Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
KIT FOR USE IN PREVENTING AND/OR TREATING SIDE EFFECTS RELATED TO AN ANTI-CANCER THERAPY
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/105601
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a kit (1) for use in preventing and/or treating side effects related to an anti-cancer therapy in a patient. It is characterized in that said kit comprises a food (2) and/or a beverage (3) administered in a form suitable for oral administration for the prevention and/or treatment of gastrointestinal side effects; a cosmetic product (4) and/or a pharmaceutical product (5) administered topically for the prevention and/or treatment of one or more cutaneous side effects; a packaging and optionally personalized services suited to the patient.

Inventors:
ARANCIO, Paolo (9 AV Marechal de Lattre de Tassigny, ANTIBES, 06160, FR)
Application Number:
EP2018/071284
Publication Date:
June 06, 2019
Filing Date:
August 06, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
GALDERMA RESEARCH & DEVELOPMENT (2400 Route des Colles Les Templiers, BIOT, 06410, FR)
International Classes:
A23L2/00; A23L33/00; A45F3/04; A61K8/00; A61Q19/00
Foreign References:
EP1357935A22003-11-05
Other References:
ANONYMOUS: "Men's Chemo Comfort and Care Package | Cancer Gifts", 20 November 2016 (2016-11-20), XP055513403, Retrieved from the Internet [retrieved on 20181008]
ANONYMOUS: "Men's Small Chemo Basket", 9 March 2015 (2015-03-09), XP055513412, Retrieved from the Internet [retrieved on 20181008]
MARCIN MARDAS ET AL: "Link between diet and chemotherapy related gastrointestinal side effects", WSP?ŁCZESNA ONKOLOGIA, vol. 2, 1 January 2017 (2017-01-01), pages 162 - 167, XP055513350, ISSN: 1428-2526, DOI: 10.5114/wo.2017.66896
ANONYMOUS: "Tips for Managing Eating Problems and Your Diet after Chemo Treatments - Eating Well During Chemotherapy - Chemocare", 8 December 2012 (2012-12-08), XP055513384, Retrieved from the Internet [retrieved on 20181008]
Attorney, Agent or Firm:
AXE PI (7 Place Ile de Beauté, NICE, 06300, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Ki† (1 ) comprenant :

un aliment (2), un complément alimentaire et/ou une boisson (3) sous une forme adaptée à une administration par voie orale pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires gastro-intestinaux liés à une thérapie anficancéreuse ;

un produit (4) cosmétique et/ou pharmaceutique sous une forme adaptée à une administration par voie topique ou systémique pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires cutanés liés à ladite thérapie anficancéreuse ; et

- un conditionnement (5).

2. Ki† selon la revendication 1 , caractérisé en ce qu’il comprend en outre un accès à des services personnalisés (6) pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à ladite thérapie anticancéreuse.

3. Ki† selon la revendication 2, caractérisé en ce que l’accès aux services personnalisés (6) est matérialisé sur une notice d’utilisation. 4. Ki† selon l’une des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que le conditionnement est en papier, en carton, en plastique, en tissu, en polyamide, en polyester et/ou en cuir.

5. Ki† selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le conditionnement est un sac comprenant plusieurs compartiments (7) .

6. Ki† selon la revendication 4 ou 5, caractérisé en ce que le conditionnement comprend au moins une surface personnalisable (8). 7. Ki† selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que :

l’aliment et/ou la boisson son† emballés dans une trousse (9), préférentiellement isotherme ; et

le produit cosmétique et/ou pharmaceutique son† emballés dans un nécessaire (1 0), préférentiellement pliable.

8. Ki† selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que ladite thérapie anticancéreuse est un traitement chirurgical, un traitement par chimiothérapie, un traitement par thérapie ciblée, un traitement par radiothérapie et/ou un traitement par hormonothérapie d’un ou de plusieurs cancers.

9. Kit selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que la thérapie anticancéreuse est une thérapie adaptée au traitement d’un cancer sélectionné parmi :

une tumeur du cerveau ;

un cancer du col utérin ;

un cancer colorectal ;

une tumeur cutanée ;

un cancer de l'endomètre ;

un cancer de l'estomac ;

un cancer du foie ;

une tumeur stromale gastro-intestinale ;

une hémopathies maligne telle que la leucémie, le myélome multiple, le maladie de Hodgkin ou le lymphome non-hodgkinien ;

un carcinome hépatocellulaire ;

un sarcome de Kaposi ;

un cancer du larynx ;

un mésothéliome ;

un cancer de l'oesophage ;

un ostéosarcome ;

un cancer de l'ovaire ;

un cancer du pancréas ;

un cancer de la peau ;

un cancer de la bouche ;

un cancer du poumon tel qu’un carcinome pulmonaire à petites cellules ;

un cancer de la prostate ;

un rhabdomyosarcome ;

un cancer du rein ;

un cancer du sein ;

un cancer du testicule ; un cancer de la thyroïde ;

un sarcome des tissus mous ;

un carcinome de la vessie ; ou

un myélome (cancer osseux).

