Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR MOUNTING A SEAL ON A GEARBOX SHAFT
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/207223
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a method for mounting a seal (230), pre-mounted on a protection device (400), onto a cylindrical part comprising a sharp edge that risks damaging the seal, the method comprising: – a step, using a press (300), of slip-fitting, onto the part, the seal and the protection device arranged between the part and the seal, by sliding the protection device over the sharp edge; the protection device being then blocked in translation against a blocking wall of the part; the seal sliding on the protection device then on the part; – a step of linking the press and the protection device; – a step of withdrawing the press with the protection device; the linking step being carried out by rotation of the press with respect to the protection device creating a helical link.

Inventors:
TEIXEIRA, Daniel (215 Chemin de la Ferme d'Ombreval, Domont, 95330, FR)
Application Number:
FR2019/050629
Publication Date:
October 31, 2019
Filing Date:
March 20, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PSA AUTOMOBILES SA (2-10 Boulevard de l'Europe, Poissy, 78300, FR)
International Classes:
F16J15/3268; B23P19/08; B25B27/00; F16H57/029
Foreign References:
DE102014016722A12016-05-19
US20170043461A12017-02-16
EP0808686A11997-11-26
JP2005088144A2005-04-07
DE102014016722A12016-05-19
Attorney, Agent or Firm:
BONNIN, Patrick (PSA AUTOMOBILES SA, VEIP-VV1400Route de Gizy, Velizy-Villacoublay, 78140, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Procédé (1000) de montage d’un joint (230) d’étanchéité sur une pièce cylindrique comprenant au moins une arête vive susceptible d’endommager le joint (230) d’étanchéité, le joint (230) d’étanchéité étant pré-monté sur un dispositif (400) de protection, le joint (230) d’étanchéité et le dispositif (400) de protection présentant une forme générale annulaire complémentaire à la forme de la pièce, le procédé (1000) de montage comprenant : une étape (1001) d’emmanchement primaire, par le biais d’une presse (300), du dispositif (400) de protection et du joint (230) d’étanchéité sur la pièce, par glissement du dispositif (400) de protection, suivant un sens (2) d’enfoncement, sur la au moins une arête vive ; le dispositif (400) de protection étant disposé entre la pièce et le joint (230) d’étanchéité ; une étape (1002) d’emmanchement secondaire, par le biais de la presse (300), du joint (230) d’étanchéité sur la pièce ; le dispositif (400) de protection étant bloqué en translation, suivant le sens (2) d’enfoncement, contre une paroi (223) de blocage de la pièce ; le joint (230) d’étanchéité glissant, suivant le sens (2) d’enfoncement, sur le dispositif (400) de protection puis sur la pièce, au-delà de la au moins une arête vive ; une étape (1003) de liaison de la presse (300) et du dispositif (400) de protection ; - une étape (1004) de retrait de la presse (300), suivant un sens (4) de retrait opposé au sens (2) d’enfoncement, la presse (300) retirant avec elle le dispositif (400) de protection ; le procédé (1000) de montage étant caractérisé en ce que l’étape (1003) de liaison est réalisée par rotation de la presse (300) par rapport au dispositif (400) de protection, suivant un sens (3) de liaison, créant une liaison hélicoïdale entre la presse (300) et le dispositif (400) de protection.

2. Procédé (1000) de montage d’un joint (230) d’étanchéité selon la revendication précédente, caractérisé en ce que, lors de l’étape (1003) de liaison, la liaison hélicoïdale entre la presse (300) et le dispositif (400) de protection s’effectue par coopération entre un filetage du dispositif (400) de protection et un taraudage de la presse (300).

3. Procédé (1000) de montage d’un joint (230) d’étanchéité selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que l’étape (1003) de liaison est réalisée par rotation, suivant le sens (3) de liaison, d’une partie (320) interne de la presse (300), une partie (310) externe de la presse (300) étant bloquée en rotation, suivant le sens (3) de liaison.

4. Procédé (1000) de montage d’un joint (230) d’étanchéité selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que, lors de l’étape (1003) de liaison, un renfoncement (311) de la presse (300) bloque, par butée contre un épaulement (420) du dispositif (400) de protection, le dispositif (400) de protection en translation suivant le sens (4) de retrait.

