Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD AND DEVICE FOR CREATING A REINFORCED CONCRETE WALL IN THE GROUND
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2003/006750
Kind Code:
A1
Abstract:
A reinforcing cage (3) is introduced into a previously dug foundation ditch and a tube (1) is fixed thereto, said tube being able to be destroyed by impact and able to constitute a sealing joint at one end of said foundation ditch. The tube is destroyed by an excavating tool when an adjacent foundation ditch is dug. The drawing represents the unit created by the cage (3) and the tube (1) fixed thereto. The invention can be used to create reinforced concrete moulded walls in the ground.

Inventors:
Carail, Christian (91 rue de Pontoise Auvers-sur-Oise, F-95430, FR)
Stenne, Roland (21 avenue des Cèdres Ville-d'Avray, F-92410, FR)
Pegon, Jean-louis (107 bis, rue de Monlignon Eaubonne, 95600, FR)
Application Number:
PCT/FR2002/002474
Publication Date:
January 23, 2003
Filing Date:
July 12, 2002
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Intrafor (41-43, avenue du Centre Montigny le Bretonneux, F-78180, FR)
Carail, Christian (91 rue de Pontoise Auvers-sur-Oise, F-95430, FR)
Stenne, Roland (21 avenue des Cèdres Ville-d'Avray, F-92410, FR)
Pegon, Jean-louis (107 bis, rue de Monlignon Eaubonne, 95600, FR)
International Classes:
E02D5/18; (IPC1-7): E02D5/18
Foreign References:
US3431736A1969-03-11
FR2145758A51973-02-23
FR2148706A51973-03-23
Other References:
PATENT ABSTRACTS OF JAPAN vol. 018, no. 463 (M - 1664) 29 August 1994 (1994-08-29)
PATENT ABSTRACTS OF JAPAN vol. 006, no. 061 (M - 123) 20 April 1982 (1982-04-20)
Attorney, Agent or Firm:
Martin, Jean-jacques (Cabinet Regimbeau 20, rue de Chazelles Paris Cedex 17, F-75847, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Procédé pour réaliser dans le sol une paroi moulée en béton armé, dans lequel on creuse une fouille verticale au moyen d'un outil d'excavation, on solidarise et on descend simultanément dans la fouille une cage d'armatures apte à armer le béton de la fouille et un coffrage apte à constituer à une extrémité de la fouille un joint d'étanchéité entre cette fouille et la fouille jointive suivante, on coule du béton liquide dans la fouille et on laisse durcir le béton, on élimine le coffrage, et on recommence ces opérations dans une fouille jointive et ainsi de fouille en fouille, caractérisé en ce qu'on utilise comme coffrage un tube à fond ouvert non déformable mais destructible par chocs, en ce qu'on remplit le tube en place dans la fouille pour boucher le tube et lui permettre de résister à la pression du bétonnage, et en ce qu'on utilise l'outil d'excavation lors de la fouille jointive suivante pour détruire par chocs le tube.
2. Procédé selon la revendication 1 dans lequel on utilise également l'outil d'excavation de la fouille suivante pour extraire les morceaux de tube ainsi que le remplissage du tube.
3. Procédé selon l'une des revendications 1 et 2 dans lequel on utilise des sacs contenant du sable (ou un autre matériau de remplissage) pour boucher le fond du tube.
4. Procédé selon la revendication 3 dans lequel on utilise du gravier en vrac comme matériau de remplissage au dessus des sacs.
5. Procédé selon l'une des revendications 1 à 4, dans lequel on fixe le tube rigidement à la cage par des ligatures destructibles.
6. Procédé selon l'une des revendications 1 à 5, dans lequel on munit la cage d'armatures de rouleaux pour faciliter le positionnement du tube par rapport à la cage.
7. Procédé selon l'une des revendications 1 à 6, dans lequel on utilise un tube constitué de tronçons de tubes superposés reliés deux à deux par un manchon intérieur.
8. Procédé selon l'une des revendications 1 à 7, dans lequel on utilise un tube en résine de synthèse durcie.
9. Dispositif pour la mise en oeuvre d'un procédé selon l'une des revendications 1 à 8, qui comprend un outil d'excavation pour creuser la fouille, une cage d'armatures (3) apte à armer le béton de la fouille, au moins un coffrage (1) apte à constituer un joint d'étanchéité à une extrémité de la fouille des moyens pour solidariser le coffrage et la cage, et des moyens (G) pour mettre en place dans la fouille le coffrage et la cage solidarisés, caractérisé en ce que ledit coffrage (1) est un tube à fond ouvert destructible par chocs et en ce que le dispositif comprend des moyens (6) pour remplir le tube après mise en place dans la fouille.
10. Dispositif selon la revendication 9 dans lequel ledit tube (1) est fixé rigidement à la cage (3) par des ligatures destructibles.
11. Dispositif selon la revendication 9 ou 10, dans lequel la cage d'armatures (3) est munie de roulettes (2) pour faciliter le positionnement du tube (1) par rapport à la cage.
12. Dispositif selon l'une des revendications 9 à 11, dans lequel le tube est constitué de tronçons de tubes (Tl, T2...) superposés assemblés deux à deux par des manchons internes (M).
13. Dispositif selon l'une des revendications 9 à 12, dans lequel le tube (1) est en résine de synthèse durcie.
14. Dispositif selon l'une des revendications 9 à 13, dans lequel le tube (1) est cannelé extérieurement.
15. Dispositif selon l'une des revendications 9 à 14 dans lequel les moyens pour remplir le tube comprennent des sacs de sable (ou autre matériau de remplissage) et du gravier en vrac.
16. Ensemble à descendre dans une fouille, comprenant une cage d'armatures (3) et un tube de coffrage (1) solidarisés par des ligatures destructibles, pour la mise en oeuvre d'un procédé selon l'une des revendications 1 à 8.
Description:
PROCEDE ET DISPOSITIF POUR LA REALISATION D'UNE PAROI EN BETON ARME DANS LE SOL L'invention concerne un procédé et un dispositif pour la réalisation d'une paroi moulée en béton armé dans le sol.

