Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
KAYAK-TYPE INFLATABLE VESSEL
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/215409
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to an kayak-type inflatable vessel (1), comprising a hull (2) including: a longitudinal bottom (4) comprising a central longitudinal edge and two lateral longitudinal edges so as to have a V-shaped cross-section, the bottom (4) comprising at least one inflatable shell, and an upper rigidifying structure (6) comprising two longitudinal lateral inflatable shells (16) and at least one transverse element (18) mounted between the two lateral inflatable shells (16), each lateral inflatable shell (16) being mounted on one of the lateral longitudinal edges of the longitudinal bottom (4), wherein the two lateral inflatable shells (16) each comprise two walls placed one on top of the other, said walls each including a textile layer and being connected to one another by a multitude of connecting threads distributed over the entire surface of said layers, forming a structure suitable for being inflated to a pressure capable of rigidifying said structure.

Inventors:
SENIE NICOLAS (FR)
PION EMMANUELLE (FR)
CASAS DIEGO (FR)
Application Number:
FR2019/051031
Publication Date:
November 14, 2019
Filing Date:
May 06, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
DECATHLON SA (FR)
International Classes:
B63B7/08; B63B35/71
Foreign References:
KR20150113283A2015-10-08
KR101274579B12013-06-13
FR2795040A12000-12-22
US20060144313A12006-07-06
JP2004175322A2004-06-24
US9452809B22016-09-27
FR2795040A12000-12-22
FR2722758A11996-01-26
Attorney, Agent or Firm:
BALESTA, Pierre (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Embarcation gonflable (1) de type kayak, comprenant une coque (2) comportant :

- un fond longitudinal (4) comprenant un bord longitudinal central (22) et deux bords longitudinaux latéraux (24) de sorte à présenter une section transversale en V, le fond (4) comprenant, voire étant constitué de, au moins une enveloppe gonflable, et

- une structure supérieure de rigidification (6) comprenant, voire constituée de, deux enveloppes gonflables latérales (16) longitudinales et d'au moins un élément transversal (18) monté entre les deux enveloppes gonflables latérales (16), chaque enveloppe gonflable latérale (16) étant montée sur un des bords longitudinaux latéraux (24) du fond longitudinal (4),

dans laquelle les deux enveloppes gonflables latérales (16), et éventuellement l'enveloppe gonflable du fond (4), comprennent chacune deux parois superposées, lesdites parois comportant chacune une nappe de textile et étant reliées entre elles par une multitude de fils de liaison répartis sur toute la surface desdites nappes en formant une structure adaptée pour être gonflée à une pression apte à rigidifier ladite structure. 2. Embarcation (1) selon la revendication 1, dans laquelle chaque enveloppe gonflable latérale (16) présente une longueur longitudinale inférieure à la longueur du fond longitudinal (4), et dans laquelle chaque enveloppe gonflable latérale (16) est montée sur une portion (241) d'un des bords longitudinaux latéraux (24) du fond longitudinal (4).

3. Embarcation (1) selon la revendication 1 ou 2, comprenant également une poupe et une proue, et dans laquelle la poupe et/ou la proue du kayak est formée par une extrémité longitudinale du fond longitudinal (4).

4. Embarcation (1) selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans laquelle la coque (2) comporte deux bords longitudinaux supérieurs (30) formés par les deux enveloppes gonflables latérales (16) de la structure supérieure de rigidification (6), et par les bords longitudinaux latéraux (24) du fond longitudinal (4).

5. Embarcation (1) selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans laquelle les bords longitudinaux latéraux (24) du fond longitudinal (4) sont chacun constitués, selon la direction longitudinale, d'une partie centrale (241) et de deux parties d'extrémité (242), la partie centrale (241) étant plus basse que les deux parties d'extrémité (242), et dans laquelle chaque enveloppe gonflable latérale (16) comprend un bord longitudinal supérieur (28).

6. Embarcation (1) selon la revendication précédente, dans laquelle chaque enveloppe gonflable latérale (16) est montée sur la partie centrale (241) d'un des bords longitudinaux latéraux (24) du fond longitudinal (4), et dans laquelle chaque enveloppe gonflable latérale (16) présente une hauteur correspondant à la différence de hauteur entre la partie centrale (241) et les parties d'extrémité (242) du bord longitudinal latéral (24) sur lequel elle est montée, de manière à ce que le bord longitudinal supérieur (28) de chaque enveloppe gonflable latérale (16) forme, avec les parties d'extrémité (242) de bord longitudinal latéral (24) sur lequel elle est montée, un bord longitudinal supérieur (30) de la coque (2), de préférence sensiblement rectiligne.

7. Embarcation (1) selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans laquelle la structure supérieure de rigidification (6) comprend de préférence deux éléments transversaux (18) montés à distance l'un de l'autre entre les deux enveloppes gonflables latérales (16), et dans laquelle le ou les éléments transversaux (18) sont gonflables, par exemple comprennent chacun deux parois superposées, lesdites parois comportant chacune une nappe de textile et étant reliées entre elles par une multitude de fils de liaison répartis sur toute la surface desdites nappes en formant une structure adaptée pour être gonflée à une pression apte à rigidifier ladite structure.

