Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ELECTRONIC DEVICE WITH PROCESSING MODULE ACTING IN A CONFIGURABLE MANNER ON A RESONANCE FREQUENCY OF A GROUND LOOP
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/068979
Kind Code:
A1
Abstract:
An electronic device (DE) comprises an electronic card (CE) equipped with: - a main area coupled to an element (EM) defining a reference ground and to an electrical device, via a shielded electrical cable (CA) and in which a stray current flows resonating at a resonance frequency, - an auxiliary area (ZA) containing a separate ground plane (PM) connected to the shielding, - a processing module (MT) interconnecting the main area (ZP) and auxiliary (ZA) area and configurable in order to induce a shift of the resonance frequency in a frequency band chosen among several and/or an attenuation of the magnitude of the stray current chosen among several, and - control means (MC) generating a configuration command associated with the chosen frequency band and/or the chosen attenuation depending on a frequency band to be protected.

Inventors:
MARTY, Alexis (112 Avenue Claude Nicolas Ledoux, Magny Les Hameaux, 78114, FR)
Application Number:
FR2018/052221
Publication Date:
April 11, 2019
Filing Date:
September 12, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PSA AUTOMOBILES SA (2-10 Boulevard de l'Europe, Poissy, 78300, FR)
International Classes:
H05K1/02; H04B15/02
Domestic Patent References:
WO2015164445A12015-10-29
Foreign References:
US20140071644A12014-03-13
US4074076A1978-02-14
JP2011009291A2011-01-13
US20150123492A12015-05-07
DE102011087910A12013-02-28
Attorney, Agent or Firm:
JEANNIN, Laurent (PSA Automobiles SA, VEIP - VV1400Route de Gisy, Velizy Villacoublay, 78140, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif électronique (DE) comprenant une carte électronique (CE) munie i) d'une zone principale (ZP) propre à être couplée à un élément (EM) définissant une masse de référence et à un équipement électrique (EE), via un câble électrique (CA) muni d'un blindage (BC) et dans lequel circule un courant parasite entrant en résonance à au moins une fréquence de résonance, et ii) d'une zone auxiliaire (ZA) contenant un plan de masse (PM) séparé et auquel est propre à être connecté ledit blindage (BC), caractérisé en ce que ladite carte électronique (CE) comprend en outre un module de traitement (MT) interconnectant entre elles lesdites zones principale (ZP) et auxiliaire (ZA) et paramétrable en fonction d'une commande de paramétrage reçue afin d'induire un décalage de ladite fréquence de résonance dans une bande de fréquences choisie parmi au moins deux bandes de fréquences prédéfinies et/ou une atténuation d'une intensité dudit courant parasite pour ladite fréquence de résonance choisie parmi au moins deux atténuations prédéfinies, et en ce qu'il comprend en outre des moyens de commande (MC) générant une commande de paramétrage associée à l'une desdites bandes de fréquences prédéfinies et/ou à l'une desdites atténuations prédéfinies en fonction d'au moins une bande de fréquences à protéger.

2. Dispositif selon la revendication 1 , caractérisé en ce que lesdits moyens de commande (MC) déterminent chaque commande de paramétrage adaptée à chaque bande de fréquences à protéger dans une table de correspondance établissant une correspondance entre lesdites bandes de fréquences à protéger, lesdites bandes de fréquences prédéfinies et/ou lesdites atténuations prédéfinies, et des commandes de paramétrage.

3. Dispositif selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce que ledit module de traitement (MT) comporte au moins un composant résistif de résistance variable, ou au moins deux composants résistifs de résistances différentes et sélectionnâmes individuellement, ou un composant inductif d'inductance variable, ou au moins deux composants inductifs d'inductances différentes et sélectionnâmes individuellement, ou un premier groupe d'au moins deux composants (Cj) couplés entre eux et choisis parmi un composant résistif de résistance variable, un composant inductif d'inductance variable et un composant capacitif de capacité variable, ou un second groupe d'au moins quatre composants (Cj) d'au moins deux types différents, couplés entre eux et choisis parmi au moins deux composants résistifs de résistances différentes et sélectionnâmes individuellement, au moins deux composants inductifs d'inductances différentes et sélectionnâmes individuellement, et au moins deux composants capacitifs de capacités différentes et sélectionnâmes individuellement.