L'invention concerne plus précisément un procédé dans lequel on creuse une fouille verticale au moyen d'un outil d'excavation, on solidarise et on descend simultanément dans la fouille une cage d'armatures apte à armer le béton de la fouille et un coffrage apte à constituer à une extrémité de la fouille un joint d'étanchéité entre cette fouille et la fouille jointive suivante, on coule du béton liquide dans la fouille et on laisse durcir le béton, on élimine le coffrage, et on recommence ces opérations dans une fouille jointive et ainsi de fouille en fouille.

La publication FR 2 148 706, qui concerne un tel procédé, préconise l'utilisation d'un coffrage complexe, de préférence combiné avec un dispositif auxiliaire et que l'on doit extraire après bétonnage.

Cette publication rappelle que l'on a proposé des coffrages beaucoup plus simples, par exemple des tubes métalliques que l'on retire après usage ou des tubes en fibro-ciment que l'on détruit mécaniquement in-situ lorsqu'on réalise l'excavation suivante, mais la publication ne retient pas ces solutions qu'elle déconseille tant du point de vue technique qu'économique.

La présente invention vise à cumuler les avantages d'une technique où le coffrage et la cage d'armatures sont solidarisés et d'une technique où le coffrage est un

simple tube non déformable mais destructible in-situ, sans présenter les inconvénients de ces deux techniques.

Le fait de solidariser le tube de coffrage et la cage d'armatures conduit à deux problèmes.

Lors de la descente dans la fouille de l'ensemble constitué par le tube et la cage, le tube subit la poussée d'Archimède du milieu (généralement une boue de forage comme la bentonite) avec lequel on a rempli la fouille pour maintenir provisoirement le terrain environnant et cette poussée, du fait que le tube n'est pas déformable, peut provoquer une déformation de la cage qui est solidaire du tube mais qui ne subit pas la poussée d'Archimède.

Lors du remplacement du milieu de maintien par le béton liquide, le tube en place dans la fouille est exposé à la pression du bétonnage et doit pouvoir résister à cette pression.

La présente invention apporte une solution à ces deux problèmes par l'utilisation d'un tube à fond ouvert qui de ce fait est peu sensible à la poussée d'Archimède, et par le remplissage ultérieur de ce tube avec un matériau de remplissage pour lui permettre de résister à la pression du bétonnage.

Le procédé de l'invention est donc caractérisé en ce qu'on utilise comme coffrage un tube à fond non fermé destructible par chocs, en ce qu'on remplit le tube en place dans la. fouille avec des matériaux de remplissage pour fermer le fond du tube et de lui permettre de résister à la pression du bétonnage, et en ce qu'on utilise l'outil d'excavation, lors de la fouille jointive suivante, pour détruire par chocs le tube.

Le tube sera généralement à section circulaire mais l'invention n'est pas limitée à une telle section, pourvu que le tube soit creux et non fermé.

Avantageusement on remplit le tube avec un matériau peu coûteux et qui de plus soit récupérable lors de la destruction du tube.

Dans une réalisation préférée ce matériau de remplissage est constitué de sacs de sable (ou un autre matériau de remplissage) descendus au fond du tube pour fermer ce fond, suivi de gravier en vrac.

