Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR MAKING A POWER DISTRIBUTION POINT SAFE, PARTICULARLY AN ELECTRICAL SOCKET, DEVICE THEREFOR AND ELECTRICAL EQUIPMENT INCORPORATING SAID DEVICE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/1994/027348
Kind Code:
A1
Abstract:
Method for making an electrical power distribution point safe, particularly an electrical socket (1), in an electrical power supply system (2). Initially the output port (3) of the distribution point is not live and a monitoring sequence checks for any load applied to said output port (3). Subsequently the output port (3) is made live, but only when a resistive load below a maximum predetermined resistance is detected. A wide variety of power distribution equipment (sockets, multi-socket oulets, extensions) can be fitted with safety devices operating according to said method. Application in low voltage electrical equipment.

Inventors:
O'NEILL ANDRE (FR)
Application Number:
PCT/FR1994/000573
Publication Date:
November 24, 1994
Filing Date:
May 13, 1994
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
NEILL ANDRE O (FR)
International Classes:
H01R13/44; H01R13/66; H02H5/12; (IPC1-7): H02H5/12; H01R13/44
Domestic Patent References:
WO1989011747A11989-11-30
Foreign References:
EP0348128A11989-12-27
US3386004A1968-05-28
US4259705A1981-03-31
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Procédé pour sécuriser un point de distribution d'énergie électrique (1), notamment une prise de courant, au sein d'un réseau d'alimentation électrique (2) délivrant une tension secteur, ce point de distribution (1) comprenant un port d'entrée relié audit réseau d'alimentation (2) et au moins un port de sortie (3) auquel sont connectés des équipements électriques à alimenter, comprenant une première étape dans laquelle le port de sortie (3) est placé hors tension secteur par des moyens d'interruption, cette première étape comprenant une séquence d'observation d'une charge éventuellement appliquée sur ledit port de sortie (3), et une seconde étape dans laquelle ledit port de sortie (3) est placé sous tension secteur, cette seconde étape étant activée uniquement lorsqu'une charge d'impédance (Zc) inférieure à une impédance maximale prédéterminée est observée, caractérisé en ce que, dans la séquence d'observation, on détecte en amont des moyens d'interruption (71a, 71b) un courant de fuite éventuellement appelé à travers une résistance de fuite (75a, 75b) au sein des moyens d'interruption (71a, 71b) par une charge appliquée au port de sortie, et en ce que cette détection de courant de fuite conduit à une estimation de la résistance (Zc) de la charge et à une commande des moyens d'interruption (71a, 71b) en fonction de ladite estimation.
2. Procédé selon la revendication 1, caractérisé en ce que l'estimation de résistance est effectuée de manière impulsionnelle selon une fréquence d'estimation prédéterminée.
3. Dispositif de sécurisation (10, 10') mettant en oeuvre le procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, disposé entre un réseau d'alimentation électrique (2) et des moyens pour connecter en sortie une charge à alimenter (3) , notamment une prise de courant, et comprenant des moyens interrupteurs (11), des moyens (100, 16) pour estimer la résistance (Zc) de ladite charge, et des moyens (12, 17) pour commander lesdits moyens interrupteurs (11) , de sorte que les moyens de connexion de sortie (3) ne sont mis sous tension secteur que lorsque la résistance (Zc) estimée de la charge est inférieure à une résistance maximale prédéterminée, caractérisé en ce que les moyens d'estimation comprennent des moyens (16) pour détecter un courant de fuite appelé par une charge éventuellement appliquée sur les moyens de connexion de sortie, cette détection conduisant à une estimation de la résistance de ladite charge.