10. Procédé de préparation d’un kit selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu’il comporte les étapes suivantes de :

mise à disposition à un patient atteint d’un cancer d’un questionnaire et/ou d’un portail dédié permettant de rassembler des informations concernant :

o le type de cancer dudit patient e† son degré ;

o le type de thérapie anticancéreuse dudit patient ;

o le type de peau dudit patient ;

o l’adresse dudit patient ;

o l’âge dudit patient ; et/ou

o le poids dudit patient ;

détermination de l’aliment (2), du complément alimentaire ef/ou de la boisson (3) sous une forme adaptée à une administration par voie orale adaptés à la prévention ef/ou au traitement des effets secondaires gastro-intestinaux liés à la thérapie anticancéreuse dudit patient ; détermination du produit (4) cosmétique ef/ou pharmaceutique sous une forme adaptée à une administration topique ou systémique adaptés à la prévention ef/ou au traitement des effets secondaires cutanés liés à la thérapie anticancéreuse dudit patient ;

assemblage du kit contenant l’aliment (2), le complément alimentaire ef/ou la boisson (3) sous une forme adaptée à une administration par voie orale d’une part et le produit (4) cosmétique ef/ou pharmaceutique sous forme adaptée à une administration topique ou systémique d’autre part, l’aliment (2), le complément alimentaire ef/ou la boisson (3) d’une part et le produit (4) cosmétique ef/ou pharmaceutique étant intégrés dans un conditionnement ; et récupération, envoi ef/ou mise à disposition du kit au patient. 1 1. Produit de combinaison comprenant :

un aliment (2), un complément alimentaire et/ou une boisson (3) sous une forme adaptée à une administration par voie orale pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires gastro-intestinaux liés à ladite thérapie anficancéreuse ;

un produit (4) cosmétique et/ou pharmaceutique sous une forme adaptée à une administration topique ou systémique pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires cutanés liés à ladite thérapie anficancéreuse ;

pour une utilisation dans la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à une thérapie anficancéreuse, sous une forme adaptée à une administration simultanée, séparée ou étalée dans le temps.

Description:
KIT POUR SON UTILISATION DANS LA PREVENTION ET/OU LE TRAITEMENT DES EFFETS SECONDAIRES LIES A UNE THERAPIE ANTICANCEREUSE

La présente invention concerne le domaine du traitement des effets secondaires liés à une thérapie anficancéreuse. Elle concerne plus particulièrement un kif pour son utilisation dans la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à une thérapie anficancéreuse, ledit kif comprenant un conditionnement et au moins deux éléments :

un premier élément pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires gastro-intestinaux liés à ladite thérapie anticancéreuse, et

un deuxième élément qui est un produit administré sous forme topique ou systémique pour la prévention et/ou le traitement d 'un ou plusieurs effets secondaires cutanés liés à ladite thérapie anticancéreuse.

Le cancer est une pathologie caractérisée par la présence d'au moins une fumeur maligne formée à partir de la transformation par mutations ou instabilité génétique (anomalies cytogénétiques) d'une cellule initialement normale.

La transformation cellulaire tumorale se traduit notamment par une perte de contrôle du cycle cellulaire, une insensibilité à l'apoptose, des anomalies de la réparation de l'ADN. Les cancers son† alors classés selon le type de la cellule dans laquelle s'est produite la première transformation (lymphomes, carcinomes, sarcomes) ; cette première cellule maligne s'étan† ensuite divisée, formant la tumeur primaire constituée de cellules clonales.

Certaines tumeurs primaires peuvent progresser vers un envahissement plus global de l'organisme par échappement de cellules tumorales issues de cette tumeur primaire : on parle alors de métastase.

Il existe aujourd’hui un grand nombre de traitements contre les cancers. Parmi ces traitements, on peut citer notamment la chirurgie, la chimiothérapie, les thérapies ciblées, la radiothérapie et l’hormonothérapie.

Les effets secondaires liés à une thérapie anticancéreuse peuvent notamment varier en fonction des médicaments administrés, de leur posologie, de leur dosage, de leur mode d’administration, de la durée du traitement, de la combinaison avec d’autres traitement et des patients traités.

En effet, chaque patient réagit différemment aux traitements. L’efficacité d’un traitement peut être modulé en fonction de l’environnement du patient. L’âge du patient, sa condition physique et l’état de son système immunitaire jouent également un rôle important dans la rémission ou dans la guérison du cancer.

Le sommeil, la famille, les conditions de travail, les loisirs, le centre hospitalier d’accueil ou encore l’alimentation sont également des facteurs qui influencent G efficacité d’une thérapie anticancéreuse et l’intensité des effets secondaires associés.

Les effets secondaires d’une chimiothérapie par exemple peuvent également varier d'une cure de chimiothérapie à l'autre.

La chimiothérapie es† un traitement médical. Les médicaments de chimiothérapie agissent sur les mécanismes de la division cellulaire.

C'est un traitement systémique qui agi† dans l'ensemble du corps. Cela permet d'atteindre les cellules cancéreuses quelle que soi† leur localisation dans le corps, même si elles sont isolées et ne sont pas détectables par des examens de diagnostic.

Les médicaments de chimiothérapie sont administrés le plus souvent par perfusion, ou parfois par voie orale sous forme de comprimés.

La présence ou l'absence d'effets secondaires n'est pas liée à l'efficacité du traitement. Ne ressentir aucun effet secondaire ne signifie pas que le traitement est inefficace sur le patient et, inversement, ressentir de nombreux effets secondaires ne signifie pas qu'il est particulièrement actif.

Le traitement ou la limitation des effets secondaires se limite généralement à des traitements médicamenteux préventifs ou à des conseils pratiques.

