Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
INTRAORAL PROTECTION
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2014/001655
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to an oral protection device including a dental wedge (2) that is to be positioned between the dental arches of one side of the mouth, and a protection blade (3) comprising a first portion (3A) pushing against the tongue, and a second portion (3B) engaging with the other side of the mouth within the vestibule, said device being characterized in that the second portion of the blade is extended by a turned-back section (3C) so as to form a hook that is positioned at the labial commissure of the mouth.

Inventors:
BRAUD, Vincent (16 place de la galissonnière, La Rochelle, F-17000, FR)
Application Number:
FR2013/000145
Publication Date:
January 03, 2014
Filing Date:
June 10, 2013
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
BRAUD, Vincent (16 place de la galissonnière, La Rochelle, F-17000, FR)
International Classes:
A61C5/14
Foreign References:
US20030134253A12003-07-17
US5730599A1998-03-24
US20030134253A12003-07-17
US5730599A1998-03-24
Attorney, Agent or Firm:
TOURNEL, Jean Louis (12 rue d'Orléans, Nantes, Nantes, F-44000, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif de protection buccale comprenant une cale (2) dentaire destinée à se positionner entre les arcades dentaires d'un coté de la bouche, une lame (3) de protection comportant une première partie (3A= repoussant la langue et une seconde partie (3B) venant en appui sur l'autre coté de la bouche dans le vestibule ce dispositif étant caractérisé en ce que la seconde partie (3B) de la lame (3) est prolongée par un retour (3C) pour former un crochet se positionnant à la commissure des lèvres .

2. Dispositif de protection selon la revendication 1 caractérisée en ce que la première partie( 3 A) de la lame à une hauteur supérieure à la distance entre le plancher et le palais de la bouche ce qui contraint la lame à se plier et donc augmente le maintien

3. Dispositif de protection buccale selon la revendication 1 caractérisé en ce que la lame (3) est associée à la cale (2) par une liaison souple (100) du type à emboîtement rapide avec un jeu facilitant l'orientation de la lame par rapport à la cale.

4. Dispositif de protection buccale selon la revendication 3 caractérisé en ce que la liaison souple (100) comprend une pièce mâle (5) en forme de

venant s' emboîter dans une cavité (7) complémentaire de la cale (2) avec une ouverture déformable pour le passage en force du Cé.

5. Dispositif de protection buccale selon la revendication 4 caractérisé en ce que la longueur du profilé en Cé permet au dit profilé un déplacement en translation dans la cavité qui l'accueille.

6. Dispositif de protection buccale selon la revendication 4 ou 5 caractérisé en ce que la concavité du profilé en Cé coiffe un bourrelet (8) de la cale (2)·

7. Dispositif de protection buccale selon l'une quelconque des revendications précédentes caractérisé en ce que la cale est déformable élastiquement par compression et présente des zones d'appui opposées pour les dents.

8. Dispositif de protection buccale selon la revendication 7 caractérisé en ce que les zones d'appui des dents présentent des nervures (lb) qui empêchent le glissement suivant l'axe longitudinal de la cale et ces zones d'appui sont en outre concaves dans l'axe transverse pour positionner transversalement les dents.

9. Dispositif de protection selon la revendication 1 caractérisé en ce que la première partie (3 A) de la lame (3) a une forme de feuille allongée qui se rétrécie en s 'éloignant de la cale (2) pour se prolonger par une zone de transition (30) qui est courbe et positionne la deuxième partie (3B) de la lame (3) dans une direction de l'ordre de 90° par rapport à la première partie (3A) et, cette deuxième partie (3B) est prolongée par un retour pour former un crochet.

10. Dispositif de protection selon la revendication 9 caractérisé en ce qu'une réduction (30) de matière entre la première partie (3 A) de la lame et la seconde partie (3B) permet un positionnement derrière les molaires et d'obtenir un calage par pincement.

Description:
PROTECTION INTRA-BUCC ALE .

L'invention se rapporte à un dispositif de protection de la cavité buccale lors des interventions sur les dents.

Lors des interventions sur les dents, le patient doit tenir la bouche ouverte. Le chirurgien peut alors accéder aux dents pour intervenir sur celles-ci en prenant soin de ne pas blesser l'intérieur de la joue et/ou la langue.

