Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MANUAL DEVICE WITH TWO RETRACTABLE HEADS CARRIED BY A SINGLE CARRIAGE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/046847
Kind Code:
A1
Abstract:
A manual device (10) extending in an axial direction (X), comprising a housing (12) having a first housing portion (12AA) and a second housing portion (12BA), first and second heads (14A, 14B), each axially movable between a use position and a stowed position, the first head (14A) being in the stowed position when the second head (14B) is in the use position, whereas the second head (14B) is in the stowed position when the first head (14A) is in the use position, the first head (14A) and the second head (14B) both being carried by a single carriage (16) movable in the axial direction (X) and arranged inside a barrel (18), a groove forming a cam track being formed by a first shoulder (12AAB3) of the first housing portion and by a second shoulder (18C) of the barrel, a lug (17) of the carriage cooperating with the groove.

Inventors:
ROLION, Franck (14 ruelle de Crocq, ASNIERES-SUR-OISE, 95270, FR)
MALINVERNI, Samuel (64bis rue du Ruisseau, PARIS, 75018, FR)
BEZ, Arnaud (24 sente des 4 Chemins, GARCHES, 92380, FR)
Application Number:
FR2017/052362
Publication Date:
March 15, 2018
Filing Date:
September 06, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SOCIETE BIC (14 rue Jeanne d'Asnières, CLICHY, 92110, FR)
International Classes:
B43K24/14; A45D40/00; B25B15/02; B25G1/00; B43K27/00; B43K29/00; B43L19/00; B43M11/06
Foreign References:
JP2008307803A2008-12-25
FR1319055A1963-02-22
US4560297A1985-12-24
EP2143567A22010-01-13
GB2487526A2012-08-01
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
MILIEN, Jean-Baptiste et al. (Cabinet BEAU DE LOMENIE, 158 rue de l'Université, PARIS CEDEX 07, 75340, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif manuel (10) s'étendant selon une direction axiale (X), comprenant un carter (12) présentant une première partie de carter (12AA) présentant une première extrémité distale (12A) et une deuxième partie de carter (12BA) présentant une deuxième extrémité distale (12B) opposée à la première extrémité distale (12A) selon la direction axiale (X), une première tête (14A) mobile axialement entre une position d'utilisation dans laquelle la première tête (14A) fait saillie du carter (12) depuis la première extrémité distale (12A) et une position escamotée dans laquelle la première tête (14A) est escamotée dans le carter (12), et une deuxième tête (14B) mobile axialement entre une position d'utilisation dans laquelle la deuxième tête (14B) fait saillie du carter (12) depuis la deuxième extrémité distale (12B) et une position escamotée dans laquelle la deuxième tête (14B) est escamotée dans le carter (12), la première tête (14A) étant en position escamotée lorsque la deuxième tête (14B) est en position d'utilisation tandis que la deuxième tête (14B) est en position escamotée lorsque la première tête (14A) est en position d'utilisation, un fût (18) étant disposé à l'intérieur du carter (12), la première tête (14A) et la deuxième tête (14B) étant toutes les deux portées par un unique chariot (16) mobile selon la direction axiale (X), le chariot (16) étant disposé au moins en partie à l'intérieur du fût (18), la première partie de carter (12AA) étant couplée en rotation autour de la direction axiale (X) avec le fût (18) tandis que la deuxième partie de carter (12BA) est couplée en rotation autour de la direction axiale (X) avec le chariot (16), le chariot (16) étant mobile en rotation autour de la direction axiale (X) par rapport à la première partie de carter (12AA) et par rapport au fût (18), dans lequel une rainure formant chemin de came est formée par un premier épaulement (12AAB3) de la première partie de carter (12AA) et par un deuxième épaulement (18C) du fût (18) tandis que le chariot (16) présente un ergot (17) coopérant avec la rainure.

2. Dispositif manuel (10) selon la revendication 1, comprenant un premier ressort (22) de compression entre la première partie de carter (12AA) et le chariot (16) et un deuxième ressort de compression (24) entre la deuxième partie de carter (12BA) et le chariot (16).

3. Dispositif manuel (10) selon la revendication 1 ou 2, dans lequel la première partie de carter (12AA) et la deuxième partie de carter (12BA) sont bloquées axialement par rapport au fût (18).

4. Dispositif manuel (10) selon la revendication 3, dans lequel la deuxième partie de carter (12BA) est monté sur le fût (18) par l'intermédiaire d'une bague d'endiquetage (20).

5. Dispositif manuel (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel la deuxième partie de carter (12BA) présente une saillie radiale (12BAB5) coopérant avec une surface annulaire du fût (18) selon une course circonférentielle (C) prédéterminée, la surface annulaire du fût (18) présentant au moins un relief (18BC) centré par rapport au milieu de la course circonférentielle (C).

6. Dispositif manuel (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 5, dans lequel le chemin de came présente successivement une première portion hélicoïdale (PI, ΡΊ) présentant un premier pas, une portion intermédiaire (PI, P'I) présentant un deuxième pas inférieur au premier pas ou un pas nul, et une deuxième portion hélicoïdale (P3, P'3) présentant un troisième pas égal au premier pas.

