Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD AND DEVICE FOR GONIOMETRY OF SIGNALS INTERFERING WITH A USEFUL SIGNAL MODULATED BY PLURALITY OF CARRIERS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2011/076864
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a method and device for determining the incoming direction of signals interfering with a useful OFDM signal comprising known symbols, said signal being received by an antenna array. The method includes a step for digitizing (101) the signals received on each antenna, a step for synchronizing (102) with the symbols of said useful signal, and a step for demodulating (103) the digitized signals. The method moreover includes, for each received OFDM symbol, the following steps: estimating the contribution of the interfering signals (104, 105) on the basis of said known symbols; and performing goniometry on the interfering signals estimated during the preceding step. The invention is in particular of use in the goniometry of interfering signals that are present on the same frequency band as a known signal modulated by a plurality of carriers, the interfering signals having a lower amplitude than the known signal.

Inventors:
PIPON, François (160 boulevard de Valmy, Colombes Cedex, F-92704, FR)
Application Number:
EP2010/070524
Publication Date:
June 30, 2011
Filing Date:
December 22, 2010
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
THALES (45 rue de Villiers, Neuilly sur Seine, F-92200, FR)
PIPON, François (160 boulevard de Valmy, Colombes Cedex, F-92704, FR)
International Classes:
G01S3/74; H04L25/03
Attorney, Agent or Firm:
DUDOUIT, Isabelle et al. (Marks & Clerk France, Immeuble Visium2, Avenue Aristide Briand Arcueil, F-94117, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Procédé de goniométrie pour déterminer la direction d'arrivée de signaux interférant un signal utile à répartition de fréquences orthogonales comportant des symboles élémentaires connus, les signaux comprenant le signal utile et les signaux interférents étant reçus par un réseau d'antennes alimentant au moins deux voies de réception, le procédé comprenant une étape de numérisation (101 ) des signaux reçus sur chaque voie de réception, une étape de synchronisation (1 02) sur les symboles dudit signal utile, une étape de démodulation (1 03) par transformée de Fourier des signaux numérisés, le procédé étant caractérisé en ce qu'il comprend, pour un ou plusieurs symboles issus de ladite transformée de Fourier, les étapes suivantes :

o estimer sur chaque sous-porteuse correspondant à une sous- porteuse où le symbole élémentaire utile est connu (1 04, 204, 1 05, 205) la contribution des signaux interférents au signal reçu à partir desdits symboles élémentaires utiles connus ;

o effectuer une goniométrie (1 06) sur les signaux interférents à partir des estimations effectuées lors de l'étape précédente. 2. Procédé de goniométrie selon la revendication 1 , caractérisé en ce que l'étape (1 04, 1 05) d'estimation de la contribution yk des signaux interférents comprend, au moins pour chaque sous-porteuse du signal reçu modulée avec des symboles connus, pour chaque voie de réception k, une première sous-étape (1 04) d'estimation de la contribution hk du canal de propagation utile reçu effectuée à partir du signal zk numérisé puis démodulé par transformée de Fourier et des symboles connus utilisés pour moduler le signal utile, puis une deuxième sous-étape (1 05), effectuée sous-porteuse par sous-porteuse, de retranchement au signal numérisé puis démodulé par transformée de Fourier zk d'une estimation de la contribution du signal utile, calculée à partir de ladite estimation de hk et des symboles connus ou démodulés .

3. Procédé de goniométrie selon la revendication 1 ou 2, le signal utile (OFDM) étant émis à partir de plusieurs voies d'émission distinctes, chacune desdites voies d'émission utilisant ses propres symboles connus pour moduler le signal utile émis, caractérisé en ce que l'étape (204, 204', 204", 205) d'estimation de la contribution des signaux interférents comprend pour chaque voie d'émission I, une première sous- étape (204, 204', 204") d'estimation de la contribution hkj du signal utile pour au moins chaque sous-porteuse f du signal reçu modulée avec des symboles connus, pour chaque voie de réception k, à partir du signal zk numérisé puis démodulé par transformée de Fourier et des symboles connus utilisés pour moduler le signal utile sur ladite voie d'émission I, une deuxième sous-étape (205) combinant le signal zk numérisé puis démodulé par transformée de Fourier, les estimations hkJ avec les symboles connus de chacune des voies d'émission correspondantes pour produire une estimation de la contribution des signaux interférents. 4. Procédé de goniométrie selon l'une des revendications 2 et 3, caractérisé en ce que, pour une voie de réception d'indice k, l'estimation (104) de la contribution du canal de propagation utile hk(f) est effectuée sur une sous-porteuse d'indice f_en déterminant le rapport suivant :