8. Embarcation (1) selon l'une quelconque des revendications précédentes, comprenant également un pont (8) monté au- dessus de la coque (2), notamment à l'avant et à l'arrière de l'embarcation (1), dans laquelle le pont (8) comporte, de préférence à l'arrière de l'embarcation, une ouverture d'accès (10) à l'intérieur de l'embarcation, et dans laquelle l'embarcation (1) comporte également un moyen de fermeture (48), éventuellement étanche, comprenant un manchon (50) à contour rectangulaire avec des grands (52) et des petits (54) côtés, le manchon (50) étant délimité par deux extrémités ouvertes, une des extrémités ouvertes étant montée sur le pont (8) autour de l'ouverture d'accès (10), et le moyen de fermeture (48), éventuellement étanche, comportant également des éléments de rigidification (58) montés sur les petits côtés (54) du contour rectangulaire, de préférence à proximité de l'extrémité ouverte montée sur le pont (8), les éléments de rigidification (58) s'étendant entre des lignes de pliure (60) prévues pour faciliter le pliage du manchon (50) dans une configuration enroulée.

9. Embarcation (1) selon l'une quelconque des revendications précédentes, comprenant également des cale-pieds (32) avec deux surfaces d'appui (38) montées coulissantes le long de supports (34), les supports (34) étant fixés à l'intérieur de l'embarcation et comportant des joncs (36) souples, de préférence deux joncs souples parallèles, et les cale-pieds (32) comportant également deux sangles de réglage (40) reliées chacune entre une surface d'appui (38) et un élément (42) solidaire de la coque (2), par exemple un passant, disposé à proximité de l'utilisateur positionné dans le kayak.

10. Embarcation (1) selon l'une quelconque des revendications précédentes, comprenant également un hiloire (12) monté sur le pont (8) et permettant à l'utilisateur d'y fixer une jupe, l'hiloire (12) étant formé d'une bande longitudinale élastomérique entourant une ouverture du pont (8) destinée à accueillir l'utilisateur, et présentant une section transversale comportant une lèvre recourbée (44) formant crochet montée sur une embase (46), l'embase (46) étant destinée à venir se fixer sur le pont (8) du kayak, et la lèvre (44) étant configurée pour retenir l'élastique de la jupe.

11. Embarcation (1) selon l'une quelconque des revendications précédentes, comprenant également un siège amovible (14) et deux cales (26), les deux cales (26) étant montées sur la paroi intérieure de la coque (2), de préférence à la jonction entre le fond longitudinal (4) et les enveloppes gonflables latérales (16), et le siège (14) comportant une assise (64) et un dossier (68), l'assise (64) comprenant des évidements de forme complémentaire à celle des cales (26) et configurés pour coopérer avec les cales (26), et le dossier (66) étant destiné à venir en appui sur l'élément transversal (18) de la structure supérieure de rigidification (6).

Description:
EMBARCATION GONFLABLE DE TYPE KAYAK

Arrière-plan de l'invention

La présente invention concerne le domaine des équipements de sport et en particulier le domaine des embarcations gonflables. Plus particulièrement, la présente invention concerne des embarcations gonflables de type kayak.

Il existe déjà des embarcations gonflables pour la pratique du kayak. De telles embarcations sont par exemple décrites dans le document US 9 452 809. De telles embarcations sont formées d'une pluralité d'éléments gonflables, par exemple en matériaux dits « dropstitch », assemblés ensemble de manière à obtenir une embarcation présentant une forme générale de kayak.

Cependant, de telles embarcations, en raison de leur structure gonflable, nécessitent une architecture conduisant à une forme qui n'est pas toujours adaptée ou qui n'est pas la plus favorable à la pratique du kayak. Ainsi, le document US 9 452 809 divulgue une embarcation gonflable présentant un fond plat qui n'est pas adapté notamment à une pratique du kayak sur une mer avec de la houle. De plus, l'embarcation ne présente pas non plus une carène hydrodynamique permettant un comportement performant de l'embarcation sur l'eau.

Il existe également des embarcations de type bateau, dans lesquelles seul le plancher est formé par un matériau dit « dropstitch », et dans lesquelles les côtés de l'embarcation sont formés par des éléments gonflables cylindriques. De telles embarcations sont notamment décrites dans les documents FR 2 795 040 ou FR 2 722 758.

Cependant, de telles structures concernent le plus souvent des embarcations motorisées, et non des embarcations pour faire du kayak. En particulier, les éléments gonflables cylindriques disposés sur les côtés et formant les éléments de flottabilité principaux de l'embarcation, présentent généralement un encombrement important afin de conférer à l'embarcation une rigidité et une flottabilité suffisantes.

Objet et résumé de l’invention

La présente invention vise à résoudre les différents problèmes techniques énoncés précédemment. En particulier, la présente invention vise à fournir une embarcation de type kayak présentant à la fois une forme hydrodynamique se rapprochant de celle des kayaks rigides, tout en gardant la flottabilité et la rigidité nécessaires à une embarcation gonflable.

Ainsi, selon un aspect, il est proposé une embarcation gonflable de type kayak, comprenant une coque. La coque comporte :

un fond longitudinal comprenant un bord longitudinal central et deux bords longitudinaux latéraux de sorte à présenter une section transversale en V, le fond comprenant au moins une enveloppe gonflable, et

une structure supérieure de rigidification comprenant deux enveloppes gonflables latérales longitudinales et d'au moins un élément transversal monté entre les deux enveloppes gonflables latérales, chaque enveloppe gonflable latérale étant montée sur un des bords longitudinaux latéraux du fond longitudinal.

