Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
FLOATING NUT
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2015/018756
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a cage nut device (10), comprising: - a nut (11) comprising a tubular body (12) connected to a collar (15), which is substantially planar and orthogonal to the body, - a nut support (20) comprising a nut cage (23) forming an internal housing (28) able to accommodate the nut, the support also comprising a tubular portion, with the result that the collar of the nut can be inserted into said internal housing, characterized in that an external surface of the tubular portion of the nut support comprises longitudinal splines (22) having a diameter less than the diameter of the bore, and at least two longitudinal ribs (44) having a diameter greater than the diameter of the bore. The invention also relates to a method for installing such a device.

Inventors:
VERDIER FLORENT (FR)
Application Number:
EP2014/066619
Publication Date:
February 12, 2015
Filing Date:
August 01, 2014
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
LISI AEROSPACE (FR)
International Classes:
F16B4/00; F16B37/04
Domestic Patent References:
WO2007106801A22007-09-20
WO2008157265A12008-12-24
Foreign References:
DE102005036110A12007-02-08
US20050025606A12005-02-03
FR2585786A11987-02-06
US20030091408A12003-05-15
US20020041790A12002-04-11
US4732518A1988-03-22
US4557650A1985-12-10
Attorney, Agent or Firm:
MAUPILIER, Didier (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . - Dispositif (1 0) d'écrou à cage destiné à être installé dans une structure (40) comprenant un alésage (41 ) présentant un premier diamètre (D), comprenant :

- un écrou (1 1 ) comprenant un corps (1 2) tubulaire muni d'un taraudage (1 3) interne, ledit corps tubulaire se développant selon un premier axe (14) longitudinal, et une extrémité axiale dudit corps étant reliée à une collerette (1 5), sensiblement plane et située dans un plan orthogonal à l'axe longitudinal,

- un support (20) d'écrou comprenant une cage (23) d'écrou formant un logement interne (28) apte à accueillir l'écrou, le support comprenant également une portion tubulaire, ladite portion tubulaire se développant selon un deuxième axe (14') longitudinal à partir d'un orifice (25) de la base de la cage d'écrou, d'un côté opposé au logement interne, de sorte à ce que la collerette de l'écrou puisse être insérée dans ledit logement interne, dans une position installée tel que le premier et le deuxième axes longitudinaux soient alignés,

caractérisé en ce qu'une surface externe de la portion tubulaire du support d'écrou comprend des cannelures (22) longitudinales présentant un deuxième diamètre (D') inférieur au diamètre de l'alésage, et au moins deux nervures longitudinales (44) présentant un troisième diamètre (D") supérieur au diamètre (D) de l'alésage. 2. - Dispositif selon la revendication 1 , tel que la cage comprend une base (24) et une paroi supérieure (26) sensiblement parallèles, ladite base et ladite paroi latérale étant espacées l'une de l'autre et reliées par des parois latérales (27, 32) ouvertes sur au moins un côté (30), la paroi supérieure comprenant une découpe (29) ouvrant sur le au moins un côté (30) ouvert des parois latérales, ladite découpe étant apte à entourer radialement le corps tubulaire de l'écrou.

3. - Dispositif selon la revendication 1 ou la revendication 2, tel que le support est muni de moyens (1 6, 31 ) de blocage en rotation, selon les axes longitudinaux, de l'écrou en position installée dans le support.

4. - Dispositif selon la revendication 3, tel que :

- la collerette de l'écrou comprend au moins deux taquets (1 8) situés sur un bord proximal (1 9),

- la cage (23) comprend une paroi latérale (32) opposée à l'au moins un côté ouvert, ladite paroi latérale comprenant des lumières (31 ) aptes à accueillir les taquets.

5. - Dispositif selon l'une des revendications précédentes, tel que le logement interne (28) de la cage d'écrou et la découpe (29) de la paroi (26) supérieure sont dimensionnés de sorte à conserver un jeu (48) entre ledit logement interne et la collerette (15), et entre ladite découpe et le corps (1 2) d'écrou, dans un plan orthogonal aux axes longitudinaux (14, 14'). 6.- Dispositif selon l'une des revendications précédentes, tel que la cage comporte des moyens (293) de retenue par clipsage de l'écrou en position installée dans le support d'écrou.