5. Procédé (1000) de montage d’un joint (230) d’étanchéité selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu’il comprend, après l’étape (1004) de retrait, une étape (1005) de désolidarisation du dispositif (400) de protection de la presse (300) réalisée par rotation de la presse (300) par rapport au dispositif (400) de protection, suivant un sens opposé au sens (3) de liaison, supprimant la liaison hélicoïdale entre la presse (300) et le dispositif (400) de protection.

6. Procédé (1000) de montage d’un joint (230) d’étanchéité selon la revendication précédente, caractérisé en ce que l’étape (1005) de désolidarisation est réalisée par rotation, suivant ledit sens opposé au sens (3) de liaison, de la partie (320) interne de la presse (300), la partie (310) externe de la presse (300) étant bloquée en rotation, suivant ledit sens opposé au sens (3) de liaison.

7. Procédé (1000) de montage d’un joint (230) d’étanchéité selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que, lors de l’étape (1001) d’emmanchement primaire, la au moins une arête vive sur laquelle glisse le dispositif (400) de protection s’étendent suivant une direction définie par le sens (2) d’enfoncement.

8. Procédé (1000) de montage d’un joint (230) d’étanchéité selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que, lors de l’étape (1001) d’emmanchement primaire, la pièce comprend plusieurs arêtes vives réparties sur tout le pourtour de ladite pièce et le dispositif (400) de protection s’étend sur tout le pourtour de ladite pièce.

9. Procédé d’assemblage d’une boîte (200) de vitesses, la boîte (200) de vitesses comprenant : - un carter (210), un arbre (220) comportant une extrémité (221) munie d’au moins une arête vive, ladite extrémité (221) de l’arbre (220) faisant saillie du carter (210), et un joint (230) d’étanchéité disposé entre le carter (210) et l’arbre (220), le procédé d’assemblage de la boîte (200) de vitesses étant caractérisé en ce qu’il comprend une étape d’emmanchement du joint (230) d’étanchéité sur l’arbre (220) réalisée suivant le procédé (1000) de montage selon l’une quelconque des revendications précédentes.

10. Procédé d’assemblage d’une boîte (200) de vitesses selon la revendication précédente, caractérisé en ce que, en fin de l’étape (1002) d’emmanchement secondaire : une lèvre (231) interne du joint (230) d’étanchéité est en contact avec l’arbre

(220), une lèvre (232) externe du joint (230) d’étanchéité est en contact avec le carter

(210), - un appui (233) du joint (230) d’étanchéité est en contact avec la presse (300), le joint (230) d’étanchéité présentant, en section transversale, une forme générale en U.

Description:
PROCEDE DE MONTAGE D’UN JOINT D’ETANCHEITE SUR UN ARBRE DE BOITE DE VITESSES

[0001 ] L’invention a trait au montage de joints d’étanchéité dans un véhicule automobile et plus particulièrement aux joints d’étanchéité qui, lors de leur montage, risquent d’être endommagés par des arêtes vives sur lesquelles les joints d’étanchéité glissent.

[0002] Les boîtes de vitesses des véhicules automobiles comprennent des arbres transmettant à un composant du véhicule automobile ou recevant de ce dernier un mouvement de rotation. [0003] Les boîtes de vitesses comprennent un carter, par rapport auquel les arbres sont en rotation, généralement rempli d’huile pour satisfaire au bon fonctionnement de ladite boîte de vitesses. Afin d’éviter la perte d’huile et donc une dégradation prématurée de la boîte de vitesses, un joint d’étanchéité est disposé entre le carter et chaque arbre. [0004] Le joint d’étanchéité est monté, sur la boîte de vitesses, après montage de l’arbre dans le carter. Le joint d’étanchéité est emmanché sur l’arbre.

[0005] Cependant, afin de transmettre ou recevoir le mouvement de rotation, une extrémité de l’arbre couplée au composant du véhicule automobile comprend des cannelures. Ces cannelures comprennent des arêtes vives qui, lors de l’emmanchement du joint d’étanchéité sur l’arbre, risquent d’endommager le joint d’étanchéité.

