Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
INJECTION OF STEAM IN A COMBUSTION
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/211529
Kind Code:
A1
Abstract:
Studies show that the arrival of direct injections has drastically increased pollution levels. Using particulate filters after combustion contributes nothing to the major problem of these secondary effects to be eradicated, the density of gasoline or diesel is involved in passing into gas mode. To maintain the ideal threshold, the natural stoichiometry of the combustion is respected and the efficiency above this threshold is ensured by the external supply of light liquid or gas fuel energy which does not pollute, in order to be able to increase the efficiencies without polluting. In the current state of the energies required, the low-pollution threshold is known, the addition of hydrogen or oxygen or both makes it possible to compensate for the energy of the maximum threshold to be respected of the gasoline or diesel in order not to pollute, a fine fuel enables extension of energy.

More Like This:
Inventors:
BUENDIA, Jose (100 Rue des Patiers, Serezin de la Tour, Bourgoin Jallieu, 38300, FR)
Application Number:
FR2018/000159
Publication Date:
November 07, 2019
Filing Date:
June 06, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
BUENDIA, Jose (100 Rue des Patiers, Serezin de la Tour, Bourgoin Jallieu, 38300, FR)
PICCALUGA, Pierre (112 Route de Lausanne, 1197 Prangins, CH)
MARTY, Fabien (Rue de Fremis 53, 1261 Puplinge, CH)
PERRICHON, Claude-Annie (6 Rue des Escoffiers, L'Isle d'Abeau, 38080, FR)
PICCALUGA, Elina (113 Route de Lausanne, 1197 Prangins, CH)
International Classes:
H05K9/00; C01B3/04; C01B32/182; F02B43/10; F02D35/02; F02D41/00; F02M25/022; F02M25/028; F02M25/12; F02P23/04
Domestic Patent References:
WO2009070132A12009-06-04
WO2008039050A12008-04-03
Foreign References:
US20140245989A12014-09-04
EP3159304A12017-04-26
US20080271706A12008-11-06
EP0907012A11999-04-07
US4479907A1984-10-30
EP3312138A12018-04-25
Other References:
RONI PELEG: "Researchers produce robust graphene-based catalyst to split water into hydrogen and oxygen", 27 July 2017 (2017-07-27), XP055537657, Retrieved from the Internet [retrieved on 20181221]
None
Attorney, Agent or Firm:
BUENDIA, Jose (100 Rue des Patiers, Serezin de la Tour, Bourgoin Jallieu, 38300, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1° Procédé sans danger, dont l’art du procédé est de préparer les particules à être dans un état dissécable avant conversion fracturation définitive au sein de la combustion pour apporter un complément de carburation oxygène/hydrogène pour tout moteur thermique, chaudière, four, qui est d’apporter un carburant auto-réalisé dans la combustion qui est préétabli avant la combustion sous forme de vapeur d’eau, son débit en mode vapeur particulier pré-préparé, en mode sécable, doit faire l’objet de toutes les attentions par la régulation de la fenêtre d’admission de carburation, c’est l’usage de produits quantiques comme le graphène ou l’oxyde de graphène avec un métal comme le cuivre ou l’aluminium mélangés à des produits piézo permet la transition de l’eau préprogrammée‘oxygène/hydrogène’ pour assurer la meilleure stœchiométrie de la combustion d’essence, de gasoil, de kérosène, avec de grand rendement sans pollution 2°- Appareil suivant la revendication 1 est constitué d’un contenant et de son eau, d’une fenêtre d’admission d’eau/vapeur pour la régulation d’admission de vapeur d’eau dans la manche de carburation d’air du moteur thermique, le contenant est constitué de graphène ou d’oxyde de graphène mélangé avec un excipient piézo plâtre, béton et avec des poudres d’aluminium ou de cuivre ou les deux, l’humidité de l’air fonctionne déjà en mode de transition hydrogène oxygène. 3°- Appareil suivant la revendication let 2 est le contenant qui est très important, il est fait d’un mélange de béton ou plâtre par exemple de produits piézo, avec de l’oxyde de graphène à raison de 20 à 50% volume de l’excipient béton plâtre, les poudres de cuivre, ou d’aluminium ou les 2, sont environ de quelques 30 microns à une granulométrie du millimètre, à raison de 5 à 50% de volume de l’excipient, par la réalisation de l’homme de l’art, la grandeur du contenant tient compte du moteur à pouvoir en carburant hydrogène/oxygène.