Les effets secondaires généralement observés lors d’une thérapie anticancéreuse peuvent notamment être les suivants :

la chute de cheveux :

Ce† effet secondaire es† fréquent lors des chimiothérapies des cancers du sein. La chute des cheveux (appelée alopécie) peu† être difficile à vivre car elle es† un signe concret e† visible de la maladie. Elle es† souvent progressive e† la plupart du temps, temporaire. Elle commence en général 2 à 3 semaines après la première perfusion. Les cheveux commencent à repousser environ 6 à 8 semaines après la fin du traitement. Les cils, les sourcils e† les poils pubiens peuvent également tomber provisoirement

les nausées et les vomissements : Les nausées commencent souvent le soir ou le lendemain de la perfusion. Elles durent rarement plus de 72 heures après le traitement. Elles ne son† pas systématiquement accompagnées de vomissements les diarrhées :

Un risque de diarrhées existe avec certains médicaments. Un traitement préventif médicamenteux (anti-diarrhéique) est donc généralement prescrit pour limiter ces effets secondaires.

la baisse des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes : Les médicaments de chimiothérapie on† souvent des effets secondaires sur le sang et la moelle osseuse. Ils peuvent entraîner : o une baisse du nombre de globules blancs (leucopénie), en particulier des polynucléaires neutrophiles (neutropénie) ou des lymphocytes (lymphopénie). Cette baisse entraîne un risque accru d'infection car les moyens de défense du corps son† réduits ;

o une baisse des globules rouges (anémie), chargés de transporter l'oxygène dans tout le corps. L'anémie se manifeste principalement par une pâleur et une fatigue qui ne s'atténuent pas avec le repos ;

o une baisse du nombre de plaquettes (thrombopénie), qui participent au phénomène de coagulation du sang. Une diminution des plaquettes augmente le risque d'hématomes et de saignements

les lésions de la bouche :

Les muqueuses de la bouche son† particulièrement fragiles lors de la chimiothérapie. Certains médicaments de chimiothérapie peuvent entraîner des lésions à l'intérieur de la bouche (aphtes, rougeurs, douleurs). On parle de mucite (inflammation d'une muqueuse) ou encore de stomatite (mucite de la bouche).

les sensations d'engourdissement ou de fourmillement dans les mains ou les pieds :

Certains médicaments ont un effet toxique sur les nerfs. Ils peuvent entraîner des troubles de la sensibilité, appelés paresthésies, qui se manifestent par des sensations désagréables d'engourdissement, de fourmillement, de picotement (principalement au niveau des membres et de leurs extrémités) qui peuvent être douloureuses et handicapantes. Ces symptômes sont nommés troubles neuropathiques périphériques.

les troubles cardiaques :

Ces troubles peuvent survenir en particulier lorsque des anthracyclines comme la doxorubicine ou l'épirubicine ont été administrées. Cet effet est lié à la dose totale de médicaments

la fatigue :

En dehors de la fatigue causée par la maladie elle-même, par l'appréhension des examens ou encore par les déplacements fréquents, la fatigue peut être liée à la chimiothérapie. En effet, une anémie (baisse des globules rouges), une perte d'appétit, des nausées et des vomissements, une fièvre ou encore des douleurs peuvent contribuer à cette fatigue

les réactions allergiques :

Les médicaments peuvent être source d'allergie. Ces allergies peuvent notamment se manifester par un gonflement du visage, des lèvres et de la langue, un essoufflement, de la fièvre, des réactions cutanées graves (démangeaisons, rougeurs, boutons), des difficultés à respirer ou tout autre trouble inhabituel

les affections cutanées ou affections dermatologiques

Certaines thérapies anticancéreuses et plus particulièrement certains médicaments peuvent entraîner des troubles au niveau de la peau : rougeurs, plaques, dessèchement de la peau, tiraillements. Les affections dermatologiques observées le plus fréquemment dans les thérapies anticancéreuses sont les suivantes

o la xérose qui est un dessèchement de la peau ;

o le prurit ou démangeaison est une sensation de picotement irritant qui donne envie de se gratter ;

o la folliculite ou inflammation superficielle du poil appelé follicule pileux telle que par exemple la folliculite EGFR ;

o le syndrome main-pied qui se manifeste au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds. Il se caractérise par des rougeurs, un gonflement, une sécheresse ou des cloques ;

o la photosensibilisation qui résulte de la rencontre des rayons ultraviolets avec une substance sensible présente au niveau de la peau telle que par exemple un médicament photo sensibilisant ; o les crevasses qui son† des fissures plus ou moins profonde de la peau ; ou encore

o la paronychie qui es† une inflammation des tissus mous entourant l’ongle.

La plupart des effets secondaires d'un traitement contre le cancer son† transitoires et diminuent progressivement après la fin du traitement. Pour en diminuer les effets, il est recommandé aux patients de parler des effets secondaires rencontrés avec un spécialiste. Ce dernier peut connaître un moyen ou prescrire un médicament permettant de combattre lesdits effets secondaires gênants.

Ainsi, le brevet EPI 357935 décrit notamment un procédé visant à atténuer la gravité des effets secondaires de la chimiothérapie chez des patients atteints d'un cancer, ce procédé consistant à administrer au patient la thymosine alpha 1 conjointement avec un agent chimiothérapeutique.

Alternativement, pour limiter les effets secondaires, il est parfois possible de modifier (temporairement) la dose de chimiothérapie, ou d’en décaler son administration (décalage dans le temps d'une semaine ou deux généralement).