7. Dispositif manuel (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 6, dans lequel au moins une tête parmi la première tête et la deuxième tête est corps d'écriture (14A, 14B).

8. Dispositif manuel (10) selon la revendication 7, dans lequel le au moins un corps d'écriture (14A, 14B) est amovible.

Description:
Dispositif manuel à deux têtes rétractables portées

par un unique chariot

DOMAINE DE L'INVENTION

[0001] L'invention concerne un dispositif manuel longitudinal comprenant deux têtes, chacune étant montée rétractable par rapport à une extrémité du dispositif manuel. Notamment, l'invention concerne des instruments d'écriture, mais pas uniquement.

ETAT DE LA TECHNIQUE ANTERIEURE

[0002] Les dispositifs manuels à deux têtes rétractables connus ne sont généralement pas totalement satisfaisants du point de vue ergonomique, confort d'utilisation, encombrement, fiabilité tout en facilitant la fabrication et l'assemblage. Il existe donc un besoin en ce sens.

PRESENTATION DE L'INVENTION

[0003] Un mode de réalisation concerne un dispositif manuel s'étendant selon une direction axiale, comprenant un carter présentant une première partie de carter présentant une première extrémité distale et une deuxième partie de carter présentant une deuxième extrémité distale opposée à la première extrémité distale selon la direction axiale, une première tête mobile axialement entre une position d'utilisation dans laquelle la première tête fait saillie du carter depuis la première extrémité distale et une position escamotée dans laquelle la première tête est escamotée dans le carter, et une deuxième tête mobile axialement entre une position d'utilisation dans laquelle la deuxième tête fait saillie du carter depuis la deuxième extrémité distale et une position escamotée dans laquelle la deuxième tête est escamotée dans le carter, la première tête étant en position escamotée lorsque la deuxième tête est en position d'utilisation tandis que la deuxième tête est en position escamotée lorsque la première tête est en position d'utilisation, un fût étant disposé à l'intérieur du carter, la première tête et la deuxième tête étant toutes les deux portées par un unique chariot mobile selon la direction axiale, le chariot étant disposé au moins en partie à l'intérieur du fût, la première partie de carter étant couplée en rotation autour de la direction axiale avec le fût tandis que la deuxième partie de carter est couplée en rotation autour de la direction axiale avec le chariot, le chariot étant mobile en rotation autour de la direction axiale par rapport à la première partie de carter et par rapport au fût, dans lequel une rainure formant chemin de came est formée par un premier épaulement de la première partie de carter et par un deuxième épaulement du fût tandis que le chariot présente un ergot coopérant avec la rainure..

[0004] On comprend que les têtes sont disposées à l'opposé l'une de l'autre selon la direction axiale au sein du dispositif manuel. On comprend également qu'en déplaçant le chariot selon la direction axiale, on fait rentrer/sortir la première tête et la deuxième tête du carter. Les têtes étant portées par le même chariot, le mouvement axial du chariot pour déplacer axialement une tête déplace également l'autre tête dans le même sens. Bien évidemment, selon une variante, une position intermédiaire du chariot correspond à une position où les deux têtes sont en position escamotée. On comprend donc que les deux têtes ne peuvent pas être simultanément en position d'utilisation.

[0005] Bien entendu le carter peut être formé d'une seule et même pièce, ou bien de plusieurs pièces. Le carter forme donc la partie extérieure du dispositif manuel. Par exemple, dans le cas d'un instrument d'écriture, par exemple un stylo, le carter est formé par le fût extérieur du stylo.

[0006] On comprend que les têtes peuvent être formées par n'importe quel embout d'outil de dispositif manuel, par exemple un embout de clé, de tournevis, une lame, un poinçon, un corps d'écriture (pointe feutre, à bille ou autre, mine graphite, craie ou tout moyen permettant d'écrire sur un substrat), un pinceau, une gomme, un corps de friction, un coussinet pour écran capacitif, un applicateur cosmétique (pinceau, crayon, brosse mascara, applicateur à bille, rouge à lèvres ou tout moyen d'application de cosmétique), etc.

[0007] On comprend également que l'ensemble formé par la première partie de carter et le fût est mobile en rotation autour de la direction axiale par rapport à l'ensemble formé par la deuxième partie de carter et le chariot. Ainsi, grâce au chemin de came et à l'ergot, en faisant pivoter la première partie de carter par rapport à la deuxième partie de carter autour de la direction axiale, on déplace le chariot selon la direction axiale. Aussi, on comprend que pendant son déplacement axial, le chariot coulisse au sein du fût. Bien entendu, le coulissement peut suivre un mouvement purement axial, ou bien un mouvement hélicoïdal.