Les deux enveloppes gonflables latérales comprennent chacune deux parois superposées, lesdites parois comportant chacune une nappe de textile et étant reliées entre elles par une multitude de fils de liaison répartis sur toute la surface desdites nappes en formant une structure adaptée pour être gonflée à une pression apte à rigidifier ladite structure.

La structure de l'embarcation gonflable selon la présente invention comporte ainsi plusieurs volumes indépendants formés à partir d'un matériau de type « dropstitch ». Les différents volumes permettent notamment, grâce à la pression de gonflage élevée pouvant être utilisée avec le matériau « dropstitch », d'obtenir des éléments présentant une rigidité élevée malgré le caractère gonflable de l'embarcation. Surtout, la structure supérieure de rigidification forme une sorte de cockpit pour l'utilisateur et vient renforcer la structure du fond de l'embarcation là où le poids de l'utilisateur vient directement s'appliquer. Grâce à ce renfort apporté par la structure supérieure de rigidification, il devient alors possible de concevoir le fond de l'embarcation avec une section transversale en V, c'est-à-dire avec une carène hydrodynamique facilitant le déplacement de l'embarcation à la surface de l'eau. En particulier, la structure de rigidification de l'embarcation permet de limiter les déformations du fond, même avec une section transversale en V, et de garder la forme générale de la carène même lorsque l'utilisateur vient se positionner au milieu de l'embarcation et vient y appliquer son poids. Préférentiellement, les deux enveloppes gonflables latérales ne sont pas orientées, en section transversale, comme les côtés du fond longitudinal sur lesquels elles sont montées. De préférence, les deux enveloppes gonflables latérales sont montées verticalement sur le fond longitudinal.

Préférentiellement, le fond est constitué d'au moins une enveloppe gonflable, par exemple une ou deux enveloppes gonflables. Ainsi, le fond peut être formé par une unique enveloppe gonflable en dropstitch qui est patronnée de manière à obtenir la section transversale souhaitée, et plus particulièrement la carène mais également la proue de l'embarcation. Alternativement, il est également possible de prévoir un fond formé à partir de deux enveloppes gonflables, formant les deux côtés longitudinaux du fond et assemblées selon le bord longitudinal central du fond. Ici encore, le matériau dropstitch est avantageusement patronné de manière à obtenir, une fois les deux enveloppes gonflables assemblées ensemble, la carène, et éventuellement la proue et la poupe, souhaitées pour l'embarcation.

Préférentiellement, la structure supérieure de rigidification est constituée de deux enveloppes gonflables latérales longitudinales et d'un ou deux éléments transversaux montés entre les deux enveloppes gonflables latérales.

La structure supérieure de rigidification est disposée de manière centrale par rapport au fond, c'est-à-dire au niveau de la zone d'installation de l'utilisateur. C'est en effet au niveau de cette zone que vont s'exercer les efforts les plus importants en raison du poids appliqué de manière localisée par l'utilisateur sur la coque de l'embarcation. La structure supérieure de rigidification comporte ainsi deux éléments longitudinaux de part et d'autre de la zone d'installation de l'utilisateur, afin de réduire le flambage du fond lorsque l'utilisateur a pris place dans l'embarcation : les deux enveloppes gonflables latérales longitudinales viennent maintenir à distance les deux extrémités longitudinales du fond. Par ailleurs, le ou les éléments transversaux de la structure supérieure de rigidification permettent de maintenir en place les deux enveloppes gonflables latérales longitudinales, et évitent notamment que celles-ci ne se rapprochent l'une de l'autre, toujours sous l'effet du poids exercé par l'utilisateur dans le kayak. Ainsi, la structure supérieure de rigidification est conçue pour conserver une forme générale sensiblement constante, et est alors placée au-dessus du fond, au niveau de la zone d'accueil de l'utilisateur, pour maintenir la forme générale du fond, et donc son hydrodynamisme, malgré la section transversale en V de celui-ci.

Préférentiellement, l'enveloppe gonflable du fond comprend deux parois superposées, lesdites parois comportant chacune une nappe de textile et étant reliées entre elles par une multitude de fils de liaison répartis sur toute la surface desdites nappes en formant une structure adaptée pour être gonflée à une pression apte à rigidifier ladite structure. L'utilisation d'un fond en matériau dropstitch permet d'obtenir alors des surfaces rigides favorisant la glisse de l'eau à leur surface.

Préférentiellement, chaque enveloppe gonflable latérale présente une longueur longitudinale inférieure à la longueur du fond longitudinal, et chaque enveloppe gonflable latérale est montée sur une portion d'un des bords longitudinaux latéraux du fond longitudinal.

Les enveloppes gonflables latérales longitudinales sont prévues plus courtes que le fond, afin de présenter une plus grande rigidité, et sont disposées au milieu de l'embarcation, là où l'utilisateur va s'installer et appliquer, par son poids, des contraintes sur la coque, notamment des contraintes de flambage conduisant les deux extrémités longitudinales du fond à se relever et se rapprocher : la disposition de la structure supérieure de rigidification au-dessus du fond permet donc de limiter un tel flambage.

