Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
HARNESSING DEVICE FOR SINGLE SHAFT HORSE-DRAWN VEHICLE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/1989/005748
Kind Code:
A1
Abstract:
Harnessing device for a horse-drawn vehicle, comprising a single shaft (2) passing above the back of the horse and connected at its front portion to a harness (5, 6, 7) via a traction cradle (4) to which the mono-shaft (2) is rotatingly mounted and, at its rear portion, to a horse-drawn vehicle (3), characterized in that the cradle (4) comprises two arches (9, 10) joined at their lower portion for connection with a harness collar (5) and spaced progressively from each other till they reach a maximum distance straight above the withers of the horse, an element (11) integral with the mono-shaft (2) being rotatingly mounted on a member (12) connecting both arches (9, 10) at their maximum spacing, and in that the cradle bears on the horse back via two hinged flaps (15, 16) mounted on the rear arch (10) and situated on either side of the median line of the horse back. The mono-shaft (2) carried by the arch (4) is connected to a wheeled (37) vehicle (3) through a shock absorber-suspension device.

Inventors:
PROUST STEPHANE (FR)
Application Number:
PCT/FR1988/000638
Publication Date:
June 29, 1989
Filing Date:
December 23, 1988
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PROUST STEPHANE (FR)
International Classes:
B62C1/00; B62C5/02; (IPC1-7): B62C5/02; B62C1/00
Foreign References:
FR2589418A11987-05-07
FR338948A1904-09-21
DE146784C
US4473991A1984-10-02
GB191216851A1913-07-17
Other References:
See also references of EP 0390854A1
Download PDF:
Claims:
1. Λ \ PEVETO I CAT I OΈTS .
2. Dispositif d'attelage pour véhicule hippomobile, comportant un monobrancard (2) passant au dessus du dos d'un cheval et relié, à sa partie avant, à un harnais (5,6,7) par l'intermédiaire d'un berceau de traction (4) sur lequel le monobrancard (2) est monte en rotation et, à sa partie arrière, à un véhicule hippomobile (3), caractérisé en ce que le berceau (4) comporte deux arceaux (9, 10) réunis à leur partie inférieure pour la jonction avec un collier (5) de harnais et s' écartant progressivement l'un de l'autre jusqu'à atteindre une distance maximum à l'aplomb du garrot du cheval, un élément (11) solidaire du monobrancard (2) étant monte en rotation sur un organe (12) reliant leε deux arceaux (9, 10) au niveau de leur écarte ent maximum (donc à l'aplomb du garrot), et en ce que le berceau repose, par l'intermédiaire de deux voletε (15, 16) articules montés sur l'arceau arrière (10) disposé obliquement pratiquement parallèlement à l'axe omoplatepointe de l'épaule (19) du cheval et situés de part et d'autre de la ligne médiane du dos du cheval, sur les muscles superficiels à la jonction du dos, du garrot et de l'épaule du cheval.
3. Dispositif selon la revendication 1, caractérisé en ce que la face interne des volets en contact avec le dos du cheval est rembourrée et présente une section droite convexe dans la zone centrale du volet, dans un A l plan perpendiculaire au plan de l'arceau arrière, les parties latérales du volet de part et d'autre de L'arceau présentant une section concave au plan de l'arceau et une section droite concave dans la zone centrale' du volet, dans un plan parallèle au plan de l'arceau, leε partieε supérieure et inférieure du volet présentant elles une section convexe dans des plans perpendiculaires au pian de 1' rceau.
4. Dispositif selon l'une ou l'autre deε revendications 1 et 2, caractérisé en ce que les voletε (15, 16) ont une forme ovoïde préεentant une pointe (22) et un gros bout (23), le gros bout constituant la base du volet.
5. Dispoεitif selon l'une quelconque deε revendications 1 à 3, caractérisé en ce que chaque volet est articulé en deux points sur l'arceau arrière du berceau.
6. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisé en ce que l'un des points d'articulation est monté fixe sur l'arceau et mobile sur le volet et l'autre est monté fixe εur le volet et mobile εur l'arceau.
7. Diεpoεitif selon l'une quelconque des revendications 1 à 5, caractérisé en ce que le point de rattachement (28) du berceau (4) au collier (5) se situe sur la droite horizontale <20) passant par la base du cou du cheval.
8. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 à 6, caractérisé en ce que le monobrancard (2) porté par le berceau (4) est relié à un véhicule (3) à roues (31) par l'intermédiaire d'un dispositif amαrtisseursuεpenseur.
9. Dispositif selon la revendication 7, caractérisé en ce que le dispositif amortisseur—suεpenseur comporte un élément élastique (44) tendu selon un axe perpendiculaire à l'axe longitudinal de l'attelage Λb véhicule hippomobile/monobrancard, entre deux peints de fixation (45) sur ledit véhicule.
10. Dispositif selon l'une ou l'autre deε revendications 6 et 7, caractérisé en ce que le dispositif amαrtisεeui—suspenseur est relié au monobrancard par un dispoεitif d'équilibrage réglable (50,51,52) .
11. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 à 9, caractérisé en ce que le collier (5) est un collier de chasse de type américain ( "breath coilar" ) .
12. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 à 10, caractérisé en ce que la sous ventrière (7) vient εe fixer de façon amovible sur deε anneaux (13) portés par l'arceau arrière (10) du berceau de traction, les anneaux (13) se trouvant entre les points d'articulation arceau/volet.
Description:
λ

