Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR ADDING A HYDRAULIC MACHINE TO A MACHINE COMPRISING A PRIMARY TRANSMISSION
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2020/245544
Kind Code:
A1
Abstract:
Method for integrating a hydraulic machine in a machine, in which (E1) the gearbox (30), the primary motor (10) and the oil pan (20) are separated, (E2) the bearing surface of the oil pan (20) is machined, (E3) a fastening segment (70) is positioned in bearing contact with the oil pan (20), said segment comprising a primary portion (72) filling the machined volume of the oil pan (20), and a secondary portion (74) projecting from the oil pan (20), (E4) the gearbox (30) is secured to the primary motor (10) and to the oil pan (20), the fastening segment (70) being interposed between the oil pan (20) and the gearbox (30), (E5) a hydraulic machine is positioned with respect to the secondary portion (74), a shaft of the hydraulic machine being centred with respect to a drilling (76) of the secondary portion (74).

Inventors:
LELAY FRANÇOIS-XAVIER (FR)
LE MOING CYRIL (FR)
Application Number:
FR2020/050951
Publication Date:
December 10, 2020
Filing Date:
June 03, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
POCLAIN HYDRAULICS IND (FR)
International Classes:
B60K25/06; B60K5/04; B60K17/08; B60K17/16; B60K17/356
Domestic Patent References:
WO2016124833A12016-08-11
Foreign References:
FR2996177A12014-04-04
FR3020324A12015-10-30
FR3010758A12015-03-20
Attorney, Agent or Firm:
GILBEY, Vincent et al. (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

[Revendication 1] Procédé d'intégration d'une machine hydraulique (80) sur un engin comprenant une boite de vitesse (30) couplée à un embrayage (35), un différentiel (40), un moteur primaire (10) et un carter d'huile (20) associé au moteur primaire (10), la boite de vitesse (30) étant solidarisée au moteur primaire (10) et au carter d'huile (20) selon un plan d'appui formé entre une surface d'appui d'un carter de boite de vitesse (30) d'une part, et une surface d'appui d'un carter du moteur primaire (10) et une surface d'appui du carter d'huile (20) d'autre part, dans lequel on réalise successivement les étapes suivantes :

a- (El) on sépare le carter d'huile (20) de la boite de vitesse (30) et du moteur primaire (10),

b- (E2) on usine la surface d'appui du carter d'huile (20), de manière à définir un volume usiné,

c- (E3) on solidarise la boite de vitesse (10) au moteur primaire (20), et on positionne un segment de fixation (70) en appui sur la boite de vitesse (30), ledit segment de fixation (70) comprenant une portion primaire (72) positionnée de manière à occuper l'emplacement du volume usiné de la surface d'appui du carter d'huile (20) et une portion secondaire (74) dimensionnée de manière à faire saillie du carter d'huile (20) et présentant un perçage (76),

d- (E4) on solidarise le carter d'huile (20) à la boite de vitesse (10) et au moteur primaire (20), le segment de fixation (70) étant interposé entre le carter d'huile (20) et la boite de vitesse (10) et occupant le volume usiné de la surface d'appui du carter d'huile (20),

e- (E5) on positionne une machine hydraulique (80) par rapport à la portion secondaire (74) du segment de fixation (70), un arbre de la machine hydraulique étant centré par rapport au perçage (76) de la portion secondaire (74) du segment de fixation (70).

[Revendication 2] Procédé selon la revendication 1, dans lequel l'usinage (E2) de la surface d'appui du carter d'huile (20) est réalisé de manière à ce que la portion primaire (72) du segment de fixation (70) forme un appui plan avec la boite de vitesse (30) d'une part, et avec le carter d'huile (20) d'autre part.

[Revendication 3] Procédé selon l'une des revendications 1 ou 2, dans

lequel la portion primaire (72) du segment de fixation (70) reproduit le volume usiné dans la surface d'appui du carter d'huile (20).

[Revendication 4] Procédé selon l'une des revendications 1 à 3, dans lequel le segment de fixation (70) comprend un logement (78) adapté pour coopérer avec un pion de centrage de manière à permettre un centrage du segment de fixation (70) par rapport à la boite de vitesse (30) et au carter d'huile (20) lors du positionnement (E3) du segment de fixation (70).

