Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
IMPROVED METHOD FOR MANUFACTURING A BALLAST MASS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/020159
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a method for manufacturing a ballast mass for damping vibrations of a structure (2), the ballast mass (8) being made up of ballast components comprising at least part of a ballast wire (12). The method comprises: engaging the ballast wire with a conveying device (14); by means of the conveying device, moving consecutive portions (12P) of the ballast wire from a low point (B) to a high point (H); and forming the ballast mass (8) from at least part of the consecutive portions of the ballast wire conveyed to the high point.

More Like This:
JPH03180648BUILDING PLATE
JPS537203DAMPER MATERIAL
Inventors:
TOURNEUR, Christian (9 rue Raymond Berrurier, Le Mesnil Saint- Denis, 78320, FR)
DOMANGE, Antoine (1 rue Van Loo, PARIS, PARIS, 75016, FR)
SEVOZ, Guy (5 boulevard Descartes, MONTIGNY LE BRETONNEUX, MONTIGNY LE BRETONNEUX, 78180, FR)
Application Number:
FR2017/052091
Publication Date:
February 01, 2018
Filing Date:
July 26, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SOLETANCHE FREYSSINET (280 avenue Napoléon Bonaparte, RUEIL MALMAISON, 92500, FR)
International Classes:
E04B1/98; B21F23/00
Attorney, Agent or Firm:
CABINET PLASSERAUD et al. (66 rue de la Chaussée d'Antin, PARIS CEDEX 09, 75440, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Procédé de fabrication d'une masse de lestage pour l'amortissement de vibrations d'une structure (2), la masse de lestage (8) étant formée à partir de composants de lestage comprenant au moins une partie d'un fil de lestage (12), le procédé comprenant : - mettre en prise le fil de lestage avec un dispositif d'acheminement (14),

- au moyen du dispositif d'acheminement, déplacer des portions (12P) successives du fil de lestage depuis un point bas (B) jusqu'à un point haut (H), et

- former la masse de lestage (8) à partir d'au moins une partie des portions (12P) successives du fil de lestage acheminées jusqu'au point haut. 2. Procédé selon la revendication 1, comprenant en outre la scission du fil de lestage (18) au niveau d'au moins une portion (12P) acheminée jusqu'au point haut de façon à former, à partir du fil de lestage, des tronçons de lestage (12T) disjoints les uns des autres.

3. Procédé selon la revendication 2, dans lequel la masse de lestage est formée à partir des tronçons de lestage (12T) obtenus à partir des portions du fil de lestage (12P). 4. Procédé selon la revendication 2 ou 3, dans lequel les tronçons de lestage sont agencés dans un boîtier à partir duquel la masse de lestage est formée.

5. Procédé selon l'une quelconque des revendications 2 à 4, dans lequel, pour au moins une partie des portions successives, chaque tronçon de lestage nouvellement formé à partir desdites portions successives est disposé dans un conteneur (32). 6. Procédé selon la revendication 5, dans lequel le conteneur est déplaçable selon au moins un axe et délimite intérieurement une cavité de réception présentant une ouverture de réception et dans lequel, pour au moins une partie des portions successives :

- chaque portion (12P) acheminée jusqu'au point haut est engagée à travers l'ouverture de réception du conteneur sous l'effet du dispositif d'acheminement (14) avant d'être scindée du reste du fil pour former un tronçon de lestage (12T) agencé dans le conteneur, et

- le conteneur est régulièrement déplacé jusqu'à ce qu'un nombre prédéterminé de tronçons de lestage soit reçu dans le conteneur.

7. Procédé selon la revendication 6, dans lequel le conteneur présente une fenêtre (36), le procédé comprenant en outre le serrage des tronçons de lestage reçus dans le conteneur les uns aux autres par l'intermédiaire d'un cerclage (38) engagé à travers ladite fenêtre pour la formation d'un fagot de tronçons.

8. Procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel, pour au moins une partie des portions successives: - une portion initiale desdites portions successives est mise en prise avec un dispositif de bobinage (40) une fois acheminée jusqu'au point haut,

- le dispositif de bobinage est actionné tandis que de nouvelles portions parviennent jusqu'au point haut de façon à former, via le dispositif de bobinage (40), au moins une bobine (42) à partir des portions successivement acheminées jusqu'au point haut. 9. Procédé selon la revendication 8, dans lequel le dispositif de bobinage (40) comprend des galets de guidage (46) configurés pour guider les portions du fil de lestage et réguler la tension du fil de lestage, et une bobineuse (44) sur laquelle les portions de fil de lestage sont enroulées.

10. Procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le fil de lestage comprend initialement une première partie de fil (12^ située au voisinage du point bas, le procédé comprenant en outre :

- l'obtention d'une deuxième partie de fil (122) au voisinage du point bas, et

- le raboutage d'une extrémité de la première partie de fil (12i) à une extrémité de la deuxième partie de fil (122).

1 1. Procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le fil est déplacé par le dispositif d'acheminement dans un conduit (24) s'étendant sur au moins une partie du trajet entre le point bas (B) et le point haut (H).

12. Procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel former la masse de lestage comprend remplir au moins une partie d'un volume au sein de la masse de lestage et au sein duquel les portions successives sont agencées avec un matériau de lestage. 13. Ensemble (4) pour la fabrication d'une masse de lestage pour l'amortissement de vibrations d'une structure (2), la masse de lestage (8) étant formée à partir de composants de lestage comprenant au moins une partie d'un fil de lestage (12), l'ensemble étant fixe par rapport à la structure (2) et comprenant un dispositif d'acheminement (14) adapté pour être mis en prise avec le fil de lestage (12) et déplacer les portions successives du fil de lestage depuis un point bas (B) de la structure jusqu'à un point haut de la structure.

