Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
FABRIC HAVING A SHEET OF REINFORCEMENT THREADS, AND AWNING COMPRISING SAID FABRIC
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/162627
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a fabric which comprises two parallel selvages, can be wound onto itself in at least one winding direction running parallel or perpendicular to said parallel selvages, is to be kept taut and comprises a support layer (5) that has a front face and a rear face, characterized in that the fabric includes at least two sheets, i.e. a first sheet and a second sheet, one of which is arranged on top of the other and which consist of reinforcement threads (1, 2), said sheets being arranged on the rear face, the reinforcement threads (1, 2) extending at angles (α1, α2) of 5 to 85° relative to the winding direction, said angles (α1, α2) being symmetrical in relation to the winding direction.

Inventors:
SAIZ, Carlos (170 Chemin du Burdet, CHALLES LES EAUX, 73190, FR)
Application Number:
FR2019/050405
Publication Date:
August 29, 2019
Filing Date:
February 21, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SERGE FERRARI SAS (ZI de la Tour du Pin, SAINT JEAN DE SOUDAIN, 38110, FR)
International Classes:
D04B21/16; E04F10/02
Domestic Patent References:
WO2002090644A22002-11-14
Foreign References:
US4518640A1985-05-21
US4388364A1983-06-14
EP1002896A12000-05-24
FR2877368A12006-05-05
US4518640A1985-05-21
Attorney, Agent or Firm:
PALIX, Stéphane et al. (CABINET LAURENT & CHARRAS, Le Contemporain50 Chemin de la Bruyère, DARDILLY Cédex, 69574, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 Textile, comportant deux lisières parallèles, enroulable sur lui-même selon au moins une direction d’enroulement parallèle ou perpendiculaire auxdites lisières parallèles, destiné à être tendu, comprenant une couche support (5), ledit support (5) présentant une face endroit et une face envers, caractérisé en ce qu’il comporte au moins deux nappes superposées, à savoir une première nappe et une seconde nappe, constituées de fils de renfort (1, 2) , lesdites nappes étant positionnées sur ladite face envers, lesdits fils de renfort (1, 2) formant des angles (ai a2) compris entre 5° et 85° avec ladite direction d’enroulement, lesdits angles (ai a2) étant symétriques par rapport à ladite direction d’enroulement.

2. Textile selon Tune des revendications précédentes, caractérisé en ce que la couche support (5) est un tissu, un non tissé, une grille ou un film.

3. Textile selon la revendication 1, caractérisé en ce que lesdites nappes constituées de fils de renfort (1, 2) sont cousues ou collées sur ladite couche support (5).

4. Textile selon Tune des revendications précédentes, caractérisée en ce que les fils de renfort (1, 2) d’une nappe ne sont pas tous jointifs.

5. Textile selon Tune des revendications précédentes, caractérisé en ce que les fils de renfort (1, 2) ont un titre compris entre 50dtex et l200dtex. 6. Textile selon Tune des revendications précédentes, caractérisée en ce que le textile est enduit sur ladite face endroit et/ou sur ladite face envers.

7. Textile selon Tune des revendications précédentes, caractérisée en ce qu’il comprend en outre deux nappes de fils de renfort (3, 4) supplémentaire, à savoir une troisième nappe et une quatrième nappe, lesdits fils de renforts (3, 4) formant des angles (a3 a4) compris entre 5° et 85° avec ladite direction d’enroulement, lesdits angles (a3 a4) étant symétriques par rapport à ladite direction d’enroulement.

8. Textile selon Tune des revendications précédentes, caractérisé en ce que les nappes de fils de renfort (1 , 2, 3, 4) présentent une densité de fils de renfort différente d’une nappe à une autre. 9. Textile selon Tune des revendications précédentes, caractérisé en ce que lesdites nappes comprennent, indépendamment, entre 2 et 8 fils de renfort (1, 2, 3, 4) par cm. 10. Textile selon Tune des revendications précédentes, caractérisé en ce que ledit support (5) est de forme rectangulaire ou trapézoïdale.

11. Store banne comprenant au moins un textile selon Tune des revendications précédentes.

12. Store banne selon la revendication 11, caractérisé en ce qu’il comporte au moins deux textiles selon Tune des revendications 1 à 10, caractérisé en ce que lesdits textiles sont assemblés par soudure puis calandrage ou par feuillure.