Les patients peuvent également s’adresser au personnel infirmier oncologique ou spécialisé présent dans de nombreux hôpitaux.

De façon alternative ou additionnelle, les patients peuvent se rapprocher d’organisations de patients.

Plus récemment encore, des applications on† vu le jour et permettent d’accompagner les patients dans le traitement de leur cancer. On peut par exemple citer l’application CAREZONE™ qui permet de mieux gérer son agenda et ses rendez-vous chez le médecin. Cette application permet en outre de faciliter les consultations et de disposer de sa liste de médicaments sur son smartphone. L’application CREATE TO HEAL™ don† l’objectif affiché est de réduire le stress des patients permet, notamment à travers l’art et à travers la musique, d’apaiser les patients par exemple lorsqu’ils attendent les résultats de leurs examens médicaux ou avant une séance de chimiothérapie.

A ce jour, il n’existe pas de solution qui permette de mettre à disposition des patients une aide qui soit simple, efficace, globale et personnalisée et qui permettent de limiter les effets secondaires liés à une thérapie anticancéreuse. C’est généralement au patient ou à son entourage de rechercher les meilleures solutions à ses maux, sans forcément qu’il ne puisse bénéficier du retour d’autres patients qui présentent un profil similaire au sien.

Par ailleurs, il n’exisfe pas de solution permettant de prévenir ou de traiter un ou plusieurs effets secondaires liés à une thérapie anticancéreuse et qui associe au moins un premier produit administré par voie orale et un deuxième produit administré par voie topique ou systémique, lesdifs produits étant combinés dans un conditionnement adapté et permettant de traiter à la fois un effet secondaire gasfro-intesfinal et un effet secondaire cutané.

La solution à ce problème posé a pour premier objet un kit pour son utilisation dans la prévention ef/ou le traitement d’effets secondaires liés à une thérapie anticancéreuse, caractérisé en ce qu’il comprend :

un aliment, un complément alimentaire ef/ou une boisson administrés sous une forme adaptée à la voie orale pour la prévention ef/ou le traitement d'un ou plusieurs effets secondaires gastro-intestinaux liés à ladite thérapie anticancéreuse ;

un produit cosmétique (4) et/ou pharmaceutique (5) administrés sous forme topique ou systémique pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires cutanés liés à ladite thérapie anticancéreuse ; et

un conditionnement.

L’invention a pour deuxième objet un procédé de préparation d’un kit pour son utilisation selon l’invention, caractérisé en ce qu’il comporte les étapes suivantes de :

mise à disposition à un patient atteint d’un cancer d’un questionnaire et/ou d’un portail dédié permettant de rassembler des informations concernant :

o le type de cancer dudit patient et son degré ;

o le type de thérapie anticancéreuse dudit patient ;

o le type de peau dudit patient ;

o l’adresse dudit patient ;

o l’âge dudit patient ; ef/ou

o le poids dudit patient ;

détermination de l'aliment, du complément alimentaire et/ou de la boisson administrés sous une forme adaptée à la voie orale, adaptés à la prévention et/ou au traitement des effets secondaires gastro intestinaux liés à la thérapie anticancéreuse dudit patient ; détermination du produit cosmétique et/ou pharmaceutique administrés sous forme topique ou systémique adaptés à la prévention et/ou au traitement des effets secondaires cutanés liés à la thérapie anticancéreuse dudit patient ;

assemblage du kit contenant l’aliment, le complément alimentaire et/ou la boisson administrés sous une forme adaptée à la voie orale d’une part et le produit cosmétique et/ou pharmaceutique administrés sous forme topique ou systémique d’autre part, les deux produits étant intégrés dans un conditionnement ; et

récupération, envoi et/ou mise à disposition du kit au patient.

L’invention a pour troisième objet un produit de combinaison comprenant :

un aliment, un complément alimentaire et/ou une boisson administrés sous une forme adaptée à la voie orale pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires gastro-intestinaux liés à ladite thérapie anticancéreuse ;

un produit cosmétique et/ou pharmaceutique administrés sous forme topique ou systémique pour la prévention et/ou le traitement d'un ou plusieurs effets secondaires cutanés liés à ladite thérapie anticancéreuse ;

pour une utilisation simultanée, séparée ou étalée dans le temps, dans la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à une thérapie anticancéreuse.

L’invention et les avantages qui en découlent seront mieux compris à la lecture de la description et des modes de réalisation non limitatifs qui suivent, rédigée au regard des figures annexées dans lesquelles :

les figures 1 et 2 représentent une vue de face du conditionnement d'un kit selon l'invention comprenant notamment les produits destinés à la prévention et/ou au traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à une thérapie anticancéreuse ;

la figure 3 représente un schéma de principe des différentes étapes de préparation du kit objet de l’invention.

L’invention concerne un kit pour son utilisation dans la prévention et/ou le traitement d’effets secondaires liés à une thérapie cancéreuse.

Selon l’invention, le terme « traitement » ou « traiter» fait référence à une amélioration, une prophylaxie ou régression des effets secondaires liés à la thérapie cancéreuse. Dans un autre mode de réalisation, « traitement » ou « traiter » fait référence à l’inhibition ou au ralentissement de la progression d’un effet secondaire lié à une thérapie cancéreuse. « Traitement » ou « traiter» fait par ailleurs référence au fait de retarder l’apparition d’un effet secondaire ou d’un trouble, par exemple, en réduisant ou en retardant l’apparition d’une rougeur de la peau affectée par un érythème. Dans certains modes de réalisation, les produits du kif son† administrés de façon préventive. Dans ce contexte, « prévention » ou « prévenir» fait référence à une réduction du risque de contracter un effet secondaire ou un trouble.

