Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR PRODUCING BITUMEN/POLYMER COMPOUNDS EXHIBITING IMPROVED RESISTANT TO PETROLEUM SOLVENTS, THUS OBTAINED COMPOUNDS AND THE USE THEREOF IN THE FORM OF A BITUMINOUS BINDER
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2004/060991
Kind Code:
A2
Abstract:
The invention relates to the use of at least one functional olefinic polymer P for improving the resistance of a bitumen/polymer compounds to petroleum solvents which comprises per weight of bitumen: (1) at least one type of bitumen, and (2) from 0.3 to 20 % of a cross-linkable elastomer, (3) an efficient quantity of a coupling agent Ac which is capable to supply free sulfur in a quantity ranging from 0.1 to 20 % per weight of the cross-linkable elastomer E contained in a reaction medium. Said functional olefinic polymer P is used in a quantity ranging from 0.05 to 15 % per weight of the used bitumen (1).

Inventors:
Planche, Jean-pascal (Lieu Dit "Gravetan", St-Just-Chaleyssin, F-38540, FR)
Chaverot, Pierre (2 place des Abricotiers, St Martin la Plaine, St Martin la Plaine, F-42800, FR)
Lapalu, Laurence (3 Rue Georges Courteline, Villeurbanne, Villeurbanne, F-69100, FR)
Ponsardin, Mickaël (282 Avenue Berthelot, Lyon, F-69008, FR)
Application Number:
PCT/FR2003/003795
Publication Date:
July 22, 2004
Filing Date:
December 18, 2003
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Totalfinaelf, France (Tour Total, 24 Cours Michelet, Puteaux, F-92800, FR)
Planche, Jean-pascal (Lieu Dit "Gravetan", St-Just-Chaleyssin, F-38540, FR)
Chaverot, Pierre (2 place des Abricotiers, St Martin la Plaine, St Martin la Plaine, F-42800, FR)
Lapalu, Laurence (3 Rue Georges Courteline, Villeurbanne, Villeurbanne, F-69100, FR)
Ponsardin, Mickaël (282 Avenue Berthelot, Lyon, F-69008, FR)
International Classes:
C08L95/00; E01C7/26; C08L23/04; C08L23/14; (IPC1-7): C08L/
Domestic Patent References:
WO1997044397A11997-11-27
Foreign References:
FR2726830A11996-05-15
US5494966A1996-02-27
FR2748487A11997-11-14
Other References:
DATABASE WPI Week 197911 Derwent Publications Ltd., London, GB; AN 1979-21171B XP002250740 & JP 54 003165 B (NICHIREKI KAGAKU KO) 19 février 1979 (1979-02-19)
Attorney, Agent or Firm:
Jolly, Jean-pierre (Cabinet Jolly, 54 rue de Clichy, Paris, F-75009, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Utilisation d'au moins un polymère oléfinique fonctionnalisé P choisi parmi les copolymères comprenant, en % en poids du polymère oléfinique : (i) x % de motifs issus de l'éthylène ou du propylène, (ii) y % de motifs issus d'un ou de plusieurs monomères de formule : CH2=CR1R2, dans laquelle : Rl designe H,CH3 ouC2Hs, et R2 représente un radical COOR5, OR5, ouOOCR6, où Rs désigne un radical alkyle en Ci à Clo et, de préférence, en C1 à C6, et R6 représente H ou un radical alkyle en Ci à C3, (qui) z% de motifs issus d'au moins un monomère de formule : R3CH=CRiR4. dans laquelle : Ri a la même définition que précédemment, R3 désigne H,COOH ouCOORs, Rs ayant la même signification que précédemment, R4 désigne un radicalCOOH,OH, x, y et z étant des nombres tels que x+y+z=100, et x > y+ 10, x > z et 0 < z s 20, pour améliorer la résistance aux solvants pétroliers d'une composition bitume/polymère comprenant : (1) au moins un bitume ; et, en % en poids du bitume : (2) entre 0,3% et 20% d'un élastomère réticulable E, et (3) une quantité efficace d'un agent de couplage Ac apte à fournir une quantité de soufre libre représentant entre 0,1 et 20 % du poids de l'élastomère réticulable E présent dans le milieu réactionnel, ledit polymère oléfinique fonctionnalisé P étant utilisé en une quantité comprise entre de 0,05% et 15% en poids, rapportée à la quantité de bitume (1) utilisée.
