Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
LOW-VOLTAGE CONNECTION UNIT FOR AN IGNITION DEVICE, METHOD OF ASSEMBLING SUCH A DEVICE AND IGNITION DEVICE ASSEMBLED ACCORDING TO THIS METHOD
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2008/029006
Kind Code:
A1
Abstract:
The low-voltage connection unit (BT) for an ignition device of an internal combustion engine, with which a computer for powering and controlling the ignition device is associated, comprises connection tabs (12, 22, 32) intended to be connected to primary windings of ignition coils and interface tabs intended to be connected to the computer in order to deliver a voltage and activation signals to the connection tabs (12, 22, 32) via the interface tabs, the connection tabs (12, 22, 32) running more or less in one and the same plane. The invention advantageously applies to the field of internal combustion engine spark plug ignition.

Inventors:
MAGGARTOU, Ilhame (38bis, rue du Général Leclerc, Andrésy, F-78570, FR)
GEPEL, Vincent (59 avenue d'Argenteuil, Asnières sur Seine, Asnières sur Seine, F-92600, FR)
BIGUET, Frédéric (7 rue Paul Belmondo, Cormeilles en Parisis, Cormeilles en Parisis, F-95240, FR)
Application Number:
FR2007/001346
Publication Date:
March 13, 2008
Filing Date:
August 06, 2007
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VALEO SYSTEMES DE CONTROLE MOTEUR (BP 68532, 14 Avenue Des Béguines, Cergy Pontoise, F-95892, FR)
MAGGARTOU, Ilhame (38bis, rue du Général Leclerc, Andrésy, F-78570, FR)
GEPEL, Vincent (59 avenue d'Argenteuil, Asnières sur Seine, Asnières sur Seine, F-92600, FR)
BIGUET, Frédéric (7 rue Paul Belmondo, Cormeilles en Parisis, Cormeilles en Parisis, F-95240, FR)
International Classes:
H01F38/12; H01F5/04; H01F41/00
Foreign References:
US5444427A
US5225801A
FR2855317A1
DE10057567A1
FR2646554A1
Attorney, Agent or Firm:
FERNANDES, Sérgio (Valéo Systèmes de Contrôle Moteur, 14 avenue des Béguine, BP 68532 Cergy Pontoise, F-95892, FR)
Download PDF:
Claims:

Revendications

l.Bloc de connexion basse tension (BT) (1) d'un dispositif d'allumage pour moteur à combustion interne, auquel est associé un calculateur d'alimentation et de commande du dispositif d'allumage, ledit bloc comprenant des languettes de connexion (12, 22, 23, 32), destinées à se connecter à des enroulements primaires (102) de bobines d'allumage (100, 200), et des languettes d'interface (11, 21, 31), destinées à se connecter au calculateur pour délivrer une tension et des signaux d'activation aux languettes de connexion (12, 22, 23, 32) par l'intermédiaire des languettes d'interface (11, 21, 31), bloc caractérisé par le fait que les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) s'étendent sensiblement dansun même plan.

2-Bloc de connexion BT (1) selon la revendication 1, dans lequel les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) s'étendent sensiblement dans un même plan, plan destiné à être orthogonal aux axes des bobines d'allumage (100, 200), aux enroulements desquelles les languettes sont destinées à se connecter.

3.Bloc de connexion BT (1) selon l'une des revendication? 1 à 2, dans lequel les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) sont parallèles les unes aux autres .

4. Bloc de connexion BT (1) selon l'une des revendications 1 à 3, dans lequel des liens métalliques (13, 33), reliant les languettes de connexion (12, 32) aux languettes d'interface (11, 31) , comprennent une portion curviligne circulaire ménagée sur leur longueur et agencée pour éviter le

cheminement de la tension entre la haute tension et la basse tension.

5. Bloc de connexion BT (1) selon l'une des revendications 1 à 4, dans lequel les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) comportent un moyen de fixation disposé à l'extrémité libre des languettes de connexion (12, 22, 23, 32) .

6. Bloc de connexion BT (1) selon l'une des revendications 1 à 5, dans lequel les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) comportent une encoche de griffage (320) disposée à l'extrémité libre des languettes de connexion (12 22, 23, 32).

7.Bloc de connexion BT (1) selon l'une des revendications 1 à 6, dans lequel un moyen de solidarisation mécanique permet de maintenir les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) solidaires entre elles.

