Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
IMPROVED MACHINE FOR HEATING AN ARTICLE OR PRODUCT BY VAPOUR CONDENSATION
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/1985/001791
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to heat treating machines. It relates to a machine of the in line type which comprises a tunnel (1), displacement means (2) for conveying the articles or products to be heated from the inlet of said tunnel to its outlet and, in the following order, a first chamber (10) for the condensation of secondary vapour, a second chamber (20) for the vaporization of secondary liquid and for the complementary condensation of the primary vapour, a third chamber (30) for heating the article or product to be heated and which is filled with primary vapour, a fourth chamber (40) for the vaporization of secondary liquid and for the complementary condensation of the primary vapour, and a fifth chamber (50) for the condensation of the secondary vapour, said chambers having a cross-section larger than that of the tunnel, and being distributed along said tunnel and being interconnected by sections of said tunnel. Utilization particularly in the electronic industry.

Inventors:
Pescatore
Richard, Boumendil
Jean-jack
Application Number:
PCT/FR1984/000226
Publication Date:
April 25, 1985
Filing Date:
October 10, 1984
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Piezo-ceram, Electronique Pescatore
Richard, Boumendil
Jean-jack
International Classes:
F24J3/00; B23K1/00; B23K1/008; B23K1/015; B23K3/04; F27B9/02; F27B9/04; F28C3/00; (IPC1-7): F28D15/00
Foreign References:
EP0023107A11981-01-28
BE851734A1977-06-16
US4055217A1977-10-25
US4115601A1978-09-19
FR2243045A11975-04-04
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Une machine perfectionnée de chauffage d'un article ou produit à une température élevée par condensation de vapeur sur celuici, qui comprend : une chambre de chauffage (30) de l'article ou produit (3) à chauffer, cette chambre étant propre à recevoir une vapeur de liquide primaire ayant un point d'ébullitionqui soit au mois égal à ladite température élevée ; au moins un passage (1 ) débouchant dans ladite chambre pour l'amenée et l'évacuation dudit article ou produit à chauffer ; des moyens de déplacement (2) de l'article ou produit à chauffer de l'entrée à la sortie de la machine ; des moyens de chauffage (41, 43, 44) propres à porter à l'ébullition'un liquide primaire contenu dans un bouilleur (33) et à produire de la vapeur pri¬ maire 'destinée à être envoyée dans ladite chambre ; des moyens (14, 15, 25, 45) pour établir dans ledit passage une masse de vapeur d'un liquide secondaire ayant un point d'ébullition moindre que celui du liquide primaire, ladite masse remplissant complètement un tronçon dudit passage ; des moyens de condensation primaires (22, 42), propres à condenser de la vapeur primaire en liquide primaire ; des moyens collecteurs (36, 38, 40) de conden¬ sât primaire propres à collecter la vapeur primaire con densée et à la renvoyer au bouilleur ; des moyens de condensation secondaires (11, 51) propres à condenser la vapeur secondaire en liquide se¬ condaire ; des moyens collecteurs (12, 52) secondaires propres à collecter le condensât de vapeur secondaire et à le recycler vers les moyens d'établissement de la masse de vapeur secondaire, caractérisée en ce que la machine est du type "en ligne" et comprend un tunnel (1), des moyens de déplacement (2) des articles ou produits à chauffer depuis l'entrée dudit tunnel jusqu'à la sor tie de celuici, et, dans l'ordre, une première chambre (10) de condensation de la vapeur secondaire, une deu¬ xième chambre (20) de vaporisation de liquide secondaire et de condensation complémentaire de la vapeur primaire, une troisième chambre (30) de chauffage de l'article ou produit à chauffer remplie de vapeur primaire, une qua¬ trième chambre (40) de vaporisation de liquide secondaire et de condensation complémentaire de la vapeur primaire, et une cinquième chambre (50) de condensation de la vapeur secondaire, ces chambres ayant une section transversale supérieure à celle du tunnel, étant réparties le long dudit tunnel et étant reliées les unes aux autres par des tronçons dudit tunnel.
2. Une machine selon la revendication 1, ca¬ ractérisée en ce qu'elle comprend en outre, une sixième chambre (60) de lavage équipée de moyens de lavage (64, 65, 66, 67) et permettant de laver les pièces ou pro¬ duits traités avant ou à leur sortie de la machine, pen¬ dant qu'ils sont encore chauds.
3. Une machine selon la revendication 1, caractérisée en ce qu'elle comprend, en outre, des moyens de contrôle (70, 71) de la température d'ébulli¬ tion du liquide primaire, coopérant avec des moyens (72, 73, 74) permettant l'introduction dans le bouilleur, lorsque cela s'avère nécessaire, d'un complément du constituant le plus volatil du liquide primaire, lorsque celuici est constitué d'un mélange de deux constituants à points d'ébullition différents afin de corriger toute variation excessive du point d'ébullition du mélange.
4. Une machine selon la revendication , ca ractérisée en ce que les moyens de .déplacement (2) de l'article suivent un trajet descendant depuis l'entrée OMPI du tunnel jusqu'à l'entrée de la chambre de chauffage (30), un trajet horizontal dans la chambre (30), et un trajet ascendant de la sortie de la chambre (30) à la sortie du tunnel, ce dernier ayant un profil analogue.
5. Une machine selon la revendication 1, caractérisée en ce que la chambre de chauffage (30) communique à sa partie inférieure avec un bouilleur (33) et en ce que les moyens de déplacement (2) passent, dans la chambre (30) tout en étant espacés des parois de la chambre, de façon que la vapeur primaire provenant du bouilleur enveloppe les articles à chauffer, les contactant tant par endessous que par audessus. OMPI.
Description:
Machine perfectionnée de chauffage d'un article ou produit par condensation de vapeur sur celui-ci»

