Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ELECTRICAL CONNECTION GRIP COMPRISING A CABLE GLAND DEVICE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/158847
Kind Code:
A1
Abstract:
Electrical connection grip (10) comprising a housing (12) having an axial direction (X), a circumferential direction (C) and a radial direction (R), a rotary part (14) that can rotate around the direction that is axial in relation to the housing (12) and coaxial to the housing (12), and a cable gland device (16) configured to cooperate with an electrical cable engaged in the housing (12) and in the rotary part (14) along the axial direction (X), the cable gland device (16) comprising a claw part (16a) comprising a plurality of claws (16A1) and at least one band or equivalent (16B) extending along the circumferential direction (C) and configured to squeeze the claws (16A1) of the claw part (16A) radially toward the interior during the rotation of the rotary part (14) along a first circumferential direction (C1).

Inventors:
HOUIR ALAMI, Abdel Mounim (184 avenue Victor Hugo, PARIS, 75116, FR)
Application Number:
FR2019/050298
Publication Date:
August 22, 2019
Filing Date:
February 12, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SOCIETE D'EXPLOITATION DES PROCEDES MARECHAL (5 avenue de Presles, SAINT MAURICE, 94410, FR)
International Classes:
H02G3/06; H02G15/02
Domestic Patent References:
WO2008105675A12008-09-04
Foreign References:
US6350955B12002-02-26
JP2015056981A2015-03-23
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
MILIEN, Jean-Baptiste et al. (Cabinet BEAU DE LOMENIE, 158 Rue de l'Université, PARIS CEDEX 07, 75340, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Poignée de connexion électrique (10, 100, 200) comprenant un carter (12, 212) présentant une direction axiale (X), une direction circonférentielle (C) et une direction radiale (R), une pièce rotative (14) mobile en rotation autour de la direction axiale par rapport au carter (12, 212) et coaxiale au carter (12, 212), et un dispositif de presse étoupe (16, 116, 216) configuré pour coopérer avec un câble électrique engagé dans le carter (12, 212) et dans la pièce rotative (14) selon la direction axiale (X), le dispositif de presse étoupe (16, 116, 216) comprenant une pièce de griffes (16A, 116A) comprenant une pluralité de griffes (16A1 ; 116A1, 116A2) et au moins une bande ou équivalent (16B, 116B, 216B) s'étendant selon la direction circonférentielle (C) et configurée pour serrer radialement vers l'intérieur les griffes (16A1 ; 116A1, 116A2) de la pièce de griffes (16A, 116A) lors de la rotation de la pièce rotative (14) selon un premier sens circonférentiel (Cl).

2. Poignée de connexion électrique (10) selon la revendication 1, dans laquelle la bande ou équivalent (16B) présente une première extrémité circonférentielle (16B1) reliée à la pièce rotative (14) et une deuxième extrémité circonférentielle (16B2), opposée à la première extrémité circonférentielle (16B1) selon la direction circonférentielle (C), reliée à une embase (16C) configurée pour être bloquée en rotation selon au moins le premier sens circonférentiel (Cl) par rapport au carter (12).

3. Poignée de connexion électrique (10) selon la revendication 2, dans laquelle la bande ou équivalent (16B) est reliée à l'embase (16C) par un bras (16D) s'étendant axialement.

4. Poignée de connexion électrique (10) selon la revendication 2 ou 3, dans laquelle l'embase (16C) est couplée en rotation avec la pièce de griffes (16A).

5. Poignée de connexion électrique (10) selon la revendication 4, dans laquelle l'embase (16C) est disposée axialement entre la pièce de griffes (16A) et le carter (12), le bras (16D) étant reçu dans un jour (16A23) de la pièce de griffes (16A) de manière à coopérer en butée selon la direction circonférentielle (C) selon le premier sens circonférentiel (Cl) et selon un deuxième sens circonférentiel (C2), opposé au premier sens circonférentiel (Cl), avec la pièce de griffes (16A).

6. Poignée de connexion électrique (100) selon la revendication 1, dans laquelle la pièce de griffes (116A) est configurée pour être bloquée en rotation selon au moins un premier sens circonférentiel (Cl) par rapport au carter (12), la bande ou équivalent (116B) présentant une première extrémité circonférentielle (116B1) reliée à la pièce rotative (14) et une deuxième extrémité circonférentielle (116B2), opposée à la première extrémité circonférentielle (116B1) selon la direction circonférentielle (C), reliée à la pièce de griffes (116A).

7. Poignée de connexion électrique (100) selon la revendication 6, comprenant uniquement deux bandes ou équivalent (116B) respectivement fixées à des griffes (116A2) sensiblement diamétralement opposées.

8. Poignée de connexion électrique (200) selon la revendication 1, dans laquelle la bande ou équivalent (216B) présente une première extrémité circonférentielle (216B1) reliée à la pièce rotative (14) et une deuxième extrémité circonférentielle (216B2), opposée à la première extrémité circonférentielle (216B1) selon la direction circonférentielle (C), reliée au carter (212).

9. Poignée de connexion électrique (200) selon la revendication 8, comprenant une unique bande ou équivalent (216B) présentant une portion ajourée (216B3) et une portion pleine (216B4), la portion pleine (216B4) s'étendant au travers de la portion ajourée (116B3).

10. Poignée de connexion électrique (10, 100, 200) selon l'une quelconque des revendications 1 à 9, dans laquelle la bande ou équivalent (16B, 116B, 216B) coopère avec les griffes (16A1 ; 116A1, 116A2) sur une portion disposée entre le milieu des griffes et l'extrémité distale des griffes, les griffes étant considérées selon la direction axiale (X).