7. - Ensemble pour installation d'un dispositif d'écrou à cage, comprenant :

- un dispositif (1 0) d'écrou à cage selon l'une des revendications précédentes,

- un fluide adhésif polymérisable destiné à être déposé dans les cannelures (22) de la portion tubulaire du support d'écrou (20) avant insertion de l'écrou cage (10) dans la structure (40) sur laquelle il doit être monté.

8. - Procédé d'installation d'un dispositif d'écrou à cage, selon l'une des revendications 1 à 6, dans une structure (40), ledit procédé comprenant les étapes suivantes :

- perçage, sur une surface (47) de la structure, d'un alésage (41 ) présentant un premier diamètre (D) supérieur au deuxième diamètre (D') des cannelures (22) et inférieur au troisième diamètre (D") des nervures (44) du support (20) d'écrou,

- répartition d'un fluide adhésif polymérisable sur la surface externe de la portion tubulaire et sur une face (46) de la base de la cage située du côté de ladite portion tubulaire, - insertion en force de la portion tubulaire dans l'alésage pour une installation en interférence, jusqu'à mise en contact de la base de la cage avec la surface de la structure,

- polymérisation de l'adhésif.

9. - Structure équipée d'un dispositif (10) d'écrou à cage selon l'une quelconque des revendications 1 à 6, caractérisée en ce qu'elle comporte un alésage (41 ) dont la paroi présente un diamètre (D) supérieur au deuxième diamètre (D') des cannelures longitudinales (22) de la portion tubulaire du support d'écrou et inférieur au troisième diamètre (D") des nervures longitudinales (44) de la partie tubulaire du support d'écrou, la portion tubulaire (21 ) du support d'écrou étant insérée dans l'alésage (41 ), ainsi qu'un adhésif polymérisé disposé entre lesdites cannelures longitudinales (22) et la paroi de l'alésage.

Description:
ECROU FLOTTANT

La présente invention se rapporte à un dispositif d'écrou flottant, ou écrou à cage.

Les écrous à cage sont par exemple utilisés dans les domaines automobile ou aéronautique. Ce type de dispositif comporte notamment un support, solidaire d'une structure au niveau d'un alésage. Le support reçoit un élément de fixation tel qu'un écrou. L'écrou peut coopérer avec une tige filetée afin d'assembler la structure à un autre élément. Il existe un jeu entre l'écrou et son support, afin de corriger d'éventuels écarts d'alignement entre l'axe de l'élément assemblé et celui de l'alésage de la structure portant l'écrou.

Plusieurs exemples d'écrous à cage sont notamment décrits dans le document WO2008/157265. Les supports d'écrous sont notamment réalisés dans des matériaux non-métalliques, de type plastique moulé, afin de diminuer le poids total du dispositif. Un tel gain de poids est généralement recherché, particulièrement dans le domaine aéronautique.

Les supports d'écrous du document WO2008/157265 sont assemblés à la structure par des fixations telles que des rivets pleins ou aveugles, voire des systèmes vis/écrous de taille réduite. Ces fixations, généralement métalliques, ajoutent du poids à l'assemblage global et nécessitent le perçage de trous supplémentaires dans la structure, ce qui la fragilise en tenue mécanique et résistance à la corrosion. Ce mode d'assemblage des supports d'écrous conduit aussi à une gamme d'assemblage longue et complexe et, dans le cas des rivets, l'utilisation d'outillages de pose spécifiques. Le mode d'assemblage avec des rivets est aussi problématique dans le cas de structures composites, qui supportent mal le sertissage des rivets. De même, dans le cas des structures épaisses, le ratio longueur / diamètre des trous pose problème au niveau du perçage, ainsi parfois que la disponibilité de rivets appropriés.