4. Dispositif selon la revendication 3, caractérisé en ce que ladite zone auxiliaire (ZA) comprend une partie (PZ) intercalée entre ledit plan de masse (PM) et ladite zone principale (ZP) et comprenant au moins une liaison électrique (L2) définissant des bornes de connexion pour au moins un composant (Cj) dudit module de traitement (MT) ou pour une connexion audit plan de masse (PM) ou à un interrupteur commandé (11 ), et en ce que ladite carte électronique (CE) comprend au moins une autre liaison (L3) définissant une autre borne de connexion pour l'un desdits composants (Cj) dudit module de traitement (MT) et interconnectant ladite partie (PZ) à ladite zone principale (ZP) directement ou via un interrupteur commandé (12).

5. Dispositif selon la revendication 4, caractérisé en ce que ladite partie (PZ) de la zone auxiliaire (ZA) comprend en outre au moins un autre interrupteur commandé couplé à au moins deux liaisons électriques (L2) afin de les interconnecter ou de ne pas les interconnecter selon ladite commande de paramétrage reçue.

6. Dispositif selon la revendication 4 ou 5, caractérisé en ce que lesdites liaisons électriques (L2, L3) sont des circuits imprimés.

7. Dispositif selon l'une des revendications 1 à 6, caractérisé en ce que ladite carte électronique (CE) est une carte à circuits imprimés.

8. Dispositif selon l'une des revendications 1 à 7, caractérisé en ce que lesdits moyens de commande (MC) font partie de ladite carte électronique (CE).

9. Dispositif selon l'une des revendications 1 à 8, caractérisé en ce qu'il constitue un calculateur ou un récepteur d'ondes radioélectriques. 10. Véhicule comprenant un élément (EM) définissant une masse de référence et au moins un équipement électrique (EE) connecté à un câble électrique (CA) muni d'un blindage (BC) et dans lequel circule un courant parasite entrant en résonance à au moins une fréquence de résonance, caractérisé en ce qu'il comprend en outre au moins un dispositif électronique (DE) selon l'une des revendications précédentes, auquel est couplé ledit câble électrique (CA) et couplé audit élément (EM).

Description:
DISPOSITIF ÉLECTRONIQUE À MODULE DE TRAITEMENT AGISSANT DE FAÇON PARAMÉTRABLE SUR UNE FRÉQUENCE DE RÉSONANCE

D'UNE BOUCLE DE MASSE.

L'invention concerne les dispositifs électroniques comprenant une carte électronique couplée à un équipement électrique via un câble électrique blindé et à un élément définissant une masse de référence via une liaison électrique ou une capacité parasite.

Dans les dispositifs électroniques définis ci-avant, il arrive fréquemment que la carte électronique soit munie d'une zone principale et d'une zone auxiliaire qui sont séparées électriquement et physiquement l'une de l'autre. Cette zone principale est destinée à être couplée à l'élément qui définit la masse de référence, via une liaison électrique ou une capacité parasite, et à un équipement électrique, via un câble électrique muni d'un blindage et constituant, par exemple et non limitativement, une interface LVDS ( « Low Voltage Différentiel Signaling » - signalisation différentielle basse-tension), Ethernet ou A2B® (« Automotive Audio Bus® » de la société Analog Device). Par ailleurs, cette zone auxiliaire contient un plan de masse auquel le blindage du câble électrique doit être connecté.