Donc, pour accéder aux dents, le patient doit maintenir la bouche ouverte ce qu'il fait. Cependant si l'intervention est longue, les mâchoires se rapprochent progressivement car maintenir la bouche ouverte pendant une longue période n'est pas facile.

Le premier problème est donc le maintien de la bouche ouverte.

Le second problème est d'éviter de blesser la langue et/ou l'intérieur de la joue

Une technique ancienne, encore utilisée, consiste à écarter la joue et la langue avec des tampons cylindriques en coton que l'on place de part et d'autre de la zone de travail et/ou entre les arcades dentaires.

Cette technique a été améliorée par des dispositifs qui permettent de repousser la langue vers l'arrière et maintenir la bouche ouverte.

Pour maintenir la bouche ouverte, il existe donc des dispositifs comportant une cale épaisse que l'on positionne entre les arcades inter-dentaires du coté opposé à celui où se localise la dent à traiter.

Pour protéger la cavité buccale, il est connu ( US2003/134253 ou US 5730599) d'utiliser une lame qui vient s'accrocher sur la cale épaisse précitée et se positionne pour repousser la langue derrière la lame. Cette lame comporte une partie qui repousse la langue qui se raccorde à un volet latéral qui s'appuie sur l'autre coté de la bouche en se positionnant entre la joue et les dents dans le vestibule. La lame déployée à plat forme en vue de face une sorte de huit couché. Pour que cette lame se positionne correctement et reste en place, la liaison entre la cale dentaire et la lame est rigide en sorte que c'est le positionnement de la cale qui oriente la lame. La rigidité de la liaison est contraignante dans la conception du dispositif et dans le positionnement car chaque bouche est particulière alors que le dispositif est du type standard. L'invention vise à apporter une solution aux problèmes évoqués plus haut.

A cet effet, l'invention a pour objet un dispositif de protection buccale comprenant une cale dentaire destinée à se positionner entre les arcades dentaires d'un coté de la bouche, une lame de protection comportant une première partie repoussant la langue et une seconde partie venant en appui sur l'autre coté de la bouche ce dispositif étant caractérisé en ce que la seconde partie de la lame est prolongée par un retour pour former un crochet se positionnant à la commissure des lèvres .

L'invention sera bien comprise à l'aide de la description ci après faite à titre d'exemple non limitatif en regard du dessin qui représente : FIG 1 : Le dispositif de protection vue en perspective

FIG 2 : le dispositif de la figure 1 vue de face

FIG 3 : le dispositif de la figure 1 vue de dessus

FIG 4 : La lame du dispositif de la figure 1 seule

FIG 5 : la lame de la figure 4 vue de face FIG 6 : la cale seule en perspective

FIG 7 : la cale de la figure 6 en vue latérale

En se reportant au dessin, on voit un dispositif lde protection buccale que l'on utilise pour les interventions dentaires. Ce dispositif est destiné à maintenir la bouche du patient ouverte et pour cela, on utilise une cale 2 dont la hauteur et sa position au niveau des arcades dentaires détermine l'ouverture de la bouche.

A cette cale est associée une lame 3 de protection comportant une première partie 3A et une seconde partie 3B venant en appui sur l'autre coté de la bouche ce dispositif étant caractérisé en ce que la seconde partie 3B de la lame est prolongée par un retour 3C destiné à s'appuyer sur la joue externe pour former un crochet se positionnant à la commissure des lèvres.

Le crochet est tourné vers l'arrière.

Lorsque le dispositif est mis en place, il est tenu aux deux extrémités. Il est donc immobilisé d'un coté par la cale entre les mâchoires et de l'autre coté par le crochet qui, formé par la seconde partie 3B et le retour 3C, est engagé avec la joue.

Il y a donc un positionnement sécurisant.

La première partie 3A repousse la langue et la protège, La seconde partie 3B vient protéger la joue en se glissant entre la joue et les dents, cette zone étant appelée le vestibule.

En outre, la première partie 3A de la lame à une hauteur supérieure à la distance entre le plancher et le palais de la bouche ce qui contraint la lame à se plier lorsqu'elle est mise en place et donc cet « écrasement » augmente le maintien. Entre les différentes parties de la lame, il y a une réduction de matière pour pouvoir orienter les parties les unes par rapport aux autres. On notera que la réduction 30 entre la première partie 3 A de la lame et la seconde partie 3B permet de se positionner derrière les molaires et d'obtenir un calage par pincement.