8-Bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension (2) comprenant le bloc de connexion BT (1) selon l'une des revendications 1 à 7, des inserts métalliques (51, 52, 53, 54), des cheminées haute tension (HT) (41, 42, 43, 44) et un lien thermoplastique (65) , bloc dans lequel les inserts métalliques (51, 52, 53, 54), se connectent à un enroulement secondaire (106) d'une bobine d'allumage (100, 200) et sont surmoulés dans les cheminées HT (41, 42, 43, 44), les cheminées HT étant reliées au bloc de connexion basse tension (1) par le lien thermoplastique (65) .

9. Bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension (2) selon la revendication 8, dans lequel les cheminées HT (41, 42, 43, 44) comprennent des pieds (61, 62, 63, 64), moulés à la base des

cheminée HT pour rigidifier la liaison avec le lien thermoplastique (65) .

10. Bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension (2) selon l'une des revendications 8 à 9, dans lequel les liens métalliques (13, 33), reliant les languettes de connexion (12, 32) aux languettes d'interface (11, 31), comportent une portion ménagée sur leur longueur agencée pour être maintenue à une distance constante des cheminées HT

(41, 42, 43, 44) .

11. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (HT) (2) d'un dispositif d'allumage pour moteur à combustion interne, auquel est associé un calculateur d'alimentation et de commande du dispositif d'allumage, ledit bloc comprenant des languettes de connexion (12, 22, 23, 32) , destinées à se connecter à des enroulements primaires (102) de bobines d'allumage (100, 200), et des languettes d'interface (11, 21, 31), destinées à se connecter au calculateur pour délivrer une tension et des signaux d'activation aux languettes de connexion (12, 22, 23, 32) par l' intermédiaire des languettes d'interface (11, 21, 31) , ledit bloc comportant en outre des inserts métalliques (51, 52, 53, 54), des cheminées haute tension (41, 42, 43, 44) et un lien thermoplastique (65) , bloc dans lequel les inserts métalliques (51, 52, 53, 54), se connectent à un enroulement secondaire (106) d'une bobine d'allumage (100, 200) et sont surmoulés dans les cheminées HT (41, 42, 43, 44), les cheminées HT étant reliées au bloc de connexion basse tension (1) par le lien thermoplastique (65) .

12. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (2) selon la revendication

11, dans lequel les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) s'étendent sensiblement dans un même plan.

13. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (2) selon l'une des revendications 11 et 12, dans lequel les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) s'étendent sensiblement dans un même plan, plan destiné à être orthogonal aux axes des bobines d'allumage (100, 200) , aux enroulements desquelles les languettes sont destinées à se connecter.

14. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (2) selon l'une des revendications 11 à 13, dans lequel les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) sont parallèles les unes aux autres .

15. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (2) selon l'une des revendications 11 à 14, dans lequel des liens métalliques (13, 33), reliant les languettes de connexion (12, 32) aux languettes d'interface (11, 31) , comprennent une portion curviligne circulaire ménagée sur leur longueur et agencée pour éviter le cheminement de la tension entre la haute tension et la basse tension.

16. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (2) selon l'une des revendications 11 à 15, dans lequel les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) comportent un moyen de fixation disposé à l'extrémité libre des languettes de connexion (12, 22, 23, 32).

17. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (2) selon l'une des

revendications 11 à 16, dans lequel les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) comportent une encoche de griffage (320) disposée à l'extrémité libre des languettes de connexion (12, 22, 23, 32) .

18. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (2) selon l'une des revendications 11 à 17, dans lequel un moyen de solidarisation mécanique permet de maintenir les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) solidaires entre elles.

19. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (2) selon l'une des revendications 11 à 18, dans lequel les cheminées HT (41, 42, 43, 44) comprennent des pieds (61, 62, 63, 64), moulés à la base des cheminée HT pour rigidifier la liaison avec le lien thermoplastique

(65) .

20. Bloc de connexion basse tension (BT) (1) avec sorties haute tension (2) selon l'une des revendications 11 à 19, dans lequel les liens métalliques (13, 33), reliant les languettes de connexion (12, 32) aux languettes d'interface (11, 31) , comportent une portion ménagée sur leur longueur agencée pour être maintenue à une distance constante des cheminées HT (41, 42, 43, 44).