[0008] Grâce à l'unique chariot, et aux épaulements formant les parois de la rainure chemin de came, le dispositif manuel présente un nombre réduit d'éléments, ce qui lui procure une structure relativement simple et donc une certaine fiabilité et une grande facilité d'assemblage. Ceci permet également d'avoir un unique mécanisme de déplacement axial du chariot, particulièrement compact, grâce à quoi le dispositif manuel peut avoir des dimensions adaptables aux mains de la majorité des utilisateurs.

[0009] De plus, les épaulements formant les parois de la rainure formant chemin de came sont particulièrement faciles à fabriquer par moulage en évitant toute complexité du type contre-dépouille. Grâce à cette configuration, les épaulements peuvent être sensiblement perpendiculaires à la direction axiale (i.e. 90°±5°). On s'assure ainsi que l'ergot du chariot coopère avec le chemin de came via une génératrice de contact surfacique et pas linéique. Ceci améliore considérablement la cinématique du mécanisme de déplacement axial du chariot en ayant une grande précision sans risque de blocage.

[0010] Par ailleurs, le déplacement des têtes par un unique chariot permet de combiner le déplacement des têtes selon la direction axiale et selon des sens opposés, ce qui permet aussi de réduire l'encombrement général tout en procurant par ailleurs une certaine ergonomie et facilité d'utilisation. Enfin, le fait que les deux têtes ne puissent pas être simultanément en position d'utilisation procure un certain confort ou sécurité pour l'utilisateur qui s'assure ainsi de ne pas heurter une tête dont il n'a pas l'utilité pendant l'utilisation de l'autre tête, et évite ainsi d'abimer ladite tête et/ou par exemple de se blesser dans le cas d'une lame, de s'écrire dessus dans le cas d'un corps d'écriture, etc.

[0011] Dans certains modes de réalisation, le dispositif manuel comprend un premier ressort de compression entre la première partie de carter et le chariot et un deuxième ressort de compression entre la deuxième partie de carter et le chariot.

[0012] De tels ressorts permettent d'assister le déplacement axial du chariot. Ainsi, on améliore d'une part la qualité perçue du mécanisme de déplacement axial du chariot.

[0013] Dans certains modes de réalisation, la première partie de carter et la deuxième partie de carter sont bloquées axialement par rapport au fût [0014] Par exemple, la première partie de carter et la deuxième partie de carter sont montées par encliquetage sur le fût, la première partie étant couplée en translation et en rotation avec le fût tandis que la deuxième partie de carter est couplé uniquement en translation avec le fût et reste mobile en rotation autour de la direction axiale par rapport au fût. Un tel blocage procure un encombrement réduit, une structure simple, et donc une certaine fiabilité et facilité d'assemblage au dispositif manuel.

[0015] On note que l'encliquetage (ou clipsage) est un mode d'assemblage de deux parties par engagement et déformation élastique (en général déformation locale d'une partie seulement d'une pièce, par exemple d'une languette, ou d'un élément périphérique de ladite pièce, ou encore par déformation de l'ensemble des pièces impliquées dans l'assemblage). Lorsque les deux parties sont engagées dans la position d'encliquetage, les parties ont généralement repris leur forme initiale et ne présentent plus de déformation élastique (ou une déformation élastique moindre). Lorsque les deux parties sont engagées l'une avec l'autre dans la position d'encliquetage, elles coopèrent l'une avec l'autre de manière à s'opposer aux, voire bloquer, les mouvements relatifs desdites parties dans le sens du dégagement (sens opposé au sens de l'engagement). En position d'encliquetage, les deux parties peuvent en outre coopérer de manière à s'opposer à, voire bloquer, leurs mouvements relatifs dans le sens du prolongement de l'engagement, au-delà de la position d'encliquetage. Un assemblage par encliquetage présente l'avantage d'être facile à mettre en œuvre et fiable.

[0016] Dans certains modes de réalisation, la deuxième partie de carter est monté sur le fût par l'intermédiaire d'une bague d'encliquetage.

[0017] Par exemple, la bague d'encliquetage est mobile en rotation autour du fût, mais bloquée en translation sur le fût tandis que la deuxième partie de carter est encliquetée sur la bague et bloquée en translation et en rotation avec la bague. Une telle structure d'assemblage est simple et particulièrement fiable.

[0018] Par exemple, le montage de la deuxième partie de carter sur le fût par l'intermédiaire de la bague d'encliquetage est un montage autobloquant, empêchant tout démontage de la deuxième partie de carter d'avec le fût. Par exemple, lorsque la bague est montée sur le fût, elle est déformée radialement vers l'extérieur et verrouille l'assemblage avec la deuxième partie de carter. Bien entendu, par « empêchant tout démontage », on entend « empêchant tout démontage sans détériorer en tout ou partie un quelconque élément de l'ensemble ».

[0019] Dans certains modes de réalisation, la deuxième partie de carter présente une saillie radiale coopérant avec une surface annulaire du fût selon une course circonférentielle prédéterminée, la surface annulaire du fût présentant au moins un relief centré par rapport au milieu de la course circonférentielle. Bien entendu, une direction radiale est une direction perpendiculaire à la direction axiale.

