Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
FRICTION ADJUSTMENT SYSTEM
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/175373
Kind Code:
A1
Abstract:
System (1) for adjusting friction, notably the intensity of a friction torque, between a first member (7, 11, 12) notably a chronograph wheel, particularly a seconds wheel, and a second member (8) that is fixed in relation to a frame (9), notably a second member of second bearing type, comprising: – a frame (9); and – a threaded element (2) screwed to the frame (9) and arranged in such a way as to exert a mechanical action on the first member, this mechanical action being absorbed by the second member.

Inventors:
LYNER, Christophe (rue du Carroz 20, 1278 La Rippe, 1278, CH)
Application Number:
EP2019/056526
Publication Date:
September 19, 2019
Filing Date:
March 15, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
HUBLOT SA, GENÈVE (30 rue du Rhône, 1204 Genève, 1204 Genève, 1204, CH)
International Classes:
G04F7/08
Foreign References:
FR1140319A1957-07-19
CH689027A51998-07-31
CH577204B51976-06-30
CH661404GA31987-07-31
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
MOREAU, Stéphane et al. (19A rue de la Croix-d'Or, 1204 Genève, 1204, CH)
Download PDF:
Claims:
Revendications :

1. Système (1 ) de réglage d’une friction, notamment d’une intensité d’un couple de friction, entre un premier organe (7, 11 , 12), notamment un mobile de chronographe, en particulier un mobile des secondes, et un deuxième organe (8) fixe par rapport à un bâti (9), notamment un deuxième organe de type deuxième palier, comprenant :

un bâti (9) ; et

un élément fileté (2) vissé sur le bâti (9) et agencé de sorte à exercer une action mécanique sur le premier organe, cette action mécanique étant reprise par le deuxième organe.

2. Système (1 ) selon la revendication 1 , caractérisé en ce que l’élément fileté (2) comprend un filetage extérieur (21 ) et/ou un alésage (23).

3. Système (1 ) selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce que le système comprend un ressort (3), notamment un ressort hélicoïdal, monté en appui contre l’élément fileté (2) et agencé de sorte à transmettre l’action mécanique sur le premier organe.

4. Système (1 ) selon la revendication 3, caractérisé en ce que l’élément fileté (2) comprend un élément de placement (24) du ressort (3).

5. Système (1 ) selon l’une des revendications 3 et 4, caractérisé en ce que le système (1 ) comprend un arbre d’appui (4) sur lequel appuie le ressort (3), notamment un arbre d’appui (4) muni d’un épaulement (41 ) sur lequel appuie le ressort (3).

6. Système (1 ) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que l’arbre d’appui (4) comprend un élément de centrage (42) du ressort (3), notamment un élément de centrage (42) doté d’une partie conique.

7. Système (1 ) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le système (1 ) comprend une portion (5) convexe d’appui sur le premier organe (7, 1 1 , 12), notamment une portion (5) au moins partiellement sphérique d’appui sur le premier organe (7, 11 , 12), en particulier une extrémité au moins partiellement sphérique d’appui de l’arbre d’appui (4) ou de l’élément fileté (2), ou une bille (5) disposée entre l’arbre d’appui (4) et le premier organe (7, 1 1 , 12) ou disposée entre le premier organe et l’élément fileté (2).

8. Système (1 ) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que l’élément fileté (2) est en liaison hélicoïdale serrée avec le bâti (9).

9. Mécanisme horloger (100), notamment mouvement horloger ou module de chronographe, comprenant un système (1 ) selon l’une des revendications 1 à 8.

10. Mécanisme horloger (100) selon la revendication 9, caractérisé en ce que l’élément fileté (2) comprend une empreinte d’entraînement (22) en rotation accessible côté ponts ou côté cadran, notamment côté ponts au centre du mouvement.

1 1. Pièce d’horlogerie (200), notamment montre bracelet, comprenant un mécanisme horloger (100) selon l’une des revendications 9 et 10 et/ou un système (1 ) selon l’une des revendications 1 à 8.

