Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MANUAL DEVICE FOR APPLYING A COATING TO A SUPPORT BY MEANS OF TAPE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/058049
Kind Code:
A1
Abstract:
A manual device for applying a coating to a support (10) by means of tape, in which a first angle (al) formed between the median plane (P2) of the applicator tip (26) and the half-line (Dl) extending from the middle (M) of the application edge (26A) of the applicator tip (26) and passing through the point (P18) arranged at the intersection of the outer periphery of the first winding (18) and the radius (R18) of the first winding (18) perpendicular to the median plane (P2), is between -1° and 10°, whereas a second angle (a2) formed between the median plane (P2) and the half-line (D2) extending from the middle (M) of the application edge (26A) and passing through the point (P24) arranged at the intersection of the outer periphery of the second winding (24) and the radius (R24) of the second winding (24) perpendicular to the median plane (P2), is between 1° and 10°.

Inventors:
BEZ, Arnaud (24 Sentier des 4 Chemins, GARCHES, 92380, FR)
Application Number:
FR2018/052266
Publication Date:
March 28, 2019
Filing Date:
September 17, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SOCIETE BIC (14 Rue Jeanne d'Asnières, CLICHY, 92110, FR)
International Classes:
B65H35/00
Foreign References:
US20120168090A12012-07-05
EP1059258A22000-12-13
US20120168547A12012-07-05
US20120048476A12012-03-01
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
MILIEN, Jean-Baptiste et al. (CABINET BEAU DE LOMENIE, 158 Rue de l'Université, PARIS CEDEX 07, 75340, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support (10) comprenant une bobine d'alimentation (14) montée sur un premier palier (16) et comprenant un premier enroulement du ruban (18), une bobine de récupération (20) montée sur un deuxième palier (22) et comprenant un deuxième enroulement du ruban (24), et un embout applicateur (26) pour appliquer le revêtement (19) porté par le ruban (28) sur un support, l'embout applicateur (26) s'étendant selon une direction longitudinale (X) et présentant un bord d'application (26A), le bord d'application (26A) et la direction longitudinale (X) définissant un plan d'application (PI) tandis que le plan perpendiculaire au plan d'application (PI) s'étendant selon la direction longitudinale (X) en passant par le milieu (M) du bord d'application (26A) forme le plan médian (P2) de l'embout applicateur (26), dans lequel l'angle entre l'axe (Al, A2) de chacun des premier et deuxième paliers (16, 22) et le plan d'application (PI) est supérieur ou égal à 30°, le premier palier (16) et le deuxième palier (22) sont disposés de part et d'autre du plan médian (P2) de l'embout applicateur (26) et, considéré en projection sur le plan d'application (PI), un premier angle (al) formé entre le plan médian (P2) et la demi-droite (Dl) s'étendant depuis le milieu (M) du bord d'application (26A) et passant par le point (P18) disposé à l'intersection de la périphérie externe du premier enroulement (18) et du rayon (R18) du premier enroulement (18) perpendiculaire au plan médian (P2), est compris entre -1° et 10° tandis qu'un deuxième angle («2) formé entre le plan médian (P2) et la demi-droite (D2) s'étendant depuis le milieu (M) du bord d'application (26A) et passant par le point (P24) disposé à l'intersection de la périphérie externe du deuxième enroulement (24) et du rayon (R24) du deuxième enroulement (24) perpendiculaire au plan médian (P2) est compris entre 1° et 10°.

2. Dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support (10) selon la revendication 1, dans lequel le ruban (28) coopère uniquement avec la bobine d'alimentation (14), la bobine de récupération (20) et l'embout applicateur (26).

3. Dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support (10) selon la revendication 1 ou 2, dans lequel l'embout applicateur (26) comprend une portion de guidage (26B) présentant une première surface vrillée (26B1) et une deuxième surface vrillée (26B2), la première surface vrillée (26B1) coopérant avec le ruban (28) en aval de la bobine d'alimentation (14) et en amont du bord d'application (26A) tandis que la deuxième surface vrillée (26B2) coopère avec le ruban (28) en aval du bord d'application (26A) et en amont de la bobine de récupération (20), le ruban (28) étant configuré pour circuler depuis l'amont vers l'aval au sein du dispositif manuel (10).

4. Dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, dans lequel le premier palier (16) et le deuxième palier (22) sont décalés l'un par rapport à l'autre selon la direction longitudinale (X).

5. Dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support (10) selon la revendication 4, dans lequel, considéré selon la direction longitudinale (X), le deuxième palier (22) est disposé entre l'embout applicateur (26) et le premier palier (16).

6. Dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 5, dans lequel le premier enroulement (18) et le deuxième enroulement (24) sont décalés l'un par rapport à l'autre selon une direction (Y) perpendiculaire au plan d'application (PI).

7. Dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support (10) selon les revendications 3 et 6, dans lequel le premier enroulement (18) est décalé par rapport au deuxième enroulement (24) du côté de la première surface vrillée (26B1) tandis que le deuxième enroulement (24) est décalé par rapport au premier enroulement (18) du côté de la deuxième surface vrillée (26B2).

Description:
Dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support

DOMAINE DE L'INVENTION

[0001] L'invention concerne le domaine des dispositifs manuels d'application par ruban d'un revêtement sur un support. Ces dispositifs sont parfois connus sous le nom de « souris » ou « applicateur ruban » et sont notamment utilisés, mais pas exclusivement, dans le domaine de la bureautique. Le revêtement peut être, par exemple, de la colle ou bien un enduit blanc ou coloré

ETAT DE LA TECHNIQUE ANTERIEURE

[0002] Au sein des dispositifs manuels d'application par ruban connus, le revêtement porté par le ruban est souvent endommagé avant son application, notamment lors de la circulation du ruban depuis la bobine d'alimentation vers l'embout applicateur. Il existe donc un besoin en ce sens.

PRESENTATION DE L'INVENTION

[0003] Un mode de réalisation concerne un dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support comprenant une bobine d'alimentation montée sur un premier palier et comprenant un premier enroulement du ruban, une bobine de récupération montée sur un deuxième palier et comprenant un deuxième enroulement du ruban, et un embout applicateur pour appliquer le revêtement porté par le ruban sur un support, l'embout applicateur s'étendant selon une direction longitudinale et présentant un bord d'application, le bord d'application et la direction longitudinale définissant un plan d'application tandis que le plan perpendiculaire au plan d'application s'étendant selon la direction longitudinale en passant par le milieu du bord d'application forme le plan médian de l'embout applicateur, dans lequel l'angle entre l'axe de chacun des premier et deuxième paliers et le plan d'application est supérieur ou égal à 30° (trente degrés d'angle), le premier palier et le deuxième palier sont disposés de part et d'autre du plan médian de l'embout applicateur et, considéré en projection sur le plan d'application, un premier angle formé entre le plan médian et la demi-droite s'étendant depuis le milieu du bord d'application et passant par le point disposé à l'intersection de la périphérie externe du premier enroulement et du rayon du premier enroulement perpendiculaire au plan médian, est compris entre -1° et 10° (moins un degrés d'angle et dix degrés d'angle) tandis qu'un deuxième angle formé entre le plan médian et la demi-droite s'étendant depuis le milieu du bord d'application et passant par le point disposé à l'intersection de la périphérie externe du deuxième enroulement et du rayon du deuxième enroulement perpendiculaire au plan médian est compris entre 1° et 10° (un degrés d'angle et dix degrés d'angle)

[0004] Par la suite, et sauf indication contraire, par « dispositif manuel » on entend « dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support ».

[0005] Bien entendu, le ruban est continu depuis le premier enroulement porté par la bobine d'alimentation jusqu'au deuxième enroulement porté par la bobine de récupération. On comprend que le ruban circule depuis la bobine d'alimentation vers l'embout, passe autour du bord d'application, puis circule depuis l'embout vers la bobine de récupération. De manière générale, l'amont et l'aval sont définis pas le sens de circulation normal du ruban depuis la bobine d'alimentation (qui porte le premier enroulement) vers la bobine de récupération (qui porte le deuxième enroulement). On comprend que la portion du ruban au sein du premier enroulement porte le revêtement tandis que le deuxième enroulement est essentiellement formé par le ruban usagé, c'est-à-dire le ruban qui est dépourvu, en tout ou partie du revêtement. Bien entendu, les amorces des enroulements peuvent être vierges de revêtement, ou au contraire présenter un revêtement neuf.