hk(f) = rdzk(f) / rdd(f), où rdd (f ) f ) et (f ) = zk (n, f ) - d * (n, f ) , zk(n,f) étant le signal obtenu sur la sous- porteuse f du signal utile (OFDM) après démodulation par FFT du signal reçu sur la voie k, d(n, f) étant un symbole élémentaire connu émis sur la sous-porteuse f du signal (OFDM). 5. Procédé de goniométrie selon l'une des revendications 2 à 4, caractérisé en ce qu'il comprend une étape (1 10) d'estimation des symboles transmis sur les sous-porteuses de données à partir du vecteur signal z reçu sur l'ensemble des K voies de réception et de h(f), le vecteur canal de propagation reçu sur l'ensemble des K voies de réception.

6. Procédé de goniométrie selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que la puissance reçu des signaux interférents est inférieure à la puissance reçue du signal utile, l'écart de puissance étant compris entre 20 et 25 dB.

Description:
Procédé et dispositif de goniométrie de signaux interférant un signal utile modulé par plusieurs porteuses

La présente invention concerne un procédé et un dispositif de goniométrie de signaux interférant un signal utile modulé par plusieurs porteuses. Elle s'applique en particulier à la goniométrie de signaux parasites présents sur la même bande de fréquence qu'un signal de type OFDM, c'est à dire un signal modulé par répartition de fréquences orthogonales.

Lorsque plusieurs émissions sont reçues sur un même canal de fréquence, seule l'émission de plus forte amplitude peut généralement faire l'objet d'une goniométrie. Or, de nombreuses applications requièrent de pouvoir déterminer la direction d'arrivée de toutes les émissions reçues sur un même canal de fréquence, y compris les émissions reçues avec un faible niveau de puissance, de l'ordre par exemple de 20 ou 25 dB au dessous de l'émission de puissance la plus élevée. A titre d'illustration, on souhaite déterminer l'origine de signaux perturbant un programme de télévision émis sur une forme d'onde de type DVB (« Digital Video Broadcasting »).

Une première catégorie de méthodes connues permettant d'effectuer une goniométrie en présence de plusieurs sources de signaux regroupe les méthodes à haute-résolution et les méthodes à super résolution. Parmi ces méthodes, on peut citer MUSIC, ESPRIT, la méthode du maximum de vraisemblance, ou encore la méthode CAPON. Ces méthodes ne font aucune hypothèse sur la forme d'onde utilisée par les émissions reçues et permettent de séparer N-1 sources de signaux (dans la pratique N/2 sources) avec N antennes associées à N voies de réception. Or, il est parfois souhaitable d'effectuer la goniométrie de multiples sources en utilisant seulement deux voies de réception. Par ailleurs, les méthodes à haute résolution ne sont pas toujours applicables du fait de leur besoin en ressources de calcul.

Une seconde catégorie de méthodes connues concerne la goniométrie sur des signaux interférant une émission à forme d'onde série comportant des séquences connues. Ce type de méthode exploite la connaissance de la forme d'onde des signaux reçus (ou d'une partie des signaux reçus), de manière à améliorer les performances de la goniométrie. Un exemple d'une telle méthode est décrit dans un brevet européen de Thaïes référencé sous le numéro de publication EP0991952. Cette méthode s'applique cependant plus particulièrement à des formes d'onde à modulation linéaire (par exemple les formes d'onde de type GSM ou UMTS). Or, il est souhaité de pouvoir effectuer une goniométrie sur des signaux interférant des signaux modulés par multiporteuses, comme dans les émissions de type DVB ou WiMax.