Il serait donc intéressant de proposer une alternative d'assemblage simplifiée des supports d'écrou avec la structure, compatible avec des structure épaisses, associant un gain en masse et en temps de pose tout en garantissant le maintien de la solidité de l'ensemble. La présente invention apporte une solution à ces problèmes. Elle se rapporte à un dispositif d'écrou à cage, comprenant : un écrou, ledit écrou comprenant un corps tubulaire muni d'un taraudage interne, ledit corps tubulaire se développant selon un premier axe longitudinal, une extrémité axiale dudit corps étant reliée à une collerette sensiblement plane et située dans un plan orthogonal à l'axe longitudinal ; le dispositif comprenant en outre un support d'écrou, ledit support comprenant une cage d'écrou, ladite cage formant un logement interne apte à accueillir l'écrou. Le support d'écrou comprend en outre une portion tubulaire, ladite portion tubulaire se développant selon un deuxième axe longitudinal à partir d'un orifice de la base de la cage d'écrou, d'un côté opposé au logement interne, de sorte à ce que la collerette de l'écrou puisse être insérée dans ledit logement interne, dans une position installée tel que le premier et le deuxième axes longitudinaux soient alignés. Une surface externe de la portion tubulaire du support d'écrou comprend des cannelures longitudinales présentant un deuxième diamètre inférieur au diamètre de l'alésage, et au moins deux nervures longitudinales présentant un troisième diamètre supérieur au diamètre de l'alésage.

Ainsi, le support d'écrou peut être assemblé à une structure par montage en interférence de la portion tubulaire dans l'alésage de ladite structure. Par « montage en interférence », on entend un montage avec jeu négatif. Ce montage en interférence est défini préférentiellement de manière à ce qu'on puisse insérer le support d'écrou dans la structure manuellement.

La portion tubulaire est ensuite définitivement solidarisée à la structure par application d'un adhésif sur ladite portion tubulaire, avant montage. Le montage en interférence combiné à la présence de cannelures permet de maintenir le support en place au contact de la structure pendant la phase de durcissement de l'adhésif. Les cannelures longitudinales permettent une meilleure répartition de l'adhésif, et donc une plus grande solidité de l'ensemble une fois l'adhésif durci.

Ce sont les nervures longitudinales présentant un troisième diamètre, supérieur au premier diamètre de l'alésage, qui créent l'interférence entre la portion tubulaire et l'alésage. Le reste de la surface externe de la portion tubulaire est en contact avec de l'adhésif. Selon une forme préférentielle de l'invention, la cage comprend une base et une paroi supérieure sensiblement parallèles, ladite base et ladite paroi latérale étant espacées l'une de l'autre et reliées par des parois latérales ouvertes sur au moins un côté, la paroi supérieure comprenant une découpe ouvrant sur le au moins un côté ouvert des parois latérales, ladite découpe étant apte à entourer radialement le corps tubulaire de l'écrou. La cage forme ainsi un logement interne apte à accueillir l'écrou.

Selon une forme préférentielle de l'invention, le logement interne de la cage d'écrou et la découpe de la paroi supérieure sont dimensionnés de sorte à conserver un jeu entre ledit logement interne et la collerette, et entre ladite découpe et le corps d'écrou, dans un plan orthogonal aux axes longitudinaux, afin de corriger d'éventuels écarts d'alignement lors de l'assemblage de l'écrou avec une tige filetée.

Préférentiellement, la cage comporte des moyens de retenue par clipsage de l'écrou en position installée dans le support d'écrou, afin de maintenir l'écrou dans la cage malgré le jeu.

Selon une autre forme préférentielle de l'invention, le dispositif est muni de moyens de blocage en rotation, selon les axes longitudinaux, de l'écrou en position installée dans le support. Préférentiellement, la collerette de l'écrou comprend au moins deux taquets situés sur un bord proximal, et la cage d'écrou comprend une paroi latérale opposée à l'au moins un côté ouvert, ladite paroi latérale comprenant des lumières aptes à accueillir les taquets. Ces lumières et ces taquets bloquent l'écrou en rotation dans le support.