4. Dispositif selon la revendication 3, caractérisé en ce que les moyens d'estimation sont agencés pour fournir une estimation de résistance en régime impulsionnel selon une fréquence d'estimation prédéterminée.
5. Dispositif (70) selon l'une des revendications 3 ou 4, caractérisé en ce que les moyens de détection comprennent au moins une paire de diodes en têtebêche (73a, 74a; 73b, 74b) montées en série avec les moyens d'interruption (71a, 71b), et des moyens (72a, 72b) pour amplifier la tension aux bornes de ladite paire de diodes, en vue de générer un signal de commande desdits moyens d'interruption (71a, 71b).
6. Dispositif (70) selon la revendication 5, caractérisé en ce que chaque ligne d'alimentation comprend des moyens distincts de détection (73a, 74a; 73b, 74b) et des moyens distincts d'interruption (71a, 71b) .
7. Prise de courant (49) reliée à un réseau d'alimentation électrique (2), prévue pour être logée dans un boîtier d'encastrement (40) et comprenant un module de connexion (44), caractérisée en ce qu'elle comprend en outre un dispositif de sécurisation (41) selon l'une quelconque des revendications 3 à 6 disposé électriquement entre le réseau (2) et le module de connexion (44) et logé dans le boîtier d'encastrement (40) .
8. Dispositif multiprises (30) comprenant au sein d'un boîtier (300) plusieurs prises de courant (310, 320) et un cordon d'alimentation (31), caractérisé en qu'il comprend en outre au moins un dispositif de sécurisation (31, 32) selon l'une quelconque des revendications 3 à 6.
9. Dispositif multiprises (30) selon la revendication 8, caractérisé en ce qu'il comprend en outre, pour chaque prise de courant (310, 320) , un dispositif de sécurisation (31, 32) selon l'une quelconque des revendications 3 à 6 situé en amont de ladite prise de courant (310, 320) .
10. Dispositif multiprises selon la revendication 6, caractérisé en ce qu'il comprend en outre un unique dispositif de sécurisation selon l'une quelconque des revendications 3 à 6 pour l'ensemble des prises de courant.
11. Dispositif multiprises selon la revendication 10, caractérisé en ce que le dispositif de sécurisation est monté sur le câble d'alimentation.
12. Rallonge électrique (60) comprenant un cordon d'alimentation (65) comportant à ses extrémités une fiche mâle et une fiche femelle (63) dotées respectivement de moyens de connexion mâles et de moyens de connexion femelles (64), caractérisée en ce qu'elle comprend en outre un dispositif de sécurisation (61) selon l'une quelconque des revendications 3 à 6. 13.
13. Rallonge électrique selon la revendication 12, caractérisé en ce que le dispositif de sécurisation est disposé dans l'une quelconque desdites fiches mâle ou femelle.
14. Rallonge électrique selon la revendication 12, caractérisé en ce que le dispositif de sécurisation est monté sur le câble d'alimentation.
15. Adaptateur (50) pour sécuriser une prise de courant préexistante (52) comprenant des moyens de connexion femelles (520) et reliée à un réseau d'alimentation électrique, caractérisé en ce qu'il comprend des moyens de connexion mâles (501, 503, 504) prévus pour être accouplés aux moyens de connexion femelles (520) de la prise (52), des moyens de connexion femelles (550) prévus pour recevoir une fiche mâle d'un équipement électrique à alimenter, et un dispositif de sécurisation (51) selon l'une quelconque des revendications 3 à 6 disposé électriquement entre les moyens de connexion mâles (501) et les moyens de connexion femelles (550) .
Description:
"Procédé et dispositif de sécurisation d'un point de distribution d'énergie et appareillages électriques associés" DESCRIPTION La présente invention concerne un procédé pour sécuriser un point de distribution d'énergie électrique, notamment une prise électrique. Elle vise également un dispositif pour la mise en oeuvre de ce procédé et des appareillages électriques incluant ces dispositifs.

