Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
LIGHTING CORRECTION SYSTEM AND LIGHTING ASSEMBLY FOR MOTOR VEHICLE COMPRISING SUCH A LIGHTING CORRECTION SYSTEM
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/180331
Kind Code:
A1
Abstract:
- Lighting correction system and lighting assembly for motor vehicle comprising such a lighting correction system. - The lighting correction system (1) comprises a corrector (3) intended for a motor vehicle headlight (2) and provided with an electric motor (6), the electric motor (6) being capable of being controlled via a received control signal so as to move a light beam (F) of the headlight (2), the system (1) comprising a control unit (8) for generating a control signal depending on a received adjustment order and an adjustment assembly (10) comprising a first adjustment unit (11) capable of being actuated by an operator in order to generate a so-called initial adjustment order, which is transmitted to the control unit (8) to generate a control signal for the electric motor (6), and a second adjustment unit (13) also capable of being actuated by an operator in order to generate a so-called subsequent adjustment order, which is also transmitted to the control unit (8) to generate a control signal for the electric motor (6).

Inventors:
KOULOUH, Hassan (8 rue de Progrès, Le Pré Saint Gervais, 93310, FR)
RIVIER, Cyril (3 rue des Lilas d'Espagne, Courbevoie, 92400, FR)
BOUZERDA, Wassim (05 Allée Fernand Braudel, Antony, 92160, FR)
NORONHA, Anderson (14 Rue Du Ruisseau, Fontenay Sous Bois, 94120, FR)
Application Number:
FR2019/050207
Publication Date:
September 26, 2019
Filing Date:
January 29, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
AML SYSTEMS (6 Place de la Madeleine, Paris, 75008, FR)
International Classes:
B60Q1/076
Foreign References:
DE202011003404U12011-05-12
DE102005040980A12007-03-08
EP1527949A12005-05-04
DE102009047932A12011-04-07
DE202017103797U12017-07-31
DE102012022282A12014-05-15
US20160039332A12016-02-11
DE102009041554A12010-06-24
FR2918938A12009-01-23
Attorney, Agent or Firm:
GEVERS & ORES et al. (41 Avenue de Friedland, Paris, 75008, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Système de correction d’éclairage, ledit système (1 ) comportant au moins un correcteur (3) destiné à un projecteur (2) de véhicule automobile, ledit correcteur (3) étant pourvu d’un moteur électrique (6), ledit moteur électrique (6) étant apte à être commandé via un signal de commande reçu de manière à générer un mouvement de déplacement, le mouvement de déplacement étant destiné à déplacer un faisceau lumineux (F) du projecteur (2),

caractérisé en ce qu’il comporte :

- une unité de commande (8) configurée pour générer un signal de commande en fonction d’un ordre de réglage reçu et pour transmettre au moteur électrique (6) tout signal de commande ainsi généré ;

- un ensemble de réglage (10) déporté par rapport au correcteur (3) et relié à l’unité de commande (8), ledit ensemble de réglage (10) comprenant :

• une première unité de réglage (11 ) apte à être actionnée par un opérateur pour engendrer au moins un premier ordre de réglage dit ordre de réglage initial, ledit ordre de réglage initial étant transmis à l’unité de commande (8) pour générer un signal de commande pour le moteur électrique (6) ; et

• une seconde unité de réglage (13) également apte à être actionnée par un opérateur pour engendrer au moins un second ordre de réglage dit ordre de réglage ultérieur, ledit ordre de réglage ultérieur étant transmis à l’unité de commande (8) pour générer un signal de commande pour le moteur électrique (6).

2. Système selon la revendication 1 ,

caractérisé en ce que l’unité de commande (8) est déportée par rapport au correcteur (3).

3. Système selon l’une des revendications 1 et 2,

caractérisé en ce qu’il comporte une pluralité de correcteurs (3) destinés, chacun, à un projecteur (2) différent.

4. Système selon l’une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que l’unité de commande (8) est dédiée exclusivement à la commande du correcteur (3).