Préférentiellement, l'embarcation gonflable comprend également une poupe et une proue, et la poupe et/ou la proue du kayak est formée par une extrémité longitudinale du fond longitudinal. Comme indiqué précédemment, grâce à la structure supérieure de rigidification, il devient possible de prévoir un fond s'étendant jusqu'aux deux extrémités longitudinales de l'embarcation, et donc pouvant former la proue et la poupe de l'embarcation. On obtient ainsi une coque dans laquelle la surface externe sur laquelle glisse l'eau lors du déplacement de l'embarcation, est continue et délimite, sur toute la longueur de la coque, un seul volume gonflable. On réduit ainsi les turbulences sur la surface immergée de la coque, et donc les frottements ralentissant l'avancée de l'embarcation. Préférentiellement, la coque comporte deux bords longitudinaux supérieurs formés par les deux enveloppes gonflables latérales de la structure supérieure de rigidification, et par les bords longitudinaux latéraux du fond longitudinal.

Préférentiellement, les bords longitudinaux latéraux du fond longitudinal sont chacun constitués, selon la direction longitudinale, d'une partie centrale et de deux parties d'extrémité, la partie centrale étant plus basse que les deux parties d'extrémité, et chaque enveloppe gonflable latérale comprend un bord longitudinal supérieur.

Plus précisément, les deux enveloppes gonflables latérales de la structure supérieure de rigidification viennent se positionner dans des évidements ou encoches du fond longitudinal, afin de former, ensemble, des bords longitudinaux supérieurs sensiblement plans.

Préférentiellement, chaque enveloppe gonflable latérale est montée sur la partie centrale d'un des bords longitudinaux latéraux du fond longitudinal, et chaque enveloppe gonflable latérale présente une hauteur correspondant à la différence de hauteur entre la partie centrale et les parties d'extrémité du bord longitudinal latéral sur lequel elle est montée, de manière à ce que le bord longitudinal supérieur de chaque enveloppe gonflable latérale forme, avec les parties d'extrémité de bord longitudinal latéral sur lequel elle est montée, un bord longitudinal supérieur de la coque, de préférence sensiblement rectiligne.

On obtient donc une forme générale de coque qui ne permet pas d'identifier de prime abord le volume du fond et le volume de la structure supérieure de rigidification : les deux volumes sont conçus et assemblés ensemble de manière à former une forme générale de coque standard.

Préférentiellement, les enveloppes gonflables latérales comprennent chacune une paroi intérieure, une paroi extérieure et un bord latéral reliant entre elles les parois intérieure et extérieure. Les parois intérieure et extérieure peuvent être les deux parois superposées comportant chacune une nappe de textile et reliées entre elles par une multitude de fils de liaison.

Préférentiellement, la paroi intérieure du fond longitudinal et des enveloppes gonflables latérales délimitent, ou définissent, au moins en partie le volume intérieur de l'embarcation. Dit autrement, les enveloppes latérales sont montées, transversalement à la direction longitudinale, dans le prolongement du fond, de manière à délimiter également, au moins en partie, le volume intérieur de l'embarcation. Ainsi, les parois intérieures de la coque sont formées par la ou les parois intérieures du fond longitudinal et par les parois intérieures des enveloppes gonflables latérales.

De même, les parois extérieure et intérieure des enveloppes gonflables latérales sont montées, transversalement à la direction longitudinale, dans le prolongement des parois intérieure et extérieure du fond longitudinal.

Préférentiellement, l'élément transversal est monté sur les deux enveloppes gonflables latérales. Plus précisément, l'élément transversal peut être monté sur les parties sommitales des enveloppes gonflables latérales, c'est-à-dire sur ou à proximité du bord latéral supérieur des enveloppes gonflables latérales.

Préférentiellement, la structure supérieure de rigidification comprend de préférence deux éléments transversaux montés à distance l'un de l'autre entre les deux enveloppes gonflables latérales.

Le ou les éléments transversaux sont gonflables, par exemple comprennent chacun deux parois superposées, lesdites parois comportant chacune une nappe de textile et étant reliées entre elles par une multitude de fils de liaison répartis sur toute la surface desdites nappes en formant une structure adaptée pour être gonflée à une pression apte à rigidifier ladite structure.

Les deux éléments transversaux de la structure supérieure de rigidification peuvent également être en matériau dropstitch, afin notamment d'être eux aussi gonflables tout en ayant une rigidité suffisante pour maintenir l'écartement des deux enveloppes gonflables latérales. Par ailleurs, la structure supérieure de rigidification peut comprendre deux éléments transversaux, de préférence destinés à être positionnés respectivement devant et derrière l'utilisateur lorsque celui-ci est installé dans l'embarcation, afin de former une « enceinte périphérique » de rigidification entourant complètement l'utilisateur.

Préférentiellement, l'embarcation gonflable comprend également un pont, notamment souple, monté au-dessus de la coque, notamment à l'avant et à l'arrière de l'embarcation. Préférentiellement, le pont s'étend d'une extrémité longitudinale de la coque jusqu'à l'autre, c'est-à-dire de la proue jusqu'à la poupe. Le pont est important pour un kayak puisqu'il permet de limiter l'entrée d'eau dans l'embarcation. Néanmoins, pour être efficace, celui-ci doit être plat, ou tendu dans le cas d'un pont souple, afin de faciliter l'évacuation de l'eau et limiter la formation de poches d'eau. Ainsi, un tel pont est généralement absent ou partiel sur des embarcations gonflables, car la structure gonflable de la coque, et sa rigidité, ne permettent pas de le tendre suffisamment.