14. Ensemble selon la revendication 13, dans lequel le dispositif d'acheminement comprend un équipement de tirage (20) agencé au voisinage du point haut (H) et configuré pour tirer le fil de lestage (12) pour l'acheminement des portions successives du fil de lestage jusqu'au point haut.

15. Ensemble selon la revendication 13 ou 14, comprenant en outre un dispositif de scission (18) adapté pour scinder le fil de lestage (12) au niveau d'au moins une portion acheminée jusqu'au point haut de façon à former, à partir du fil de lestage, des tronçons de lestage (12T) disjoints les uns des autres.

Description:
Procédé amélioré de fabrication d'une masse de lestage

L'invention concerne la fabrication de masses de lestage en hauteur.

De nos jours, la hauteur des édifices détenant les records d'édification est voisine de ou supérieure à 1000 m. L'édification de telles tours n'obéit pas nécessairement à des prérogatives économiques, mais plutôt à un souci de relever un défi technologique que s'imposent certains constructeurs pour démontrer leur audace et leur maîtrise. De telles tours posent en effet des problèmes technologiques très difficiles à résoudre avec les techniques et les matériaux courants.

La première de ces difficultés est afférente à la résistance au vent. Le poids et la pression au sol peuvent se résoudre assez facilement avec des matériaux performants et des sections plus ou moins importantes.

Mais le fait qu'une tour puisse se balancer ou se déstabiliser au rythme du vent est bien plus complexe à maîtriser.

Pour définir une forme optimisée des tours, on a généralement recours à des essais réalisés en soufflerie, mais malgré l'optimisation de la configuration géométrique des tours, leur balancement reste un sérieux handicap.

Afin de pallier ces problèmes, il est fréquent de recourir à des systèmes d'amortissement destinés à prévenir ou à limiter l'amplitude des balancements.

De tels systèmes absorbent une grande partie de l'énergie introduite dans la structure primaire des bâtiments et influencent le comportement dynamique de la structure. II existe un grand nombre de types de systèmes d'amortissement à cet effet. Ils sont souvent constitués de masses de lestage oscillantes placées proches de la cime des édifices et que l'on freine en les reliant à la structure par des amortisseurs.

Les masses de lestage sont par exemple montées sur des systèmes de glissement, de roulement ou simplement suspendues au moyen d'une ou plusieurs suspentes. Le point commun de ces dispositifs est la nécessité de disposer de masses de lestage importantes.

Par exemple, pour une tour de 1000 m de hauteur, le leste nécessaire au sein de ce type de dispositif d'amortissement peut avoir une masse voisine de 1000 tonnes.

De telles masses amenées à grande hauteur posent un problème d'acheminement des matériaux. Les composants de lestage classiquement utilisés se présentent par exemple sous la forme de gueuses métalliques que l'on achemine au moyen des grues de chantier. Cette opération bloque pendant de longues périodes les grues et paralyse l'avancement du reste de la construction, ce qui se répercute de manière tangible sur les coûts de construction et les délais correspondants.

La présente invention vise à proposer une solution technique qui permette l'acheminement du lest à n'importe quelle hauteur indépendamment des moyens de levage d'un chantier en vue de la fabrication de masses de lestage en hauteur.

A cet effet, l'invention concerne un procédé de fabrication d'une masse de lestage pour l'amortissement de vibrations d'une structure, la masse de lestage étant formée à partir de composants de lestage comprenant au moins une partie d'un fil de lestage, le procédé comprenant :

- mettre en prise le fil de lestage avec un dispositif d'acheminement, - au moyen du dispositif d'acheminement, déplacer des portions successives du fil de lestage depuis un point bas jusqu'à un point haut, et

- former la masse de lestage à partir d'au moins une partie des portions successives du fil de lestage acheminées jusqu'au point haut.

Selon un aspect de l'invention, le procédé comprend en outre la scission du fil de lestage au niveau d'au moins une portion acheminée jusqu'au point haut de façon à former, à partir du fil de lestage, des tronçons de lestage disjoints les uns des autres.

Selon un aspect de l'invention, la masse de lestage est formée à partir des tronçons de lestage obtenus à partir des portions du fil de lestage.

Selon un aspect de l'invention, les tronçons de lestage sont agencés dans un boîtier à partir duquel la masse de lestage est formée.

Selon un aspect de l'invention, pour au moins une partie des portions successives, chaque tronçon de lestage nouvellement formé à partir desdites portions successives est disposé dans un conteneur.

Selon un aspect de l'invention, le conteneur est déplaçable selon au moins un axe et délimite intérieurement une cavité de réception présentant une ouverture de réception et, pour au moins une partie des portions successives :

- chaque portion acheminée jusqu'au point haut est engagée à travers l'ouverture de réception du conteneur sous l'effet du dispositif d'acheminement avant d' être scindée du reste du fil pour former un tronçon de lestage agencé dans le conteneur, et

- le conteneur est régulièrement déplacé jusqu'à ce qu'un nombre prédéterminé de tronçons de lestage soit reçu dans le conteneur. Selon un aspect de l'invention, le conteneur présente une fenêtre, le procédé comprenant en outre le serrage des tronçons de lestage reçus dans le conteneur les uns aux autres par l'intermédiaire d'un cerclage engagé à travers ladite fenêtre pour la formation d'un fagot de tronçons.

