Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
IMPROVED ASSEMBLY METHOD USING A BEAD OF ADHESIVE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/122433
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a method for assembling first (19) and second (21) elements using a bead of adhesive (14) inserted between first (18) and second (20) bonding surfaces of the first (19) and second (21) elements, respectively. The method comprises the following steps: the bead of adhesive (14) is ejected, together with a filament (15), through a nozzle (11); the bead of adhesive (14) is deposited, together with the filament (15), on the first surface (18); and the first (18) and second (20) surfaces are clamped together so as to compress the bead of adhesive (14). As the bead of adhesive (14) and filament (15) are being ejected through the nozzle (11), the filament (15) is imparted with a non-stationary trajectory in a plane transverse to the direction in which the bead of adhesive (14) is ejected through the nozzle (11).

Inventors:
HACHE, Bertrand (4 rue de l'église, Saint-Léger-sur-Roanne, 42155, FR)
Application Number:
EP2018/086799
Publication Date:
June 27, 2019
Filing Date:
December 21, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
COMPAGNIE PLASTIC OMNIUM (19 boulevard Jules Carteret, LYON, 69007, FR)
International Classes:
B29C65/48; B29C65/14; B29C65/34; B29C65/52; B29C65/72; B29C65/76; C09J5/06; F16B11/00; B29L31/30
Foreign References:
US20140272332A12014-09-18
US3476842A1969-11-04
DE3521708A11986-12-18
DE4203505A11993-08-12
FR3015982A12015-07-03
US20140272332A12014-09-18
Attorney, Agent or Firm:
LLR (11 boulevard de Sébastopol, Paris, Paris, 75001, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Procédé d’assemblage de premier (19) et second (21 ) éléments au moyen d’un cordon de colle (14) intercalé entre des première (18) et seconde (20) surfaces de collage, respectivement des premier (19) et second (21 ) éléments, comprenant les étapes suivantes :

- on éjecte à travers une buse (11 ), le cordon de colle (14) conjointement avec un fil (15),

- on dépose le cordon de colle (14) conjointement avec le fil (15) sur la première surface (18),

- on serre entre elles les première (18) et seconde (20) surfaces de manière à comprimer le cordon de colle (14), caractérisé en ce que lors de l’éjection du cordon de colle (14) et du fil (15) à travers la buse (11 ), on confère au fil (15) une trajectoire évolutive dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle (14) à travers la buse (11 ).

2. Procédé d’assemblage selon la revendication 1 , dans lequel le cordon de colle (14) et le fil (15) sont éjectés en passant à travers un orifice (13) commun débouchant de la buse (11 ). 3. Procédé d’assemblage selon la revendication 1 ou 2, dans lequel, dans la buse (11 ), le fil (15) passe à travers un organe de guidage (12) en mouvement de façon à conférer au fil (15) une trajectoire évolutive dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle (14) à travers la buse (11 ). 4. Procédé d’assemblage selon la revendication 3, dans lequel le mouvement réalisé par l’organe de guidage (12) est un mouvement de rotation ou de translation alternatif.

5. Procédé d’assemblage selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le fil (15) est en matériau conducteur électriquement. 6. Procédé d’assemblage selon la revendication 5, dans lequel on génère un courant électrique dans le fil (15) de sorte que la colle (14) réticule par chauffage.

7. Procédé d’assemblage selon l’une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel le fil (15) forme une fibre optique minérale ou une fibre optique polymère.

8. Procédé d’assemblage selon la revendication 7, dans lequel on diffuse un rayonnement UV à travers le fil (15) de sorte que la colle (14) réticule par diffusion du rayonnement UV.

9. Ensemble collé (22) de premier (19) et second (21 ) éléments, caractérisé en ce qu’il est obtenu par le procédé d’assemblage selon l’une quelconque des revendications précédentes.

10. Ensemble collé (22) selon la revendication 9, comportant des moyens de connexion à un moyen de contrôle de robustesse de l’assemblage.

1 1. Applicateur (10) éjectant un cordon de colle (14) conjointement avec un fil (15), le cordon de colle (14) et le fil (15) passant à travers la buse (11 ), caractérisé en ce qu’il comprend un organe de guidage (12) du fil (15) en mouvement de façon à conférer au fil (15) une trajectoire évolutive dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle (14) à travers la buse (11 ).