La prévention des accidents domestiques est actuellement une préoccupation majeure lorsqu'on constate que ces accidents domestiques constituent la principale source de mortalité pour les jeunes enfants. Les électrocutions représentent une partie de ces accidents domestiques et les constructeurs de matériel électrique ont déjà étudié et mis au point des procédés pour empêcher tout contact avec une pièce sous tension au niveau d'une prise électrique. On peut notamment citer des procédés mécaniques réalisant une obturation des parties femelles d'une prise qui n'est supprimée que lorsque deux pièces mâles sont introduites simultanément. Mais ces obturations peuvent être rendues inopérantes par effraction, notamment par introduction de force d'une pièce métallique. Dans ce cas, il est alors possible de rentrer en contact avec des pièces internes sous tension et la prise n'est alors plus sécurisée. En outre, la sécurité réelle d'une prise de courant équipée d'un dispositif mécanique de sécurisation est sérieusement affectée lorsqu'une rallonge est branchée à cette prise. En effet, si un enfant met dans sa bouche l'extrémité libre de la prise, il sera directement soumis à la tension secteur puisque le dispositif mécanique de sécurisation aura été normalement neutralisé par l'insertion de la fiche mâle de la rallonge dans la prise de courant.

On peut citer aussi des prises de sécurité dont la mise sous tension n'est effective que lorsqu'une fiche mâle dotée d'un aimant permanent est introduite.

Il est également usuel d'associer un interrupteur à une prise de courant pour contrôler la mise sous tension de cette prise, cet interrupteur pouvant être pla'cé soit à proximité immédiate de la prise, soit à distance de cette dernière. Cependant, dans le premier cas, l'accessibilité de l'interrupteur ne permet pas de garantir une mise hors tension de la prise; dans le second cas, on ne peut éviter la survenue d'une manoeuvre intempestive de l'interrupteur alors qu'un équipement connecté à la prise est en fonctionnement.

Par ailleurs, les protections différentielles ne détectent pas un choc électrique entre phases, se limitant aux pertes transitant par la terre électrique.

On connaît également, notamment par la demande de brevet européen EP 0348128 du 19 Juin 1989 et par la demande de brevet internationale PCT WO 89/11747 du 22 Mai 1989, des procédés de sécurisation d'une prise électrique, comprenant une première étape dans laquelle le port de sortie est placé hors tension secteur par des moyens d'interruption, cette première étape comprenant une séquence d'observation d'une charge éventuellement appliquée sur ledit port de sortie, et une seconde étape dans laquelle ledit port de sortie est placé sous tension secteur, cette seconde étape étant activée uniquement lorsqu'une charge d'impédance inférieure à une impédance maximale prédéterminée est observée. Ces procédés nécessitent pour la détection et l'estimation d'impédance la mise en oeuvre de composants supplémentaires, par exemple un transformateur, un redresseur ou des interrupteurs commandés, conduisant à des surcoûts de sécurisation élevés.

Le but de la présente invention est de remédier à ces inconvénients en proposant un procédé pour

sécuriser une prise électrique, qui assure une mise hors tension de cette prise lorsque aucun équipement n'y est connecté, et qui conduise à des coûts de fabrication moins élevés que les dispositifs de sécurisation de l'art antérieur.

Suivant l'invention, le procédé pour sécuriser un point de distribution d'énergie électrique, notamment une prise de courant, au sein d'un réseau d'alimentation électrique délivrant une tension secteur, est caractérisé en ce que, dans la séquence d'observation, on détecte en amont des moyens d'interruption un courant de fuite éventuellement appelé à travers une résistance de fuite au sein des moyens d'interruption par une charge appliquée au port de sortie, et en ce que cette détection de courant de fuite conduit à une estimation de la résistance de la charge et à une commande des moyens d'interruption en fonction de cette estimation.

Ainsi, avec le procédé selon l'invention, le contact accidentel des doigts ou de la bouche d'un enfant avec les bornes de sortie de la prise ne peut provoquer d'électrocution puisque ces bornes ne sont pas soumises à la tension secteur pendant la séquence d'observation. Par ailleurs, la résistance équivalente de cette charge accidentelle est nécessairement très supérieure à une résistance maximale prédéterminée choisie sensiblement supérieure à l'impédance la plus élevée dans l'éventail des charges normalement connectables à une prise d'alimentation. De plus, le procédé selon l'invention permet un contrôle individuel de chaque prise de courant.

Dans une forme préférée de mise en oeuvre du procédé selon l'invention, l'estimation de résistance est effectuée de manière impulsionnelle selon une fréquence d'estimation prédéterminée.

On évite ainsi un effet connu de polarisation cellulaire qui est observé lorsque la détection de

résistance est effectué en mode continu et qui conduit à l'observation d'une décroissance progressive de la résistance.

Suivant un autre aspect de l'invention, il est proposé un dispositif de sécurisation mettant en oeuvre le procédé selon l'invention, caractérisé en ce qu'il est disposé entre un réseau d'alimentation électrique et des moyens pour connecter en sortie une charge à alimenter, notamment une prise de courant, et en ce qu'il comprend des moyens interrupteurs, des moyens pour estimer la résistance de ladite charge, et des moyens pour commander les moyens interrupteurs, de sorte que les moyens de connexion de sortie ne sont mis sous tension secteur que lorsque la résistance estimée de la charge est inférieure à une résistance maximale prédéterminée. Les moyens d'estimation comprennent des moyens pour détecter un courant de fuite appelé par une charge éventuellement appliquée sur les moyens de connexion de sortie, cette détection conduisant à une estimation de la résistance de la charge.

