Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
FLOATING LEISURE STRUCTURE PROVIDED WITH HAMMOCKS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2011/110789
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a floating structure (10) including at least two floats (12) and at least one crossmember (14) connecting the floats (12) to one another, said floats (12) being rigid. The structure also include at least two masts (16) which are attached to a single float or to both floats (12), at least one hammock (18) extending between said masts (16).

More Like This:
Inventors:
MARINA-MEDIAVILLA, Jérôme J. (26 rue Paul Belmondo, Paris, Paris, F-75012, FR)
Application Number:
FR2011/050488
Publication Date:
September 15, 2011
Filing Date:
March 10, 2011
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
INNOVATION - DEVELOPPEMENT - ORGANISATION - CONCEPTION ET REALISATION (9 rue Séguier, Paris, Paris, F-75006, FR)
MARINA-MEDIAVILLA, Jérôme J. (26 rue Paul Belmondo, Paris, Paris, F-75012, FR)
International Classes:
B63B27/14; A45F3/22; B63B29/04; B63B39/06
Domestic Patent References:
WO2006011971A2
WO2004112534A2
Foreign References:
DE29602052U1
FR2867446A1
US20050257732A1
Attorney, Agent or Firm:
BESNARD, Christophe et al. (Cabinet Beau De Loménie, 158 Rue de l'Université, Paris Cedex 07, F-75340, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

Structure flottante (10) comprenant au moins deux flotteurs (12) et au moins une traverse (14) reliant les flotteurs (12) entre eux, caractérisé en ce que les flotteurs (12) sont rigides et en ce qu'elle comprend en outre au moins deux mâts (16), ces mâts (16) étant fixés sur un même flotteur ou sur les deux flotteurs (12), et au moins un hamac (18) s'étendant entre les mâts (16).

Structure flottante (10) selon la revendication 1, comprenant deux flotteurs (12) de forme allongée orientés selon une direction axiale (X) et quatre mâts (16) disposés chacun au voisinage d'une extrémité axiale (12a) d'un flotteur (12).

Structure flottante (10) selon la revendication 1 ou 2, dans laquelle au moins un mât (16) comprend en outre au moins une contrefiche (16a, 16b), la contrefiche (16a, 16b) étant fixée sur un flotteur (12) ou sur la traverse (14).

Structure flottante (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, présentant une ligne de flottaison (F) et comprenant en outre au moins une échelle de mise à l'eau (20) disposée entre les deux flotteurs (12), les marches (20a) de cette échelle (20) formant des lames sensiblement parallèles à la ligne de flottaison (F), lesdites marches (20a) stabilisant la structure flottante (10) sur l'eau.

Structure flottante (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, présentant une ligne de flottaison (F), dans laquelle la traverse (14) présente un marchepied de mise à l'eau (14a) formant une lame sensiblement parallèle à la ligne de flottaison (F), ledit marchepied (14a) stabilisant la structure flottante (10) sur l'eau.

Structure flottante (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 5, dans laquelle les mâts (16) sont en aluminium.

7. Structure flottante (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 6, présentant en outre un pont modulable (50), ledit pont modulable (50) comportant une première partie de pont (50A) et une seconde partie de pont (50B), la première et la seconde partie de pont (50A, 50B) étant reliées par une liaison pivot (52), le pont modulable (50) étant apte à adopter une première configuration dans laquelle les première et seconde parties de pont (50A, 50B) sont disposées horizontalement dans la continuité l'une de l'autre, et au moins une configuration parmi une seconde configuration dans laquelle la première partie de pont (50A) est horizontale tandis que la seconde partie de pont (50B) forme un angle compris entre 120° et 90° avec la première partie de pont (50A), l'angle étant mesurée entre les faces supérieures de chacune des parties de pont, et une troisième configuration dans laquelle la première partie de pont (50A) est horizontale tandis que la seconde partie de pont (50B) est partiellement immergée et forme une rampe d'accès à l'eau.

8. Structure flottante selon la revendication 7, dans laquelle le pont modulable (50) est supporté directement par des flotteurs indépendants (54, 56).

9. Ensemble flottant (100) comprenant au moins deux structures flottantes (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 8, et une passerelle (30) reliant deux structures flottantes (10) entre elles.