2. Utilisation selon la revendication 1, caractérisée en ce que l'élastomère réticulable E est présent dans la composition bitume/polymère finale en une quantité comprise entre 0,5 et 10 % rapportée au poids du bitume.
3. Utilisation selon l'une des revendications 1 et 2, caractérisée en ce que l'élastomère réticulable E est choisi parmi le polyisoprène, le polybutadiène, le caoutchouc butyle et les terpolymères éthylène/ propylène/diène.
4. Utilisation selon l'une des revendications 1 à 3, caractérisée en ce que l'agent de couplage Ac représente entre 0,5 et 10 % du poids de l'élastomère réticulable E.
5. Utilisation selon l'une des revendications 1 à 4, caractérisée en ce que le polymère oléfinique fonctionnalisé P représente entre 0,10 et 10 % du poids du bitume.
6. Utilisation selon l'une revendications 1 à 5, caractérisée en ce que le monomère de formule CH2=CR1R2 qui fournit dans le copolymère oléfinique fonctionnalisé des motifs(CH2CRIR2)est choisi parmi l'acétate de vinyle et les acrylates et méthacrylates d'alkyle, et est de préférence l'acrylate de butyle de formule CH2=CHCOORs ou le méthacrylate de butyle de formule CH2 =C (CHs) COORs.
7. Utilisation selon l'une des revendications 1 à 6, caractérisée en ce que le monomère de formule R3CH=CR1R4, qui fournit dans le copolymère oléfinique fonctionnalisé des motifs(CHR3CR1R4)est choisi parmi l'acide maléique et l'anhydride maléique, l'acide acrylique, l'acide méthacrylique, les (méth) acrylates de glycidyle de formule : O O CH2=CH2COOCH2CHCH2 et CH2=C (CH3)COOCH2CHCH2, l'alcool vinylique etle vinyléther de glycidyle de formule : O CH2=CH2OCH2CHCH2.
8. Utilisation selon l'une des revendications précédentes, caractérisée par le fait que le polymère P est un terpolymère statistique d'éthylène, d'acrylate ou de méthacrylate d'alkyle en C16 et d'acrylate ou de méthacrylate de glycidyle, renfermant de 0,5 % à 40 % de motifs issus d'acrylate ou de méthacrylate d'alkyle et 0,5 % à 15 % de motifs issus d'acrylate ou de méthacrylate de glycidyle, le reste étant formé de motifs issus d'éthylène.
9. Utilisation selon l'une des revendications 1 à 7, caractérisée par le fait que le polymère P est un copolymère statistique d'éthylène et d'acrylate ou de méthacrylate de glycidyle, renfermant de 0,5 à 15 % en poids de motifs issus d'acrylate ou de méthacrylate de glycidyle, le reste étant formé de motifs issus d'éthylène.
10. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée par le fait qu'on incorpore en outre dans la composition un ou plusieurs additifs, de préférence des additifs polyfonctionnels, susceptibles de réagir avec les groupements fonctionnels du ou des copolymères oléfiniques.
11. Utilisation d'une composition bitume/polymère contenant (1) au moins un bitume, et, en % en poids du bitume : (2) entre 0,3% et 20% d'un élastomère réticulable E, (3) entre 0,05 % et 15 % d'au moins un polymère oléfinique fonctionnalisé P choisi parmi les copolymères comprenant, en % en poids du polymère oléfinique : (i) x % de motifs issus de l'éthylène ou du propylène, (ii) y % de motifs issus d'un ou de plusieurs monomères de formule : CH2=CRIR2, dans laquelle : Ri désigne H,CH3 ouC2Hs, et Ra représente un radicalCOORs,ORs, ouOOCR6, où Rs désigne un radical alkyle en Ci à Clo et, de préférence, en Ci à Ce, et R6 représente H ou un radical alkyle en Ci à C3, (iii) z% de motifs issus d'au moins un monomère de formule : R3CH=CR1R4. dans laquelle : Ri a