5. Système selon l’une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que l’unité de commande (8) fait partie d’une unité de traitement de données.

6. Système selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les première et seconde unités de réglage (11 , 13) sont agencées de manière à pouvoir être actionnées par un opérateur à partir d’une même position.

7. Système selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu’au moins l’une desdites première et seconde unités de réglage (11 , 13) comporte un organe d’actionnement (15, 16) manuel.

8. Système selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que l’ensemble de réglage (10) comporte au moins un écran d’affichage (18) configuré pour afficher au moins une zone de réglage (19, 20) destinée à la génération d’un ordre de réglage, et en ce qu’au moins l’une desdites première et seconde unités de réglage (11 , 13) comprend ladite zone de réglage (19, 20) et un moyen de communication (21 , 23) configuré pour permettre à un opérateur de communiquer avec ladite zone de réglage (19, 20) afin de générer au moins un ordre de réglage.

9. Système selon la revendication 8,

caractérisé en ce que l’écran d’affichage (18) est un écran tactile.

10. Système selon l’une des revendications 8 et 9,

caractérisé en ce que le moyen de communication (21 , 23) est un moyen de commande associé à l’écran d’affichage (18).

11. Système selon l’une des revendications 8 à 10,

caractérisé en ce que l’écran d’affichage (18) est configuré pour afficher au moins deux zones de réglage (19, 20) associées, respectivement, auxdites première et seconde unités de réglage (11 , 13).

12. Ensemble d’éclairage pour véhicule automobile, ledit ensemble d’éclairage (30) comprenant au moins un projecteur (2), ledit projecteur (2) comportant au moins une source lumineuse (4) configurée pour générer un faisceau lumineux (F) et un moyen de déplacement (5) apte à déplacer le faisceau lumineux (F),

caractérisé en ce qu’il comporte au moins un système de correction d’éclairage (1 ) tel que celui spécifié sous l’une quelconque des revendications 1 à 11 , ledit système de correction d’éclairage (1 ) étant associé audit projecteur (2) en étant configuré pour générer un mouvement de déplacement agissant sur le moyen de déplacement (5) afin de déplacer le faisceau lumineux (F) généré par la source lumineuse (4).

13. Ensemble d’éclairage selon la revendication 12,

caractérisé en ce qu’il comporte au moins deux projecteurs (2.1 , 2.2, 2. N), et en ce que le système de correction d’éclairage (1 ) est unique et est associé auxdits au moins deux projecteurs (2.1 , 2.2, 2. N).

Description:
SYSTEME DE CORRECTION D’ECLAIRAGE ET ENSEMBLE D’ECLAIRAGE

POUR VEHICULE AUTOMOBILE COMPRENANT UN TEL SYSTEME DE

CORRECTION D’ECLAIRAGE.

DOMAINE TECHNIQUE

La présente invention concerne un système de correction d’éclairage et un ensemble d’éclairage pour véhicule automobile comprenant un tel système de correction d’éclairage.

ETAT DE LA TECHNIQUE

De façon usuelle, un ensemble d’éclairage pour un véhicule automobile comprend au moins un projecteur. Un projecteur comporte, généralement, une source lumineuse disposée devant un réflecteur optique, l’ensemble produisant un faisceau lumineux destiné à être projeté à l’extérieur du véhicule automobile à l’avant ou à l’arrière.

Généralement, le faisceau lumineux généré par un tel projecteur doit pouvoir être réglé notamment pour adapter sa portée. Pour ce faire, le projecteur comporte un correcteur destiné à ce réglage.