4°- Appareil suivant la revendication 1, 2 est la présence d’au moins une antenne dont le pied est immergé dans la paroi du contenant, elle est faite de fil électrique rigide, métallique cuivre aluminium ou en fil multibrins, le fil peut être en supraconducteur de 1 millimètre à des sections de plusieurs millimètres de diamètre, sa grandeur dépend du contenant, les 2 à 5 voir 8 spires de l’antenne sont suffisantes pour modifier la stœchiométrie de l’eau.

5°- Appareil suivant la revendication let 2, le contenant, moulé dans un polymère, plastique, le filtre à air par exemple est pour une voiture ou un camion, d’environ la section horizontale du filtre à air, ce qui simplifie l’implémentation de l’appareil, dispositif, le contenant est cloisonné afin d’éviter les mouvements trop importants de l’eau, qui doit rester homogène sur la section du contenant cloisonné, pour une chaudière ou un four idem sans cloison, on se rapporte à la dimension du filtre à air, la hauteur d’eau doit rester faible de 1 à 3 centimètres environ. 6°- Appareil suivant toutes les revendications, est caractérisé par la présence sur le contenant d’au moins une fenêtre d’admission modulable régulée par un asservissement de contrôle électronique de température qui optimise la combustion par le débit de vapeur d’eau par le 5 glissement de la fenêtre d’évaporation d’eau/vapeur dans la manche d’admission, air régulé par la gestion mécanique et électronique pour la combustion adéquate sans risque de montée thermique trop élevée.

7°- Appareil suivant toutes les revendications assure le complément de carburation qui permet par sa souplesse de combustion et son front de flamme rapide de diminuer les contraintes de0 combustion, F oxygène/hydrogène comme un coussin élastique permet la bonne stœchiométrie de la carburation essence, gasoil par exemple, stœchiométrie qui est auto ajustée par la combustion oxygène/hydrogêne qui est un coussin adaptatif de la meilleure combustion de l’essence ou du gasoil sans provoquer de pollution et qui permet de grandes performances de rendement des moteurs thermiques sans altérer l’environnement.

-5 8°- Appareil suivant les revendications 1 est l’apport d’hydrogène par un réservoir hydrogène dont l’apport est commandé par une gestion électronique de débit, fenêtre de vaporisation, débit faible mélangé dans la manche à air de l’apport air de la combustion.

9° Appareil suivant les revendications 1 et 8, cet apport hydrogène peut aussi être réalisé par des injecteurs spécifiques, tout comme ceux pour le gasoil ou l’essence, la gestion quantité et0 l’instant du débit sont définis par l’homme de l’art qui paramètre les injecteurs.

10°- Appareil selon toutes les revendications de 1 à 7 est cette régulation électronique qui permet le passage de la vapeur d’eau préparée pour amorcer la fracture des molécules disponibles par et depuis le contenant, sans réaliser proprement dit les particules‘oxygène/hydrogène’ séparées, qui ne se révéleront disponibles, sécables facilement que dans la combustion, pas avant, c’est5 tout l’art du procédé et la mesure des appareils qui est une préparation de la fracture préparée ” oxygène/hydrogène”, plus que de créer de l’hydrogène oxygène avant la combustion, ce qui est dangereux.

l l°- Apparejl selon les revendications 1 et 2 répond au procédé par la mise en place de l’appareil, qui évite tout danger aux utilisateurs dans la phase de transition eau/vapeur tout en0 étant très performant au moment de la carburation, l’humidité de l’air fonctionne déjà en mode de transition hydrogène oxygène sans remplir d’eau l’appareil.

5

REVENDICATIONS MODIFIÉES

reçues par le Bureau international le 21 février 2019 (21.02.2019)

REVENDICATIONS

1° Procédé sans danger, dont l’art du procédé est de préparer les particules à être dans un état dissécable avant conversion fracturation définitive au sein de la combustion pour apporter un complément de carburation oxygène/hydrogène pour tout moteur thermique, chaudière, four, qui est d’apporter un carburant auto-réalisé dans la combustion qui est préétabli avant la combustion sous forme de vapeur d’eau, son débit en mode vapeur particulier pré-préparé, en mode sécable, doit faire l’objet de toutes les attentions par la régulation de la fenêtre d’admission de carburation, c’est l’usage de produits quantiques comme le graphène ou l’oxyde de graphène avec un métal comme le cuivre ou l’aluminium mélangés et à des produits piézo qui permettent la transition de l’eau préprogrammée ‘oxygène/hydrogène’ pour assurer la meilleure stœchiométrie de la combustion d’essence, de gasoil, de kérosène, avec de grand rendement sans pollution par aspiration ou léchage évaporation d’eau.

