Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MEDICAL DEVICE FOR EXTRUDING LIQUID OR PASTY SUBSTANCES
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2006/106215
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a medical device for extruding liquid or pasty substances, in particular a dental product, which is used for therapeutic treatment, in particular during dental surgical interventions and is characterised in that it is provided with a pistol-like body (1) comprising a longitudinal axis (X) and a piston (2) slidable therein, wherein said body (1) comprises a proximal end handle part (9), a distal end capsule-holder part (4) for receiving a capsule containing said liquid or pasty substances, an intermediate control ring part (6) movable from at least one first position in which the capsule-holder (4) is pivotally fixed to the control ring (6) to at least one second position, in which the capsule-holder (4) is disconnectable from said control ring (6).

Inventors:
Bourgin, Florent (Route du Val, Pointvillers, F-25440, FR)
Lucas, Philippe (104 boulevard Georges Pompidou, Bordeaux, Bordeaux, F-33000, FR)
Lesage, Patrick (9 rue Constantine, Saint-Malo, Saint-Malo, F-33400, FR)
Application Number:
PCT/FR2006/000710
Publication Date:
October 12, 2006
Filing Date:
March 31, 2006
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Produits, Dentaires Pierre Rolland (Zone industrielle du Phare, 17 avenue Gustave Eiffel, Merignac, F-33700, FR)
Bourgin, Florent (Route du Val, Pointvillers, F-25440, FR)
Lucas, Philippe (104 boulevard Georges Pompidou, Bordeaux, Bordeaux, F-33000, FR)
Lesage, Patrick (9 rue Constantine, Saint-Malo, Saint-Malo, F-33400, FR)
International Classes:
A61C5/06; A61C9/00
Foreign References:
US6116902A2000-09-12
US4472141A1984-09-18
US5860739A1999-01-19
US6047864A2000-04-11
Attorney, Agent or Firm:
Lamoureux, Bernard (Cabinet Guiu & Bruder, 68 rue d'Hauteville, Paris, F-75010, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Dispositif médical d'extrusion de matières liquides ou pâteuses, notamment d'un produit dentaire, utilisable lors d'une opération de traitement thérapeutique, en particulier lors d'une opération de chirurgie dentaire, caractérisé en ce qu'il comporte un corps (1) en forme de pistolet possédant un axe longitudinal (X) et un piston (2) pouvant coulisser à l'intérieur de celuici, ledit corps (1) comprenant : une partie d'extrémité proximale (9), dite « poignée », comportant notamment une zone de préhension (10) , ladite poignée (9) étant connectable à des moyens moteurs aptes à fournir l'énergie nécessaire au déplacement en translation longitudinale du piston (2) , une partie d'extrémité distale (4), dite « élément portecapsule », de forme allongée apte à loger une capsule (3A) contenant lesdites matières liquides ou pâteuses, ladite capsule (3A) étant prolongée d'une canule (3B) , formant ainsi un ensemble capsulecanule (3), une partie intermédiaire (6) , dite « bague de commande », solidaire à l'une de ses extrémités de la poignée (9) et connectable à son autre extrémité à l'élément portecapsule (4), ladite bague de commande (6) possédant au moins une première position, dite position de travail, dans laquelle l'élément portecapsule (4) est fixé de manière pivotante à la bague de commande (6) et au moins une seconde position, dite position de démontage, dans laquelle l'élément portecapsule (4) peut être désolidarisé de la bague de commande (6) . Dispositif selon la revendication 1, caractérisé en ce que, dans la position dite de travail, l'élément portecapsule (4) est apte à pivoter d'un angle α autour de l'axe (X), l'angle α étant compris entre 0 et 360°. Dispositif selon la revendication 2, caractérisé en ce que, dans la position dite de travail, l'élément portecapsule (4) est apte à pivoter d'un angle de 360° autour de l'axe (X) .
2. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que l'ensemble capsulecanule (3) est comprimé entre une extrémité distale du piston (2) et la face d'extrémité libre (5) percée de l'élément portecapsule (4), la partie tubulaire effilée de la canule (3B) dépassant de ladite face (5) . 5 Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il comporte des moyens de transmission (11,12) disposés à l'intérieur de la poignée (9), au niveau de la zone de préhension (10), lesdits moyens de transmission (11,12) étant aptes à être connectés aux moyens moteurs et à fournir un couple de rotation à une pièce cylindrique creuse (14) creuse logeant au moins partiellement le piston (2) et solidaire au moins temporairement de ce dernier.
3. Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que les moyens de transmission (11,12) consistent en un arbre cylindrique (11) relié de façon fixe à un réducteur (12), ce réducteur (12) possédant, à son extrémité libre, une roue dentée conique (13) de manière à transmettre une vitesse de rotation réduite à la pièce cylindrique (14) par l'intermédiaire d'une collerette conique formée le long de la paroi périphérique de ladite pièce cylindrique (14).
4. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 5 ou 6, caractérisé en ce que le piston (14) comporte, sur au moins une partie de sa longueur, une zone filetée (15) , susceptible de repousser partiellement une ou plusieurs billes (16) à l'intérieur des cavités séparant chacun des filets de la zone (15) , en particulier dans la position dite de travail, et en ce que lesdites billes (16) sont logées partiellement dans des trous traversant (17) formés à la périphérie de la pièce cylindrique (14) .
5. Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce qu'il comporte un élément d' actionnement (18) apte, dans la position dite de travail ou embrayée, à repousser les billes (16) à l'intérieur des cavités du filetage (15), solidarisant ainsi la pièce (14) au piston (2) , et, dans une position dite de repos ou débrayée, à libérer un espace radial externe autour de la zone annulaire de la pièce (14) logeant lesdites billes (16), provoquant le retrait de ces dernières des cavités du filetage (15) et, de ce fait, désolidarisant le piston (2) de la pièce (14 ). 9 Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que l'élément d' actionnement (18) se présente sous la forme d'une pièce tubulaire formée d'une première partie cylindrique (18A) possédant un diamètre interne sensiblement égal au diamètre externe de la pièce cylindrique (14) et d'une deuxième partie cylindrique (18B) possédant un diamètre interne légèrement supérieur au diamètre externe de la pièce cylindrique (14) . 10 Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il comporte des moyens de blocage (19) , empêchant la rotation du piston (2) . 11 Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que les moyens de blocage (19) sont disposés à l'intérieur d'une cavité (20) formée à l'extrémité de la poignée (9) et consistent en un élément de retenue (21) exerçant un effort de compression sur une couronne (22) solidaire du piston (2) du fait de la poussée axiale exercée par un ressort hélicoïdal (23) disposé autour de l'axe du piston (2) entre la face libre dudit élément de retenue (21) et le fond de la cavité (20) . 12 Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que l'élément de retenue (21) comporte des dents (24) sur sa face d'extrémité axiale destinée à venir en contact avec la couronne (22), les dents (24) venant s'encastrer à l'intérieur de creux (25) formés sur la face d'extrémité opposée de la couronne (22), les creux (25) possédant une forme sensiblement complémentaire de celle des dents (25) . 13 Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que le ressort hélicoïdal (23) est configuré pour que, lorsque le couple résistant exercé par la couronne (22) sur l'élément de retenue (21) dépasse une valeur limite définie au préalable, les dents (24) de l'élément de retenue (21) quittent leur creux (25) respectifs . 14 Dispositif selon l'une quelconque des revendications 8 à 13, caractérisé en ce que la bague de commande (6) permet de passer alternativement de la position embrayée à la position débrayée et/ou à la position dite de démontage par simple rotation d'une bague externe (7) . 15 Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce qu'il comporte un élément de montage (26) définissant un ou plusieurs profils de came, destinés à coopérer avec une ou plusieurs goupilles (29) solidaires de l'élément d' actionnement (18), lesdites goupilles (29) étant disposées de manière sensiblement radiale par rapport à l'axe du piston 2 et en saillie par rapport à la paroi périphérique dudit élément de montage (26) de manière à induire un déplacement longitudinal de l'élément d' actionnement (18). 16 Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que la bague (7) comporte une ou plusieurs rainures (30) le long de sa paroi interne de manière à loger au moins partiellement les goupilles (29) au cours de leur déplacement. 17 Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que des systèmes d'indexation (31) intégrés à la bague (7) permettent de faciliter le positionnement angulaire de ladite bague (7), notamment dans les positions embrayée, débrayée et de démontage du dispositif. 18 Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que les systèmes d'indexation (31) consistent en des vis à bille disposées sur la paroi interne de la bague (7) en visàvis d'une paroi d'extrémité de l'élément de montage (26), les billes pouvant se positionner à l'intérieur de légers creux (32) formés sur ladite paroi d'extrémité, chacun des creux (32) marquant une position particulière du dispositif. 19 Dispositif selon l'une quelconque des revendications 15 à 18, caractérisé en ce que l'élément de montage (26) comporte à son extrémité distale une partie mâle de verrouillage (33) apte à coopérer avec une partie femelle de verrouillage (34) formée à l'extrémité proximale de l'élément portecapsule (4) de manière à assurer la fixation amovible de l'élément portecapsule (4) sur l'élément de montage (26) selon les principes d'un montage à baïonnette. 20 Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que la partie femelle (34) présente un profil externe spécifique correspondant sensiblement au profil d'une ouverture (39) formée sur la face d'extrémité distale de la bague (7) de manière à permettre un montage à baïonnette entre la bague (7) et l'élément portecapsule (4) .
Description:
DISPOSITIF MEDICAL D' EXTRUSION DE MATIERES LIQUIDES OU