[Revendication 5] Procédé selon la revendication 4, dans lequel lors du

positionnement (E3) du segment de fixation (70), le logement (78) du segment de fixation (70) coopère avec un pion de centrage s'étendant depuis la boite de vitesse (30) ou depuis le carter d'huile (20).

[Revendication 6] Procédé selon l'une des revendications 1 à 5, dans lequel lors du positionnement (E5) de la machine hydraulique (80) par rapport à la portion secondaire (74) du segment de fixation (70), on positionne un manchon de centrage (90) dans un perçage (76) du segment de fixation (70), ledit manchon de centrage (90) faisant saillie de part et d'autre du segment de fixation (70), et on emmanche un carter du différentiel (40) et un carter de la machine hydraulique (80) sur le manchon de centrage (90) de part et d'autre du segment de fixation (70).

[Revendication 7] Procédé selon la revendication 6, dans lequel on

positionne un segment (100) dans le manchon de centrage (90), ledit segment (100) étant configuré de manière à coupler en rotation une cage du différentiel (40), et un arbre (82) de la machine hydraulique (80).

[Revendication 8] Véhicule comprenant une boite de vitesse (30) couplée à un embrayage (35), un différentiel (40), un moteur primaire (10) et un carter d'huile (20), dans lequel la boite de vitesse (30) et solidarisée au moteur primaire (10) et au carter d'huile (20),

ledit véhicule étant caractérisé en ce qu'il comprend en outre

- un segment de fixation (70), le segment de fixation (70) comprenant une portion primaire (72) interposée entre le carter d'huile (20) et la boite de vitesse (30), et une portion secondaire (74) faisant saillie du carter d'huile (20) et présentant un perçage (76)

- une machine hydraulique (80) présentant un arbre (82) centré par rapport au perçage (76) du segment de fixation (70), la machine hydraulique étant solidarisée au segment de fixation (70).

[Revendication 9] Véhicule selon la revendication 8, dans lequel le perçage (76) du segment de fixation (70) est dimensionné de manière à être aligné avec un arbre de sortie du différentiel (40) ou avec un arbre de sortie de la boite de vitesse (30).

[Revendication 10] Véhicule selon l'une des revendications 8 et 9, dans

lequel le moteur primaire (10) entraîne en rotation un essieu primaire du véhicule, dans lequel la machine hydraulique (80) est une pompe hydraulique à pistons radiaux, le véhicule comprenant en outre au moins un moteur hydraulique alimenté par la pompe hydraulique et adapté pour entraîner en rotation un essieu secondaire du véhicule.

Description:
Description

Titre de l'invention : Procédé d'ajout d'une machine hydraulique à un engin comprenant une transmission primaire

Domaine Technique

[0001 ] Le présent exposé concerne les machines hydrauliques et leur intégration dans un engin comprenant une boite de vitesse.

Technique antérieure

[0002] L’intégration d’une assistance hydraulique sur un engin nécessite de coupler une pompe hydraulique à un système existant de l’engin.

[0003] La figure 1 représente schématiquement un système de propulsion d’un

engin, comprenant un moteur primaire 10 muni d’un carter d’huile 20, une boite de vitesse 30 couplée à un différentiel 40, le différentiel étant ici relié à deux roues 50 et 60 via des arbres 52 et 62 respectivement munis de cardans 54 et 64 respectivement. La boite de vitesse 30 comprend un carter de boite. Le moteur primaire 10 comprend un carter de moteur. De manière générale, on désignera la boite de vitesse 30 et le moteur primaire 10 par leurs carters respectifs. La boite de vitesse 30 est couplée à un embrayage 35 positionné dans le prolongement de la boite de vitesse 30, l’embrayage étant positionné dans un carter

d’embrayage réalisé dans le prolongement du carter de la boite de vitesse 30. Le carter de la boite de vitesse 30 comprend ainsi un premier volume interne étanche dans lequel est positionnée la boite de vitesse 30, et un second volume interne, typiquement non étanche, dans lequel est positionné l’embrayage 35.