Dans la suite du texte, on désigne par « symbole OFDM » le signal utile transmis correspondant à la sortie de l'opération de transformée de Fourier après numérisation du signal reçu, et par « symbole », les symboles élémentaires, n-PSK (modulation par déplacement de phase) ou QAM (modulation d'amplitude en quadrature) par exemple, modulant les sous-porteuses d'un symbole OFDM. Les symboles élémentaires 391 et symboles OFDM 381 , 382 sont illustrés en figure 3b. Parmi les symboles, on distingue les symboles connus, permettant la synchronisation, l'apprentissage du canal de propagation et la démodulation, et les symboles de données transportant l'information utile.

Un but de l'invention est de déterminer la direction d'arrivée de signaux interférant un signal modulé sur plusieurs fréquences porteuses et comportant des symboles connus, quelque soit les amplitudes relatives des signaux interférents et dudit signal modulé. A cet effet, l'invention a pour objet un procédé de goniométrie pour déterminer la direction d'arrivée de signaux interférant un signal utile à répartition de fréquences orthogonales comportant des symboles élémentaires connus, les signaux comprenant le signal utile et les signaux interférents étant reçus par un réseau d'antennes alimentant au moins deux voies de réception, le procédé comprenant une étape de numérisation des signaux reçus sur chaque voie de réception, une étape de synchronisation sur les symboles dudit signal utile, une étape de démodulation par transformée de Fourier des signaux numérisés, le procédé comprenant pour un ou plusieurs symboles issus de ladite transformée de Fourier, les étapes suivantes :

o estimer sur chaque sous-porteuse correspondant à une sous- porteuse où le symbole élémentaire utile est connu la contribution des signaux interférents au signal reçu à partir desdits symboles élémentaires utiles connus ; o effectuer une goniométrie sur les signaux interférents à partir des estimations effectuées lors de l'étape précédente.

Selon une mise en œuvre du procédé selon l'invention, l'étape d'estimation de la contribution y k des signaux interférents comprend, au moins pour chaque sous-porteuse du signal reçu modulée avec des symboles connus, pour chaque voie de réception k, une première sous-étape d'estimation de la contribution h k du canal de propagation utile reçu, effectuée à partir du signal numérisé puis démodulé par transformée de Fourier z k et des symboles connus utilisés pour moduler le signal utile, puis une deuxième sous-étape, effectuée sous-porteuse par sous-porteuse, de retranchement au signal numérisé puis démodulé par transformée de Fourier ζ d'une estimation de la contribution du signal utile, calculée à partir de ladite estimation de h k et des symboles connus ou démodulés.

Selon une mise en œuvre du procédé selon l'invention, le signal utile à répartition de fréquences orthogonales utilise la technologie MIMO (« Multiple Input Multiple Output ») ; ce signal est émis à partir de plusieurs voies d'émission distinctes, chacune desdites voies d'émission utilisant ses propres symboles connus pour moduler le signal utile émis, l'étape d'estimation de la contribution des signaux interférents comprenant pour chaque voie d'émission /, une première sous-étape d'estimation de la contribution h k du signal utile pour au moins chaque sous-porteuse f du signal reçu modulée avec des symboles connus, pour chaque voie de réception k, à partir du signal numérisé puis démodulé par transformée de Fourier z k et des symboles connus utilisés pour moduler le signal utile sur ladite voie d'émission /, une deuxième sous-étape combinant le signal numérisé puis démodulé par transformée de Fourier z k , les estimations h k avec les symboles connus de chacune des voies d'émission correspondantes pour produire une estimation de la contribution des signaux interférents.

Avantageusement, pour une voie de réception d'indice k, l'estimation de la contribution du canal de propagation utile h k (f) est effectuée sur une sous-porteuse d'indice f_en déterminant le rapport suivant :

h k (f) = r dzk (f) / r dd (f), où r dd (f) =∑d(n, f) - d * (n, f) et r dzk (f) = z k (n, f) - d * (n, f) , z k (n,f) étant le signal obtenu sur la sous- porteuse f du signal utile OFDM après démodulation par FFT du signal reçu sur la voie k, d(n, f) étant un symbole élémentaire connu émis sur la sous- porteuse f du signal OFDM.