L'invention concerne une machine perfectionnée de chauf¬ fage d'un article ou produit par condensation de vapeur sur celui-ci.

On connaît par le brevet français 2 243 045» une machine pour chauffer un article à une température élevée, par exemple en vue de le soumettre à des opérations de sou- dure ou brasure, par condensation de vapeur d'un liquide à haut point d'ébullition sur celui-ci, qui comprend une enceinte ouverte à l'atmosphère et propre à contenir un liquide primaire ayant un point d'ébullition qui soit au moins égal à ladite température élevée ; des moyens de chauffage proches de l'extrémité inférieure de l'en¬ ceinte et propres à mettre en ébullition le liquide pri¬ maire pour produire de la vapeur primaire, des moyens de condensation primaires à une première hauteur au-des¬ sus du fond de l'enceinte et propres à condenser la va- peur primaire en liquide primaire à la première hauteur ; des moyens collecteurs de condensât primaires associés aux moyens de condensation primaires et propres à col¬ lecter la vapeur primaire condensée qui en provient ; un premier conduit faisant communiquer les moyens collec- teurs de condensât primaires et la partie inférieure de l'enceinte et propre à transporter de la vapeur primaire

condensée des moyens collecteurs de condensât primaires vers la partie inférieure de l'enceinte ; des moyens pour établir une masse de vapeur secondaire dans l'enceinte au-dessus de la vapeur primaire ; des moyens de condensation secondaires à une seconde hauteur au-dessus de la première hauteur et propres à condenser la vapeur secondaire en liquide secondaire à la seconde hauteur, des moyens collecteurs de condensât se¬ condaires associés aux moyens de condensation secondaires et propres à recueillir la vapeur condensée secondaire qui pro- vient de ceux-ci ? et un second conduit assurant une communi¬ cation entre les moyens collecteurs de condensât secondaires et les moyens collecteurs de condensât primaires, et propres à transporter la vapeur secondaire condensée des moyens collec teurs de condensât secondaires aux moyens collecteurs de condensât primaires.

Cette machine est d'un fonctionnement assez satisfaisant • Toutefois, les exigences toujours grandissantes des industrie font qu'il existe un besoin pour une machine améliorée.

L'invention se propose donc de fournir une machine de chauf¬ fage du type "en ligne" d'un article ou produit par condensa¬ tion de vapeur sur celui-ci, qui, du fait de sa conception originale, permet notamment : de supprimer les variations thermiques inhéren¬ tes aux machines actuellement disponibles sur le marché en évitant ou minimisant au maximum le mélange de vapeur des liquides primaire et secondaire dans l'enceinte de chauffage des articles. ; de contrôler le cycle thermique avec précision ; d'employer des mélanges de liquides à points d'ébullition différents ; facultativement, de nettoyer avec le maximum d'efficacité, le produit ou l'article après un traitement.