11. Poignée de connexion électrique (10, 100, 200) selon l'une quelconque des revendications 1 à 10, dans laquelle la pièce de griffes (16A, 116A, 216A) comprend un anneau (16A2) portant les griffes (16A1 ; 116A1, 116A2), l'anneau (16A2) présentant un filetage (16A21) coopérant avec un filetage complémentaire (12A) du carter (12), l'anneau (16A2) étant fixé au carter (12) par vissage selon le premier sens circonférentiel (Cl).

12. Poignée de connexion électrique (10, 100, 200) selon l'une quelconque des revendications 1 à 11, comprenant un système anti-retour entre la pièce rotative (14) et le carter (12, 212) configuré pour autoriser la rotation de la pièce rotative (14) par rapport au carter (12, 212) selon le premier sens circonférentiel (Cl) et pour bloquer la rotation de la pièce rotative (14) par rapport au carter (12, 212) selon un deuxième sens circonférentiel (C2) opposé au premier sens circonférentiel (Cl).

13. Poignée de connexion électrique (10, 100, 200) selon l'une quelconque des revendications 1 à 12, comprenant un joint (18) s'étendant au moins en partie à l'intérieur de la pièce de griffes (16A, 116A, 216A).

14. Poignée de connexion électrique (10, 100, 200) selon l'une quelconque des revendications 1 à 13, dans laquelle la pièce rotative (14) est clipsée selon la direction axiale (X) avec le carter (12, 212).

Description:
Poignée de connexion électrique comprenant

un dispositif de presse étoupe

DOMAINE TECHNIQUE

[0001] Le présent exposé concerne une poignée de connexion électrique, la connexion électrique pouvant être un socle de connecteur de courant électrique ou un socle de fiche de courant électrique. Plus particulièrement, le présent exposé concerne une poignée de connexion électrique équipée d'un dispositif de presse étoupe pour coupler mécaniquement un câble électrique à la poignée.

ARRIERE-PLAN TECHNOLOGIQUE

[0002] On connaît des poignées de connexion électrique équipées d'un dispositif de presse étoupe. Toutefois, le serrage du dispositif de presse étoupe de ces poignées connues demande généralement à l'utilisateur de fournir un effort important pour le serrage, et le serrage est obtenu au bout de plusieurs tours d'un écrou de serrage.

Ceci est préjudiciable à leur facilité d'utilisation. Il existe donc un besoin en ce sens.

PRESENTATION

[0003] Un mode de réalisation concerne une poignée de connexion électrique comprenant un carter présentant une direction axiale, une direction circonférentielle et une direction radiale, une pièce rotative mobile en rotation autour de la direction axiale par rapport au carter et coaxiale au carter, et un dispositif de presse étoupe configuré pour coopérer avec un câble électrique engagé dans le carter et dans la pièce rotative selon la direction axiale, le dispositif de presse étoupe comprenant une pièce de griffes comprenant une pluralité de griffes et au moins une bande ou équivalent s'étendant selon la direction circonférentielle et configurée pour serrer radialement vers l'intérieur les griffes de la pièce de griffes lors de la rotation de la pièce rotative selon un premier sens circonférentiel

[0004] La poignée peut former une seule et même pièce avec la connexion électrique, ou bien former une pièce distincte de la connexion électrique, cette pièce étant configurée pour être assemblée avec la connexion électrique. La connexion électrique peut être un socle de prise (partie femelle d'un raccord électrique) ou un socle de connecteur (partie mâle d'un raccord électrique).

[0005] La direction axiale correspond à la direction de l'axe du carter, parallèle à la direction de branchement de la connexion électrique pour l'assembler avec une connexion complémentaire. La direction radiale est une direction perpendiculaire à la direction axiale. La direction circonférentielle (ou azimutale) correspond à la direction décrivant un anneau autour de la direction axiale. Les trois directions axiale, radiale et azimutale correspondent respectivement aux directions définies par la côte, le rayon et l'angle dans un système de coordonnées cylindrique. Sauf précision contraire, les adjectifs « intérieur/interne » et « extérieur/externe » sont utilisés en référence à une direction radiale de sorte qu'une partie intérieure (i.e. radialement intérieure) est plus proche de l'axe du carter qu'une partie extérieure (i.e. radialement extérieure).

[0006] Au sens du présent exposé, par « bande ou équivalent » on entend tout élément pouvant s'étendre selon la direction circonférentielle et présentant une longueur selon la direction axiale et une longueur selon la direction radiale très inférieure (par exemple d'un rapport au moins 10) à la longueur selon la direction circonférentielle, tel qu'une bande, un fil, un câble, une lame, etc. et adapté à exercer un effort de serrage radial vers l'intérieur sur les griffes. Par la suite et sauf indication contraire, par « bande » on entend « bande ou équivalent ».

[0007] La poignée peut comprendre une unique bande, ou une pluralité de bande. Par la suite, et sauf indication contraire, par « la bande » on entend la « au moins une bande ».

[0008] On comprend que la pièce rotative est rotative par rapport au carter, qui forme la pièce de référence de la poignée. En d'autres termes, en considérant que la pièce rotative tourne par rapport au carter, on considère en contrepartie que le carter est fixe par rapport à la pièce rotative.