[0020] On comprend que la course circonférentielle correspond à longueur circonférentielle parcourue par la saillie le long de la surface annulaire lors de la rotation relative de la deuxième partie de carter vis-à-vis du fût pour amener le chariot d'une position axiale extrême à l'autre, c'est-à-dire pour passer de la position d'utilisation de la première tête à la position d'utilisation de la deuxième tête, ou inversement. Le relief est centrée par rapport au milieu de cette course. Par exemple, il y a un unique relief disposé sur le milieu de la course. Selon un autre exemple, il y a deux reliefs disposés de part et d'autre du milieu de la course, à équidistance du milieu le long de la course. Selon encore un autre exemple, il y a trois reliefs, un relief disposé sur le milieu, et deux autres reliefs disposés de part et d'autre et à équidistance du relief centré.

[0021] Le relief est configuré pour coopérer en frottement avec la saillie de manière à générer, lors de la rotation de la deuxième partie de carter, un point dur au milieu de la course circonférentielle. Par « point dur » on entend une position où la rotation de la deuxième partie de carter demande plus d'efforts de la part de l'utilisateur que pour la rotation sur les autres positions de la course. Ce milieu de course correspond à la position intermédiaire du chariot où les deux têtes sont escamotées. En particulier, un tel point dur permet de maintenir en position la deuxième partie de carter par rapport au fût, et donc d'éviter qu'une tête ne passe malencontreusement en position d'utilisation, grâce à quoi la fiabilité et le confort d'utilisation sont améliorés. Par ailleurs, ce point dur forme un repère pour l'utilisateur, grâce à quoi la qualité perçue du dispositif manuel est améliorée. En outre, ceci permet d'éviter que l'utilisateur ne force inutilement sur le mécanisme d'avance du chariot, grâce à quoi la fiabilité de l'assemblage est accrue.

[0022] Dans certains modes de réalisation, le chemin de came présente successivement une première portion hélicoïdale présentant un premier pas, une portion intermédiaire présentant un deuxième pas inférieur au premier pas ou un pas nul, et une deuxième portion hélicoïdale présentant un troisième pas égal au premier pas.

[0023] On comprend que la première portion hélicoïdale correspond à la portion pour faire rentrer/sortir la première tête de la première extrémité distale (la deuxième tête étant escamotée), la deuxième portion correspond à la portion pour faire rentrer/sortir la deuxième tête (la première tête étant escamotée) tandis que la portion intermédiaire correspond à une portion transitoire où ni la première tête ni la deuxième tête n'est en position d'utilisation (i.e. les deux têtes sont en position escamotée).

[0024] Un tel chemin de came est particulièrement confortable à utiliser et rend la manipulation du dispositif manuel particulièrement intuitive et ergonomique. En effet, lors de l'utilisation, l'utilisateur a clairement une indication du « régime » de déplacement du chariot, à savoir si il est en position intermédiaire, ou si il est en train de rentrer/sortir une tête. Par exemple, une telle configuration du chemin de came combinée avec le point dur en milieu de course de rotation de la deuxième partie de carter procure un confort d'utilisation particulièrement agréable. Ceci permet également d'éviter que l'utilisateur ne force inutilement sur le mécanisme d'avance du chariot, grâce à quoi la fiabilité de l'assemblage est accrue.

[0025] Dans certains modes de réalisation, au moins une tête parmi la première tête et la deuxième tête est un corps d'écriture.

[0026] La structure du dispositif manuel est particulièrement bien adaptée pour des instruments d'écriture comprenant par exemple d'un côté un corps d'écriture, et de l'autre côté un autre corps d'écriture, un gomme, un corps de friction, ou un coussinet pour écran capacitif. On comprend que le coussinet (en anglais « pad ») est une terminaison configurée pour interagir avec un écran capacitif. Le coussinet est conducteur (grâce à son matériau de fabrication, ou grâce à un revêtement). La forme, la souplesse/rigidité et le/les matériaux d'un coussinet ne sont pas limités dans la mesure où ce coussinet est capable d'interagir avec un écran capacitif, c'est-à-dire que son contact avec un écran capacitif est détectable par ce dernier.

[0027] Dans certains modes de réalisation, le au moins un corps d'écriture est amovible.

[0028] On comprend donc que le ou les corps d'écriture peuvent être remplacés. Ainsi, le dispositif manuel forme un instrument d'écriture rechargeable. Par exemple, la première et/ou la deuxième partie de carter est/sont démontables ou formée(s) de plusieurs parties démontables, grâce à quoi on peut facilement remplacer le corps d'écriture amovible.

BREVE DESCRIPTION DES DESSINS

[0029] L'invention et ses avantages seront mieux compris à la lecture de la description détaillée faite ci-après de différents modes de réalisation de l'invention donnés à titre d'exemples non limitatifs. Cette description fait référence aux pages de figures annexées, sur lesquelles :

- la figure 1 représente un dispositif manuel en perspective,

- les figures 2A et 2B représentent le dispositif manuel en perspective en éclaté selon deux points de vue différents,

- la figure 3 représente les épaulements formant chemin de came ménagés dans la deuxième partie de carter et dans le fût interne,

- la figure 4 représente la deuxième portion de la deuxième partie de carter, vue selon la flèche IV de la figure 2A, et

- les figures 5A, 5B et 5C représentent différentes configuration du dispositif manuel de la figure 1.