Un autre aspect de l'invention se rapporte à un ensemble pour installation d'un dispositif d'écrou à cage, ledit ensemble comprenant un dispositif d'écrou à cage tel que décrit ci-dessus, ainsi qu'un adhésif de type fluide visqueux polymérisable à déposer dans les cannelures de la portion tubulaire du support d'écrou. De préférence, l'adhésif est un produit bi- composant, à mélanger juste avant l'application sur le support d'écrou et polymérisable à la température ambiante ou dans une étuve.

Un autre aspect de l'invention se rapporte à un procédé d'installation dans une structure d'un dispositif d'écrou à cage tel que décrit ci-dessus. Ledit procédé comprend les étapes suivantes : - perçage, sur une surface de la structure, d'un alésage adapté à une installation en interférence de la portion tubulaire du support d'écrou,

- répartition d'un fluide adhésif polymérisable sur la surface externe de la portion tubulaire et sur une face de la base de la cage située du côté de ladite portion tubulaire,

- insertion en force de la portion tubulaire dans l'alésage pour une installation en interférence, jusqu'à mise en contact de la base de la cage avec la surface de la structure,

- polymérisation de l'adhésif.

Le dispositif d'écrou à cage, installé selon ce procédé, est solidement fixé à la structure et l'ensemble présente un gain de poids par rapport à une fixation par rivets, telle que décrite dans l'art antérieur.

Un autre aspect de l'invention se rapporte à une structure équipée d'un dispositif d'écrou à cage selon l'invention comportant un alésage dont la paroi présente un diamètre supérieur au deuxième diamètre des cannelures longitudinales de la partie tubulaire du support d'écrou et inférieur au troisième diamètre des nervures longitudinales de la portion tubulaire du support d'écrou, la portion tubulaire du support d'écrou étant insérée dans l'alésage, ainsi qu'un adhésif polymérisé disposé entre lesdites cannelures longitudinales et la paroi de l'alésage.

L'invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui suit et à l'examen des figures qui l'accompagnent. Celles-ci sont données à titre indicatif et nullement limitatif de l'invention. Les figures montrent :

- Figure 1 : une vue en perspective d'un dispositif selon un mode de réalisation de l'invention, à l'état dissocié ;

Figure 2 : une autre vue en perspective d'un élément représenté à la figure 1 ;

Figure 3 : une vue en perspective du dispositif de la figure 1 , à l'état assemblé ;

Figure 4 : une vue en coupe du dispositif de la figure 3, assemblé à une structure ;

Figure 5 : une vue en coupe du dispositif et de la structure de la figure 4. La figure 1 représente une vue éclatée d'un dispositif 10 d'écrou à cage selon un mode de réalisation de l'invention.

Le dispositif 10 comporte un écrou 1 1 métallique, ledit écrou 1 1 comprenant un corps 12 tubulaire muni d'un taraudage 13 interne. Le corps 12 tubulaire se développe selon un premier axe 14.

Une extrémité axiale du corps 12 est reliée à une collerette 15, sensiblement située dans un plan orthogonal à l'axe 14. Dans l'exemple de réalisation de l'invention, la collerette 15 a une forme sensiblement rectangulaire ou carrée. La collerette 15 comporte notamment deux bords 16 sensiblement plans, parallèles à l'axe 14 et se développant parallèlement à un deuxième axe 17, perpendiculaire à l'axe 14. Chaque extrémité d'un bord 16 se termine par un taquet 18.

Le dispositif 10 comporte en outre un support 20 d'écrou. Le support 20 est préférentiellement réalisé dans un matériau non métallique, notamment de type matière plastique comme le TORLON®.

Le support 20 comporte une portion 21 tubulaire se développant selon un troisième axe 14'. Le support 20 est également visible à la figure 2 selon une autre perspective cavalière. Une surface latérale externe de la portion 21 comporte des cannelures 22 parallèles à l'axe 14'.

Une extrémité axiale de la portion 21 tubulaire est reliée à une cage 23 d'écrou. La cage 23 comporte une base 24 sensiblement plane, orthogonale à l'axe 14'. Dans l'exemple de réalisation de l'invention, la base 24 a une forme sensiblement rectangulaire ou carrée. Ladite base est percée d'un orifice 25 à partir duquel se développe la portion 21 tubulaire.