La mise en place peut commencer par le positionnement du crochet puis par la position de la cale.

Ce retour ne sert pas à la protection mais permet de remplacer une liaison rigide entre la lame et la cale, par une liaison souple 100 du type à emboîtement rapide avec un jeu facilitant l'orientation de la lame par rapport à la cale. La liaison se fait sur la face avant de la cale, c'est-à-dire la face de la cale opposée au fond de la bouche.

La liaison 100 entre la cale et la lame se présente de la manière suivante :

La lame 3 comporte une pièce mâle 5 en forme de profilé en Cé, la concavité 6 du Cé étant orientée vers la cale , ce profilé venant s 'emboîter dans une cavité 7 complémentaire avec une ouverture déformable pour le passage en force du Cé. La cavité 7 recevant le profilé en Cé est située à l'avant de la cale.

Lorsque la lame est associée à la cale, la concavité 6 du profilé coiffe un bourrelet 8. Ce profilé en Cé peut légèrement se déplacer angulairement par rapport à ce bourrelet et par conséquence permettre l'orientation de la lame 3. La cale présente donc une élasticité permettant le montage du profilé en Cé par déformation élastique de la cale en ouvrant les lèvres 9 qui réduisent l'entrée de la cavité. Le montage de cette lame permet des ajustements en rotation et en translation de la lame par rapport à la cale. Le réglage est facilité car l'autre extrémité de la lame est positionnée à la commissure des lèvres.

La cale est donc élastiquement déformable en compression et présente deux zones d'appui opposées pour les dents. Cette élasticité (reste faible) de la cale présente un autre avantage pour le patient qui peut mordre la cale sans percevoir une mauvaise sensation et en mordant cette cale, il vient pincer le profilé en Cé qui se verrouille.

L'extrémité libre de cette forme en demi-tube (profile en Cé) présente une butée 5 A qui limite le déplacement axial du dit profilé dans la cavité 7 ouverte de la cale. La forme en demi-tube peut coulisser dans la limite de sa longueur.

On a donc réalisé une fixation rapide, ajustable et souple.

Cette forme en demi-tube (hémi-cylindre creux) localisée sur le coté de la lame pour constituer une des deux parties complémentaires d'un moyen de liaison avec la cale se prolonge sensiblement jusqu'au bout de la deuxième partie de la lame avant le retour formant ainsi une nervure 10 longitudinale qui donne à la lame une rigidité dans sa forme ondulée longitudinalement.

Si on regarde le dispositif, la première partie 3A a une forme de feuille allongée qui après élargissement se rétrécie en s 'éloignant de la cale pour se prolonger par une zone de transition 30 qui est courbe et positionne la deuxième partie 3B dans une direction de l'ordre de 90° par rapport à la première partie et, cette deuxième partie est prolongée par un retour 3C pour former un crochet.

La lame présente une face courbe dont la concavité est orientée vers l'avant donc vers l'entrée de la bouche. Le choix des variations d'épaisseurs de lame et de leurs localisations confère à cette lame plus ou moins de souplesse.

On notera la présence d'encoches 15 sur le bord de la lame pour permettre aux fluides de circuler et qui seront aspirés par un moyen non représenté.

Comme cela a été dit, la cale est compressive donc non strictement rigide. Des nervures 16 au niveau des zones d'appui empêchent le glissement suivant l'axe longitudinal de la cale. Les zones d'appui sont en outre concaves dans l'axe transverse pour limiter transversalement le déplacement des dents et donc positionner les dites dents.

La liaison démontable entre la cale et la lame permet un démontage rapide et un traitement séparé des éléments constituant le dispositif pour une meilleur stérilisation.

La matière de la cale peut être de nature différente à celle de la lame de sorte que l'on peut mouler chaque pièce individuellement ce qui évite les contraintes de moulage si on fait de la bi-injection.

Elle permet de choisir une cale parmi un jeu de cales et une lame parmi un jeu de lames de tailles différentes.

Chaque pièce est stérilisable.