L' invention concerne une machine perfectionnée de chauffage

d'un article ou produit à une température élevée par conden¬ sation de vapeur sur celui-ci, qui comprend : une chambre de chauffage-de l'article ou produit à chauffer, cette chambre étant propre à recevoir une vapeur de liquide primaire ayant un point d'ébullition qui soit au moins égal à ladite température élevée ; au moins un passage débouchant dans ladite chamb pour l'amenée et l'évacuation dudit article ou produit à chau fer ; des moyens de déplacement de l'article ou produi à chauffer de l'entrée à la sortie de la machine ; des moyens de chauffage propres à porter à l'ébu lition un liquide primaire contenu dans un bouilleur et à produire de la vapeur primaire destinée à être envoyée dans ladite chambre ; des moyens pour établir dans ledit passage une masse de vapeur d'un liquide secondaire ayant un point d'ébul lition moindre que celui du liquide primaire, ladite masse remplissant complètement un tronçon dudit passage ; cLes moyens de condensation primaires propres à condenser de la vapeur primaire en liquide primaire ; des moyens collecteurs de condensât priamire propres à collecter la vapeur primaire condensée et à la renvoyer au bouilleur j des moyens de condensations secondaires propres à condenser la vapeur secondaire en liquide secondaire ; des moyens collecteurs secondaires propres à collecter le condensât de vapeur secondaire et à le recycler vers les moyens d'établissement de la masse de vapeur secon- daire, caractérisée en ce que la machine est du type "en ligne" et comprend un tunnel, des moyens de déplacement des articles ou produits à chauffer depuis l'entrée dudit tunnel jusqu'à la sortie de celui-ci, et, dans l'ordre, une première chambre de condensation de la vapeur secondaire, une deuxiè- me chambre de vaporisation de liquide secondaire et de con¬ densation complémentaire de la vapeur primaire, une troisième chambre de chauffage de l'article ou produit à chauffer rem-

plie de vapeur primaire, une quatrième chambre de vaporisa¬ tion de liquide secondaire et de condensation complémentaire de la vapeur primaire, et une cinquième chambre de condensa¬ tion de la vapeur secondaire, ces chambres ayant une section transversale supérieure à celle du tunnel, étant réparties le long dudit tunnel et étant reliées les unes aux autres par des tronçons dudit tunnel.

Le fait que les différentes chambres de la machine de l'in- vention soient distantes les unes des autres et ne communi¬ quent entre elles que par des tronçons de tunnel de section réduite évite ou minimise fortement les mélanges de vapeurs ainsi que les fuites de vapeur dans l'atmosphère, ce qui est un facteur positif de régularité et d'économie de fonction- ne ent.

Facultativement, mais de préférence, la machine comprend en outre, des moyens de lavage prévus au-delà des moyens de con¬ densation secondaires et ' permettant de laver les pièces ou produits traités avant ou à leur sortie de la machine, pen¬ dant qu'ils sont encore chauds, ce qui facilite notablement leur lavage et économise de l'énergie.

De préférence également, la machine comprend des moyens de contrôle de la température d'ébullition du liquide primaire, coopérant avec des moyens permettant l'introduction dans le bouilleur, lorsque cela s'avère nécessaire, d'un complément du constituant le plus volatil du liquide primaire, lorsque celui-ci est constitué d'un mélange de deux constituants à points d'ébullition différents, afin de corriger toute varia¬ tion excessive du point d'ébullition du mélange.

La description qui va suivre, faite en regard des dessins annexés, fera bien comprendre l'invention.

La figure 1 est une vue schématique, en coupe longitudinale, illustrant un mode de réalisa-

tion de l'invention. La figure 2 est une vue en coupe transversale partielle selon la ligne II-II de la figure 2 montrant un détail de ré¬ alisation. Sur la figure 1 est représentée une machine selon l'invention du type dit "en ligne".

Cette machine comprend un tunnel 1 parcouru par une grille transporteuse sans fin 2, par exemple en acier inoxydable. Le long du tunnel sont réparties six chambres 10, 20, 30, 40, 50 et 60 espacées. La grille 2 sert à convoyer les articles ou produits 3 à chauffer dans la machine et est entraînée par un moteur à vitesse variable (non représenté). Les articles ou produits entrent en 4 (entrée) et sortent en 5 (sortie).

