention

Selon un premier aspect, l’invention concerne une presse électromécanique telle que définie à la revendication 1. Plus particulièrement la presse de l’invention est dédiée au formage de pièces par déformation et/ou découpe de matière dans un échantillon, et comporte : une table de travail définissant, dans un repère orthonormé XYZ un plan de travail P1 , confondu avec le plan XZ du repère, sur lequel peuvent être disposés, en une ou plusieurs positions déterminées, un ou plusieurs échantillons à former, et un dispositif de formage de pièces par déformation et/ou découpe de matière dans desdits échantillons disposés sur le plan de travail de ladite table, le dispositif de formage de pièces comportant un outil de formage agencé mobile en translation dans un plan P2 perpendiculaire et sécant du plan de travail P1 de la table, et un dispositif électromécanique d’actionnement du dispositif de formage, supporté sur un bâti fixe en position relativement au plan de travail P1 , le dispositif électromécanique d’actionnement étant agencé en liaison cinématique avec le dispositif de formage pour déplacer ledit outil de formage suivant un mouvement de va et vient sur une course déterminée dans le plan P2, La presse de l’invention se caractérise par le fait que le dispositif électromécanique d’actionnement comporte au moins un moteur électrique de type Torque à axe excentrique agencé en liaison cinématique avec le dispositif de formage, le dispositif électromécanique d’actionnement étant supporté sur le bâti dans une position sécante du plan P2 de déplacement du dispositif de formage et située entre un socle du bâti au sol et la table de travail sous le plan de travail P1 alors que l’outil de formage est maintenu dans toutes positions dans ou au-dessus du plan de travail P1 de la table de travail, la table de travail étant solidaire du bâti.

La presse de l’invention présente ainsi une structure plus compacte et plus stable par la disposition intégrée, sensiblement centrale du dispositif d’actionnement et plus particulièrement de son moteur Torque sous la table de travail et dans le plan de déplacement de l’outil de travail.

En outre l’utilisation du moteur Torque procure à la presse de l’invention une versatilité et flexibilité de fonctionnement sans commune mesure. L’utilisation d’un moteur torque permet en effet un entrafnement direct du dispositif de formage, sans réducteurs, avec un grand couple et grande réactivité. Il présente en outre d’autres avantages décrits plus particulièrement par la suite.

De façon préférée selon l’invention, le bâti comporte des parois de cloisonnement fixées solidairement sur la table de travail et le socle d’ancrage de manière à embofter le dispositif électromécanique d’actionnement sur le bâti. Ces parois de cloisonnement permettent de manière avantageuse de rigidifier et alourdir considérablement le bâti afin d’augmenter la fréquence de résonnance de la presse, évitant les déplacements et sauts de la presse lors de son fonctionnement et augmentant singulièrement le facteur de sécurité K de celle-ci. On a ainsi mesuré pour la presse de l’invention des déplacements latéraux au sol inférieurs à 0,01 mm et une contrainte de Von Mise (facteur de sécurité) maximale de K= 1000.

Avantageusement encore les parois de cloisonnement comportent un parement interne d’isolation phonique permettant d’absorber les bruits de fonctionnement du dispositif d’actionnement et également au moins partiellement les vibrations du bâti. Selon une forme de réalisation, le dispositif électromécanique d’actionnement comporte au moins une bielle montée en rotation à une première extrémité sur l’axe excentrique du moteur Torque et à une seconde extrémité sur le dispositif de formage.

Dans une forme de réalisation particulière, le moteur électrique de type Torque est muni de deux axes excentriques opposés reliés chacun à une bielle montée en rotation à une première extrémité sur ledit axe excentrique du moteur Torque et à une seconde extrémité sur le dispositif de formage.

Avantageusement encore, le dispositif de formage est monté mobile en translation dans le plan P2 sur ladite table de travail.