PATEUSES

L'invention concerne un dispositif médical d'extrusion de matières liquides ou pâteuses, notamment d'un produit dentaire, utilisable lors d'une opération de traitement thérapeutique, en particulier lors d'une opération de chirurgie dentaire.

Des dispositifs médicaux d'extrusion sous forme de seringues actionnées manuellement sont bien connus dans l'art antérieur.

Il est notamment décrit dans le brevet FR 2 757 429 un dispositif d'extrusion d'une pâte dentaire comportant un corps en forme de pistolet, ledit corps comprenant une poignée munie d'une gâchette, ladite gâchette permettant d'agir indirectement sur la tige d'un piston introduit à l'intérieur du corps de manière à déplacer le piston longitudinalement en direction d'une capsule remplie de ladite pâte dentaire, la capsule étant positionnée dans un logement formé dans une partie allongée d'extrémité du corps. Le piston, en se déplaçant longitudinalement, agit sur un fond amovible prévu à l'une des extrémités de la capsule, ce qui a pour effet de comprimer la pâte dentaire contenue à l'intérieur de celle-ci, laquelle est alors expulsée par extrusion à travers une aiguille ou une canule disposée à l'autre extrémité de la capsule.

Ce type de seringue à actionnement manuel présente toutefois l'inconvénient de requérir des efforts importants de la part du praticien pour aboutir à une expulsion à la fois régulière et continue de la pâte. Ce dernier est donc contraint d'utiliser ses deux mains lors de son maniement, une main dirigeant l'extrémité allongée de la seringue, l'autre appuyant sur la gâchette. Par ailleurs, la forte pression que le praticien est contraint d'exercer sur la gâchette l'empêche d'assurer un contrôle précis du positionnement de la canule. Ainsi, lors d'une intervention délicate, notamment du fait de la difficulté d'accès d'une dent à traiter, le praticien est souvent obligé d'opérer des mouvements complexes avec son bras porteur, ce qui, à

la fois, l'handicape fortement lors du maniement de la seringue et accroît inutilement la pénibilité de sa tâche. Le risque d'erreur de manipulation s'en trouve donc accru.

L'invention vise à éliminer, ou tout au moins à minimiser, les inconvénients de cet art antérieur en proposant un dispositif médical d'extrusion de matières liquides ou pâteuses ne requérant quasiment aucun effort de la part du praticien et lui permettant de ce fait de se concentrer sur le positionnement précis de la canule en cours d'opération.