Le procédé selon l'invention peut également être mis en oeuvre dans une prise de courant reliée à un réseau d'alimentation électrique, prévue pour être logée dans un boîtier d'encastrement et comprenant un dispositif de connexion, caractérisée en ce qu'elle comprend en outre un dispositif de sécurisation selon l'invention, disposé entre le réseau et le dispositif de connexion et logé dans le boîtier d'encastrement.

Il est également prévu un dispositif multi-prises comprenant au sein d'un boitier plusieurs prises de courant et un cordon d'alimentation, caractérisé en qu'il comprend en outre au moins un dispositif de sécurisation selon l'invention. On peut envisager une configuration dans laquelle à chaque prise de courant est associé un dispositif de sécurisation disposé électriquement entre ladite prise et des lignes d'alimentation supportées par le cordon d'alimentation.

Mais on peut également considérer une configuration ne mettant en oeuvre qu'un seul dispositif de sécurisation pour l'ensemble des prises de courant.

Le procédé selon l'invention peut également être appliqué à une rallonge électrique comprenant un cordon d'alimentation à ses extrémités une fiche mâle et une fiche femelle dotées respectivement de moyens de connexion mâles et de moyens de connexion femelles, caractérisée en ce qu'elle comprend en outre, soit au sein d'une quelconque des fiches, soit au niveau du cordon d'alimentation, un dispositif de sécurisation selon l'invention.

La présente invention prend également en compte la sécurisation de prises de courant préexistantes. Pour cela, il est prévu un adaptateur pour sécuriser une prise de courant préexistante comprenant des moyens de connexion femelles et reliée à un réseau d'alimentation électrique, caractérisé en ce qu'il comprend des moyens de connexion mâles prévus pour être accouplés aux moyens de connexion femelles de la prise, des moyens de connexion femelles prévus pour recevoir une fiche mâle d'un équipement électrique à alimenter, et un dispositif de sécurisation selon l'invention disposé électriquement entre les moyens de connexion mâles et les moyens de connexion femelles.

D'autres particularités et avantages de l'invention apparaîtront encore dans la description ci-après. Aux dessins annexés donnés à titre d'exemples non limitatifs : - la figure 1A est un schéma synoptique d'un premier mode de réalisation, dit aval, d'un dispositif de sécurisation selon l'invention ;

- la figure 1B est un schéma synoptique d'un second mode de réalisation, dit amont, d'un dispositif de sécurisation selon l'invention ;

- la figure 2 est un schéma synoptique d'un exemple d'installation regroupant plusieurs

configurations de prise intégrant un dispositif de sécurisation selon l'invention ;

- la figure 3 illustre un boîtier de prises multiples mettant en oeuvre le procédé selon 1'invention ;

- la figure 4 est une vue en coupe d'une prise selon l'invention disposée dans un encastrement mural ;

- la figure 5 représente une prise gigogne mettant en oeuvre le procédé selon l'invention ;

- la figure 6 représente une prise femelle mettant en oeuvre le procédé selon l'invention, à l'extrémité d'une rallonge électrique ;

- la figure 7 illustre un mode particulier de réalisation d'un dispositif- de sécurisation selon

1'invention ; et

- la figure 8 est un chronogramme correspondant au fonctionnement du dispositif de la figure 7.

On va maintenant expliquer un premier mode de réalisation, dit aval, d'un dispositif de sécurisation selon l'invention, en référence à la figure 1A. Une prise d'alimentation 1, reliée à un réseau d'alimentation électrique 2, comprend un dispositif de connexion 3, de structure classique, et un dispositif de sécurisation 10 intercalé entre le réseau 2 et le dispositif de connexion 3. Ce dispositif de sécurisation comprend un interrupteur commandé 11, de type bipolaire, une unité de mesure 100 et une unité de commande 12. L'unité de mesure 100 comprend un dispositif 13 pour appliquer une tension de mesure aux bornes du dispositif de connexion et un dispositif de mesure de courant 14, par une résistance de shunt. L'estimation de la résistance de la charge est réalisée en aval de l'interrupteur. L'unité de commande 12 contrôle l'application de la tension de mesure, reçoit une information sur le courant circulant dans le dispositif de connexion, et commande l'interrupteur 11.