Dispositif d 1 attelage pour véhicule i'ρτ->c:---cbi1. monobrancard.

L' invention concerne un dispositif d'attelage pour véhicule hippomobile à monobrancard passant au-dessus du dos du cheval.

Un dispositif de ce type et un véhicule hippomobile adapté sont décrits dans le document FR-A-2 589418.

Le dispositif d'attelage comporte un monobrancard passant au dessus du dos du cheval et relié, a sa partie avant, à un harnais par l'intermédiaire d'un berceau sur lequel le monobrancard est monté sur pivot et, à sa partie arrière, à un véhicule hippomobile. Les arceaux reposent directement sur le dos du cheval et un simple rembourrage assure le confort du cheval .

Ce dispositif constitue une amélioration indéniable des dispositifs d'attelage à monobrancard antérieurs. Dans l'antiquité, on utilisait un monobrancard monté sur un collier de cou mais de très faible rendement puisqu'il comprimait leε jugulaires du cheval et l'attelage ne bénéficiait pas de la totalité des efforts de traction du cheval. D'autres dispositifs utilisent une sellette analogue à celles d'un harnais classique, mais placée sur le dos du cheval et portant à sa partie supérieure l'extrémité antérieure du brancard. De même que dans le cas des chars antiques, les efforts de traction du cheval ne sont pas entièrement transmis et en règle générale il n'est possible de tracter qu'un sulky.

0

Un brevet français B " ° 712 758 décrit un berceau d-e traction associé à un monobrancard par une articulation verticale et auquel est fixée 'une paire de traits. Ce dispositif permet de tracter des outils agricoles, le travail se faisant au pas, mais n'est pas utilisable aux autres allures du cheval.

L' inconvénient principal du dispositif de FR-A- 2589418 est que le rembourrage des arceaux n'empêche pas le cheval de se blesser à la longue en raison, du frottement qui se produit, ce qui limite bien entendu les possibilités d'utilisation de ce dispositif.

L' invention fournit donc un dispositif du type décrit précédemment, dans lequel le berceau comporte deux arceaux réunis à leur partie inférieure pour la jonction avec un harnais et s' écartant progressivement l'un de l'autre jusqu'à atteindre une distance maximum à l'aplomb du garrot du cheval, un élément solidaire du monobrancard étant monté en rotation sur un organe reliant leε deux arceaux au niveau de leur écartement maximum, et le berceau repose sur le dos du cheval par l'intermédiaire de deux volets articulés montés sur l'arceau arrière disposé obliquement et situés de part et d'autre de la ligne médiane du dos du cheval.

La face interne des volets en contact avec le dos du cheval est rembourrée et présente une section droite convexe, dans la zone centrale du volet, dans un plan perpendiculaire au plan de l'arceau arrière, les parties latérales du volet de part et d'autre de 1 '.arceau présentant une section concave dans des plans parallèles au plan de l'arceau, et une section droite concave dans la zone centrale du volet, dans un plan parallèle au plan de l'arceau, les parties supérieure et inférieure du volet présentant elles une section convexe dans des plans perpendiculaires au plan de l'arceau. Avantageusement la partie supérieure du volet forme une pointe et la partie inférieure un gros bout, donnant au volet une forme

ovoïde dont ce gros bout constitue la base. Du fait de cette forme, le volet repose par sa convexité centrale dans le creux situé entre l'épaule et le dos du cheval, les deux concavités latérales permettant de loger les muscles correspondants sur lesquels le volet prend appui alternativement lors des mouvements du cheval; tandis que la concavité centrale permet au volet d'être positionne sur les muscles croisés du cheval, leε deux convexités supérieure et inférieure amenant le volet en contact avec les creux situés de part et d'autre de la jonction des muscles superficiels du dos, du garrot et de l'épaule du cheval (respectivement grand dorsal, trapèze dorsal et triceps). En raison de cette forme et de l' articulation du volet sur son support, le déplacement de va-et-vient horizontal de l'omoplate provoque un basculement du volet autour de l'arceau arrière en maintenant le contact entre le volet et le dos du cheval.