A cet égard, et conformément à l'invention, il est proposé un dispositif médical d'extrusion de matières liquides ou pâteuses, notamment d'un produit dentaire, utilisable lors d'une opération de traitement thérapeutique, en particulier lors d'une opération de chirurgie dentaire ; ledit dispositif étant remarquable en ce qu'il comporte un corps en forme de pistolet possédant un axe longitudinal et un piston pouvant coulisser à l'intérieur de celui-ci, ledit corps comprenant : - une partie d'extrémité proximale, dite « poignée », comportant notamment une zone de préhension, ladite partie proximale étant connectable à des moyens moteurs aptes à fournir l'énergie nécessaire au déplacement en translation longitudinale dudit piston,

- une partie d'extrémité distale, dite « élément porte-capsule », de forme allongée apte à loger une capsule contenant lesdites matières liquides ou pâteuses, ladite capsule étant prolongée d'une canule, formant ainsi un ensemble capsule-canule,

- une partie intermédiaire, dite « bague de commande », solidaire à une de ses extrémités de la poignée et connectable à son autre extrémité à l'élément porte-capsule, ladite bague de commande possédant au moins une première position, dite position de travail, dans laquelle l'élément porte- capsule est fixé de manière pivotante à la bague de commande et au moins une deuxième position, dite

position de démontage, dans laquelle l'élément porte- capsule peut être désolidarisé de la bague de commande .

Ainsi configuré, le dispositif de l'invention permettra, d'une part, d'assurer le déplacement motorisé du piston, réduisant ainsi l'effort à fournir par l'opérateur, et, d'autre part, de faciliter l'orientation de la canule, du fait de la possibilité de faire tourner l'élément porte- capsule indépendamment du reste du corps, entraînant par là-même l'ensemble capsule-canule logé à l'intérieur.

D'autres avantages et caractéristiques ressortiront mieux de la description qui va suivre d'un dispositif d'extrusion conforme à l'invention, en référence aux dessins sur lesquels : - la figure 1 est une vue en perspective d'une variante de réalisation d'un dispositif d'extrusion selon l'invention, la figure 2 est une vue de profil en coupe longitudinale médiane du dispositif de la figure 1, la figure 2A est une vue agrandie en perspective du système d' embrayage/débrayage manuel du piston du dispositif de la figure 2, - la figure 2B est une vue agrandie en perspective du système de débrayage automatique du piston du dispositif de la figure 2, la figure 2C est une vue agrandie en perspective de la seule bague de commande du dispositif de la figure 2.

La figure 2D est une vue agrandie en perspective du système de fixation de l'élément porte-capsule sur la bague de commande du dispositif de la figure 2.

En référence à la figure 1, il est représenté en perspective un dispositif d'extrusion de matières liquides

ou pâteuses conforme à l'invention.

Ce dispositif est constitué pour l'essentiel d'un corps 1 en forme de pistolet possédant un axe longitudinal X, d'un piston 2 coulissant à l'intérieur du corps 1 et d'une capsule 3A disposée à l'intérieur d'un logement formé dans une partie d'extrémité distale 4 du corps 1, dit élément porte-capsule, de forme allongée, la capsule 3A étant prolongée d'une canule 3B de manière à former un ensemble capsule-canule 3. L'ensemble capsule- canule 3 est, dans la position représentée à la figure 1, correspondant à la position de travail du dispositif, comprimé entre une extrémité distale du piston 2 et la face d'extrémité 5 percée de l'élément porte-capsule 4, la partie tubulaire effilée de la canule 3B dépassant de la face 5.