Les correcteurs sont pourvus, en général, de moyens permettant de réaliser un double réglage, à savoir :

- un réglage initial, de type manuel, réalisé par un opérateur sur la chaîne d’assemblage du véhicule automobile. Ce réglage manuel initial vise à assurer un réglage en position et généralement également à s’affranchir de tolérances ; et

- un ou des réglages opérationnels ultérieurs, réalisés notamment par un conducteur du véhicule automobile. Pour ce faire, il est notamment connu d’utiliser un correcteur électrique comportant un moteur électrique, avec une carte électronique. A titre d’illustration, on connaît, par le document FR-2 918 938 de la demanderesse, un projecteur d'éclairage de véhicule automobile. Le projecteur d'éclairage est pourvu d’une unité d'éclairage pour émettre un faisceau lumineux dirigé vers la scène de la route située à l'avant du véhicule. Cette unité d'éclairage comporte une source lumineuse installée devant un réflecteur qui a pour rôle de diriger le faisceau émis par la source lumineuse. Aussi, pour orienter le faisceau lumineux et ainsi régler la hauteur dudit faisceau, on modifie la position du réflecteur à l'intérieur de l'unité d'éclairage, au moyen d'un correcteur comportant un module électrique. Ce module électrique est équipé d'un moteur et d'une carte électronique. La rotation du moteur électrique entraîne la translation d’une tige de réglage. La carte électronique est apte à recevoir des données relatives à l'assiette du véhicule et à commander le fonctionnement du moteur. Le moteur est commandé par un organe de commande à portée du conducteur du véhicule, généralement sur le tableau de bord. Ce correcteur connu comporte également un mécanisme permettant à un opérateur, à l’aide d’un outil de réglage, de faire tourner une roue entraînant une rotation de la tige de réglage. Par conséquent, en plus d’un réglage ultérieur de type électrique apte à être commandé au niveau du poste de conduite par le conducteur en agissant sur l’organe de commande commandant le moteur électrique, un réglage initial de type manuel peut être réalisé par un opérateur directement sur le correcteur.

Par conséquent, avec les correcteurs usuels, il est nécessaire de prévoir deux moyens différents pour réaliser, respectivement, le réglage initial et les réglages ultérieurs. De plus, le réglage sur le projecteur étant réalisé manuellement, ceci nécessite de prévoir des moyens de réglage manuels sur le correcteur et d’agir directement sur le correcteur.

Par conséquent, l’utilisation de deux moyens distincts, réalisés de manières différentes et basés généralement sur des technologies différentes (électrique, mécanique), suppose un système de correction d’éclairage complexe et relativement encombrant. EXPOSE DE L’INVENTION

La présente invention a pour objet de remédier à cet inconvénient. Elle concerne un système de correction d’éclairage comportant au moins un correcteur destiné à un projecteur de véhicule automobile, ledit correcteur étant pourvu d’un moteur électrique, ledit moteur électrique étant apte à être commandé via un signal de commande reçu de manière à générer un mouvement de déplacement, le mouvement de déplacement étant destiné à déplacer un faisceau lumineux du projecteur.

Selon l’invention, ledit système de correction d’éclairage comporte :

- une unité de commande configurée pour générer un signal de commande en fonction d’un ordre de réglage reçu et pour transmettre au moteur électrique tout signal de commande ainsi généré ;

- un ensemble de réglage déporté par rapport au correcteur et relié à l’unité de commande, ledit ensemble de réglage comprenant :

• une première unité de réglage apte à être actionnée par un opérateur pour engendrer au moins un premier ordre de réglage dit initial, ledit ordre de réglage initial étant transmis à l’unité de commande pour générer un signal de commande pour le moteur électrique ; et

• une seconde unité de réglage également apte à être actionnée par un opérateur pour engendrer au moins un second ordre de réglage dit ultérieur, ledit ordre de réglage ultérieur étant transmis à l’unité de commande pour générer un signal de commande pour le moteur électrique.

Ainsi, grâce à l’invention, on utilise un seul et même moteur électrique d’un seul correcteur électrique pour réaliser l’ensemble des réglages, par l’intermédiaire de deux unités de réglage différentes, ce qui permet de simplifier le système de correction d’éclairage et de réduire l’encombrement.

Avantageusement, l’unité de commande est déportée par rapport au correcteur. Dans un premier mode de réalisation, l’unité de commande est dédiée exclusivement à la commande du correcteur, tandis que dans un second mode de réalisation, l’unité de commande fait partie d’une unité de traitement de données, qui est destinée à mettre en œuvre d’autres fonctions, relatives notamment à des systèmes du véhicule dans lequel est installé ledit système de correction d’éclairage.