[0006] On comprend que le dispositif manuel présente un carter logeant les bobines (avec les enroulements et les paliers) et l'embout applicateur. Au moins en position d'utilisation, l'embout applicateur fait saillie du carter. La direction longitudinale de l'embout applicateur est la direction selon laquelle l'embout fait saillie du carter en position d'utilisation. Bien entendu, le bord d'application est rectiligne et forme un angle avec la direction longitudinale. Par exemple, le bord d'application est perpendiculaire à la direction longitudinale, mais pas nécessairement. La direction longitudinale et le bord d'application définissent un plan, appelé plan d'application. Le plan médian est le plan qui passe par le milieu du bord d'application et qui s'étend selon la direction longitudinale en étant perpendiculaire au plan d'application.

[0007] Pour mesurer l'angle entre l'axe de chacun des paliers et le plan d'application, on considère toujours l'angle le plus petit formé entre ces deux éléments géométriques. Selon un mode de réalisation, les axes des paliers sont perpendiculaires au plan d'application ou, en d'autres termes, les axes des paliers sont parallèles au plan médian. Pour déterminer la position des paliers par rapport au plan médian, on considère le milieu du palier selon la direction de l'axe du palier, en projection sur l'axe du palier, comme point de référence.

[0008] On comprend donc que pour aller depuis le premier enroulement (ou depuis la bobine d'alimentation) vers le bord d'application, le ruban subit une première torsion ou vrille. De même pour aller depuis le bord d'application vers le deuxième enroulement (ou vers la bobine de récupération) le ruban subit une deuxième torsion ou vrille, qui peut être similaire à la première torsion ou vrille, mais pas nécessairement.

[0009] Un tel dispositif manuel est donc du type « à application latérale », c'est-à-dire pour lequel l'axe de rotation des bobines est sensiblement perpendiculaire au plan d'application (i.e. forme un angle compris entre 30° et 90° avec le plan d'application). Par opposition aux dispositifs manuels à application latérale, il existe les dispositifs manuels du type « à application frontale » pour lesquels l'axe de rotation des bobines est sensiblement parallèle au plan d'application (i.e. forme un angle compris entre 0° et 30° avec le plan d'application). La principale différence pour l'utilisateur entre ces deux types de dispositifs manuels est la prise en main, l'application à l'aide de ces deux types de dispositifs manuel étant plus ou moins intuitive pour l'utilisateur.

[0010] Pour mesurer les angles entre les demi-droites et le plan médian, le point de référence à considérer au sein d'un enroulement de ruban est le point disposé à l'intersection de la périphérie externe de l'enroulement considéré et du rayon de l'enroulement considéré perpendiculaire au plan médian, au milieu selon la direction de l'axe de l'enroulement considéré (i.e. le milieu de la largueur de l'enroulement/ruban).

[0011] Par ailleurs, pour mesurer l'orientation du premier angle et du deuxième angle, on vérifie si la demi-droite définissant l'angle en question avec le plan médian s'étend du même côté que le palier correspondant (i.e. le premier palier pour le premier angle et le deuxième palier pour le deuxième angle) par rapport au plan médian. Ainsi, si la demi-droite s'étend du même côté que le palier correspondant par rapport au plan médian, alors l'angle est positif. Si la demi-droite s'étend du côté opposé au palier correspondant par rapport au plan médian, alors l'angle est négatif.

[0012] Bien entendu au fur et à mesure de l'utilisation du dispositif manuel, le diamètre du premier enroulement diminue, de sorte que le premier angle augmente, tandis que le diamètre du deuxième enroulement augment, de sorte que le deuxième angle diminue. Toutefois le premier angle reste compris entre -1° et 10° et le deuxième angle reste compris entre 1° et 10°, quel que soit l'état des enroulements. On s'assure ainsi que le ruban, bien que présentant une certaine torsion ou vrille, conserve un certain d'alignement selon la direction longitudinale avec l'embout applicateur tout au long de la durée de vie ou d'utilisation du dispositif manuel.

