Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR MANUFACTURING A TOUCH-SENSITIVE IML LABEL FROM A SPECIFIC FILM FOR IML AND LABEL
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/091834
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a method in which, having subjected the film (1) to a method for decoration by a printing technique, in various consecutive steps according to the number of colours sought, the film (1) is exposed to a cylinder (7) or an anilox roll/plate combination having hollow engraving capable of receiving a touch-sensitive varnish (V); the touch-sensitive varnish (V) is printed using the cylinder (7) or the plate on the film (1); and the film is cut in order to obtain the touch-sensitive IML labels.

Inventors:
DALO, Séverine (18 Rue Marcel Jambon, BARBEZIEUX SAINT-HILAIRE, 16300, FR)
Application Number:
FR2017/053142
Publication Date:
May 24, 2018
Filing Date:
November 16, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
COVERIS FLEXIBLES ANGOULEME FRANCE (3 Boulevard Salvador Allende, ZI N°3, L'ISLE D'ESPAGNAC, 16340, FR)
International Classes:
B31D1/02; B29C45/14; B65D23/08
Foreign References:
GB2428402A2007-01-31
US20080213541A12008-09-04
DE102009031478A12011-01-05
EP9745996A2009-04-24
Attorney, Agent or Firm:
SEMAOUNE, Idriss et al. (3 Place de l'Hôtel de Ville, CS 70 203, SAINT ETIENNE CEDEX 1, 42005, FR)
Download PDF:
Claims:
R E V E N D I C A T I O N S

-1- Procédé de réalisation d'une étiquette IML avec effet tactile à partir d'un film dédié à l'IML (1), caractérisé en ce qu'après avoir soumis le film (1) à un procédé de décoration par une technique d'impression, selon différentes étapes successives en fonction du nombre de couleurs souhaitées :

- on soumet le film (1) à un cylindre (7) ou à une combinaison anilox/cliché présentant une gravure en creux apte à recevoir un vernis à effet tactile (V), - on imprime le vernis à effet tactile (V) avec le cylindre (7) ou le cliché sur le film (1),

- on découpe le film pour obtenir les étiquettes IML à effet tactile.

-2- Procédé selon la revendication 1, caractérisé en ce qu'avant ou après impression du vernis à effet tactile, on imprime sur le film un vernis IML de protection en vue d'une injection ou d'un thermo formage ou d'un soufflage d'une matière plastique.

-3- Procédé selon la revendication 1, caractérisé en ce que l'on trempe le cylindre (7) présentant la gravure en creux dans un bac contenant le vernis (V) à effet tactile, et on soumet le cylindre (7) à une opération d'essuyage pour que ledit vernis (V) reste seulement dans les formes en creux de la gravure. -4- Procédé selon la revendication 3, caractérisé en ce que pour une impression par héliogravure, on utilise un vernis à effet tactile présentant des particules d'environ 30μηι. -5- Procédé selon la revendication 1, caractérisé en ce que l'on trempe l'anilox dans un bac contenant le vernis à effet tactile, on soumet l'anilox à une opération d'essuyage pour que ledit vernis reste seulement dans les formes en creux de la gravure, et on dépose ensuite le vernis sur un cliché dont la gravure est adaptée à l'effet tactile recherché.

-6- Procédé selon la revendication 5, caractérisé en ce que pour une impression par flexographie, on utilise un vernis à effet tactile présentant des particules d'environ 20μηι.

-7- Etiquette IML obtenue directement par le procédé selon les revendications 1- 4, caractérisée en ce qu'elle présente un effet papier en relief.

Description:
PROCÉDÉ DE RÉALISATION D'UNE ÉTIQUETTE IML AVEC EFFET TACTILE À PARTIR D'UN FILM DÉDIÉ À L'IML ET ÉTIQUETTE

L'invention se rattache au secteur technique des étiquettes pour récipients ou emballages en matière plastique.