Cette unité de commande 12 est alimentée à partir du réseau 2, en amont de l'interrupteur 11 au niveau des bornes 15 de connexion du dispositif de sécurisation 10 au réseau 2. Si on considère un premier état de la prise dans lequel aucune charge acceptable n'est détectée aux bornes du dispositif de connexion 3, l'unité de commande 12 commande l'interrupteur 11 en mode ouvert, applique une tension de mesure de faible niveau, par exemple une tension continue, et reçoit une information indicative du courant absorbé. Tant que ce courant est inférieur à une valeur minimale prédéterminée, correspondant à une impédance de charge supérieure à une impédance maximale prédéterminée, l'interrupteur 11 est maintenu ouvert et le dispositif de connexion 3 est hors tension secteur; seule une tension de mesure de niveau très modeste, par exemple inférieur à une dizaine de volts, est présente aux bornes de la prise. A ce stade, si les bornes de la prise se trouvent connectées, accidentellement ou volontairement, à un circuit conducteur incluant une région d'un corps humain, l'impédance équivalente de charge est alors nécessairement très élevée, et le courant absorbé est alors inférieur à la valeur minimale de courant nécessaire pour fermer l'interrupteur 11. Dès qu'une impédance inférieure à l'impédance maximale est détectée, correspondant par exemple au branchement d'un équipement électrique ou à sa mise sous tension, l'unité de commande 12 commande la fermeture de l'interrupteur 11 et la mise sous tension de la prise. Au moment du débranchement ou de l'arrêt de l'équipement, l'unité de commande détecte l'absence de courant absorbé et commande l'ouverture de l'interrupteur 11.

Dans un second mode de réalisation d'un dispositif de sécurisation selon l'invention, en référence à la figure 1B, le dispositif 10', inclus par exemple dans une prise de courant l', connecté en 15 à un réseau

d'alimentation électrique 2 et situé en amont d'un module de connexion 3, comprend une unité de détection 16 située en amont d'une unité d'interruption 11. L'unité de détection détecte le courant de fuite appelé par une charge éventuellement branchée sur le module de connexion 3, à travers les résistances de fuite de l'unité d'interruption 11, et commande via un circuit de commande 17 l'unité d'interruption 11 lorsque le courant de fuite détecté est supérieur à une valeur prédéterminée. Si l'impédance de charge est supérieure à une impédance maximale prédéterminée, l'unité de détection bloque à l'état ouvert l'unité d'interruption 11, qui ne sera débloquée que lorsqu'un courant de fuite suffisant aura été détecté. Le dispositif de sécurisation dont le principe général de fonctionnement vient d'être décrit, peut être inséré en de nombreux endroits caractéristiques d'un système de distribution d'énergie. Ainsi, en référence à la figure 2 qui regroupe plusieurs modes de réalisation de l'invention, on peut prévoir des prises d'alimentation fixes 21, par exemple dans un encastrement mural, comprenant un dispositif de connexion 211 et un dispositif de sécurisation 210 selon l'invention. Un bloc 22 de prises multiples, doté d'un câble et d'une fiche mâle 228 accouplée à une prise femelle 227 reliée au réseau 2, peut être également équipé de dispositifs de sécurisation 224, 225, 226 associés respectivement aux prises 221, 222, 223. On peut aussi concevoir une rallonge électrique 23 comprenant à l'une ou l'autre de ses extrémités 233, 232 un dispositif de sécurisation 230, de sorte que, lorsque la rallonge 23 est connectée à une prise 234 reliée au réseau d'alimentation 2, la tension secteur n'est présente à l'autre extrémité 232 que si une charge appropriée est effectivement connectée à cette extrémité. Le procédé selon l'invention peut également être mis en oeuvre dans un adaptateur 24 réalisant une

fonction de prise gigogne et permettant de sécuriser une prise ordinaire 242. L'adaptateur 24 comprend un dispositif de connexion mâle 243, un dispositif de sécurisation 240 selon l'invention, et un dispositif de connexion femelle 241 prévu pour recevoir une fiche mâle d'un équipement électrique à alimenter (non représenté) . Un dispositif de sécurisation 250 selon l'invention peut aussi être placé en amont d'un sous- réseau 25 relié au réseau d'alimentation 2. Ceci peut concerner par exemple des équipements 251, 252, 253, notamment d'éclairage, équipant une chambre d'enfant ou d'hôpital. Il faut également noter qu'un dispositif de sécurisation 260 peut également être monté en tout point d'un cordon d'une rallonge 26 ou d'un boitier multi-prises, en utilisant des techniques classiques de surmoulage.