21. Dispositif d'allumage comprenant le bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension

(2), selon l'une des revendications 8 à 20, ainsi que les bobines d'allumage (100, 200) auxquelles sont connectées les languettes de connexion dudit bloc, et un boîtier (107) de réception du dispositif, dans lequel les inserts métalliques

(51, 52, 53, 54) dudit bloc de connexion (2) sont

connectés à des pièces métalliques (85) sous des puits de guidage (83) des bobines d'allumage (100, 200) .

22. Dispositif d'allumage selon la revendication 21, dans lequel les pièces métalliques comprennent un œillet (87) agencé pour recevoir les inserts métalliques (51, 52, 53, 54).

23. Procédé d'assemblage d'un dispositif d'allumage selon l'une des revendications 21 à 22, dans lequel on connecte le bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension (2) aux bobines d'allumage

(100, 200), on dispose l'ensemble du bloc (2) et des bobines d'allumage (100, 200) dans le boîtier (107) et on coule dans le boîtier (107) une résine synthétique d'isolation électrique.

24. Procédé d'assemblage d'un dispositif d'allumage selon la revendication 23, dans lequel on connecte les languettes de connexion (12, 22, 23, 32) du bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension (2) dans des modules de centrage (82) rapportés sur un bobinot primaire (103) d'une bobine d'allumage (100, 200) et on connecte la base des inserts (51, 52, 53, 54) dans lesdites pièces métalliques (85) .

25. Procédé de fabrication d'un dispositif d'allumage comportant les étapes suivantes:

- réaliser en une opération de surmoulage unique un bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension (2) , comprenant des languettes de connexion et d'interface (11, 12, 21, 22, 23, 31, 32), des inserts métalliques haute tension (51, 52, 53, 54) , et des cheminées haute tension (41, 42, 43, 44), maintenus solidaires par un surmoulage plastique (70) et un lien thermoplastique (65) ;

- connecter électriquement le bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension (2) à des bobines (100, 200) ;

- disposer le bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension (2) et les bobines (100, 200) dans un boîtier (107) ;

- couler dans le boîtier (107) une résine d'isolation électrique.

Description:

Bloc de connexion basse tension d'un dispositif d'allumage, procédé d'assemblage d'un tel dispositif et dispositif d'allumage assemblé selon le procédé

La présente invention concerne le domaine de l'allumage des bougies d'un moteur à combustion interne de véhicule automobile.

Un dispositif d'allumage permet d'alimenter en électricité les électrodes des bougies d'allumage d'un moteur, pour ainsi générer des arcs électriques entre ces électrodes. Les arcs électriques permettent d'enflammer un mélange d'air et de carburant contenu dans les cylindres du moteur.

Un tel dispositif d'allumage, correspondant à une implantation déportée, est décrit dans la demande de brevet FR 2 646 552. En référence à la figure 1, ce dispositif comprend principalement deux bobines d'allumage Ml, M2, un connecteur basse tension (BT) 260, comprenant des languettes de connexion 261, 262 et 263, et des cheminées tubulaires d'isolation Bl à B4 intégrant des inserts métalliques de contact 230 conduisant un courant secondaire pour appliquer une haute tension sur les bougies.

Chaque bobine d'allumage Ml, M2 comprend un noyau magnétique central 204, autour duquel sont disposés coaxialement deux supports de bobine, ou bobinots, 203, 205, en matière plastique, supportant respectivement un enroulement primaire 202 et un enroulement secondaire 206. Un enroulement 202, 206 comporte un fil métallique, traditionnellement en cuivre, enroulé autour du bobinot 203, 205 correspondant pour former des spires. Un enroulement primaire 202 comporte généralement environ 100 spires, tandis qu'un enroulement secondaire 206 comporte généralement une dizaine de millieis de spires.

Les inserts métalliques 230 sont logés dans des puits 264 rapportés sur la partie supérieure du bobinot 205 supportant l'enroulement secondaire 206 de chaque bobine d'allumage Ml, M2, un contact électrique étant établi entre les inserts 230 et l'enroulement secondaire 206.