[0004] La boite de vitesse 30 est couplée au moteur primaire 10 et au carter d’huile 20 de sorte que l’embrayage 35 soit positionné entre la boite de vitesse 30 et le moteur primaire 10 via des plans d’appui ou appuis plans aménagés sur ces différents éléments. Plus précisément, le carter de la boite de vitesse 30 présente un plan d’appui de boite 32, contre lequel sont positionnés un plan d’appui du carter du moteur primaire 10, et un plan d’appui de carter d’huile 20, les plans d’appui assurant une cohésion structurelle entre la boite de vitesse 30 d’une part, et le moteur primaire 10 d’autre part. [0005] Afin de réaliser l’intégration d’une transmission hydraulique à un tel système, les solutions connues nécessitent de modifier le carter de la boite de vitesse 30 de l’engin, la prise de mouvement sur le corps de différentiel et les fixations de pompe, ce qui est particulièrement contraignant, et va jusqu’à nécessiter la modification de moules de fonderie existants.

[0006] On cherche donc à proposer une solution simplifiant l’implantation d’une

assistance hydraulique sur un véhicule déjà équipé d’une transmission primaire.

Exposé de l’invention

[0007] Le présent exposé vise ainsi à répondre au moins partiellement à ces

problématiques, et propose un procédé d’intégration d’une machine hydraulique sur un engin comprenant une boite de vitesse couplée à un embrayage, un différentiel, un moteur primaire et un carter d’huile associé au moteur primaire, la boite de vitesse étant solidarisée au moteur primaire et au carter d’huile selon un plan d’appui formé entre une surface d’appui d’un carter de boite de vitesse d’une part, et une surface d’appui d’un carter du moteur primaire et une surface d’appui du carter d’huile d’autre part, dans lequel on réalise successivement les étapes suivantes :

a- on sépare le carter d’huile de la boite de vitesse et du moteur primaire, b- on usine la surface d’appui du carter d’huile, de manière à définir un volume usiné,

c- on solidarise la boite de vitesse au moteur primaire, et on positionne un segment de fixation en appui sur la boite de vitesse, ledit segment de fixation comprenant une portion primaire positionnée de manière occuper l’emplacement du volume usiné de la surface d’appui du carter d’huile et une portion secondaire dimensionnée de manière à faire saillie du carter d’huile et présentant un perçage,

d- on solidarise le carter d’huile à la boite de vitesse et au moteur primaire, le segment de fixation étant interposé entre le carter d’huile et la boite de vitesse et occupant le volume usiné de la surface d’appui du carter d’huile,

e- on positionne une machine hydraulique par rapport à la portion secondaire du segment de fixation, un arbre de la machine hydraulique étant centré par rapport au perçage de la portion secondaire du segment de fixation. [0008] Selon un exemple, l’usinage de la surface d’appui du carter d’huile est réalisé de manière à ce que la portion primaire du segment de fixation forme un appui plan avec la boite de vitesse d’une part, et avec le carter d’huile d’autre part.

[0009] Selon un exemple, la portion primaire du segment de fixation reproduit le

volume usiné dans la surface d’appui du carter d’huile.

[0010] Selon un exemple, le segment de fixation comprend un logement adapté pour coopérer avec un pion de centrage de manière à permettre un centrage du segment de fixation par rapport à la boite de vitesse et moteur primaire lors du positionnement du segment de fixation. Lors du positionnement du segment de fixation, le logement du segment de fixation coopère alors par exemple avec un pion de centrage s’étendant depuis la boite de vitesse ou depuis le moteur primaire.

[0011 ] Selon un exemple, lors du positionnement de la machine hydraulique par rapport à la portion secondaire du segment de fixation, on positionne un manchon de centrage dans un perçage du segment de fixation, ledit manchon de centrage faisant saillie de part et d’autre du segment de fixation, et on emmanche un carter du différentiel et un carter de la machine hydraulique sur le manchon de centrage de part et d’autre du segment de fixation.

[0012] On positionne alors typiquement un segment dans le manchon de centrage, ledit segment étant configuré de manière à coupler en rotation une cage du différentiel, et un arbre de la machine hydraulique.

[0013] Selon un exemple, lors du positionnement de la machine hydraulique par rapport à la portion secondaire du segment de fixation, ladite machine

hydraulique est solidarisée à la portion secondaire du segment de fixation.