10. Ensemble flottant (100) selon la revendication 9, comportant un flotteur auxiliaire additionnel (32), ce flotteur auxiliaire additionnel (32) étant fixé dans une zone médiane (30a) de ladite passerelle (30).

11. Ensemble flottant (100) selon la revendication 9 ou 10, dans lequel la passerelle (30) est fixée entre deux flotteurs (12) de deux structures flottantes (10), et est fixée dans une zone médiane (12b) desdits flotteurs (12).

Description:
Structure flottante de loisir équipée de hamacs

L'invention concerne une structure flottante destinée aux activités de loisir balnéaire, et concerne plus particulièrement une structure flottante sur laquelle est installé au moins un hamac.

Une structure flottante présentant un hamac est connue par le document WO2004/ 112534. Dans ce document, un hamac est suspendu entre deux flotteurs gonflables de forme allongée. La souplesse des flotteurs gonflables rend cette structure flottante instable de sorte que l'utilisateur est facilement secoué par la houle, même faible, ce qui rend la structure flottante peu agréable.

Par ailleurs, cette structure connue ne présente pas de point fixe auquel le hamac peut être solidement arrimé. En effet, les flotteurs étant gonflables et donc souples, les points de fixation du hamac, ou du châssis sur lequel il est accroché, aux flotteurs ne sont pas fixes et sont soumis aux déformations des flotteurs, ce qui rend les fixations instables et fragiles de sorte que les sollicitations liées à la houle libèrent ou cassent aisément ces fixations.

En outre, les flotteurs étant gonflables et donc légers, la position du hamac (et de son utilisateur) au sein de la structure flottante influence la position du centre de gravité de la structure flottante. Ainsi, pour que cette structure flottante connue soit stable et ne chavire pas sous le poids de l'utilisateur (i.e. pour que le centre de gravité de la structure flottante reste en position stable), le hamac est disposé entre les deux flotteurs de sorte que son centre de gravité est disposé au voisinage du centre de gravité de l'ensemble constitué par les flotteurs. Sur cette structure flottante connue, il est ainsi difficile de disposer le hamac le long d'un seul flotteur, ou au niveau des extrémités et entre les deux flotteurs sans que le poids de l'utilisateur déséquilibre la structure flottante et la fasse chavirer. Ceci empêche l'installation de plusieurs hamacs sur cette structure flottante connue.

Un but de la présente invention est de remédier au moins partiellement aux inconvénients mentionnés ci-dessus.

L'invention atteint ce but en proposant une structure flottante comprenant au moins deux flotteurs et au moins une traverse reliant les flotteurs entre eux, dans laquelle les flotteurs sont rigides, la structure flottante comprenant, en outre, au moins deux mâts, ces mâts étant fixés sur un même flotteur ou sur les deux flotteurs, et au moins un hamac s'étendant entre les mâts.

On comprend que la structure flottante selon l'invention présente deux flotteurs rigides, de forme quelconque, reliés entre eux par une traverse, constituant ainsi un ensemble rigide. Cette traverse présente avantageusement une forme de poutre préférentiellement apte à flotter. Selon une variante, la traverse se présente sous la forme d'un pont rigide s'étendant entre les deux flotteurs. Le sous-ensemble formé par la(les) traverse(s) et les flotteurs peut être monobloc ou être constitué d'éléments séparés, ces éléments étant assemblés de manière définitive ou démontable. Les mâts sont disposés soit sur un même flotteur soit sur deux flotteurs différents, de sorte que le hamac est directement supporté soit par un seul flotteur, soit par les deux flotteurs.

La rigidité des flotteurs procure à la structure flottante une stabilité suffisante vis-à-vis de la houle de sorte que l'utilisateur est moins secoué par la houle que dans les structures flottantes de l'art antérieur.