Avantageusement, le procédé selon l'invention peut être exécuté pour des signaux interférents dont la puissance est inférieure à la puissance reçue du signal utile, l'écart de puissance pouvant être supérieur à 20 ou 25 dB.

Le procédé selon l'invention peut notamment être appliqué à des goniométries de signaux interférant des émissions de type DVB ou WiMax.

Un avantage du procédé selon l'invention est qu'il permet d'améliorer la précision et la sensibilité d'une goniométrie effectuée sur les signaux de forme d'onde parallèle, par exemple sur les signaux de type OFDM. D'autres caractéristiques apparaîtront à la lecture de la description détaillée donnée à titre d'exemple et non limitative qui suit faite en regard de dessins annexés qui représentent :

• la figure 1 , un premier exemple de mise en œuvre du procédé selon l'invention ;

· la figure 2, un deuxième exemple de mise en œuvre du procédé selon l'invention ;

• la figure 3a, un diagramme temps-fréquence illustrant la répartition des sous-porteuses pilotes dans une trame de type DVB-T ;

• la figure 3b, une représentation d'un symbole OFDM et de symboles élémentaires,

• la figure 4, un exemple de système sur lequel le procédé selon l'invention peut être mis en œuvre si un seul signal interfèrent est présent ;

• la figure 5, un schéma d'un système sur lequel peut être exécuté le procédé selon l'invention avec une méthode à haute résolution ;

• la figure 6, un synoptique illustrant les étapes d'un procédé selon l'invention appliqué à un système de type MIMO.

La figure 1 présente un premier exemple de procédé selon l'invention. Des signaux 121 sous forme d'ondes électromagnétiques sont reçus et transmis à un récepteur radioélectrique comportant K voies de réception. Ces signaux reçus comportent à la fois un signal utile modulé selon une forme d'onde de type OFDM et également un signal interférant ce signal utile sur au moins une partie de sa bande de fréquence. Le signal utile comprend des symboles connus émis sur certaines fréquences porteuses, qualifiées par la suite de « porteuses pilotes ». Les autres fréquences porteuses du signal utile OFDM, appelées par la suite « porteuses de données » sont modulées avec des données.

La première étape 1 01 du procédé selon l'invention transpose le signal reçu 1 21 en bande de base et numérise le signal reçu 1 21 sur chaque voie de réception selon des techniques connues de l'Homme du métier.

La deuxième étape 1 02 effectue une synchronisation du récepteur sur le signal numérisé x k obtenu en sortie de la première étape 1 01 . La synchronisation peut notamment s'effectuer en utilisant le procédé décrit dans le brevet européen de la société Thaïes et référencé sous le numéro de publication EP0665665 qui permet d'effectuer une prise de synchronisation en présence d'interférence.

La troisième étape 1 03 est une étape de démodulation par transformée de Fourier du signal numérisé. Sur chaque symbole OFDM d'indice n et pour chaque voie de réception k, une transformée de Fourier (FFT) est appliquée sur le signal numérisé x k comme suit :

z k (n, f) = FFT(x k (((n- y(N FFT +N g ) +N g n*(N FFT +N g ))),

où le terme z k (n, f) représente le symbole démodulé, f étant l'indice de la sous-porteuse, N FFT \a taille de la FFT qui est un paramètre de la forme d'onde du signal utile, N g étant le temps de garde.