Afin de favoriser ce basculement autour de l'axe de l'arceau arrière, le volet est monté pivotant en deux points et de préférence grâce à deux rotules montées l'une fixe sur l'arceau et mobile sur le volet et l'autre fixe sur le volet et mobile sur l'arceau.

Afin de faciliter encore l'effort de traction du cheval, le monobrancard porté par le berceau est avantageusement relié au véhicule à roues par l'intermédiaire d'un dispositif amortisseui—suspenseur. Celui-ci comporte de préférence un anneau élastique tendu selon un axe perpendiculaire à l'axe longitudinal de l'attelage véhicule hippomobile/monobrancard, entre deux points de fixation sur ledit véhicule. Un dispositif d'équilibrage réglable relie la partie centrale de l'anneau élastique au monobrancard.

D' autres avantages et caractéristiques de la présente invention apparaîtront à la lecture de la description détaillée suivante, faite en référence aux dessins annexés dans lesquels :

la figure 1 est une vue d'ensemble de côté, de l'attelage utilisant un berceau de ' traction selon 1 ' invention, la figure 2 est une vue de dessus du véhicule hippomobile et du monobrancard utilisant le berceau de traction selon l'invention, la figure 3 est une vue de côté du dispositif de . la . figure 2, la figure 4 est une vue représentant le positionnement du berceau de traction selon l' invention par rapport à l'anatomie du cheval; la figure 5 est une vue de face (partie droite) du berceau de traction selon l'invention, et une vue de l'arrière (partie gauche), les figures 6 et 7 représentent schématique ent leε mouvements des épaules du cheval et ceux des- volets du berceau de traction, respectivement,

La figure 8 est une vue de dessus, agrandie, du dispositif amortisseur,

La figure 9 est une vue de devant montrant la fixation du harnais au berceau de traction.

Sur la figure 1, est représenté un cheval 3 attelé à un véhicule hippomobile 1 à deux roues par l'intermédiaire d'un monobrancard 2. Ce monobrancard repose sur le cheval par l'intermédiaire d'un berceau de traction 4, d'un collier 5, 6 et d'une sous-ventrière 7, ces deux derniers éléments constituant le harnais. Des rênes 8 permettent de guider le cheval de façon classique.

Le berceau de traction 4 comporte deux arceaux 9,10 réunis à leur partie inférieure pour la jonction avec le collier 5 et s' écartant progressivement l'un de l'autre jusqu'à atteindre une distance maximum à l'aplomb du garrot du cheval, l'arceau arrière 10 vu de dessus (figure 2) présentant un rayon de courbure plus faible que l'arceau avant 9. L'arceau avant se trouve dans un

plan peu écarté de la verticale tandis que l'arceau arrière est nettement oblique par rapport a ia verticale. U pivot 11 solidaire du monobrancard 2 est monté sur un organe 12 (par exemple une plaque) reliant les deux arceaux 9 et 10, au niveau de leur écartement maximal et permet la libre rotation du monobrancard par rapport au cheval . Cette structure en double arceau du berceau est avantageuse du point de vue économique et du point de vue légèreté, mais pourrait être remplacée par une structure pleine, permettant de définir un axe arrière oblique, même non matérialisé.

Les rênes 8 passent chacune de chaque côte du berceau dans un oeillet 14a sur l'arceau avant puis dans un oeillet 14 (figure 2) situé sur l'arceau arrière puis toutes deux dans le même oeillet 14b sur le monobrancard 2.

Le berceau de traction 4 prend appui sur le dos du cheval par l'intermédiaire de deux volets 15, 16, montés tous deux sur l'arceau arrière 11, disposes de part et d'autre de la ligne médiane du dos du cheval et symétriques par rapport à cette ligne. Chaque volet prend appui dans le creux anatomique situé à l'arrière de l'omoplate 17 du cheval (figure 4) et la face interne du volet, en contact avec le dos du cheval est rembourrée et présente plusieurs convexités et concavités. Leε volets 15, 16 ont de préférence une forme ovoïde présentant une pointe 22 et un gros bout 23, ce dernier constituant la base du volet.