[0009] Lors de la rotation de la pièce rotative, la bande coopère radialement avec les griffes de la pièce de griffes et les serre, i.e. les déplace radialement vers l'intérieur. Les inventeurs ont remarqué qu'un tel serrage est plus direct, et plus facile pour l'utilisateur. Par ailleurs, comparativement aux dispositifs de l'état de la technique, comprenant en général un écrou qui exerce une pression radiale sur les griffes lors d'un déplacement axial, via un plan d'appui incliné, par exemple une portion tronconique, le serrage par bande tel que proposé par le présent exposé présente moins de pertes d'énergie par frottement. L'effort que doit générer l'utilisateur, i.e. le couple exercé sur la pièce rotative, est donc bien inférieur à celui nécessaire dans les dispositifs de l'état de la technique pour obtenir un serrage des griffes sur un câble électrique équivalent. Ainsi, grâce à la poignée selon le présent exposé, la course circonférentielle de la pièce rotative peut être très courte (par exemple un quart de tour), et la force de serrage exercée sur le câble électrique très importante.

[0010] Dans certains modes de réalisation, la bande ou équivalent présente une première extrémité circonférentielle reliée à la pièce rotative et une deuxième extrémité circonférentielle, opposée à la première extrémité circonférentielle selon la direction circonférentielle, reliée à une embase configurée pour être bloquée en rotation selon au moins le premier sens circonférentiel par rapport au carter.

[0011] En d'autres termes, la première extrémité circonférentielle de la bande est couplée en rotation, au moins selon le premier sens circonférentiel, avec la pièce rotative, tandis que la deuxième extrémité circonférentielle est couplée à l'embase qui est bloquée en rotation selon le premier sens circonférentiel. On assure ainsi un couplage entre la pièce rotative et la bande tandis qu'une extrémité de la bande est bloquée en rotation selon le premier sens circonférentiel, grâce à quoi la bande peut être facilement mise sous tension et exercer un effort radial sur les griffes. Ceci présente également l'avantage de réduire les contraintes superflues (i.e. qui ne sont pas strictement radiales) exercées par la bande sur la pièce de griffes, et d'exercer principalement des contraintes radiales sur les griffes. Le serrage est ainsi d'autant plus efficace tandis que la fiabilité de la pièce de griffes est accrue (contraintes réduites).

[0012] Par exemple, la première extrémité est directement fixée à la pièce rotative, par exemple par un pion, un rivet, ou une vis, tandis que la bande et l'embase forment ensemble une seule et même pièce. Une telle configuration permet de réduire le nombre de pièces, assure une grande fiabilité du couplage entre l'embase et la bande, tout en permettant un assemblage facile entre la bande et la pièce rotative.

[0013] Par exemple, la poignée comprend uniquement deux bandes ou équivalent.

[0014] Dans certains modes de réalisation, la bande ou équivalent est reliée à l'embase par un bras s'étendant axialement. [0015] On comprend donc que la deuxième extrémité circonférentielle de chaque bande est reliée indirectement à l'embase via un bras. Ceci permet de déporter axialement la position de l'embase par rapport à la position de la ou des bandes (les bandes pouvant ne pas toute présenter la même position axiale), grâce à quoi l'encombrement général peut être optimisé.

[0016] Dans certains modes de réalisation, l'embase est couplée en rotation avec la pièce de griffes.

[0017] Une telle configuration permet de minimiser les pertes d'énergie en frottement lors du serrage de la bande entre les griffes de la pièce de griffes et la bande. Ceci permet également de faciliter l'assemblage de la poignée, par exemple en procédant à un préassemblage de l'embase avec la pièce de griffes, avant de monter le tout au sein du carter. Par exemple, ceci permet de bloquer uniquement la pièce de griffe en rotation au sein du carter. Ceci peut également permettre de disposer la bande dans une position prédéterminée par rapport à la pièce de griffes, grâce à quoi on peut prévoir que le bras éventuel et/ou la bande coopère d'une manière particulière avec une ou plusieurs griffes prédéterminées.

[0018] Dans certains modes de réalisation, l'embase est disposée axialement entre la pièce de griffes et le carter, le bras étant reçu dans un jour de la pièce de griffes de manière à coopérer en butée selon la direction circonférentielle selon le premier sens circonférentiel et selon un deuxième sens circonférentiel, opposé au premier sens circonférentiel, avec la pièce de griffes.

[0019] En d'autres termes la pièce de griffes présente au moins autant de jours que de bras, chaque bras étant bloqué en rotation, éventuellement avec un jeu, selon la direction circonférentielle, dans les deux sens, par les parois délimitant le jour. Par ailleurs, la pièce de griffes est montée sur le carter en prenant en sandwich l'embase, ce qui assure le blocage de l'embase selon la direction axiale. Une telle structure permet d'assurer un montage simple de l'ensemble, tout en assurant un encombrement réduit. Un tel assemblage peut aussi aider à disposer l'embase par rapport à la pièce de griffes et au carter dans une position relative prédéterminée. En connaissant la position relative de l'embase par rapport au carter et que l'embase est liée à la pièce rotative (via le bras et la bande), la pièce rotative prend également une position prédéterminée par rapport au carter lors de l'assemblage. Cela facilite l'assemblage et le démontage.

[0020] Dans certains modes de réalisation, la pièce de griffes est configurée pour être bloquée en rotation selon au moins un premier sens circonférentiel par rapport au carter, la bande ou équivalent présentant une première extrémité circonférentielle reliée à la pièce rotative et une deuxième extrémité circonférentielle, opposée à la première extrémité circonférentielle selon la direction circonférentielle, reliée à la pièce de griffes.