12. Applicateur (10) selon la revendication 11 , dans lequel le cordon de colle (14) et le fil (15) sont éjectés en passant à travers un orifice (13) commun débouchant de la buse (11 ).

13. Applicateur (10) selon la revendication 11 ou 12, comprenant des moyens d’entrainement (17) en rotation ou en translation alternative de l’organe de guidage (12) du fil (15).

14. Procédé de démontage d’un ensemble collé (22) selon la revendication 9 ou 10, caractérisé en ce que l’élément collé (22) est obtenu par un procédé selon la revendication 5 ou 6, et en ce qu’on génère du courant électrique dans le fil (15) pour dégrader la colle (14).

15. Procédé de démontage d’un ensemble collé (22) selon la revendication 9 ou 10, caractérisé en ce que l’élément collé (22) est obtenu par un procédé selon la revendication 7 ou 8, et en ce qu’on diffuse un rayonnement UV ou IR à travers le fil (15) pour dégrader la colle (14).

Description:
Procédé d’assemblage par cordon de colle amélioré

L’invention concerne un procédé d’assemblage d’éléments par collage, et plus particulièrement d’éléments de véhicule automobile.

On connaît de l’état de la technique un procédé d’assemblage d’un premier élément et d’un second élément par collage au moyen d’un cordon de colle. En effet, il est connu de déposer un cordon de colle sur une surface d’un premier élément, puis de rapporter un second élément contre le premier élément, de manière à positionner les éléments l’un par rapport à l’autre et à comprimer partiellement le cordon de colle entre les deux surfaces en regard.

L’utilisation d’une colle thermodurcissable nécessite une étape de réticulation de la colle. Pour accroître la cadence de production par rapport à un collage se produisant à température ambiante, il est possible d’accélérer l’étape de réticulation par un apport de chaleur supplémentaire. Or la colle qui est située entre les deux éléments n’est pas toujours facilement ou directement accessible. Il n’est donc pas possible de chauffer directement ou efficacement la colle. L’activation de la réticulation de la colle doit alors être réalisée par un apport de chaleur par conduction au travers des éléments à coller, en les chauffant par l’une au moins de leur face extérieure. Cependant, ce mode de chauffage occasionne des déformations dues aux dilatations différentielles des éléments à coller et provoque des défauts d’aspect. Par ailleurs, la matière plastique n’étant pas un bon conducteur thermique, le procédé de chauffage de colle par conduction est peu économe en énergie si les deux pièces à coller sont en matière plastique.

La demande US2014/0272332 décrit un procédé pour former une structure composite en déposant, sur une première surface d’un premier élément, un cordon de colle au sein duquel un fil est introduit. On serre ensuite un second élément sur la première surface du premier élément. Le fil est intégré au cordon de colle de façon linéaire, c’est-à-dire que la longueur linéaire du cordon de colle est identique à la longueur linéaire du fil. Ce fil peut être un fil en matériau conducteur électriquement et peut être utilisé pour conduire un courant électrique induisant par effet Joule une libération de chaleur. Cette production de chaleur permet d’accélérer la réticulation du cordon de colle thermodurcissable. Dans un autre mode de réalisation, ce fil peut former une fibre optique. Dans ce mode de réalisation, le fil peut être utilisé pour diffuser à travers lui un rayonnement ultraviolet (UV). Cette diffusion de rayonnement UV permet d’accélérer la réticulation du cordon de colle à durcissement UV. Enfin, ce document précise que le fil peut permettre de désassembler par une action mécanique l’ensemble collé en tirant sur chaque extrémité du fil en direction latérale par rapport aux premier et second éléments de façon à rompre la colle durcie. Dans le domaine automobile, et des hautes cadences de production, il est souvent requis, lorsque l’on dépose au moyen d’un robot un cordon de colle sur des surfaces complexes, la buse se déplace en lignes droites à vitesse élevée, à vitesse réduite en virages, et encore plus lentement dans les zones complexes tridimensionnelles où il y a des profils de vitesse de déplacement variés. Un cordon de colle en cours de dépôt, c’est-à-dire avant que la colle ne réticule, a l’avantage de présenter une viscosité permettant au cordon de colle de s’adapter à ces variations de vitesse. En effet, pour un robot délivrant à travers une buse la colle à débit constant, le diamètre du cordon de colle diminue lorsque la buse se déplace à vitesse élevée et a tendance à augmenter lorsque la buse ralentit, par exemple dans un virage ou dans une zone complexe. Lorsqu’il y a un fil à l’intérieur du cordon de colle, comme dans le document US2014/0272332, lors d’une accélération brusque de la buse et donc d’une diminution brutale du diamètre du cordon de colle, le fil, qui ne présente pas de propriété permettant de s’adapter à ces variations de vitesse, est mis en tension et peut se rompre ou bien sortir du cordon de colle déjà déposé.