DESCRIPTION DETAILLEE D'EXEMPLES DE REALISATION

[0030] La figure 1 représente un dispositif manuel 10, dans cet exemple un instrument d'écriture 10, comprenant un carter 12 présentant une première extrémité distale 12A présentant un premier orifice pour le passage d'une tête et une deuxième extrémité distale 12B opposée à la première extrémité distale 12A selon la direction axiale X, présentant un deuxième orifice pour la passage d'une autre tête. Le dispositif manuel 10 comprend une première tête 14A mobile axialement entre une position escamotée dans laquelle elle est escamotée dans le carter 12 et une position d'utilisation dans laquelle elle fait saillie du carter 12 depuis la première extrémité distale 12A. Une deuxième tête 14B est mobile axialement entre une position escamotée dans laquelle elle est escamotée dans le carter 12 et une position d'utilisation dans laquelle elle fait saillie du carter 12 depuis la deuxième extrémité distale 12B. Bien que sur la figure 1 les première et deuxième têtes 14A et 14B sont en position escamotée, elles sont néanmoins représentées schématiquement en trait discontinus pour la clarté du présent exposé. Le carter 12 comprend une première partie de carter 12AA présentant la première extrémité 12A et une deuxième partie de carter 12BA présentant la deuxième extrémité 12B.

[0031] Plus précisément, en référence aux figures 2A et 2B, chaque partie de carter 12AA et 12BA comprend deux portions assemblées ensemble par vissage. Ainsi, la première partie 12AA présente une première portion 12AAA présentant la première extrémité 12A et une deuxième portion 12AAB. La deuxième partie 12BA présente une première portion 12BAA présentant la deuxième extrémité 12B et une deuxième portion 12BAB. Les premières portions 12AAA et 12BAA des première et deuxième parties de carter 12AA et 12BA forment des portions d'extrémité distale du carter 12 tandis que les deuxièmes portions 12AAB et 12BAB des première et deuxième parties de carter 12AA et 12BA forment des portions intermédiaires du carter 12.

[0032] En référence à la figure 2B, la première partie de carter 12AA, et plus précisément dans cet exemple la deuxième portion 12AAB, présente une rainure 12AAB1 s'étendant axialement pour coupler en rotation la première partie 12AA en rotation autour de la direction axiale X avec le fût 18 décrit ci-après. Par ailleurs, la première partie 12AA, et plus précisément dans cet exemple la deuxième portion 12AAB, présente un relief annulaire 12AAB2 d'encliquetage, dans cet exemple une nervure annulaire, pour assembler la première partie de carter 12AA par encliquetage avec le fût 18.

[0033] En référence aux figures 2A et 4, la deuxième partie de carter 12BA, et plus précisément dans cet exemple la deuxième portion 12BAB, présente une nervure 12BAB1 s'étendant axialement pour coupler en rotation autour de la direction axiale X la deuxième partie 12BA avec la bague 20 décrite ci-après. Par ailleurs, la deuxième partie 12BA, et plus précisément dans cet exemple la deuxième portion 12BAB présente un relief annulaire 12BAB2 d'encliquetage, dans cet exemple une nervure annulaire, pour assembler la deuxième partie de carter 12BA par encliquetage avec la bague 20. En outre, la deuxième partie de carter 12BA, et plus particulièrement dans cet exemple la deuxième portion 12BAB, présente un voile radial intérieur 12BAB3 délimitant une fenêtre 12BAB4 de forme sensiblement rectangulaire. Une direction radiale étant une direction perpendiculaire à la direction axiale X, on comprend que le voile 12BAB3 s'étend perpendiculairement à la direction axiale X. Par ailleurs, une saillie radiale 12BAB5 est disposée dans le prolongement axial de la nervure 12BAB1, l'étendue selon la direction circonférentielle de cette saillie 12BAB5 étant plus grande que l'étendue circonférentielle de la nervure 12BAB1. Les plans médians axiaux respectivement de la nervure 12BAB1 et de la saillie 12BAB5 sont confondus.

[0034] Comme cela est visible sur les figures 2A et 2B, le carter 12 loge un unique chariot 16 portant les première et deuxième têtes 14A et 14B, un fût 18 équipé d'une bague d'encliquetage 20, ainsi que deux ressorts de compression 22 et 24.

[0035] Les première et deuxième têtes 14A et 14B sont dans cet exemple des corps d'écritures, et plus particulièrement des pointes à bille 14A1, 14B1 montées respectivement sur un réservoir d'encre 14A2, 14B2. Par ailleurs, les premières portions 12AAA et 12BAA des parties de carter 12AA et 12BA étant respectivement assemblées par vissage avec les deuxièmes portions 12AAB et 12BAB, ces premières portions 12AAA et 12BAA peuvent facilement être démontées, grâce à quoi les corps d'écriture 14A et 14B sont amovibles.