[0021] En d'autres termes, la première extrémité circonférentielle de la bande est couplée en rotation, au moins selon le premier sens circonférentiel, avec la pièce rotative, tandis que la deuxième extrémité circonférentielle est couplée à la pièce de griffes qui est bloquée en rotation selon le premier sens circonférentiel. On assure ainsi un couplage entre la pièce rotative et la bande tandis qu'une extrémité de la bande est bloquée en rotation selon le premier sens circonférentiel, grâce à quoi la bande peut être facilement mise sous tension et exercer un effort radial sur les griffes.

[0022] Dans certains modes de réalisation, la poignée comprend uniquement deux bandes ou équivalent respectivement fixées à des griffes sensiblement diamétralement opposées.

[0023] Par « sensiblement diamétralement opposé » on entend « diamétralement opposé avec une tolérance de ±30° (plus ou moins trente degrés d'angle) ».

[0024] Une telle configuration permet d'obtenir un bon équilibre entre les contraintes générées dans les griffes de la pièce de griffes pour la retenue des bandes, et un serrage homogène et satisfaisant sur l'ensemble des griffes grâce aux deux bandes montées diamétralement opposées sur la pièce de griffes.

[0025] Par exemple, pour l'assemblage de la bande avec la pièce de griffes, la deuxième extrémité circonférentielle de la bande ou équivalent présente une tige s'étendant axialement, la tige étant engagée axialement dans un logement correspondant d'une griffe de la pièce de griffes. Une telle configuration permet un assemblage aisé tout en assurant une fixation fiable. [0026] Par exemple, la/les griffe(s) sur laquelle/lesquelles est/sont fixée(s) la/les bande(s) comprend/comprennent une portion s'étendant radialement dans laquelle est ménagée le logement. Par exemple, le logement est un trou borgne ou traversant. Une telle configuration permet d'assurer une bonne résistance de la griffe, au niveau du logement, formant ainsi un point d'ancrage robuste pour la fixation de la bande.

[0027] Dans certains modes de réalisation, la bande ou équivalent présente une première extrémité circonférentielle reliée à la pièce rotative et une deuxième extrémité circonférentielle, opposée à la première extrémité circonférentielle selon la direction circonférentielle, reliée au carter.

[0028] En d'autres termes, la première extrémité circonférentielle de la bande est couplée en rotation, au moins selon le premier sens circonférentiel, avec la pièce rotative, tandis que la deuxième extrémité circonférentielle est couplée au carter, pièce de référence par rapport à laquelle la pièce rotative tourne. On assure ainsi un couplage entre la pièce rotative et la bande tandis qu'une extrémité de la bande est bloquée en rotation selon le premier sens circonférentiel, grâce à quoi la bande peut être facilement mise sous tension et exercer un effort radial sur les griffes. Ceci présente également l'avantage de réduire les contraintes superflues (i.e. qui ne sont pas strictement radiales) exercées par la bande sur la pièce de griffes, et d'exercer principalement des contraintes radiales sur les griffes. Le serrage est ainsi d'autant plus efficace tandis que la fiabilité de la pièce de griffes est accrue (contraintes réduites).

[0029] Dans certains modes de réalisation, la poignée comprend une unique bande ou équivalent présentant une portion ajourée et une portion pleine, la portion pleine s'étendant au travers de la portion ajourée.

[0030] L'unique bande forme donc une boucle fermée enserrant la pièce de griffes, et plus particulièrement les griffes. Ceci permet de répartir de manière homogène les efforts de serrage sur toutes les griffes, tout en présentant un nombre de pièce réduit, ce qui facilite l'assemblage. Par exemple, les extrémités de la bande sont fixées respectivement au carter et à la pièce rotative par un pion, un rivet, ou une vis. Une telle unique bande permet d'obtenir un serrage homogène sur tout le pourtour du câble électrique.

[0031] Dans certains modes de réalisation, la bande ou équivalent coopère avec les griffes sur une portion disposée entre le milieu des griffes et l'extrémité distale des griffes, les griffes étant considérées selon la direction axiale.

[0032] Une telle position axiale relative permet à la bande de coopérer avec les griffes sur une portion permettant de faire fléchir les griffes sans avoir besoin de générer un effort trop important, tout en restant à une certaine distance de l'extrémité distale des griffes pour éviter que les griffes ne se dégagent de la bande.

[0033] Dans certains modes de réalisation, la pièce de griffes comprend un anneau portant les griffes, l'anneau présentant un filetage coopérant avec un filetage complémentaire du carter, l'anneau étant fixé au carter par vissage selon le premier sens circonférentiel.

[0034] Un tel assemblage par vissage permet un montage relativement aisé tout en assurant un blocage de la pièce de griffes en rotation selon le premier sens. On s'assure donc que la pièce de griffes est bien bloquée en rotation dans le premier sens lorsqu'on tourne la pièce rotative dans le premier sens pour serrer la bande. En d'autres termes, on s'assure que la pièce de griffes reste immobile par rapport à la bande et à la pièce rotative au sein du carter lors du serrage de la bande.

[0035] Dans certains modes de réalisation, la poignée comprend un système anti-retour entre la pièce rotative et le carter configuré pour autoriser la rotation de la pièce rotative par rapport au carter selon le premier sens circonférentiel et pour bloquer la rotation de la pièce rotative par rapport au carter selon un deuxième sens circonférentiel opposé au premier sens circonférentiel.