Il est donc essentiel d’éviter que le fil soit trop mis en tension lors de son dépôt conjointement avec le cordon de colle, à l’intérieur du cordon de colle.

Par ailleurs, il est difficile d’obtenir un pilotage fin des équipements utilisés pour le dépôt de colle, c’est-à-dire une synchronisation parfaite entre les équipements, par exemple la synchronisation entre une pompe d’approvisionnent de colle et la vitesse de déplacement de la buse, de sorte que le débit linéaire du cordon de colle augmente lorsque la buse accélère et inversement. En effet, il existe un temps de latence qui ne permet pas de synchroniser parfaitement l’ensemble des paramètres de dépôt du cordon de colle.

L'invention a notamment pour but de remédier au problème de mise en tension du fil lors de variations brusques de vitesse de déplacement de la buse.

A cet effet, l’invention a pour objet un procédé d’assemblage de premier et second éléments au moyen d’un cordon de colle intercalé entre des première et seconde surfaces de collage, respectivement des premier et second éléments, comprenant les étapes suivantes :

- on éjecte à travers une buse, le cordon de colle conjointement avec un fil,

- on dépose le cordon de colle conjointement avec le fil sur la première surface,

- on serre entre elles les première et seconde surfaces de manière à comprimer le cordon de colle,

caractérisé en ce que lors de l’éjection du cordon de colle et du fil à travers la buse, on confère au fil une trajectoire évolutive dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle à travers la buse.

Cela permet de déposer, indépendamment des variations brusques de vitesse de déplacement de la buse, un cordon de colle conjointement avec un fil sans que le fil ne se tende et sans risquer que le fil se rompe. En effet, la trajectoire évolutive, c’est-à-dire une trajectoire non réduite à un point, dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle à travers la buse permet à l’excédent de longueur donné au fil d’amortir les effets d’une variation brusque de vitesse en évitant une mise en tension excessive. Le fil reste toujours suffisamment détendu pour absorber une variation de vitesse brusque sans être tendu au risque de sortir ou de s’éloigner du cordon de colle déjà déposé, par exemple dans un virage, ou de se rompre.

Le procédé selon l’invention peut également comporter les caractéristiques optionnelles suivantes :

- Le cordon de colle et le fil sont éjectés en passant à travers un orifice commun débouchant de la buse.

Cela permet, lors de l’éjection du cordon de colle et du fil, que le fil soit placé à l’intérieur du cordon de colle. Ainsi, la colle est directement en contact avec le fil.

- Dans la buse, le fil passe à travers un organe de guidage en mouvement de façon à conférer au fil une trajectoire évolutive dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle à travers la buse.

Cela permet de donner au fil alimenté davantage de longueur linéaire par rapport à la longueur linéaire du cordon de colle. Ainsi, en cas de changement brusque de vitesse, l’excédent de longueur donné au fil permet de limiter les effets de variation brusque de vitesse de la buse sur la tension du fil, grâce à la longueur linéaire supplémentaire du fil par rapport à la longueur linéaire du cordon de colle.

- Le mouvement réalisé par l’organe de guidage est un mouvement de rotation ou de translation alternatif.

Lorsque l’organe de guidage réalise un mouvement de rotation, cela permet de conférer au fil une trajectoire circulaire dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle à travers la buse ou l’orifice commun de la buse. De même, lorsque l’organe de guidage réalise un mouvement de translation alternatif, cela permet de conférer au fil une trajectoire alternative dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle à travers la buse ou l’orifice commun de la buse. Ainsi, lors du déplacement de buse, le fil est déposé en spirale ou en ondulation dans le cordon de colle déposé sur un élément, ce qui est particulièrement avantageux pour limiter les effets de variation brusque de vitesse de la buse sur la tension du fil.