Les effets secondaires liés à la thérapie anticancéreuse peuvent par exemple être les affections gastro-intestinales, les affections cutanées, la chute des cheveux, les diarrhées, la baisse des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes, les lésions de la bouche, les sensations d’engourdissement ou de fourmillement dans les mains ou les pieds, les troubles cutanés et syndrome main- pied, les nausées et vomissements, la modification de la couleur et une fragilisation des ongles, les douleurs musculaires et articulaires, les troubles du cycle menstruel, les troubles cardiaques, la fatigue et les réactions allergiques,.

Préférentiellement, les effets secondaires visés son† les affections gastro intestinales et les affections cutanées.

Ainsi, comme cela est illustré aux figures 1 et 2, le ki† 1 selon l’invention comprend au moins deux éléments distincts pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à ladite thérapie anticancéreuse.

Le premier élément peut se présenter sous forme solide, liquide ou gazeuse et a pour objectif de fournir des avantages secondaires au corps humain, qui ne son† pas uniquement des effets systémiques.

Plus particulièrement, le premier élément est un aliment 2, un complément alimentaire et/ou une boisson 3.

La forme d’administration du premier élément est ainsi préférentiellement la voie orale.

De préférence, le premier élément est administré sous une forme adaptée à la voie orale pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires gastro-intestinaux liés à la thérapie anticancéreuse du sujet ou patient à traiter.

On entend par effets secondaires gastro-intestinaux les problèmes qui touchent l'estomac et les intestins. Parmi ces effets secondaires, on peut notamment citer la gastro-entérite (qui peut être due à un virus ou une bactérie), les brûlures d'estomac (remontées de suc gastrique dans l'oesophage), la gastrite (inflammation de la muqueuse gastrique), le syndrome du côlon irritable, souvent associé à la dyspepsie fonctionnelle, les douleurs abdominales, les ballonnements, les nausées, les vomissements, alternance de diarrhées et de constipation.

De façon alternative ou additionnelle, le premier élément administré sous une forme adaptée à la voie orale peut également être un aliment 2 ou une boisson 3 qui permettent de fournir un apport spécifique en énergie au patient, avant, pendant ou après une thérapie anticancéreuse.

En effet, le cancer et ses traitements peuvent faire perdre du poids. L’appétit est souvent diminué alors que l’organisme a besoin de plus d’énergie que d’habitude pour affronter la maladie et poursuivre le traitement dans les meilleures conditions possibles. Depuis le diagnostic et tout au long du traitement, il convient d’être vigilant face à un risque de dénutrition qui peut entraîner ou aggraver des effets secondaires.

La dénutrition s’installe lorsque les besoins nutritionnels de l’organisme ne sont plus couverts par les apports alimentaires et entraîne en particulier une perte de masse musculaire. On constate alors une perte de poids, parfois très importante. Une perte de poids supérieure à 5 % du poids habituel en un mois, ou supérieure à 10 % du poids habituel en six mois est considérée comme importante et doit être traitée. C’est un phénomène fréquent au cours de la maladie cancéreuse ; on estime en effet que 40 à 80% des patients atteints d’un cancer sont dénutris.

De plus, la dénutrition est souvent un facteur aggravant du pronostic.

En outre, les traitements qui interviennent dans la lutte contre le cancer peuvent avoir comme conséquence la modification, voire la perte du goût et de l’odorat. Les patients peuvent avoir tendance à manger moins : les besoins énergétiques (et notamment protéiques) de l’organisme sont augmentés par la maladie et ses traitements, alors que les apports diminuent. Veiller à maintenir son poids ou à reprendre son poids habituel est donc un objectif qui ne doit pas être négligé, et ce, dès le début et tout au long de la prise en charge thérapeutique du cancer.

Ainsi, à titre d’exemple non limitatif d’aliment 2, de complément alimentaire ou de boisson utilisables selon la présente invention, on peut citer : les produits hypercaloriques et normoprotéinés de la gamme

Clinutren™ tels que le produit Clinutren™ Support Plus, Clinutren™ Fruit,

Clinutren™ Soup ou Clinutren™ Dessert Gourmand ; les poudres pour solution glucidique claire à reconstituer tel que le produit Clinutren™ Preload ;

les produits hyperprotéinés et hypercalorique de la gamme Resource™ tel que le produit Resource™ Support Plus ;

les produits hyperprotéinés, hypercaloriques avec oméga 3, arginine, nucléotides et fibres solubles pour nutrition orale tel que le produit Oral Impact™ ;

les produits hyperprotéinés, isocaloriques, avec oméga 3, arginine et nucléotides (immunonutrition) pour nutrition entérale tel que le produit Impact™ Enterai ;

les produits hyperprotéinés et hypercaloriques pour nutrition entérale tels que les produits Sondalis™ Energy, Sondalis™ HP Energy Fibre, Sondalis™ Energy Fibre, plus préférentiellement le produit Sondalis™ HP Energy qui est un aliment complet, hyperprotéiné et hypercalorique destiné à une nutrition entérale par sonde, stérilisée UHT, pour les besoins nutritionnels en cas de dénutrition ou de risque de dénutrition des patients avec des besoins énergétiques et protéiques élevés ou nécessitant une restriction des apports hydriques. Le produit Sondalis™

HP Energy est principalement constitué d’eau, sirop de glucose, protéines de lait, triglycérides à chaîne moyenne (TCM), huiles végétales (colza, tournesol), minéraux, oligo-éléments, vitamines, huile de poisson et choline.