[0036] Un tel système permet de bloquer la pièce rotative en position par rapport au carter lorsqu'on serre la bande. On assure ainsi la permanence du serrage de la bande sur la pièce de griffes. Bien entendu, selon une variante, le système anti-retour est déverrouillable pour pouvoir desserrer la bande lorsque l'utilisateur le désire. Par exemple, le système anti-retour présente des dents et un cliquet qui est engagé par défaut avec les dents, le cliquet pouvant être dégagé des dents. [0037] Dans certains modes de réalisation, la poignée comprend un joint s'étendant au moins en partie à l'intérieur de la pièce de griffes.

[0038] Un tel joint permet d'une part d'assurer l'étanchéité de la poignée entre la pièce de griffes et le câble électrique serré par les griffes, et permet d'autre part de mieux répartir les efforts de serrage exercées par les griffes sur le câble, améliorant ainsi le blocage exercé par le dispositif de presse étoupe.

[0039] Dans certains modes de réalisation, la pièce rotative est clipsée selon la direction axiale avec le carter.

[0040] Un tel montage est robuste et permet de faciliter les opérations d'assemblage de la poignée. Par ailleurs, un tel assemblage axial permet de minimiser les frottements selon la direction circonférentielle, grâce à quoi le serrage de la bande via la pièce rotative est aisé.

BREVE DESCRIPTION DES DESSINS

[0041] L'objet du présent exposé et ses avantages seront mieux compris à la lecture de la description détaillée faite ci-après de différents modes de réalisation donnés à titre d'exemples non limitatifs. Cette description fait référence aux pages de figures annexées, sur lesquelles :

- la figure 1 représente un premier mode de réalisation, vu en perspective,

- la figure 2 représente le premier mode de réalisation vu en éclaté et partiellement en coupe,

- la figure 3 représente le dispositif de presse étoupe assemblé du premier mode de réalisation,

- la figure 4 représente un deuxième mode de réalisation vu en éclaté et partiellement en coupe,

- la figure 5 représente un troisième mode de réalisation vu en éclaté et partiellement en coupe.

DESCRIPTION DETAILLEE

[0042] Une poignée de connexion électrique 10 selon un premier mode de réalisation est décrit en référence aux figures 1, 2 et 3. Dans cet exemple, la poignée est une pièce distincte d'un socle de prise ou de connecteur, et est configurée pour être montée sur un socle de prise ou de connecteur (non représentés).

[0043] La poignée 10 comprend un carter 12, une pièce rotative 14, un dispositif de presse étoupe 16 et un joint 18 reçu en partie dans le dispositif de presse étoupe 16. Le carter 12 présente une direction axiale X, une direction radiale R et une direction circonférentielle C. La pièce rotative 14 est mobile en rotation autour de la direction axiale X par rapport au carter 12. Le carter 12 et la pièce rotative 14 sont montés coaxialement selon la direction axiale X. On note que la pièce rotative 14 est équipée d'une protection 20 configurée pour coopérer avec un câble (non représenté) afin d'éviter des intrusions de poussière ou liquide le long du câble, au sein de la poignée 10. Dans cet exemple le joint 18 et la protection 20 sont en élastomère (pas nécessairement le même) tandis que la pièce rotative 14 et le carter 12 sont en plastique (pas nécessairement le même) rigide (comparativement à l'élastomère).

[0044] Le dispositif de presse étoupe 16 comprend une pièce de griffes 16A et deux bandes 16B. Bien entendu, selon une variante, il pourrait y avoir une seule bande ou plus de deux bandes.

[0045] La pièce de griffes 16A présente une pluralité de griffes 16A1, portées par un anneau 16A2. Dans cet exemple, les griffes 16A1 sont uniformément réparties selon la direction circonférentielles C sur l'anneau 16A2, et s'étendent axialement depuis l'anneau 16A2, l'axe de l'anneau s'étendant selon la direction axiale X. L'anneau 16A2 présente sur sa périphérie extérieure un filetage 16A21 configuré pour coopérer par vissage avec le filetage complémentaire 12A du carter 12 pour la fixation de la pièce de griffes 16 au sein du carter 12. Dans cet exemple, la pièce de griffes 16A est en plastique rigide (comparativement à l'élastomère). Toutefois, la pièce de griffes 16A est en matériau moins rigide que la pièce rotative 14 et le carter 12. Par exemple, la pièce de griffe 16A, la pièce rotative 14 et le carter 12 sont fabriqués à partir d'un même plastique, le plastique du carter 12 et de la pièce rotative 14 est en plus chargé en fibres de verre.

[0046] Les bandes 16B s'étendent selon la direction circonférentielle C, chaque bande 16B s'étendant partiellement en recouvrement selon la direction circonférentielle sur une bande adjacente. Comme cela est visible sur la figure 2, les bandes 16B coopèrent avec les griffes 16A1 sur une portion disposée entre le milieu et l'extrémité distale des griffes 16A1 selon la direction axiale X, les griffes 16A1 étant considérées selon la direction axiale X. Plus précisément, dans cet exemple, les bandes 16B coopère avec une portion d'extrémité distale des griffes 16A1, s'étendant depuis l'extrémité distale des griffes. Chaque bande 16B présente une première extrémité circonférentielle 16B1 fixée à la pièce rotative 14 par une vis 17 (le filetage des vis 17 n'étant pas représenté sur les figures 2 et 3). La deuxième extrémité circonférentielle 16B2 de chacune des bandes 16B, opposée à la première extrémité circonférentielle 16B1 selon la direction circonférentielle C, est fixée à une embase 16C via des bras 16D. Les bras 16D s'étendent selon la direction axiale X. Dans cet exemple, l'embase 16C est unique et porte les deux bras 16D qui eux-mêmes portent chacun un bandes 16B. Dans cet exemple, l'embase 16C, les bras 16D et les bandes 16B forment une seule et même pièce, dans cet exemple en métal (tôle métallique découpée au laser et pliée). Par la suite, et sauf indication contraire, par « pièce de bande » on désigne la pièce 19 formée par l'embase 16C, les bras 16D et les bandes 16B.