Dans de nombreuses situations, le blindage du câble électrique, l'élément définissant la masse de référence (par exemple un châssis d'un véhicule automobile), la liaison électrique (ou la capacité parasite) couplant la carte électronique et cet élément, et une capacité parasite (ou une autre liaison électrique) couplant l'équipement électrique et cet élément forment ensemble une boucle dite de masse dans laquelle circule un courant parasite ayant une fréquence pouvant entrer en résonance avec au moins une fréquence dite de résonance.

Comme le sait l'homme de l'art, la circulation de ce courant parasite dans la boucle de masse engendre un rayonnement qui induit des perturbations électromagnétiques pénalisantes pour certaines fonctions, comme par exemple la réception d'ondes radioélectriques. La fréquence de résonance précitée peut varier en fonction de différents paramètres du système considéré, comme par exemple les longueurs du câble électrique blindé et des liaisons électriques de masse, l'implantation géométrique du câble électrique blindé et des liaisons électriques de masse, et les dimensions et l'impédance de la boucle de masse. Par conséquent, certaines bandes de fréquences (par exemple critiques pour la réception d'ondes radioélectriques) peuvent être plus ou moins impactées d'un système à un autre ou d'une déclinaison d'un système à une autre déclinaison de ce même système.

Cet inconvénient s'avère particulièrement ennuyeux lorsqu'il est difficile, voire impossible, de modifier l'environnement d'un dispositif ou équipement électronique, et/ou de déplacer un dispositif ou équipement électronique, et/ou de changer la longueur du câble électrique blindé et/ou les longueurs des liaisons électriques de masse, et/ou de modifier la carte électronique.

Il a certes été proposé dans le document brevet DE 10201 1087910 d'agir au niveau de la source des perturbations électromagnétiques en décalant la fréquence d'horloge du microcontrôleur (ou la fréquence de découpage d'un convertisseur DC/DC) qui les engendre en fonction de la fréquence radio qui a été sélectionnée par l'usager d'un récepteur de radiocommunication. Cependant il n'est pas toujours possible de décaler la fréquence d'horloge d'un microcontrôleur (notamment en temps réel). En outre, cette solution est inapplicable lorsqu'il est impossible d'agir sur la source des perturbations électromagnétiques.

L'invention a donc notamment pour but d'améliorer la situation.

Elle propose notamment à cet effet un dispositif électronique comprenant une carte électronique munie, d'une part, d'une zone principale propre à être couplée à un élément définissant une masse de référence et à un équipement électrique, via un câble électrique muni d'un blindage et dans lequel circule un courant parasite entrant en résonance à au moins une fréquence de résonance, et, d'autre part, d'une zone auxiliaire contenant un plan de masse séparé auquel est propre à être connecté ce blindage.

Ce dispositif électronique se caractérise par le fait : - que sa carte électronique comprend également un module de traitement interconnectant entre elles les zones principale et auxiliaire et paramétrable en fonction d'une commande de paramétrage reçue afin d'induire un décalage de la/d'une fréquence de résonance dans une bande de fréquences qui est choisie parmi au moins deux bandes de fréquences prédéfinies et/ou une atténuation d'une intensité du/d'un courant parasite pour la/une fréquence de résonance qui est choisie parmi au moins deux atténuations prédéfinies, et

- qu'il comprend également des moyens de commande générant une commande de paramétrage associée à l'une des bandes de fréquences prédéfinies et/ou à l'une des atténuations prédéfinies en fonction d'au moins une bande de fréquences à protéger.

Chaque décalage et/ou chaque atténuation paramétrable(s) permet(tent) de rendre minimales les perturbations électromagnétiques pour chaque bande de fréquences à protéger à l'instant considéré, et donc de ne pas (ou quasiment pas) pénaliser la fonction qui utilise cette bande de fréquences.