la même définition que précédemment, Rs désigne H, COOH ouCOORs, Rs ayant la même signification que précédemment, R4 désigne un radicalCOOH,OH, <BR> <BR> <BR> O O<BR> <BR> <BR> <BR> <BR> <BR> <BR> <BR> COOCH2CHCH2 ouOCH2CHCH2, x, y et z étant des nombres tels que x+y+z=100, et x>y 10, x>zetO<z<20, (4) et une quantité efficace d'un agent de couplage Ac apte à fournir une quantité de soufre libre représentant entre 0,1 et 20 % du poids de l'élastomère réticulable E présent dans le milieu réactionnel, pour améliorer la résistance aux solvants pétroliers de revêtements, notamment de revêtements superficiels routiers, d'enrobés bitumineux ou de revêtements d'étanchéité.
12. Utilisation selon la revendication 11, caractérisée en ce que l'élastomère réticulable E est présent dans la composition bitume/polymère finale en une quantité comprise entre 0,5 et 10 % rapportée au poids du bitume.
13. Utilisation selon l'une des revendications 11 et 12, caractérisée en ce que l'élastomère réticulable E est choisi parmi le polyisoprène, le polybutadiène, le caoutchouc butyle et les terpolymères éthylène/propylène/diène.
14. Utilisation selon l'une des revendications 11 à 13, caractérisée en ce que l'agent de couplage Ac représente entre 0,5 et 10 % du poids de l'élastomère réticulable E.
15. Utilisation selon l'une des revendications 11 à 14, caractérisée en ce que le polymère oléfinique fonctionnalisé P représente entre 0,10 et 10 % du poids du bitume.
16. Utilisation selon l'une revendications 11 à 15, caractérisée en ce que le monomère de formule CH2=CR1R2 qui fournit dans le copolymère oléfinique fonctionnalisé des motifs ( CH2CR1R2)est choisi parmi l'acétate de vinyle et les acrylates et méthacrylates d'alkyle, et est de préférence l'acrylate de butyle de formule CH2=CHCOORs ou le méthacrylate de butyle de formule CH2 =C (CHs) COORs.
17. Utilisation selon l'une des revendications lia 16, caractérisée en ce que le monomère de formule R3CH=CR1R4, qui fournit dans le copolymère oléfinique fonctionnalisé des motifs ( CHR3CRiR4)est choisi parmi l'acide maléique et l'anhydride maléique, l'acide acrylique, l'acide méthacrylique, les (méth) acrylates de glycidyle de formule : O O CH2=CH2COOCH2CHCH2 et CH2=C (CH3)COOCH2CHCH2, l'alcool vinylique et le vinyléther de glycidyle de formule : O CH2=CH20CH2CHCH2.
18. Utilisation selon l'une des revendications 11 à 17, caractérisée par le fait que le polymère P est un terpolymère statistique d'éthylène, d'acrylate ou de méthacrylate d'alkyle en C16 et d'acrylate ou de méthacrylate de glycidyle, renfermant de 0,5 % à 40 % de motifs issus d'acrylate ou de méthacrylate d'alkyle et 0,5 % à 15 % de motifs issus d'acrylate ou de méthacrylate de glycidyle, le reste étant formé de motifs issus d'éthylène.
19. Utilisation selon l'une des revendications 11 à 17, caractérisée par le fait que le polymère P est un copolymère statistique d'éthylène et d'acrylate ou de méthacrylate de glycidyle, renfermant de 0,5 à 15 % en poids de motifs issus d'acrylate ou de méthacrylate de glycidyle, le reste étant formé de motifs issus d'éthylène.
20. Utilisation selon l'une quelconque des revendications 11 à 19, caractérisée par le fait que la composition bitume/polymère contient en outre un ou plusieurs additifs, de préférence des additifs polyfonctionnels, susceptibles de réagir avec les groupements fonctionnels du ou des copolymères oléfiniques.
Description:
Procédé de préparation de compositions bitume/polymère à résistance aux solvants pétroliers améliorée, compositions ainsi obtenues et leur utilisation comme liant bitumineux.