[0047] L'extrémité axiale 16D1 de chacun des bras 16D, opposée selon la direction axiale à l'embase 16D, porte une butée axiale 16D2 s'étendant radialement vers l'extérieur et configurée pour coopérer avec une bande 16B de manière à bloquer la bande 16B selon la direction axiale dans le sens opposé à l'embase 16C. En d'autres termes, considérés selon la direction axiale X, la butée 16D2 est disposée à l'opposé de la bande 16B par rapport à l'embase 16C. Cette butée 16D2 permet de guider et de maintenir la bande 16B lors du serrage de cette bande 16B. La loupe de la figure 2 représente cette butée, le bras avec lequel elle coopère n'étant pas représenté pour plus de clarté. On comprend que la bande 16B avec laquelle coopère chaque butée 16D2 est la bande portée par le bras adjacent disposé du côté opposé selon la direction circonférentielle au côté où s'étend la bande portée par le bras de la butée considérée.

[0048] La portion d'extrémité axiale 16D12 de chaque bras 16D, s'étendant sur environ 20% de la longueur axiale du bras 16D depuis l'extrémité axiale 16D1, forme un angle avec le reste du bras 16D. La portion d'extrémité axiale 16D12 est inclinée du côté où s'étend la bande 16B portée par le bras 16D considéré, par rapport au reste du bras. Ceci permet de réduire les frottements avec la bande 16B adjacente coopérant avec la butée 16D2.

[0049] L'anneau 16A2 présente une collerette annulaire 16A22 s'étendant radialement vers l'extérieur dans laquelle sont ménagés deux jours 16A23, chaque jour recevant un bras 16D. Les bords 16A23A et 16A23B de chaque jour 16A23, opposés selon la direction circonférentielle C, coopèrent en butée selon la direction circonférentielle avec un bras 16D. Le bord 16A23A coopère avec un bras 16D selon un premier sens circonférentiel Cl tandis que le bord 16A23B coopère avec le bras 16D selon un second sens circonférentiel C2, opposé au premier sens circonférentiel Cl. Dans cet exemple, l'embase 16C est couplée en rotation autour de la direction axiale X avec la pièce de griffes 16A grâce à ces jours 16A23 recevant les bras 16D.

[0050] Le joint 18 s'étend à l'intérieur des griffes 16A1, et donc de la pièce de griffes 16A et coopère avec les griffes 16A1. Les griffes 16A1 présentent sur leur paroi intérieure une nervure 16A11 qui s'engage avec une rainure 18A du joint, de manière à ce que le joint 18 reste en position par rapport à la pièce de griffes 16A lors du serrage des griffes 16A1 par les bandes 16B. Par ailleurs, le joint 18 présente des portions amincies 18B pour faciliter la déformation radiale du joint 18, et assurer une coopération avec le câble satisfaisante. Le joint 18 présente, à son extrémité axiale opposée à l'extrémité présentant les rainures 18A, une collerette 18C formant un épaulement coopérant axialement avec l'anneau 16A2 de la pièce de griffes 16A. Cette collerette 18C présente des reliefs 180 régulièrement répartis selon la direction circonférentielle C configurés pour coopérer par complémentarité de forme avec des reliefs complémentaires 16A24 de l'anneau 16A2. Grâce à ces reliefs, la base du joint 18 est couplée en rotation avec la pièce de griffes 16A, ce qui permet de conserver un bon positionnement du joint 18 par rapport à la pièce de griffes 16A lors du montage de l'ensemble avec le carter 12. Bien entendu, la coopération des rainures 18A avec les nervures 16A11 participe également au maintien en position selon la direction circonférentielle du joint par rapport à la pièce de griffes 16A lors de l'assemblage de l'ensemble avec le carter 12. [0051] Pour assembler la pièce de griffes 16A, les bandes 16B et le joint 18 au sein du carter 12, on place le joint 18 au sein de la pièce de griffes 16A de sorte que la collerette 18C coopéré axialement avec l'anneau 16A2 de la pièce de griffes 16A, et la pièce de bandes 19 autour de la pièce de griffes 16A, de sorte que l'embase 16C coopère axialement avec la collerette 16A22 de l'anneau 16A2 et que les bras 16D soient logés au sein des jours 16A23. La collerette 18C est disposée à l'opposé des griffes 16A1 selon la direction axiale X par rapport à l'anneau 16A2. L'embase 16C est disposée à l'opposé des griffes 16A1 selon la direction axiale par rapport à la collerette 16A22. On obtient ainsi un ensemble tel que représenté sur la figure 3. On note que les jours 16A23 permettent de positionner la pièce de bande 19, et donc les bandes 16B, à une position relative prédéterminée par rapport à la pièce de griffes 16A. On fixe ensuite les extrémités des bandes 16B sur la pièce rotative 18, à l'aide des vis 17. On visse ensuite la pièce de griffes 16A au sein de carter 12, selon le sens Cl, jusqu'à ce que la pièce de griffes 16A soit bloquée en rotation selon le sens Cl au sein du carter 12. Ce blocage peut être réalisé soit par une fin du filetage 16A21 et/ou 12A, ou bien par coopération en butée axiale de deux épaulements complémentaires, par exemple l'anneau 16A2 contre l'épaulement 12B du carter ou la collerette 16A22 contre l'épaulement 12C du carter. Une fois l'ensemble monté, la collerette 18C1 du joint 18 est axialement prise en sandwich entre (i.e. est enserrée par) l'épaulement 12B du carter 12 et l'anneau 16A2 la pièce de griffes 16A tandis que l'embase 16C est axialement prise en sandwich entre (i.e. est enserrée par) la collerette 16A22 de la pièce de griffes 16A et l'épaulement 12C du carter 12. Grâce à ce montage, l'embase 16C est bloquée en rotation dans le sens Cl par rapport au carter 12, grâce à quoi les premières extrémités 16B1 des bandes 16B, reliée à l'embase 16C via les bras 16D, sont également bloquées en rotation selon le sens Cl. En considérant un certain couple de blocage du vissage de la pièce de griffes 16A avec le carter 12, l'embase 16C (et donc les premières extrémités 16B1 des bandes 16B) est également bloquée en rotation selon le sens C2 par rapport au carter 12. De plus, le desserrage de la pièce à griffes 16A par rapport au carter 14 est notamment rendu difficile à cause du coefficient de frottement du joint 18 qui est pris en sandwich entre la pièce à griffes 16A et le carter 14. Le sens de serrage Cl des bandes 16B autour des griffes 16A1 est le même que le sens d'assemblage de la pièce à griffes 16A dans le carter 14. Ainsi, en utilisation, plus on aura tendance à serrer un câble, plus on bloquera la pièce à griffes 16A dans le carter 14.