La quatrième étape 1 04 est une étape d'estimation de la contribution h k {f) du canal de propagation utile, sur chaque porteuse f correspondant à un symbole connu, et pour chaque voie de réception k. Par exemple, pour une voie de réception k et la sous-porteuse d'indice f, cette estimation h k {f) est effectuée via le critère suivant :

OÙ r dd (f ) = t d(n, f ) - d f ) et ¾ ( ) = (n, f ) - d * (n, f ) d(n, f) étant un symbole connu émis sur la sous-porteuse pilote d'indice f du symbole OFDM d'indice n. La cinquième étape 105 estime la contribution des signaux interférents en retranchant aux signaux reçus la partie estimée du signal utile sur chaque sous-porteuse f. Ainsi, pour chaque symbole OFDM d'indice n, pour chaque voie de réception k et pour chaque porteuse correspondant à un symbole connu, est effectuée l'estimation suivante :

y k (n,f) = z k (n,f) - h k (f) * d(n,f)

où le terme y k (n,f) représente la contribution des signaux interférents sur le symbole d'indice n reçu sur la voie de réception k sur la porteuse f, le terme z k (n,f) représentant le symbole d'indice n du signal reçu démodulé par transformée de fourier, par exemple par FFT (transformée de Fourier rapide).

Comme illustré en figure 1 , le procédé selon l'invention permet d'isoler la contribution des signaux interférents pour effectuer leur goniométrie 106a comme si le signal utile OFDM était absent. Outre une goniométrie des signaux interférents, une goniométrie 106b du signal utile OFDM peut être effectuée avec une précision et une sensibilité accrue.

La figure 2 illustre un deuxième exemple de mise en œuvre du procédé selon l'invention.

Dans le cas où les sous-porteuses pilotes sont réparties parmi les sous-porteuses de données, on peut estimer la contribution du canal utile h k (f) sur les sous-porteuses de données en effectuant une interpolation à partir de l'estimation du canal utile effectuée sur les sous-porteuses pilotes. Par exemple, dans le cas d'une forme d'onde de type DVB, une sous- porteuse sur trois est une sous-porteuse pilote, ce qui permet d'effectuer une interpolation et d'estimer la contribution du canal utile sur les sous-porteuses de données intercalées entre les sous-porteuses pilotes. Dans d'autres formes d'ondes, par exemple les formes d'onde de type WiMAX, un symbole placé en début de trame ne comporte que des sous-porteuses pilotes, les autres symboles comportant quasiment uniquement des sous-porteuses de données (et parfois quelques sous-porteuses pilotes pour assurer le suivi du canal).

La figure 3a illustre, à travers un diagramme temps-fréquence, la répartition des sous-porteuses pilotes dans une trame de type DVB-T. Les sous-porteuses pilotes sont représentées par des disques pleins 301 , tandis que les sous-porteuses de données sont représentées par des cercles 302. Dans un signal de forme d'onde DVB-T, les sous-porteuses pilotes sont insérées comme suit :

• des « continuai pilots » ou sous-porteuses pilotes fixes 31 1 sont présentes au même emplacement (c'est-à-dire à la même fréquence) sur chaque symbole,

• des « scattered pilot » ou sous-porteuses pilotes 312 réparties sont régulièrement espacées toutes les 12 sous-porteuses et leur fréquence varie d'un symbole à l'autre (décalages de 3 sous- porteuses pour une périodicité de 4 symboles).

Les autres sous-porteuses sont des porteuses de données.

Comme illustré en figure 2, une étape optionnelle 1 10 du procédé consiste à estimer les symboles transmis sur les sous-porteuses de données. Soit d(n,f) le symbole transmis sur la sous-porteuse f du symbole OFDM n. Le symbole d(n,f) peut être estimé, par exemple, à partir de z(n,f), le vecteur signal reçu sur l'ensemble des K voies de réception et de h(f), le vecteur canal de propagation reçu sur l'ensemble des K voies de réception, de la façon suivante :

d[n, f] = h[n, f] H /(h[n, f] H h[n, f])z[n, f]

h[f] = [h-,[f],h 2 [f],...,h K [f]] T

Le symbole d(n,f) peut également être estimé en utilisant une méthode décrite dans le brevet français référencé sous le numéro de publication FR2854290 qui permet la démodulation d'une forme d'onde OFDM en présence d'interférences.