Par ailleurs, dans un mode de réalisation particulier, le système de correction d’éclairage comporte une pluralité de correcteurs destinés, chacun, à un projecteur différent, à savoir un correcteur par projecteur.

En outre, avantageusement, les première et seconde unités de réglage sont agencées de manière à pouvoir être actionnées par un opérateur à partir d’une seule et même position, de préférence la position de conduite d’un conducteur du véhicule (équipé dudit système de correction d’éclairage).

Dans un premier mode de réalisation, au moins l’une desdites première et seconde unités de réglage comporte un organe d’actionnement manuel tel qu’un bouton rotatif ou un levier par exemple.

Par ailleurs, dans un second mode de réalisation, en variante ou en complément dudit premier mode de réalisation, l’ensemble de réglage comporte au moins un écran d’affichage configuré pour afficher au moins une zone de réglage destinée à la génération d’un ordre de réglage. Dans ce second mode de réalisation, au moins l’une desdites première et seconde unités de réglage comprend ladite zone de réglage et un moyen de communication configuré pour permettre à un opérateur de communiquer avec ladite zone de réglage afin de générer au moins un ordre de réglage.

Dans une réalisation particulière de ce second mode de réalisation, l’écran d’affichage est configuré pour afficher au moins deux zones de réglage associées, respectivement, auxdites première et seconde unités de réglage.

Avantageusement, l’écran d’affichage est un écran tactile. En outre, en variante ou en complément, le moyen de communication est un moyen de commande associé à l’écran d’affichage, notamment un organe d’actionnement manuel tel qu’une boule de commande ou un bouton (notamment rotatif). Il peut également s’agir d’un moyen de commande vocal.

La présente invention concerne également un ensemble d’éclairage pour véhicule automobile, ledit ensemble d’éclairage comprenant au moins un projecteur, ledit projecteur comportant au moins une source lumineuse configurée pour générer un faisceau lumineux et un moyen de déplacement apte à déplacer le faisceau lumineux.

Selon l’invention, ledit ensemble d’éclairage comporte au moins un système de correction d’éclairage tel que celui décrit ci-dessus, ledit système de correction d’éclairage étant associé audit projecteur en étant configuré pour générer un mouvement de déplacement agissant sur le moyen de déplacement afin de déplacer le faisceau lumineux généré par la source lumineuse.

Dans un mode de réalisation particulier, l’ensemble d’éclairage comporte au moins deux projecteurs. Dans ce mode de réalisation particulier, le système de correction d’éclairage est unique et est associé auxdits deux projecteurs (ou plus).

BRÈVE DESCRIPTION DES DESSINS

L’invention sera mieux comprise, et d’autres buts, détails, caractéristiques et avantages de celle-ci apparaîtront plus clairement au cours de la description explicative détaillée qui va suivre, de modes de réalisation de l’invention donnés à titre d’exemple purement illustratif et non limitatif, en référence aux dessins schématiques annexés. Sur ces dessins :

- la figure 1 est le schéma synoptique d’un premier mode de réalisation d’un ensemble d’éclairage selon l’invention ;

- la figure 2 est un schéma synoptique d’un mode de réalisation particulier d’un ensemble de réglage d’un système de correction d’éclairage ; - la figure 3 est un schéma synoptique d’un écran tactile d’un ensemble de réglage ; et

- la figure 4 est le schéma synoptique d’un second mode de réalisation d’un ensemble d’éclairage selon l’invention.

DESCRIPTION DÉTAILLÉE

Le système de correction d’éclairage 1 (ci-après « système 1 »), représenté schématiquement dans un mode de réalisation simplifié sur la figure 1 , est destiné à corriger au moins un faisceau lumineux F d’un projecteur 2 (faisant partie d’un ensemble d’éclairage 30 d’un véhicule automobile).