[0014] Selon un exemple, lors du positionnement de la machine hydraulique par rapport à la portion secondaire du segment de fixation, on aligne un arbre de la machine hydraulique avec un arbre de sortie du différentiel ou avec un arbre de sortie de la boite de vitesse.

[0015] Le présent exposé concerne également un véhicule comprenant une boite de vitesse couplée à un embrayage, un différentiel, un moteur primaire et un carter d’huile, dans lequel la boite de vitesse et solidarisée au moteur primaire et au carter d’huile,

ledit véhicule étant caractérisé en ce qu’il comprend en outre

- un segment de fixation, le segment de fixation comprenant une portion primaire interposée entre le carter d’huile et la boite de vitesse, et une portion secondaire faisant saillie du carter d’huile et présentant un perçage

- une machine hydraulique présentant un arbre centré par rapport au perçage du segment de fixation, la machine hydraulique étant solidarisée au segment de fixation.

[0016] Selon un exemple, le perçage du segment de fixation est dimensionné de manière à être aligné avec un arbre de sortie du différentiel ou avec un arbre de sortie de la boite de vitesse.

[0017] Selon un exemple, le moteur primaire entraine en rotation un essieu primaire du véhicule, dans lequel la machine hydraulique est une pompe hydraulique à pistons radiaux, le véhicule comprenant en outre au moins un moteur hydraulique alimenté par la pompe hydraulique et adapté pour entraîner en rotation un essieu secondaire du véhicule.

[0018] Selon un exemple, le segment de fixation comprend un logement adapté pour coopérer avec un pion de centrage de manière à permettre un centrage du segment de fixation par rapport à la boite de vitesse et au carter d’huile lors du positionnement du segment de fixation.

[0019] Selon un exemple le segment de fixation comprend un deuxième logement adapté pour coopérer avec un pion de centrage inséré dans un logement de la boite de vitesse ou du moteur primaire, de manière à permettre une orientation angulaire du segment de fixation par rapport à la boite de vitesse et au moteur primaire lors du positionnement du segment de fixation.

[0020] Selon un exemple le segment de fixation présente une tranche formant un un plan d’appui adapté pour coopérer avec un plan d’appui formé par le moteur primaire sur une surface du moteur primaire contre laquelle venait en appui le volume usiné du carter d’huile, de manière à permettre une orientation angulaire du segment de fixation par rapport à la boite de vitesse et au moteur primaire. Brève description des dessins

[0021 ] L’invention et ses avantages seront mieux compris à la lecture de la

description détaillée faite ci-après de différents modes de réalisation de l’invention donnés à titre d’exemples non limitatifs. Cette description fait référence aux pages de figures annexées et listées ci-après.

[0022] [Fig. 1 ] La figure 1 décrite précédemment représente schématiquement une transmission préexistante sur un véhicule.

[0023] [Fig. 2] La figure 2 illustre schématiquement une première étape d’un procédé selon un aspect de l’invention.

[0024] [Fig. 3] La figure 3 est une vue du plan d’appui entre le moteur primaire, le carter d’huile et la boite de vitesse représentés sur la figure 2.

[0025] [Fig. 4] La figure 4 illustre une autre étape d’un procédé selon un aspect de l’invention.

[0026] [Fig. 5] La figure 5 représente une vue d’un exemple de segment de fixation selon un aspect de l’invention.

[0027] [Fig. 6] La figure 6 est une vue schématique d’une transmission primaire à laquelle a été ajoutée un segment de fixation via un procédé selon un aspect de l’invention.

[0028] [Fig. 7] La figure 7 représente un exemple de transmission préexistante à laquelle a été ajoutée une machine hydraulique au moyen d’un procédé selon un aspect de l’invention.

[0029] [Fig. 8] La figure 8 illustre schématiquement les étapes d’un procédé selon un aspect de l’invention.

[0030] [Fig. 9] La figure 9 illustre un exemple de centrage d’une machine hydraulique sur un segment de fixation selon un aspect de l’invention.