[0006] Il est connu, pour pallier ce problème, de pré-monter le joint d’étanchéité sur un dispositif de protection de forme annulaire, le dispositif de protection, aussi appelé ogive, étant destiné, lors de l’emmanchement du joint d’étanchéité, à glisser sur l’arbre, entre le joint d’étanchéité et l’arbre, protégeant le joint d’étanchéité des arêtes vives. Le dispositif de protection et le joint d’étanchéité sont mus par une presse s’appuyant directement sur le joint d’étanchéité, autour du dispositif de protection. Le dispositif de protection est bloqué en translation, par une augmentation du diamètre de l’arbre, avant la fin de l’emmanchement du joint d’étanchéité, de sorte que ce dernier vienne au contact de l’arbre, dans sa position finale. [0007] Un tel dispositif de protection doit, cependant, en fin d’opération, être retiré manuellement de l’arbre par un opérateur.

[0008] Le document DE102014016722A1 décrit un tel procédé d’emmanchement, sur un arbre, d’un joint d’étanchéité pré-monté sur un dispositif de protection. Le dispositif de protection comprend une avancée radiale s’étendant vers la presse et configurée pour coopérer avec une avancée radiale de la presse s’étendant vers le dispositif de protection. Après blocage en translation du dispositif de protection, l’avancée radiale de la presse passe au-delà de l’avancée radiale du dispositif de protection, du côté du joint d’étanchéité, la presse continuant à emmancher le joint d’étanchéité jusqu’à sa position finale. Les avancées radiales venant en contact l’une de l’autre, lors du retrait de la presse, permettent le retrait du dispositif de protection de l’arbre.

[0009] En variante, un autre document décrit, à la place des avancées radiales, des aimants permettant également le retrait du dispositif de protection de l’arbre.

[0010] De tels procédés d’emmanchement du joint d’étanchéité permettent le retrait du dispositif de protection de manière concomitante avec le retrait de la presse.

[001 1 ] L’objectif est de proposer une technique alternative au retrait du dispositif de protection en concomitance avec le retrait de la presse.

[0012] A cet effet, il est proposé, en premier lieu, un procédé de montage d’un joint d’étanchéité sur une pièce cylindrique comprenant au moins une arête vive susceptible d’endommager le joint d’étanchéité, le joint d’étanchéité étant pré-monté sur un dispositif de protection, le joint d’étanchéité et le dispositif de protection présentant une forme générale annulaire complémentaire à la forme de la pièce, le procédé de montage comprenant : une étape d’emmanchement primaire, par le biais d’une presse, du dispositif de protection et du joint d’étanchéité sur la pièce, par glissement du dispositif de protection, suivant un sens d’enfoncement, sur la au moins une arête vive ; le dispositif de protection étant disposé entre la pièce et le joint d’étanchéité ; une étape d’emmanchement secondaire, par le biais de la presse, du joint d’étanchéité sur la pièce ; le dispositif de protection étant bloqué en translation, suivant le sens d’enfoncement, contre une paroi de blocage de la pièce ; le joint d’étanchéité glissant, suivant le sens d’enfoncement, sur le dispositif de protection puis sur la pièce, au-delà de la au moins une arête vive ; une étape de liaison de la presse et du dispositif de protection ; une étape de retrait de la presse, suivant un sens de retrait opposé au sens d’enfoncement, la presse retirant avec elle le dispositif de protection ; l’étape de liaison étant réalisée par rotation de la presse par rapport au dispositif de protection, suivant un sens de liaison, créant une liaison hélicoïdale entre la presse et le dispositif de protection.

[0013] Un tel procédé de montage d’un joint d’étanchéité permet de protéger efficacement le joint d’étanchéité lors de son montage sur la pièce, de supprimer des étapes manuelles afin de gagner en temps et en qualité.