Plus particulièrement, l'invention concerne une étiquette IML, de l'acronyme anglais signifiant In Mould Labelling. Ce type d'étiquette est parfaitement connu pour un homme du métier. Une étiquette IML est intégrée à un emballage au moment de sa fabrication. L'étiquette et l'emballage sont fusionnés pendant le processus de moulage par injection ou par thermoformage ou par soufflage. L'étiquette, préalablement imprimée, est placée dans le moule juste avant l'injection (ou thermoformage ou soufflage), ce qui permet de l'incorporer dans le matériau d'emballage. Ce procédé d'étiquetage dans le moule offre de nombreux avantages. Il n'est pas décrit en détails, car parfaitement connu pour un homme du métier. L'étiquette est généralement réalisée à partir d'un film en polypropylène, et est, comme indiqué, noyée dans l'emballage par fusion partielle de sa face interne notamment, avec pour objectif, d'assurer la décoration de la totalité ou d'une partie de l'emballage.

Généralement, les étiquettes utilisées sont totalement lisses, de sorte que l'apparence visuelle extérieure du récipient intégrant cette étiquette IML aura également un effet totalement lisse. Dans une forme de réalisation, après injection ou thermoformage d'une matière expansée type EUH/EPT, la surface de l'étiquette présente un effet peau d'orange.

Selon l'enseignement du brevet EP 09 745 996, dont le Demandeur de la présente est également titulaire, on a proposé de réaliser, au moins une zone en relief sur un récipient en matière plastique, intégrant une étiquette IML. Pour obtenir cet effet de relief, étant donné que l'étiquette IML, en tant que telle, est totalement lisse, une solution consiste à développer un procédé d'injection spécifique, en introduisant notamment dans la matière à injecter, un agent d'expansion, à une première température, et sous une première pression, selon laquelle l'agent d'expansion est un fluide super critique.

A partir de cet état de la technique, le problème que se propose de résoudre l'invention est de réaliser une étiquette IML, à effet tactile, tel qu'un effet papier en relief selon différentes formes géométriques. Selon l'invention, pour réaliser, à partir d'un film généralement en polypropylène, une étiquette IML avec effet tactile, il a été conçu et mis au point un procédé selon lequel, après avoir soumis le film à une décoration par tout type de procédé d'impression parfaitement connu pour un homme du métier, tel que l'héliogravure, la flexographie ou l'offset, selon différentes étapes successives en fonction du nombre de couleurs souhaitées :

- on soumet le film à un cylindre présentant une gravure en creux apte à recevoir un vernis à effet tactile, ou à une combinaison anilox/cliché apte à recevoir un vernis à effet tactile,

- on imprime le vernis à effet tactile avec le cylindre ou avec le cliché sur le film,

- on imprime éventuellement sur le film présentant le vernis à effet tactile, un vernis IML de protection pour l'injection ou le thermo formage ou le soufflage d'une matière plastique,

- on découpe le film pour obtenir les étiquettes IML à effet tactile.

A noter que le vernis de protection sera déposé ou non en fonction du besoin du process suivant. Il pourra être déposé avant ou après le vernis à effet tactile. Il résulte de ces caractéristiques, que l'étiquette IML présente directement, et avant intégration dans l'emballage, un effet tactile résultant notamment de la gravure en creux du cylindre, ou de l'association anilox/cliché, en combinaison avec le vernis spécifique. On retrouvera cet effet tactile, par exemple de manière inversée (les reliefs deviennent des creux), au niveau de l'emballage présentant cette étiquette IML.

Selon une première forme de réalisation, notamment par héliogravure, et pour résoudre le problème posé de disposer le vernis à effet tactile uniquement dans la gravure en creux du cylindre, on trempe ledit cylindre dans un bac contenant le vernis à effet tactile, et on soumet le cylindre à une opération d'essuyage pour que ledit vernis reste seulement dans les formes en creux de la gravure.

Dans le cas d'une impression par héliogravure, des résultats avantageux ont été obtenus, lorsqu'on utilise un vernis à effet tactile présentant des particules d'environ 30 μηι. Selon une deuxième forme de réalisation, notamment par flexographie, et pour résoudre le problème posé de disposer le vernis à effet tactile uniquement dans la gravure en creux de l'anilox, on trempe l'anilox dans un bac contenant le vernis à effet tactile, on soumet l'anilox à une opération d'essuyage pour que ledit vernis reste seulement dans les formes en creux de la gravure, et on dépose ensuite le vernis sur un cliché dont la gravure est adaptée à l'effet tactile recherché. Dans le cas d'une impression par flexographie, des résultats avantageux ont été obtenus, lorsqu'on utilise un vernis à effet tactile présentant des particules d'environ 20 μηι. L'invention est exposée ci-après plus en détail à l'aide des figures des dessins annexés dans lesquels :

- la figure 1 est une vue à caractère purement schématique, montrant un exemple d'une installation héliogravure pour la mise en œuvre du procédé, selon l'invention.