Le pont peut comporter, de préférence à l'arrière de l'embarcation, une ouverture d'accès à l'intérieur de l'embarcation. Une telle ouverture permet d'accéder au volume intérieur du kayak, notamment pour l'utiliser comme espace de stockage pour les effets personnels de l'utilisateur par exemple, ou pour des accessoires de sécurité.

L'embarcation peut comporter également un moyen de fermeture, éventuellement étanche, comprenant un manchon délimité par deux extrémités ouvertes, une des extrémités ouvertes étant montée sur le pont autour de l'ouverture d'accès.

Préférentiellement, le manchon comporte un contour rectangulaire avec des grands et des petits côtés.

Un tel moyen de fermeture permet de garantir un minimum d'étanchéité limitant les entrées d'eau dans l'embarcation. En effet, le moyen de fermeture s'inspire des fermetures par enroulement de certains sacs, qui sont étanches pendant une durée donnée ou dans des conditions déterminées. Dans le cas du présent moyen de fermeture, le manchon est prévu pour se replier et/ou s'enrouler sur lui-même afin de le rendre plus étanche. Par ailleurs, le moyen de fermeture reste souple, comme le reste de l'embarcation, ce qui permet un rangement plus facile lorsque l'embarcation est dégonflée.

Le moyen de fermeture, éventuellement étanche, comporte également des éléments de rigidification montés sur les petits côtés du contour rectangulaire, de préférence à proximité de l'extrémité ouverte montée sur le pont. Les éléments de rigidification peuvent même être conçus pour adhérer entre eux par contact, afin d'améliorer encore l'étanchéité du moyen de fermeture.

Les éléments de rigidification s'étendent entre des lignes de pliure prévues pour faciliter le pliage du manchon dans une configuration enroulée. Les moyens de rigidifications sont conçus pour faciliter le pliage du manchon, celui-ci ne pouvant se faire que selon les lignes délimitées par les éléments de rigidification (qui sont, eux, difficiles à plier).

Préférentiellement, l'embarcation gonflable comprend également des cale-pieds. On entend ici par « cale-pieds » le système complet permettant à l'utilisateur de poser son pied sur une surface d'appui, c'est- à-dire le système avec la surface d'appui et un moyen de fixation à l'embarcation et éventuellement un moyen de réglage de la position de la surface d'appui.

Les cale-pieds comprennent deux surfaces d'appui montées coulissantes le long de supports, les supports étant fixés à l'intérieur de l'embarcation et comportant des joncs souples, de préférence deux joncs souples parallèles. Les joncs sont par exemple des joncs de ralingue. Les joncs forment ainsi un support présentant à la fois une tenue mécanique suffisante pour permettre d'y faire coulisser les surfaces d'appui, ainsi qu'une certaine souplesse permettant un pliage de l'embarcation lorsque celle-ci est dégonflée.

Les cale-pieds comportent également deux sangles de réglage reliées chacune entre une surface d'appui et un élément solidaire de la coque, par exemple un passant, disposé à proximité de l'utilisateur positionné dans le kayak. Les sangles de réglage permettent à l'utilisateur de déplacer les surfaces d'appui le long des joncs, et de les maintenir en position. Ainsi, lors du réglage, l'utilisateur débloque les sangles de manière à permettre un libre positionnement des surfaces d'appui : il lui suffit alors d'appuyer sur les surfaces d'appui pour les repousser le long du jonc. Puis, une fois installé, il suffit à l'utilisateur de tirer sur les sangles pour rapprocher les surfaces d'appui de lui : lorsque celles-ci sont à la bonne distance, les sangles peuvent alors être bloquées pour maintenir les surfaces d'appui en position.

Préférentiellement, l'embarcation comprend également un hiloire monté sur le pont et permettant à l'utilisateur d'y fixer une jupe. L'hiloire permet de monter une jupe sur le pont, et de donc de fermer l'ouverture du pont permettant l'entrée de l'utilisateur dans le kayak, afin de limiter encore plus les entrées d'eau dans l'embarcation.

Préférentiellement, l'hiloire est formé d'une bande longitudinale élastomérique entourant une ouverture du pont destinée à accueillir l'utilisateur. L'hiloire est classiquement est matériau rigide, comme le pont. Dans le cas de la présente invention, l'hiloire est choisi en matériau élastomérique, afin de présenter à la fois une tenue mécanique pour la fixation de la jupe, mais également une certaine souplesse pour le rangement de l'embarcation à l'état dégonflé.

Préférentiellement, l'hiloire présente une section transversale comportant une lèvre recourbée formant crochet montée sur une embase, l'embase étant destinée à venir se fixer sur le pont du kayak, et la lèvre étant configurée pour retenir l'élastique de la jupe.

Préférentiellement, l'embarcation comprend également un siège amovible et deux cales, les deux cales étant montées sur la paroi intérieure de la coque, de préférence à la jonction entre le fond longitudinal et les enveloppes gonflables latérales, et le siège comportant une assise avec des évidements de forme complémentaire à celle des cales et configurés pour coopérer avec les cales.

Le siège de l'embarcation est prévu amovible, afin de ne pas gêner le pliage de l'embarcation lorsque celle-ci est dégonflée. Par ailleurs, l'embarcation comporte également deux cales permettant de positionner et de maintenir le siège dans la coque pendant la pratique du kayak. En particulier, les cales, qui viennent se positionner avantageusement sous l'assise du siège, sont disposées à la jonction entre le fond longitudinal et les enveloppes gonflables latérales. De cette façon, avec une assise sensiblement horizontale, il va rester sous le siège, un espace dû à la géométrie en V du fond longitudinal qui permettra d'une part de recueillir éventuellement l'eau qui serait rentrée dans la coque, sans imprégner l'assise, et d'autre part une déformation de l'assise sous le poids de l'utilisateur, pour plus de confort.