Dans un exemple de réalisation d'un bloc de prises multiples représenté en figure 3, le bloc 30 comprend suivant un agencement désormais classique une fiche mâle 32, un cordon d'alimentation 31 et un boitier 300, qui peut être de forme quelconque, par exemple parallélépipédique ou cylindrique, doté sur une de ses faces de prise d'alimentation 310, 320. A chaque prise 310, 320 est associé un dispositif de sécurisation 31, 32 dont les sorties 311, 312; 321, 322 sont reliées aux bornes d'entrée de la prise correspondante 310, 320 et donc aux fiches femelles 313, 314; 323, 324, et dont les entrées sont reliées aux fils d'alimentation 33, 34. Les connexions des fiches de terre 315, 325 des prises 310, 320 au fil de terre 35 ne sont pas prises en compte dans le dispositif de sécurisation selon l'invention.

Dans le cas d'une prise d'alimentation 49 placée dans un boîtier d'encastrement 40 inséré dans une paroi 410, en référence à la figure 4, on peut avantageusement intercaler un module de sécurisation 41 entre le dispositif de connexion 44 et des fils

d'alimentation 45, 46 reliant la prise au réseau via une gaine 42 et connectés aux bornes d'entrée 400, 401 du module de sécurisation 41. Les files de sortie 47, 48 de ce dernier sont connectés aux bornes d'entrée 402, 403 du dispositif de connexion 44. Le dispositif de sécurisation selon l'invention peut être conçu de façon à pouvoir être logé à l'arrière d'une prise de courant encastrable standard.

Si l'on souhaite sécuriser une prise ordinaire sans modification interne de celle-ci, en référence à la figure 5, on peut enficher dans les moyens de connexion femelles 520 de cette prise 52 une prise gigogne 50 intégrant un dispositif de sécurisation 51 selon l'invention entre un dispositif de connexion mâle 501 comprenant des fiches mâles 503, 504, et un dispositif de connexion femelle 550.

Dans le cas d'une rallonge électrique. 60 selon l'invention, en référence à la figure 6, cette rallonge 60 comprenant aux extrémités d'un cordon d'alimentation 65 une fiche mâle (non représentée) et une fiche femelle (63), un dispositif de sécurisation 61 selon l'invention est prévu par exemple en amont d'un dispositif de connexion femelle 64 inclus dans la fiche femelle 63. Le dispositif de sécurisation 61 est relié en entrée aux fils d'alimentation 625, 626, et en sortie aux fiches femelles 627, 628.

Le dispositif de sécurisation peut être réalisé de multiples façons, notamment selon des critères économiques et d'encombrement, ou encore de fiabilité. A titre d'exemple non limitatif de réalisation d'un dispositif de sécurisation illustré en figure 7, un dispositif de sécurisation 70, associé à une prise de courant 3 et relié en entrée à un réseau d'alimentation 2, comprend sur chaque ligne d'alimentation deux diodes montées en tête-bêche 73a, 74a; 73b, 74b et un triac 71a, 71b en amont des bornes d'entrée de la prise de courant 3. Chaque paire de diodes réalise la fonction

de détection de présence d'une charge; chaque triac assume la fonction d'interruption, en présentant en mode bloqué une résistance de fuite 75a, 75b. Un dispositif électronique de multiplication de tension 72a, 72b est connecté aux bornes de chaque paire de diodes 73a, 74a; 73b, 74b. Ce dispositif électronique 72a, 72b amplifie la tension v D (t) présente aux bornes de la paire de diodes et commande le triac correspondant 71a, 71b. On va maintenant expliquer le fonctionnement du dispositif 70 en référence à la figure 8.