De plus, les flotteurs étant rigides, ils présentent des points fixes sur lesquels le hamac est accroché rigidement, ce qui rend la fixation du hamac aux flotteurs plus robuste que dans l'art antérieur. Cette fixation se fait par l'intermédiaire de deux mâts, un mât à chaque extrémité du hamac, ces mâts étant rigidement fixés au(x) flotteur(s). Par exemple, les mâts présentent à leurs bases une platine permettant de les visser ou de les boulonner au(x) flotteur(s). Selon une variante, une partie inférieure d'un mât est emmanchée dans un trou d'un flotteur, ce trou formant un fourreau pour le mât de sorte que les parois du trou maintiennent le mât verticalement. Selon encore une autre variante, les mâts sont fixés au(x) flotteur(s) par un système de chape à goupille permettant un montage / démontage rapide et aisé.

On notera que par « horizontalement » on entend « parallèlement au niveau de l'eau » ou « perpendiculairement à la direction de la gravité ». De même, par « verticalement » on entend « perpendiculairement au niveau de l'eau » ou « parallèlement à la direction de la gravité ». Bien entendu ces directions s'entendent lorsque la structure flottante est en condition normale d'utilisation. Par exemple, les situations de stockage, de transport et de mise à l'eau ne sont pas des situations normales d'utilisation. En outre, les flotteurs rigides et la ou les traverse(s) sont lourds, comparativement aux flotteurs gonflables de l'art antérieur, de sorte que le sous-ensemble présente une masse suffisante pour que la position du centre de gravité de la structure flottante ne soit pas, ou peu, influencée par la position du hamac (et de l'utilisateur du hamac) au sein de la structure flottante. Ainsi, contrairement aux structures flottantes de l'art antérieur, la position du hamac au sein de la structure flottante n'est pas limitée au voisinage du centre de gravité de l'ensemble des flotteurs. Par conséquent, dans le cas où les flotteurs sont de forme allongée, un hamac peut être disposé le long d'un seul flotteur, ou au voisinage et entre les extrémités des flotteurs tout en assurant une stabilité suffisant à la structure flottante pour qu'elle ne chavire pas. Ceci permet de libérer de l'espace et de disposer plusieurs hamacs sur la structure flottante tout en assurant la stabilité de la structure flottante.

Avantageusement, la structure flottante comprend deux flotteurs de forme allongée orientés selon une direction axiale et quatre mâts disposés chacun au voisinage d'une extrémité axiale d'un flotteur.

On comprend que la structure flottante comprend deux flotteurs, chaque flotteur étant de forme allongée. Ces flotteurs sont disposés parallèlement selon la direction axiale, c'est-a-dire selon la direction dans laquelle les flotteurs sont allongés. Ces deux flotteurs sont reliés entre eux par une traverse, qui s'étend préférentiellement perpendiculairement aux flotteurs. Ainsi, les flotteurs et la traverse présentent globalement la forme d'une coque de catamaran.

Un mât est disposé au voisinage de chaque extrémité de chaque flotteur. Ainsi, la structure flottante présente quatre mâts entre lesquels il est possible d'accrocher des hamacs. Ainsi, la structure flottante peut présenter deux hamacs disposés le long de chaque flotteur et deux hamacs s'étendant transversalement entre les deux flotteurs, au voisinage de leurs extrémités. On comprend donc que les flotteurs sont similaires et présentent préférentiellement une longueur d'au moins deux mètres. De même, la traverse présente préférentiellement une longueur d'au moins deux mètres. Ainsi, les dimensions de la structure flottante permettent l'installation de quatre hamacs repartis sur le pourtour de la structure flottante. Par ailleurs, ces dimensions préférentielles confèrent à la structure flottante une meilleure stabilité. Avantageusement, au moins un mât comprend en outre au moins une contrefiche, la contrefiche étant fixée sur un flotteur ou sur la traverse.

La contrefiche permet de rigidifier et de stabiliser le mât. En améliorant la stabilité de la fixation des hamacs on améliore la stabilité globale de la structure flottante. Par ailleurs, cette contrefiche améliore la solidité de la fixation du hamac aux flotteurs.

Avantageusement, la structure flottante présente une ligne de flottaison et comprend en outre au moins une échelle de mise à l'eau disposée entre les deux flotteurs, les marches de cette échelle formant des lames sensiblement parallèles à la ligne de flottaison, lesdites marches stabilisant la structure flottante sur l'eau.

La ligne de flottaison est la ligne de séparation, en eaux calmes, entre la partie immergée d'une structure flottante et la partie émergée. Sur le pourtour de la structure flottante, la ligne de flottaison définit une surface plane. Cette ligne de flottaison est donc parallèle à la surface de l'eau.