L'invention concerne l'utilisation d'un copolymère oléfinique fonctionnalisé pour améliorer la résistance aux solvants pétroliers d'une composition bitume/polymère, ainsi que l'utilisation d'une telle composition bitume/polymère pour améliorer la résistance aux solvants pétroliers de revêtements, notamment de revêtements superficiels routiers, d'enrobés bitumineux ou de revêtements d'étanchéité.

Il est bien connu d'utiliser des compositions bitumineuses comme revêtements de surfaces diverses et, en particulier, comme enduits superficiels routiers, à condition que ces compositions présentent en combinaison un certain nombre de caractéristiques mécaniques, exposées en détail, par exemple, dans WO 96/15193 A.

Les bitumes usuels ne présentent cependant pas l'ensemble des qualités requises et il a donc été proposé depuis longtemps d'y incorporer des polymères, notamment des élastomères, en vue de modifier leurs propriétés mécaniques, et de former ainsi des compositions bitume/polymère présentant les caractéristiques mécaniques souhaitées pour l'application à laquelle elles sont destinées.

C'est ainsi que WO 96/15 193 A décrit de très nombreuses compositions bitume/polymère présentant une stabilité et des propriétés mécaniques améliorées, ainsi que des procédés de préparation de ces compositions.

Il est connu, en outre, que les bitumes sont sensibles aux solvants pétroliers et que des carburants tels que le gazole, les essences et le kérosène, en particulier, ont un effet néfaste sur leurs propriétés mécaniques. Pour remédier à cet inconvénient, il a été proposé, par exemple, d'incorporer des cires dans le bitume, notamment des cires de polyéthylène (voir WO 02/14 699).

La présente invention vise, elle aussi, à améliorer la résistance aux solvants pétroliers, notamment au kérosène, de compositions bitumineuses du type bitume/polymère, mais par un choix judicieux des constituants de ces compositions et de leurs conditions de préparation.

L'invention a par conséquent pour premier objet l'utilisation d'au moins un polymère oléfinique fonctionnalisé P choisi parmi les copolymères comprenant, en % en poids du polymère oléfinique : (i) x % de motifs issus de l'éthylène ou du propylène, (ii) y % de motifs issus d'un ou de plusieurs monomères de formule : CH2=CR1R2, dans laquelle : - Ri désigne H,-CHs ou-C2Hs, - et Ra représente un radical-COORs,-ORs, ou-OOCR6, où Rs désigne un radical alkyle en Ci à Cio et, de préférence, en Cl à C6, et R6 représente H ou un radical alkyle en Cl à C3, (iii) z% de motifs issus d'au moins un monomère de formule : R3-CH=CRlR4. dans laquelle : - Ri a la même définition que précédemment, - R3 désigne H,-COOH ou-COORs, Rs ayant la même signification que précédemment, - R4 désigne un radical-COOH,-OH, O O -COO-CH2-CH-CH2 ou -O-CH2-CH-CH2, - x, y et z étant des nombres tels que x+y+z=100, - et x > y+ 10, x > z et 0 < z 20, pour améliorer la résistance aux solvants pétroliers d'une composition bitume/polymère comprenant : (1) au moins un bitume ; et, en % en poids du bitume : (2) entre 0,3% et 20% d'un élastomère réticulable E, et (3) une quantité efficace d'un agent de couplage Ac apte à fournir une quantité de soufre libre représentant entre 0,1 et 20 % du poids de l'élastomère réticulable E présent dans le milieu réactionnel,

ledit polymère oléfinique fonctionnalisé P étant utilisé en une quantité comprise entre de 0,05% et 15% en poids, rapportée à la quantité de bitume (1) utilisée.

L'invention a en outre pour objet l'utilisation d'une telle composition bitume/polymère à résistance aux solvants pétroliers améliorée, pour améliorer la résistance aux solvants pétroliers de revêtements, notamment de revêtements superficiels routiers, d'enrobés bitumineux ou de revêtements d'étanchéité.