Chacun des volets 15, 16 est monté sur l'arceau arrière par l'intermédiaire de deux articulations par exemple de deux rotules 24 montées sur des tiges fixes 25,25a. La tige 25a située à la partie supérieure du volet 15, 16 et la tige 25 à la base du volet sont montées en inversion, c'est-à-dire que la tige 25a est montée sur l'arceau et la rotule qu'elle porte repose sur le volet alors que la tige 25 est montée sur le volet et sa rotule

repose sur l'arceau. La longueur des tiges fixes peut être modifiée par vissage ou dévissage de façon à permettre la fabrication standardisée de berceaux pour n 1 importe .quel dos de che l.

Comme indiqué précédemment, chaque volet 15,.16 comporte sur sa face interne un rembourrage 26 sur une plaque de base 27, les deux étant conformés de façon à venir s'adapter à l'anatαmie du cheval à l'arrière de l'omoplate de celui—ci. Pour ce faire, la face interne des volets en contact avec le dos du cheval est rembourrée et pr sente une section droite convexe, dans la zone centrale du volet, dans un plan perpendiculaire au plan de l'arceau arrière, ieε parties latérales du volet de part et d'autre de l'arceau présentant une section concave au plan de l'arceau, et une section droite concave dans la zone centrale du volet, dans un plan parallèle au plan de l'arceau, les parties supérieure et inférieure du volet présentant elles une section convexe dans des plans perpendiculaires au plan de 1' rceau.

Lorsque le cheval avance et quelle que soit son allure (pas, trot ou galop), ses épaules avancent alternativement et sont animées d'un mouvement représenté sché a iquement sur la figure 6, par les flèches E-F. Du fait des articulations à rotules, les volets suivent les mouvements des omoplates du cheval en basculant, autour de l'axe reliant leε deux articulations, vers l'avant lorsque c'est l'épaule correspondante qui avance et vers l'arrière lorsque celle-ci est en retrait. Ceci est représenté schématiquement sur la figure 7, par les flèches I et J, leε points d'articulation étant symbolisés par les tiges 25 et 25a. Du fait du montage de la rotule de la tige 25a sur le volet, le mouvement de bascule à la pointe du volet est de moindre amplitude qu'à la base et ceci correspond au fait que l'amplitude de mouvement de l'omoplate du cheval est inférieure au

niveau de la pointe du volet par rapport à celle existant à la base du volet.

Le berceau de traction 4 est maintenu en place sur le cheval par l'intermédiaire d'un collier 5, 6 et d'une sous-ventrière 7 (figure 9) . Le collier est de préférence un collier de chasse de type américain ("breath collar"), c'est-à-dire un collier en deux parties latérales 5 réunies par un anneau et est monté de façon fixe par un dispositif classique de boucles à l'extrémité 28 de la partie commune des deux arceaux 9 et 10. Une courroie 6 est montée sur l'anneau du collier de chasse, passe entre leε jambes avant du cheval et est réunie à l'aide d'un anneau ou tout autre dispositif à la sous-ventrière 7. Celle-ci est fixée par des attaches ou crochets 13a aux anneaux 13 (figure 5) prévus sur l'arceau arrière 10 entre les points d'articulation des voletε. Pour atteler le cheval au monobrancard, il suffit de lui enfiler par la tête l'ensemble berceau et cellier et de venir ensuite mettre en place de chaque côté les crochets 13a de ia sous-ventrière dans les anneaux 13 de l'arceau 10. Ceci assure le positionnement latéral du berceau sur le cheval, tandis qu'un culeron 29 relié également .aux anneaux 13 assure le positionnement longitudinal du berceau .

Pour profiter au mieux de l'effort de traction du cheval, l'extrémité 28 des arceaux se trouve εur l'axe horizontal 20 passant par la base du cou du cheval et le collier de chasse se situe en majeure partie entre cet axe horizontal 20 et l'axe horizontal 21 passant par la pointe de l'épaule.

Le collier de chasse peut être remplacé par une bricole, pièce d'un seul tenant et traditionnellement utilisée pour la traction, mais l'effort du cheval s'effectue alors à la base du cou. On préfère donc utiliser un collier de chasse (utilise pour les chevaux

montés) avec lequel l'effort se : répartit; sur les deux épaules.

Le monobrancard 2 est relié au véhicule hippomobile 3 par un ' dispositif amortisseur et un dispositif d'équilibrage réglable que l'on décrira après une courte description du véhicule lui-même.

Ce véhicule est constitué par un châssis 30 monté sur deux roues 31 équipées de pneumatiques par l'intermédiaire de barres 32 et de suspensions 33. Un plancher 34, par exemple en treillis métallique (représenté sur la moitié du véhicule à la figure 2) , permet à une ou plusieurs personnes de prendre place. Un siège 35 est prévu sur les montants arrière 36 de châsεiε (seule la structure de support du siège est représentée à la figure 2) de telle sorte que le poids du ou deε paεεagerε s' exerce essentiellement à la verticale (plan 37) de l'axe des roues 31 (figure 3).