[0014] Diverses caractéristiques supplémentaires peuvent être prévues, seules ou en combinaison : lors de l’étape de liaison, la liaison hélicoïdale entre la presse et le dispositif de protection s’effectue par coopération entre un filetage du dispositif de protection et un taraudage de la presse ; le filetage et le taraudage permettant une solidarisation résistante sans risque d’abîmer la presse ou le dispositif de protection ; l’étape de liaison est réalisée par rotation, suivant le sens de liaison, d’une partie interne de la presse, une partie externe de la presse étant bloquée en rotation, suivant le sens de liaison, de sorte à ne pas endommager le joint d’étanchéité par frottement avec la partie externe ; lors de l’étape de liaison, un renfoncement de la presse bloque, par butée contre un épaulement du dispositif de protection, le dispositif de protection en translation suivant le sens de retrait de sorte à définir une position maximale du dispositif de protection dans la presse ; le procédé de montage comprend, après l’étape de retrait, une étape de désolidarisation du dispositif de protection de la presse réalisée par rotation de la presse par rapport au dispositif de protection, suivant un sens opposé au sens de liaison, supprimant la liaison hélicoïdale entre la presse et le dispositif de protection de sorte à permettre la réalisation, une nouvelle fois, du procédé de montage du joint d’étanchéité sans recours à une opération manuelle tout en conservant l’intégrité de la presse et du dispositif de protection ;

- l’étape de désolidarisation est réalisée par rotation, suivant ledit sens opposé au sens de liaison, de la partie interne de la presse, la partie externe de la presse étant bloquée en rotation, suivant ledit sens opposé au sens de liaison ; la partie externe protégeant les individus positionnés proches de la presse lors de la rotation de la partie interne ;

- lors de l’étape d’emmanchement primaire, la au moins une arête vive sur laquelle glisse le dispositif de protection s’étendent suivant une direction définie par le sens d’enfoncement de sorte à optimiser le couple transmis entre la pièce et le composant avec lequel la pièce est accouplée ;

- lors de l’étape d’emmanchement primaire, la pièce comprend plusieurs arêtes vives réparties sur tout le pourtour de ladite pièce et le dispositif de protection s’étend sur tout le pourtour de ladite pièce.

[0015] Il est proposé, en second lieu, un procédé d’assemblage d’une boîte de vitesses, la boîte de vitesses comprenant : un carter, un arbre comportant une extrémité munie d’au moins une arête vive, ladite extrémité de l’arbre faisant saillie du carter, et un joint d’étanchéité disposé entre le carter et l’arbre, le procédé d’assemblage de la boîte de vitesses comprenant une étape d’emmanchement du joint d’étanchéité sur l’arbre réalisée suivant le procédé de montage décrit ci-dessus.

[0016] En variante du procédé d’assemblage de la boîte de vitesses décrit ci- dessus, en fin de l’étape d’emmanchement secondaire : une lèvre interne du joint d’étanchéité est en contact avec l’arbre, une lèvre externe du joint d’étanchéité est en contact avec le carter, un appui du joint d’étanchéité est en contact avec la presse, le joint d’étanchéité présentant, en section transversale, une forme générale en U.

[0017] La forme en U permettant d’épouser au maximum le carter et l’arbre mobiles l’un par rapport à l’autre.

[0018] L’invention sera mieux comprise, et d’autres buts, caractéristiques, détails et avantages de celle-ci apparaîtront plus clairement dans la description explicative qui va suivre faite en référence aux dessins annexés donnés uniquement à titre d’exemple illustrant un mode de réalisation de l’invention et dans lesquels : la figure 1 est une vue schématique en perspective d’un véhicule automobile comprenant un moteur et une boîte de vitesses, la boîte de vitesses comportant un carter, un arbre et un joint d’étanchéité disposé entre le carter et l’arbre ; la figure 2 est une vue schématique en coupe du joint d’étanchéité pré-monté sur un dispositif de protection ; les figures 3 et 4 sont des vues schématiques en coupe d’une étape d’emmanchement primaire, par le biais d’une presse, du joint d’étanchéité sur l’arbre, par convention l’arbre n’étant pas représenté en coupe ; la figure 5 est une vue schématique en coupe d’une étape d’emmanchement secondaire, par le biais de la presse, du joint d’étanchéité sur l’arbre, par convention l’arbre n’étant pas représenté en coupe ; la figure 6 est une vue schématique en coupe d’une étape de liaison du dispositif de protection et de la presse, par convention l’arbre n’étant pas représenté en coupe ; la figure 7 est une vue schématique en coupe d’une étape de retrait de la presse et du dispositif de protection, par convention l’arbre n’étant pas représenté en coupe ; la figure 8 est une représentation schématique de différentes étapes d’un procédé de montage du joint d’étanchéité sur l’arbre. [0019] Sur la figure 1 est représenté un véhicule 1 automobile comprenant un moteur 100 et une boîte 200 de vitesses solidaire du moteur 100.