Le procédé permettant l'amélioration aux solvants pétroliers d'une composition bitume/polymère, comprend la mise en contact, à une température comprise entre environ 100°C et environ 230°C et sous agitation, pendant une durée d'au moins 10 minutes : (1) d'au moins un bitume ; et, en % en poids du bitume : (2) entre 0,3% et 20% d'un élastomère réticulable E ; (3) entre 0,05% et 15% d'au moins un polymère oléfinique fonctionnalisé P choisi parmi les copolymères comprenant, en % en poids du polymère oléfinique : (i) x % de motifs issus de l'éthylène ou du propylène, (ii) y % de motifs issus d'un ou de plusieurs monomères de formule : CH2=CRIR2, dans laquelle : - Ri désigne H,-CH3 ou-C2Hs, - et R2 représente un radical-COORs,-ORs, ou-OOCR6, où Rs désigne un radical alkyle en Ci à Clo et, de préférence, en CI à C6, et R6 représente H ou un radical alkyle en Ci à C3, (iii) z% de motifs issus d'au moins un monomère de formule : R3-CH=CRlR4. dans laquelle : - Ri a la même définition que précédemment, - Rs désigne H, -COOH ou-COORs, Rs ayant la même signification que précédemment, - R4 désigne un radical-COOH,-OH,

0 0<BR> <BR> <BR> <BR> <BR> <BR> <BR> # # # #<BR> <BR> <BR> <BR> <BR> -COO-CH2-CH-CH2 ou-O-CH2-CH-CH2, - x, y et z étant des nombres tels que x+y+z=100, - et x > y+ 10, x > z et O # z # 20 ; (4) et d'une quantité efficace d'un agent de couplage Ac apte à fournir une quantité de soufre libre représentant entre 0,1 et 20 % du poids de l'élastomère réticulable E présent dans le milieu réactionnel.

De préférence, l'élastomère réticulable E est présent dans le milieu réactionnel en une quantité représentant entre 0,5 et 10 % du poids du bitume et le polymère oléfinique fonctionnalisé représente avantageusement entre 0,10 et 10 % en poids du bitume.

De préférence, l'agent de couplage Ac représente entre 0,5 % et 10 % en poids de l'élastomère réticulable E.

Le monomère de formule CH2 = CRlR2 qui fournit dans le copolymère oléfinique P des motifs (-CH2-CR1R2)- est choisi en particulier parmi l'acétate de vinyle et les acrylates et méthacrylates d'alkyle (de préférence butyle), respectivement de formule CH2=CH-COOR5 et CH2=C (CH3) COOR5.

De préférence, le monomère de formule R3-CH=CRiR4 qui fournit dans le copolymère oléfinique P des motifs (-CHR3-CRiR4)- est choisi en particulier parmi l'acide maléique et l'anhydride maléique, l'acide acrylique, l'acide méthacrylique, les (méth) acrylates de glycidyle de formule : O O /\/\ CH2=CH2-COO-CH2-CH-CH2 et CH2=C (CH3)-COO-CH2-CH-CH2, l'alcool vinylique et le vinyléther de glycidyle de formule : O <BR> <BR> <BR> o<BR> <BR> <BR> <BR> <BR> <BR> CH2=CH2-O-CH2-CH-CH2 Avantageusement, les copolymères oléfiniques susceptibles de constituer le polymère P, sont choisis parmi :

(i) les terpolymères statistiques d'éthylène, d'acrylate ou métha-crylate d'alkyle à reste alkyle en Ci à C6, tel que méthyle, éthyle, butyle, et d'anhydride maléique, qui renferment, en poids, 0,5 % à 40 % de motifs issus de l'acrylate ou du méthacrylate d'alkyle et 0,5 % à 15 % de motifs issu de l'anhydride maléique, le reste étant formé de motifs issus de l'éthylène ; (ii) les terpolymères statistiques d'éthylène, d'acrylate ou méthacrylate d'alkyle à reste alkyle en Ci à C6, tel que méthyle, éthyle et butyle, et d'acrylate ou méthacrylate de glycidyle, qui renferment, en poids, 0,5 % à 40 % de motifs issus de l'acrylate ou du méthacrylate d'alkyle et 0,5 % à 15 % de motifs issus de l'acrylate ou du méthacrylate de glycidyle, le reste étant formé de motifs issus de l'éthylène ; (iii) les polyéthylènes basse densité greffés d'anhydride maléique et les polypropylènes greffés d'anhydride maléique, qui renferment, en poids, 0,5 % à 15 % de motifs greffés issus de l'anhydride maléique.