[0031 ] Sur les différentes figures, les éléments en commun sont repérés par des références numériques identiques. Description des modes de réalisation

[0032] .On décrit à présent un procédé pour l’ajout d’une telle transmission

hydraulique en référence aux figures 2 à 7 qui illustrent les différentes étapes du procédé, et la figure 8 qui représente schématiquement le procédé.

[0033] Lors d’une première étape E1 représentée schématiquement sur la figure 2, on sépare le carter d’huile 20 de la boite de vitesse 30 et du moteur primaire 10, par exemple en retirant les éléments de liaisons tels que les boulons assurant un montage serré au niveau des plans d’appui (ou plans d’appui) de la boite de vitesse 30, du moteur primaire 10 et du carter d’huile 20. La boite de vitesse 30 et le moteur primaire 10 peuvent être maintenus assemblés l’un à l’autre ou séparés pour simplifier le retrait du carter d’huile 20.

[0034] La figure 3 représente une vue des plans d’appui du moteur primaire 10 et du carter d’huile 20. On voit que le carter du moteur primaire 10 et le carter d’huile 20 définissent une ouverture permettant notamment le passage d’un arbre de sortie 12 du moteur primaire 10 afin de le coupler à la boite de vitesse 30. Dans l’exemple illustré, l’ouverture a une forme générale circulaire, les plans d’appui du moteur primaire 10 et du carter d’huile 20 ayant chacun une forme générale de segment d’anneau autour de cette ouverture et muni de logements pour des pions et/ou vis de fixation. Les différents plans d’appui sont typiquement chacun selon un plan perpendiculaire à un axe de rotation d’un arbre du moteur primaire 10.

[0035] Le procédé tel que proposé consiste à venir usiner le plan d’appui du carter d’huile 20 lors d’une étape d’usinage E2, de manière à définir un volume usiné dans lequel va être insérée un segment de fixation 70.

[0036] La figure 4 illustre schématiquement une telle opération d’usinage du plan d’appui du carter d’huile 20, et la figure 5 représente un exemple de segment de fixation 70.

[0037] Comme représenté schématiquement sur la figure 4 on usine le carter d’huile 20 de manière à définir un volume usiné. Ce volume usiné s’étend depuis le plan d’appui du carter d’huile 20, et présente une épaisseur E correspondant à l’épaisseur de matière retirée par usinage. [0038] Le segment de fixation 70 est typiquement une plaque présentant une portion primaire 72 et une portion secondaire 74. La portion primaire 72 reproduit le volume usiné dans le carter d’huile 20. Ainsi, la portion primaire 72 présente typiquement une épaisseur E correspondant à l’épaisseur du volume usiné dans le carter d’huile 20, et vient combler le volume usiné dans le carter d’huile 20. La portion primaire 72 peut également s’étendre au-delà du volume usiné dans le carter d’huile 20, en particulier selon une direction radiale externe, notamment afin d’en améliorer les propriétés mécaniques et d’y intégrer des moyens d’indexation tels que des perçages additionnels pour des pions ou index.

[0039] La portion secondaire 74 du segment de fixation 70 s’étend depuis la portion primaire 72, et est dimensionnée de manière à s’étendre au-delà du volume usiné dans le carter d’huile 20. La portion secondaire 74 du segment de fixation 70 présente un perçage 76 adapté pour permettre l’insertion d’un arbre de machine hydraulique et ainsi réaliser un centrage d’une machine hydraulique, comme on le verra par la suite. La portion secondaire 74 du segment de fixation 70 présente également des logements 78 pour des moyens de fixation ou d’indexation tels que des pions, vis ou boulons. La forme de la portion secondaire 74 telle que représentée est purement illustrative. On comprend que la forme de la portion secondaire 74 est déterminée en fonction des propriétés mécaniques requises, et en fonction des dimensions et des fixations requises pour la machine hydraulique que l’on souhaite intégrer.

[0040] La boite de vitesse 30 est également modifiée. Le carter de la boite de vitesse 30 peut être remplacé, ou son orifice de sortie peut être usiné. Le différentiel 40 couplé à la boite de vitesse 30 est typiquement remplacé par un différentiel présentant une cage avec une sortie cannelée notamment afin de permettre sa liaison avec une machine hydraulique comme on le verra par la suite.