2°- Appareil suivant la revendication 1 est constitué d’un contenant et de son eau, d’une fenêtre d’admission d’eau/vapeur pour la régulation d’admission de vapeur d’eau dans la manche de carburation d’air du moteur thermique, le contenant est constitué de graphène ou d’oxyde de graphène mélangé avec un excipient piézo plâtre, béton et avec des poudres d’aluminium ou de cuivre ou les deux, l’humidité de l’air fonctionne déjà en mode de transition hydrogène oxygène. 3°- Appareil suivant la revendication let 2 est le contenant qui est très important, il est fait d’un mélange de béton ou plâtre par exemple de produits piézo, avec de l’oxyde de graphène à raison de 20 à 50% volume de l’excipient béton plâtre, les poudres de cuivre, ou d’aluminium ou les 2, sont environ de quelques 30 microns à une granulométrie du millimètre, à raison de 5 à 50% de volume de l’excipient, par la réalisation de l’homme de l’art, la grandeur du contenant tient compte du moteur à pouvoir en carburant hydrogène/oxygène.

4°- Appareil suivant la revendication 1, 2 est la présence d’au moins une antenne dont le pied est immergé dans la paroi du contenant, elle est faite de fil électrique rigide, métallique cuivre aluminium ou en fil multibrins, le fil peut être en supraconducteur de 1 millimètre à des sections de plusieurs millimètres de diamètre, sa grandeur dépend du contenant, les 2 à 5 voir 8 spires de l’antenne sont suffisantes pour modifier la stœchiométrie de l’eau.

5°- Appareil suivant la revendication let 2, le contenant, moulé dans un polymère, plastique, le filtre à air par exemple est pour une voiture ou un camion, d’environ la section horizontale du filtre à air, ce qui simplifie l’implémentation de l’appareil, dispositif, le contenant est cloisonné afin d’éviter les mouvements trop importants de l’eau, qui doit rester homogène sur la section du contenant cloisonné, pour une chaudière ou un four idem sans cloison, on se rapporte à la dimension du filtre à air, la hauteur d’eau doit rester faible de 1 à 3 centimètres environ. 6°- Appareil suivant toutes les revendications, est caractérisé par la présence sur le contenant d’au moins une fenêtre d’admission modulable régulée par un asservissement de contrôle électronique de température qui optimise la combustion par le débit de vapeur d’eau par le glissement de la fenêtre d’évaporation d’eau/vapeur dans la manche d’admission, air régulé par la gestion mécanique et électronique pour la combustion adéquate sans risque de montée thermique trop élevée.

7°- Appareil suivant toutes les revendications assure le complément de carburation qui permet par sa souplesse de combustion et son front de flamme rapide de diminuer les contraintes de combustion, P oxygène/hydrogène comme un coussin élastique permet la bonne stœchiométrie de la carburation essence, gasoil par exemple, stœchiométrie qui est auto ajustée par la combustion oxygène/hydrogène qui est un coussin adaptatif de la meilleure combustion de l’essence ou du gasoil sans provoquer de pollution et qui permet de grandes performances de rendement des moteurs thermiques sans altérer l’environnement.

8°- Appareil suivant les revendications 1 est l’apport d’hydrogène par un réservoir hydrogène dont l’apport est commandé par une gestion électronique de débit, fenêtre de vaporisation, débit faible mélangé dans la manche à air de l’apport air de la combustion.

9°- Appareil selon toutes les revendications de 1 à 7 est cette régulation électronique qui permet le passage de la vapeur d’eau préparée pour amorcer la fracture des molécules disponibles par et depuis le contenant, sans réaliser proprement dit les particules‘oxygène/hydrogène’ séparées, qui ne se révéleront disponibles, sécables facilement que dans la combustion, pas avant, c’est tout l’art du procédé et la mesure des appareils qui est une préparation de la fracture préparée ” oxygène/hydrogène”, plus que de créer de l’hydrogène oxygène avant la combustion, ce qui est dangereux.