Le siège peut comporter un dossier destiné à venir en appui sur l'élément transversal de la structure supérieure de rigidification. Dans ce cas, on utilise la présence de l'élément transversal, qui est rigide, comme support pour le siège. On facilite ainsi la conception du siège, et notamment la liaison entre l'assise et le siège.

Préférentiellement, l'embarcation comprend également au moins un siège amovible supplémentaire, et au moins deux cales supplémentaires.

Brève description des dessins L'invention et ses avantages seront mieux compris à la lecture de la description détaillée d'un mode de réalisation particulier, pris à titre d'exemple nullement limitatif et illustré par les dessins annexés sur lesquels :

- la figure 1 est une représentation schématique d'un kayak gonflable selon la présente invention,

- les figures 2 à 4 représentent les différentes parties et l'assemblage de la coque du kayak représenté à la figure 1,

- la figure 5 est une vue en coupe de la coque représentée à la figure

4,

- la figure 6 illustre le montage du pont sur la coque du kayak,

- la figure 7 est une vue en coupe de l'hiloire illustré à la figure 1, et

- les figures 8 et 9 illustrent différentes vues du moyen de fermeture d'une ouverture d'accès du pont du kayak.

Description détaillée de l'invention

La figure 1 illustre schématiquement une embarcation gonflable de type kayak 1.

Le kayak gonflable 1 comporte notamment une coque 2, qui est formée par un fond longitudinal 4 et une structure supérieure de rigidification 6, un pont 8 avec une ouverture d'accès 10 arrière et un hiloire 12, et un siège 14. Le kayak 1 comprend notamment une proue à l'avant et une poupe à l'arrière disposées aux deux extrémités longitudinales du kayak, et notamment de la coque 2.

En particulier, la structure supérieure de rigidification 6 comprend deux enveloppes gonflables latérales 16 et deux éléments transversaux 18 qui seront décrits notamment avec la figure 6.

Comme cela est visible sur la figure 2, le fond longitudinal 4 comporte deux côtés longitudinaux 20 se rejoignant, au milieu, le long d'un bord longitudinal central 22 du fond longitudinal 4, et formant, sur les côtés extérieurs, deux bords longitudinaux latéraux 24 du fond longitudinal 4. Les deux côtés longitudinaux 20 se rejoignent au milieu avec un angle, de sorte à ce que le fond longitudinal 4 présente une section transversale en V.

L'angle du fond longitudinal 4 au niveau du bord longitudinal central 22 peut varier selon que la section transversale considérée se trouve à proximité d'une extrémité longitudinale du fond longitudinal 4 ou bien à proximité de la partie médiane du fond longitudinal 4. Ainsi, à proximité des extrémités, la section transversale du fond longitudinal 4 peut présenter une forme en V avec un angle aigu, inférieur à 90°. A l'inverse, la section transversale médiane du fond longitudinal 4 peut présenter une forme en V avec un angle obtus, c'est-à-dire supérieur à 90°, permettant de donner plus d'espace, notamment en largeur, pour accueillir l'utilisateur. Par ailleurs, au niveau des extrémités longitudinales du fond longitudinal 4, c'est-à-dire au niveau de l'extrémité avant et de l'extrémité arrière de la coque 2, les deux côtés longitudinaux 24 peuvent se rejoindre pour venir former respectivement la proue à l'avant de la coque 2 et la poupe à l'arrière de la coque 2.

Les deux côtés 22 du fond longitudinal 4 peuvent être formés chacun d'une enveloppe gonflable patronnée de manière à permettre l'obtention de la forme souhaitée du fond longitudinal 4 lorsque les deux côtés sont assemblés ensemble. Alternativement, les deux côtés 22 peuvent être formés à partir d'une seule enveloppe gonflable patronnée pour obtenir la forme souhaitée : dans ce cas, le fond longitudinal 4 peut être gonflé ou dégonflé à l'aide d'une seule valve de gonflage. Dans les deux cas, la ou les enveloppes gonflables utilisées pour former le fond longitudinal 4 sont de préférence des enveloppes gonflables en dropstitch, c'est-à-dire des enveloppes gonflables comprenant deux parois superposées, les dites parois comportant chacune une nappe de textile et étant reliées entre elles par une multitude de fils de liaison répartis sur toute la surface desdites nappes en formant une structure adaptée pour être gonflée à une pression apte à rigidifier ladite structure.

L'utilisation du matériau dropstitch permet notamment d'utiliser une pression de gonflage de l'enveloppe élevée, et donc d'obtenir une rigidité élevée de l'enveloppe à l'état gonflée. Dans le cas du fond longitudinal 4, une telle rigidité permet de faciliter l'écoulement de l'eau le long de la surface immergée du fond, et donc de limiter les efforts à fournir par l'utilisateur pour faire avancer le kayak.