La cage 23 comporte également une paroi supérieure 26, sensiblement parallèle à la base 24 et de forme semblable à ladite base. La base 24 est reliée à la paroi supérieure 26 par deux parois latérales 27 sensiblement planes, se développant parallèlement à un quatrième axe 17', perpendiculaire à l'axe 14'.

La base 24 et les parois (26, 27) forment un logement 28 interne dimensionné de sorte à pouvoir accueillir la collerette 15 et une partie du corps tubulaire 12 de l'écrou 1 1 . La figure 3 montre l'écrou 1 1 assemblé au support 20 d'écrou, dans une position dite installée. Dans cette position, les axes 14 et 14' coïncident. La paroi supérieure 26 de la cage 23 comporte une découpe 29, sensiblement en forme de Ω. Comme visible sur la figure 1 , la forme en Ω de la découpe 29 comporte des bords 291 rectilignes non parallèles. Les bords 291 partent d'un côté 30 de la cage 23, dépourvu de paroi latérale, et se rapprochent l'un de l'autre en direction de l'axe 14', selon une forme sensiblement trapézoïdale. Chaque bord 291 est relié à une extrémité d'un autre bord 292 de forme semi-circulaire et centré sur l'axe 14'. Le bord 292 semi-circulaire est apte à entourer radialement le corps 1 2 tubulaire de l'écrou 1 1 .

Pour assembler l'écrou 1 1 et le support 20 d'écrou, la collerette 15 est placée au côté 30 de la cage 23, de sorte à ce que les axes 1 7 et 1 7' coïncident. La collerette 1 5 est alors translatée selon l'axe 1 7, coulissant sur la base 24 de sorte à ce que les bords 1 6 de la collerette et les parois 27 de la cage 23 soient sensiblement parallèles.

Les jonctions 293 des bords 291 et 292 de la découpe 29 sont écartés l'une de l'autre d'une distance égale ou légèrement inférieure à un diamètre de la section correspondante du corps 1 2 d'écrou. Sous l'effort de translation de l'écrou 1 1 , les parois de la découpe 29 se déforment de manière à se clipser autour du corps 1 2. Ledit corps 12 est alors entouré par le bord 292 de la découpe 29 et retenu par les clips 293.

La position installée est atteinte lorsque les axes 14 et 14' coïncident, c'est-à-dire que le corps 1 2 de l'écrou et la portion 21 tubulaire du support sont alignés, de sorte à pouvoir accueillir un élément mâle de fixation, tel qu'une vis.

Les dimensions de la collerette 1 5 dans le plan orthogonal à l'axe 14 sont légèrement plus faibles que les dimensions du logement 28 dans le même plan. De même, le diamètre du cercle correspondant au bord 292 est légèrement supérieur au diamètre de la section correspondante du corps 12 d'écrou. Ainsi, un jeu existe entre l'écrou 1 1 et le support 20 dans toutes les directions perpendiculaires à l'axe 14. Ce jeu permet des de compenser des défauts d'alignement lors de l'insertion d'une vis dans le corps 1 2 de l'écrou et la portion 21 tubulaire du support.

Lors de l'installation de l'écrou 1 1 dans le support 20, deux taquets 1 8 de la collerette 15, situés sur un bord 1 9 proximal, viennent prendre place dans des lumières 31 aménagées dans une troisième paroi latérale 32 de la cage 23, ladite paroi 32 étant opposée au bord 30. Ces taquets et ces lumières permettent de limiter la rotation de l'écrou 1 1 dans le support 20. Toutefois, il existe un faible jeu entre les lumières et les taquets, pour des ajustements en translation.

La figure 4 montre une vue en coupe du dispositif 1 0 assemblé à un panneau 40 de structure. Le dispositif 1 0 peut permettre de relier le panneau 40 à un autre élément de structure, à l'aide d'un élément mâle de fixation tel qu'une vis filetée coopérant avec le taraudage 1 3 de l'écrou 1 1 .