[0020] La boîte 200 de vitesses comprend : un carter 210, un arbre 220 comportant une extrémité 221 en saillie du carter 210, ladite extrémité 221 coopérant avec le moteur 100 et un joint 230 d’étanchéité disposé entre le carter 210 et l’arbre 220.

[0021 ] Le joint 230 d’étanchéité permet d’éviter la perte d’huile présente dans le carter 210 pour le bon fonctionnement de la boîte 200 de vitesses.

[0022] Ladite extrémité 221 de l’arbre 220 en saillie du carter 210 comprend au moins une cannelure 222 destinée à transmettre un mouvement de rotation produit par le moteur 100. La au moins une cannelure 222 comprend au moins une arête vive.

[0023] Dans le mode de réalisation représenté, les cannelures 220, et donc les arêtes vives, sont réparties sur tout le pourtour de l’arbre 220.

[0024] Selon le mode de réalisation illustré, comme on peut le voir sur les figures 3 à 7, dans un procédé 1000 de montage du joint 230 d’étanchéité, une presse 300 emmanche le joint 230 d’étanchéité sur l’arbre 220, par l’extrémité 221 de l’arbre 220, en saillie du carter 210, comprenant la au moins une arête vive.

[0025] Ainsi, avant le montage du joint 230 d’étanchéité sur l’arbre 220, afin de ne pas endommager le joint 230 d’étanchéité lors de du montage de ce dernier, le joint 230 d’étanchéité est pré-monté sur un dispositif 400 de protection, aussi appelé ogive, comme illustré sur la figure 2.

[0026] Dans le mode de réalisation représenté, le joint 230 d’étanchéité comprend une lèvre 231 interne, une lèvre 232 externe et un appui 233 reliant la lèvre 231 interne et la lèvre 232 externe. Le joint 230 d’étanchéité présente, en section transversale, une forme générale en U. [0027] La lèvre 231 interne est destinée à être en contact avec l’arbre 220. La lèvre 231 interne est en contact avec une jupe 410 du dispositif 400 de protection lorsque le joint 230 d’étanchéité est pré-monté sur le dispositif 400 de protection.

[0028] La lèvre 232 externe est destinée à être en contact avec le carter 210.

[0029] L’appui 233 est destiné à être en contact avec la presse 300, lors du montage du joint 230 d’étanchéité sur l’arbre 220.

[0030] Selon le mode de réalisation représenté, le dispositif 400 de protection comprend un épaulement 420 bloquant l’insertion du joint 230 d’étanchéité sur le dispositif 400 de protection lors du pré-montage.

[0031 ] Le dispositif 400 de protection comprend un moyen 430 de liaison hélicoïdale primaire destiné à coopérer avec un moyen 321 de liaison hélicoïdale secondaire de la presse 300.

[0032] Selon le mode de réalisation illustré, l’épaulement 420 sépare sensiblement le moyen 430 de liaison hélicoïdale primaire et la jupe 410 du dispositif 400 de protection. Dans des modes de réalisation différents, le moyen 430 de liaison hélicoïdale primaire est disposé sur la jupe 410.

[0033] Dans le mode de réalisation illustré, le moyen 430 de liaison hélicoïdale primaire est un taraudage et le moyen 321 de liaison hélicoïdale secondaire est un filetage. Le taraudage et le filetage s’étendent sur une longueur limitée, respectivement, du dispositif 400 de protection et de la presse.