De plus, le matériau dropstitch permet d'obtenir des volumes gonflables avec les formes voulues, et notamment des formes sensiblement planes, et non cylindriques, limitant l'encombrement du kayak. Afin de permettre l'installation et le bon positionnement du siège 14 dans la coque 2 du kayak, le fond longitudinal 4 peut également comprendre deux cales 26, par exemple en mousse rigide, qui coopéreront avec des évidements correspondant du siège 14. Les cales 26 sont de préférence montées sur la paroi intérieure du fond longitudinal

4, et plus préférentiellement à proximité des bords longitudinaux latéraux 24 : de cette façon, l'assise du siège 14 se trouve à distance du bord longitudinal central 22 et peut alors se déformer sous le poids de l'utilisateur pour lui apporter plus de confort. En particulier, et afin d'éviter l'installation à l'envers du siège 14 dans la coque 2, les cales 26 peuvent être montées décalée l'une par rapport à l'autre, c'est-à-dire à une distance différente de la section transversale médiane du fond longitudinale 4 : de cette façon, le siège 14 ne pourra être installé dans la coque que dans la bonne direction.

Comme cela sera détaillé plus bas, les bords longitudinaux latéraux

24 du fond longitudinal 4 présentent une partie centrale 241 et des parties d'extrémité 242, la partie centrale 241 de chaque bord longitudinal latéral 24 étant plus basse que les parties d'extrémité 242, c'est-à-dire présente une hauteur par rapport au bord longitudinal central 22 plus petite que la hauteur des parties d'extrémité 242.

La figure 3 illustre une vue de côté d'une enveloppe gonflable latérale 16, et plus particulièrement la paroi intérieure d'une enveloppe gonflable latérale 16. L'enveloppe gonflable latérale 16 est formée à partir d'un matériau dropstitch, c'est-à-dire des enveloppes gonflables comprenant deux parois superposées, les dites parois comportant chacune une nappe de textile et étant reliées entre elles par une multitude de fils de liaison répartis sur toute la surface desdites nappes en formant une structure adaptée pour être gonflée à une pression apte à rigidifier ladite structure. L'enveloppe gonflable latérale 16 est destinée à être montée sur un bord longitudinal latéral 24, et plus particulièrement sur la partie centrale 241, du fond longitudinal 4.

Ainsi, l'enveloppe gonflable latérale 16 peut présenter une longueur longitudinale sensiblement égale à la longueur de la partie centrale 241 du bord longitudinal latéral 24, ainsi qu'une hauteur sensiblement égale à la différence de hauteur entre la partie centrale 241 et les parties d'extrémité 242 du bord longitudinal latéral 24. Plus précisément, l'enveloppe gonflable latérale 16 peut présenter une hauteur au niveau de sa partie centrale qui est supérieure à la hauteur aux extrémités. De cette façon, l'enveloppe gonflable latérale 16 peut venir se positionner dans la partie centrale 241 de manière à ce que le bord longitudinal inférieur 27 de l'enveloppe gonflable latérale 16 soit fixé sur la partie centrale 241 du bord longitudinal latéral 24, et à ce que le bord longitudinal supérieur 28 de l'enveloppe gonflable latérale 16 se positionne dans la continuité des parties d'extrémité 242 du bord longitudinal latéral 24, pour former un bord longitudinal supérieur 30 de la coque 2 sensiblement rectiligne (voir figure 4), voire sensiblement horizontal.

Chaque enveloppe gonflable latérale 16 peut également comprendre un cale-pied 32 monté sur sa paroi intérieure. Le cale-pied 32 peut comprendre ainsi un support 34 comportant deux joncs 36 souples et parallèles entre eux. Les joncs 36, bien que souples, présentent une rigidité suffisante pour permettre de guider le long du support 34 une surface d'appui 38. La surface d'appui 38, qui est destinée à servir de support au pied de l'utilisateur pendant sa pratique, peut présenter, par exemple, deux rainures de forme correspond aux deux joncs afin de pouvoir coulisser sur le long des joncs. Une sangle de réglage 40 est montée entre la surface d'appui 38 et un passant 42 solidaire de la paroi intérieure de l'enveloppe gonflable latérale 16 : en exerçant une force sur la sangle de réglage 40 au niveau du passant 42, il devient alors possible de rapprocher la surface d'appui 38 du passant 42 tout en restant sur le siège 14 du kayak 1. Par ailleurs, une fois la surface d'appui 38 correctement positionnée, il suffit de bloquer la sangle de réglage 40 pour éviter que la surface d'appui 38, sous l'effet des contraintes exercées par l'utilisateur pendant sa pratique, ne s'éloigne du passant 42.

La figure 4 illustre la coque 2 du kayak avec le fond longitudinal 4 et les deux enveloppes gonflables latérales 16 : on constate alors que l'ajout et le positionnement des deux enveloppes gonflables latérales 16 permettent de limiter le flambage du fond longitudinal 4, notamment lorsqu'un utilisateur vient appliquer son poids sur la partie médiane de la coque 2. Plus particulièrement, et comme cela est visible sur la figure 5, les deux enveloppes gonflables latérales 16 ne sont pas orientées, en section transversale, comme les côtés 20 du fond longitudinal 4 sur lesquels elles sont montées. Ainsi, les enveloppes gonflables latérales 16 sont inclinées par rapport aux côtés 20, et de préférence sont orientées sensiblement verticalement. Cela est particulièrement notable au niveau de la section transversale médiane de la coque 2 au niveau de laquelle le fond longitudinal 4 présente une section en V avec un angle obtus. L'enveloppe gonflable latérale 16, grâce à sa hauteur supérieur dans sa partie médiane, permet de compenser la différence de hauteur du fond longitudinal le long de la partie centrale 241 du bord longitudinal latéral 24. Une telle géométrie des parois de la coque 2 permet d'augmenter la rigidité et de limiter le flambage des différents composants de la coque 2.