De façon préférée, le dispositif de formage comporte un portique coulissant sur ladite table, ledit portique comportant une traverse de montage de l’outil de formage solidaire en ses extrémités respectives d’une première extrémité d’un bras de liaison monté à une seconde extrémité à une dite bielle du dispositif électromécanique d’actionnement.

Selon une forme de réalisation avantageuse, la presse comporte des organes de guidage en translation, notamment de type glissière, du dispositif de formage dans le plan P2 sur la table de travail.

Plus particulièrement, les organes de guidage en translation sont agencés sur les bras du portique coulissant d’une part et dans des ouvertures latérales de guidage desdits bras formées à cet effet dans la table par rapport de manière symétrique au plan P2.

Avantageusement encore, la presse de l’invention comporte des moyens de déplacement et de réglage en dynamique de la distance de la traverse mobile à la table de travail dans le plan P2. Ces moyens de déplacement et de réglage peuvent notamment comporter une vis trapézoï dale pour le réglage du point mort bas de l’outil de formage monté sur la traverse. En outre cela permet une compensation de la dilatation en cours de journée et une usure des outils. Selon une caractéristique avantageuse de l’invention, le dispositif d’actionnement est agencé mobile en translation suivant l’axe Y par rapport à la table de travail sur le bâti. En particulier, le dispositif d’actionnement est monté coulissant sur le bâti par l’intermédiaire d’organes de guidage linéaire complémentaires fixés sur le dispositif d’actionnement et le bâti et en liaison cinématique avec un ensemble moteur de déplacement linéaire en translation suivant l’axe Y par rapport à la table de travail.

Ce montage glissant du dispositif d’actionnement de la presse est particulièrement avantageux pour offrir une grande polyvalence et simplicité de réglage de la presse. En déplaçant le dispositif d’actionnement, c’est non seulement celui-ci mais également le dispositif de formage qui lui est cinématiquement lié au niveau des bielles qui se trouve mobilisé selon l’axe Y, et qui donc est ajusté en position par rapport à la table de travail, qui définit le plan de référence P1 de la presse.

A titre d’exemples particuliers, l’ensemble moteur peut notamment comporter un piston hydraulique ou à volant solidaire d’une vis-sans-fin.

La presse électromécanique de l’invention comporte en outre de préférence un dispositif de commande numérique du dispositif d’actionnement. Ce dispositif de commande numérique est notamment configuré pour réguler en temps réel le fonctionnement du moteur Torque du dispositif d’actionnement, notamment pour assurer la bonne cadence de frappe de l’outil de formage par exemple. Avantageusement, le dispositif de commande numérique est également configuré pour piloter l’ensemble moteur de déplacement linéaire du dispositif d’actionnement. Il est ainsi possible de changer la configuration de la presse pour passer d’une série à une autre de manière automatique, un opérateur ou un ensemble robotisé associé à la presse n’ayant alors qu’à changer l’outil de formage sur le dispositif de formage en temps masqué pendant l’ajustement

La presse de l’invention peut également offrir une configuration encore plus évolutive par la possibilité offerte de faire varier sa puissance en associant dans le dispositif d’actionnement une pluralité de moteurs électriques de type Torques montés électriquement en série et accouplés cinématiquement l’un à l’autre au niveau de leurs axes d’entrainement respectifs. Brève description des dessins

Les caractéristiques et détails particulier de la presse de l'invention apparaftront plus clairement à la lecture de la description qui suit, faite en référence aux dessins annexés dans lesquels :

La figure 1 est une vue en perspective d’une presse électromécanique selon l’invention dans un mode préféré de réalisation ;

La figure 2 représente une vue en coupe suivant un plan sagittal médian P2 de la presse de la figure 1 ;

La figure 3 représente une vue en coupe suivant un plan transversal médian P3 de la presse de la figure 1 ;

La figure 4 est une vue analogue à la figure 1 dans un second mode de réalisation préféré de réalisation ;

La figure 5 est une vue analogue à la figure 2 de la presse de l’invention dans le second mode de réalisation de la figure 4.