[0034] Selon le mode de réalisation illustré, le joint 230 d’étanchéité et le dispositif 400 de protection et l’arbre 220 présentent des formes de révolution. Le joint 230 d’étanchéité et le dispositif 400 de protection présentent une forme annulaire, complémentaire à la forme cylindrique de section circulaire de l’arbre 220, de sorte que le joint 230 d’étanchéité et le dispositif 400 de protection soient emmanchés sur l’arbre 220. Le dispositif 400 de protection s’étend sur tout le pourtour de l’arbre 220. L’épaulement 420 présente une forme sensiblement annulaire s’étendant vers l’extérieur du dispositif 400 de protection et disposé sensiblement au milieu du dispositif 400 de protection. [0035] Dans le mode de réalisation représenté, la presse 300 présente une forme générale de tube à section transversale circulaire. La presse 300 présente, de préférence, un diamètre interne sensiblement égal au diamètre externe de l’arbre 220 améliorant le guidage de la presse 300 par rapport à l’arbre 220 lors du montage du joint 230 d’étanchéité.

[0036] Dans le mode de réalisation illustré, la presse 300 comprend : une partie 310 externe destinée à être en contact avec l’appui 233 du joint 230 d’étanchéité, lors du montage du joint 230 d’étanchéité sur l’arbre 220, et une partie 320 interne comprenant le moyen 321 de liaison hélicoïdale secondaire et mobile en rotation par rapport à la partie 310 externe.

[0037] Le procédé 1000 de montage du joint 230 d’étanchéité sur l’arbre 220 est présenté schématiquement sur la figure 8 et est illustré sur les figures 3 à 7.

[0038] Le procédé 1000 de montage comprend une étape 1001 d’emmanchement primaire du joint 230 d’étanchéité sur l’arbre 220, illustrée sur les figures 3 et 4, jusqu’au contact de la jupe 410 du dispositif 400 de protection avec une paroi 223 de blocage de l’arbre 220, le dispositif 400 de protection venant ainsi en butée contre la paroi 223 de blocage. Lors de l’étape 1001 d’emmanchement primaire, l’appui 233 du joint 230 d’étanchéité est au contact de la partie 310 externe de la presse 300, cette dernière poussant le joint 230 d’étanchéité et le dispositif 400 de protection le long de l’extrémité 221 saillante de l’arbre 220, suivant un sens 2 d’enfoncement. La jupe 410 du dispositif 400 de protection est disposée entre l’arbre 220 et le joint 230 d’étanchéité protégeant ce dernier d’un endommagement potentiel causé par la ou les arêtes vives de l’extrémité 221 de l’arbre 220.

[0039] Dans le mode de réalisation illustré, les arêtes vives sont disposées suivant une direction définie par le sens 2 d’enfoncement correspondant à la direction suivant laquelle s’étend l’arbre 220. Dans des modes de réalisation différents, les arêtes vives sont perpendiculaire, obliques ou dans différentes directions par rapport à ladite direction suivant laquelle s’étend l’arbre 220.

[0040] Dans le mode réalisation représenté, la paroi 223 de blocage de l’arbre 220 définie sur l’arbre 220 un diamètre supérieur au diamètre de l’extrémité 221 et au diamètre du dispositif 400 de protection. [0041 ] Comme représenté sur la figure 5, le procédé 1000 de montage comprend une étape 1002 d’emmanchement secondaire du joint 230 d’étanchéité sur l’arbre. L’appui 233 du joint 230 d’étanchéité reste en contact avec la partie 310 externe de la presse 300, cette dernière poussant le joint 230 d’étanchéité, suivant le sens 2 d’enfoncement. Le dispositif 400 de protection est, quant à lui, bloqué en translation suivant le sens 2 d’enfoncement de sorte que le joint 230 d’étanchéité glisse sur le dispositif 400 de protection jusqu’à sa position finale, entre le carter 210 et l’arbre 220 de la boîte 200 de vitesses.

[0042] Lorsque le joint 230 d’étanchéité est disposé dans sa position finale, comme illustré sur la figure 5, le moyen 430 de liaison hélicoïdale primaire du dispositif 400 de protection est en contact avec le moyen 321 de liaison hélicoïdale secondaire de la partie 320 interne de la presse 300.