Le connecteur basse tension 260 assure la connexion d'un calculateur de contrôle moteur aux bobines Ml, M2, un faisceau de câbles reliant le calculateur au connecteur 260. La fonction du calculateur est d'alimenter chaque enroulement primaire 202 de chaque bobine Ml, M2 avec une tension d'alimentation et un signal d' activâtion, ou de commande, jouant le rôle d'un interrupteur pour laisser passer ou non un courant dans l'enroulement primaire 202. Le signal d' activâtion est généré par le calculateur. Le connecteur 260 comporte trois languettes de connexion 261, 262, 263 connectées aux enroulements primaires 202 des bobines Ml, M2. Une première languette 263 permet d'alimenter les enroulements primaires 202 avec une tension continue comprise entre 12V et 14V. Une deuxième languette 261 et une troisième languette 262 transportent le signal d'activation jusqu'à l'enroulement primaire 202 de la première bobine Ml et de la deuxième bobine M2 , respectivement. Lorsque l'enroulement primaire 202 d'une bobine est activé, l'enroulement secondaire 206 de la bobine génère une tension très élevée, de l'ordre de 3OkV, aux bornes des inserts métalliques 230 qui lui sont connectés, cette tension étant transmise aux électrodes des bougies d'allumage par un faisceau de câbles connectant les inserts métalliques 230 à ces électrodes .

Le dispositif d'allumage décrit ci-dessus est intégré dans un boîtier 211 en matière plastique. Une résine synthétique, coulée à l'intérieur du boîtier,

solidarise et isole électriquement entre eux les différents composants du dispositif d'allumage. Le connecteur basse tension et les cheminées tubulaires haute tension Bl à B4, comprenant les inserts haute tension 230, font saillie hors du boîtier211.

L'assemblage du dispositif d'allumage tel que décrit ci-dessus prend du temps, car il nécessite des étapes d'assemblage nombreuses et complexes.

Pour faciliter cet assemblage, des modules de transformation sont préalablement assemblés, chaque module comprenant le noyau magnétique central 204, autour duquel sont disposés coaxialement les deux bobinots 203, 205 portant respectivement l'enroulement primaire 202 et l'enroulement secondaire 206.

Lors de l'assemblage final du dispositif d'allumage, les inserts métalliques 230 sont surmoulés dans les cheminées tubulaires Bl à B4, celles-ci sont ensuite vissées, avec la partie filetée basse des inserts 230, dans les puits 264 de chaque module de transformation. Chaque cheminée haute tension est vissée séparément. Ainsi, pour un dispositif d'allumage, tel que celui de la figure 1, comportant deux bobines Ml, M2 permettant d'alimenter quatre bougies d'allumage, quatre étapes de vissage sont nécessaires pour disposer toutes les cheminées haute tension.

Il est ensuite nécessaire de connecter les enroulements primaires 202 avec les languettes 261, 262, 263 du connecteur basse tension 260, c'est-à-dire avec la languette 263 d'alimentation d'une tension continue et les languettes 261 et 262 de délivrance d'un signal d'activation des bobines d'allumage Ml, M2. La connexion des languettes 261, 262, 263 est une étape délicate, car les languettes doivent atteindre les enroulements primaires 202, agencés à l'intérieur des enroulements

secondaires 206 dans chaque module de transformation. L'extrémité de chaque fil métallique formant l'enroulement primaire 202 est ensuite soudée dans un portefeuille de la languette, pour assurer la conduction électrique.

L'ensemble des éléments assemblés est ensuite disposé dans le boîtier avant que l'on ne coule la résine d'isolation.

En définitive, le procédé de montage d'un dispositif d'allumage comporte l'ensemble des étapes suivantes :

1.1e surmoulage des insert métalliques 230 dans les cheminées tubulaires Bl à B4, afin de former les cheminées haute tension ;

2. le vissage des cheminées haute tension (par la partie filetée des inserts métalliques) dans les puits 264 du module de transformation assemblé ;

3.1e surmoulage des languettes de connexion 261, 262 et 263 dans la connectique de sortie de la bobine d'allumage pour former le connecteur 260 ;

4.1a soudure des languettes de connexion 261, 262 et 263 aux enroulements primaires 202 des bobines Ml et M2 ;

5. l' insertion de l'ensemble dans un boîtier 211 et

6.1e coulage d'une résine isolante dans le boîtier 211 ;