Le dispositif électronique selon l'invention peut comporter d'autres caractéristiques qui peuvent être prises séparément ou en combinaison, et notamment :

- les moyens de commande peuvent déterminer chaque commande de paramétrage adaptée à chaque bande de fréquences à protéger dans une table de correspondance établissant une correspondance entre les bandes de fréquences à protéger, les bandes de fréquences prédéfinies et/ou les atténuations prédéfinies, et des commandes de paramétrage ;

- le module de traitement peut comporter au moins un composant résistif de résistance variable, ou au moins deux composants résistifs de résistances différentes et sélectionnâmes individuellement, ou un composant inductif d'inductance variable, ou au moins deux composants inductifs d'inductances différentes et sélectionnâmes individuellement, ou un premier groupe d'au moins deux composants couplés entre eux et choisis parmi un composant résistif de résistance variable, un composant inductif d'inductance variable et un composant capacitif de capacité variable, ou encore un second groupe d'au moins quatre composants d'au moins deux types différents, couplés entre eux et choisis parmi au moins deux composants résistifs de résistances différentes et sélectionnables individuellement, au moins deux composants inductifs d'inductances différentes et sélectionnables individuellement, et au moins deux composants capacitifs de capacités différentes et sélectionnables individuellement ;

> la zone auxiliaire peut comprendre une partie intercalée entre le plan de masse et la zone principale et comprenant au moins une liaison électrique définissant des bornes de connexion pour au moins un composant du module de traitement ou pour une connexion au plan de masse ou à un interrupteur commandé. Dans ce cas, sa carte électronique comprend au moins une autre liaison définissant une autre borne de connexion pour l'un des composants du module de traitement et interconnectant la partie intercalée à la zone principale directement ou via un interrupteur commandé ;

• la partie intercalée de la zone auxiliaire peut aussi comprendre au moins un autre interrupteur commandé couplé à au moins deux liaisons électriques afin de les interconnecter ou de ne pas les interconnecter selon la commande de paramétrage reçue ;

• les liaisons électriques peuvent être des circuits imprimés ;

- sa carte peut être une carte à circuits imprimés ;

- ses moyens de commande peuvent faire partie de la carte électronique ;

- il peut, par exemple, constituer un calculateur (électronique) ou un récepteur d'ondes radioélectriques.

L'invention propose également un véhicule, éventuellement de type automobile, et comprenant un élément définissant une masse de référence, au moins un équipement électrique connecté à un câble électrique muni d'un blindage et dans lequel circule un courant parasite ayant au moins une fréquence de résonance, et au moins un dispositif électronique du type de celui présenté ci-avant, auquel est couplé ce câble électrique et couplé à cet élément. D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront à l'examen de la description détaillée ci-après, et des dessins annexés, sur lesquels :

- la figure 1 illustre schématiquement et fonctionnellement un exemple de dispositif électronique selon l'invention couplé à un élément définissant un plan de masse et à un équipement électrique,

- la figure 2 illustre schématiquement, dans une vue en perspective, une partie d'un premier exemple de réalisation d'un dispositif électronique selon l'invention auquel est couplé le blindage d'un câble électrique,

- la figure 3 illustre schématiquement et fonctionnellement, dans une vue du dessus, une partie d'un second exemple de réalisation d'une carte électronique d'un dispositif électronique selon l'invention, et

- la figure 4 illustre schématiquement au sein d'un diagramme l'évolution du niveau d'émission (en dB) d'un courant parasite en fonction de la fréquence (en Hz) en l'absence d'un module de traitement (c1 ), en présence d'un premier exemple de module de traitement (c2), et en présence d'un second exemple de module de traitement (c3).

L'invention a notamment pour but de proposer un dispositif électronique DE, d'une part, comprenant une carte électronique CE destinée à être couplée à un équipement électrique EE, via un câble électrique blindé CA, et à un élément EM définissant une masse de référence, et, d'autre part, capable d'agir de façon paramétrable sur un courant parasite pour réduire autant que possible les perturbations électromagnétiques qu'il induit.