L'utilisation d'un tube comme coffrage est particulièrement utile dans les deux cas critiques que sont celui des fouilles profondes et celui des parois moulées circulaires.

Dans des modes de réalisation préférés du procédé de l'invention, ce dernier présente encore une ou plusieurs des particularités suivantes : - on fixe le tube à la cage d'armatures par des ligatures destructibles ; -on munit la cage d'armatures de rouleaux pour faciliter le positionnement du tube par rapport à la cage ; - on utilise un tube constitué de tronçons de tubes superposés reliés deux à deux par un manchon intérieur ; -on utilise un tube cannelé au moins extérieurement.

Un dispositif pour la mise en oeuvre du procédé de l'invention comprend un outil d'excavation pour creuser la fouille, une cage d'armatures, au moins un coffrage, des moyens pour solidariser la cage et le tube et des moyens pour mettre en place dans la fouille le

tube et la cage solidarisés, caractérisé en ce que le coffrage est un tube à fond ouvert non déformable mais destructible par chocs et en ce que le dispositif comprend des moyens pour remplir le tube après mise en place afin de lui permettre de résister à la pression du bétonnage.

On décrira ci-après un tel dispositif en référence aux figures du dessin joint sur lequel : -la figure 1 est une vue en perspective de l'ensemble constitué par la cage d'armatures et un tube de coffrage qui lui est fixé ; - la figure 2 est un schéma de détails en coupe horizontale de cet ensemble, faisant ressortir le détail des liaisons entre la cage et le tube ; -la figure 3 est un schéma vertical dans le cas d'une cage constituée d'une cage inférieure et d'une cage supérieure se recouvrant partiellement, le tube étant constitué de deux tronçons superposés accouplés par un manchon intérieur de raboutage ;.

-la figure 4 est un schéma vertical d'un dispositif pour la descente dans une fouille d'un ensemble cage + tube conforme à l'invention et -la figure 5 est un schéma de l'extrémité inférieure dudit ensemble en place dans la fouille, après fermeture et remplissage de l'extrémité inférieure du tube.

Le tube (1) représenté sur la figure 1 est un tube en résine de synthèse durcie, cannelé extérieurement.

Le tube (1) a comme diamètre extérieur l'épaisseur nominale de la paroi à mouler. Des roulettes guides (2) (fig. l) positionnées suivant deux génératrices du tube

sont attachées à la cage d'armatures (3) au moyen de porte-roulettes (4) pour permettre de positionner ledit tube relativement à la cage de manière à respecter l'enrobage ultérieur nominal des armatures par le béton liquide et en particulier des cadres horizontaux (5) de cette cage. Ledit tube est fixé rigidement à la cage d'armatures au moyen de ligatures (6) placées suivant des intervalles réguliers et l'embrassant. Ces ligatures sont attachées par recouvrement et fixation aux cadres (5) de la cage d'armatures (3).

L'opération de mise en place du tube sur la cage d'armatures s'effectue une fois la cage construite et avant sa mise en place dans la fouille. Le pied du tube est calé de telle manière qu'il soit positionné dans la fouille non loin du fond de la fouille. En général, le pied de la cage d'armatures se situe à moins d'une distance minimale (1,00 m) du fond du panneau. Dans le cas où le pied de la cage d'armatures se situe à une distance supérieure à cette distance, un autre tube, intérieur au tube fixé sur ladite cage d'armatures, est télescopé jusqu'à atteindre le fond de la fouille.

Le tube avec la cage d'armatures est introduit dans la fouille (fig. 5) remplie de bentonite (ou produit similaire pour maintenir le terrain environnant), par exemple au moyen d'une grue schématisée en G (fig. 4) à laquelle la cage et le tube sont suspendus par des élingues. Avant bétonnage, un bouchon (7) sur une hauteur d'environ 2.00 mètres, est constitué dans le tube au moyen de sacs de sable introduits dans le tube depuis le haut du tube afin de conférer au tube une étanchéité vis- à-vis du béton à venir. Le tube peut ensuite tre rempli

de graviers (8) afin de lui donner une résistance à la pression du béton (9). Les matériaux mis en place dans le tube, à savoir les sacs de sable et le gravier, sont enlevés lors de l'opération d'excavation de la fouille adjacente par l'outil d'excavation.

Si nécessaire en raison de la profondeur de la fouille, on utilise un tube constitué de tronçons superposés T1, T2,... reliés deux à deux par des manchons internes M (fig. 3) ; de mme, la cage (3) peut elle-mme tre constituée de cages superposées (3, 3'...) qui se recouvrent partiellement (fig. 3).

L'invention n'est pas limitée aux exemples de réalisation qui ont été décrits.