L'intérêt d'effectuer l'étape optionnelle 1 10 est qu'elle permet de pouvoir utiliser également les symboles de données pour estimer la contribution des signaux interférents : en sortie de l'étape 1 10, l'étape 105 d'estimation de la contribution des signaux interférents peut être effectuée sur toutes les sous-porteuses par la formule :

y k (n,f) = z k (n,f) - h k (f) * d(n,f)

où d(n,f) représente, suivant la porteuse f et le symbole OFDM n , soit un symbole de données, démodulé lors de l'étape 1 10, soit un symbole pilote.

Si un seul signal interfèrent est présent, le procédé selon l'invention permet de déterminer sa direction d'arrivée en utilisant, par exemple, une méthode de goniométrie telle que l'interférométrie, la corrélation vectorielle, ou la formation de voies.

La figure 4 présente un premier exemple de système sur lequel le procédé selon l'invention peut être mis en œuvre si un seul signal interfèrent est présent. Le système 400 comprend, dans l'exemple, cinq antennes 401 , 402, 403, 404, 405 de réception réparties aux coins d'un polygone régulier. Toutes les antennes 401 , 402, 403, 404, 405 sont raccordées à un module de commutation 410 permettant de sélectionner les signaux reçus par deux antennes choisies parmi les cinq 401 , 402, 403, 404, 405 et d'orienter les signaux sélectionnés vers un module traitement 420 permettant, par exemple, d'effectuer des calculs d'interférométrie. Le module de traitement 420 comprend une chaîne formée respectivement d'un récepteur 421 à deux voies, d'un convertisseur analogique numérique 422, et d'un calculateur 422.

Pour le système 400, le procédé selon l'invention peut sélectionner, par exemple, les couples d'antennes suivants : (première antenne 401 ; troisième antenne 403) (deuxième antenne 402 ; quatrième antenne 404) (troisième antenne 403 ; cinquième antenne 405) (quatrième antenne 404 ; première antenne 401 ) et (cinquième antenne 405 ; deuxième antenne 402). L'ensemble des couples d'antennes est noté C par la suite.

Un exemple d'exécution du procédé selon l'invention pour le système 400 est maintenant décrit pour une forme d'onde de type DVB-T, c'est-à-dire DVB Terrestre, avec les paramètres suivants : mode 8 K, une bande de 8 MHz et un temps de garde de 1 /8, ce qui correspond à 6817 sous-porteuses, Nfft=8192, Ng=1024, Fe=64/7 MHz.

Selon la première étape 101 du procédé, les signaux reçus x k et x m sur les deux antennes k et m sont numérisés et translatés en bande de base. La durée d'acquisition correspond à 8 symboles OFDM.

Ensuite, la deuxième étape 102 du procédé est exécutée. Un critère de synchronisation est déterminé sur une durée correspondant à quatre symboles OFDM en utilisant la méthode décrite dans le brevet européen référencé sous le numéro de publication EP0665665. La séquence de synchronisation est formée à partir des sous-porteuses pilotes (signal temporel provenant de la transformée de Fourier inverse des porteuses pilotes dispersées, les autres porteuses étant mises à zéro, en ajoutant l'intervalle de garde Ng) et ce sur quatre symboles OFDM consécutifs. Le critère de synchronisation peut s'écrire de la façon suivante :

c(n) = ^r )R )r xd (n) avec :

+ / )x" (n + / )

N = 4 * (Nfft+Ng)

x{n) = [x k {n) ; x m {n)] T

On note maintenant nO la position de synchronisation choisie de façon à prendre en compte l'ensemble des trajets de propagation dans l'intervalle de garde.