On considère dans ce qui suit, à titre d'exemple non limitatif, que le dispositif électronique DE, l'équipement électrique EE et l'élément EM font partie d'un véhicule automobile, comme par exemple une voiture. Mais l'invention n'est pas limitée à cette application. En effet, le dispositif électronique DE, l'équipement électrique EE et l'élément EM peuvent faire partie de tout système, et notamment d'un véhicule (terrestre, maritime (ou fluvial) ou aérien), d'une installation (éventuellement de type industriel), d'un appareil (éventuellement grand public), ou d'un bâtiment.

Sur la figure 1 se trouve schématiquement et fonctionnellement illustré un exemple de dispositif électronique DE selon l'invention, couplé à un élément EM définissant un plan de masse et à un équipement électrique EE.

A titre d'exemple, lorsque le système est un véhicule automobile, l'élément EM peut être une partie du châssis, le dispositif électronique DE peut être un calculateur électronique ou un récepteur d'ondes radioélectriques (éventuellement un autoradio), et l'équipement électrique EE peut être un autre calculateur électronique.

Comme illustré, un dispositif électronique DE, selon l'invention, comprend une carte électronique CE couplée, d'une part, à un équipement électrique EE, via un câble électrique CA muni d'un blindage BC, et, d'autre part, à un élément EM. Par exemple, cette carte électronique CE peut être une carte à circuits imprimés.

Dans l'exemple illustré non limitativement sur les figures 1 et 2, la carte électronique CE est couplée à l'élément EM via une première liaison électrique L1 , et l'équipement électrique EE est couplé à l'élément EM par une capacité parasite CP. L'équipement électrique EE est donc ici « flottant » (c'est-à-dire ayant pour masse celle du câble blindé CA). Cette première liaison électrique L1 peut, par exemple, être un fil électrique muni d'une gaine isolante, comme dans l'exemple illustré sur la figure 1 , ou une petite colonne métallique munie de vis, comme dans l'exemple illustré sur la figure 2.

On notera que dans une première variante de réalisation, la carte électronique CE pourrait être couplée à l'élément EM via une première liaison électrique L1 , et l'équipement électrique EE pourrait être couplé à l'élément EM par une autre liaison électrique. Dans une seconde variante de réalisation, la carte électronique CE pourrait être couplée à l'élément EM via une capacité parasite CP, et l'équipement électrique EE pourrait être couplé à l'élément EM par la première liaison électrique L1 . Dans cette seconde variante (opposée de celle illustrée), c'est désormais le dispositif électronique DE qui est flottant.

Comme cela est illustré sur la figure 2, la carte électronique CE, d'un dispositif électronique DE selon l'invention, est munie d'une zone principale ZP et d'une zone auxiliaire ZA qui sont séparées électriquement et physiquement l'une de l'autre, mais destinées à être couplées via un module de traitement MT décrit plus loin. La zone principale ZP est couplée à l'élément EM, qui définit une masse de référence afin d'être placée à une tension de référence nulle (0 V), ici via la première liaison électrique L1 , et à l'équipement électrique EE via le câble électrique CA blindé.

La zone auxiliaire ZA contient un plan de masse PM séparé et auquel est connecté le blindage BC du câble électrique CA, via une liaison de couplage LC. Cette dernière (LC) peut, par exemple, être soudée et/ou vissée.

La première liaison électrique L1 , l'élément EM, le blindage BC du câble électrique CA, la capacité parasite CP et l'éventuelle autre liaison électrique forment ici ensemble une boucle de masse dans laquelle circule un courant parasite entrant en résonance à au moins une fréquence de résonance et sur lequel on veut agir de façon paramétrable pour qu'il perturbe le moins possible au moins une bande de fréquences à protéger bpk. L'indice k désigne ici les différentes bandes de fréquences pouvant être protégées et dont le nombre peut prendre n'importe quelle valeur supérieure ou égale à un (1 ). A titre d'exemple, une bande de fréquences à protéger bpk peut être une bande comprenant une fréquence radio qui a été sélectionnée par l'usager d'un récepteur de radiocommunication.