L’ensemble d’éclairage 30 pour un véhicule automobile comprend au moins un projecteur 2. Dans le mode de réalisation simplifié représenté sur la figure 1 , l’ensemble d’éclairage 30 est pourvu d’un seul projecteur 2, tandis que dans le mode de réalisation particulier représenté sur la figure 4, l’ensemble d’éclairage 30 est pourvu d’une pluralité de projecteurs 2 (référencés 2.1 , 2.2, 2. N).

De façon usuelle, un projecteur 2 comporte, comme représenté sur la figure 1 , une source lumineuse 4 disposée, par exemple, devant un réflecteur optique (non représenté) et permettant de produire un faisceau lumineux F destiné à être projeté à l’extérieur du véhicule automobile à l’avant ou à l’arrière. Le projecteur 2 comporte un moyen de déplacement 5 apte à déplacer ledit faisceau lumineux F, par exemple une tige de réglage permettant de modifier la position du réflecteur optique.

L’orientation du faisceau lumineux F doit pouvoir être réglée, notamment pour régler sa hauteur et adapter sa portée. Le projecteur 2 est muni d’un correcteur 3 à cet effet, qui agit sur le moyen de déplacement 5 comme illustré schématiquement par une flèche E en traits mixtes sur la figure 1 . Comme représenté schématiquement sur la figure 1 , le correcteur 3 est pourvu d’un moteur électrique 6. Le moteur électrique 6, de type usuel, notamment un moteur électrique à courant continu, est apte à être commandé via un signal de commande reçu par l’intermédiaire d’une liaison électrique 7 de manière à générer un mouvement de déplacement. Ce mouvement de déplacement est destiné à déplacer, de façon usuelle, le faisceau lumineux généré par le projecteur 2 (pour corriger ou modifier un angle d’éclairage a par rapport à une direction de référence DR), via une action du moyen de déplacement 5 sur lequel agit le moteur électrique 6.

Selon l’invention, le système 1 comporte, comme représenté schématiquement sur la figure 1 :

- une unité de commande 8 qui comporte un élément de traitement de données 9. Cet élément de traitement de données 9 est configuré pour générer un signal de commande destiné à commander le moteur électrique 6, en fonction d’un ordre de réglage reçu. L’unité de commande 8 est configurée pour transmettre au moteur électrique 6 par l’intermédiaire de la liaison électrique 7 tout signal de commande (électrique) généré par l’élément de traitement de données 9 ; et

- un ensemble de réglage 10 qui est déporté par rapport au correcteur 3 et qui est relié à l’unité de commande 8.

L’ensemble de réglage 10 comprend :

- une unité de réglage 11 précisée ci-dessous, qui est apte à être actionnée par un opérateur pour engendrer au moins un premier ordre de réglage dit initial. L’ordre de réglage initial est transmis par l’intermédiaire d’une liaison 12 à l’unité de commande 8. L’élément de traitement de données 9 de l’unité de commande 8 génère, en fonction au moins de cet ordre de réglage initial reçu, un signal de commande. Ce signal de commande est ensuite transmis, par l’intermédiaire de la liaison 7, au moteur électrique 6 du correcteur 3 pour le commander (afin de régler le faisceau lumineux F) ; et - une unité de réglage 13 précisée ci-dessous, qui apte à être actionnée par le même ou un autre opérateur pour générer au moins un second ordre de réglage dit ultérieur. L’ordre de réglage ultérieur est transmis par l’intermédiaire d’une liaison 14 à l’unité de commande 8 L’élément de traitement de données 9 de l’unité de commande 8 génère, en fonction au moins de cet ordre de réglage ultérieur reçu, un signal de commande. Ce signal de commande est ensuite transmis, par l’intermédiaire de la liaison 7, au moteur électrique 6 du correcteur 3 pour le commander (afin de régler le faisceau lumineux F).