Description:
TEXTILE AVEC NAPPE DE FILS DE RENFORT

DOMAINE DE L’INVENTION

La présente invention concerne un textile destiné à être tendu et enroulable sur lui-même. En particulier, la présente invention concerne le domaine des textiles destinés à être déployés à la demande, pour protéger une zone des rayons du soleil par exemple. Pour des raisons mécaniques et esthétiques, de tels textiles sont préférentiellement tendus. Plus précisément, la présente invention présente un intérêt particulier dans les textiles confectionnés pour les stores banne.

ETAT ANTERIEUR DE LA TECHNIQUE

Les dispositifs généralement désignés par le terme de « banne » sont des dispositifs destinés à être rapportés sur une façade ou un mur et permettant de réaliser une zone ombragée au moyen d’un textile tendu. Ces dispositifs forment un abri permettant, notamment, à des individus de se protéger des rayonnements directs du soleil.

Plus particulièrement, un store banne présente un textile déployé à la demande pouvant être enroulé sur lui-même de façon à protéger le textile si les conditions climatiques telles que, notamment, le vent, la pluie, la neige ou la grêle, l’exigent. Pour ce faire, le textile est enroulé autour d’un axe rotatif solidaire de la façade sur laquelle la banne est rapportée et un profilé de charge est agencé mobile par rapport à la façade pour permettre de déployer ou de rétracter le textile si nécessaire.

De façon générale, il est connu de déployer et de tendre un textile au moyen d’un profilé de charge mobile en translation en restant parallèle par rapport à la façade. De tels profilés sont par ailleurs soutenus par des bras qui peuvent être articulés ou télescopiques notamment, et qui permettent de maintenir le profilé de charge à une hauteur prédéterminée.

Les deux extrémités libres du textile sont alors respectivement solidarisées à l’axe rotatif, d’une part, et au profilé de charge, d’autre part. Cependant, les stores bannes existants à ce jour sont équipés d’un textile qui a tendance à s’affaisser en sa partie centrale. Cet affaissement se traduit par une flèche visible au niveau du textile. Ce phénomène est d’autant plus important que le textile est large et long.

Ceci est préjudiciable, car le textile n’est pas parfaitement tendu, ce qui gêne l’opération d’enroulage de celui-ci et génère des plis disgracieux lorsque le textile est déployé à nouveau. Ces plis disgracieux entraînent entre autres des surépaisseurs lorsque le textile est enroulé ce qui peut conduire à des phénomènes de frottement qui usent le textile. Ce phénomène peut conduire, en particulier à une perte d’étanchéité du textile ce qui le rend impropre à son utilisation.

Il existe donc un besoin d’obtenir un textile qui puisse s’enrouler sans générer de pli autour d’un axe d’enroulement de store banne.

Afin de répondre à ce besoin, le Demandeur a mis au point un textile comprenant un support et au moins deux nappes de fils de renfort.

On connaît des textiles comprenant des nappes de fils de renfort. Par exemple, le brevet américain US 4 518 640 divulgue un renfort multiaxial composé par la superposition de nappes de fils de renfort maintenues entre elles par un point de tricot ou un point de chaînette. Ce renfort multiaxial est rigide de sorte à renforcer des pièces mécaniques par exemple, ainsi, il n’est pas enroulable sur lui-même.

Egalement, la demande PCT WO 02/ 090644 divulgue un textile enduit. Ce textile comporte une âme textile multiaxiale comprenant des nappes de fils de renfort en métal, notamment en acier, pour empêcher la lacération du textile après enduction avec une arme blanche telle qu’un couteau. Cette âme textile est enduite d’un thermoplastique tel que le PVC. Cette âme ne présente pas une tenue dimensionnelle en tant que telle, cette dernière est obtenue après enduction. En d’autres termes, avant enduction, l’âme textile ne présente pas une résistance à l’allongement dans diverses directions sans que les fils composants la ou les nappe(s) ne se séparent. EXPOSE DE L’INVENTION

Ainsi, l’invention concerne un textile, comportant deux lisières parallèles, enroulable sur lui-même selon au moins une direction d’enroulement parallèle ou perpendiculaire auxdites lisières parallèles, destiné à être tendu, comprenant une couche support, ladite couche support présentant une face endroit et une face envers, caractérisé en ce qu’il comporte au moins deux nappes superposées, à savoir une première nappe et une seconde nappe, constituées de fils de renfort, lesdites nappes étant positionnées sur ladite face envers, lesdits fils de renforts formant des angles compris entre 5° et 85° avec ladite direction d’enroulement, lesdits angles étant symétriques par rapport à ladite direction d’enroulement.