L' extrémité arrière 38 du monobrancard 2 est fixée en 39 εur le châssis 30. Comme on le voit sur leε dessins, la forme générale du monobrancard épouse celle du cheval et l'extrémité arrière 38 du monobrancard est oblique par rapport à la verticale. Un élément de support 40 est monté à l'avant du châssiε 30. Cet élément 40 comporte deux parties latérales 41 senεiblement verticales et une partie centrale 42 horizontale sensiblement en arc de cercle ouvert vers l'avant du véhicule.

Cette partie en arc de cercle peut servir de poignée pour les pasεagerε maiε a eεsentiellement un rôle de support du diεpoεitif amortisseur. Ce dispoεitif amortisseur 43 (représenté à plus grande échelle sur la figure 8) est constitué par un élément élastique 44 tendu, perpendiculairement à l'axe longitudinal du véhicule, entre leε deux extrémitéε 45 de l'arc de cercle 42. Cet élément élaεtique est avantageusement constitué par un anneau en caoutchouc ou une bande de caoutchouc ou d'un autre élastomère repliée sur elle-

même, relié aux points 45 par deε organes de fixation 46 traversant l'anneau; ces organes de fix ticr- 46 peuvent être des tiges 47 à extrémité filetée traversant l'anneau et maintenues par des écrous 48, comme représenté sur la figure 8 à titre illustratif.

La partie centrale de l'anneau élaεtique 44 est comprimée entre deux rondelles 49 dans le trou central desquelles passe un axe 50 relié rigidement au monobrancard 2. L'extrémité 51 de l'axe 50 fixée au monobrancard est montée en rotation sur une plaque 52 fixée au monobrancard, (par exemple dans un trou de la plaque à l'aide d'un boulon) à peu près au même niveau que l'épaule du cheval. De cette façon, le mouvement alternatif saccadé de traction du cheval est transmis à l'élément élastique qui l'amortit pour que la voiture soit entraînée de façon continue, sans saccades.

L'axe rigide 50 a une longueur réglable par exemple du fait de son interruption par un élément du type ridoir qui permet de rapprocher ou d'écarter la plaque 52 de l'élément élastique 44. Ceci permet de régler l'équilibre de la voiture hippomobile en fonction du cheval, du nombre et du poids de pasεagerε, ...pour que l'avant du siège se trouve à la verticale du centre des roueε (plan 37). Par ailleurs, le meneur a toujours la possibilité de modifier cet équilibre en se positionnant de façon appropriée dans le véhicule, en position assise ou debout, prenant appui sur la partie centrale du plancher 34, sur sa partie avant remontante ou sur l'une ou l'autre des parties latérales débordant au dessus des roues 31 (cf. fig.2) .

Le véhicule hippomobile, le monobrancard et le berceau de traction sont représentés sur les dessins comme étant faits en tube d'acier. C'est une solution simple et facile à mettre en oeuvre, permettant une légèreté et une solidité adéquate tout en facilitant l'obtention des formes arrondies adaptées d'une part à la

A O morphologie du cheval pour la partie monobrancard et berceau de traction et d'autre part à l'exigence de maniabilité et de sécurité de la partfe véhicule. En effet leε . parties latérales en arrondi, débordant au dessus des roues et inclinées vers le sol permettent à ce véhicule de s'effacer lorsqu'il heurte accidentellement un obstacle (pierre, arbre, ... ).

A titre d'exemple, l'élément de rotation 11 peut être un roulement à billes fixé à la plaque 12 par quatre boulons mais d' autres diεpoεitifε permettant de relier le berceau à un monobrancard en aεεurant une libre rotation de celui-ci autour du point d'articulation εur le berceau peuvent bien entendu être envisagés.

Les éléments conεtitutifε du harnais, collier de chasεe et sous-ventrière, sont construits et asεembiés de façon classique, avec un rembourrage aεεurant le confort du cheval .

Bien entendu leε dimenεionε du véhicule, du monobrancard et du berceau sont adaptêeε à la taille du cheval. Toutefoiε du fait de la préεence des volets articulés, on peut εanε problème εe contenter d'adapter ceε dimenεionε au type de cheval utiliεé (poney, double poney, cheval, ... ) .

Un dispositif tel que décrit ici permet une très grande liberté de manoeuvre puiεque le cheval a pratiquement la liberté de manoeuvre d' un cheval monté et que la forme et la structure du véhicule lui permettent de passer presque partout (il suffit que le paεsage disponible ait la largeur du véhicule) , sur route, en forêt, dans les champs, etc...