[0036] Le chariot 16 s'étend selon la direction axiale X et présente une première portion 16A formant un premier logement recevant la première tête 14A, et plus particulièrement le réservoir d'encre 14A2 de la première tête 14A, une deuxième portion 16B formant un deuxième logement recevant la deuxième tête 14B, et plus particulièrement le réservoir d'encre 14B2 de la deuxième tête 14B, et une portion intermédiaire 16C disposée entre la première portion 16A et la deuxième portion 16B. On note que les réservoirs d'encre 14A2, 14B2 sont respectivement engagés à jeu radial dans les première et deuxième portions 16A et 16B de manière à ne pas brider les réservoirs 14A2, 14B2 selon la direction radiale, grâce à quoi les première et deuxième têtes 14A et 14B peuvent facilement se déplacer selon la direction radiale pour se laisser guider par les parois interne du carter 12 et s'aligner avec les orifices des première et deuxième extrémités distales 12A et 12B pour pouvoir passer en position d'utilisation.

[0037] Le chariot 16 présente également un ergot 17 faisant saillie radialement. La surface extérieure de la deuxième portion 16B du chariot 16 présente deux méplats 16BA s'étendant parallèlement à la direction axiale X. La deuxième portion 16B est engagée dans la fenêtre 12BAB4, les méplats 16BA coopérant par complémentarité de forme avec les rebords de la fenêtre 12BAB4 (i.e. avec le voile 12BAB3), grâce à quoi la deuxième partie de carter 12BA est couplée en rotation autour de la direction axiale X avec le chariot 16.

[0038] Le fût 18 s'étend selon la direction axiale X et présente la forme d'un manchon cylindrique creux. Le fût 18 reçoit le chariot 16 en coulissement selon la direction axiale X. Comme cela sera décrit ultérieurement, dans cet exemple le coulissement est un coulissement hélicoïdal, c'est-à-dire présentant un mouvement de translation selon la direction axiale X et un mouvement de rotation autour de la direction axiale X.

[0039] Le fût 18 présente une première portion 18A emmanchée dans la première partie de carter 12AA, et plus particulièrement dans cet exemple dans la deuxième portion 12AAB de la première partie de carter 12AA. Cette première portion 18A présente sur sa surface extérieure une pluralité de reliefs d'encliquetage 18AA, dans cet exemple des bossages de forme elliptique, pour assembler par encliquetage le fût 18 avec la première partie de carter 12AA. Plus précisément, dans cet exemple, les reliefs 18AA coopèrent par encliquetage avec les reliefs annulaires 12AAB2 de la deuxième portion 12AAB de la première partie de carter 12AA. Par ailleurs la première portion 18A est pourvue d'une nervure interne 18AB (voir figure 2A) pour coupler le fût 18 en rotation autour de la direction axiale X avec la première partie de carter 12AA, la nervure 18AB du fût 18 étant engagée dans la rainure 12AAB1 (voir figure 2B) de la première partie de carter 12AA.

[0040] Le fût 18 présente une deuxième portion 18B, adjacente à la première portion 18B, emmanchée dans la deuxième partie de carter 12BA, et plus particulièrement dans cet exemple dans la deuxième portion 12BAB de la deuxième partie de carter 12BA. La deuxième portion 18B présente une surface annulaire 18BA formant palier recevant en rotation autour de la direction axiale X la bague d'encliquetage 20 décrite ci-après. Par ailleurs, un épaulement 18BA d'une part et les reliefs 18BC ainsi que la butée 18BD d'autre part bloquent la bague 20 en translation axiale.

[0041] La bague 20 est de forme annulaire et présente une fente 20A s'étendant axialement sur toute la longueur axiale de la bague 20. Cette fente procure à la bague 20 une certaine élasticité, grâce à quoi on peut l'emmancher autour de la surface annulaire 18BA du fût 18. Par ailleurs, la bague 20 présente sur sa surface extérieure une pluralité de reliefs d'encliquetage 20B, dans cet exemple des bossages de forme elliptique, pour assembler la bague 20 avec la deuxième partie de carter 12BA. Plus précisément, dans cet exemple, les reliefs 20B coopèrent par encliquetage avec les reliefs annulaires 12BAB2 de la deuxième portion 12BAB de la deuxième partie de carter 12BA.

[0042] Ainsi, la deuxième partie de carter 12BA est montée sur le fût 18 par l'intermédiaire de la bague 20. La nervure 12BAB1 de la deuxième partie de carter 12BA est engagée dans la fente 20A de la bague 20, grâce à quoi la deuxième partie de carter 12BA et la bague 20 sont couplées en rotation autour de la direction axiale X. La deuxième partie de carter 12BA étant montée par encliquetage sur la bague 20, elle est donc bloquée en translation selon la direction axiale X vis-à-vis de la bague 20. Ainsi, la deuxième partie de carter 12BA étant couplée avec la bague 20, elle présente les mêmes degrés de liberté que la bague 20 vis- à-vis du fût 18. Par conséquent, la deuxième partie de fût 12BA est bloquée en translation selon la direction axiale X vis-à-vis du fût 18 tandis qu'elle est mobile en rotation autour de la direction axiale X par rapport au fût 18.