Selon un aspect de l'invention, pour au moins une partie des portions successives:

- une portion initiale desdites portions successives est mise en prise avec un dispositif de bobinage une fois acheminée jusqu'au point haut,

- le dispositif de bobinage est actionné tandis que de nouvelles portions parviennent jusqu'au point haut de façon à former, via le dispositif de bobinage, au moins une bobine à partir des portions successivement acheminées jusqu'au point haut.

Selon un aspect de l'invention, le dispositif de bobinage comprend des galets de guidage configurés pour guider les portions du fil de lestage et réguler la tension du fil de lestage, et une bobineuse sur laquelle les portions de fil de lestage sont enroulées.

Selon un aspect de l'invention, le fil de lestage comprend initialement une première partie de fil située au voisinage du point bas, le procédé comprenant en outre :

- l'obtention d'une deuxième partie de fil au voisinage du point bas, et

- le raboutage d'une extrémité de la première partie de fil à une extrémité de la deuxième partie de fil.

Selon un aspect de l'invention, le fil est déplacé par le dispositif d'acheminement dans un conduit s'étendant sur au moins une partie du trajet entre le point bas et le point haut.

Selon un aspect de l'invention, former la masse de lestage comprend remplir au moins une partie d'un volume au sein de la masse de lestage et au sein duquel les portions successives sont agencées avec un matériau de lestage.

L'invention concerne en outre un ensemble pour la fabrication d'une masse de lestage pour l'amortissement de vibrations d'une structure, la masse de lestage étant formée à partir de composants de lestage comprenant au moins une partie d'un fil de lestage, l'ensemble étant fixe par rapport à la structure et comprenant un dispositif d'acheminement adapté pour être mis en prise avec le fil de lestage et déplacer les portions successives du fil de lestage depuis un point bas de la structure jusqu'à un point haut de la structure.

Selon un aspect de l'invention, le dispositif d'acheminement comprend un équipement de tirage agencé au voisinage du point haut et configuré pour tirer le fil de lestage pour l'acheminement des portions successives du fil de lestage jusqu'au point haut. Selon un aspect de l'invention, l'ensemble comprend en outre un dispositif de scission adapté pour scinder le fil de lestage au niveau d'au moins une portion acheminée jusqu'au point haut de façon à former, à partir du fil de lestage, des tronçons de lestage disjoints les uns des autres.

L'invention sera mieux comprise à la lecture de la description détaillée qui va suivre, donnée uniquement à titre d'exemple et faite en référence aux Figures annexées, sur lesquelles :

La Figure 1 illustre une structure à laquelle est rapporté un ensemble selon l'invention ;

Les Figures 2a et 2b illustrent un ensemble selon une première variante de l'invention;

Les Figures 3a à 3c illustrent un ensemble selon une deuxième variante de l'invention ; et La Figure 4 est un diagramme -bloc illustrant un procédé selon l'invention. La Figure 1 illustre une structure 2 à laquelle est rapporté un ensemble 4 selon l'invention.

La structure 2 est un ouvrage d'art, en particulier un ouvrage de génie civil, tel que par exemple une tour de grande hauteur. La hauteur de la structure 2 est par exemple supérieure à 100 m, 200 m ou 300 m, ou encore 500 m. Par exemple, la structure 2 présente une hauteur voisine de 1000 m.

La structure 2 est destinée à être pourvue d'au moins un amortisseur 6 représenté schématiquement sur la Figure 1. L'amortisseur 6 est destiné à comprendre une masse de lestage 8 réalisée à partir de composants de lestage 10.

L'amortisseur 6 est par exemple un amortisseur pendulaire. L'amortisseur est par exemple un amortisseur pendulaire à masse accordée, c'est-à-dire dont la masse de lestage 8 présente une fréquence de balancement régulée pour correspondre à une fréquence de balancement de la structure 2. La masse de lestage 8 est par exemple suspendue au sein de l'amortisseur par une ou plusieurs suspentes et est connectée au bâti de l'amortisseur par l'intermédiaire d'un dispositif de dissipation d'énergie, tel que par exemple un piston amortisseur.

Alternativement, la masse de lestage 8 est agencée sur un chariot à roulement relié au bâti de l'amortisseur par un ressort pour le réglage de la fréquence de balancement de la masse 8 sur la fréquence de la structure 2, et est également reliée au bâti par un dispositif de dissipation d'énergie.

On remarque que la masse de lestage peut présenter une forme quelconque, définie notamment en fonction du fait que celle-ci est destinée à être visible ou non.

Avantageusement, la masse de lestage présente une masse supérieure à 100 tonnes. Par exemple, cette masse est supérieure à 300 tonnes, et avantageusement supérieure à 500 tonnes. Dans le cadre de l'invention, les composants de lestage 10 utilisés pour former la masse de lestage 8 comprennent au moins une partie d'un fil de lestage 12. Le fil de lestage 12 est par exemple réalisé à partir de métal, tel que par exemple du fer doux ou de l'acier.

Sa section est de forme quelconque. Par exemple, elle est rectangulaire ou circulaire.

Sa section présente un diamètre (ou une dimension caractéristique) compris entre 3 et 10 mm. Avantageusement, ce diamètre vaut par exemple environ 6 mm.

Sa masse linéique est par exemple comprise entre 0.05 et 0.75 kg/m.