Description d’un mode de réalisation de l’invention

La présente invention concerne une presse électromécanique 1 de formage de pièces par déformation et/ou découpe de matière dans un échantillon, représentée dans un premier exemple préféré de réalisation aux figures 1 à 3 et aux figures 4 et 5 dans un second mode de réalisation préféré.

Dans tous les deux modes de réalisation présentés, la presse 1 comporte en premier lieu un bâti 2 sur lequel est monté un dispositif électromécanique d’actionnement 4 d’un dispositif de formage 3 de pièces selon un mouvement de va-et- vient en translation dans un plan vertical P2 de la presse 1. Le dispositif de formage 3 est agencé en liaison cinématique selon une forme décrite ci-après avec le dispositif d’actionnement 4 de manière à déplacer un outil de formage 35 solidaire du dispositif de formage 3 dans le mouvement de va-et-vient vers et depuis une table de travail 5, fixée sur le bâti 2 et immobile sur ce dernier. L’outil de formage 35 peut être de type divers en fonction de l’opération de formage à réaliser, notamment découpe, emboutissage, estampage ou reprise par exemple.

La table de travail 5 définit, dans un repère orthonormé XYZ, un plan horizontal supérieur de travail P1 , confondu avec le plan XZ du repère, sur lequel peuvent être disposés, en une ou plusieurs positions déterminées, un ou plusieurs échantillons à former par impact de l’outil de formage 35, de manière classique pour une presse. De préférence, la table de travail 5 comporte une ouverture située au milieu de l’outil de travail 35 afin de procurer un espace de dégagement des copeaux d’estampage à chaque frappe de l’outil de formage. Le plan vertical P2 dans lequel est déplacé le dispositif de formage 3 est lui perpendiculaire et sécant du plan de travail P1 de la table 5.

Le bâti 2 se compose d’un socle lesté formé d’une plaque 23 métallique ou de de béton sous laquelle sont fixés des pieds 22, le cas échant réglables. Dans le premier mode de réalisation des figures 1 à 3, quatre piliers 21 formés par exemple de poutres métalliques sont ancrés sur le socle, par tous moyens appropriés tels que boulonnage et/ou soudage et/ou encastrement,. Ces piliers 21 supportent en leur extrémité supérieure la table de travail 5, elle-même solidement ancrée sur les piliers 21. Dans un mode de réalisation alternatif non représenté, le bâti 2 et la table de travail 5 peuvent être formés dans un ensemble monobloc, typiquement métallique.

Afin de stabiliser les piliers 21 sur le socle et la table 5 sur les piliers 21 des équerres 24 de renforcement sont fixées aux angles entre chacun des piliers 21 et la plaque 23 d’une part et les piliers 21 et la table 5 d’autre part. On obtient ainsi un bâti 2 rigide et stable sur lequel est installé le dispositif électromécanique d’actionnement 4 et par rapport auquel le dispositif de formage 3 est mû par ce dernier comme décrit par la suite.

Dans le mode de réalisation des figures 4 et 5, les piliers 21 sont remplacés par 4 parois de cloisonnement et rigidification 25 formées de préférence de forge en acier ou en alliage d’aluminium, ces parois 25 étant ancrés sur le socle 23 et sur la table de travail 5, par tous moyens appropriés tels que boulonnage et/ou soudage et/ou encastrement. Les parois 25 permettent un emboftage complet du dispositif électromécanique d’actionnement 4 sur le bâti 2, et une rigidification accrue de ce dernier comparativement au mode de réalisation des figures 1 à 3. En effet, les parois 25 sont conformées pour s’encastrer sur leurs bords longitudinaux, ce qui permet de supprimer ou en tout cas réduire considérablement tous effets de torsions de la table de travail 5 par rapport au socle 23 lors des cycles de fonctionnement de la presse 1 , et aussi de réduire les vibrations de manière considérables.