Les produits ci-dessus sont également utilisables pour traiter les troubles gastro-intestinaux tels que les diarrhées (associées à une dénutrition ou déshydratation).

Pour le traitement d’effets secondaires gastro-intestinaux qui ralentissent le processus de transformation (transit intestinal) et d’évacuation des selles, on peut administrer un produit contre les constipations tel que le produit Optifibre™ qui comprend notamment de la fibre de Guar.

Pour le traitement d’effets secondaires gastro-intestinaux qui altèrent le fonctionnement du système digestif, on peut administrer un produit contre la malabsorption tel que le Peptamen™ HN de la gamme Peptamen™. Peptamen™ HN est un aliment diététique destiné à des fins médicales spéciales, nutritionnellement complet, hypercalorique, hyperprotéiné, à base de protéines hydrolysées de lactosérum, riche en triglycérides à chaîne moyenne (TCM) pour nutrition entérale. Pour le traitement d’effets secondaires gastro-infesinaux qui son† des affections inflammatoires du tube digestif évoluant par poussées, et touchant principalement l'intestin grêle et le côlon, on peut administrer un mélange nutritif complet en poudre pour une reconstitution, isocalorique, naturellement riche en cytokine (TGF-62) tel que le produit Modulen™ IBD.

Le deuxième élément du ki† selon l’invention pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à une thérapie anticancéreuse est un produit 4 cosmétique et/ou pharmaceutique.

La forme d’administration du deuxième élément est préférentiellement la voie topique ou systémique, plus préférentiellement la forme topique.

Des exemples de produits 4 qui peuvent être utilisées pour une administration par voie topique selon l’invention comprennent, mais ne son† pas limitées aux vaporisateurs, brumes, aérosols, solutions, lotions, gels, crèmes, pommades, pâtes, onguents, émulsions et suspensions.

Le choix de la composition administrable par voie topique dépendra de plusieurs facteurs, y compris mais sans s’y limiter, la nature des effets secondaires à traiter ou prévenir, les caractéristiques physico-chimiques du composé devant être administré et d’autres excipients présents, leur stabilité dans la formulation, l’esthétique de toute formulation donnée, les équipements de fabrication disponibles, et les contraintes budgétaires.

Ces compositions son† préparées selon les procédés habituels.

Le pH des compositions topiques de l’invention se trouve préférentiellement dans une plage de pH physiologiquement acceptable, par exemple, dans une plage d’environ 5 à 7, préférentiellement dans la plage d’environ 5 à 6.

De préférence, le deuxième élément est administré sous forme topique pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires cutanés liés à la thérapie anticancéreuse du sujet ou patient à traiter.

Les effets secondaires cutanés incluent des troubles cutanées inflammatoires et des troubles cutanés non inflammatoires. Les troubles cutanés comprennent, mais ne se limitent pas à l’acné, les kératoses, la télangiectasie actinique, la pelade, la stomatite, les gerçures, la dermatite, les toxidermies, la peau sèche, l’eczéma, l’érythème, les mycoses, le granulome annulaire, l’herpès simplex, l’ichtyose vulgaire, l’impétigo, l’intertrigo, la folliculite, le syndrome main- pied, le molluscum contagiosum, le pemphigus, la dermatite périorale, le prurit, la pseudo folliculite de la barba, le psoriasis, le purpura, les éruptions cutanées, le rhinophyma, la paronychie, la rosacée, les crevasses, les coups de soleil, la télangiectasie, la photosensibilisation, l’urticaire, et la xérose, ou les combinaisons de ceux-ci, ou un symptôme associé à ceux-ci.

Préférentiellement, le trouble cutané es† la xérose, le prurit, la folliculite, le syndrome main-pied, la photosensibilisation, les crevasses ou encore la paronychie.

A titre d’exemple non limitatif de produits 4 cosmétiques ou pharmaceutiques utilisables selon la présente invention pour traiter ou prévenir la xérose ou le prurit associés à une thérapie anticancéreuse, on peu† citer les produits Excipial™ U Hydrolotion, Excipial™ U Lipolotion, Excipial™ Balmandol, Excipial™ Pruri Lotion, Cetaphil™ Cleanser e† Excipial™ Clean Solution.

A titre d’exemple non limitatif de produits 4 cosmétiques ou pharmaceutiques utilisables selon la présente invention pour traiter ou prévenir la folliculite associée à une thérapie anticancéreuse, on peu† citer les produits Oracea™, Minac™, Alfacorton™ Cream, Alfacorton™ Fatcream, Premandol™ Ointment, Betacorton™ Cream, Excipial™ Cream, Procutol™, Soolantra™ e† Actinica™.

A titre d’exemple non limitatif de produits 4 cosmétiques ou pharmaceutiques utilisables selon la présente invention pour traiter ou prévenir la photosensibilisation associée à une thérapie anticancéreuse, on peu† citer les produits Nutraplus™ Cream, Calmurid™ Cream, Excipial™ Cream, Excipial™ Fatcream, Excipial™ Kerasal™, Excipial™ Balmandol, Excipial™ Protec†, Excipial™ Repair, Cetaphil™ Cleanser e† Excipial™ Clean solution.