Par ailleurs, le connecteur basse tension 260 est généralement situé sur un axe perpendiculaire aux axes des bobines ; les bobines et les connecteurs étant alignés. Il résulte de la position du connecteur basse tension 260, disposé à une extrémité du boîtier 111, que celui-ci est plus proche d'une bobine que de l'autre, en l'occurrence de la bobine M2. La connexion des languettes 261, 262, 263 du connecteur basse tension 260

sur la bobine la plus éloignée, ici la bobine Ml, est délicate, car les languettes 261, 262, 263 conduisant une basse tension s'étendent à proximité d'éléments métalliques de la bobine M2 conduisant une haute tension, tels que l'enroulement secondaire 206, entraînant de ce fait un risque de cheminement de la tension entre ces éléments.

L' invention vise à pallier au moins certains de ces défauts et à proposer un assemblage de dispositif d'allumage plus simple, plus sûr etplus rapide.

A cet effet, l'invention concerne un bloc de connexion basse tension (BT) d'un dispositif d'allumage pour moteur à combustion interne, auquel est associé un calculateur d' alimentation et de commande du dispositif d'allumage, ledit bloc comprenant des languettes de connexion, destinées à se connecter à des enroulements primaires de bobines d'allumage, et des languettes d'interface, destinées à se connecter au calculateur pour délivrer une tension et des signaux d'activation aux languettes de connexion par l'intermédiaire des languettes d'interface, et dans lequel les languettes de connexion s'étendent sensiblement dans un même plan.

Cette disposition est particulièrement intéressante quand les bobines sont disposées avec leurs axes parallèles entre eux, le plan des languettes du bloc de connexion étant avantageusement orthogonal à ces axes.

Dans ce cas, il est préférable que les languettes de connexion s'étendent sensiblement parallèlement les unes aux autres .

Cette disposition des languettes sur les enroulements primaires est simple et favorise un montage rapide .

Avantageusement, des liens métalliques, reliant les languettes de connexion aux languettes d'interface, comprennent une portion curviligne circulaire ménagée sur leur longueur et agencée pour mieux éviter encore le cheminement de la tension entre la haute tension et la basse tension.

De préférence, les languettes de connexion comportent un moyen de fixation disposé à leur extrémité libre, avantageusement une encoche de griffage.

Ainsi, il n'est plus nécessaire de souder les languettes lors du montage, ce qui diminue le temps d'assemblage du dispositif d'allumage.

Avantageusement, un moyen de solidarisation mécanique permet, par moulage thermoplastique, de maintenir les languettes solidaires entre elles, et aussi d'améliorer l'isolation électrique desdites languettes par rapport à la haute tension.

Les languettes sont solidarisées mécaniquement pour faciliter leur insertion dans le dispositif et être disposées lors d'une seuleet même opération.

L'invention concerne également un bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension comprenant le bloc de connexion basse tension de l'invention, des inserts métalliques, des cheminées haute tension et un lien thermoplastique, bloc dans lequel les inserts métalliques, se connectant à un enroulement secondaire d'une bobine d'allumage, sont surmoulés dans les cheminées haute tension (HT) , les cheminées HT étant reliées au bloc de connexion basse tension par le lien thermoplastique.

Le surmoulage du bloc de connexion basse tension avec les sorties haute tension permet de faciliter le

montage car il n'est plus nécessaire de visser une à une les cheminée HT.

L'invention concerne également un bloc de connexion basse tension (BT) avec sorties haute tension (HT) d'un dispositif d'allumage pour moteur à combustion interne, auquel est associé un calculateur d'alimentation et de commande du dispositif d'allumage, ledit bloc comprenant des languettes de connexion, destinées à se connecter à des enroulements primaires de bobines d'allumage, et des languettes d'interface, destinées à se connecter au calculateur pour délivrer une tension et des signaux d'activation aux languettes de connexion par l'intermédiaire des languettes d'interface, ledit bloc comportant en outre des inserts métalliques, des cheminées haute tension et un lien thermoplastique, bloc dans lequel les inserts métalliques, se connectent à un enroulement secondaire d'une bobine d'allumage et sont surmoulés dans les cheminées HT, les cheminées HT étant reliées au bloc de connexion basse tension par le lien thermoplastique .

Le bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension peut de plus comporter les caractéristiques décrites ci-dessus à propos du bloc de connexion basse tension.