La carte électronique CE comprend également un module de traitement MT, qui interconnecte entre elles les zones principale ZP et auxiliaire ZA, et des moyens de commande MC.

Ce module de traitement MT est paramétrable en fonction d'une commande de paramétrage reçue afin d'induire un décalage de la (chaque) fréquence de résonance dans une bande de fréquences qui est choisie parmi au moins deux bandes de fréquences prédéfinies bfn et/ou une atténuation de l'intensité du courant parasite, pour la (chaque) fréquence de résonance, qui est choisie parmi au moins deux atténuations prédéfinies a m . L'indice n désigne ici les différentes bandes de fréquences dans lesquelles une fréquence de résonance peut être décalée par l'action du module de traitement MT et dont le nombre peut prendre n'importe quelle valeur supérieure ou égale à deux (2). L'indice m désigne ici les différentes atténuations pouvant être appliquées au courant parasite par l'action du module de traitement MT et dont le nombre peut prendre n'importe quelle valeur supérieure ou égale à deux (2).

Les moyens de commande MC sont agencés de manière à générer les différentes commandes destinées à paramétrer le module de traitement MT en fonction des besoins. Chaque commande de paramétrage est associée à l'une des bandes de fréquences prédéfinies bf n et/ou à l'une des atténuations prédéfinies a m en fonction d'au moins une bande de fréquences à protéger bpk.

On comprendra qu'en fonction des besoins, et plus précisément de la (des) bande(s) de fréquences à protéger bpk, la commande de paramétrage générée va :

- soit induire un paramétrage destiné à décaler la (chaque) fréquence de résonance dans une bande de fréquences prédéfinie bfn, différente de la (des) bande(s) de fréquences à protéger bpk,

- soit induire un paramétrage destiné à atténuer de façon prédéfinie (a m ) l'intensité du courant parasite pour que la (chaque) fréquence de résonance ne perturbe pas la (les) bande(s) de fréquences à protéger bpk,

- soit induire un paramétrage destiné non seulement à décaler la (chaque) fréquence de résonance dans une bande de fréquences prédéfinie bfn, différente de la (des) bande(s) de fréquences à protéger bpk, mais également à atténuer de façon prédéfinie (a m ) l'intensité du courant parasite pour que la (chaque) fréquence de résonance ne perturbe pas la (les) bande(s) de fréquences à protéger bpk.

Grâce à chaque décalage et/ou chaque atténuation, les perturbations électromagnétiques deviennent minimales pour chaque bande de fréquences à protéger bpk, et donc la fonction qui utilise cette dernière (bpk) n'est pas, ou quasiment pas, pénalisée. Par exemple, lorsque la fonction consiste en la réception d'ondes radioélectriques, la qualité de réception n'est pas, ou quasiment pas, dégradée, y compris lorsque l'usager change de bande de fréquences de réception (en sélectionnant un autre type d'ondes radioélectriques ou une autre station radiophonique ou encore une autre bande de fréquences de communication).

Par exemple, les moyens de commande MC peuvent stocker une table de correspondance établissant une correspondance entre les différentes bandes de fréquences à protéger bpk, les différentes bandes de fréquences prédéfinies bf n et/ou les différentes atténuations prédéfinies a m , et des commandes de paramétrage. Dans ce cas, les moyens de commande MC peuvent être agencés de manière à déterminer chaque commande de paramétrage adaptée à chaque bande de fréquences à protéger bpk dans cette table de correspondance stockée.