[0041 ] On vient ainsi lors d’une étape E3 de positionnement du segment de fixation 70 placer le segment de fixation 70 et le moteur primaire 10 contre la boite de vitesse 30. Le moteur primaire 10 est remis dans sa position initiale en appui contre la boite de vitesse 30. Le segment de fixation 70 est positionné de manière à ce que sa portion primaire 72 vienne prendre la place précédemment occupée par le volume usiné dans le carter d’huile 20 par rapport à la

configuration initiale présentée sur la figure 1. Le positionnement peut être réalisé notamment au moyen de pions. On comprend que dans le cas où seul le carter d’huile 20 a été retiré dans l’étape E1 , la boite de vitesse 30 et le moteur primaire 10 sont alors déjà assemblés l’un à l’autre, et l’étape E3 consiste alors

uniquement à venir positionner et assembler segment d’indexation 70 à la boite de vitesse 30 et au moteur primaire 10.

[0042] L’indexation du segment de fixation 70 par rapport à l’ensemble comprenant le moteur primaire 10 et la boite de vitesse 30 peut être réalisée au moyen d’un premier élément de centrage, par exemple un pion ou goupille de centrage. Le moyen de centrage peut traverser le segment de fixation 70 et relier également le moteur primaire 10 et la boite de vitesse 30. La liaison entre le premier élément de centrage et le segment de fixation 70 peut présenter un jeu inférieur à 5 mm, ou encore inférieur à 3 mm.

[0043] L’indexation du segment de fixation 70 est typiquement complétée par un moyen d’orientation angulaire. Ce moyen d’orientation angulaire peut être réalisé par un deuxième pion interposé par exemple entre le segment de fixation 70 et la boite de vitesse 30 ou entre le segment de fixation 70 et le moteur primaire 10, qui assure l’orientation angulaire du segment de fixation 70. La liaison entre le moyen d’orientation angulaire et le segment de fixation 70 peut présenter un jeu inférieur à 5 mm, ou encore inférieur à 3 mm.

[0044] Selon un exemple, le moyen d’indexation angulaire peut être réalisé au

moyen de deux appuis plans, par exemple entre une tranche du segment de fixation 7 et un plan d’appui sur le moteur. La liaison entre le moyen d’orientation angulaire et le segment de fixation 70 peut alors présenter un jeu inférieur à 5 mm, ou encore inférieur à 3 mm.

[0045] Selon un mode de réalisation, le segment de fixation 7 comprend des

perçages traversant destinés à passer des vis. De tels perçages ne font typiquement pas partie des moyens de centrage et d’indexation angulaire, et peuvent présenter un jeu supérieur à ces derniers.

[0046] Suite à l’étape E3 ; on fixe lors d’une étape E4 illustrée schématiquement sur la figure 6, le carter d’huile 20 au moteur primaire 10 et à la boite de vitesse 30 à laquelle est associé le segment de fixation 70. [0047] Comme on le voit sur la figure 6, on retrouve ainsi la configuration originale de la figure 1 , à la différence près que le segment de fixation 70 a été inséré. La réalisation de la liaison entre la boite de vitesse 30 et le moteur primaire 10 est donc modifiée. Un plan d’appui est formé entre le carter de la boite de vitesse 30 et le carter du moteur primaire 10 comme c’était le cas initialement. Un plan d’appui est également formé entre le carter de la boite de vitesse 30 et le segment de fixation 20, et entre le segment de fixation et le carter d’huile 20.

[0048] Le carter d’huile 20 est typiquement monté coulissant par rapport au carter du moteur primaire 10 selon une direction axiale, typiquement perpendiculaire aux différents plans d’appui entre le carter de la boite de vitesse 30, le carter du moteur primaire 10 et le carter d’huile 20. On repère sur la figure 6 la direction des plans d’appuis par l’axe Z, et la direction axiale de coulissement du carter d’huile 20 par rapport au carter du moteur primaire 10 par l’axe X perpendiculaire à l’axe Z. Le coulissement autorisé est typiquement limité, de manière à permettre un débattement par exemple inférieur à 1 mm, par exemple égal ou sensiblement égal à 0,4 mm selon la direction définie par l’axe X. Ce montage coulissant est par exemple réalisé au moyen de vis ou boulons montés dans des logements oblongs, ou par tous autres moyens adaptés. Un tel montage coulissant permet d’assurer un alignement des différents plans d’appui entre le carter de la boite de vitesse 30, le carter du moteur primaire 10 et le carter d’huile 20. Le montage serré du carter d’huile 20 muni du segment de fixation 70 sur le carter de la boite de vitesse 30 va entraîner un alignement d’un plan d’appui entre le carter d’huile 20 et le carter du moteur primaire 10.