En outre, ce second mode de réalisation avec parois de cloisonnement et rigidification 25 permet avantageusement de doubler la fréquence propre de résonnance de la presse par rapport au mode de réalisation des figures 1 à 3, tout en réduisant les déplacement au sol lors du fonctionnement d’un facteur supérieur à 10. Enfin le facteur de sécurité K de la presse, qualifié par la contrainte de Von Mise est maximisé à une valeur considérable de Kmax= 1000.

De façon avantageuse, les parois 25 sont en outre revêtues ou bien intègrent dans une structure métallique en tôles sous forme d’un sandwich une couche de parement isolant phonique et antivibratoire. U n tel parement peut être constitué de tout isolant idoine ignifuge, notamment à base de fibres naturelles et ou synthétiques compactée ou encore de mousses synthétiques thermoformées. On améliore ainsi la sécurité et le confort des opérateurs sur les sites de productions par une absorption accrue des nuisances sonores de fonctionnement de la presse.

Bien entendu, on peut envisager dans un autre mode de réalisation non représenté de combiner purement et simplement les deux modes de réalisation des figures 1 à 3 et 4 à 5, en fixant des parois de cloisonnement 25 sur les piliers 21 , table 5 et socle 23 de la presse 1 des figures 1 à 3 par exemple.

De façon avantageuse selon l’invention le dispositif d’actionnement électromécanique 4 est monté sur le bâti 2 dans une position intermédiaire entre la plaque 23 du socle et la table 5, donc dans une position centrale dans le plan de déplacement du dispositif de formage 3 et idéalement sur l’axe V de l’outil de formage, située sous le plan de travail P1. De plus, le dispositif de formage 3 est accouplé au dispositif d’actionnement de telle sorte que l’outil de formage 35 soit maintenu dans toutes positions dans ou au-dessus du plan de travail P1 de la table de travail 5.

Plus particulièrement, le dispositif électromécanique d’actionnement 4 comporte un moteur électrique 41 de type Torque, monté solidaire et mobile en translation le long des piliers 21 du bâti 2 par l’intermédiaire d’un chariot 45 sur des rails ou glissières 7 fixés dans des réservations internes des piliers 21. Le chariot 45 et les glissières 7 forment ainsi des organes complémentaires de guidage linéaire du dispositif d’actionnement 4 sur le bâti 2. Le dispositif électromécanique d’actionnement 4 est en outre agencé en liaison cinématique avec un ensemble moteur 6 de déplacement linéaire en translation suivant un axe vertical central V contenu dans le plan P2 par rapport à la table de travail 5. Le dispositif électromécanique d’actionnement 4 est ainsi réglable en hauteur dans le plan P2. L’ensemble moteur 6 est avantageusement disposé sur la plaque 23 du socle du bâti 2 et fixé sur ce dernier par tous moyens idoines, ainsi qu’au carter 42 du moteur 41 du dispositif d’actionnement 4.

Selon une forme de réalisation particulière représentée sur les figures 1 à 3, l’ensemble moteur 6 comporte une vis-sans-fin 61 montée libre en rotation suivant l’axe V sur la plaque 23 dans un orifice central de celle-ci. La vis sans fin 61 comporte une section inférieure 611 formant arbre d’entrainement solidaire d’un volant moteur 62 monté coaxialement sur l’arbre d’entrainement. La vis sans fin 61 comporte également une section supérieure filetée 612 étendant dans le prolongement de la section inférieure 611 suivant l’axe V au travers d’une cloche 63 de plaquage du volant moteur 62 dans l’orifice 231 de la plaque 23 pour éviter toute translation de la vis 61 selon l’axe V, et jusque dans un alésage borgne selon l’axe V de diamètre interne sensiblement égal au diamètre externe de la section filetée de la vis 61. Afin de permettre le déplacement de l’ensemble moteur 4 dans le plan P2 par la vis 61 selon le sens de rotation de celle-ci la vis 61 est accouplée au moteur par sa portion filetée via un écrou 64 fixé sur le carter 42 du moteur 41 coaxialement au dit alésage borgne. Ainsi, une rotation du volant 62 dans un sens entraine la vis 61 en rotation dans le même sens sur elle-même ce qui par effet de prise dans l’écrou 64 induit une translation verticale du dispositif d’actionnement 4 guidé par son chariot 45 sur les glissières 7 du bâti 2 vers le haut ou le bas. U ne rotation du volant 62 en sens inverse induit alors corollairement une translation verticale en sens opposé du dispositif d’actionnement 4.