- la figure 2 montre une planche d'étiquettes IML, obtenue selon l'invention

- la figure 3 est une vue de face d'une étiquette IML avec effet tactile, avant mise en place dans le moule,

- la figure 4 est une vue d'un exemple de récipient, équipé d'une étiquette IML à effet tactile, selon les caractéristiques de l'invention.

L'étiquette IML (1) est réalisée, par exemple, à partir d'un film polypropylène, d'épaisseur comprise entre 30 et 80 μηι, d'une densité d'environ 550 kg par m 3 . A noter que toute matière adaptée à l'IML pourra être utilisée.

Le film polypropylène ou autre tel que PS ou du PET (1), pour la réalisation des différentes étiquettes est imprimé par tous types de procédés parfaitement connus par un homme du métier, notamment par héliogravure ou flexographie.

On a illustré figure 1, une installation à caractère purement schématique pour l'impression par le procédé d'héliogravure, d'un film (1) pour la réalisation des étiquettes IML (1). D'une manière parfaitement connue, le film (1) est soumis à l'action d'un dispositif dérouleur (2) pour être transféré à différents postes (A)-(B)- (C)-(D)-(E)-(F)-, correspondant chacun a une couleur.

Chaque poste présente un bac d'encre (3), un cylindre (4) et un contre-cylindre preneur (5) entre lesquels passe le film polypropylène (1). Entre chaque poste est disposé un sécheur à air chaud (6).

Selon l'invention, après avoir ainsi soumis le film (1) au procédé d'impression par héliogravure, figure 1, selon les différents postes (A)-(B)- (C)-(D)-(E)-(F), on soumet le film à un cylindre (7), présentant une gravure en creux, apte à recevoir un vernis avec effet tactile, qui correspond au poste (G) de la figure 1.

Le but recherché est donc d'imprimer le vernis à effet tactile avec le cylindre (7) sur le film (1). Dans ce but, ont trempe ledit cylindre (7), qui présente la gravure en creux apte à recevoir un vernis à effet tactile dans un bac (8) contenant le vernis (V), et on soumet le cylindre (7) à une opération d'essuyage, pour que seul le vernis (V) reste dans les formes en creux de la gravure du cylindre.

Par exemple, le cylindre (7) peut présenter 100 lignes par centimètre, d'une profondeur d'environ 160 μηι.

Après avoir déposé, comme indiqué, le vernis à effet tactile (V), on imprime sur le film (1), un vernis IML de protection, pour permettre, ultérieurement, l'injection, le thermoformage ou le soufflage d'une matière plastique (poste H, figure 1) destinée à l'emballage à réaliser. Le vernis de protection assure au film et au vernis tactile une résistance à la température, et confère également des propriétés antistatiques. Ce type de vernis est parfaitement connu pour un homme du métier, dans le cas d'une étiquette IML. Ce vernis pourra également être imprimé avant le vernis tactile (poste G), le vernis tactile étant imprimé en poste H, ou ne pas être imprimé du tout, en fonction du besoin du process.

Il suffit ensuite de découper le film pour obtenir les étiquettes IML(l) à effet tactile, figure 2.

Comme indiqué, dans le cas d'une impression par héliogravure, des résultats avantageux ont été obtenus, en utilisant un vernis à effet tactile présentant des particules d'environ 30 μιη.

Dans le cas d'un procédé par flexographie, des résultats avantageux ont été obtenus avec un vernis présentant des particules d'environ 20 μιη.

La figure 3 montre une étiquette IML (1), résultant des caractéristiques du procédé selon l'invention, qui présente des zones en creux (la), et en relief (lb), conférant par exemple un effet papier en relief, et par conséquent, un effet tactile.

La figure 4 montre un exemple donné à titre indicatif, nullement limitatif, d'un emballage incorporant l'étiquette IML (1), selon invention. L'invention permet ainsi d'obtenir une étiquette IML tactile, c'est-à- dire présentant des zones en relief, laquelle est destinée à être intégrée dans un emballage pour lui conférer un effet tactile.

Les avantages ressortent bien de la description.