[0013] Une telle configuration permet de minimiser les contraintes subies par le ruban entre les enroulements et l'embout, ce qui préserve l'intégrité du revêtement avant application. Par ailleurs, cette configuration permet de s'affranchir des éléments de guidage et d'alignement du ruban avec l'embout applicateur tels que rencontrés dans les dispositifs manuels de l'état de la technique. Ceci permet de d'éviter d'imposer des contraintes de frottement sur le ruban et procure à l'utilisateur une application plus souple. La circulation du ruban est ainsi plus naturelle, y compris au niveau de l'embout applicateur. Ceci libère également de l'espace libre au sein du dispositif manuel en comparaison avec les dispositifs manuels de l'état de la technique. Ainsi, il est possible d'embarquer une plus grande quantité de ruban, ce qui procure une plus grande durée de vie au dispositif manuel.

[0014] Dans certains modes de réalisation, le ruban coopère uniquement avec la bobine d'alimentation, la bobine de récupération et l'embout applicateur.

[0015] En d'autres termes, le dispositif manuel ne présente aucun élément de guidage autre que ceux éventuellement présents au sein de la bobine d'alimentation, de la bobine de récupération et de l'embout applicateur.

[0016] Ceci permet de minimiser les contraintes subies par le ruban, tout en garantissant un encombrement minimum au sein du dispositif manuel, ce qui permet de maximiser la quantité de ruban embarquée.

[0017] Dans certains modes de réalisation, l'embout applicateur comprend une portion de guidage présentant une première surface vrillée et une deuxième surface vrillée, la première surface vrillée coopérant avec le ruban en aval de la bobine d'alimentation et en amont du bord d'application tandis que la deuxième surface vrillée coopère avec le ruban en aval du bord d'application et en amont de la bobine de récupération, le ruban étant configuré pour circuler depuis l'amont vers l'aval au sein du dispositif manuel.

[0018] Par exemple, la première surface vrillée et la deuxième surface vrillée sont des surfaces opposées d'un seul et même élément de la portion de guidage. Bien entendu, selon une variante, la portion de guidage comprend deux éléments distincts formant respectivement la première surface vrillée et la deuxième surface vrillée. Par exemple, les surfaces sont vrillées autour de la direction longitudinale de l'embout applicateur.

[0019] On comprend que la portion de guidage permet de guider et d'accompagner au moins en partie le mouvement de vrille subi par le ruban entre les enroulements et le bord d'application. Ceci permet de réduire, à tout le moins de maîtriser, les contraintes subies par le ruban.

[0020] Dans certains modes de réalisation, le premier palier et le deuxième palier sont décalés l'un par rapport à l'autre selon la direction longitudinale.

[0021] Comme précédemment, pour déterminer la position des paliers, on considère le milieu du palier selon la direction de l'axe du palier, en projection sur l'axe du palier, comme point de référence.

[0022] Un tel décalage des paliers permet d'éviter des interférences entre les deux enroulements, ce qui permet d'ajuster la position des paliers par rapport au plan médian, par exemple en les rapprochant du plan médian, de manière à assurer encore un meilleur alignement selon la direction longitudinale du ruban avec l'embout applicateur, quel que soit l'état des enroulements. Ceci permet d'encore réduire les contraintes subies par le ruban. [0023] Dans certains modes de réalisation, considéré selon la direction longitudinale, le deuxième palier est disposé entre l'embout applicateur et le premier palier.

[0024] En choisissant le premier palier comme le palier le plus éloigné de l'embout applicateur, on minimise le pas de vrille subi par le ruban issu du premier enroulement, c'est-à-dire la portion de ruban présentant le revêtement. On minimise ainsi les contraintes subies par la portion de ruban portant le revêtement, ce qui assure une meilleure intégrité du ruban. On comprend bien entendu que le pas de vrille subi par le ruban qui circule depuis le bord d'application vers le deuxième enroulement est plus important, mais reste acceptable, grâce à l'alignement selon la direction longitudinale du deuxième enroulement avec l'embout, pour éviter la formation de plis par le ruban. Par ailleurs, le revêtement ayant déjà été déposé, cette portion de ruban peut subir un pas de vrille plus important sans risque pour le revêtement.