Sa résistance mécanique est suffisante pour que le fil puisse reprendre sans se dégrader une masse correspondant à une longueur du fil supérieure à 30% de la distance entre un point haut H et un point bas B décrit ci-après, et avantageusement supérieure à 75% de cette distance, et encore avantageusement égale ou supérieure à 100% de cette distance.

En outre, il est suffisamment déformable pour s'accommoder du tracé imposé par l'ensemble 4 sans subir de contrainte susceptible de le déformer plastiquement.

Dans un exemple particulier, le fil est par exemple un fil d'acier de masse volumique valant sensiblement 7850 kg/m 3 , de limite élastique 500 MPa, de module élastique 200 GPa, et de diamètre d'environ 6 mm.

Le fil de lestage 12 comprend une succession de portions 12P de fil de lestage consécutives s 'étendant entre les deux extrémités du fil de lestage 12. Autrement dit, le fil de lestage 12 peut être vu comme une pluralité de portions de fil consécutives formant la longueur du fil (les portions 12P ne sont représentées que sur une partie du fil par souci de clarté). Comme décrit plus en détail ci-après, le fil est avantageusement destiné à être scindé au niveau de ces portions de façon à former des tronçons de lestage 12T disjoints les uns des autres et employés pour la fabrication de la masse de lestage. Comme rendu plus apparent ci-après, différentes longueurs de tronçons sont envisageables.

Optionnellement, le fil de lestage 12 comprend, au moins de manière ponctuelle, deux parties de fils 12i, 12 2 raboutées l'une à l'autre. Chaque partie de fil comprend elle-même des portions 12P consécutives formant la longueur de la partie de fil correspondante.

L'ensemble 4 est configuré pour l'acheminement des portions 12P successives du fil de lestage depuis un point bas B jusqu'à un point haut H pour la formation de la masse de lestage 8 à partir des portions 12P successivement acheminées jusqu'au point haut H.

Le point B se situe par exemple au niveau du pied de la structure 2. Le point H se situe par exemple au voisinage du sommet de la structure. La différence de hauteur h entre ces points B et H est par exemple supérieure à plusieurs dizaines de mètres. Par exemple, cette hauteur est supérieure à 100 m, 200 m ou 500 m.

L'ensemble 4 comprend un dispositif d'acheminement 14, une voie de montée 16 et un dispositif de scission 18. Le dispositif d'acheminement 14 est adapté pour déplacer les portions successives du fil 12 depuis le point B jusqu'au point haut H.

Il est par exemple adapté pour imprimer au fil de lestage 12 une vitesse de défilement de l'ordre du mètre par seconde. Par exemple, cette vitesse est supérieure ou égale à 1 m/s, et avantageusement à 2 m/s. Le dispositif d'acheminement 14 comprend avantageusement un équipement de tirage 20 configuré pour tirer sur le fil pour l'acheminement des portions 12P. Il est avantageusement situé au niveau du point haut H, et permet alors l'acheminement des portions 12P par traction sur le fil.

L'équipement de tirage 20 présente une pluralité de galets d'entraînement 22 destinés à être mis en prise avec le fil 12 et exercer sur le fil un effort pour la montée des portions du fil depuis le point bas B vers le point haut H.

L'équipement de tirage 20 se présente par exemple sous la forme d'une machine de tirage.

Avantageusement, le dispositif d'acheminement 14 comprend en outre un ou plusieurs équipements relais 14R situés le long de la voie de montée 16 et configurés pour également déplacer le fil en direction du point H. Ces équipements relais ont par exemple une configuration analogue à celle de l'équipement de tirage 20, et présentent ainsi une pluralité de galets d'entraînement prévus pour être mis en prise avec le fil. La présence de ces équipements relais 14R permet de réduire la puissance mécanique requise par l'équipement de tirage 20 et de limiter la traction dans le fil.

Avantageusement, les équipements relais sont synchronisés avec l'équipement de tirage de sorte qu'ils n'exercent pas d'effort sur le fil si l'équipement de tirage n'en exerce pas, et inversement. En outre, ils sont synchronisés de sorte que les vitesses de défilement du fil au sein des différents éléments du dispositif d'acheminement sont sensiblement identiques.

On remarque que le dispositif d'acheminement 14 peut comprendre des éléments de déviation (non représentés) agencés le long du trajet du fil 12 pour guider à certains endroits le déplacement du fil et ainsi limiter les déformations qu'il subit. Par exemple, de tels éléments sont par exemple agencés au niveau du coude formé par le fil aux abords du point H pour limiter la courbure du fil. La voie de montée 16 définit le chemin emprunté par le fil lors du déplacement de ses portions sur au moins une partie du trajet entre le point bas B et le point haut H

Avantageusement, la voie de montée 16 comprend un conduit 24 pour la réception et le guidage du fil lors de sa mise en déplacement par le dispositif d'acheminement. Le conduit 24 est en particulier prévu pour contenir les mouvements latéraux du fil 12.

Le conduit s'étend sur au moins une partie du trajet entre les points bas et haut. Le conduit 24 présente un diamètre supérieur à celui du fil 12.

Avantageusement, le conduit 24 est délimité intérieurement par une conduite 26 sur au moins une partie de sa longueur.

La conduite 26 est fixe par rapport à la structure 2. Elle est par exemple fixée à la structure 2.

La conduite 26 s'étend sur au moins une partie du trajet entre le point bas B et le point haut H.

Avantageusement, la conduite 26 est sensiblement rectiligne, et ce sur au moins une partie de sa longueur. Avantageusement, elle s'étend en outre sensiblement verticalement sur au moins une partie de sa hauteur.