Cette table de correspondance peut, par exemple, être préalablement déterminée en usine ou en laboratoire pendant une phase de tests du système concerné (par exemple un véhicule automobile). En variante, la boucle de masse peut être représentée par un modèle théorique qui sert à déterminer par le calcul (au moyen d'un logiciel) chaque fréquence de résonance qu'elle va induire. Ce modèle théorique comprend notamment les dimensions et caractéristiques physiques respectives des constituants de la boucle de masse, y compris de chaque capacité parasite CP. Puis, on détermine par le calcul, pour ce modèle théorique de boucle de masse, les différentes bandes de fréquences prédéfinies bfn et/ou les différentes atténuations prédéfinies a m pour chaque bande de fréquences à protéger bpk. Enfin, on peut déterminer par le calcul le module de traitement MT permettant d'induire les différents décalages dans ces bandes de fréquences prédéfinies bfn et/ou ces différentes atténuations prédéfinies a m pour chaque bande de fréquences à protéger bpk au sein du système considéré.

A titre d'exemple, le module de traitement MT peut comporter :

- au moins un composant résistif C2 de résistance variable (au moyen d'au moins un autre composant électronique contrôlable par une commande), ou

- au moins deux composants résistifs C2 de résistances différentes et sélectionnâmes individuellement (au moyen d'au moins un interrupteur contrôlable par une commande), ou

- au moins un composant inductif C1 d'inductance variable (au moyen d'au moins un autre composant électronique contrôlable par une commande), ou

- au moins deux composants inductifs C1 d'inductances différentes et sélectionnables individuellement (au moyen d'au moins un interrupteur contrôlable par une commande), ou

- un premier groupe d'au moins deux composants Cj couplés entre eux et choisis parmi un composant résistif C2 (j = 2) de résistance variable, un composant inductif C1 (j = 1 ) d'inductance variable et un composant capacitif C3 (j = 3) de capacité variable, ou encore

- un second groupe d'au moins quatre composants Cj d'au moins deux types différents, couplés entre eux et choisis parmi au moins deux composants résistifs C2 (j = 2) de résistances différentes et sélectionnables individuellement, au moins deux composants inductifs C1 (j = 1 ) d'inductances différentes et sélectionnables individuellement, et au moins deux composants capacitifs C3 (j = 3) de capacités différentes et sélectionnables individuellement.

Dans le premier exemple illustré non limitativement sur la figure 2, le module de traitement MT comprend un composant résistif C2, de résistance variable, et un composant capacitif C3, de capacité variable, qui sont montés en série et définissent un circuit RC.

Afin de faciliter l'installation du module de traitement MT sur la carte électronique CE, cette dernière (CE) peut comporter au moins une deuxième liaison électrique L2 et au moins une troisième liaison électrique L3, comme illustré non limitativement sur les figures 2 et 3. Plus précisément, la zone auxiliaire ZA peut comprendre une partie tampon PZ intercalée entre le plan de masse PM et la zone principale ZP et comprenant au moins une deuxième liaison électrique L2 définissant des bornes de connexion pour au moins un composant Cj du module de traitement MT ou pour une connexion au plan de masse PM ou à un interrupteur commandé 11 , et la carte électronique CE peut comprendre au moins une troisième liaison L3 interconnectant cette partie PZ à la zone principale ZP, directement ou via un interrupteur commandé 12, et définissant une autre borne de connexion pour l'un des composants Cj du module de traitement MT.

En présence de la dernière option, la partie tampon PZ de la zone auxiliaire ZA peut aussi comprendre au moins un autre interrupteur commandé couplé à au moins deux deuxièmes liaisons électriques L2 afin de les interconnecter ou de ne pas les interconnecter selon la commande de paramétrage reçue. Cette option est destinée à permettre la réalisation temporaire (selon les besoins) de différentes combinaisons de composants Ci.

Cette option est illustrée, non limitativement dans le second exemple de la figure 3. Plus précisément, dans ce second exemple le module de traitement MT comprend un composant résistif C2, de résistance variable, un composant inductif C1 , d'inductance variable, et un composant capacitif C3, de capacité variable, qui sont montés en série, avec interposition d'interrupteurs 11 et 12, afin de définir selon les besoins soit un circuit RLC (paramétrage illustré), soit un circuit RL (paramétrage non illustré).