[0025] Dans certains modes de réalisation, le premier enroulement et le deuxième enroulement sont décalés l'un par rapport à l'autre selon une direction perpendiculaire au plan d'application.

[0026] De manière similaire aux paliers, on prend comme point de référence le milieu de l'enroulement selon la direction de l'axe de l'enroulement, en projection sur l'axe de l'enroulement comme point de référence pour déterminer la position de l'enroulement. De même, si on devait déterminer la position d'une bobine, on considérerait le milieu de la bobine selon la direction de l'axe de la bobine, en projection sur l'axe de la bobine, comme point de référence.

[0027] Un tel décalage des paliers permet d'éviter des interférences entre les deux enroulements et le ruban sortant/entrant dans les enroulements, ce qui permet d'encore optimiser la position des paliers par rapport au plan médian et d'assurer un meilleur alignement selon la direction perpendiculaire au plan d'application de chaque enroulement, et donc du ruban, avec les portion correspondants de l'embout applicateur. Ceci permet d'encore réduire les contraintes subies par le ruban.

[0028] Dans certains modes de réalisation, le premier enroulement est décalé par rapport au deuxième enroulement du côté de la première surface vrillée tandis que le deuxième enroulement est décalé par rapport au premier enroulement du côté de la deuxième surface vrillée

[0029] Une telle configuration permet d'encore mieux positionner les enroulements vis-à-vis de l'embout applicateur, que qui réduit encore les contraintes subies par le ruban.

BREVE DESCRIPTION DES DESSINS

[0030] L'invention et ses avantages seront mieux compris à la lecture de la description détaillée faite ci-après de différents modes de réalisation de l'invention donnés à titre d'exemples non limitatifs. Cette description fait référence aux pages de figures annexées, sur lesquelles :

- la figure 1 représente un dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support, vu en perspective, le carter étant ouvert,

- les figures 2A et 2B représentent le dispositif manuel vu selon la flèche II de la figure 1, selon deux états différent des enroulements de ruban,

- la figure 3 représente le dispositif manuel, sans le carter, vu selon la flèche III de la figure 1,

- la figure 4 représente l'embout applicateur du dispositif manuel de la figure 1, vu en perspective, et

- les figures 5A et 5B représentent le chemin du ruban depuis le premier enroulement vers le deuxième enroulement, au sein du dispositif manuel de la figure 1.

DESCRIPTION DETAILLEE D'EXEMPLES DE REALISATION

[0031] La figure 1 représente un dispositif manuel d'application par ruban d'un revêtement sur un support 10 comprenant un carter présentant dans cet exemple une première partie de carter 12A et une deuxième partie de carter 12B, le carter recevant une bobine d'alimentation 14 montée sur un premier palier 16 et comprenant un premier enroulement de ruban 18, une bobine de récupération 20 montée sur un deuxième palier 22 et comprenant un deuxième enroulement de ruban 24 et un embout applicateur 26. Dans cet exemple, la bobine d'alimentation 14 et la bobine de récupération 20 sont couplées en rotation par une courroie 30, mais bien entendu tout autre moyen de couplage en rotation de ces deux bobines est envisageable. De même, dans cet exemple les paliers 16 et 22 sont formés par des arbres solidaires de la première partie de carter 12A, mais toute autre configuration est envisageable. Par exemple les paliers peuvent être solidaires d'une cartouche de recharge, formant une pièce distincte du carter.

[0032] L'embout applicateur 26 présente un bord d'application 26A et une portion de guidage 26B. Le ruban 28 s'étend, de l'amont vers l'aval, depuis le premier enroulement 18 (ou bobine d'alimentation 14) vers le bord d'application 26A, contourne le bord d'application 26A, puis s'étend depuis le bord d'application 26A vers le deuxième enroulement 24 (ou bobine de récupération 20). Les flèches sur la figure 5B sont orientées de l'amont vers l'aval et indiquent le sens de circulation du ruban 28. Dans cet exemple, le ruban 28 coopère uniquement avec la bobine d'alimentation 14, l'embout applicateur 26 et la bobine de récupération 20.