On remarque que la conduite est continue le long de sa hauteur. Alternativement, comme illustré sur la Figure 1 , sur au moins une partie de sa hauteur, elle est discontinue.

En outre, la conduite 26 présente optionnellement des fenêtres dans sa paroi, par exemple pour autoriser l'accès au conduit 24 depuis l'extérieur.

On remarque qu' optionnellement, sur au moins une partie de sa longueur, la conduite est formée par des anneaux de guidage. Autrement dit, la voie de montée est, sur la portion correspondante, définie par des anneaux espacés les uns des autres le long du parcours du fil, et non par une paroi continue.

Dans l'exemple de la Figure 1, la conduite s'étend sensiblement à partir du voisinage du point bas B sensiblement jusqu'au point haut H. En outre, elle est discontinue et présente des ouvertures dans sa paroi (sous l'équipement relais 14R).

Le dispositif de scission 18 est configuré pour scinder le fil de lestage 12 au niveau des portions 12P acheminées au point haut H pour la formation des tronçons de lestage 12T.

Avantageusement, le dispositif de scission 18 est configuré pour ce faire par découpe du fil de lestage 12.

Le dispositif de scission 18 comprend par exemple un équipement de cisaille 28, tel qu'une cisaille guillotine, ou une cisaille rotative. Le dispositif de scission 18 est avantageusement agencé au niveau du point H et en aval de l'équipement de tirage 20 (au sens du déplacement des portions successives), les portions successives 12P étant engagées dans le dispositif de scission 18 après passage par l'équipement de tirage 20.

Le dispositif de scission 18 est commandable. En particulier, il est commandable de sorte que le passage des portions 12P dans le dispositif de scission 18 n'implique pas nécessairement la découpe des portions 12P.

En pratique, comme décrit ci-après, il est commandable pour l'obtention de tronçons 12T de longueur choisie. La commande du dispositif de scission 18 est par exemple réalisée en fonction des paramètres de fonctionnement du dispositif d'acheminement, et notamment de la vitesse de défilement que celui- ci imprime au fil.

Plusieurs modes de réalisation de l'ensemble 4 relativement aux fonctionnalités de celui-ci afférentes à la scission et au traitement des tronçons 12T sont envisagés.

Dans le premier mode de réalisation illustré en Figure 1, le dispositif de scission 18 comprend, outre les éléments décrits-ci-dessus, un déversoir 30 positionné de sorte que les tronçons 12T nouvellement séparés du reste du fil et sortant du dispositif de scission 18 soient acheminés vers une partie basse du déversoir destinée à être couplé à un conteneur 32 de l'ensemble 4. Ce conteneur est par exemple réalisé à partir de tôle.

Autrement dit, dans ce mode de réalisation, le dispositif de scission 18 est configuré pour que les tronçons 12T soient automatiquement déversés dans un conteneur 32 couplé au dispositif de scission 18.

On remarque que la présence du déversoir 30 est optionnelle, le conteneur pouvant être agencé sous la sortie du dispositif de scission par lequel les tronçons sortent du dispositif de scission 18.

Dans un deuxième mode de réalisation illustré en Figures 2a et 2b, l'ensemble 4 comprend, outre les éléments décrits ci-dessus, un dispositif redresseur 34 configuré pour redresser les portions 12P acheminées jusqu'à lui, et susceptibles d'être déformées lors de leur ascension le long de la voie de montée. En pratique, le dispositif redresseur 34 est configuré pour fournir en sortie des portions 12P rectilignes.

Le dispositif redresseur 34 est avantageusement agencé en aval de l'équipement de tirage 20 et en amont de l'équipement de scission 18. Ceci permet l'obtention de tronçons 12T eux-mêmes rectilignes.

Comme précédemment, un conteneur 32 est agencé en sortie du dispositif de scission pour la réception des tronçons 12T. Dans ce mode de réalisation, le conteneur 32 délimite une cavité intérieure ouverte par une ouverture de réception adaptée pour l'insertion des portions 12P dans la cavité intérieure. Le conteneur 32 présente en outre au moins une fenêtre 36 pour la réception d'un cerclage 38 (Figure 2b) adapté pour serrer les tronçons destinés à être reçus par le conteneur 32 les uns contre les autres pour former un fagot de tronçons. L'ensemble 4 comprend en outre un dispositif de mise en mouvement 40 adapté pour recevoir le conteneur 32 et pour mettre en mouvement le conteneur 32. Il est en particulier adapté pour recevoir le conteneur 32 de sorte que l'ouverture de celui-ci soit tournée vers le dispositif de scission.

Avantageusement, le dispositif 36 est adapté pour déplacer le conteneur 32 qu'il reçoit selon au moins un axe. Plus spécifiquement, il est avantageusement adapté pour déplacer le conteneur au moins selon un plan (noté (x,y) sur la Figure 2a) de sorte que l'ouverture de réception du conteneur puisse être déplacée en hauteur et latéralement par rapport au dispositif de scission 18.

Avantageusement, le dispositif 36 est également adapté pour déplacer le conteneur orthogonalement à ce plan, notamment pour que l'ouverture du conteneur puisse être dégagée du dispositif de scission 18 pour le retrait des tronçons 12T qu'il reçoit. En outre, avantageusement, l'espacement entre la sortie du dispositif de scission 18 et l'ouverture de réception du conteneur est choisi de sorte que l'extrémité des tronçons 12T agencés dans le conteneur soit à une distance choisie de l'ouverture de réception du conteneur. Par exemple, cet espacement est choisi de l'ordre de quelques centimètres.