Selon la troisième étape 1 03 du procédé, on effectue la transformée de Fourier sur les signaux reçus sur les voies k et m sur quatre symboles suivant la position de synchronisation nO :

z k (n, f) = FFT(x k (n0+(n-1 )*(N F FT+Ng) +N g : nO+n*(N FF T+Ng))) z m (n, f) = FFT(x m (n0+(n-1 )*(N FF T+Ng) +N g : nO+n*(N FF T+Ng)))

Selon la quatrième étape 1 04 du procédé, la contribution du canal de propagation h k (f) et h m (f) sur chaque porteuse f est déterminée pour la voie de réception k et pour la voie de réception m. Ainsi, sur chacune des porteuses pilotes dispersées (1 porteuse sur 1 2), on effectue l'estimation de canal par la formule où r dd (f) + 4n, f)

1

et r dzk (f) =∑z k (p+ 4n, f) d * (p+ 4n, f) avec p = 1 à 4 pour tenir compte de la périodicité de la position des sous- porteuses pilotes dispersées sur quatre symboles.

Et f = 1 +3*(p-1 )+1 2*l

A l'issue de cette opération, les coefficients h k (f) sont donc estimés toutes les trois sous-porteuses. Ensuite, une interpolation est mise en oeuvre pour obtenir l'estimation des coefficients h k (f) sur toutes les sous-porteuses.

L'étape 1 10 d'estimation des symboles transmis sur les sous- porteuses de données est exécutée, comme expliquée plus haut. Sur chaque sous-porteuse de données, la décision des symboles est réalisée en tenant compte de la constellation (QPSK, 16-QAM ou 64-QAM).

Selon la cinquième étape 105, on estime la contribution des signaux interférents sur les voies de réception k et m, selon la méthode expliquée plus haut, en utilisant l'ensemble des sous-porteuses (sous- porteuses de données et sous-porteuses pilotes).

Ensuite, aux fins d'effectuer une goniométrie par interférométrie, on effectue les étapes suivantes : pour chaque couple d'antennes (k ; m), sur les signaux y k (n,f) et y m (n,f) issus du procédé selon l'invention :

· dans un premier temps, on estime, pour chaque couple d'antennes (k ;m), des différences de phase entre les signaux reçus par ces antennes k, m, différences de phase notées A(^ mesui m , entre les signaux x k (n) et x m (n) reçus sur les deux antennes k et m. Cette différence de phase s'estime en utilisant les signaux estimés y k (n,f) et y m (n,f) issus du procédé selon l'invention, par exemple, via la formule suivante :

8 6817

A(f esuré (k,m) = phase (∑∑y k (n,f) - y ,f) )

n=l f =l

• dans un deuxième temps, on recherche la direction d'arrivée (azimut et/ou site) correspondant au jeu des cinq différences de phase mesurées : pour chaque direction d'arrivée (DOA), les différences de phase théoriques entre les antennes k et m sont notées A(^ theo kitT ,(DOA) et sont obtenues par des méthodes connues de l'homme du métier faisant intervenir si nécessaire une calibration du réseau d'antennes. Ensuite, un algorithme recherche la direction d'arrivée qui minimise l'écart entre les différences de phase théoriques et les différences de phases mesurées sur chaque couple c d'antenne (k,m) de l'ensemble

C. Par exemple,

DOA = ArgMin {∑l A 0 (DOA) - ~ I 2 }

Le procédé selon l'invention rend donc possible, dans un système comportant un réseau de K antennes, K >2, associé à deux voies de réception, la détermination de la direction d'arrivée d'un signal interfèrent en présence d'un signal utile OFDM.

La goniométrie du signal utile peut également être effectuée par l'algorithme d'interférométrie décrit ci-dessus pour effectuer la goniométrie des signaux interférents en exploitant les différences de phase de h k (f) et h m (f), les estimations du canal de propagation utile obtenues sur les voies k et m h k (f) . hl (f) ] En outre, si le signal utile est reçu suivant plusieurs trajets de propagation, il est aussi possible d'effectuer la goniométrie de chaque trajet utile : on effectue dans un premier temps une FFT inverse pour estimer la réponse impulsionnelle temporelle du canal de propagation comme suit :

g k (n) = FFT- 1 (h k (f))

La goniométrie est effectuée dans un second temps pour chaque trajet détecté en utilisant les coefficients de g k (n) pour calculer les différences de phase :

A(f esuré k,m (n) = phase [ g k (indice(n)) - gl (indice(n) ]

avec n = 1 , .., nombre de trajets détectés

indice : tableau contenant les retards des trajets détectés

La détection des trajets peut s'effectuer par exemple à partir du critère de synchronisation ou d'après la valeur de |g k (n)| 2 , qui correspond à la puissance du trajet n.