A titre d’exemple non limitatif de produits 4 cosmétiques ou pharmaceutiques utilisables selon la présente invention pour traiter ou prévenir le syndrome main-pied associé à une thérapie anticancéreuse, on peu† citer les produits Actinica™, Daylong™ sensitive 50+ e† Cetaphil™ Cleanser.

A titre d’exemple non limitatif de produits 4 cosmétiques ou pharmaceutiques utilisables selon la présente invention pour traiter ou prévenir les crevasses ou encore la paronychie associées à une thérapie anticancéreuse, on peu† citer les produits Minac™, Excipial™ Fatcream, Excipial™ Cream e† Procutol.

Plus préférentiellement, le kit 1 objet de la présente invention comprend nécessairement le produit 4 Cetaphil™ Cleanser qui es† un nettoyant doux e† formulé sans savon, qui nettoie la peau sans l'irriter. Il conserve les huiles protectrices naturelles de la peau ainsi que son pH naturel afin d'hydrater e† de soulager la peau sensible, tou† en la nettoyant. Il es† assez doux pour être utilisé sur la peau délicate des patients sous thérapie anticancéreuse. Le produit Cetaphil™ Cleanser comprend les ingrédients suivants :

Eau purifiée,

Alcool cétylique,

Propylène Glycol,

Sodium Lauryl Sulfate,

Alcool stéarylique,

Méthylparabène,

Propylparabène,

Butylparabène.

Comme cela es† illustré aux figures 1 e† 2, le kit objet de l’invention comprend également un conditionnement 5.

Le conditionnement 5 es† préférentiellement en papier, en carton, en plastique, en tissu, en polyamide, en polyester et/ou en cuir. Plus préférentiellement encore, le conditionnement 5 es† en tissu, et/ou en cuir.

Comme cela es† illustré à la figure 1 , le conditionnement 5 objet de l’invention es† façonné pour être le mieux adapté aux différents éléments à délivrer qui sont principalement destinés au traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à la thérapie anticancéreuse.

Comme il ressort de la figure 1 , selon un mode préféré de réalisation de l’invention, le conditionnement 5 du kit 1 es† un sac comprenant au moins un compartiment 7.

Le conditionnement 5 du kit selon l’invention fai† partie intégrante des composantes qui jouent un rôle dans le traitement, la prévention, e† de manière générale, dans la diminution des effets secondaires liés à la thérapie anticancéreuse.

Avantageusement, le conditionnement 5 contient par exemple au moins une surface personnalisable 8. Elle peu† être destinée à recevoir l’expression d’un encouragement ou d’un soutien de la part de l’entourage du patient. Cette expression peu† l’aider à surmonter des épreuves lors de la thérapie anticancéreuse.

Le conditionnement 5 objet de l’invention peu† également contenir un insigne 1 1 qui se fixe avantageusement sur le ou les systèmes d’ouverture 12 du conditionnement. Ce† insigne peu† par exemple être métallique ou en tissu. Il peu† prendre la forme d’un ruban de sensibilisation qui symbolise la maladie du patient e† permet aux autres personnes atteintes de la même maladie de se reconnaître et ainsi de favoriser les liens et les échanges entre patients.

De façon particulièrement avantageuse, comme illustré à la figure 2, le conditionnement 5 peu† intégrer une trousse 9 qui es† préférentiellement isotherme e† qui permet d’optimiser la conservation (chaud ou froid) des aliments, boissons, compléments alimentaires ou tou† autre produit destiné à la prévention et/ou au traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à ladite thérapie anticancéreuse. Le ou les produits 4 cosmétiques ou pharmaceutiques peuvent également être contenu ou emballés dans un nécessaire 10 qui es† préférentiellement pliable e† qui permet d’optimiser le rangement e† la classification desdits produits afin d’en faciliter la bonne utilisation par le patient.

De façon avantageuse, le kit objet de l’invention comprend un aliment et/ou une boisson qui sont emballés dans une trousse 9 qui préférentiellement isotherme ; e† le produit 4 cosmétique et/ou pharmaceutique sont emballés dans un nécessaire 10, qui es† préférentiellement pliable, plus préférentiellement encore pliable e† détachable.

Le conditionnement 5 du kit selon l’invention peu† également contenir des compartiments additionnels organisés de façon à faciliter le quotidien des patients. Il peu† par exemple contenir un compartiment pour lingettes 13, voire une pochette amovible pour les déchets, une pochette pour des vêtements de rechange. Le conditionnement 5 peu† également contenir une poche multimédia pour smartphone, tablette ou ordinateur portable.

La contenance du conditionnement 5 objet de l’invention es† préférentiellement inférieure à 25 litres, plus préférentiellement inférieure à 20 litres, plus préférentiellement encore inférieure ou égale à 18,5 litres. Une telle contenance permet de limiter la charge e† le poids du conditionnement qui ne doit pas être trop lourd, notamment pour des patients en état de fatigue.

Par ailleurs, comme cela es† illustré aux figures 1 e† 2, le kit objet de l’invention comprend avantageusement un accès à des services personnalisés 6.

Ces services personnalisés sont avantageusement des services pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à ladite thérapie anticancéreuse.

Ces services personnalisés peuvent également être utiles pour soutenir psychologiquement les besoins des patients. Comme cela es† illustré à la figure 1 , l’accès aux services personnalisés 6 peu† être matérialisé sur une notice d’utilisation.