On remarque qu'avantageusement, le conteneur 32 est fixé au dispositif 36. Dans une configuration avantageuse, le dispositif 36 est agencé de sorte que le conteneur 32 soit incliné par rapport à l'horizontale. Par exemple, son ouverture se situe à un point plus haut que son fond.

Le dispositif 36 est alternativement ou parallèlement agencé pour que le conteneur soit pivoté par rapport à son axe longitudinal. Par exemple, le conteneur 32 est alors agencé de sorte que l'une de ses arêtes soit orientée vers le bas.

Dans l'une ou l'autre de ces configurations, le conteneur peut n'être rendu déplaçable que selon l'axe x.

Dans un troisième mode de réalisation illustré en Figures 3a, 3b et 3c, le dispositif comprend, outre les éléments décrits ci-dessus, un dispositif de bobinage 40 adapté pour former au moins une bobine 42 à partir des portions 12P de fil 12 amenées au point haut H. Le dispositif de bobinage 40 est par exemple placé au niveau du point haut H, en aval du dispositif de scission 18.

Le dispositif de bobinage 40 comprend une bobineuse 44 et des galets de guidage 46.

La bobineuse 44 est adaptée pour enrouler les portions du fil 12 de façon à former une bobine 42. A cet effet, la bobineuse est configurée pour pivoter sur elle-même selon un axe, par exemple sous l'action d'un dispositif d'entraînement 48 de la bobineuse 44.

Avantageusement, la bobineuse est également déplaçable en translation le long de son axe de rotation.

Les galets de guidage 46 sont prévus pour être couplés au fil 12 et sont adaptés pour guider les portions 12P qui passent par eux vers la bobineuse 44. En outre, avantageusement, ils sont configurés pour réguler la tension dans le fil 12 lors de l'enroulement du fil sur la bobineuse, en particulier lors des déplacements de la bobineuse le long de son axe de rotation.

Comme illustré en Figure 3b et 3c, la ou les bobines 42 formées peuvent présenter diverses formes. En particulier, les bobines peuvent présenter une forme cylindrique droite, ou encore une forme tronconique ou conique. Le procédé selon l'invention de fabrication d'une masse de lestage va maintenant être décrit en référence aux Figures, notamment à la Figure 4.

De façon générale, le procédé selon l'invention comprend :

- la mise en prise du fil 12 avec le dispositif d'acheminement 14,

- la mise en mouvement du fil via le dispositif d'acheminement 14 pour l'acheminement de portions 12P successives du fil 12 jusqu' au point haut,

- la formation de la masse de lestage à partir de tout ou partie des portions 12P ainsi acheminées jusqu'au point haut H.

Comme décrit plus en détails ci-après, la formation de la masse de lestage à partir des portions 12P comprend former la masse de lestage à partir de tout ou partie des tronçons 12T formés à partir des portions 12P.

Ici, par « former à partir », on entend que la masse de lestage comprend au moins les éléments en question, et qu'elle peut comprend d'autres objets.

Cette formation peut comprendre l'agencement des tronçons dans un boîtier 50 à partir duquel la masse de lestage est formée. Ce boîtier 50 correspond par exemple au boîtier suspendu au bâti du dispositif d'amortissement en Figure 1. Ce boîtier est de forme quelconque. Il est par exemple parallélépipédique dans certaines réalisations.

Dans le cadre du procédé, initialement, le fil 12 se situe en tout ou partie au niveau du point bas. Il est par exemple agencé dans un dévidoir acheminé au point B. Le dévidoir est par exemple agencé à l'aplomb de la voie de montée.

On remarque qu'initialement, seule la première partie 121 du fil peut se trouver au point bas B.

Lors d'une étape S I , le fil est mis en prise avec le dispositif d'acheminement 14.

Avantageusement, pour ce faire, une extrémité du fil 12 est engagée dans l'équipement de tirage 20.

Par exemple, à cette fin, l'extrémité du fil 12 est fixée à un moyen de traction au voisinage du point bas B, tel qu'un câble de treuil. Le treuil est par exemple agencé au niveau du point haut H.

Au moyen du moyen de traction, l'extrémité du fil est tirée jusqu'au point haut pour être engagée dans l'équipement de tirage 20.

En outre, dans les configurations d'ensemble présentant des équipements relais 14R, le fil est engagé dans les équipements relais 14R. Cet engagement est par exemple réalisé lorsque l'extrémité du fil arrive à l'équipement relais considéré, et est alors par exemple mené via une fenêtre aménagée dans la conduite au niveau de l'équipement relais 14R. Alternativement, cet engagement est réalisé une fois l'extrémité du fil acheminée jusqu'à l'équipement de tirage 20.

Lors d'une étape S2 postérieure, le dispositif d'acheminement 14 est actionné pour le déplacement des portions 12P en direction du point haut H. Le fil est ainsi tracté en direction du point haut, ce qui a pour effet de déplacer les portions successives 12P du fil en direction du point haut jusqu'à leur arrivée au point haut H. Comme indiqué précédemment, le dispositif de tirage 20 et les équipements relais 14R (s'il y en a) sont alors synchronisés.

Le détail du traitement des portions 12P une fois celles-ci acheminées au point haut H est variable en fonction du mode de réalisation considéré.

Dans le cadre du mode de réalisation de la Figure 1 , les portions 12P acheminées jusqu'au point haut H passent successivement dans le dispositif de scission 18 après être sorties de l'équipement de tirage 20.