La figure 6 illustre la coque 2 avec deux éléments transversaux 18, sur laquelle va être monté le pont 8. Les éléments transversaux 18 sont montés sur et entre les deux enveloppes gonflables latérales 16, de préférence à distance l'un de l'autre. Ils permettent d'une part de maintenir l'écartement de celles-ci, mais également l'orientation sensiblement verticale, et donc parallèle, de celles-ci. Les éléments transversaux 18 sont de préférence gonflables, et formés par un matériau dropstitch tel que décrit précédemment afin d'avoir la rigidité voulue à l'état gonflé.

De cette façon, les enveloppes gonflables latérales 16 et les éléments transversaux 18 forment une sorte de cockpit à l'intérieur duquel l'utilisateur est destiné à s'installer, et venant renforcer la rigidité du fond longitudinal 4. Les éléments transversaux 18 sont donc positionnés de préférence devant et derrière le siège 14 de l'utilisateur. En particulier, l'élément transversal 18 arrière peut servir de support pour le dossier du siège 14.

Le pont 8 peut alors être monté sur la coque 2 afin de fermer la surface supérieure de celle-ci, à l'exception de l'ouverture prévue pour l'entrée de l'utilisateur dans le kayak 1. Afin d'éviter l'entrée d'eau par l'ouverture de l'utilisateur pendant la pratique, le pont 8 comprend un hiloire 12 pour la fixation d'une jupe (non-représentée). Comme illustré sur la figure 7, l'hiloire est formé d'une bande longitudinale élastomérique entourant l'ouverture d'entrée de l'utilisateur. Le choix d'un matériau élastomérique permet de garder un élément suffisamment souple pour le pliage du kayak 1 lorsqu'il est dégonflé, tout en présentant une tenue mécanique suffisante pour permettre de maintenir la jupe de l'utilisateur. L'hiloire 12 peut comporter, en section transversale, une lèvre recourbée 44 formant crochet. La forme de la lèvre permet d'y glisser l'élastique de la jupe pour que celui-ci reste en prise dans la lèvre 44. La lèvre recourbée 44 est montée sur une embase 46 sensiblement plate, destinée à venir se fixer sur la surface supérieure du pont 8.

Le pont 8 comporte également l'ouverture d'accès arrière 10 permettant à l'utilisateur de ranger à l'intérieur de la partie arrière du kayak 1, des affaires. Afin d'empêcher l'eau de rentrer dans la coque 2 par l'ouverture d'accès 10, le kayak 1 comprend un moyen de fermeture 48 illustré, à la figure 8, dans sa configuration fermée, et à la figure 9, dans une configuration ouverte. Plus particulièrement, le moyen de fermeture 48 est de préférence étanche par enroulement : le moyen de fermeture 10 comporte ainsi un manchon 50 à contour rectangulaire avec des grands côtés 52 et des petits côtés 54 qui entourent la périphérie de l'ouverture d'accès 10. Une des extrémités du manchon 50, celle inférieure, est fixée sur le pont 8, autour de l'ouverture d'accès 10. L'autre extrémité du manchon 50, celle supérieure, comporte également des bandes de rigidification 56 permettant de faciliter la manipulation de l'extrémité ouverte du moyen de fermeture 48. Le manchon 50 comporte également des éléments de rigidification 58, de préférence sur les petits côtés 54 du manchon 50 qui s'étendent entre des lignes de pliure 60 prévues pour faciliter le pliage du manchon 50 dans une configuration enroulée. De cette manière, l'utilisateur ne peut enrouler facilement le manchon 50 qu'en le pliant selon les lignes de pliure 60 prévues à cet effet : on améliore ainsi l'utilisation et l'efficacité du moyen de fermeture 48. Des sangles 62 peuvent alors être prévues pour maintenir le moyen de fermeture 48 à l'état fermé.

Comme illustré à la figure 8, le siège 14 peut comprendre une assise 64 et un dossier 68. L'assise 64 est prévue pour comporter des évidements sur sa face inférieure, afin de venir coopérer avec les cales 26 de la coque 2. On peut ainsi obtenir une orientation correcte du siège 14 dans le kayak 1, ainsi qu'un maintien de celui-ci selon la direction longitudinale du kayak.

Par ailleurs, le dossier 68 est relié à l'assise par une liaison pivot, qui peut être une simple liaison souple. Afin de maintenir le dossier 68 en position, et notamment bien droit dans le kayak 1, celui-ci peut être posé en appui contre un élément transversal 18, voire fixé à l'élément transversal 18 par exemple avec un moyen de type velours-crochets.

Ainsi, grâce à la conception de la coque, et notamment de sa structure en deux parties avec un fond longitudinal et une structure supérieure de rigidification, il devient possible de fabriquer un kayak avec un aérodynamisme similaire à celui des kayaks rigides, tout en ayant une tenue mécanique, et notamment une résistance au flambage, élevée pour une embarcation gonflable. Par ailleurs, le choix et la conception des accessoires équipant le kayak permet de conserver une structure souple, sans pièce rigide pouvant abîmer la structure lors du pliage.