[0052] On note qu'au cours de ce montage, la pièce rotative 14 se rapproche axialement du carter 12 de sorte que les languettes 14A de la pièce rotative s'engagent avec la nervure annulaire 12D du carter 12 et coopèrent pas clipsage axial. Ce clipsage autorise les mouvements de rotation de la pièce rotative 14 par rapport au carter 12.

[0053] On note que la pièce rotative 14 présente une lame 14B qui s'engage avec les dents 12E disposées sur la périphérie du carter 12 selon la direction circonférentielle C, formant ainsi un système anti ¬ retour bloquant les mouvements de rotation de la pièce rotative 14 dans le sens C2 mais autorisant les mouvements de la pièce rotative 14 dans le sens Cl. Un levier 14C permet de dégager la lame 14A des dents 12E, grâce à quoi le système anti-retour est débrayable, autorisant lorsqu'il est débrayé la rotation de la pièce rotative 14 selon le sens C2. Dans cet exemple, les dents 12E et la lame 14B coopèrent radialement, mais selon une variante (non représentée) ils pourraient coopérer axialement, la lame et le levier pouvant être remplacés par tout type de mécanisme connu par ailleurs. On comprend que le levier 14C prend alternativement deux positions stables, une position dégagée dans laquelle il coopère avec la lame 14B de sorte qu'elle soit dégagée des dents 12E ou une position engagée dans laquelle il coopère avec la lame 14B de sorte qu'elle soit engagée avec les dents 12E. L'utilisateur peut ainsi facilement manipuler la pièce rotative tant en serrage qu'en desserrage, en positionnant le levier soit en position engagée soit en position dégagée.

[0054] De manière générale, on comprend que la précision angulaire du serrage obtenue grâce au système anti-retour est liée au nombre de dents. En effet, au plus il y a de dents 12E, au plus l'espace angulaire entre deux dents adjacentes est réduit, ce qui permet de réduire le pas angulaire du serrage. Par ailleurs, le présent exemple comprend un seul système lame/levier 14B/14C, mais il pourrait bien entendu en comprendre deux ou plus. Lorsqu'il y a plusieurs systèmes lame/levier 14B/14C, on peut également, et ce de manière connue par ailleurs, augmenter la précision angulaire du serrage en introduisant un certain écart angulaire ou déphasage entre les systèmes lame/levier 14B/14C (i.e. l'écart angulaire entre deux systèmes 14B/14C adjacents n'est pas identique). Ceci permet d'introduire un certain séquencement de coopération avec les dents 12E entre les systèmes 14B/14C.

[0055] Pour serrer le dispositif de presse étoupe 16, on fait tourner la pièce rotative 14 dans le sens Cl par rapport au carter 12. Ceci entraîne la deuxième extrémité 16B2 de chaque bande 16B, qui est fixée à la pièce rotative grâce à la vis 17. Les premières extrémités 16B1 des bandes 16B étant bloquées en rotation par l'embase 16C via les bras 16D, ce mouvement de rotation met en tension les bandes 16B qui serrent ainsi radialement les griffes 16A1 vers l'intérieur de la pièce de griffes 16A. Le système anti-retour permet de bloquer la position circonférentielle relative de la pièce rotative 14 par rapport au carter 12, grâce à quoi la pression sur les griffes 16A1 exercée par les bandes 16B est maintenue. Les griffes 16A1 sont ainsi fléchies vers l'intérieur pour coopérer avec un câble électrique (non représenté), et le bloquer axialement par rapport à la poignée 10. Les bandes 16A étant directement reliées à la pièce rotative 14, le serrage est réalisé sur un angle de rotation très faible (moins de 45°, même pour des câbles électriques de faible section), comparativement aux dispositifs de presse étoupe de l'état de la technique. Pour desserrer le dispositif de presse étoupe 16, il suffit d'actionner le lever 14C pour débrayer le système anti-retour, grâce à quoi on peut tourner la pièce rotative 14 dans le sens C2 et relâcher la tension appliquée sur les bandes 16B, et donc la pression exercée sur les griffes 16A1.