(iv) les copolymères statistiques d'éthylène et d'acrylate ou méthacrylate de glycidyle, qui renferment, en poids, 0,5 % à 15 % de motifs issus de l'acrylate ou du méthacrylate de glycidyle, le reste étant formé de motifs issus de l'éthylène.

Parmi ces copolymères oléfiniques, on préfère en particulier les terpolymères statistiques du groupe (ii) et les copolymères statistiques du groupe (iv).

Plus particulièrement, le copolymère oléfinique utilisé pour constituer le polymère P a une masse moléculaire telle que l'indice de fluidité du copolymère, déterminé selon la norme ASTM D 1238 (essai réalisé à 190°C sous une charge de 2,16 kg), ait une valeur, exprimée en g par 10 minutes, comprise entre 0,3 et 3000 et, de préférence, entre 0,5 et 900.

Le bitume ou mélange de bitumes, que l'on utilise dans la préparation des compositions bitume/polymère, est choisi avantageusement parmi les bitumes qui possèdent une pénétrabilité à l'aiguille à 25°C de 10 à 900 dixièmes de millimètre (norme EN 12591) et, de préférence, entre 20 et 400 dixièmes de millimètre. Ces bitumes peuvent être des bitumes soufflés ou semi-soufflés, voire même certaines coupes pétrolières ou des mélanges de bitumes et de distillats sous vide.

L'élastomère réticulable E que l'on utilise pour préparer les compositions bitume/polymère et que l'on retrouve réticulé dans lesdites compositions, peut être choisi parmi le polyisoprène, le polybutadiène, le caoutchouc butyle, les terpolymères éthylène/ propylène/diène (EPDM).

Avantageusement, ledit élastomère E est choisi parmi les copolymères statistiques ou séquences de styrène et d'un diène conjugué tel que le butadiène, l'isoprène, le chloroprène, le butadiène carboxyle, l'isoprène carboxyle. Plus particulièrement, cet élastomère E consiste en un ou plusieurs copolymères choisis parmi les copolymères séquences, notamment di-ou triséquencés, avec ou sans charnière statistique, de styrène et de butadiène, de styrène et d'isoprène, de styrène et de chloroprène, de styrène et de butadiène carboxylée, ou encore de styrène et d'isoprène carboxylée.

Le copolymère de styrène et de diène conjugué et, en particulier, chacun des polymères précités, possède avantageusement une teneur en styrène allant de 5 % à 50 % en poids. La masse moléculaire moyenne en poids du copolymère de styrène et de diène conjugué, et notamment celle des copolymères mentionnés ci-dessus, peut être comprise, par exemple, entre 10 000 et 600 000 Daltons et se situe de préférence entre 30 000 et 400 000 Daltons.

L'agent de couplage Ac que l'on utilise dans la préparation des compositions bitume/polymère selon l'invention, peut être choisi dans le groupe constitué par le soufre élémentaire, les polysulfures d'hydrocarbyle, les accélérateurs de vulcanisation donneurs de soufre, les mélanges de tels produits entre eux et/ou avec des accélérateurs de vulcanisation non donneurs de soufre.

L'agent de couplage Ac pourra notamment être choisi parmi au moins un des agents de couplage décrits dans EP 739 386 A, EP 799 280 A et EP 837 910 A.

Le milieu réactionnel utilisé pour la mise en oeuvre du procédé peut être formé en réalisant tout d'abord un mélange renfermant le bitume ou le mélange de bitumes et l'élastomère réticulable E, puis en incorporant à ce mélange l'agent de couplage et, simultanément ou ultérieurement, le polymère P.

Toutefois, selon un mode de réalisation préféré, le milieu réactionnel destiné à la réalisation des compositions bitume/polymère

est formé en utilisant un mélange renfermant le bitume ou le mélange de bitumes, l'élastomère réticulable E et le polymère P, puis en incorporant l'agent de couplage Ac au mélange obtenu.