Le système 1 permet ainsi, à l’aide de l’ensemble de réglage 10, de réaliser un double réglage, en commandant un seul et même moteur électrique 6, à savoir : et

- un réglage initial réalisé par un opérateur, par exemple par un opérateur de montage sur la chaîne d’assemblage du véhicule automobile. Le réglage initial peut également être réalisé par un garagiste, si nécessaire, par exemple lors d’une maintenance du véhicule automobile. Ce réglage dit initial est réalisé au cours d’interventions sur le véhicule par un ou des professionnels, hors utilisation normale du véhicule automobile. Ce réglage initial vise à assurer un réglage en position et généralement également à s’affranchir de tolérances ;

- un ou des réglages opérationnels ultérieurs, réalisés notamment par un conducteur du véhicule automobile, si nécessaire, lors de l’utilisation normale dudit véhicule automobile.

Ainsi, le système 1 comporte un seul et même moteur électrique 6 faisant partie d’un unique correcteur 3 électrique pour réaliser l’ensemble des réglages du faisceau lumineux F, par l’intermédiaire de deux unités de réglage 1 1 et 13 différentes, ce qui permet notamment de simplifier le système 1 (de correction d’éclairage) et de réduire son encombrement.

De plus, l’ensemble de réglage 10 (comprenant les deux unités de réglage 1 1 et 13) est déporté par rapport au correcteur 3, c’est-à-dire qu’un opérateur n’a pas à intervenir au niveau du projecteur 2 (pourvu du correcteur 3), lorsqu’il est installé dans le véhicule, pour réaliser la correction.

De même, l’unité de commande 8 est déportée par rapport au correcteur 3, et n’est donc pas montée dans le correcteur 3 comme cela est le cas d’une carte électronique usuelle associée à un moteur électrique dans une architecture usuelle. La réalisation du correcteur 3 au niveau du projecteur 2 est donc simplifiée, et l’unité de commande 8 peut être installée dans le véhicule automobile dans un endroit approprié par rapport à des contraintes d’encombrement ou de protection de ladite unité de commande 8.

L’élément de traitement de données 9 de l’unité de commande 8 génère le signal de commande destiné à commander le moteur électrique 6, en fonction de l’ordre de réglage (initial ou ultérieur) reçu et généralement également en fonction d’autres données telles que, par exemple, des données relatives à l'assiette du véhicule automobile. Ces données sont fournies à l’unité de commande 8 par un ensemble 31 de sources d’informations via une liaison 32. A titre d’illustration, l’ensemble 31 peut, par exemple, comporter des capteurs d’assiette et/ou une unité de calcul d’assiette.

Dans un premier mode de réalisation, l’unité de commande 8, qui est destinée par exemple à être installée dans le tableau de bord du véhicule, est dédiée exclusivement à la commande du correcteur 3.

En outre dans un second mode de réalisation, l’unité de commande 8 fait partie d’une unité de traitement de données (non représentée), qui est destinée à mettre en œuvre d’autres fonctions, relatives notamment à des systèmes du véhicule dans lequel est installé le système de correction d’éclairage. Cette unité de traitement de données est, par exemple, installée dans le tableau de bord du véhicule.

Par ailleurs, dans un mode de réalisation préféré (bien que non exclusivement), les unités de réglage 11 et 13 de l’ensemble de réglage 10 sont agencées l’une à coté de l’autre ou l’une à proximité de l’autre de manière à pouvoir être actionnées toutes les deux par un opérateur à partir d’une même position, en particulier à partir de la position de conduite du véhicule automobile.

Dans un premier mode de réalisation, l’une ou les deux unités de réglage 11 et 13 comportent un organe d’actionnement 15, 16 manuel, tel qu’une molette, une boule de commande, un bouton rotatif, un levier, un bouton-poussoir ou tout autre moyen usuel, comme représenté sur la figure 1. De préférence, cet organe d’actionnement 15, 16 manuel est agencé à portée du conducteur du véhicule, généralement sur le tableau de bord, par exemple sur un panneau de commande.

Par ailleurs, dans un second mode de réalisation préféré, en variante ou en complément dudit premier mode de réalisation, l’ensemble de réglage 10 comporte, comme représenté sur la figure 2, au moins un écran d’affichage 18 configuré pour afficher au moins une zone de réglage 19, 20 destinée à la génération d’un ordre de réglage.