10°- Appareil selon les revendications 1 et 2 répond au procédé par la mise en place de l’appareil, qui évite tout danger aux utilisateurs dans la phase de transition eau/vapeur tout en étant très performant au moment de la carburation, l’humidité de l’air fonctionne déjà en mode de transition hydrogène oxygène sans remplir d’eau l’appareil.

Description:
INJECTION DE VAPEUR D'EAU DANS UNE COMBUSTION

La nature a ses conditions, ses lois, dès que l’excès se présente, il y a violation des principes de l’intelligence des électrons, tout comme apparaît le comportement de fentes de Young, MIT 5 explique finalement que le choix des électrons, relève d’une intelligence car il y a réactivité.

Il y a des incontournables, la matière reste stable et elle exprime des conditions critiques d’instabilité, aussi cela permet de comprendre et de mettre en œuvre un dispositif avec ses variantes pour optimiser les conditions d’usage des carburants sans polluer ou réduire les pollutions Suivant la stœchiométrie correcte. Dépasser les normes admissibles que les physiciens- -0 ont tendance à booster en performances ne respecte pas les obligations biologiques de la matière, faute de quoi il y a pollution due aux forces de tensions actives de la densité du gasoil/essence.

La présente déppse met en évidence les limites maxi et mini pour ne pas dépasser les zones de - pollutions acceptables par l’usage des carburants, notamment le gasoil, essence, kérosène.

La course au rendement se trouve entachée par les pollutions. La Fig. 1 montre la courbe (1) des5 pollutions en-dessous, au-dessus d’une limite (2) de rendement d’énergie demandée acceptable.

La pollution est soit du co2 ou du NOX, les deux valeurs des composantes de la pollution chutent au niveau optimal de la valeur du curseur (2) de la Fig.l déterminant la plage des valeurs vénales à utiliser, pour l’usage d’essence 95 ou E10. Le point d’équilibrage est fragile, la nature est d’une précision effroyable, car il y a basculements subis dans la variation des régimes0 instantanés qui causent des taux de pollutions qui vont de quelques NOX ou co2 qui basculent à 1 voir 2 à 3 mille ppm, ce qui est dangereux pour la santé. Les études montrent que l’arrivée des injections directes a fait monter drastiquement les taux de pollution. Utiliser des filtres à particules après combustion n’apporte rien au problème majeur de la combustion, de ses effets secondaires à éradiquer, la densité d’essence ou gasoil est en cause pour passer en mode gaz.

5 Pour conserver le seuil idéal (2), nous respectons la stœchiométrie naturelle de la combustion et le rendement au-dessus de ce seuil est assuré par l’apport externe d’énergie carburant, gaz, liquide léger qui ne pollue pas, afin de pouvoir augmenter les rendements (3) sans polluer.

Dans l’état qctuel des énergies demandées, le seuil de faible pollution est connu, l’addition d’hydrogène ou d’oxygène ou les deux permet de compenser l’énergie du seuil maxi à respecter0 de l’essence ou du gasoil afin de ne pas polluer, un carburant fin permet l’extension d’énergie. Plusieurs variantes sont possibles, la première est l’apport d’hydrogène par un réservoir hydrogène dont l’apport est commandé par une gestion électronique de débit, fenêtre de vaporisation, débit faible mélangé dans la manche à air de l’apport air de la combustion. Cet apport hydrogène peut aussi être réalisé par des injecteurs spécifiques, tout comme ceux pour le5 gasoil ou l’essence. La gestion quantité et l’instant du débit sont définis par l’homme de l’art qui paramètre les injecteurs. La quantité est faible et ne nécessite pas une grande réserve par sécurité. La deuxième variante fait intervenir la physique quantique avec l’usage de graphène ou l’oxyde de graphène qui avec des métaux, cuivre, aluminium, fer constituant les parois du contenant, permet d’obtenir de l’hydrogène et par voie de conséquence de l’oxygène.

Ce procédé quantique de réactions, permet à la demande par aspiration Fig.2, par léchage, l’évaporation de l’eau (11) dans un contenant (10). L’évaporation de la vapeur d’eau est contrôlée par une fenêtre ajustable (3) de réglage de débit dans la manche à air (2), d’avoir suffisamment d’hydrogène pour combler le rendement initial du carburant, essence, gasoil, pour une solution à minima de pollution (2) Fig.1 avec un rendement optimisé.