La canule 3B sera avantageusement formée dans un matériau suffisamment souple et résistant pour permettre, sans cassure, sa flexion dans n'importe quelle direction et selon une amplitude relativement grande . Cette flexion s'avère en effet nécessaire dans le cas d'opérations, notamment chirurgicales, où les zones à traiter peuvent se situer dans des endroits relativement inaccessibles de la bouche, par exemple derrière une dent, et nécessitent de ce fait un instrument courbe pour les atteindre. De façon à éviter de changer l'orientation de l'ensemble du dispositif lorsque plusieurs zones sont à traiter lors d'une même ' opération chirurgicale ou de modifier à nouveau la courbure de la canule 3B, ce qui aurait pour conséquence de fragiliser exagérément celle-ci, avec un risque non négligeable de cassure, il est prévu de monter l'élément porte-capsule 4 de manière pivotante par rapport au reste du corps 1. En particulier, dans une position dite de travail, l'élément porte-capsule 4 sera apte à pivoter d'un angle α autour de l'axe X, l'angle α étant compris entre 0 et 360°, et, de préférence, égal à 360°. Ainsi, lors du fonctionnement du dispositif, la pression exercée par le piston 2 sur l'ensemble capsule- canule 3 étant suffisamment forte pour solidariser

temporairement l'ensemble capsule-canule 3 de l'élément porte-capsule 4, la rotation de l'élément porte-capsule 4 entraîne une rotation concomitante de l'ensemble capsule- canule 3 et permet, ce cette façon, de conférer une nouvelle orientation à la canule 3B.

Le corps 1 comporte en outre une partie intermédiaire 6, dite bague de commande, sur laquelle vient se fixer de manière amovible l'élément porte-capsule 4. Cette partie intermédiaire 6 se présente extérieurement sous la forme d'une bague 7 tronconique . Ladite bague 7 pourra ainsi pivoter autour de son axe depuis une position angulaire initiale, correspondant à une position dite de démontage, dans laquelle il est possible de désolidariser l'élément porte-capsule 4 du reste du corps 1, jusqu'à une position angulaire finale, dite position de travail, dans laquelle l'élément porte-capsule 4 est fixé de manière pivotante au reste du corps 1, le piston 2 étant mu en translation longitudinale en direction de la capsule 3, selon une direction sensiblement parallèle à celle de l'axe de la bague 7. A cet effet, il sera avantageux de prévoir plusieurs nervures ou rainures 8 axiales le long de la surface externe de ladite bague 7, de manière à faciliter sa préhension.

Le corps 1 comporte par ailleurs une partie d'extrémité proximale 9, dite poignée, fixée de manière solidaire à une de ses extrémités à la partie intermédiaire 6, cette partie 9 définissant dans une zone inférieure 10, dirigée de manière sensiblement orthogonale au reste du corps 1, un moyen de préhension pouvant être saisi par la main du praticien. A l'extrémité inférieure de cette zone de préhension 10, on pourra en outre raccorder des moyens moteurs (non représentés) aptes à fournir une énergie motrice de rotation. Ces moyens moteurs pourront en particulier fonctionner à l'aide d'une source d'énergie électrique, hydraulique ou pneumatique.

En référence à la figure 2, il est représenté une vue de profil et en coupe longitudinale médiane du dispositif de la figure 1. On peut ainsi observer le détail du

mécanisme d'entraînement du piston 2, permettant à ce dernier de coulisser à l'intérieur du corps 1. Ce mécanisme se compose tout d'abord d'un moyen de transmission, constitué essentiellement d'un arbre cylindrique 11, apte à se connecter aux moyens moteurs externes de manière à fournir un couple moteur à un réducteur 12 solidaire dudit arbre 11. Ce réducteur 12, connu de l'homme du métier, permet ainsi de diminuer de façon importante la vitesse de rotation transmise par les moyens moteurs externes. Cette diminution s'avère nécessaire étant donné l'application spécifique envisagée, nécessitant de fournir une énergie au piston 2 proportionnelle à la résistance en compression des matières contenues dans la capsule 3A et au débit d'éjection à la sortie de la canule 3B. A cet égard, il sera avantageux d'appliquer une vitesse de rotation à la sortie des moyens moteurs externes d'environ 20000 tours/min et de réduire cette vitesse de rotation à la sortie du réducteur 12 à environ 20 tours/min. A son extrémité libre, le réducteur 12 possède une roue dentée conique 13 , cette roue dentée 1 transmettant le couple moteur à une pièce cylindrique creuse 14 par l'intermédiaire d'une collerette conique formée le long de la paroi de ladite pièce cylindrique 14, dans une zone proche de l'une de ses extrémités. La pièce 14 possédera en particulier un diamètre interne permettant le coulissement du piston 2 à l'intérieur de la pièce 14. Dans une variante de réalisation avantageuse de l'invention, le diamètre interne de la pièce 14 sera choisi de manière à être tout juste supérieur au diamètre externe du piston 2. De manière à convertir ensuite le mouvement de rotation de la pièce 4 en mouvement de translation longitudinal du piston 2, la demanderesse a eu l'idée d'adapter le principe d'un système vis/écrou traditionnel. Dans le montage particulier représenté à la figure 2 et détaillé à la figure 2A, le piston 14 comporte, sur une partie de sa longueur, une zone filetée 15, cette zone 15 étant susceptible de loger partiellement une ou plusieurs billes 16 à l'intérieur de cavités séparant chacun des