12. Procédé de réglage d’une friction entre un premier organe (7, 1 1 , 12), notamment un mobile de chronographe, et un deuxième organe (8), notamment un deuxième palier, le procédé utilisant un système (1 ) selon l’une des revendications 1 à 8, le procédé comprenant une étape de vissage ou de dévissage de l’élément fileté (2) de sorte à modifier l’intensité de la friction, en particulier de sorte à modifier l’intensité du couple de friction du premier organe sur le deuxième organe.

13. Procédé de réglage selon la revendication précédente, caractérisé en ce qu’il est mis en oeuvre sans démontage d’un composant du mouvement et/ou en ce qu’il est mis en oeuvre mouvement emboîté.

Description:
Système de réglage d’une friction.

L’invention concerne un système de réglage d’une friction entre un premier organe et un deuxième organe. L’invention concerne encore un mécanisme horloger comprenant un tel système de réglage. L’invention concerne encore une pièce d’horlogerie comprenant un tel mécanisme horloger ou un tel système de réglage. L’invention concerne enfin un procédé de réglage utilisant un tel système de réglage.

Une pièce d’horlogerie dotée d’un chronographe comprend généralement des mobiles de chronographe montés pivotant à friction sur un bâti de pièce d’horlogerie. Pour assurer cette friction d’un mobile de chronographe, une lame élastique d’acier ou de laiton, ou clinquant est généralement fixé au bâti et en contact avec le mobile de chronographe de sorte à freiner la rotation du mobile de chronographe. Seulement, eu égard à l’emplacement de cette lame, le réglage de la friction de la lame contre le mobile est très délicat. En effet, il est d’une part difficile de régler l’effort de friction qui est très faible (de l’ordre du microNewton) et il est d’autre part difficile de régler cet effort car il implique un démontage partiel du mouvement qui peut être réalisé par remplacement du clinquant. Un tel démontage de différentes pièces est long, fastidieux et coûteux.

Le but de l’invention est de fournir un système de réglage d’une friction remédiant aux problèmes évoqués précédemment et améliorant les systèmes connus de l’art antérieur. En particulier, l’invention propose un système de réglage permettant d’assurer un réglage aisé de la friction entre deux organes horlogers, en particulier un réglage aisé de la friction d’un mobile de chronographe.

Un système de réglage selon l’invention est défini par la revendication 1. Différents modes de réalisation du système de réglage sont définis par les revendications dépendantes 2 à 8. Un mécanisme horloger selon l’invention est défini par la revendication 9.

Un mode de réalisation d’un mécanisme horloger est défini par la revendication dépendante 10. Une pièce d’horlogerie selon l’invention est définie par la revendication 1 1 .

Un procédé de réglage selon l’invention est défini par la revendication 12. Un mode d’exécution d’un procédé est défini par la revendication dépendante 13.

Les figures annexées représentent, à titre d’exemple, un mode de réalisation d’une pièce d’horlogerie selon l’invention.

La figure 1 est une vue schématique en coupe, selon un plan passant par un axe d’un mobile de chronographe, d’un mode de réalisation d’une pièce d’horlogerie. La figure 2 est une vue en perspective de détail d’un système de réglage selon un mode de réalisation de l’invention.

La figure 3 est une vue en perspective d’un mécanisme horloger selon un mode de réalisation de l’invention. Un mode de réalisation d’une pièce d’horlogerie 200 est décrit ci-après en référence à la figure 1. La pièce d’horlogerie 200 est par exemple une montre, en particulier une montre bracelet. La pièce d’horlogerie 200 comprend un mécanisme horloger 100, notamment un mouvement horloger mécanique 100. Le mouvement horloger est par exemple du type à remontage manuel ou du type à remontage automatique. Le mouvement comprend par exemple un module de chronographe ou un mécanisme de chronographe. Le module de chronographe ou le mécanisme de chronographe comprend des mobiles de chronographe, notamment un mobile 7, 1 1 , 12 des secondes de chronographe et/ou un mobile des minutes de chronographe et/ou un mobile des heures de chronographe et/ou un mobile de fractions de secondes de chronographe.