Par « sensiblement parallèles » on entend que les lames sont parallèles à la ligne de flottaison ou forment un petit angle (i.e. inférieur à 10°) avec la ligne de flottaison.

On comprend que l'échelle de mise à l'eau, est une échelle permettant à l'utilisateur de descendre de la structure flottante pour aller dans l'eau, ou permettant à un nageur de monter à bord de la structure flottante. Les marches de cette échelle forment chacune une lame horizontale, la surface plane horizontale définie par chaque lame s'étendant parallèlement à la surface plane définie par la ligne de flottaison.

Lorsque la structure flottante est à l'eau, au moins une lame est immergée. Ainsi, la lame immergée oppose une résistance aux mouvements de tangage (i.e. mouvements d'oscillation de la structure flottante dans le plan vertical parallèle à la direction axiale). En effet, les mouvements de tangage tendent à déplacer l'échelle, et donc les marches, verticalement (i.e. perpendiculairement à la surface de l'eau ou à la ligne de flottaison), de sorte que le déplacement de la lame induit un déplacement d'une quantité d'eau proportionnelle à sa surface horizontale, ce qui génère une résistance à ce mouvement de tangage et stabilise la structure flottante.

Avantageusement, la structure flottante présente une ligne de flottaison, dans laquelle la traverse présente un marchepied de mise à l'eau formant une lame sensiblement parallèle à la ligne de flottaison, ledit marchepied stabilisant la structure flottante sur l'eau.

Le marchepied de mise à l'eau est solidaire de la traverse et constitue une marche disposée au voisinage du niveau de l'eau, permettant par exemple de s'approcher de l'échelle. Par disposée « au voisinage du niveau de l'eau », on entend que le marchepied est, en tout ou partie, légèrement au-dessus ou au-dessous du niveau de l'eau.

Le marchepied forme une lame, la surface plane horizontale de la lame s'étendant parallèlement à la surface plane définie par la ligne de flottaison. De manière similaire aux marches de l'échelle de mise à l'eau, le marchepied stabilise la structure flottante vis-à-vis des mouvements de tangage. En effet, les mouvements de tangage tendent à immerger ou a émerger le marchepied, ce qui induit un déplacement d'eau proportionnel à la surface horizontale de la lame et génère une résistance à ce mouvement de tangage. Ceci a pour effet de stabiliser la structure flottante.

Avantageusement, les mâts sont en aluminium. L'aluminium est un matériau léger, robuste d'un point de vue mécanique et résistant à l'oxydation, notamment en milieu marin. Les mâts en aluminium sont ainsi particulièrement adaptés à l'environnement de la structure flottante. Par ailleurs, la légèreté conférée par l'aluminium permet d'éviter que ces mâts ne forment des masses ponctuelles, en particulier des masses ponctuelles éloignées du centre de gravité de la structure flottante, ce qui améliore encore stabilité de cette dernière. Préférentiellement, les mâts et les contrefiches sont tubulaires et en aluminium anodisé.

Avantageusement, la structure flottante présente en outre un pont modulable, ledit pont modulable comportant une première partie de pont et une seconde partie de pont, la première et la seconde partie de pont étant reliées par une liaison pivot, le pont modulable étant apte à adopter au moins une des trois configurations suivantes, et de préférence les trois configurations suivantes ; une première configuration dans laquelle les première et seconde parties de pont sont disposées horizontalement dans la continuité l'une de l'autre, une seconde configuration dans laquelle la première partie de pont est horizontale tandis que la seconde partie de pont forme un angle compris entre 120° et 90° avec la première partie de pont, l'angle étant mesurée entre les faces supérieures de chacune des parties de pont, et une troisième configuration dans laquelle la première partie de pont est horizontale tandis que la seconde partie de pont est partiellement immergée et forme une rampe d'accès à l'eau.

On comprend que ce pont modulable peut être supporté directement par des flotteurs indépendants ou bien être supportée en tout ou partie par le sous-ensemble constitué par la ou les traverses et les flotteurs reliés par la(les) traverse(s). Avantageusement, le pont modulable est relié au sous-ensemble, c'est-à-dire aux flotteurs et/ou à la traverse.