Le dispositif de scission 18 scinde alors le fil au niveau des portions acheminées de façon à former des tronçons 12T de longueur choisie. Avantageusement, cette longueur est choisie supérieure au diamètre du fil. Avantageusement encore, elle est choisie supérieure ou égale à deux fois le diamètre du fil.

Par exemple, elle est prise égale à sensiblement deux fois le diamètre du fil.

Les tronçons sont déversés dans le conteneur 32 en sortie de dispositif de scission 18, optionnellement via le déversoir 30.

Une fois le conteneur 32 comprenant une quantité souhaitée de tronçons 12T, et tant que les besoins en lestage au niveau du point haut H ne sont pas satisfaits, le conteneur 32 est déchargé, par exemple dans le boîtier 50 à partir duquel la masse de lestage est par suite formée. Optionnellement, cette opération donne lieu à l'interruption du dispositif de tirage 14.

Dans le cadre du mode de réalisation des Figures 2a et 2b, le conteneur 32 est initialement agencé sur le dispositif de mise en mouvement 40. Optionnellement, au moins un cerclage 38 est prépositionné dans une fenêtre du conteneur 32.

Les portions 12P acheminées jusqu'au point haut H passent successivement dans le dispositif redresseur 34 en sortie d'équipement de tirage 20. Elles passent ensuite dans le dispositif de scission 18 et sont engagées dans le conteneur 32 agencé sur le dispositif de mise en mouvement par l'ouverture de réception. Une fois que la portion 12P engagée dans le conteneur présente une longueur prédéterminée, le dispositif de scission 18 est actionné de façon à scinder le fil 12 et former un tronçon 12T de longueur correspondante alors agencé dans le conteneur 32.

Le conteneur 32 est ensuite optionnellement déplacé via le dispositif de mise en mouvement pour la réception, dans la position souhaitée au sein du conteneur, de la portion 12P suivante qui formera un tronçon après actionnement de l'équipement de scission 18. En particulier, avantageusement, il est déplacé de sorte que les tronçons contenus dans le conteneur soient parallèles les uns aux autres.

On remarque que le déplacement du conteneur peut être implémenté en réponse à la formation d'un nombre prédéterminé strictement supérieur à 1 de tronçons 12T au sein du conteneur. Toutefois, avantageusement, ce déplacement a lieu pour chaque nouveau tronçon.

Une fois le conteneur comprenant un nombre prédéterminé de tronçons 12T, le ou les cerclages 38 sont mis en place et serrés pour la formation d'un fagot de tronçons 12T au sein du conteneur 32. Le fagot formé est alors ôté du conteneur 32.

On remarque que pour cette opération, le conteneur est avantageusement éloigné du dispositif 18. En outre, le dispositif d'acheminement est optionnellement ponctuellement rendu inactif le laps de temps correspondant. Une fois le fagot ôté, le conteneur est replacé en position pour la réception de nouvelles portions 12P en son sein et la formation d'un nouveau fagot. Dans le cadre du mode de réalisation de la Figure 3, les portions 12P acheminées jusqu'au point haut H passent successivement dans le dispositif de scission 18 puis dans le dispositif de bobinage 40. En particulier, elles passent dans les galets de guidage 46 et sont enroulées sur la bobineuse 44. Celle-ci est déplacée le long de son axe pour l'enroulement du fil 12 sur la bobineuse de façon à former une bobine de forme choisie et comprenant une longueur ininterrompue de fil.

Une fois la bobine formée, le dispositif de scission 18 est actionné de façon à séparer la longueur de fil bobinée par la bobineuse du reste du fil, et ainsi former un tronçon 12T au sens de l'invention, qui correspond à la longueur de fil formant la bobine.

L'extrémité du fil 12 nouvellement formée par le dispositif de scission (et qui correspond à l'extrémité libre du fil 12 dont les portions 12P se trouvent dans la voie de montée 16) est par exemple mise en prise avec la bobineuse et les galets de guidage pour la formation d'une nouvelle bobine.

Lors d'une étape S3, la partie de fil 12i qui est en cours de montée dans la voie de montée sous l'effet du dispositif d'acheminement est raboutée avec une deuxième partie de fil 12 2 .

Cette partie de fil est par exemple agencée dans un dévidoir amené au niveau du point bas B . Cette amenée a par exemple lieu après le début du tirage de la première partie de fil 1 1, ou alternativement parallèlement à l'amenée de la partie 12i au point bas B.

Pour le raboutage, l'extrémité de la partie 121 du fil se situant au point bas est connectée à une extrémité de la deuxième partie de fil 12 2 . Cette connexion est par exemple réalisée au moyen d'une soudure, telle que par exemple une soudure par décharge au moyen d'un condensateur.

Avantageusement, ce raboutage est mis en œuvre lorsque le dévidoir sur lequel la première partie 12 ! se situait initialement est sensiblement ou intégralement vidé du fil 12.

Par exemple, à cet effet, l'ensemble comprend un palpeur (non représenté) adapté pour être au contact du fil et situé au voisinage du point bas. Le palpeur est configuré pour déclencher l'arrêt du dispositif d'acheminement en réponse à l'absence de contact avec le fil. En pratique, le palpeur permet de déterminer que le dévidoir est vide, ce qui déclenche l'arrêt du déplacement du fil 12 pour son raboutage avec la deuxième partie 12 2 .

On remarque que cette étape ne se situe pas nécessairement postérieurement à l'étape S2. En outre, elle peut être répétée dans le temps de façon à rallonger le fil 12 avec de nouvelles parties de fil, de façon à autoriser l'acheminement d'une quantité souhaitée de composants de lestage sans avoir à renouveler l'étape initiale de mise en prise d'un nouveau fil avec l'équipement de tirage.