Le fil est en matériau conducteur électriquement.

Dans ce premier mode de réalisation, cela permet de pouvoir diffuser un courant électrique dans le fil alors que la colle est directement en contact avec ce fil.

- On génère un courant électrique dans le fil de sorte que la colle réticule par chauffage.

Cela permet de chauffer directement la colle par effet Joule et d’accélérer la réticulation du cordon de colle thermodurcissable. Ainsi, il n’y a pas besoin d’avoir un apport de chaleur par conduction en chauffant les éléments à coller, la colle étant directement en contact avec le fil. Les éléments ne sont donc pas altérés par une étape de chauffage par conduction.

Le fil forme une fibre optique minérale ou une fibre optique polymère.

Dans ce second mode de réalisation, cela permet de pouvoir diffuser dans le fil de la lumière visible ou invisible, la colle étant directement en contact avec le fil.

- On diffuse un rayonnement UV à travers le fil de sorte que la colle réticule par diffusion du rayonnement UV

Cela permet de diffuser un rayonnement UV directement dans le cordon de colle et d’accélérer la réticulation du cordon de colle à durcissement UV. Ainsi, il est possible d’utiliser une colle à durcissement UV pour coller des éléments opaques entre eux puisque la colle est directement en contact avec le fil diffusant le rayonnement UV.

Les premier et second éléments sont des éléments de véhicule automobile, dont, de préférence, l’un au moins est en plastique.

Cela permet de pouvoir assembler des éléments de véhicule automobile entre eux par collage, notamment des éléments en plastique, sans abîmer les éléments par un procédé d’assemblage. De plus, ce procédé permet d’accélérer la réticulation de la colle, et donc de gagner du temps sur l’assemblage des éléments entre eux. La cadence de production est alors augmentée ainsi que la productivité de la chaîne de production.

L’invention concerne également un ensemble collé de premier et second éléments, caractérisé en ce qu’il est obtenu par le procédé d’assemblage selon l’invention.

Ainsi, l’ensemble collé peut comprendre des éléments transparents ou opaques, qui ne sont pas altérés par une étape de chauffage par conduction qui occasionne des déformations dues aux dilatations différentielles des éléments à coller et des problèmes de marquage des surfaces d’aspect.

L’ensemble collé selon l’invention, et plus particulièrement le fil de cet ensemble, peut également comporter des moyens de connexion à un moyen de contrôle de robustesse de l’assemblage.

Cela permet de pouvoir contrôler certains paramètres, notamment la qualité de l’assemblage. En effet, le fil présent entre les éléments collés peut permettre de déterminer si le dépôt du cordon de colle a été correctement réalisé, notamment si la colle a été correctement déposée sur la surface d’un élément. Le fil présent entre les éléments collés peut également permettre de détecter une rupture accidentelle du cordon de colle mise en évidence par une rupture du fil.

L’invention concerne aussi un applicateur éjectant un cordon de colle conjointement avec un fil, le cordon de colle et le fil passant à la buse, caractérisé en ce que l’applicateur comprend un organe de guidage du fil en mouvement de façon à conférer au fil une trajectoire évolutive dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle à travers la buse.

Cela permet de donner au fil davantage de longueur linéaire par rapport à la longueur linéaire du cordon de colle. Ainsi, en cas de changement brusque de vitesse, la longueur linéaire supplémentaire du fil par rapport à la longueur linéaire du cordon de colle permet de limiter les effets de variation brusque de vitesse de la buse sur la tension du fil.

L’applicateur selon l’invention peut également comporter les caractéristiques optionnelles suivantes :

Le cordon de colle et le fil sont éjectés en passant à travers un orifice commun débouchant de la buse.

Ainsi, le cordon de colle et le fil sont éjectés de la buse de sorte que le fil soit placé à l’intérieur du cordon de colle. Ainsi, la colle est directement en contact avec le fil.

Il comprend des moyens d’entrainement en rotation ou en translation alternative de l’organe de guidage du fil.

Cela permet de conférer au fil une trajectoire circulaire ou alternative dans un plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle à travers la buse ou l’orifice commun de la buse. Ainsi, lors du déplacement de buse, le fil est déposé en spirale ou en ondulation dans le cordon de colle déposé sur un élément, ce qui est particulièrement avantageux pour limiter les effets de variation brusque de vitesse de la buse sur la tension du fil.