L’invention concerne également un store banne comprenant un textile tel que décrit ci- dessus.

Un avantage de l’invention est que le textile peut s’enrouler sur lui-même sans générer de pli.

Un avantage de l’invention, lorsque le textile est tendu, est la forte diminution de la flèche du textile par rapport à un textile ne contenant pas de fils de renfort.

Un autre avantage de l’invention est que, dans son utilisation dans un store banne, les contraintes dues à l’enroulement du textile sont réparties sur l’ensemble du textile, ce qui facilite son enroulement et son déploiement.

Un avantage supplémentaire de l’invention est la régularité de l’enroulement, il y a donc moins d’usure, ce qui conduit à une meilleure conservation de la qualité esthétique du textile.

Le textile selon l’invention, comprend une couche support. En pratique, de manière avantageuse, cette couche support peut être un tissu, un non tissé, une grille ou un film. Le support selon l’invention présente une tenue dimensionnelle. En particulier, le support en tant que tel est enroulable sur lui-même même en l’absence de nappes de fils de renfort. En effet, les nappes de fils de renfort sont intégrées de sorte à augmenter la résistance à l’allongement du support dans des directions privilégiées. Autrement dit, dans la présente invention, les nappes de fils de renfort servent à limiter le phénomène de flèche du support et à répartir les forces exercées sur celui-ci lors de son enroulement, le support présentant donc une tenue dimensionnelle intrinsèque.

Par ailleurs, le textile selon l’invention présente une face endroit et une face envers. Dans la suite de la description, la face endroit correspond à la face du support qui n’est pas recouverte par les nappes de fils de renfort et la face envers correspond à la face du support qui est recouvert par les nappes de fils de renfort. Dans le cas particulier où le textile est incorporé dans un store banne, la face endroit est destinée à être positionnée vers le ciel et la face envers vers le sol. Ainsi, les personnes abritées sous le store banne ont les fils de renfort en visuel sur la face envers.

De manière générale, le textile selon l’invention comporte deux lisières parallèles et est enroulable sur lui-même selon au moins une direction d’enroulement parallèle ou perpendiculaire auxdites lisières parallèles. Dans le cas particulier où le textile est incorporé dans un store banne, la direction d’enroulement du textile est dirigée vers la façade ou le mur.

En d’autres termes, dans le cas particulier où le textile est incorporé dans un store banne, la direction d’enroulement correspond à la direction perpendiculaire à l’axe d’enroulement. Bien entendu, dans le cas où le textile est de forme rectangulaire, cet axe d’enroulement est à la fois perpendiculaire à deux lisières parallèles et parallèles aux deux autres lisières parallèles. De manière générale, en sortie de production, le textile confectionné est de forme rectangulaire et enroulé sur lui-même selon une direction parallèle aux deux lisières représentant les longueurs du rectangle et perpendiculaire aux deux lisières représentant les largeurs du rectangle.

Conformément à l’invention, le textile comporte au moins deux nappes superposées, à savoir une première nappe et une seconde nappe, constituées de fils de renfort, lesdites nappes étant positionnées sur ladite face envers. De manière à solidariser les fils de renforts et la couche support, les nappes constituées de fils de renfort sont avantageusement cousues ou collées à la couche support. Lesdites nappes peuvent être solidarisées de manière individuelle ou bien de manière globale.

En d’autres termes, lors de la confection du textile, la couture ou le collage peut se faire de deux manières. Dans un cas, la solidarisation des nappes avec la couche support se fait après le dépôt de chacune des nappes, c’est-à-dire que ladite seconde nappe est positionnée après que ladite première nappe ait été solidarisée à ladite couche support. Dans le deuxième cas, les deux nappes sont positionnées sur ladite couche support avant l’étape de couture ou de collage conjointe.

Les fils de renfort peuvent être jointifs ou non jointifs. On entend par jointif le cas où un fil de renfort a au moins un point de contact physique avec au moins un autre fil de renfort.