[0049] Suite à l’étape E4 on vient lors d’une étape E5 positionner une machine

hydraulique 80, par exemple une pompe hydraulique à pistons radiaux et came multilobes, qui est alors centrée au moyen du segment de fixation 70. Plus précisément, on vient centrer une machine hydraulique 80 en insérant un arbre de la machine hydraulique 80 dans le perçage 76 de la portion secondaire 74 du segment de fixation 70, l’arbre étant alors typiquement muni d’un manchon. Le segment de fixation 70 est dimensionné de manière à ce qu’une fois centré par rapport au moteur primaire 10 et à la boite de vitesse 30, le perçage 76 soit aligné avec un arbre de sortie du différentiel 40 ou avec un arbre de sortie de la boite de vitesse 30 adapté pour réaliser un entrainement de la machine

hydraulique 80.

[0050] Un carter de la machine hydraulique 80 est fixé au segment de fixation via les logements 78. La figure 7 représente schématiquement un système ainsi assemblé. Un arbre 82 de la machine hydraulique 80 est ensuite couplé à un arbre d’entrainement de l’engin, par exemple via le différentiel 40 ou plus précisément en liant l’arbre de la machine hydraulique 80 à un arbre de sortie du différentiel 40 ou avec un arbre de sortie de la boite de vitesse 30 adapté pour réaliser un entrainement de la machine hydraulique 80. Le centrage de la machine hydraulique 80 au moyen du segment de fixation 70 assure un bon positionnement, c’est-à-dire précis, répétable et sans jeu excessif de la machine hydraulique 80 (et plus précisément de son arbre 82) par rapport à un arbre d’entrainement de l’engin, ou une sortie d’arbre de la boite de vitesse.

[0051 ] Le segment de fixation 70 est dimensionné de manière à supporter les efforts et contraintes résultant de l’ajout de la machine hydraulique 80 et de son fonctionnement.

[0052] La figure 8 résume les différentes étapes décrites précédemment ainsi que leur enchaînement.

[0053] On décrit ci-après un exemple de réalisation du centrage d’une machine

hydraulique 80 par rapport au segment de fixation 70. En référence à la figure 9.

[0054] On représente sur la figure 9 le segment de fixation 70 qui est interposé entre le différentiel 40 en sortie de la boite de vitesse 30 d’une part, et une machine hydraulique 80 d’autre part.

[0055] Un manchon de centrage 90 est positionné dans le perçage 76 du segment de fixation 70. Ce manchon de centrage 90 forme des surfaces d’appui de part et d’autre du segment de fixation 70 pour le différentiel 40 (ou typiquement un carter du différentiel 40) d’une part, et pour la machine hydraulique 80 (ou typiquement un carter de la machine hydraulique 80) d’autre part. L’étanchéité des liaisons entre le manchon de centrage 90 avec le différentiel 40 et la machine hydraulique 80 est assurée au moyen de joints d’étanchéité 94 et 98 respectivement, typiquement des joints toriques. [0056] Un segment 100, typiquement un manchon cannelé, est inséré dans le manchon de centrage 90. Une cage 42 du différentiel 40 est insérée dans le segment 100 via son extrémité proche du différentiel 40 ; la cage 42 présente des cannelures adaptées pour engager les cannelures du segment 100, et ainsi être solidaire en rotation du segment 100. Un arbre 82 interne de la machine hydraulique 80 est également inséré dans le segment 100 via son extrémité proche de la machine hydraulique 80, et présente des cannelures adaptées pour engager les cannelures du segment 100, et ainsi être solidaire en rotation du segment 100. Le manchon 100 assure ainsi la transmission du mouvement de rotation entre la cage 42 du différentiel 40 et l’arbre 82 interne de la machine hydraulique 80. L’étanchéité autour de l’arbre 82 interne de la machine hydraulique 80 est typiquement assurée au moyen d’un joint dynamique 84 de type bague à lèvre

[0057] Un arbre central 48, typiquement lié à un satellite du différentiel 40, traverse la cage 42 du différentiel 40 et l’arbre 82 interne de la machine hydraulique, par exemple pour transmettre un couple à une roue d’un véhicule, comme présenté initialement sur la figure 1.