Dans une réalisation particulière de ce mode de réalisation préféré, comme représenté sur la figure 2, l’écran d’affichage 18 est configuré pour afficher au moins deux zones de réglage 19 et 20 associées, respectivement, auxdites première et seconde unités de réglage 11 et 13.

L’unité de réglage 11 comprend la zone de réglage 19 et un moyen de communication 21 configuré pour permettre à un opérateur de communiquer avec ladite zone de réglage 19, comme illustré par une liaison 22, afin de générer au moins un ordre de réglage (initial).

De plus, l’unité de réglage 13 comprend la zone de réglage 20 et un moyen de communication 23 configuré pour permettre à un opérateur de communiquer avec ladite zone de réglage 20, comme illustré par une liaison 24, afin de générer au moins un ordre de réglage (ultérieur).

La zone de réglage 19, 20 représente une zone ou une fenêtre interactive, c'est-à-dire une zone ou une fenêtre qui comporte des objets sensibles (plages, valeurs alphanumériques, zone de saisie,...) qui permettent à un opérateur de choisir la valeur souhaitée (illustrant un ordre de réglage) pour obtenir l’orientation souhaitée du faisceau lumineux.

Le moyen de communication 21 comprend, de préférence, un moyen de commande 25 manuel, notamment un organe d’actionnement manuel tel qu’une molette, une boule de commande, un bouton rotatif, un bouton- poussoir ou tout autre moyen usuel. De même, le moyen de communication 23 comprend également un moyen de commande 26 manuel de ce type.

En outre, en variante ou en complément, le moyen de communication 21 peut également comporter un moyen de commande 27 vocal qui permet à un opérateur d’émettre (via une commande vocale) des ordres de réglage vocaux qui sont traités par l’ensemble de réglage 10 ou l’unité de commande 8. De même, le moyen de communication 23 peut également comporter un moyen de commande 28 vocal de ce type.

En outre, dans une réalisation particulière de ce mode de réalisation préféré, l’écran d’affichage 18 est un écran tactile usuel, comme représenté sur la figure 3. Cette réalisation particulière permet à un opérateur, notamment au conducteur du véhicule, de saisir (ou entrer) les ordres de réglage, au moins en partie par un contact, notamment digital, comme illustré par une partie d’un doigt 29 sur la figure 3, directement sur au moins une zone sensible (correspondant par exemple à au moins une partie desdites zones de réglage 19, 20) dédiée à cette saisie.

Dans l’exemple de la figure 1 , le système 1 (de correction d’éclairage) comporte un seul correcteur 3 destiné à un seul projecteur 2.

Par ailleurs, dans un autre mode de réalisation représenté sur la figure 4, l’ensemble d’éclairage 3 comporte une pluralité de projecteurs 2. Dans ce mode de réalisation particulier, le système 1 (de correction d’éclairage) est unique, et il est associé à (et destiné à commander) la pluralité de N projecteurs 2, référencés 2.1 , 2.2,..., 2. N sur la figure 4. N est un entier supérieur ou égal à 2. Chacun des projecteurs 2.1 , 2.2,..., 2. N présente les caractéristiques et comprend les éléments décrits ci-dessus en référence au projecteur 2 de la figure 1. Il en est de même pour les éléments (unité de commande 8 et ensemble de réglage 10 notamment) du système 1.

Dans ce mode de réalisation particulier, le système 1 comporte donc une pluralité N de correcteurs 3 destinés, chacun, à un projecteur 2 différent, à savoir un correcteur 3 par projecteur 2. Ces correcteurs 3 (et notamment leur moteur électrique 6) sont commandés via la seule et même unité de commande 8. Ce mode de réalisation comprend donc une seule unité de commande 8 pour la pluralité de correcteurs 3, ce qui permet de réduire le coût par rapport à une architecture usuelle dans laquelle chaque correcteur est pourvu de sa propre carte électronique pour la commander.