La première configuration correspond à une configuration plane dans laquelle les première et seconde parties de pont sont sensiblement parallèles à la ligne de flottaison de la structure flottante. La deuxième configuration correspond à une configuration banquette où la première partie de pont forme une assise de banquette sur laquelle l'utilisateur peut s'assoir tandis que la seconde partie de pont forme un dossier de banquette sur lequel l'utilisateur assis peut s'adosser. La troisième configuration correspond à une configuration rampe d'accès à l'eau où la seconde partie de pont plonge progressivement sous la surface de l'eau (i.e. en dessous du niveau de la ligne de flottaison de la structure flottante) en formant une rampe régulière.

Selon une variante de la structure flottante présentant un pont modulable, ledit pont modulable est apte à adopter la première configuration et au moins une des configurations parmi la seconde et la troisième configuration.

L'invention concerne également un ensemble flottant comprenant au moins deux structures flottantes selon l'invention, et une passerelle reliant deux structures flottantes entre elles.

La passerelle permet aux utilisateurs de passer d'une structure flottante à l'autre. Préférentiellement, la passerelle est rigide et relie deux structures flottantes de manière fixe, formant ainsi un ensemble globalement plus stable que chaque structure flottante prise individuellemen

Avantageusement, l'ensemble flottant comporte un flotteur auxiliaire additionnel, ce flotteur auxiliaire additionnel étant fixé dans une zone médiane de ladite passerelle.

Le flotteur auxiliaire additionnel permet de soutenir la passerelle et soulage les structures flottantes du poids de cette dernière. Par ailleurs, lorsque la passerelle est fixée sur les structures flottantes, ce flotteur améliore la stabilité de l'ensemble flottant.

Avantageusement, la passerelle est fixée entre deux flotteurs de deux structures flottantes, et est fixée dans une zone médiane desdits flotteurs.

En fixant la passerelle sur la zone médiane des flotteurs, les accès à l'eau disposés entre les flotteurs restent libres. Par ailleurs, cette fixation permet un couplage des structures flottantes qui stabilise chaque structure flottante en limitant les mouvements de roulis (i.e. mouvements d'oscillation de la structure flottante dans un plan vertical perpendiculaire à la direction axiale).

Préférentiellement, les flotteurs, la ou les traverse(s), la passerelle ou le flotteur auxiliaire additionnel sont fabriqués en fibre de verre/polyester, en contreplaqué bois/époxy, en Twintex®, ou encore en polyéthylène. Dans ce dernier matériau, ces éléments sont préférentiellement fabriqués par rotomoulage.

L'invention et ses avantages seront mieux compris à la lecture de la description détaillée suivante de différents modes de réalisation de l'invention donnés à titre d'exemples non limitatifs. Cette description fait référence aux planches de dessins annexées sur lesquelles :

- la figure 1A représente un mode de réalisation d'une structure flottante, vu en perspective,

- la figure 1B représente la structure flottante de la figure 1A vu de côté selon la flèche IB, en

- la figure 2 représente un mode de réalisation d'un ensemble flottant comportant deux structures flottantes de la figure 1,

- la figure 3A représente un pont modulable en configuration plane, attenant à la structure flottante de la figure 1, - la figure 3B représente le pont modulable de la figure 3A en configuration banquette, et

- la figure 3C représente le pont modulable de la figure 3A en configuration rampe d'accès à l'eau.

Les figures 1A et 1B représentent une structure flottante 10 comprenant deux flotteurs 12 de forme allongée et orientés selon la direction axiale X. Les deux flotteurs 12 sont reliés entre eux par deux traverses 14 rigides. Ces traverses 14 forment chacune une poutre apte à flotter. Les traverses 14 s'étendent entre les flotteurs 12 au voisinage de leurs extrémités 12a, de part et d'autre de la partie centrale 12b de chaque flotteur 12.

La poutre formée par chaque traverse 14 présente une section en forme de L, la barre horizontale du L constituant un marchepied de mise à l'eau 14a en forme de lame. Les marchepieds 14a s'étendent sur toute la longueur des traverses 14, depuis un premier flotteur 12 jusqu'au second flotteur 12.