L'invention concerne également un dispositif d'allumage comprenant des bobines d'allumage, un bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension et un boîtier, ainsi qu'un procédé d'assemblage d'un tel dispositif dans lequel on connecte le bloc de connexion aux bobines d'allumage, on dispose les bobines d'allumage avec le bloc dans le boîtier et on coule dans le boîtier une résine synthétique d'isolation électrique.

Le montage d'un dispositif d'allumage selon l'invention comprend un nombre moindre d'étapes, il est donc plus simple à mettre en œuvre.

De préférence, les languettes de connexion du bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension se connectent dans des modules de centrage, rapportés sur un bobinot primaire d'une bobine d'allumage et la base des inserts métalliques se connecte par griffage dans un œillet d'une pièce métallique emmanchée dans un bobinot secondaire sous des puits de guidage situés aux extrémités dudit bobinot secondaire d'une bobine d' allumage.

L' invention concerne également un procédé de fabrication d'un dispositif d'allumage comportant les étapes suivantes :

-réaliser en une opération de surmoulage unique un bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension, comprenant des languettes de connexion et d'interface, des inserts métalliques haute tension, et des cheminées haute tension, maintenus solidaires par un surmoulage plastique et un lien thermoplastique ;

-connecter électriquement le bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension à des bobines ;

-disposer le bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension et les bobines dans un boîtier ;

-couler dans le boîtier une résine d'isolation électrique .

L'invention sera mieux comprise à l'aide de la description suivante en référence au dessin annexé sur lequel

la figure 1 représente un dispositif d'allumage pour un moteur à combustion interne de l'art antérieur, vu en éclaté;

la figure 2 représente une vue en perspective du connecteur basse tension selon l'invention; la figure 3 représente une vue en perspective du bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension selon l ' invention ; la figure 4 représente une vue de dessus du bloc de la figure 3 ; la figure 5 représente une vue en coupe latérale du bloc de la figure 3 ; la figure 6 représente une vue en perspective éclatée schématique d'un dispositif d'allumage intégrant 1' invention ; la figure 7 représente une vue en coupe d'un dispositif d'allumage assemblé selon l' invention et la figure 8 représente une vue en perspective d'une des bobines d'allumage du dispositif de la figure 7

En référence à la figure 2, un bloc de connexion basse tension 1, en l'occurrence un simple connecteur, comprend des languettes d'interface 11, 21, 31 et des languettes de connexion 12, 22, 23, 32. Ces languettes sont regroupées en trois groupes de languettes de connexion 10, 20, 30, le deuxième groupe 20 comportant en fait deux languettes de connexion 22, 23

Les languettes d'interface 11, 21, 31 comprennent des lames métalliques rectangulaires, aplaties, ici de même longueur, dans un même plan, parallèles entre elles, s 'étendant rectilignement selon un axe X et alignées selon un axe Y. Les languettes de connexion 12, 22, 23, 32 comprennent des lames métalliques, rectangulaires, dans un même plan, aplaties, parallèles entre elles, s'étendant rectilignement selon un axe Z orthogonal aux axes X et Y et alignées selon l'axe Y comprenant à leur extrémité libre un moyen de fixation, ici une encoche de griffage, référencée par exemple 320 sur la languette 32.

Les languettes d'interface 11, 31 sont reliées électriquement aux languettes de connexion, respectivement 12, 32, par des liens métalliques respectivement 13, 33. En référence aux figures 1, 2 et 3, les liens 13, 33 se présentent sous la forme d'une lame aplatie rectangulaire s 'étendant globalement selon l'axe Y, comprenant une portion curviligne circulaire comprise dans le plan (X, Y) et s'étendant selon l'axe X. Cette portion curviligne circulaire est ménagée de manière à rester à une distance constante des éléments haute tension d'un dispositif d'allumage, en particulier des sorties haute tension.