filets de la zone 15 dans une position dite de travail du dispositif . Ces billes 16 seront en outre logées partiellement dans des trous traversants 17 formés à la périphérie de la pièce 14 sur une zone annulaire située dans la moitié supérieure de cette dernière. Pour conférer au dispositif de l'invention au moins deux positions de fonctionnement, l'une dite de travail ou d'embrayage, dans laquelle le piston 2 se déplace à l'intérieur du corps 1 du dispositif, et l'autre dite de repos ou de débrayage, dans laquelle le piston 2 est immobile à l'intérieur du corps 1, on utilise un élément d' actionnement 18 apte, dans la position dite de travail, à repousser les billes 16 à l'intérieur des cavités du filetage 15, solidarisant ainsi la pièce 14 au piston 2 et, dans la position dite de repos, à libérer un espace radial externe autour de la zone annulaire de la pièce 14 logeant lesdites billes 16, provoquant le retrait des billes 16 des cavités du filetage 15 et, de ce fait, désolidarisant le piston 2 de la pièce 14. Dans la variante représentée, cet élément d' actionnement 18 se présente sous la forme d'une pièce tubulaire formée d'une première partie cylindrique 18A possédant un diamètre interne sensiblement égal au diamètre externe de la pièce 14 et d'une deuxième partie cylindrique 18B possédant un diamètre interne légèrement supérieur au diamètre externe de la pièce 14. Dans la position représentée sur la figure 2A, dite position débrayée ou de repos, les billes 17 viennent se loger partiellement à l'intérieur de l'espace libre existant entre la paroi externe de la pièce 14 et la paroi interne de la partie cylindrique 18B de l'élément d' actionnement 18. Pour faciliter le passage de la position dite de travail à la position dite de repos, il sera avantageux de prévoir un profil interne de transition entre les parties cylindriques 18A ou 18B de préférence courbe ou incliné.

La solidarisation du piston 2 à la pièce 14 ne permettant que la simple transmission d'un mouvement de rotation au piston 2, il a été prévu d'équiper le

dispositif de l'invention de moyens de blocage 19, ces moyens de blocage 19 empêchant la rotation du piston 2. Selon le principe connu du système vis-écrou, le couple de rotation appliqué au piston 2 par l'intermédiaire de la pièce 14 se traduit donc, dans ce cas, en un mouvement de translation longitudinale du piston 2.