Au voisinage de la partie médiane du tunnel se trouve la chambre de chauffage 30. De part et d'autre de la chambre 30 se trouvent des chambres 20 et 40 de vaporisation du liquide secondaire et de condensation complémentaire de la vapeur priamire. En amont de la chambre 20 et en aval de la chambre 40, se trouvent des chambres 10 et 50 de condensation de la vapeur secondaire. En aval de la chambre 50, se trouve la chambre de lavage 60.

La grille 2 suit un trajet rectiligne légèrement descendant (angle d'environ 7° avec l'horizontale) depuis l'entrée de la machine jusqu'à la chambre 30, un trajet rectiligne horizontal dans la chambre 30, et un trajet rectiligne légèrement ascen¬ dant de la sortie de la chambre 30 jusqu'à la sortie de la machine. Le tunnel 1 présente un profil analogue. Ceci contri¬ bue à maintenir les vapeurs denses de liquide primaire dans la chambre 30 et à réduire leur propension à envahir les chambres adjacentes 20 et 40 remplies de vapeurs de liquide secondaire moins denses.

La chambre de chauffage 30 comprend un calorifugeage 31 sur

la plus grande partie de sa surface sauf à sa partie infé¬ rieure qui constitue un bouilleur 33 contenant le liquide primaire 34. Dans la chambre 30, la grille 2 passe sur un guide 35 constitué d'une tôle perforée à profil en ïï sur la- quelle sont prévus des galets 35a assurant l'horizontalité de la grille dans la chambre 30. Le guide 35 est suspendu dans la chambre 30 par des pattes de fixation et est espacé des parois de la chambre de façon à laisser le libre passage aux vapeurs de liquide primaire.

Le chauffage du bouilleur est assuré, d'une part, par un bain marie constitué d'un fluide caloporteur 41 dans lequel sont immergés des éléments chauffants 43» et, d'autre part, par des éléments chauffants 44 immergés directement dans le liqui de primaire, ces derniers n'étant mis en action que dans le cas d'une demande importante en vapeur primaire, par exemple lorsqu'une grosse charge d'articles ou de produits sont à traiter.

Les chambres 20 et 40 qui flanquent la chambre 30 comportent d'une part, à leur partie inférieure, des éléments chauffants 22, 42 respectivement, contribuant à assurer la vaporisation de la vapeur secondaire, et, d'autre part, à leur partie supérieure des injecteurs de liquide secondaires 25 et 45, respectivement, constitués chacun d'une buse pulvérisatrice, la température des éléments 22 et 42 étant toutefois inférieu re au point d'ébullition du liquide primaire afin de contribu à condenser la vapeur primaire parvenant aux chambres 20 et 40. Les parties inférieures des chambres 20 et 40 présentent un profil en V et sont reliées au bouilleur par les conduits 38 et 37 (chambre 20) ou par les conduits 40, 36 et 37 (chambre 40). Un filtre 39 est prévu sur le conduit 37 en amont du bouilleur afin d'éliminer les particules solides provenant des articles ou produits traités et ayant pu être entrainées par la vapeur primaire condensée.

OMPI

Les chambres de condensation 10 et 50 sont énergique- ent refroidies par des éléments réfrigérants 11 et 51, respectivement, constitués par un réseau de tubes par¬ courus par un fluide frigorifique sous pression. En va- riante, on pourrait utiliser une double enveloppe par¬ courue par une circulation d'eau. Les parties inférieures des chambres 10 et 50 présentent un profil en V et sont reliées par des tubes 12 et 52, respectivement, à un ré¬ générateur 13 du liquide secondaire, constitué lui- même d'un dispositif de lavage à l'eau et d'un filtre, destiné à régénérer le condensât de liquide secondaire. A la sortie du régénérateur, une pompe 14 renvoie le liquide secondaire, par le conduit 15, vers les injec- teurs 25 et 45.

a chambre 60 est la chambre de lavage des articles ou produits traités. Cette chambre est équipée, à la partie supérieure, d'une buse 61 orientée vers la grille 2 et d'une cuve 62 de recueil du liquide de lavage 63. La cuvé 62 est reliée par le conduit 64 à un régénéra- teur 65 du liquide de lavage, à la sortie duquel une pompe 66 renvoie le liquide régénéré, par le conduit 67, vers la buse 6 . Le régénérateur 65 est lui-même cons¬ titué d'un dispositif de lavage du liquide de lavage usé, d'un filtre et, éventuellement, d'un dispositif de dis- tillation.