L'ensemble constitué de la languette de connexion 12, du lien métallique 13 et de la languette d'interface 11 forme un premier groupe métallique 10 du connecteur 1. Par rapport au plan formé par les axes orthogonaux X et Z, le groupe 10 et le deuxième groupe métallique 30 du connecteur 1 sont symétriques. Le groupe 30 est composé de la languette de connexion 32, du lien métallique 33 et de la languette d'interface 31. Les deux groupes 10, 30 sont alignés selon l'axe Y, le groupe 20 étant situé entre les groupes 10 et 30. Le groupe 20 comprend la languette d'interface 21 reliée par un lien métallique plat 24 aux languettes de connexion 22, 23. Le groupe 20 se présente sous la forme d'une fourche à deux dents coudées à 90 degrés, dans le sens horaire selon l'axe orienté X, au niveau de la base de la languette d'interface 21. La languette d'interface 21 forme le manche de la fourche et les languettes de connexion 22, 23 forment respectivement les deux dents de la fourche.

En référence aux figure 3, 4 et 5, le connecteur basse tension 1 est surmoulé de matière plastique. Ce surmoulage plastique 70 maintient les trois groupes métalliques 10, 20, 30 solidaires et laisse saillant l'extrémité libre des languettes 11, 12, 21, 22, 23, 31,

32. Les languettes d'interface 11, 21, 31 sont protégées par une enveloppe en matière plastique 67 solidaire du surmoulage 70. Dans la présente forme de réalisation, un moyen de fixation, ici des ergots de verrouillage 671, 672, rapportés sur l'enveloppe extérieure 67, sont agencés pour coopérer avec une extrémité d'un faisceau de câbles qui transporte des signaux d'activation et de commande délivrés par un calculateur.

En référence à la figure 6, le bloc de connexion basse tension 1 se connecte à des bobines d'allumage 100, 200 comprenant un noyau magnétique central 104 autour duquel sont disposés coaxialement deux supports de bobine, ou bobinots 103, 105, en matière plastique supportant respectivement un enroulement primaire 102 et un enroulement secondaire 106. Un enroulement, primaire ou secondaire, est constitué d'un fil métallique, traditionnellement en cuivre, enroulé autour du bobinot 103, 105 correspondant pour former des spires.

La fonction du calculateur est d'alimenter chaque enroulement primaire 102 de chaque bobine 100, 200 avec une tension d'alimentation et un signal d'activation jouant le rôle d'un interrupteur pour laisser passer ou non un courant dans l'enroulement primaire 102. Les languettes 22, 23 permettent d'alimenter les enroulements primaires 102 avec une tension continue comprise entre 12V et 14V. La languette 12 et la languette 32 transportent le signal d'activation jusqu'aux enroulements primaires 102 des bobines 100, 200. Les languettes de connexion 12, 22, 23, 32 se connectent au moyen de leur encoche de griffage 320 à chaque extrémité des fils des enroulements primaires 102.

Le bobinot 103 est de forme globalement cylindrique comprenant quatre faces aplaties, dont une des faces comporte un support plastique 81 ; cette face sera

désignée par la suite « face de connexion » . Le support plastique 81 s'étend selon l'axe de la bobine 100, 200 dans le prolongement de la dite face de connexion. Le support 81 comporte deux rainures et deux modules de centrage 82, chaque extrémité du fil de l'enroulement primaire 102 est guidée dans une rainure et est maintenue tendu dans des encoches des modules de centrage 82. Les encoches de centrage facilitent la connexion des languettes de connexion 12, 22, 23, 32, il suffit de griffer le fil tendu pour établir la connexion électrique et il n'est plus nécessaire de souder les languettes aux extrémités du fil de l'enroulement primaire 102. Les modules de centrage 82 sont équipés d'un support horizontal entre les deux encoches sur lequel repose l'extrémité du fil de l'enroulement primaire 102. Ce support permet de ne pas enfoncer le fil à l'intérieur des encoches lors du griffage des languettes 12, 22, 23, 32.

En référence aux figures 3, 4, 5 et 6, le bloc de connexion basse tension (BT) 1 est associé à un bloc de sorties haute tension (HT) pour former un bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension (BT/HT) 2. Le bloc BT/HT 2 comprend le connecteur BT 1 décrit précédemment, des cheminées HT 41, 42, 43, 44, comprenant des inserts métalliques 51, 52, 53, 54, et une liaison thermoplastique 65 reliant les cheminées HT au surmoulage plastique 70 du connecteur basse tension 1.