[0043] Le procédé 1000 de montage du joint 230 d’étanchéité comprend une étape 1003 de liaison de la partie 320 interne de la presse 300 et du dispositif 400 de protection, représentée sur la figure 6. Lors de l’étape 1003 de liaison, la partie 320 interne est mue en rotation, suivant un sens 3 de liaison, de sorte que le moyen 430 de liaison hélicoïdale primaire et le moyen 321 de liaison hélicoïdale secondaire coopèrent et créent une liaison hélicoïdale solidarisant la partie 320 interne de la presse 300 et le dispositif 400 de protection. Le dispositif 400 de protection est ainsi mû suivant un sens 4 de retrait opposé au sens 2 d’enfoncement.

[0044] Dans le mode de réalisation représenté, la partie 310 externe de la presse 300 comprend un renfoncement 311 , s’étendant vers la partie 320 interne de la presse 300, destiné à bloquer, par contact entre le renfoncement 311 et l’épaulement 420 du dispositif 400 de protection, le dispositif 400 de protection en translation suivant le sens 4 de retrait.

[0045] Lors de l’étape 1003 de liaison, la partie 310 externe de la presse 300, en contact avec le joint 230 d’étanchéité, est immobile en rotation par rapport au joint 230 d’étanchéité. Ainsi, le joint 230 d’étanchéité n’est pas endommagé par un frottement dû à un mouvement relatif entre la partie 310 externe et le joint 230 d’étanchéité.

[0046] Selon un mode de réalisation différent, la presse 300 ne comprend que la partie 310 externe munie du moyen 321 de liaison hélicoïdale secondaire. En variante, la partie 310 externe comprend un roulement en contact du joint 230 d’étanchéité de sorte à ne pas endommager le joint 230 d’étanchéité lors de la rotation de la partie 310 externe créant la liaison hélicoïdale.

[0047] Comme illustré sur la figure 7, le procédé 1000 de montage comprend une étape 1004 de retrait de la presse 300 et du dispositif 400 de protection de l’arbre 220. La presse 300 est mue suivant le sens 4 de retrait tirant avec elle le dispositif 400 de protection solidaire de la partie 320 interne de la presse 300 par le biais de la liaison hélicoïdale.

[0048] Le procédé 1000 de montage du joint comprend une étape 1005 de désolidarisation du dispositif 400 de protection de la presse 300. La partie 320 interne de la presse est mue en rotation de sorte que le moyen 430 de liaison hélicoïdale primaire et le moyen 321 de liaison hélicoïdale secondaire supprime la liaison hélicoïdale solidarisant la partie 320 interne de la presse 300 et le dispositif 400 de protection. Le dispositif 400 de protection est ainsi désolidarisé automatiquement de la presse 300.

[0049] Par automatique est entendu sans intervention manuelle d’un opérateur sur le dispositif 400 de protection.

[0050] Dans le mode de réalisation représenté, la partie 320 interne de la presse est mue en rotation, lors de l’étape 1005 de désolidarisation, suivant un sens opposé au sens 3 de liaison.

[0051 ] Selon des modes de réalisation différents, l’étape 1005 de désolidarisation est réalisée par arrachement du dispositif 400 de protection. En variante, le dispositif 400 de protection est composé en plusieurs parties aptes à se rapprocher de sorte que le dispositif 400 de protection ne soit plus solidaire de la presse 300.

[0052] Un tel procédé 1000 de montage du joint 230 d’étanchéité sur l’arbre 220 de la boîte 200 de vitesses permet de protéger efficacement le joint 230 d’étanchéité lors de son montage. La presse 300 requise pour mettre en oeuvre ce procédé 1000 de montage est simple de conception et de fabrication.

[0053] Le procédé 1000 de montage permet également, en supprimant des étapes manuelles, de gagner du temps sur l’assemblage d’un véhicule 1 automobile et plus particulièrement d’une boîte 200 de vitesses ainsi que de gagner en qualité en évitant des risques d’oublis de réalisation d’étapes manuelles.