L’invention concerne en outre un procédé de démontage d’un ensemble collé selon l’invention, l’élément collé étant obtenu par un procédé selon le premier mode de réalisation de l’invention, caractérisé en ce qu’on génère du courant électrique dans le fil pour dégrader la colle.

Cela permet, lorsque le fil est en matériau conducteur électriquement, de chauffer le fil par effet Joule de sorte que la chaleur dégagée par le fil dégrade la colle afin de permettre le démontage des éléments assemblés.

L’invention concerne enfin un procédé de démontage d’un ensemble collé selon l’invention, l’élément collé étant obtenu par un procédé selon le second mode de réalisation de l’invention, caractérisé en ce qu’on diffuse un rayonnement UV ou infrarouge (IR) à travers le fil pour dégrader la colle.

Cela permet, lorsque le fil forme une fibre optique, de diffuser un rayonnement UV ou IR dans le fil de sorte que le rayonnement UV ou IR diffusé par le fil dégrade la colle afin de permettre le démontage des éléments assemblés.

L’invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui va suivre donnée uniquement à titre d’exemple et faite en se référant aux dessins dans lesquels :

- la figure 1 est une vue schématique d’un applicateur selon l’invention en cours de dépôt d’un cordon de colle conjointement avec un fil sur une première surface ;

la figure 2 est une vue schématique d’un ensemble collé selon l’invention.

On a représenté sur la figure 1 , un applicateur 10 comprenant une buse 11 dans laquelle un organe de guidage 12 est logé.

La buse 11 comprend une extrémité formant un orifice débouchant 13 à travers lequel un cordon de colle 14 et un fil 15 sont éjectés. Dans l’exemple décrit, l’orifice 13 est donc commun pour l’éjection du cordon de colle 14 et du fil 15.

A l’intérieur de la buse 11 , le fil 15 passe, grâce à un orifice 16 ménagé dans l’organe de guidage 12 du fil 15, à travers l’organe de guidage 12 en mouvement par rapport au plan transversal à la direction d’éjection du cordon de colle (14) à travers la buse (11 ). L’applicateur 10 peut comprendre en outre des moyens d’entrainement 17 de l’organe de guidage 12 du fil 15. Dans l’exemple décrit, les moyens d’entrainement 17 de l’organe de guidage 12 du fil 15 sont rotatifs. Ces moyens d’entrainement 17 sont de type connu, par exemple un moteur électrique tournant, et sont schématisés sur la figure 1 par des flèches. Ainsi, l’organe de guidage 12 du fil 15 permet de conférer au fil 15 une trajectoire circulaire dans un plan l-l transversal à la direction d’éjection du cordon de colle 14 à travers l’orifice commun 13 de la buse 11.

On décrira ci-dessous un procédé selon l’invention pour l’assemblage de premier et second éléments au moyen du cordon de colle 14. Comme cela sera décrit plus en détail ultérieurement, selon ce procédé, on intercale le cordon 14 entre des première 18 et seconde 20 surfaces de collage, respectivement de premier 19 et second 21 éléments.

Plus particulièrement, comme cela est représenté sur la figure 1 , tout d’abord on éjecte, à travers l’orifice 13 de la buse 11 , le cordon de colle 14 conjointement avec le fil 15. Le cordon de colle 14 et le fil 15 passent alors à travers l’orifice commun débouchant 13 de la buse 11. Le fil 15 est situé à l’intérieur du cordon de colle 14. Lors de l’éjection, on confère au fil 15 une trajectoire évolutive dans un plan l-l transversal à la direction d’éjection du cordon de colle 14 à travers l’orifice commun 13 de la buse 11. A cet effet, dans l’exemple illustré, l’organe de guidage 12 du fil 15 réalise, à l’aide des moyens d’entrainement 17 formés par un moteur électrique tournant, un mouvement de rotation conférant au fil 15 une trajectoire circulaire dans un plan l-l transversal à la direction d’éjection du cordon de colle 14 à travers l’orifice commun 13 de la buse 11 . Ainsi, lors du déplacement de la buse 11 dans le but de déposer le cordon de colle 14 sur une surface à coller, le fil 15 est déposé en spirale dans le cordon de colle 14 déposé sur la surface à coller, ce qui est particulièrement avantageux pour limiter les effets de variation brusque de vitesse de la buse 11 sur la tension du fil 15.