Le contenant, dispositif réalisé pour cet usage permet la délivrance de vapeur d’eau lors des aspirations de la carburation à la demande. Le contenant est posé sous la manche à air de façon à favoriser l’évaporation de l’eau, à la demande de la dépression de l’aspiration de l’air qui devient concomitante avec l’évaporation de l’eau, contenant plus particulièrement de l’hydrogène qui laisse aussi l’oxygène, qui participeront inévitablement à la combustion en final après les préparations spécifiques des propriétés du contenant, dispositif. L’oxygène présent sera délaissé par l’hydrogène obtenu par la relation mise en jeu par le contenant, déterminant les réactions électroniques de chimie, modifiant les forces de valences par la présence de l’oxyde de graphène. Ce contenant est parfaitement approprié par la qualité des parois pour honorer le débit et qualité par le dosage de la quantité de matière métallique, d’aluminium ou de cuivre ou des 2 produits mélangés dans l’excipient du contenant plâtre béton qui sont des produits piézo‘retardateurs stabilisateurs de réactions chimiques’ constituant les parois du contenant et assurant la sécurité. Le contenant peut être moulé dans un polymère qui lui sert de forme et de support.

Les poudres de cuivre permettent une préparation fine et moins forte que l’aluminium et une stabilité plus grande de la pré-séparation liaison hydrogène/oxygène grâce aux produits piézo, pour éviter tout emballement d’explosion prématurée de dissociation d’oxygène/hydrogène.

Le contenant est très important, il est fait d’un mélange de béton, ou plâtre par exemple, avec de l’oxyde de graphène à raison de 20 à 50% volume de l’excipient béton plâtre. Les poudres de cuivre, ou d’aluminium ou les 2, sont environ de quelques 30 microns à une granulométrie du millimètre, à raison de 5 à 50% de volume de l’excipient, par la réalisation de l’homme de l’art, la grandeur du contenant tient compte du moteur thermique à pouvoir en carburant hydrogène/oxygène par l’homme de l’art.

Le graphène ou oxyde de graphène avec l’aluminium ou le cuivre avec les produits piézo constituent la préparation chimique de la dissolution désagrégation de l’eau vapeur, préparée pour l’hydrogène/oxygène à séparer, le contenant avec les produits métalliques ‘antenne’, apporte une gestion de la liberté des électrons des atomes en réduisant les forces magnétiques et électromagnétiques propices aux extractions hydrogène/oxygène. Au moins une antenne (12) Fig. 2 placée dans le contenant a son pied immergé dans le contenant et tire les excès d’électrons, ce qui modifie la stœchiométrie de l’eau. L’eau (11) fig.2 dans le contenant (10) est ajustée par un contrôle de niveau d’eau précis, par le palpeur (7) et là pompe (4), depuis la réserve (5).

Une quantité d’eau précise est requise pour les transformations en préparation de l’oxygène/hydrogène en rapport avec la forme et le volume du contenant. Le niveau capacité trop grand en quantité d’eau ne permet pas par le contenant la préparation chimique suffisante du traitement eau par l’appareil de séparation, la puissance de préparation du contenant est en rapport direct de la relation avec la nécessité d’énergie du -moteur (8). Cependant le débit eau/vapeur préparé en vue de l’obtention de l’oxygène/hydrogène ne met pas en danger, mais doit être suffisamment régulé, ce qui est la clé de sécurité et du rendement sans danger. L’homme de l’art doit savoir ajuster les proportions justes demandées, commandées par la régulation électronique (9). En effet, c’est la surface de la fenêtre variable qui régule l’aspiration de la vapeur d’eau, cette fenêtre réglable (3) par l’électronique de régulation (9) mesure les thermies, terppérature du moteur ou de la chaudière à ne pas dépasser. Cette régulation électronique permet le passage de la vapeur d’eau préparée pour amorcer la fracture des molécules disponibles par et depuis le contenant, sans réaliser proprement dit les particules ‘oxygène/hydrogène’ qui ne se révéleront disponibles, sécables facilement que dans la combustion, pas avant, c’est tout l’art du procédé et la mesure des appareils qui est une préparation de la fracture préparée‘’oxygène/hydrogène”, plus que de créer de l’hydrogène oxygène avant la combustion, ce qui est dangereux.

L’art du procédé est de préparer les particules à être dans un état dissécable avant conversion, fracturation définitive au sein de la combustion. L’appareil contenant prépare la fracturation, la séparation des particules hydrogène oxygène portées à la limite de leur cohésion.