Dans le cas où l’ensemble des fils de renfort d’une même nappe sont jointifs, la quantité de fils de renfort est plus importante que lorsque les fils de renfort ne sont pas tous jointifs. En conséquence, lors de l’enroulement du textile, les contraintes sont réparties sur l’ensemble du textile ce qui diminue la force exercée sur chacun des fils de renfort. En revanche, dans ce cas, le poids du textile est plus important que dans le cas où les fils de renforts ne sont pas tous jointifs.

Le poids du textile selon l’invention peut être optimisé en fonction du positionnement et du titre des fils de renfort. En effet, plus les fils de renfort ont un titre élevé, moins de fils sont nécessaires pour assurer l’effet technique. Ainsi, plus les fils de renfort présentent un titre élevé, plus la distance entre deux fils de renfort pourra être augmentée pour une même diminution de flèche et une même répartition des forces exercées lors de l’enroulement.

De manière générale, les fils de renforts ont un titre compris entre 50 dtex et 1200 dtex, de manière avantageuse entre 150 dtex et 900 dtex et de manière encore plus avantageuse entre 250 dtex et 550 dtex. L’homme du métier saura associer l’écart et le titre des fils de renfort pour atteindre les propriétés souhaitées. De manière avantageuse, une même nappe est constituée de groupes distants ou écartés de fils de renforts jointifs. En d’autres termes, les nappes peuvent être constituées de groupes de fils de renforts distincts, chaque groupe comprenant par exemple deux ou trois fils de renfort et sont séparés les uns des autres. Ceci est avantageux car lors de l’enroulement du textile, les forces exercées localement sont réparties sur les fils d’un même groupe et le poids du textile est amoindri par rapport au cas où l’ensemble des fils de renforts sont jointifs. Par ailleurs, cette caractéristique permet de limiter le nombre d’opération de dépose des fils de renfort.

En effet, le poids global du textile augmente avec le nombre de fils de renfort. Ainsi, l’utilisation de nappes dans lesquelles les fils de renfort ne sont pas tous jointifs permet de diminuer le poids global du textile.

Ainsi, de manière avantageuse, les fils de renfort d’une nappe ne sont pas tous jointifs.

Dans le cas où des groupes de fils de renfort sont utilisés, il est possible de diminuer davantage le poids. En effet, pour une même efficacité de renfort, des fils de plus faible masse peuvent être employés lorsqu’ils sont positionnés par groupe et lesdits groupes peuvent être plus espacés les uns des autres.

Ainsi, de manière avantageuse, les fils de renforts ont un titre compris entre 280dtex et 550dtex.

De manière à maximiser l’étanchéité aux fluides, notamment l’eau de pluie et la condensation, mais également de manière à générer une zone parfaitement ombragée, c’est- à-dire pour empêcher les rayons du soleil de passer à travers le textile, le textile selon l’invention est avantageusement enduit sur ladite face endroit et/ou sur ladite face envers.

De manière préférée, le matériau utilisé pour enduire le textile est un polyuréthane, un acrylique ou un PVC, sous forme de plastisol par exemple. La couche d’enduction est avantageusement déposée sur le textile après le positionnement desdits fils de renfort. Ceci est avantageux car dans le cas où les fils de renfort sont cousus des trous sont générés dans la couche support et la couche d’enduction permet de boucher ces trous. Une enduction sur la face envers permet également de bloquer les fils de renfort sur le support, et d’améliorer la mise sous tension du support lorsque les fils de renfort sont tendus.

Dans un mode de réalisation particulier, le textile est enduit sur la face envers après le positionnement des nappes de fils de renfort, puis enduit une seconde fois sur au moins l’une des faces envers et endroit comme décrit ci-dessus. La première enduction permet d’assurer une bonne enduction des nappes de fils de renfort. Dans ce mode particulier, la première enduction est avantageusement réalisée avec du polyuréthane.

Conformément à l’invention, lesdits fils de renfort forment des angles compris entre 5° et 85° avec ladite direction d’enroulement, lesdits angles étant symétriques par rapport à ladite direction d’enroulement.