La ligne de flottaison F est représentée sur le pourtour de la structure flottante 10 par une ligne discontinue. Ainsi, lorsque la structure flottante 10 est à l'eau, elle s'enfonce dans l'eau jusqu'à la ligne F, la partie en dessous de la ligne F constituant la partie immergée de la structure flottante 10 tandis que la partie au-dessus de la ligne F constitue la partie émergée de la structure flottante 10. Le marchepied 14a s'étend parallèlement à la ligne de flottaison F. La ligne de flottaison F représentée sur l'ensemble des figures correspond à la ligne de flottaison lorsque les utilisateurs sont à bord de la structure flottante 10.

Les marchepieds 14a étant partiellement immergés, et les traverses 14 étant aptes à flotter, les marchepieds 14a constituent des flotteurs supplémentaires et forment une réserve de flottabilité stabilisant la structure flottante 10. Par ailleurs, les marchepieds 14a présentent chacun une face inférieure horizontale immergée et une face supérieure horizontale émergée. Si des mouvements de tangage se produisent, lors de la phase d'enfoncement du marchepied 14a dans l'eau, la face inférieure immergée induit un déplacement d'eau qui limite l'amplitude de l'enfoncement et stabilise la structure flottante 10. De même, si la face supérieure du marchepied 14a se retrouve immergée, cette dernière participe également à la stabilisation de la structure flottante en induisant un déplacement d'eau freinant les mouvements de tangage, notamment les mouvements tendant à sortir la face supérieure du marchepied 14a hors de l'eau.

En outre, quatre échelles de mise à l'eau 20 sont disposées entre les flotteurs 12. Bien entendu, le nombre d'échelle n'est pas limité à quatre. En particulier, selon une variante, la structure flottante présente au moins deux échelles, une échelle étant fixée entre les deux flotteurs sur chacune des traverses. Selon une autre variante ne présentant qu'une seule traverse et au moins deux échelles, une échelle est fixée d'un côté de la traverse tandis que l'autre échelle est fixée de l'autre côté de la traverse (i.e. les deux échelles sont fixées de part et d'autre de la traverse).

Dans cet exemple, les échelles 20 sont fixées sur les flotteurs 12 au voisinage des marchepieds 14a. Les marches 20a des échelles 20 forment des lames parallèles à la ligne de flottaison F qui stabilisent la structure flottante 10 en cas de tangage. Chaque échelle 20 présente un unique montant 20b auquel sont fixées les marches 20a, ce montant 20b servant également à la fixation de l'échelle 20 à un flotteur 12. Ces montants 20b forment chacun une dérive stabilisant la structure flottante vis-à-vis des mouvements de roulis. En outre ces montants 20b limitent également les mouvements libres de la structure flottante autour de sa ligne de mouillage (non représentée). Une ligne de mouillage est une ligne constituée d'une corde et/ou d'une chaîne reliée à une ancre ou à un corps mort et permettant d'amarrer la structure flottante à un point fixe lorsque l'ancre ou le corps mort est accroché ou déposé sur le fond de l'eau.

La structure flottante 10 présent quatre mâts 16, chaque mât étant disposé au voisinage d'une extrémité 12a d'un flotteur 12. Chaque mât 16 comprend deux contrefiches 16a et 16b. La contrefiche 16a est fixée sur une traverse 14 tandis que la contrefiche 16b est fixée sur le même flotteur 12 sur lequel est fixé le mât 16 en question. Dans l'exemple de la figure 1A, trois hamacs 18 s'étendent entre les mâts 16 ; un seul hamac 18 s'étendant entre chaque paire de mâts 16.

Un pont ajouré 22, s'étend entre les deux flotteurs 12 et entre les deux traverses 14. Par exemple, ce pont 22 est fabriqué en teck. Ainsi, il présente l'avantage d'être léger, robuste d'un point de vue mécanique et résistant au vieillissement en conditions maritimes.

Ce pont 22 permet de former un espace de vie sur la structure flottante 10. Par exemple, une table 24 est disposée sur ce pont 22. La table 24 comporte des chaises escamotables 26. Chaque chaise 26 présente deux tiges 26a articulées à leurs bases avec la base de la table 24. Les tiges 26a supportent à leurs extrémités supérieures une assisse 26b. En position escamotée l'assise 26b est logée dans un espace ménagé à cet effet sur le pourtour de la table 24.