Le cordon de colle 14 est déposé conjointement avec le fil 15 sur une première surface 18 d’un premier élément 19 en matériau plastique. Une fois le dépôt réalisé, le fil 15 a donc une longueur linéaire supérieure par rapport à la longueur linéaire du cordon de colle 14. Ainsi, le fil 15 peut amortir et limiter les effets d’une variation brusque de vitesse de déplacement de la buse 11 , en évitant une mise en tension excessive. Le fil 15 reste toujours suffisamment détendu pour absorber une variation de vitesse brusque sans être tendu au risque de sortir du cordon de colle 14 déjà déposé ou de se rompre. Dans l’exemple illustré, le fil 15 ayant une trajectoire circulaire dans un plan l-l et la buse 11 se déplaçant, le fil 15 est déposé en spirale dans le cordon de colle 14 déposé sur la première surface 18 du premier élément 19, ce qui est particulièrement avantageux pour limiter les effets de variation brusque de vitesse de la buse 11 sur la tension du fil 15.

Ensuite, on serre entre elles la première surface 18 et une seconde surface 20 de manière à comprimer le cordon de colle 14 entre les première 18 et seconde 20 surfaces, respectivement du premier élément 19 et d’un second élément 21. Ainsi, le fil 15 est directement en contact avec le cordon de colle 14 intercalé entre les première 18 et seconde 20 surfaces de collage, respectivement des premier 19 et second 20 éléments, une fois le serrage réalisé.

De préférence, lorsque le fil 15 est en matériau conducteur électriquement, on débute et termine l’étape de dépôt en dehors de la première surface 18 du premier élément 19.

Enfin, le fil 15 est coupé, de sorte que les extrémités du fil 15 soient saillantes et accessibles après serrage des première 18 et seconde 20 surfaces.

On notera que lorsque le fil 15 forme une fibre optique minérale ou une fibre optique en polymère, de préférence on débute ou termine l’étape de dépôt en dehors de la première surface 18 du premier élément 19. Ainsi, au moins une extrémité du fil 15 est saillante et accessible après serrage des première 18 et seconde 20 surfaces.

Par ailleurs, on notera que dans un autre mode de réalisation, lorsque le fil 15 est en matériau conducteur électriquement, on débute et termine l’étape de dépôt au niveau d’une zone conductrice comprise dans le premier 19 ou second 21 élément et accessible après serrage. De cette façon, le fil 15 est en contact avec cette zone conductrice lorsque l’on serre entre elles la première surface 18 et la seconde surface 20, comprimant ainsi le cordon de colle 14 et le fil 15 entre les première 18 et seconde

20 surfaces, respectivement du premier élément 19 et d’un second élément 21. Ainsi, le fil 15 est accessible après serrage par l’intermédiaire de cette zone conductrice.

Le procédé d’assemblage décrit est particulièrement avantageux pour assembler des éléments de véhicule automobile, notamment des éléments formant un hayon de véhicule ou encore un becquet arrière de véhicule. De préférence, l’un au moins des éléments est en plastique.

Dans un premier mode de réalisation avantageux, le fil 15 est en matériau conducteur électriquement. Après l’étape de serrage des première 18 et seconde 20 surfaces entre elles, on génère un courant électrique dans le fil 15 en branchant une source électrique, par exemple un générateur électrique, sur les extrémités saillantes du fil 15.

Comme le cordon de colle 14 est directement en contact avec le fil 15, le courant électrique diffusé dans le fil 15 peut permettre de chauffer directement le cordon de colle 14 par effet Joule. Ceci permet, lorsque le cordon de colle 14 comprend de la colle thermodurcissable, d’accélérer la réticulation par chauffage de ce cordon de colle 14. Ainsi, il n’y a pas besoin d’apporter de la chaleur par conduction en chauffant les éléments 19, 21 à coller, le cordon de colle 14 étant directement en contact avec le fil 15. Les éléments 19, 21 ne sont donc pas altérés par une étape de chauffage par conduction.

On obtient ainsi, comme illustré schématiquement sur la figure 2, un ensemble collé 22 de premier 19 et second 21 éléments selon l’invention.