[0058] On retrouve donc dans le perçage 76, agencés de manière concentrique de l’intérieur vers l’extérieur : l’arbre central 48, la cage 42 du différentiel 40 et l’arbre 82 interne de la machine hydraulique 80, le segment 100 puis le manchon de centrage 90. L’insertion de ces différents éléments dans le perçage 76 va assurer un verrouillage angulaire du segment de fixation 70, en supprimant un éventuel degré de liberté en rotation qui pourrait subsister suite au montage du segment de fixation 70 sur la boite de vitesse 30.

[0059] En variante, le manchon de centrage 90 peut être dans un premier temps monté sur le carter du différentiel 40 ou sur le carter de la machine hydraulique 80, puis inséré dans le perçage 76 du segment de fixation 70 lorsque le différentiel 40 ou la machine hydraulique 80 est positionné par rapport au segment de fixation.

[0060] En variante, le manchon de centrage 90 peut être intégré au carter de la

machine hydraulique 80 ou au carter du différentiel 40. L’utilisation d’un manchon de centrage 90 indépendant est avantageuse afin de permettre l’emploi de composants préexistants.

[0061 ] Le positionnement précis de la machine hydraulique 80 dans le perçage 76 du segment de fixation 70 est typiquement assuré par un ajustage glissant qui présente par exemple un jeu inférieur à 0,1 mm.

[0062] Le positionnement précis de la machine hydraulique 80 par rapport à l’arbre central 48 (c’est-à-dire par rapport à un arbre de sortie de la boite de vitesse 30), ou par rapport à l’ensemble comprenant le moteur primaire 10 et la boite de vitesse 30 est assuré par les jeux réduits du positionnement du segment de fixation 70, par ses moyens de centrage et d’orientation angulaire, et par le jeu réduit du centrage de la machine hydraulique 80 sur le segment de fixation 70.

[0063] Selon un exemple, le centrage de la machine hydraulique 80 est réalisé par un nez de centrage ou manchon qui coopère avec le perçage 76. La machine hydraulique 80 comporte alors typiquement des moyens de fixation comprenant un plan d’appui pour le serrage, et un nez de centrage. Le nez de centrage est alors typiquement concentrique avec l’un des arbres de sortie de la boite de vitesse 30 ou du différentiel 40.

[0064] D’une manière alternative, le positionnement précis de la machine

hydraulique 80 dans le segment de fixation 70 peut être réalisé sans manchon ou nez de centrage, par exemple au moyen de deux pions de centrage, réalisant éventuellement la fonction de vis, et présentant un jeu inférieur à 0,1 mm. Dans ce cas la machine hydraulique 80 présente typiquement un plan d’appui sans nez ou manchon de centrage, et des pions. La fonction de serrage peut alors être assurée par des vis supplémentaires, ou par une fonction de vis portée par les pions.

[0065] Le procédé tel que présenté permet ainsi de faciliter l’adjonction d’une

transmission hydraulique sur un engin ayant une transmission préexistante, et permet notamment d’éviter de modifier le carter de la boite de vitesse 30 et du différentiel 40, une telle modification étant en effet fortement contraignante. Le procédé tel que proposé permet par ailleurs d’assurer un bon positionnement une reprise des efforts mécaniques liés à la machine hydraulique 80. [0066] Le procédé tel que présenté peut notamment permettre d’ajouter une transmission hydraulique à un véhicule préexistant, par exemple afin de permettre la modification d’un véhicule de type traction ou propulsion pour qu’il puisse présenter une transmission intégrale pouvant être sélectivement engagée via l’ajout d’une transmission hydraulique.