[0043] La butée 18BD du fût 18 coopère en butée selon la direction circonférentielle Z avec la saillie radiale 12BAB5 de la deuxième partie de carter 12BA. Ainsi, cette butée 18BD délimite une course circonférentielle C de rotation de la première partie de carter 12BA autour de la direction axiale X par rapport au fût 18. On note par ailleurs que les reliefs 18BC sont disposés de part et d'autre selon la direction circonférentielle Z du milieu de la course circonférentielle C, à équidistance du milieu. Ces reliefs 18BC forment deux rampes opposées selon la direction circonférentielle Z. Une découpe traversante 19 s'étend circonférentiellement le long des reliefs 18BC. Par ailleurs, l'épaisseur El de la paroi de la portion du fût 18 portant les reliefs 18BC est plus petite que l'épaisseur E2 du fût le long de la course C. La découpe 19 et l'épaisseur El procure une certaine élasticité permettant une déformation locale de la portion du fût 18 portant les reliefs 18BC, grâce à quoi la saillie 12BAB5 peut passer sur les reliefs BC en parcourant la course C. On note que la longueur circonférentielle de l'espace G séparant les reliefs 18BC est sensiblement égale (i.e. égale ou supérieure de maximum 10%) à l'étendue circonférentielle de la saillie 12BAB5. Ces reliefs 18BC forme ainsi un point dur lors du passage de la saillie 12BAB5 indiquant à l'utilisateur une position médiane. Ainsi, la saillie radiale 12BAB5 coopère avec la surface annulaire s'étendant entre les deux extrémités circonférentielles de la butée 18BD selon la course circonférentielle C.

[0044] La figure 3 est une vue en éclaté représentant, de manière transparente, uniquement la deuxième portion 12AAB de la première partie de carter 12AB et le fût 18. Ainsi, on peut voir un épaulement 12AAB3 (ou premier épaulement) de la deuxième portion 12AAB et un épaulement 18C (ou deuxième épaulement) du fût 18. Bien entendu, ces épaulements forment des surfaces d'appui perpendiculaires à la direction axiale X et orientés en vis-à-vis. Ainsi, lorsque la première partie de carter 12AA est assemblée avec le fût 18, une rainure formant chemin de came est formée entre l'épaulement 12AAB3 et l'épaulement 18C. Bien entendu, lors de l'assemblage de ces deux éléments, on intercale le chariot 16 de sorte que l'ergot 17 soit logé dans la rainure, entre les épaulements 12AAB3 et 18C. Par conséquent, l'ergot 17 du chariot 16 est guidé par le chemin de came. Le chariot 16 est ainsi mobile en rotation autour de la direction axiale X par rapport à la première partie de carter 12AA et au fût 18, cette rotation faisant translater le chariot 16 selon la direction axiale X grâce au chemin de came.

[0045] On note que chaque épaulement 12AAB3 et 18C, et par conséquent le chemin de came présente successivement, une première portion hélicoïdale PI, P'1 présentant un premier pas, une portion intermédiaire PI, P'I présentant un deuxième pas nul, et une deuxième portion hélicoïdale P3, P'3 présentant un troisième pas égal au premier pas. Par ailleurs, des portions finales P4, P'4 et P5, P'5 forment des extensions du chemin de came recevant l'ergot 17 pour éviter que l'utilisateur exerce une contrainte inutile sur ce dernier en fin de course du chemin de came lors du passage de la première tête 14A, respectivement de la deuxième tête 14B, depuis la position escamotée à la position d'utilisation.

[0046] Un premier ressort 22 est disposé dans la première partie de carter 12AA et coopère en appui d'une part avec la deuxième partie de carter 12AA, et plus spécifiquement dans cet exemple avec la première portion 12AAA de la première partie de carter 12AA, et d'autre part avec le chariot 16, et plus particulièrement dans cet exemple avec l'extrémité libre de la première portion 16A du chariot 16.

[0047] Un deuxième ressort 24 est disposé dans la deuxième partie de carter 12BA et coopère en appui d'une part avec la deuxième partie de carter 12BA, et plus spécifiquement dans cet exemple avec la première portion 12BAA de la deuxième partie de carter 12BA, et d'autre part avec le chariot 16, et plus particulièrement dans cet exemple avec l'extrémité libre de la deuxième portion 16B du chariot 16.