On considère un premier état A dans lequel aucune charge n'est branchée sur la prise de courant 3. La tension secteur v(t) est effectivement présente en entrée du dispositif de sécurisation 70 mais n'est pas présente aux bornes extérieures de la prise 3. En effet, du fait de l'absence de charge, aucun courant de fuite i a (t) ne circule dans le dispositif de sécurisation, les diodes de détection ne sont donc pas polarisées et il y une tension nulle à leurs bornes. Les triacs 71a, 71b reçoivent une commande de blocage Sa, Sb, par exemple de niveau logique bas 0.

Si on considère maintenant un état B correspondant à un contact électrique accidentel d'une main ou d'une bouche d'un enfant avec les deux bornes extérieures d'une prise de courant, un courant de fuite s'installe effectivement à travers les résistances de fuite des triacs, mais ce courant de fuite n'est pas suffisant pour polariser en direct les diodes de détection et les triacs restent toujours bloqués. La sécurité est donc assurée puisque le corps de l'enfant ne sera jamais soumis à la tension secteur. Si maintenant on branche un équipement électrique présentant une impédance Zc inférieure à l'impédance maximale (état C) , le courant de fuite appelé par la charge à travers les résistances de fuite va devenir suffisant pour polariser les diodes de détection qui vont alors présenter des tensions de

seuil qui sont amplifiés par les dispositifs d'amplification 72a, 72b générant des commandes Sa, Sb permettant la conduction des triacs 71a, 71b. La prise 3 est alors mise sous tension secteur et alimente ainsi l'équipement branché. Lorsque ce dernier est débranché ou arrêté, le courant i(t) dans le dispositif de sécurisation 70 s'annule et les diodes de détection se bloquent, provoquant alors le blocage des triacs 71a, 71b et la mise hors tension de la prise 3. A titre d'exemple pratique et non limitatif, on peut citer les gammes suivantes de valeurs de résistance :

- résistance électrique (mesurée en courant continu) entre deux conducteurs tenus chacun dans une main: de 80 kΩ à 1 MΩ ;

- résistance électrique (mesurée en courant continu) entre deux conducteurs métalliques tenus à proximité l'un de l'autre, dans la bouche: de 30 à 100 kΩ ; - résistance la plus élevée présentée lors du branchement des appareils ménagers habituels de petite puissance (1 W, impédance à 50 Hz: 48 kΩ) :

3 kΩ.

On constate qu'il est aisé de définir un seuil de sécurité entre la résistance minimale présentée par le corps humain et la résistance maximale d'un appareil lors de son branchement ou de sa mise en route.

Il est à noter que les dispositifs de sécurisation mis en oeuvre dans l'invention peuvent soit faire partie intégrante des équipements auxquels ils sont associés en étant par exemple surmoulés avec les autres composants de ces équipements, soit être réalisés sous la forme de modules autonomes.

L'estimation de résistance sera de préférence effectuée de manière impulsionnelle de façon à éviter le phénomène connu de polarisation cellulaire qui conduit en régime continu à une décroissance

progressive de la résistance mesurée. La fréquence d'estimation est de préférence choisie très basse, par exemple entre 1/2 et 1/10 Hz.

Par ailleurs, dans le cas d'un boîtier multi-prises ou d'une rallonge électrique, il est possible de placer le dispositif de sécurisation sur le cordon d'alimentation, en réalisant par exemple un surmoulage de ce dispositif.

L'interrupteur commandé mis en oeuvre dans un dispositif de sécurisation selon l'invention peut être un triac ou un dispositif à relais.

Bien sûr, l'invention n'est pas limitée aux exemples qui viennent d'être décrits et de nombreux aménagements peuvent être apportés à ces exemples sans sortir du cadre de l'invention.

Ainsi, on peut envisager bien d'autres modes de réalisation pratique du dispositif de sécurisation selon l'invention que celui décrit en référence à la figure 7. En particulier, on peut prévoir une détection de courant, une comparaison du courant détecté à une consigne de courant prédéterminée et une commande de l'interrupteur en fonction du résultat de cette comparaison.

De plus, des dispositifs de sécurisation selon l'invention peuvent être placés en de nombreux points d'un réseau en fonction des installations et de besoins spécifiques de sécurisation.

Par ailleurs, le procédé de sécurisation selon l'invention peut être aisément associé à d'autres procédés, notamment de protection contre les surcharges et les courts-circuits ou de protection différentielle.