Le volant moteur 62 peut être avantageusement piloté par un système d’entrainement mécanique, électronique et/ou hydraulique, selon des techniques standards dans le domaine de l’automatisme industriel. Préférentiellement, cet actionnement est électro-commandé par commande numérique centrale de pilotage de l’ensemble de la presse et du moteur électrique 41 comme décrit plus en détail par la suite.

Le moteur électrique 41 du dispositif d’actionnement électromécanique est préférentiellement un moteur de type Torque. U n tel moteur présente l’avantage de pouvoir être actionné et piloté essentiellement par un signal électronique de consigne de manière sensiblement instantanée, c’est-à-dire sans inertie. On peut donc atteindre très rapidement un régime de fonctionnement souhaité, ou arrêter instantanément la rotation du moteur et donc du dispositif de formage 3 qui lui est associé. Il est également possible de régler la consigne de pilotage du moteur de telle sorte à optimiser la consommation électronique du moteur. On peut ainsi ajuster le pilotage de fonctionnement du moteur à la cinématique particulière du dispositif de formage 3 selon les besoins.

Ce type de moteur est en outre entièrement pilotable électroniquement, le cas échéant avec des variations de vitesse et de puissance/couple en cours de cycle en fonction des pièces travaillées.

Il procure en outre une sécurité de fonctionnement extrême avec des angles d’arrêt très court de l’ordre de -10° -20° à une cadence de frappe de l’outil de formage de 500 coups/min, là ou une presse mécanique à volant muni de freins présente un angle d’arrêt de l’ordre de ~120°-150° à 350 coups/min.

Le moteur Torque permet enfin de faire vibrer le dispositif de formage en cours de cycle, le cas échéant à pas réglable, pour améliorer les états de surface de pièces étampées par exemple. On peut ainsi initier des cycles d’étampage de pièces incorporant des vibrations du dispositif de formage 3, ce qui n’est permis par aucun autre type de presse électromécanique à ce jour, en outre en procurant une possibilité de réglage des fréquences et amplitudes de vibrations.

Le moteur 41 comporte de préférence deux axes excentriques 43d, 43g montés sur roulements à chacun desquels est accouplée par une première rotule (ou tout accouplement analogue) une première extrémité d’une bielle 44d, 44g dont la seconde extrémité est montée par une seconde rotule (ou tout accouplement analogue) sur le dispositif de formage 3. Bien évidemment, comme cela est représenté sur les figures, les deux axes excentriques 43d, 43g sont tels qu’ils sont exactement symétriques l’un de l’autre par rapport aux plans médians P2, P3 de la presse 1. En effet, le moindre décalage axial des excentriques par rapport à ces deux plans peut être critique au fonctionnement de la presse, notamment au guidage régulier du dispositif de formage ainsi qu’à l’intégrité du moteur 41.

L’utilisation d’un moteur Torque 41 présente également l’avantage d’offrir une grande versatilité de configuration au dispositif d’actionnement 4, notamment pour en faire varier la puissance. Il est notamment possible d’associer en série une pluralité de moteurs Torques 41 et de les accoupler axialement afin de doubler la puissance de la presse.