Ces fils de renforts permettent de répartir les contraintes du textile sur l’ensemble de celui- ci. De manière générale, lorsqu’un textile est tendu les contraintes exercées sur le textile induisent une flèche vers le centre de gravité du textile tendu. Ainsi, dans le cas particulier d’un textile de forme rectangulaire, les contraintes sont essentiellement exercées sur les diagonales du rectangle et le centre du rectangle a tendance à s’affaisser. L’angle des fils de renfort avec la direction d’enroulement optimal dépend de la forme et des dimensions du textile. Le fait que les angles des deux nappes soient symétriques par rapport à la direction d’enroulement, permet de répartir de manière homogène les contraintes sur l’ensemble du textile et ainsi de diminuer de manière significative la flèche du textile.

La forme du support, et donc du textile, peut être variée. De manière générale, ledit support est de forme rectangulaire ou trapézoïdale.

Dans un mode de réalisation particulier, le textile est de forme rectangulaire. Dans le cas où le textile est de forme rectangulaire, le textile est enroulé selon une direction d’enroulement parallèle aux largeurs du rectangle, et donc perpendiculaire aux longueurs dudit rectangle. Dans ce mode de réalisation particulier, le Demandeur a remarqué qu’il était avantageux de positionner les fils de renfort de sorte à ce qu’un fil de renfort ou un groupe de fil de renfort soit positionné selon les deux diagonales dudit rectangle.

Dans un mode de réalisation particulier, le textile comprend en outre deux nappes de fils de renfort supplémentaire, à savoir une troisième nappe et une quatrième nappe, lesdits fils de renforts formant des angles (as a 4 ) compris entre 5° et 85° avec ladite direction d’enroulement, lesdits angles étant symétriques par rapport à ladite direction d’enroulement. Ce mode de réalisation particulier est avantageux car il permet de répartir les contraintes exercées sur les fils de renforts lors de l’enroulement du textile selon l’invention en fonction de l’avancée du processus d’enroulement. En effet, dans le cas où le textile est de forme rectangulaire, les longueurs présentent la même dimension au cours du processus d’enroulement, alors que les largeurs diminuent. Ainsi, la diagonale du rectangle de textile restant à enrouler présente un angle qui évolue linéairement avec l’enroulage du textile. L’angle optimal de positionnement théorique des fils de renfort évolue lui aussi.

Dans un autre mode de réalisation particulier, le textile est de forme trapézoïdale. Dans ce cas, la direction d’enroulement est perpendiculaire auxdites lisières parallèles, qui forment la petite et la grande base du trapèze, et, pour des raisons pratiques, l’axe d’enroulement se situe du côté de la lisière la plus grande entre lesdites deux lisières parallèles, autrement dit du côté de la grande base du trapèze. Dans ce mode de réalisation particulier, le Demandeur a remarqué qu’il était avantageux de positionner les fils de renfort de sorte à ce qu’une partie soit parallèle à un des côtés du trapèze reliant les bases et qu’une autre partie soit parallèles à l’autre côté du trapèze reliant les bases. En effet, dans le cas où le textile de forme trapézoïdale est incorporé dans un store banne les côtés du trapèze reliant les bases ont tendance à s’affaisser car elles ne sont pas parfaitement tendu, ainsi, les fils de renfort permette de diminuer la flèche en bordure de textile. De manière avantageuse, les nappes de fils de renfort présentent une densité de fils de renfort différente d’une nappe à une autre. Ceci est avantageux car, dans le cas où le textile est incorporé dans un store banne, l’effort à fournir pour enrouler le textile sur lui-même dépend de l’état d’avancement du processus d’enroulement. Ainsi, la densité de fils de renfort sur chaque nappe peut être adaptée en fonction des contraintes exercées sur le textile.

Ainsi, de manière avantageuse, lesdites nappes comprennent, indépendamment, entre 2 et 8 fils de renfort par cm.

L’invention concerne également un store banne comprenant au moins un textile tel que décrit ci-dessus.

Dans le cas où le store banne comporte au moins deux textiles tels que décrits ci-dessus, lesdits textiles sont avantageusement assemblés au niveau de feuillures par soudure puis calandrage. Ceci est avantageux car aucune surépaisseur n’est générée au niveau de la zone d’assemblage des textiles, il est en effet connu que les surépaisseurs génèrent des tensions sur le textile en bordure des zones d’assemblage, ce qui provoque des plis et peut engendrer les problèmes sus-cités.