Comme illustré sur la figure 1 , le mécanisme horloger 100 comprend un système 1 de réglage d’une friction entre un mobile du chronographe et un bâti 9, plus généralement un système 1 de réglage d’une friction entre un premier organe 7, 1 1 , 12 et un deuxième organe 8, notamment d’une intensité d’un couple de friction entre un premier organe 7, 11 , 12 et un deuxième organe 8.

Le premier organe 7, 11 , 12 est un mobile de chronographe ayant un axe de rotation A, en particulier le premier organe 7, 1 1 , 12 est un mobile des secondes. Le premier organe est mobile en rotation par rapport au bâti 9 autour de l’axe A. Le mobile de chronographe comprend une tige 7 à l’extrémité de laquelle un indicateur des secondes (non représenté) comme une aiguille est monté, en particulier chassé. Une roue 11 des secondes et une came cœur 12 sont fixées, en particulier chassées sur la tige 7. Le mobile de chronographe comprend la tige 7, la roue 1 1 et la came cœur 12. Le deuxième organe 8 est fixe par rapport au bâti 9. Outre sa fonction de friction, le deuxième organe 8 peut avoir une autre fonction. Par exemple, le deuxième organe est un palier 8 assurant une liaison pivot du mobile de chronographe, plus précisément de la tige 7 du mobile de chronographe, par rapport au bâti 9. Le palier est par exemple une pierre ou un rubis.

Le contact permettant le réglage de la friction entre le premier organe et le deuxième organe est de préférence un contact plan, notamment un contact plan sur une surface annulaire centrée sur l’axe A. La surface de contact peut toutefois avoir toute autre forme. Elle peut notamment être conique. Dans le mode de réalisation décrit et représenté, le premier organe, notamment la tige 7, comprend un épaulement 7’. Cet épaulement vient en appui ou en butée contre le deuxième organe, notamment le palier 8. Ainsi, par exemple, une première surface annulaire prévue sur l’épaulement vient porter sur une deuxième surface annulaire prévue sur le palier.

Le système de réglage 1 comprend le bâti 9, un élément fileté 2 vissé sur le bâti 9. L’élément fileté 2 a un axe confondu, ou sensiblement confondu, avec l’axe A du mobile de chronographe. L’élément fileté 2 est agencé de sorte à exercer une action mécanique sur la tige 7, cette action mécanique étant reprise par le palier 8, en particulier par le bâti 9 sur lequel le palier est monté.

Le système de réglage 1 peut aussi comprendre un ressort 3. Le ressort 3 est par exemple monté en appui contre l’élément fileté 2 et est agencé de sorte à transmettre l’action mécanique à la tige 7.

De préférence, le ressort 3 est de type hélicoïdal. Alternativement, le ressort 3 peut être de toute autre nature comme par exemple un empilage de rondelles élastiques ou rondelles ressort ou un élément en matériau élastomère comme un tube en matériau élastomère.

Le ressort peut présenter une raideur comprise entre 0.1 et 0.5 N/mm, par exemple de 0.2 N/mm. Le ressort permet d’engendrer une force axiale comprise entre 0.02 N et 0.2N. Par exemple, on peut faire varier la force axiale de 0.05 N à 0.15 N.

L’élément fileté 2 comprend de préférence un filetage extérieur 21 coopérant avec un taraudage 91 ménagé dans le bâti 9. Alternativement, un filetage intérieur ou taraudage de l’élément fileté 2 coopérant avec un filetage extérieur sur le bâti 9 pourrait convenir également. De préférence, l’élément fileté 2 comprend un alésage 23, par exemple un alésage 23 d’axe confondu, ou sensiblement confondu, à l’axe de l’élément fileté 2. Préférentiellement, l’élément fileté 2 comprend un élément de placement 24, par exemple un lamage, une gorge ou une rainure, facilitant le placement, en particulier le centrage, du ressort 3.