Les chambres 20 et 40 sont pourvues, en outre, au voisina¬ ge de leur partie inférieure, de sondes thermométriques 80 et 81 , respectivement, qui régulent le onctionne¬ ment des éléments 22 et 42, respectivement, pour éviter U e la température de ceux-ci ne chute en-dessous du point d'ébullition du liquide secondaire.

Le fonctionnement de la machine de l'invention est le suivant :

On commence par mettre sous tension les éléments chauf-

ants 42 du bouilleur de façon à porter le liquide primai¬ re à l'ébullition, puis on met en route la pompe 14 et, si un lavage est désiré, la pompe 66.

La vapeur primaire, venant du bouilleur 33, monte le long de la chambre 30 et arrive à sa partie supérieure, enveloppant les articles à chauffer qui se trouvent dans la chambre 30 et venant à leur contact de tous côtés. De la vapeur primaire se condense sur les articles, tels que 3, traversant la chambre 30 et les porte rapidement à la température d'ébullition de ladite vapeur en leur cédant sa chaleur latente de vaporisation. La vapeur ainsi condensée, s'écoule à travers les perforations de la tôle 35 et retombe dans le bouilleur. Une partie de la vapeur primaire, toutefois, s'échappe de la chambre 30, s'engage dans le tunnel 1 et arrive dans les chambres 20 et 40 où elle se condense aussitôt au contact de la masse de liquide et/ou de vapeur secondaire régnant dans ces chambres. Les condensats primaires formés dans les chambres 20 et 40 retournent par les conduits 38, 37 et 40, 36, 37, respectivement, au bouilleur après fil- tration en 39.En effet, du liquide secondaire est in¬ jecté par pulvérisation par les injecteurs 25 et 45 à la partie supérieure des chambres 20 et 40, respectivement. Ce liquide secondaire, qui aura typiquement un point d'ébullition relativement bas, typiquement de moins de 50°C, se vaporise sous l'action conjuguée du contact avec la vapeur primaire dont la température est plus élevée, typiquement de l'ordre de 50-300°C, et des élé¬ ments chauffants 22 et 42, lesquels sont chauffés à une température supérieure au point d'ébullition du liquide secondaire mais inférieure à celui du liquide primaire. De la sorte, la vapeur secondaire joue le rôle d'un bouchon pour la vapeur primaire, l'empêchant d'envahir les zones du tunnel s'étendant en amont de la chambre 20 et en aval de la chambre 40. Egalement, la vapeur secon¬ daire dissout et entraîne les composés de dégradation toxiques, comme les polyfluoro-isobutylènes, qui pour-

raient résulter d'une dégradation thermique partielle du liquide primaire. Les vapeurs secondaires produites dans les chambres 20 et 40 arrivent dans les chambres 10 et 50, respectivement, où elles sont condensées sous l'action des éléments réfrigérants 11 et 51, respective¬ ment, et collectées à la partie inférieure desdites chambres. De là, les condensats secondaires sont envoyés, via les conduits 12 et 52, à un régénératuer 13 où ils sont lavés et filtrés. A la sortie du régénérateur 13, une pompe 14 recycle le liquide secondaire régénéré vers les injecteurs 25 et 45, par l'intermédiaire du con¬ duit 15.

Les articles ou produits placés sur la grille transpor¬ teuse 2, entrent dans le tunnel en 4, sont préchauffés par la vapeur secondaire dans la chambre 20, puis passent dans la chambre 30 où ils sont rapidement chauf¬ fés à une température correspondant au point d'ébulli¬ tion du liquide primaire utilisé. Ensuite, les articles ou produits sont refroidis par suite de leur passage dans les chambres 40 et 50 à une température habituelle¬ ment située dans la gamme de 50- 00°C. On peut finalement les soumettre à un lavage dans la chambre 60, si désiré. On a trouvé qu'un lavage effectué en série avec le trai¬ tement thermique dans la machine, lorsque les articles ou produits sont encore chauds, est beaucoup plus effi¬ cace qu'un lavage similaire par ailleurs effectué ul¬ térieurement dans une étape séparée. Le fluide de lavage peut être constitué de tout solvant approprié, tel que l'eau, des solvants chlorés, etc..