Le dispositif de formage 3 est lui monté mobile en translation dans le plan vertical P2 sur ou par rapport à ladite table de travail 5. Il comporte avantageusement un portique coulissant par des glissières 8 sur ladite table 5, ledit portique comportant une traverse 31 de montage d’un outil de formage 35 par l’intermédiaire d’un porte-outil 34, ladite traverse étant solidaire en ses extrémités respectives, par exemple par soudage ou boulonnage, d’une première extrémité d’un bras de liaison 32d, 32g monté à rotation en une seconde extrémité par un axe 36d, 36g à une des dites bielle 44d, 44g du dispositif électromécanique d’actionnement 4 via une dite seconde rotule traversée par ledit axe 36d, 36g selon des modalités classiques pour l’homme du métier. Le dispositif de formage 3 est ainsi entraîné en translation sur la table 5 dans le plan P2 par un système bielle-manivelle classique dans le domaine des presses d’usinage.

Les glissières 8 sont agencées de préférence sur les bras 32d, 32g du portique coulissant d’une part et dans des ouvertures 51 latérales de guidage desdits bras formées à cet effet dans la table 5 de manière symétrique au plan P2. Avantageusement, des moyens de déplacement et réglage en dynamique de la distance traverse mobile 31 -table de travail 5 sont procurés sur le dispositif de formage pour le réglage du point mort bas et de la règle absolue située au niveau de la table ainsi qu’une compensation de la dilatation en cours d’utilisation de la presse.

La presse 1 de l’invention comporte en outre avantageusement un dispositif de commande numérique, non représenté sur les figures. Ce dispositif de commande numérique, bien connu en soi de l’Homme du métier dans le domaine des machines- outils et de l’automatisme industriel, est prioritairement configuré de préférence pour piloter électroniquement le dispositif d’actionnement 4 en fonction de cycles de travail souhaités et préprogrammés dans la commande numérique ou chargés dans celle-ci via un réseau d’entreprise. La commande numérique peut ainsi notamment effectuer le réglage en continu des paramètres d’alimentation et vitesse de rotation du moteur Torque 41 pour délivrer une puissance déterminée de la presse. La commande numérique peut également avantageusement piloter l’ensemble moteur 6 de déplacement linéaire avant de régler la hauteur du moteur Torque 41 sur le bâti 2 et ainsi la hauteur de frappe de l’outil de formage 35 par rapport au plan P1 de la table de travail 5 en fonction des besoins.

Le cas échéant, la commande numérique peut également être associée à des automates auxiliaires de chargement de la presse 1 et de changement d’outil de formage 35 sur le porte-outil 35.

Le fonctionnement de la presse 1 est en soit classique à celui d’une presse à actionnement bielle-manivelle, bien connu de l’Homme de l’art. La mise en fonction du moteur Torque 41 entraîne la mise en rotation des excentriques 43d, 43g et de l’extrémité de la bielle 42d, 42g qui lui est accouplé, ce qui transmet au dispositif de formage 3, qui est guidé en translation sur la table de travail 5 un mouvement de va et vient translatif dans le plan P2 qui entraîne l’outil de travail 35 de manière alternative dans le plan P1 pour effectuer une opération de formage d’un échantillon. Au sens de l’invention, un échantillon s’entend de toute pièce ou lopin de matière première métallique à former ou de pièce préformée à reprendre. La localisation du dispositif électromécanique d’actionnement sous la table de travail 5 procure à la presse une compacité et une stabilité accrue. De plus, l’utilisation d’un moteur Torque procure l’avantage d’un pilotage du moteur instantané essentiellement électronique, ce qui permet d’optimiser la consommation électrique du moteur en fonction des travaux effectués.

Il est enfin possible d’envisager par la structure de presse proposée une presse horizontale, dans laquelle le bâti 2 est pivoté de 90° de même que le dispositif d’actionnement 4 et dispositif de formage 3. L’orientation à la verticale du moteur torque 41 ne perturbe pas son fonctionnement et le guidage linéaire par glissières du dispositif de formage 3 sur la table de travail 5 assure en tout état de cause, avec une lubrification adéquate, une bonne performance de la presse même dans une position inclinée.