Par ailleurs, la table 24 intègre un réfrigérateur ou une glacière, une réserve d'eau, une poubelle des rangements ou autre (non représentés). Dans cet exemple, la table 24 est ronde et comprend un fût cylindrique dans lequel sont logés un ou plusieurs des éléments précités. Quatre panneaux solaires 28 alimentent en électricité les équipements électriques de la structure flottante 10. Les câbles d'alimentation électrique non représentés sont logés à l'intérieur des tubes de mâts 16 et dans des gorges ou conduites prévues dans les flotteurs 12 et/ou les traverses 14.

En outre, la source d'électricité constituée par les panneaux solaires 28 permet d'équiper la structure flottante 10 d'autres éléments électriques tels que des brumisateurs et/ou une source musicale et/ou vidéo. Par exemple, les renflements 16c des mâts 16 peuvent loger des hauts parleurs et/ou des buses de brumisateur non représentés. Les buses de brumisateur sont disposées sur les mâts 16 au-dessus des hamacs 18 et en dessous des panneaux solaires 28.

Chaque panneau solaire 28 est fixé en rotation à l'extrémité supérieure de chaque mât 16, de sorte à pouvoir pivoter et former un pare-soleil orientable.

Une trappe 22a constitue un accès direct à l'eau depuis le pont 22, permettant par exemple d'installer la ligne de mouillage. Ainsi, la ligne de mouillage est disposée à l'écart des zones directement accessibles et ne gène pas les utilisateurs.

La figure 2 représente un ensemble flottant 100 comprenant deux structures flottantes 10 et une passerelle 30 reliant les deux structures flottantes 10. L'ensemble flottant 100 présente un flotteur auxiliaire additionnel 32 fixé en zone médiane 30a de la passerelle 30. La passerelle 30 est fixée entre deux flotteurs 12, dans une zone médiane 12b de chacun des flotteurs 12, chaque flotteur 12 appartenant à une structure flottantes 10 différente. La passerelle 30 est fixée par une liaison mécanique 34 laissant libres, sur une portion angulaire limitée, les rotations autour de l'axe principal A de la passerelle et autour de l'axe principal B du flotteur. Ainsi les deux structures flottantes 10 sont couplées de sorte à former sur l'eau un quasi corps rigide, tandis que les degrés de liberté qui ne sont pas bridés (i.e. les rotations autour des axes A et B) par les liaisons mécaniques 34 autorisent les mouvements relatifs entres les deux structures flottantes 10 liés à la houle. Ceci évite de solliciter inutilement les liaisons mécaniques 34 et les préserve des phénomènes d'usure et/ou de rupture. De plus, le flotteur auxiliaire additionnel 32 présente une forme allongée et s'étend selon la direction perpendiculairement à l'axe principal A de la passerelle 30 de sorte que la passerelle 30 reste stable et ne pivote pas ou peu autour de son axe A lorsqu'un utilisateur passe sur la passerelle 30. Dans cet exemple, le flotteur auxiliaire additionnel 32 s'étend selon la direction axiale X.

Les figures 3A, 3B et 3C représentent la structure flottante 10 décrite précédemment équipée d'un pont modulable 50. Ce pont modulable 50 est fixé au sous-ensemble constitué par les flotteurs 12 et les traverses 14 par des moyens non représentés. Selon différentes variantes, le pont modulable 50 est fixé définitivement ou de manière amovible et peut être solidaire du sous-ensemble via une fixation rigide ou via une articulation. Bien entendu, ce pont modulable 50 peut être utilisé indépendamment dudit sous-ensemble. De même, lorsque le pont modulable 50 est relié audit sous-ensemble, il peut-être utilisé indépendamment des équipements présents sur ce sous-ensemble, et notamment des mâts et/ou des hamacs.