On comprendra que chaque composant Cj du module de traitement MT est soudé à une borne de l'une au moins des deuxièmes liaisons électriques L2 et qu'un composant Cj (ici C2) de ce module de traitement MT est soudé à une borne de l'une des deuxièmes liaisons électriques L2 et à une borne d'une troisième liaison électrique L3.

On notera également que les deuxième(s) L2 et troisième(s) L3 liaisons électriques peuvent être des circuits imprimés, bien que cela ne soit pas obligatoire.

On notera également que les moyens de commande MC peuvent faire partie de la carte électronique CE, comme illustré non limitativement sur les figures 1 à 3. Mais cela n'est pas obligatoire. En effet, ils pourraient être installés dans un calculateur, ou bien comprendre un calculateur, installé dans le système considéré et couplé à la carte électronique CE. Par conséquent, les moyens de commande MC peuvent être réalisés sous la forme de modules logiciels (ou « software ») ou bien d'une combinaison de circuits ou composants électroniques (ou « hardware ») et de modules logiciels.

On a schématiquement illustré sur la figure 4 un diagramme d'évolution du niveau d'émission (en dB) d'un courant parasite en fonction de la fréquence (en Hz). Trois courbes d à c3 sont présentes dans ce diagramme. La première courbe d correspond à un dispositif électronique de l'art antérieur, c'est-à-dire dépourvu de module de traitement MT. La deuxième courbe c2 correspond à un dispositif électronique DE, selon l'invention, comprenant (et utilisant) un module de traitement MT comportant un composant inductif C1 et un composant capacitif C3 montés en série et définissant un circuit LC. La troisième courbe c3 correspond à un dispositif électronique DE, selon l'invention, comprenant (et utilisant) un module de traitement MT comportant uniquement un composant résistif C2, ou bien un composant résistif C2 et un composant capacitif C3 montés en série et définissant un circuit RC.

En comparant les première c1 et deuxième c2 courbes on observe que la fréquence de résonance du courant parasite, initialement contenue dans la bande de fréquences à protéger bpk (voir c1 ), est décalée vers la droite en dehors de cette dernière (bpk) grâce à l'utilisation d'un module de traitement MT définissant un circuit LC (voir c2), pour la configuration considérée du système.

De même, en comparant les première c1 et troisième c3 courbes on observe que la fréquence de résonance du courant parasite, initialement contenue dans la bande de fréquences à protéger bpk (voir c1 ), est à la fois légèrement décalée vers la droite de cette dernière (bpk) et fortement atténuée grâce à l'utilisation d'un module de traitement MT comprenant un composant résistif C2 ou définissant un circuit RC (voir c3), pour la configuration considérée du système.

L'invention offre plusieurs avantages, parmi lesquels :

- la possibilité de remédier à une non-conformité pénalisant fortement au moins une fonction et découverte tardivement, alors même qu'il est trop tard pour modifier la carte électronique ou que la recherche et la mise en œuvre d'une solution palliative serait trop onéreuse et chronophage,

- la préservation de la qualité de réception radio sans utiliser des filtres coûteux. On ne supprime pas les courants parasites, mais on décale leur(s) fréquence(s) de résonance et/ou atténue leur intensité en fonction de la (chaque) bande de fréquences à protéger,

- elle offre une solution modulable et paramétrable de façon logicielle, en fonction des besoins à l'instant considéré,

- elle permet d'agir sur toute sorte de dispositif électronique (avec ou sans microcontrôleur), dès lors que les perturbations électromagnétiques résultent d'une boucle de masse qui rayonne,

la fourniture de leviers de mise au point lors des phases de validation des systèmes (comme par exemple des véhicules), afin d'obtenir la conformité électromagnétique initialement prévue.