Le panneau 40 de structure est muni d'un alésage 41 disposé selon l'axe 14. Les dimensions de l'alésage 41 sont adaptées à un montage en interférence de la portion 21 tubulaire du support 20 d'écrou.

Plus précisément, la figure 5 montre une vue en coupe du panneau 40 et de la portion 21 tubulaire selon le plan A-A représenté à la figure 4 et orthogonal à l'axe 14. La paroi de l'alésage 41 , de diamètre D, est représentée en pointillé.

Dans l'exemple de la figure 5, les cannelures 22 longitudinales de la portion 21 tubulaire comportent des arêtes saillantes 42 et des arêtes rentrantes 43. Les arêtes saillantes 42 sont situées sur un même cylindre de base circulaire, centrée sur l'axe 14 et de diamètre D' légèrement inférieur au diamètre de l'alésage 41 . Par ailleurs, la surface extérieure de la portion 21 tubulaire comporte trois nervures 44 longitudinales, sensiblement parallèles aux arêtes 42 et 43. Des nervures 44 sont également visibles à la figure 2.

Les nervures 44 sont légèrement saillantes par rapport au cylindre formé par les arêtes 42. Les nervures 44 sont elles-mêmes disposées sur un second cylindre de base circulaire, centrée sur l'axe 14 et de diamètre D" légèrement supérieur au diamètre de l'alésage 41 . C'est l'interaction des nervures 44 avec la paroi de l'alésage 41 qui permet la mise en interférence de la portion 21 tubulaire avec ledit alésage 41 . L'extrémité des nervures 44 est chanfreinée afin de permettre le centrage et faciliter l'insertion de la portion tubulaire dans la structure.

Selon l'invention, il est possible de faire varier le nombre de nervures 44, en ne prévoyant que deux nervures, ou encore quatre ou cinq nervures, de préférence réparties régulièrement autour de l'axe 14.

Une fois la portion 21 montée en interférence dans l'alésage 41 , un espace résiduel 45 persiste entre les cannelures 22 et la paroi dudit alésage. Cet espace 45 reçoit un adhésif destiné à solidariser le support 20 d'écrou avec le panneau 40. Il s'agit par exemple d'un adhésif polymérisable, notamment à deux composants qui sont mélangés juste avant application.

Un procédé d'installation du dispositif 10 sur le panneau 40 comporte par exemple les étapes suivantes : l'alésage 41 est percé dans le panneau 40, avec un diamètre supérieur au diamètre des cannelures 22 et inférieur au diamètre des nervures 44. Puis, un adhésif polymérisable est déposé dans les cannelures 22 de la surface externe de la portion 21 tubulaire. L'adhésif est également déposé sur une face 46 de la base 24 de la cage, la face 46 étant située du côté de la portion 21 tubulaire.

La portion 21 tubulaire est ensuite insérée en force dans l'alésage pour une installation en interférence du fait du jeu négatif entre les nervures 44 et le diamètre D de l'alésage, jusqu'à mise en contact de la face 46 de la base 24 avec une surface 47 du panneau 40. Le maintien en position pendant la phase de durcissement de l'adhésif est ainsi assuré par la mise en interférence avec la structure.

Afin d'optimiser ladite mise en contact, l'alésage 41 peut être chanfreiné au niveau de la surface 47. L'adhésif est ensuite solidifié par polymérisation, à l'air libre ou par cuisson.

On obtient ainsi une structure équipée 40 d'un dispositif 10 d'écrou à cage comportant un alésage 41 dans lequel est insérée la portion tubulaire 21 du support d'écrou, ainsi qu'un adhésif polymérisé disposé entre lesdites cannelures longitudinales 22 et la paroi de l'alésage.

Le panneau 40 équipé du dispositif 10 d'écrou à cage peut alors être assemblé à un autre panneau ou élément de structure, au moyen d'une vis disposée selon l'axe 14 traversant ce panneau ou autre élément de structure, et munie d'un filetage coopérant avec le taraudage 13. Le jeu 48 entre l'écrou 1 1 et le support 20 permet de compenser les éventuels écarts d'alignement.