Alternativement, le patient peu† accéder aux services personnalisés directement via une application pour smartphone ou tablette dédiée, ou par consultation d’une page web consultable sur interne†.

Le kit objet de l’invention es† utilisé afin de limiter les effets secondaires liés à une thérapie cancéreuse.

Selon l’invention, la thérapie cancéreuse es† préférentiellement un traitement chirurgical, un traitement par chimiothérapie, un traitement par thérapie ciblée, un traitement par radiothérapie ef/ou un traitement par hormonothérapie d’un ou de plusieurs cancers.

La thérapie anticancéreuse es† préférentiellement une thérapie adaptée au traitement d’un cancer sélectionné parmi :

une tumeur du cerveau ;

un cancer du col utérin ;

un cancer colorectal ;

une tumeur cutanée ;

un cancer de l'endomètre ;

un cancer de l'estomac ;

un cancer du foie ;

une tumeur stromale gastro-intestinale ;

une hémopathies maligne telle que la leucémie, le myélome multiple, le maladie de Hodgkin ou le lymphome non-hodgkinien ;

un carcinome hépatocellulaire ;

un sarcome de Kaposi ;

un cancer du larynx ;

un mésothéliome ;

un cancer de l'oesophage ;

un ostéosarcome ;

un cancer de l'ovaire ;

un cancer du pancréas ;

un cancer de la peau ;

un cancer de la bouche ;

un cancer du poumon tel qu'un carcinome pulmonaire à petites cellules ;

un cancer de la prostate ;

un rhabdomyosarcome ; un cancer du rein ;

un cancer du sein ;

un cancer du testicule ;

un cancer de la thyroïde ;

un sarcome des tissus mous ;

un carcinome de la vessie ; ou

un myélome (cancer osseux).

L’invention a également pour objet un procédé de préparation d’un kit selon l’invention.

Ledit procédé comporte une première étape de mise à disposition à un patient atteint d’un cancer d’un questionnaire et/ou d’une application téléphonique permettant de rassembler des informations concernant le patient.

Le questionnaire peut par exemple prendre la forme d’un questionnaire papier simple, mais également d’un questionnaire numérique éventuellement remplissable en ligne. Ce remplissage du questionnaire peut donc par exemple se faire directement via une application pour smartphone ou pour tablette, ou grâce à un ordinateur.

Le patient devra remplir un minimum d’informations permettant d’adapter au mieux les éléments à intégrer au conditionnement afin de prévenir ou traiter un ou plusieurs effets secondaires liés à une thérapie anticancéreuse.

De telles informations concernent notamment :

le type de cancer dudit patient et son degré ;

le type de thérapie anticancéreuse dudit patient ;

le type de peau dudit patient ;

le mode de vie du patient ;

l’état physique du patient ;

l’état mental ou moral du patient ;

l’adresse dudit patient ;

l’âge dudit patient ; et/ou

le poids dudit patient.

Comme cela est illustré à la figure 3, sur la base de ces informations, un traitement par une plateforme dédiée est opéré. Cette plateforme est avantageusement une plateforme en ligne. Elle permet, grâce un retour d’expérience d’autres patients et grâce à l’utilisation d’un algorithme dédié, de déterminer finement d’une part : l’aliment 2, le complément alimentaire et/ou la boisson 3, préférentiellement administrés sous une forme adaptée à la voie orale, qui seront les plus adaptés à la prévention et/ou au traitement des effets secondaires, préférentiellement gastro-intestinaux, liés à la thérapie anficancéreuse dudit patient ;

le produit cosmétique 4 et/ou pharmaceutique 5, préférentiellement administré sous forme topique, le plus adapté à la prévention et/ou au traitement des effets secondaires, préférentiellement cutanés, liés à la thérapie anficancéreuse dudit patient.

Suite à la détermination des éléments à intégrer dans le conditionnement 5 en vue de la préparation du kit, ce dernier est assemblé, récupéré, envoyé et/ou mis à disposition du patient.

Comme cela est illustré à la figure 3, en parallèle de la préparation du kif comprenant le conditionnement et les produits de soin dédiés, un soutien personnel et émotionnel est proposé au patient.

Un tel soutien personnel et émotionnel peut être matérialisé par des services personnalisés. Ce soutien peut également être sous la forme d’une mise à disposition de contenu émotionnel, d’un programme physique, de livraisons dédiées de produits adaptés au patient.

Enfin, l’invention a pour dernier objet un produit de combinaison comprenant :

un aliment 2, un complément alimentaire et/ou une boisson 3 administrés sous une forme adaptée à la voie orale pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires gastro- intestinaux liés à ladite thérapie anficancéreuse ;

un produit 4 cosmétique et/ou pharmaceutique administrés sous forme topique ou systémique pour la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires cutanés liés à ladite thérapie anficancéreuse ;

pour une utilisation simultanée, séparée ou étalée dans le temps, dans la prévention et/ou le traitement d’un ou plusieurs effets secondaires liés à une thérapie anficancéreuse.

La présente invention va maintenant être illustrée au moyen de l’exemple suivant :

Exemple : Solutions personnalisées proposées aux patients par une plateforme en liane sur la base des informations reçues :

Le tableau ci-dessus illustre les services personnalisés apportés aux patients par la plateforme selon l’invention. Ces services personnalisés sont patient-dépendant e† permettent d’appréhender les effets secondaires liés à une thérapie anticancéreuse de manière spécifique.