En jouant sur le choix des liquides primaire et secon¬ daire et en réglant, de manière appropriée, la vitesse de la grille transporteuse, on peut obtenir toute courbe de température souhaitée, à savoir :

une vitesse de montée en température contrôlée ;

une durée de traitement précise à la température dési¬ rée ;

une vitesse de refroidissement contrôlée.

La machine de l'invention autorise, enfin, l'emploi de mélanges de deux liquides primaires de points d'ébulli¬ tion différents lorsqu'on désire traiter des articles ou produits à une température intermédiaire entre lesdits points d'ébullition. Comme dans un tel cas le mélange de liquides primaires tend normalement à s'ap- pauvrir en constituant primaire le plus volatil, il est prévu, selon l'invention, une sonde thermométrique 70 immergée dans le baindeliquide primaire et reliée à un dispositif de régulation 71 à seuil de température ré¬ glable. Lorsque la température du bain de liquide pri- maire dépasse le seuil de température choisi par suite de l'appauvrissement en constituant primaire le plus volatil, le dispositif de régulation 71 commande l'ac- tionnement d'une pompe doseuse 72 injectant dans le bouilleur, par le conduit 73, une quantité complémen- taire prédéterminée réglable du constituant liquide pri¬ maire le plus volatil, prélevée dans un réservoir 74 contenant une réserve de ce constituant le plus volatil.

Comme liquides primaires, on utilise habituellement des composés perfluorocarbures inertes. Des liquides pri- maires utiles disponibles dans le commerce sont notam¬ ment les produits de la marque déposée FLUORINERT (ven¬ dus par la Société 3M) dont les points d'ébullition vont, selon les types, de 56°Cà215°C, et de la marque déposée GALDEN (vendus par la Société AUSIMON S.p.A. du groupe Kontedison) dont les points d'ébullition sont compris dans les gammes 218-228°C (Galden LS) et 255-272°C (Gal- den HS).

Comme liquides secondaires, on utilise habituellement des composés chlorofluorocarbures. Des liquides secon¬ daires utiles disponibles dans le commerce sont no¬ tamment les produits vendus sous la marque déposée FLUGENE par la Société Chloe Chimie, comme le FLUGENE 113 dont le point d'ébullition est voisin de 47°C, ou sous la marque déposée FREON 113 vendue par la Société E.I. DU PONT DE NEMOURS AND COMPANY, dont le point d'ébullition est aussi voisin de 47°C.

L'invention, grâce au système de contrôle et d'injec¬ tion d'un appoint de constituant de liquide primaire rend possible l'utilisation d'un mélange de liquides primaires lorsqu'on désire obtenir une température de traitement intermédiaire entre les points d'ébullition de deux liquides primaires.

La machine de l'invention, grâce à ses équipements per¬ fectionnés, permet en outre :

une absence totale d'air dans la machine ;

une faible consommation (pertes) de liquide primaire ;

un fonctionnement garantissant la sécurité du personnel

(élimination dans les condensats secondaires des composés toxiques comme les polyfluoroisobutylènes, provenant d'une dégradation thermique du liquide primaire).

Tous les perfectionnements apportés permettent de consi- dérer la machine de l'invention comme un instrument uni¬ versel de chauffage pour des applications thermiques telles que la fusion d'un produit, le séchage, la poly¬ mérisation et le traitement thermique dans une gamme de températures allant de 50 à 300°C environ, la limite supérieure de température n'étant limitée que par

O PI

le manque actuel de liquide primaire inerte à point d'ébullition dépassant 300°C. Des applications particu¬ lières sont le brasage, le soudage par refusion, la polymérisation de résines ou monomères organiques ther- modurcissables, par exemple de résines époxy, en vue par exemple, de réaliser une encapsulation ou un collage, e e....




 
Previous Patent: SOLAR WATER HEATER

Next Patent: AUTOMATIC LOADING DEVICE FOR GUN