Une cheminée HT 41, 42, 43, 44 se présente ici sous la forme d'un cône creux dont le diamètre de la base est supérieur au diamètre du sommet . Comme représenté sur la figure 5, un insert 51, 52, 53, 54 est ici surmoulé à l'intérieur des cheminées 41, 42, 43, 44. La base de l' insert fait saillie hors de la base de la cheminée afin d'être emmanchée dans les puits 83 du bobinot secondaire 105.

Le lien thermqplastique 65 permet de relier le connecteur basse tension 1 avec les cheminées HT 41, 42, 43, 44. Le lien 65 s'étend rectilignement à partir de l'enveloppe 67, selon l'axe X, pour se diviser en branches, notamment en quatre branches, et se connecter respectivement à la base de chaque cheminée HT 41, 42, 43, 44, celles-ci étant disposées en carré dans le plan (X, Y). Des pieds 61, 62, 63, 64, en matière plastique, telles que représentés sur la figure 4, sont rapportés à la base des cheminées HT 41, 42, 43, 44 et forment une excroissance au niveau de la base pour rigidifier la liaison entre le lien 65 et les chetninéesHT.

L'assemblage d'un tel dispositif d'allumage est _ alors facilité. Le bloc de connexion basse tension avec sorties haute tension 2, comprenant les languettes de connexion et d' interface 11, 12, 21, 22, 23, 31, 32, les inserts métalliques HT 51, 52, 53, 54, les cheminées haute tension 41, 42, 43, 44, le surmoulage plastique 70 et le lien thermoplastique 65, est réalisé en une opération de surmoulage unique. Pour assembler le dispositif d'allumage, on connecte le bloc 2 BT/HT électriquement aux bobines 100, 200. On dispose ensuite le bloc BT/HT 2 connecté avec les bobines 100, 200 dans un boîtier en plastique rigide 107 et on coule dans le boîtier 107 une résine synthétique d'isolation électrique.

Le bloc 2 se connecte électriquement aux bobines d'allumage 100, 200 en se positionnant sur la face de connexion desdits bobinots 103. Comme représenté sur les figures 7 et 8, les languettes de connexion 12, 22, 23, 32 se connectent dans les encoches de centrages et les inserts métalliques 51, 52, 53, 54 surmoulés dans les cheminées HT, sont introduits dans des pièces métalliques 85 équipées d'oeillets dentelés 87, insérées sous les puits 83 des bobinots 105 supportant

l'enroulement secondaire 106, ladite pièce 85 comprenant une petite excroissance 86 autour de laquelle l'extrémité du fil de l'enroulement secondaire 106 est enroulée puis soudée. Les puits 83 sont agencés pour correspondre avec la base des inserts métalliques 51, 52, 53, 54, et guider ces inserts dans la pièce métallique 85 de connexion avec l'enroulement secondaire 106. Les inserts sont ainsi connectés électriquement à l'enroulement secondaire 106. La connexion avec les inserts 51, 52, 53, 54 est réalisée par emmanchement, les inserts étant griffés au niveau de leur partie basse dans les œillets dentelés 87 des pièces métallique 85.

Finalement, a été ainsi assemblé un dispositif d'allumage comprenant le bloc de connexion 2, le boîtier 7 ainsi que les bobines d'allumage 100, 200, dans lequel les inserts 51-54 sont connectés aux pièces métalliques 85 qui comprennent chacune un œilet 87.

Lorsque le calculateur, connecté par le faisceau de câbles au bloc BT/HT 2, alimente et délivre un signal d'activation aux enroulements primaires 102, une haute tension est créée par induction au niveau de l'enroulement secondaire 106, cette haute tension est transmise par la pièce métallique 85 située à la base des puits 83 aux inserts métalliques 51, 52, 53, 54 du bloc BT/HT 2. Un faisceau de câbles est branché au sommet de chaque cheminée HT 41, 42, 43, 44 pour établir un contact électrique avec les inserts 51, 52, 53, 54 et conduire la haute tension jusquaux bougies d'allumage

Les liens métalliques 13, 33 comportent avantageusement une portion curviligne circulaire pour maintenir une distance constante avec les cheminées HT 41, 42, 43, 44. Les cheminées peuvent se présenter sous des formes diverses, telles que des cheminées à base carrée. Pour maintenir une distance constante entre les éléments haute tension et les éléments basse tension, le

lien 13, 33 comprend alors une portion de forme complémentaire à la forme des cheminéesHT.