[0033] Le ruban 28 porte un revêtement 19 en amont du bord d'application 26A. Le bord d'application 26A permettant de déposer le revêtement 19 sur un support (non représenté), le ruban 28 ne porte plus de revêtement 19 en aval du bord d'application 26A. Bien entendu, le ruban 28 en aval du bord d'application 26A peut dans certains cas présenter du revêtement, par exemple parce que le ruban 28 a circulé sans application, ou parce qu'il y a eu un défaut pendant l'application.

[0034] L'embout applicateur 26 s'étend selon une direction longitudinale X. La direction longitudinale X et le bord d'application 26A (qui est rectiligne) définissent le plan d'application Pl. En d'autres termes, le plan d'application PI comprend le bord d'application 26A et s'étend selon la direction longitudinale X. Le plan P2 est perpendiculaire au plan d'application PI, s'étend selon la direction longitudinale X et passe par le milieu M du bord d'application 26A. Ce plan P2 forme le plan médian de l'embout applicateur 26.

[0035] En référence aux figures 4, 5A et 5B, la portion de guidage 26B de l'embout applicateur 26 présente une première surface vrillée 26B1 et une deuxième surface vrillée 26B2. La première surface vrillée 26B1 coopère avec le ruban 28 en aval du premier enroulement 18 et en amont du bord d'application 26A. La deuxième surface vrillée 26B2 coopère avec le ruban 28 en aval du bord d'application 26A et en amont de du deuxième enroulement 24. Dans cet exemple, les surfaces vrillées 26B2 et 26B1 sont sensiblement parallèles et formées par deux faces opposées d'un seul et même élément. Plus particulièrement, la portion de guidage 26B est formée dans cet exemple par une lame s'étendant selon la direction longitudinale X et vrillée autour de la direction longitudinale X. Dans cet exemple, le pas de la vrille est de 2.5°/cm (deux et cinq dixièmes de degrés d'angle par centimètre). Par ailleurs, la largeur de la portion de guidage est environ égale à 135% de la largeur du ruban 28. Ceci permet d'accompagner au maximum le ruban au sein de l'embout applicateur lors des variations de diamètre des enroulements au cours de la vie du produit.

[0036] Comme cela est représenté sur la figure 3, dans cet exemple, les axes Al et A2 des premier et deuxième paliers 16 et 22 sont perpendiculaires au plan d'application Pl. En d'autres termes, les axes Al et A2 forment chacun un angle avec le plan d'application PI supérieur ou égal à 30°. Les enroulements 18 et 24, les bobines 14 et 22 et les paliers 16 et 22 étant respectivement coaxiaux, le ruban 18 subit ainsi dans cet exemple un mouvement de vrille de 90° depuis le premier enroulement 18 jusqu'au bord d'application 26A. De même le ruban 18 subit un mouvement de vrille de 90° depuis le bord d'application 26A jusqu'au deuxième enroulement (voir figures 5A et 5B).

[0037] Les milieux M 16 et M22 des premier et deuxième paliers 16 et 22 selon la direction des axes Al et A2 et en projection respectivement sur les axes Al et A2 sont disposés de part et d'autre du plan médian P2. Ainsi, au sens de l'invention, les premier et deuxième paliers 16 et 22 sont disposés de part et d'autre du plan médian P2. Ceci est également visible sur les figures 2A et 2B. Par ailleurs, en référence aux figures 2A et 2B, les milieux M 16 et M22 sont décalés l'un par rapport à l'autre selon la direction longitudinale X. Ainsi, au sens de la présente invention les premier et deuxième paliers 16 et 22 sont décalés l'un par rapport à l'autre selon la direction longitudinale X. Plus particulièrement, dans cet exemple, le deuxième palier 22 est disposé, selon la direction longitudinale X, entre l'embout applicateur 26 et le premier palier 16.