DESCRIPTION SOMMAIRE DES FIGURES

La manière de réaliser l’invention, ainsi que les avantages qui en découlent, ressortiront bien de la description des modes de réalisation qui suivent, à l’appui des figures annexées dans lesquelles :

la figure 1 est une vue en perspective d’un textile selon un aspect de l’invention ; les figures 2 à 4 sont des vues de dessus de textiles selon trois cas particulier de l’invention ;

les figures 5a et 5b sont des coupes transversales de la zone d’assemblage de deux textiles selon l’invention présentant une feuillure, montrée respectivement avant et après assemblage. Bien entendu, les dimensions et les proportions des éléments illustrés aux figures 1 à 5b ont pu être exagérées par rapport à la réalité, et n’ont été données que dans le but de faciliter la compréhension de l’invention. Sur les figures 1 à 4, la flèche indique la direction d’enroulement du textile selon l’invention.

DESCRIPTION DF.T AITT.EE

Comme illustré à la figure 1, le textile selon un aspect de l’invention comprend un support 5, une nappe constituée des fils de renforts 1 et une seconde nappe constituée des fils de renfort 2.

La nappe constituée des fils de renfort 1 est positionnée sur la couche support 5 et la nappe constituée des fils de renfort 2 est positionnée sur la nappe contenant les fils de renfort 1. Les fils de renfort sont positionnés de manière plane. En d’autres termes, les fils de renfort 1 définissent le plan de la première nappe et les fils de renfort 2 définissent le plan de la seconde nappe. Il en résulte que le textile représenté à la figure 1, comprend trois plans distincts et parallèles, un premier plan représenté par la couche support, un second plan représenté par la première nappe constituée des fils de renfort 1 et un troisième plan représenté par la seconde nappe constituée des fils de renfort 2.

Ainsi, les fils de renfort 1 et 2 ne présentent aucun embuvage. Ceci a pour effet que dès qu’une contrainte est exercée sur ceux-ci, les fils de renfort sont déjà rectilignes et transmettent immédiatement leur traction.

La figure 2 est une vue du dessus du textile selon la figure 1 sur laquelle des fils de coutures 6 ont été représentés.

Les fils de renfort 1 forment un angle ai avec la direction d’enroulement du textile cet angle ai est compris entre 5° et 85°. Les fils de renfort 2 forment un angle a 2 qui est symétrique de l’angle ai par rapport à la direction d’enroulement. Le fait que les angles ai et a 2 soient symétriques permet de répartir de manière homogène les contraintes sur le textile lorsqu’il est tendu ou en phase d’enroulement. Les fils de coutures 6 permettent de solidariser les nappes constituées de fils de renfort avec la couche support. Tels que représentés sur la figure 2, les fils de coutures ont été cousus après le positionnement de la seconde nappe constituée des fils de renfort 2.

Comme déjà évoqué, les nappes constituées de fils de renfort peuvent être collées et non cousues, ou encore cousues une à une.

Le mode de réalisation particulier représenté à la figure 3 présente quatre nappes de fils de renfort. De la même manière que précédemment, les fils de renfort 1 et les fils de renfort 2 forment respectivement un angle ai et un angle a 2 avec la direction d’enroulement du textile. Une troisième et une quatrième nappe constituée respectivement des fils de renfort

3 et des fils de renfort 4 sont positionnées au-dessus de la seconde nappe de fils de renfort. Les fils de renfort 3 forment un angle a 3 avec la direction d’enroulement et les fils de renfort

4 forment un angle a 4 avec la direction d’enroulement, les angles a 3 et a 4 étant symétriques par rapport à la direction d’enroulement.

De la même manière que dans le mode de réalisation illustré aux figures 1 et 2, les différentes nappes sont dans des plans distincts et parallèles.

L’intérêt des fils de renfort 3 et 4 est de pouvoir optimiser la répartition des efforts exercés sur les fils de renfort. Pour ce faire, les fils de renforts 3 forment un angle a 3 qui est plus important que l’angle ai. De manière analogue, et de par le fait que les angles ai et a 2 d’une part et que les angles a 3 et a 4 d’autre part sont symétrique entres eux, l’angle a 4 est plus important que l’angle a 2 .