Lors d'une étape S4, la masse de lestage 8 est formée à partir des portions 12P acheminées jusqu'au point haut. Plus spécifiquement, il est formé à partir des tronçons 12T. Comme indiqué précédemment, la masse de lestage se présente par exemple sous la forme d'un boîtier au sein duquel sont agencés les tronçons 12T.

Lors de cette étape, le boîtier est fermé et est agencé au sein de l'amortisseur où il y forme la masse de lestage 8. Optionnellement, il est également rendu hermétique préalablement à son agencement au sein de l'amortisseur.

On remarque que parallèlement à la présence des tronçons, la masse de lestage comprend optionnellement un matériau de lestage (formant un composant de lestage autre que les tronçons 12T) pour le remplissage d'au moins une partie du volume vide au sein du boîtier, c'est-à-dire non occupé par les tronçons 12T. Ce matériau de lestage est par exemple au contact des tronçons 12T.

Ce matériau de lestage est avantageusement fluide, au moins initialement. Par exemple, ce matériau comprend un coulis de ciment.

Le matériau de lestage comprend optionnellement une poudre de densité élevée, telle qu'une poudre de barite.

Le matériau de lestage est par exemple agencé, par exemple par injection, dans le boîtier une fois que les tronçons y ont été installés.

En pratique, le déroulement précis de cette étape de formation de la masse de lestage dépend du mode de réalisation envisagé.

Dans le cadre du premier mode de réalisation, les tronçons 12T formés sont déversés dans le boîtier 50 de la masse de lestage depuis le conteneur 32 une fois celui-ci rempli.

Une fois le boîtier comprenant une quantité souhaitée de tronçons, celui-ci est avantageusement finalisé : par étanchéification;

par remplissage des vides au moyen du matériau de lestage ; et

par fermeture du boîtier.

Par ailleurs, cette finalisation inclut optionnellement le réagencement des tronçons 12T dans le boîtier de façon à minimiser le volume qu'ils y occupent et augmenter le volume disponible pour le matériau de lestage.

Cet agencement comprend par exemple la disposition des tronçons parallèlement les uns aux autres et au contact les uns des autres au sein du boîtier. Dans le cadre du deuxième mode de réalisation, la masse de lestage est formée à partir des fagots de tronçons 12T. Une fois ôtés du conteneur 32, ils sont agencés dans le boîtier destiné à former la masse de lestage. Le boîtier comprend un ou plusieurs fagots de tronçons 12T cerclés et agencés de manière choisie. Par exemple, les fagots y sont juxtaposés et/ou superposés. Le boîtier est ensuite finalisé, ce qui inclut sa fermeture et son étanchéifïcation optionnelle.

Comme précédemment, cette finalisation inclut optionnellement l'ajout du matériau de lestage.

Dans le cadre du mode de réalisation de la Figure 3, une fois formée(s), la ou plusieurs bobines sont agencées au sein du boîtier destiné à former la masse de lestage au sein de l'amortisseur.

L'agencement relatif des bobines est choisi. Ce choix est par exemple opéré de façon à maximiser le nombre de bobines comprises dans le volume du conteneur. Par exemple, pour des bobines coniques, une bobine donnée est avantageusement agencée en position renversée, c'est-à-dire tête en bas, par rapport à au moins une bobine voisine.

Alternativement ou parallèlement, ce choix est opéré de façon à conférer une forme choisie à l'agencement des bobines, par exemple une forme pyramidale ou autre. Une fois contenant un nombre choisi de bobines, le boîtier est finalisé comme précédemment.

On remarque que les modes de réalisation des différentes figures peuvent être combinés entre eux. Par exemple, dans une configuration donnée, l'ensemble 4 comprend les équipements spécifiques à chaque mode de réalisation, les portions acheminées jusqu'en haut étant sélectivement scindées pour être déversées dans un conteneur, agencées dans un conteneur selon le principe des Figures 2a et 2b, ou bien agencées en bobine selon le principe des Figures 3a à 3c.

En particulier, les modes de fonctionnement correspondant peuvent être successivement mis en œuvre.

En pratique, l'aiguillage du fil au niveau du point haut H vers les équipements correspondants est par exemple réalisé manuellement.

Par ailleurs, la masse de lestage peut être formée à partir de tronçons obtenus via au moins deux modes de réalisation parmi celui de la Figure 1, celui de la Figure 2a et celui de la Figure 3c.

Dans certaines configurations, il peut être choisi d'installer les conteneurs 32 utilisés, notamment dans le cadre du mode de réalisation de la Figure 1 , directement dans le boîtier formant la masse de lestage.

Ainsi, par exemple, le conteneur 32 de la Figure 1 est alors installé dans le boîtier une fois rempli, un nouveau conteneur 32 étant mis en place pour la réception des tronçons nouvellement formés. L'invention présente de nombreux avantages. En effet, elle permet la réalisation de masses de lestage en hauteur selon un procédé ne mobilisant pas de grue ou d'autre équipement requis pour d'autres tâches de manière prolongée.

En outre, l'ensemble 4 associé est simple et relativement peu coûteux. De même, le procédé ne présente pas de limite en termes de masse pouvant être acheminée ou de hauteur maximale.

Enfin, il permet l'acheminement d'une masse importante de lest en un temps limité et/ou en temps masqué, c'est-à-dire en dehors du « chemin critique » de la planification de construction de la structure.