En référence à la figure 2B, il est représenté une variante de réalisation avantageuse pour les moyens de blocage 19. Dans cette configuration, ces moyens de blocage 19 sont disposés à l'intérieur d'une cavité 20 sensiblement cylindrique formée à l'extrémité de la poignée 9 du corps 1, dans le prolongement de la pièce 14 de manière à définir sensiblement le même axe. Ces moyens de blocage 19 consistent en un élément de retenue 21 exerçant un effort de compression sur une couronne 22 solidaire en rotation de l'axe du piston 2 du fait de la poussée axiale exercée par un ressort de compression 23 disposé autour de l'axe du piston 2 entre la face libre de l'élément de retenue 21 et le fond de la cavité 20. L'élément de retenue 21 comportera de manière avantageuse des dents 24 sur sa face d'extrémité axiale destinées à venir au contact de la couronne 22, ces dents 24 venant s'encastrer à l'intérieur de creux 25 de forme sensiblement complémentaire de celle des dents 24 et qui sont formés sur la face d'extrémité opposée de ladite couronne 22. Ainsi, lorsque la résistance au déplacement en translation longitudinale du piston 2 s'accroît, notamment dans le cas où l'extrémité distale du piston 2 atteint le fond de la capsule 3A, l'élément de retenue 21 est soumis à un couple résistant plus important de la part de la couronne 22, ce couple tendant à entraîner celle-ci malgré l'effort de compression appliqué par l'élément de retenue 21. Lorsque le couple résistant devient trop important et dépasse une valeur limite définie au préalable, les dents 24 de l'élément de retenue 21 quittent leurs creux respectifs 25 : le dispositif est passé en position débrayée. Dans cette position, le piston 2 tourne librement autour de son axe et n'avance plus longitudinalement à l'intérieur du corps 1 du dispositif. Ce débrayage

automatique permet notamment d'éviter de briser la capsule 3A une fois que le piston 2 a expulsé son contenu en totalité. La valeur limite du couple résistant à partir de laquelle s'opère ce débrayage automatique sera donc calculé pour obtenir ce résultat. Il suffira ensuite, en fonction de la valeur limite à obtenir, de choisir le ressort de compression adapté, c'est-à-dire possédant une constante de compression adéquate.

En référence à la figure 2C, il est représenté une variante de réalisation avantageuse de la bague de commande 6 du dispositif de l'invention. Cette bague de commande 6 permettra notamment de passer alternativement de la position embrayée à la position débrayée, tel que vu précédemment, par simple rotation de la bague externe 7 autour de son axe. Par ailleurs, dans la variante représentée, cette bague de commande 6 permettra également de désolidariser l'élément porte-capsule 4 du reste du corps 1, dans une position dite de démontage. A cet effet, la bague de commande 6 comportera une bague externe 7, de forme cylindrique, voire légèrement conique, à l'intérieur de laquelle sera logé un élément de montage 26. Cet élément de montage 26 comportera notamment à son extrémité proximale un pas de vis 27 permettant sa fixation à la poignée 9 du dispositif. Il va de soi que tout autre moyen de fixation conventionnel pourra être utilisé à ce niveau sans sortir du cadre de l'invention.

Sur une partie intermédiaire cylindrique disposée à l'intérieur de la bague externe 7, l'élément de montage 26 possédera également une ou plusieurs ouvertures 28 définissant un ou plusieurs profils de came, lesdits profils étant destinés à coopérer avec une ou plusieurs goupilles 29, disposées de manière sensiblement radiale par rapport à l'axe du piston 2 et en saillie par rapport à la paroi externe de ladite partie intermédiaire, de manière à provoquer un déplacement sensiblement hélicoïdal desdites goupilles 29. En solidarisant les goupilles 29 à l'élément d' actionnement 18, il est possible de provoquer le passage de la position embrayée à la position débrayée ou

inversement selon le sens de déplacement des goupilles 29. Ce déplacement sera en particulier provoqué par la rotation de la bague externe 7, laquelle comportera avantageusement une ou plusieurs rainures 30 sur sa paroi interne de manière à loger au moins partiellement lesdites goupilles 29 au cours de leur déplacement hélicoïdal.

Par ailleurs, de manière à faciliter le positionnement angulaire de la bague externe 7, et notamment pour placer le dispositif de l'invention dans sa position embrayée ou débrayée et/ou dans la position dite de démontage de l'élément porte-capsule 4, il pourra être avantageux de prévoir un système d'indexation 31 fonctionnant sur le principe d'une bille repoussée par un ressort par exemple. Ces systèmes d'indexation 31 seront disposés sur la paroi interne de la bague 7, en vis-à-vis d'une paroi d'extrémité de la partie intermédiaire de l'élément de montage 26, les billes pouvant alors se positionner à l'intérieur de légers creux 32 formés sur ladite paroi d'extrémité, chacun des creux 32 marquant une position spécifique du dispositif de l'invention. Il sera ainsi envisageable de prévoir deux ou trois creux 32, correspondant respectivement aux positions débrayée, embrayée et de démontage du dispositif de l'invention.