Le courant électrique diffusé dans le fil 15 peut également permettre d’aider à contrôler la qualité de l’assemblage. En effet, il est possible de déterminer, notamment en connectant un moyen de contrôle sur les extrémités saillantes du fil 15, si le dépôt du cordon de colle 14 a été correctement réalisé, par exemple en mesurant la résistance du fil 15.

Enfin, le fil 15 peut permettre de détecter une rupture accidentelle du cordon de colle 14 mise en évidence par une rupture du fil 15, par exemple après un impact contre l’élément collé.

Dans un second mode de réalisation avantageux, le fil 15 forme une fibre optique minérale ou une fibre optique en polymère. Après l’étape de serrage des première 18 et seconde 20 surfaces entre elles, on diffuse un rayonnement UV à travers le fil 15, en branchant une source lumineuse sur une extrémité saillante du fil 15, de sorte que le cordon de colle 14 réticule par diffusion du rayonnement UV.

Le rayonnement UV directement diffusé dans le cordon de colle 14 permet d’accélérer la réticulation du cordon de colle 14 lorsque ce cordon de colle 14 comprend de la colle à durcissement UV. Ainsi, il est possible de coller entre eux des éléments 19, 21 opaques puisque le cordon de colle 14 est directement en contact avec le fil 15 diffusant le rayonnement UV.

On notera que l’on peut diffuser à travers le fil 15 de la lumière visible ou invisible en fonction notamment de la composition et des paramètres de réticulation du cordon dé collé 14.

On obtient ainsi, comme illustré schématiquement sur la figure 2, un ensemble collé 22 de premier 19 et second 21 éléments selon l’invention.

On décrira ci-dessous un procédé de démontage d’un ensemble collé 22 selon l’invention dans le cas d’un ensemble collé 22 obtenu par un procédé d’assemblage selon le premier mode de réalisation de l’invention.

Selon ce procédé de démontage, on génère un courant électrique dans le fil 15. Le courant électrique diffusé dans le fil 15 permet de chauffer directement le cordon de colle 14 par effet Joule. On règle les paramètres du courant de façon que la chaleur, dégagée par effet Joule permette d’atteindre dans le cordon de colle 14 une valeur de température qui le dégrade. Cette valeur de température dépend de la composition de la colle. On peut ainsi dégrader relativement facilement le cordon de colle 14 réticulé et comprimé entre les première 18 et seconde 20 surfaces, respectivement des premier 19 et second 21 éléments. On peut alors séparer facilement le premier élément 19 du second élément 21 , pour permettre, par exemple de recycler, réparer ou changer au moins un des éléments.

On décrira enfin ci-dessous un procédé de démontage d’un ensemble collé 22 selon l’invention dans le cas d’un ensemble collé 22 obtenu par un procédé d’assemblage selon le second mode de réalisation de l’invention.

Selon ce procédé de démontage, on diffuse un rayonnement UV ou IR à travers le fil 15. On règle les paramètres du rayonnement UV ou IR (notamment son intensité) de façon à dégrader le cordon de colle 14 réticulé et comprimé entre les première 18 et seconde 20 surfaces, respectivement des premier 19 et second 21 éléments. Le réglage des paramètres du rayonnement UV ou IR dépend de la composition du cordon de colle 14. On peut alors, comme dans le procédé de démontage précédent, séparer facilement le premier élément 19 du second élément 21 , pour permettre, par exemple de recycler, réparer ou changer au moins un des éléments.

On notera que l’on peut diffuser à travers le fil 15 de la lumière visible ou invisible en fonction notamment de la composition et des paramètres de dégradation du cordon de colle 14.

L'invention n'est pas limitée aux modes de réalisation présentés et d'autres modes de réalisation apparaîtront clairement à l'homme du métier. Il est notamment possible d’assembler des premier 19 et second 20 éléments en matériaux autres que le plastique, par exemple en métal ou en verre. Par ailleurs, il est possible d’assembler un premier élément 19 en un premier matériau et un second élément 21 en un matériau différent de sorte à réaliser un ensemble collé 22 composite. Enfin, la trajectoire évolutive du fil 15 dans le plan l-l n’est pas limitée à une trajectoire circulaire, mais peut être tout type de trajectoire évolutive, par exemple une trajectoire elliptique ou bien alternative, notamment une trajectoire alternative de type sinusoïdale.