Comme illustré sur la figure 2, le système de réglage 1 comprend en outre un arbre d’appui 4, d’axe confondu ou sensiblement confondu avec l’axe A. Le ressort 3 vient en appui contre l’arbre d’appui 4 de sorte à transmettre un effort axial à l’arbre d’appui 4. De préférence, l’arbre d’appui 4 est muni d’un épaulement 41 sur lequel appuie le ressort 3. L’arbre d’appui 4 comprend encore un élément de centrage 42 du ressort 3 au niveau de l’épaulement 41 , par exemple un élément de centrage 42 doté d’une partie conique.

Le système 1 comprend encore une portion 5 de l’arbre 4, de préférence convexe, d’appui sur la tige 7 suivant la direction axiale de la tige 7. Cette portion 5 est au moins partiellement sphérique, éventuellement dotée d’une extrémité au moins partiellement sphérique d’appui. La portion peut alternativement être conique.

Alternativement ou complémentairement, le système 1 comprend encore une portion de la tige 7, de préférence convexe, sur laquelle l’arbre 4 appuie suivant la direction axiale de la tige 7. Cette portion est au moins partiellement sphérique, éventuellement dotée d’une extrémité au moins partiellement sphérique d’appui. La portion peut alternativement être conique.

De préférence, la portion est une bille 5, disposée entre l’arbre d’appui 4 et la tige 7. Un évidemment, ou un cône intérieur, peut être ménagé à l’extrémité de l’arbre d’appui 4 en contact avec la bille 5 ou à l’extrémité de la tige 7 en contact avec la bille 5.

La bille 5 est guidée au sein d’un alésage 10 d’axe confondu ou sensiblement confondu avec l’axe A du mobile chronographe. L’alésage 10 est par exemple directement ménagé dans le bâti 9 ou dans une pièce fixée au sein du bâti 9. L’alésage 10 est dimensionné de manière à ce que la bille 5 soit libre de tourner et de se translater le long de cet alésage 10 et cela avec un jeu de fonctionnement adéquat.

Alternativement, l’alésage peut recevoir un cylindre doté par exemple d’un premier cône pointant sur la tige et/ou d’un deuxième cône pointant sur l’arbre d’appui. Le cylindre remplace alors la bille 5.

De préférence, l’élément fileté 2 est en liaison hélicoïdale serrée avec le bâti 9. Ainsi, il existe un frottement flancs de filets contre flancs de filets ou sommets de filets contre creux de filets. Ceci assure une résistance à la rotation de l’élément fileté et assure que l’élément ne se dévisse pas sous l’effet de chocs ou vibrations. Un mode d’exécution d’un procédé de fonctionnement d’un procédé de réglage est décrit ci-après. Le procédé utilise un système de réglage tel que décrit précédemment.

On suppose dans une première hypothèse qu’on visse l’élément fileté dans le bâti. On comprime en conséquence le ressort 3 suivant la direction de l’axe A ou sensiblement suivant cette direction et on augmente l’effort exercé par l’arbre 4 sur la tige 7 via la bille 5. Le ressort 3 étant maintenu entre l’élément fileté 2 et l’arbre d’appui 4, plus précisément entre l’élément de placement 24 de l’élément fileté 2 et l’épaulement 41 de l’arbre d’appui 4, l’effort est transmis à l’arbre d’appui 4. La bille 5, calée au sein de l’alésage 10, en contact d’un côté avec l’arbre d’appui 4, reçoit également cet effort. La bille 5 étant également en contact, de l’autre côté, avec la tige 7, l’effort se répercute sur la tige 7.

L’intérêt d’utiliser une portion convexe, telle qu’une bille 5, pour exercer l’effort sur la tige 7 et donc sur le mobile de chronographe est de limiter le couple de friction à ce niveau, le contact étant réalisé sur l’axe A. Il s’ensuit que l’intensité du couple de friction du premier organe sur le deuxième organe est intégralement ou quasi intégralement déterminé par l’effort de l’arbre 4 sur la tige 7 et par la géométrie du contact entre la tige et le palier 8 guidant la tige 7 en rotation relativement au bâti. Ainsi, l’effort provenant du ressort 3 se retrouve entre la tige 7 et le deuxième palier 8. Plus précisément, l’effort est concentré au niveau d’une surface de friction entre une butée 7’ de type épaulement de la tige 7 et le deuxième palier 8.