[0038] En référence à la figure 3, les milieux M18 et M24 des premier et deuxième enroulements 18 et 24 selon la direction de l'axe Al et A2 de chacun des enroulements 18 et 24 (les axes des enroulements étant respectivement confondus avec les axes des paliers et des bobines correspondants), en projection sur l'axe de chaque enroulement, respectivement, sont décalés l'un par rapport à l'autre selon la direction Y perpendiculaire au plan d'application Pl. Ainsi, au sens de la présente invention, le premier enroulement 18 et le deuxième enroulement 24 sont décalés l'un par rapport à l'autre selon la direction Y perpendiculaire au plan d'application Pl. Plus particulièrement, dans cet exemple le premier enroulement 18 est décalé par rapport au deuxième enroulement 24 du côté de la première surface vrillée 26B1 de l'embout 26 tandis que le deuxième enroulement 24 est décalé par rapport au premier enroulement 18 du côté de la deuxième surface vrillée26B2 de l'embout 26.

[0039] Les figures 2A et 2B représentent chacune une vue en projection sur le plan d'application Pl. Sur la figure 2A, le dispositif manuel 10 est neuf, de sorte que le premier enroulement 18 présente un diamètre extérieur maximum tandis que le deuxième enroulement 24 présente un diamètre extérieur minimum. Inversement, sur la figure 2B, le dispositif manuel 10 est totalement usagé, de sorte que le premier enroulement 18 présente un diamètre extérieur minimum tandis que le deuxième enroulement 24 présente un diamètre extérieur maximum.

[0040] Le premier angle al est l'angle formée entre le plan médian P2 et la demi-droite Dl s'étendant depuis le milieu M du bord d'application 26A et passant par le point P18 disposé à l'intersection de la périphérie externe du premier enroulement 18 et du rayon R18 du premier enroulement 18 perpendiculaire au plan médian P2. Le deuxième angle al est l'angle entre le plan médian P2 et la demi-droite D2 s'étendant depuis le milieu M du bord d'application 26A et passant par le point P24 disposé à l'intersection de la périphérie externe du deuxième enroulement 24 et du rayon R24 du deuxième enroulement 24 perpendiculaire au plan médian P2. Comme cela est visible sur la figure 3, on prend le milieu selon la direction de l'axe des enroulements 18 et 24 (i.e. le milieu de la largeur L des enroulements/ruban) comme plan de référence pour choisir les points P18 et P24 sur la périphérie externe des premier et deuxième enroulements 18 et 24.

[0041] Sur la figure 2A, la demi-droite Dl s'étend du côté opposé au premier palier 16 (c'est-à-dire du point M16) par rapport au plan médian P2. Par conséquent, la mesure de l'angle al sur la figure 2A est négative. Inversement, sur la figure 2B, la demi-droite Dl s'étend du même côté que le premier palier 16 par rapport au plan médian P2. Par conséquent, la mesure de l'angle al sur la figure 2B est positive. Dans cet exemple, la demi-droite D2 est toujours disposée du même côté que le deuxième palier 22 (c'est-à-dire du point M22) par rapport au plan médian P2, de sorte que sa mesure est toujours positive.

[0042] Dans cet exemple, sur la figure 2A, premier enroulement 18 plein, al = - 0.4° (moins quatre dixièmes de degré d'angle) tandis que sur la figure 2B, premier enroulement 18 vide, al = 8° (huit degrés d'angle). Ainsi, le premier angle al est toujours compris entre -1° et 10°, et ce quel que soit l'état du premier enroulement 18 (i.e. plein, vide ou état intermédiaire entre plein et vide). Dans cet exemple, sur la figure 2A, deuxième enroulement 24 vide, a2 = 6° (six degrés d'angle) tandis que sur la figure 2B, deuxième enroulement 24 plein, a2 = 1.4° (un et quatre dixièmes de degré d'angle). Ainsi, le deuxième angle a2 est toujours compris entre 1° et 10°, et ce quel que soit l'état du deuxième enroulement 24 (i.e. vide, plein ou état intermédiaire entre vide et plein). Ainsi, le ruban 18 présente constamment un certain alignement selon la direction longitudinale X avec l'embout applicateur 26.

[0043] Bien que la présente invention ait été décrite en se référant à des modes de réalisation spécifiques, il est évident que des modifications et des changements peuvent être effectués sur ces exemples sans sortir de la portée générale de l'invention telle que définie par les revendications. En particulier, des caractéristiques individuelles des différents modes de réalisation illustrés/mentionnés peuvent être combinées dans des modes de réalisation additionnels. Par conséquent, la description et les dessins doivent être considérés dans un sens illustratif plutôt que restrictif.