Lors de la phase d’enroulement du textile, la fraction située entre la barre de charge et l’axe d’enroulement, et qui est tendue diminue. De ce fait, les forces exercées sur le textile changent de direction au fur et à mesure que le textile est enroulé. Ainsi, les contraintes exercées évoluent au cours de l’enroulement du textile et l’efficacité des fils de renfort 1 et 2 diminue. Les fils de renfort 3 et 4 sont alors plus sollicités et la contrainte exercée sur les fils de renfort 1 et 2 est amoindrie, ce qui permet de répartir l’effort tout au long du processus d’enroulement. Le mode de réalisation particulier représenté à la figure 4 illustre le cas où le textile est de forme trapézoïdale. Dans ce cas, la direction d’enroulement est perpendiculaire aux deux lisières parallèles du textile qui forment la petite base et la grande base du trapèze.

Les autres caractéristiques du textile, à savoir la symétrie des angles des fils de renforts, et la disposition sur des plans distincts des nappes de fils de renfort et de la couche support, sont analogues.

De préférence, et comme illustré à la figure 4, les fils de renfort sont inclinés pour être parallèles aux côtés du trapèze reliant les bases. Ceci permet de maintenir une tension des zones latérales du trapèze lorsque la tension est exercée par la barre de charge, qui est plus courte que la grande base du trapèze.

Lorsque le textile n’est pas assez large pour être utilisé seul, il est possible d’assembler plusieurs textiles. Pour ce faire, de manière avantageuse, les textiles sont assemblés par feuillure, comme illustré aux figures 5a et 5b de manière à ne pas générer de surépaisseur au niveau de la zone d’assemblage.

L’intérêt de ne pas générer de surépaisseur au niveau de la zone d’assemblage est d’éviter la formation de plis. En effet, comme mentionné précédemment, il est connu que les surépaisseurs génèrent des tensions sur le textile en bordure des zones d’assemblage, ce qui provoque des plis et peut engendrer les problèmes suscités.

Dans le mode de réalisation tel qu’illustré aux figures 5a et 5b, deux textiles 7 et 8 sont assemblés. Les textiles 7 et 8 présentent au niveau d’au moins une de leurs lisières une partie saillante 71 , 81 sur une partie de son épaisseur, du côté de la face envers ou du côté de la face endroit (figure 5 a). En pratique, la superposition des parties saillantes 71 et 81 permettent d’apporter une continuité entre les textiles 7 et 8 (figure 5b). En d’autres termes, la partie saillante 71 est complémentaire de la partie saillante 81 dans l’épaisseur des textiles 7 et 8. De manière avantageuse, la partie saillante 71 du textile 7 comporte l’âme textile 72 du textile 7 et la partie saillante 81 du textile 8 ne comporte pas l’âme textile 82 du textile 8. Ainsi, de manière avantageuse, la partie saillante 71 présente une épaisseur égale à environ 2/3 de l’épaisseur du textile 7 et la partie saillante 81 présente une épaisseur égale à environ 1/3 de l’épaisseur du textile 8.

Les deux textiles 7 et 8 sont assemblés en superposant leurs parties saillantes 71, 81 de manière à faire coïncider les faces envers et les faces endroit des textiles 7 et 8 (figure 5 b). En pratique, une fois les parties saillantes 71, 81 superposées, les deux textiles 7 et 8 sont soudés entre eux.

En pratique, les parties saillantes 71, 81 des textiles 7 et 8 peuvent être obtenues de différentes manières.

Dans un mode de réalisation particulier, les parties saillantes 71, 81 sont obtenues par le non dépôt d’une couche présente sur le reste de la surface de la feuille. Autrement dit, lors de la phase d’enduction de l’âme textile, plusieurs couches élémentaires sont déposées de manière successive. Une ou plusieurs de ces couches élémentaires peuvent être absentes dans les zones des bandes caractéristiques. Pour ce faire, des masques peuvent être rapportés sur la machine d’enduction de façon à éviter que le PVC liquide de certaines de ces couches élémentaires vienne se déposer dans cette zone, pour réaliser ainsi une bande dont la couche d’enduction est de moindre épaisseur par rapport au reste de la surface.

Dans un autre mode de réalisation particulier, les parties saillantes 71, 81 sont obtenues par le rognage d’une portion d’une couche d’enduction présente sur la surface de la feuille. Cette opération permet d’éliminer mécaniquement une portion de la couche d’enduction sur une ou des bandes.

En pratique, dans les deux modes de réalisation précédent, la portion du tissu du textile 8 qui n’est pas enduite sur une de ces faces est retirée par découpe.