[0056] Une poignée de connexion électrique 100 selon un deuxième mode de réalisation est décrit en référence à la figure 4. Ce mode de réalisation est identique au premier mode de réalisation, excepté la pièce de griffes et les bandes qui présentent une structure différente. Les éléments similaires entre le premier et le deuxième mode de réalisation ne sont pas décrits de nouveau et conservent le même signe de référence.

[0057] Le dispositif de presse étoupe 116 du deuxième mode de réalisation ne présente pas d'embase ni de bras, mais uniquement une pièce de griffes 116A et deux bandes 116B. De manière similaire au premier mode de réalisation, chaque bande 116B s'étend partiellement en recouvrement selon la direction circonférentielle C sur une bande adjacente

[0058] Chaque bande 116B présente une première extrémité circonférentielle 116B1 fixée à la pièce rotative 14 par une vis 17 (le filetage des vis 17 n'étant pas représenté sur la figure 4). La deuxième extrémité circonférentielle 116B2 de chacune des bandes 116B, opposée à la première extrémité circonférentielle 116B1 selon la direction circonférentielle C, est fixée à une dent 116A2 de la pièce de griffes 116A. Dans cet exemple, le dispositif de presse étoupe 116 présente uniquement deux bandes 116B qui sont respectivement fixées à des griffes 116A2 diamétralement opposées.

[0059] Les griffes 116A1 et 116A2 présentent chacune une portion 116A11 s'étendant radialement vers l'extérieur de la pièce de griffes 116A. Dans les portions 116A11 des deux griffes 116A2 sont ménagés des logements 116A21, dans cet exemple des trous traversant s'étendant axialement, recevant une tige 116C s'étendant axialement depuis la deuxième extrémité circonférentielle 116B2 de chaque bande 116B. Par ailleurs, les griffes 116A2 sont équipées de raidisseurs 116A22 pour améliorer leur résistance en flexion. Dans cet exemple, les raidisseurs 116A22 sont formés par une paire de nervures axiale. On note que les portions 116A11 des griffes 116A1 forment de butées axiales comparables aux butées 16D2 du premier mode de réalisation, qui coopèrent avec les bandes 116B afin de les guider et de les maintenir lors du serrage. Les griffes 116A2 diffèrent des griffes 116A1 uniquement en ce qu'elles présentent un logement 116A21 et des raidisseurs 116A22

[0060] L'assemblage et le fonctionnement de la poignée 100 selon le deuxième mode de réalisation est similaire à l'assemblage et fonctionnement de la poignée 10 selon le premier mode de réalisation, et ne sont donc pas décrits de nouveau, la seule différence étant que, pour le montage, les bandes 116B sont fixées d'abord sur la pièce à griffes 116A, ensuite sur la pièce rotative 14, et ensuite le joint 18 est introduit dans la pièce à griffes 116A.

[0061] Une poignée de connexion électrique 200 selon un troisième mode de réalisation est décrit en référence à la figure 5. Ce troisième mode de réalisation est identique au deuxième mode de réalisation, excepté les bandes et le carter. Les éléments similaires entre le premier et deuxième mode de réalisation d'une part et le troisième mode de réalisation d'autre part ne sont pas décrits de nouveau et conserver le même signe de référence.

[0062] Le dispositif de presse étoupe 216 du troisième mode de réalisation présente la même pièce de griffe 116A que celle du deuxième mode de réalisation, et une unique bande 216B.

[0063] La bande 216B présente une première extrémité circonférentielle 216B1 fixée à la pièce rotative 14 par une vis 17 (le filetage des vis 17 n'étant pas représenté sur la figure 5). La deuxième extrémité circonférentielle 216B2 de la bande 216B, opposée à la première extrémité circonférentielle 216B1 selon la direction circonférentielle C, est fixée au carter 212 par une vis 17. On note que le carter 212 diffère du carter 12 uniquement en ce qu'il présente un alésage 213 pour recevoir une vis de fixation 17.

[0064] La bande 216B forme un boucle fermée selon la direction circonférentielle C et présente une portion ajourée 216B3 et une portion pleine 216B4, la portion pleine 216B4 s'étendant au travers de la portion ajourée 216B3.

[0065] L'assemblage et le fonctionnement de la poignée 200 selon le troisième mode de réalisation est similaire à l'assemblage et fonctionnement des poignées 10 et 100 selon les premier et deuxième modes de réalisation, et ne sont donc pas décrits de nouveau.

[0066] Bien que la présente invention ait été décrite en se référant à des exemples de réalisation spécifiques, il est évident que des modifications et des changements peuvent être effectués sur ces exemples sans sortir de la portée générale de l’invention telle que définie par les revendications. En particulier, des caractéristiques individuelles des différents modes de réalisation illustrés/mentionnés peuvent être combinées dans des modes de réalisation additionnels. Par conséquent, la description et les dessins doivent être considérés dans un sens illustratif plutôt que restrictif.