Si plusieurs signaux interférents sont présents, l'exécution d'une méthode à haute résolution, placée en sortie de la cinquième étape 1 05 d'estimation des signaux interférents, permet d'effectuer leur goniométrie en présence d'un signal utile OFDM avec de meilleures performances que si le procédé selon l'invention n'était pas mis en œuvre.

Un système sur lequel peut être exécuté le procédé selon l'invention avec une méthode à haute résolution est schématiquement représenté en figure 5. Le système 500 comporte un réseau antennaire pentagonal, chaque antenne 501 , 502, 503, 504, 505 du réseau alimentant un module de traitement 51 0 configuré pour exécuter le procédé de goniométrie selon l'invention avec une méthode à haute résolution. Grâce au procédé selon l'invention, il est possible de séparer plus de sources que de signaux à nombre fixé d'antennes. Le module de traitement 51 0 comprend une chaîne formée respectivement d'un récepteur 51 1 à cinq voies, d'un convertisseur analogique numérique 512, et d'un calculateur 512. Par exemple, l'algorithme MUSIC est mis en œuvre à partir de l'estimation de la matrice de corrélation des signaux interférents (respectivement des signaux utiles) pour estimer les directions d'arrivée des signaux interférents (respectivement des signaux utiles).

Le réseau d'antennes comporte cinq capteurs 501 , 502, 503, 504, 505 et cinq voies de réception numérisées en parallèle. Pour le signal DVB-T de l'exemple précédent, les étapes 101 à 105 sont effectuées comme dans l'exemple précédent pour les cinq voies de réception en parallèle.

La matrice de corrélation des signaux interférents est calculée à partir des signaux y(f).

8 6817

R yy =∑∑y[n,f] - y[n,fj H )

n=l f=l

La matrice de corrélation du signal utile est calculée à partir du vecteur h des estimées de canal :

8 6817

Ruu =∑∑h[n,f] - h[n,f] H )

n=l f =l

Avec h[n,f\ = n,f ,h 2 [n,f ,-ÏÏàn,f] T

La figure 6 illustre le procédé selon l'invention appliqué à un système de type MIMO. Le signal utile est émis sur plusieurs antennes émettrices.

Dans le cas d'un système de type MIMO, acronyme anglo-saxon pour

« Multiple Input, Multiple Output », la quatrième étape 104 et la cinquième étape 105 du procédé sont modifiées de la façon suivante pour tenir compte des signaux émis par les différentes antennes d'émission (les autres étapes restent inchangées).

■ La quatrième étape 104 est répétée 204, 204', 204" pour chacune des M voies d'émission utilisées pour émettre le signal utile, de sorte que l'on estime pour chaque voie de réception k, les M canaux de propagation utile h kitTI (f) correspondant à chacune des voies d'émission.

■ La cinquième étape 105 estime les contributions des signaux interférents obtenus pour chaque voie de réception et pour au moins toutes les sous-porteuses ayant été modulées avec des symboles connus par la formule suivante y k (n,f) = z k (n,f) - somme_sur_m h m (f) * d m (n.f)

où d m (n,f) correspond au symbole élémentaire utile émis depuis l'antenne m sur la porteuse f et le symbole OFDM n. En général, pour une porteuse f correspondant à un symbole élémentaire connu émis par l'une des antennes d'émission, les autres antennes d'émission n'émettent aucune donnée (porteuse mise à zéro), de sorte que la somme écrite ci-dessus ne comporte qu'un seul terme si on prend en compte les sous-porteuses f correspondant à un symbole élémentaire connu émis par l'une des antennes d'émission.

L'étape 1 10 de démodulation des symboles élémentaires peut également être effectuée. Dans ce cas, le terme y k (n,f) peut être estimée sur l'ensemble des sous-porteuses (symboles élémentaires de données et connus).