Ce qui rend le contenant très particulier pour de l’eau en état vapeur est que le contenant par sa structure et son ou ses antennes en cuivre ou métalliques, permet la préparation de la séparation des composantes oxygène/hydrogène sensiblement déstructurées dans un état de transition. L’eau/vapeur, en transition, mais pas encore dissociée en oxygène/hydrogène est prête pour être cassée, basculée par un moindre effort de compression et/ou effet thermique réduisant, cassant les dernières liaisons chimiques, valences qui disparaissent au bénéfice de la combustion en oxygène, hydrogène, composantes carburants, créées instantanément, simultanément.

Ce procédé par la mise en place de l’appareil, évite tout danger aux utilisateurs dans la phase de transition eau/vapeur tout en étant très performant au moment de la carburation.

Le procédé et appareil” contenant/antenne + eau'” (10, 12 +11) est utile pour tous les moteurs essences diesels, chaudières, fours, dont le débit eau/vapeur particulier oxygène/hydrogène doit être très bien calibré, régulé par sa fenêtre d’admission à la carburation. En effet les essais montrent une montée en température très élevée des combustions dans les chaudières ou fours, si on ne régule pas l’apport d’eau vapeur qui crée ensuite l’hydrogène oxygène préparés. La vapeur d’eau absorbée par la surface de léchage de l’admission d’air de la 5 carburation par au moins une fenêtre d’admission modulable (3) est régulée par un asservissement de contrôle électronique de température (9) qui optimise la combustion par le débit de vapeur d’eau par le glissement de la fenêtre (3) d’évaporation d’eau/vapeur dans la manche d’admission air (2) régulé par la gestion mécanique et électronique (1).

La création du carburant oxygène/hydrogène auto-réalisé par de l’eau préprogrammée optimisée 10 pour la combustion est préétablie avant la combustion. C’est son débit en mode vapeur particulier pré-préparé, préprogrammé en mode instable, sécable, qui doit faire l’objet de toutes les attentions par la régulation de la fenêtre d’admission (3) qui doit être régulée par un contrôle d’asservissement thermique électronique (9), fenêtre placée sur le contenant (10). La fenêtre est ajustée par le glissement sous le contenant pour l’évaporation de l’eau, la combustion adéquate 1-5 sans risque de montée thermique trop élevée du moteur, du four, de la chaudière.

L’appareil assure le complément de carburation qui permet par sa souplesse de combustion et son front de flamme rapide de diminuer les contraintes de combustion, oxygène hydrogène comme un coussin élastique permet la bonne stœchiométrie de la carburation essence, gasoil par exemple, stœchiométrie qui est auto ajustée, par le coussin adaptatif de la meilleure combustion 0 oxygène/hydrogène et de l’essence ou du gasoil sans provoquer de la pollution et qui permet de grandes performances de rendement des moteurs thermiques sans altérer l’environnement.

L’antenne ou les antennes, dont le pied est immergé dans la paroi du contenant est faite de fil électrique rigide, métallique cuivre aluminium ou en fil multibrin, il peut être en supraconducteur de 1 millimètre à des sections de plusieurs millimètres de diamètre, sa grandeur dépend du 5 contenant. Les 2 à 5 voir 8 spires de l’antenne sont suffisantes pour modifier la stœchiométrie de l’eau. L’humidité de l’air fonctionne déjà en mode de transition hydrogène oxygène, sans remplir d’eau l’appareil, car le dispositif optimise la stœchiométrie idéale, les performances, rendements. Le contenant moulé dans un polymère, plastique par exemple est pour une voiture, ou un camion d’environ la section horizontale du filtre à air, ce qui simplifie l’implémentation de l’appareil 0 dans le filtre à air, qui reçoit alors une hauteur d’eau faible, d’environ 1 à 3 ou quelques centimètres. Le contenant afin d’éviter les mouvements trop importants de l’eau, doit rester homogène sur la section de l’eau, le contenant est cloisonné. Pour une chaudière ou un four idem sans cloisonnement, on se rapporte à la dimension du filtre à air existant ou à prévoir.

La consommation d’eau est environ 2 litres pour 300 à 500 kilomètres, eau contenue dans le 5 réservoir d’eau (5) Fig. 2 , qui par la pompe régulée (4) et son tuyau d’alimentation (7) alimente le contenant (10).