Ainsi, un procédé de réglage de la friction entre le premier organe et le deuxième organe, notamment entre le mobile de chronographe et le bâti 9, plus précisément entre la butée 7’ de la tige 7 et le deuxième palier 8, peut comprendre une étape de vissage de l’élément fileté 2 de sorte à augmenter l’intensité de la friction, en particulier augmenter l’intensité du couple de friction du premier organe sur le deuxième organe.

On suppose dans une première hypothèse qu’on dévisse l’élément fileté dans le bâti. On détend en conséquence le ressort 3 suivant la direction de l’axe A ou sensiblement suivant cette direction et on diminue l’effort exercé par l’arbre 4 sur la tige 7 via la bille 5. Ainsi, le couple de friction du premier organe sur le deuxième organe est diminué. En conséquence, un procédé de réglage de la friction entre le premier organe et le deuxième organe, notamment entre le mobile de chronographe et le bâti 9, plus précisément entre la butée 7’ de la tige 7 et le deuxième palier 8, peut comprendre une étape de dévissage de l’élément fileté 2 de sorte à diminuer l’intensité de la friction, en particulier diminuer l’intensité du couple de friction du premier organe sur le deuxième organe.

De préférence, l’élément fileté 2 comprend une empreinte 22 d’entraînement en rotation accessible côté ponts, par exemple côté ponts au centre du mouvement, comme illustré sur la figure 3. Cette empreinte d’entraînement 22 peut avoir une forme quelconque, de préférence femelle, de sorte à pouvoir être entraînée en rotation aisément par un outil ayant une forme male correspondante, notamment par un tournevis.

L’alésage 23 réalisé dans l’élément fileté permet de définir la compression maximale du ressort 3. En effet, lors du vissage de l’élément fileté, celui-ci se translate selon l’axe A relativement à l’arbre 4. Il s’ensuit qu’au fil du vissage de l’élément fileté, l’arbre 4 pénètre dans l’alésage 23. L’arbre 4 pénètre dans l’alésage jusqu’à un point où il chasse l’outil de l’empreinte 22. Dans cette situation, l’élément fileté ne peut plus être vissé à l’aide de l’outil. En conséquence, le procédé de réglage peut être mis en œuvre depuis l’extérieur du mouvement côté pont, ou côté cadran sans démontage d’un seul composant du mouvement et/ou être mis en œuvre mouvement emboîté.

Le système de réglage de friction a été décrit appliqué au réglage de la friction d’un mobile de secondes d’un chronographe. Il peut être appliqué à tout mobile compteur d’un mouvement chronographe. Le système de réglage de friction peut encore être appliqué à tout réglage de la friction entre un premier organe horloger et un deuxième organe horloger, comme par exemple un mobile de seconde indirecte, un affichage rétrograde ou plus largement tout mobile « fou » ou libre qui doit être freiné par l’ajout d’un couple de friction de valeur précise et de préférence ajustable.

Dans le mode de réalisation décrit, le système comprend un ressort. Alternativement, le système peut ne pas comprendre de ressort. Dans ce cas, l’élément fileté peut exercer un effort directement sur le premier organe ou indirectement via un élément rigide, comme un arbre d’appui et/ou une bille.

Dans le système de réglage, la portion 5 convexe d’appui peut être positionnée n’importe où entre l’élément fileté et le premier organe, élément fileté et premier organe compris. En particulier, la portion 5 convexe d’appui peut être positionnée n’importe où entre l’élément fileté et le premier organe, élément fileté et premier organe compris, quelle que soit la chaîne de composants se trouvant entre l’élément fileté le premier organe.