Le pont modulable 50 comporte une première partie de pont 50A et une seconde partie de pont 50B, la première et la seconde partie de pont 50A et 50B étant solidaires et articulées entre elles par une charnière 52. Cette charnière 52 forme une liaison pivot entre la première et le seconde partie de pont 50A et 50B. La charnière 52 relie les deux parties de pont 50A et 50B le long d'un de leurs rebords. La première partie de pont 50A présente une pluralité de flotteurs 54 tandis que la seconde partie de pont 50B présente deux flotteurs 56 disposés sur le côté opposé au côté où est fixée la charnière 52. La première partie de pont 50A est soutenue de manière stable par les flotteurs 54 de sorte que dans les configurations où elle supporte le poids de la seconde partie de pont 50B elle n'est pas ou peu déséquilibrée. La première partie de pont 50A est fixée aux flotteurs 12 du côté opposé au côté où est fixée la charnière 52. Bien entendu, la fixation aux flotteurs 12 peut participer à la stabilité du pont modulable 50, et plus particulièrement de la première partie de pont 50A.

Dans l'exemple représenté, la première partie de pont 50A et la seconde partie de pont 50B présentent une forme rectangulaire. La longueur de la forme rectangulaire s'étend entre les flotteurs 12. La première partie de pont 50A est soutenue par deux flotteurs 54 de forme allongée, chaque flotteur 54 s'étendant en bordure de la première partie de pont 50A le long de la longueur du rectangle. La seconde partie de pont 50B est soutenue d'une part par la première partie de pont 50A via la charnière 52 et d'autre part par deux flotteurs 56, chacun des flotteurs 56 étant disposé au voisinage des coins du rectangle. Les flotteurs 54 et 56 sont disposés en dessous des première et seconde parties de pont 50A et 50B. Ainsi, les faces inférieures (Le. les faces en regard de l'eau) des première et seconde parties de pont 50A et 50B prennent appui sur les flotteurs 54 et 56, auxquels elles sont fixées. Bien entendu, la forme, le nombre et la disposition des flotteurs 54 et 56 ne sont pas limités au présent exemple.

On remarquera que les parties grisées des flotteurs 54 et 56 correspondent aux parties émergées.

Les figures 3A, 3B et 3C représentent les trois configurations du pont modulable 50. La figure 3A représente le pont modulable 50 en configuration plane dans laquelle les première et seconde parties de pont 50A et 50B sont disposées dans la continuité l'une de l'autre de sorte qu'elles forment une seule surface plane parallèle à la surface de l'eau.

La figure 3B représente le pont modulable 50 en configuration banquette dans laquelle la première partie de pont 50A est parallèle au niveau de l'eau tandis que la seconde partie de pont 50B forme un angle compris entre 120° et 90° avec la première partie de pont 50A. L'angle est mesuré entre les faces supérieures des parties de ponts 50A et 50B, c'est- à-dire les faces opposées aux faces qui sont en regard de la surface de l'eau. Dans cette configuration banquette la première partie de pont 50A forme avantageusement une assise tandis que la seconde partie de pont forme avantageusement un dossier. Ainsi, comme représenté sur la figure 3B, le pont modulable 50 forme une banquette disposée en vis-à-vis du marchepied 14a. Les utilisateurs peuvent ainsi s'asseoir en vis-à-vis sur le marchepied et sur la banquette formée par le pont modulable 50.

La figure 3C, représente le pont modulable 50 en configuration rampe d'accès à l'eau dans laquelle la seconde partie de pont 50B est partiellement immergée. Les flotteurs 56 de la seconde partie de pont 50B sont placés sur la face supérieure de la seconde partie de pont 50B de sorte que la bordure disposée du côté opposé au côté où est disposée la charnière 52 est maintenu sous l'eau tandis que la bordure fixée à la charnière 52 est maintenue hors de l'eau. On comprend que les flotteurs 56 maintiennent la partie immergée de la seconde partie de pont à une profondeur désirée, mais qu'ils empêchent bien entendu cette partie immergée de descendre plus en profondeur sous l'eau. On notera que les deux flotteurs 56 étant disposés dans les coins de la seconde partie de pont 50B, la bordure immergée présente une partie libre permettant un accès libre et direct à l'eau. La seconde partie de pont 50B forme ainsi une rampe d'accès à l'eau permettant par exemple de mettre à l'eau ou de sortir de l'eau un scooter de mer 60, ou équivalent.