[0048] Nous allons maintenant décrire l'ordre d'assemblage des différents éléments. Tout d'abord, le chariot 16 est disposé axialement entre le fût 18 et la première partie de carter 12AA de sorte que l'ergot 17 soit disposé entre les deux épaulements 12AAB3 et 18, puis on assemble le fût 18 avec la première partie de carter 12AA formant ainsi une rainure formant chemin de came dans laquelle est disposé l'ergot 17. La bague 20 peut être montée sur le fût 18 avant ou après cette première opération. Ensuite, la deuxième partie de carter 12BA est assemblée au fût 18 par l'intermédiaire de la bague 20. On note qu'au cours des opérations précédentes, soit les premières portions 12AAA et 12BAA sont assemblées aux deuxièmes portions 12AAB et 12BAB, auquel cas les têtes 14A et 14B sont pré-assemblées au chariot 16 avant l'assemblage décrit ci-avant et durant lequel les ressorts 22 et 24 sont intercalés, soit les premières portions 12AAA et 12BAA ne sont pas assemblées aux deuxièmes portions 12AAB et 12BAB auquel cas les têtes 14A et 14B munies des ressort 22 et 24 sont assemblés ultérieurement au chariot 16 avant d'assembler les premières portions 12AAA et 12BAA aux deuxièmes portions 12AAB et 12BAB. [0049] Nous allons maintenant décrire la cinématique des différents éléments du dispositif manuel 10 lors du passage des têtes 14A et 14B depuis la position escamotée à la position d'utilisation, en référence aux figures 5A à 5C. Par soucis de clarté et de lisibilité seuls le chariot 16 et les têtes sont représentés sur les figures 5A à 5C au sein du carter 12.

[0050] La figure 5A correspond à la position représentée sur la figure 1, où les deux têtes 14A et 14B sont en position escamotée. Le chariot 16 est en position intermédiaire, l'ergot 17 étant dans la portion PI, P'I du chemin de came. Par ailleurs, la saillie radiale 12BAB5 de la deuxième partie de carter 12BA est disposée dans l'espace G entre les deux reliefs 18BC du fût 18.

[0051] Dans la figure 5B, la première partie de carter 12AA est tournée autour de la direction X par rapport à la deuxième partie de carter 12BA selon la flèche I. Le chariot 16 étant couplé en rotation avec la deuxième partie de carter 12BA, reste dans la même position angulaire que la deuxième partie de carter 12BA. La première partie de carter 12AA étant couplée en rotation avec le fut 18, ces deux éléments tournent ensemble. Ainsi, lors de la rotation de la première partie de carter 12AA, le chemin de came tourne par rapport au chariot 16, grâce à quoi l'ergot 17 est entraîné le long du chemin de came et se déplace axialement. Au cours du mouvement de rotation indiqué sur la figure 1, l'ergot 17 circule le long de la portion hélicoïdale PI, P'I et arrive dans la portion finale P4, P'4. Ainsi, le chariot 16 est déplacé axialement, entraînant la première et la deuxième tête 14A et 14B, la première tête 14A passant de la position escamotée à la position d'utilisation. On note que la deuxième tête 14B est également déplacée axialement, mais reste escamotée dans le carter 12. Au cours du mouvement de rotation de la première partie de carter 12AA par rapport à la deuxième partie de carter 12BA, la saillie radiale 12BAB5 de la deuxième partie de carter 12BA franchit un relief 18BC et circule le long de la course C pour arriver en butée contre la butée 18BD du fût 18.

[0052] Pour faire passer la première tête 14A de la position d'utilisation représentée sur la figure 5B à la position escamotée représentée sur la figure 5A, on fait un mouvement opposé, c'est-à-dire qu'on tourne la première partie de carter 12AA par rapport à la deuxième partie de carter 12BA selon un sens opposé à la flèche I. [0053] La figure 5C correspond au mouvement opposé à celui décrit en référence à la figure 5B, la première partie de carter 12AA étant tournée autour de la direction X par rapport à la deuxième partie de carter 12BA selon la flèche II opposée à la flèche I de la figure 5B. Ainsi, les mouvements sont strictement similaires à ceux décrits ci-avant en référence à la figure 5B, sauf que l'ergot 17 circule dans la portion hélicoïdale P3, P'3 pour arriver dans la portion finale P5, P'5 du chemin de came. Ainsi, au cours de ce mouvement, la configuration de départ étant celle représentée sur la figure 5A, la deuxième tête 14B passe de la position escamotée à la position d'utilisation tandis que la première tête 14A est déplacée au sein du carter 12 en restant escamotée.

[0054] Bien évidemment, pour ramener le dispositif manuel 10 de la configuration représentée sur la figure 5C à la configuration représentée sur la figure 5A, on procède au mouvement opposée, à savoir on fait tourner la première partie de carter 12AA par rapport à la deuxième partie de carter 12BA dans sens opposé à la flèche II.

[0055] Bien que la présente invention ait été décrite en se référant à des exemples de réalisation spécifiques, il est évident que des modifications et des changements peuvent être effectués sur ces exemples sans sortir de la portée générale de l'invention telle que définie par les revendications. En particulier, des caractéristiques individuelles des différents modes de réalisation illustrés/mentionnés peuvent être combinées dans des modes de réalisation additionnels. Par conséquent, la description et les dessins doivent être considérés dans un sens illustratif plutôt que restrictif.