Tel que représenté sur la figure 2D, l'élément de montage 26 comportera par ailleurs à son extrémité distaie une partie mâle de verrouillage 33 apte à coopérer avec une partie femelle de verrouillage 34 formée à l'extrémité proximale de l'élément porte-capsule 4 de manière à assurer la fixation amovible de l'élément porte-capsule 4 sur l'élément de montage 26 selon les principes d'un montage à baïonnette .

Ladite partie mâle 33 comportera notamment deux sections semi-cylindriques 35 de diamètre D séparées par deux méplats 36 sensiblement parallèles séparés d'une distance d. Le diamètre D sera notamment choisi pour être sensiblement égal, voire légèrement inférieur, au diamètre interne d'une première cavité cylindrique 36 de la partie femelle 34, ladite cavité 36 s 'étendant sur une longueur

suffisante pour loger entièrement ladite partie mâle 33 dans la position verrouillée ou montée de l'élément porte- capsule 4. Ainsi, dans cette position montée, l'élément porte-capsule 4 sera libre de pivoter autour de l'élément de montage 26. Par ailleurs, la partie femelle 34 comportera une deuxième cavité 37, ladite cavité 37 possédant avantageusement un profil de section droite sensiblement similaire, voire légèrement plus grand, à celui de la section droite de la partie mâle 33, permettant ainsi le coulissement de la partie mâle 33 à l'intérieur de la cavité 37, uniquement dans le cas où les parties mâles et femelles 33 et 34 sont correctement positionnées l'une par rapport à l'autre. Toutefois, étant donné que l'élément porte-capsule 4 tourne librement autour de l'élément de montage 26, un risque existe que la partie mâle 33 ne vienne inopinément coulisser à l'intérieur de la cavité 37 au cours du fonctionnement du dispositif de l'invention, provoquant par là-même la désolidarisation de l'élément porte-capsule 4 du reste du corps 1. Afin de remédier à ce problème, on a aménagé un autre montage de type à baïonnette entre la bague externe 7 et l'élément porte- capsule 4. A cet effet, la partie femelle 34 comportera un profil externe spécifique, lequel présentera avantageusement une ou plusieurs formes en saillies 38, ledit profil correspondant sensiblement au profil d'une ouverture 39 formée sur la face d'extrémité distaie de la bague 7.

Ainsi, lors du montage de l'élément porte-capsule 4 sur le reste du corps 1, on introduira d'abord la partie femelle 34 dudit élément porte-capsule 4 à l'intérieur de l'ouverture 39 de la bague 7, en faisant coïncider leur profil ' externe et interne respectifs et on opérera une rotation de ladite bague 7 et/ou dudit élément porte- capsule 4 de manière à verrouiller l'élément porte-capsule 4 sur ladite bague 7. Cette opération ne pourra toutefois se faire que si la partie mâle 33 de l'élément de montage 26 est correctement orientée par rapport à la partie femelle 34 dudit élément porte-capsule 4, c'est-à-dire si

la bague 7 est dans sa position dite de démontage. Lors de la mise en position de travail du dispositif de l'invention, on effectuera ainsi une rotation de la bague 7 jusqu'à atteindre la position dite embrayée, permettant ainsi au piston 2 de se déplacer longitudinalement à l'intérieur du corps 1 du dispositif. Cette rotation entraînant la rotation concomitante de l'élément de montage 26, il sera alors impossible de désolidariser l'élément porte-capsule 4 du reste du corps 1. Enfin, il va de soi que la forme de réalisation avantageuse du dispositif de l'invention n'est nullement limitative, d'autres modifications ou ajouts pouvant être envisagés sans sortir du cadre de l'invention.