Ce mode de réalisation préféré est avantageusement mis en oeuvre en mettant tout d'abord en contact l'élastomère réticulable E et le polymère P avec le bitume ou le mélange de bitumes, en utilisant des teneurs en élastomère E et en polymère P, par rapport au bitume, choisies dans les intervalles définis précédemment et en opérant à des températures comprises entre 100 et 230°C et sous agitation, pendant une durée suffisante, généralement de l'ordre de quelques dizaines de minutes à quelques heures, pour former un mélange homogène. On incorpore ensuite au mélange obtenu l'agent de couplage, en une quantité choisie dans l'intervalle défini précédemment, et en maintenant le tout sous agitation, à des températures comprises entre 100 et 230°C, identiques ou non aux températures de mélange de l'élastomère réticulable E et du polymère P avec le bitume ou le mélange de bitumes, pendant une durée au moins égale à 10 minutes et généralement comprise entre 10 minutes et 5 heures, pour former un produit de réaction constituant la composition bitume/polymère.

Dans la mise en oeuvre préférée exposée ci-dessus, le polymère P peut être incorporé au bitume ou au mélange de bitumes avant ou après l'élastomère réticulable E, une incorporation simultanée pouvant être également envisagée.

Comme il sera décrit ci-après, la composition bitume/polymère obtenue par le procédé conforme à l'invention et dans laquelle l'élastomère E est réticulé présente des propriétés très améliorées de résistance aux solvants pétroliers, et notamment au kérosène. Cette composition constitue un autre objet de la présente invention.

Dans le milieu réactionnel utilisé pour réaliser une telle composition peuvent être incorporés un ou plusieurs additifs, de préférence des additifs polyfonctionnels, susceptibles de réagir avec les groupements fonctionnels du ou des copolymères oléfiniques. Ces additifs réactifs peuvent être en particulier des amines, notamment des polyamines, primaires ou secondaires, des alcools, notamment des polyols, des acides, notamment des polyacides, ou encore des sels métalliques.

La quantité du ou des additifs réactifs que l'on incorpore au milieu réactionnel peut être comprise entre 0,01 et 10 % en poids du bitume présent dans ce milieu réactionnel et, plus particulièrement, entre 0,05 et 5 % en poids de ce bitume.

Dans le milieu réactionnel utilisé pour la mise en oeuvre du procédé conforme à l'invention, on peut également incorporer en une quantité de 1 à 40 % en poids du bitume un agent fluxant, qui peut consister, notamment, en une huile hydrocarbonée présentant un intervalle de distillation à la pression atmosphérique, déterminé selon la norme ASTM D86-67, compris entre 100 et 600 °C.

Cette huile hydrocarbonée, qui peut être notamment une coupe pétrolière de type aromatique, une coupe pétrolière de type naphthèno- aromatique, une coupe pétrolière de type naphtèno-paraffinique, une coupe pétrolière de type paraffinique, une huile de houille ou encore une huile d'origine végétale, sera choisie par l'homme du métier pour être suffisamment"lourde"pour limiter l'évaporation au moment de son addition au bitume et en même temps suffisamment"légère"pour être éliminée au maximum après épandage de la composition bitume/polymère la contenant, de manière à retrouver les mêmes propriétés mécaniques qu'aurait présentées, après épandage à chaud, la composition bitume-polymère préparée sans agent fluxant.

Outre les additifs réactifs et l'agent de fluage, on peut naturellement ajouter au milieu réactionnel des additifs conventionnellement utilisés dans les compositions bitume/polymère, tels que des promoteurs d'adhérence ou encore des charges.

Dans la forme de mise en oeuvre du procédé selon l'invention utilisant une huile hydrocarbonée telle que définie ci-dessus à titre d'agent fluxant, l'élastomère réticulable E, le polymère P et l'agent de couplage Ac peuvent être incorporés au bitume sous la forme d'une solution mère de ces produits dans l'huile hydrocarbonée constituant l'agent fluxant.

Cette solution mère est préparée par mise en contact des ingrédients la composant, à savoir l'huile hydrocarbonée servant de solvant, l'élastomère réticulable E, le polymère P et l'agent de couplage Ac, sous agitation, à une température comprise entre 10 et 170°C, pendant une durée suffisante, par exemple de 30 à 90 minutes, pour

obtenir une dissolution complète de l'élastomère réticulable E, du polymère P et de l'agent de couplage Ac dans l'huile hydrocarbonée.

Les concentrations respectives de l'élastomère réticulable E, du polymère P et de l'agent de couplage Ac dans la solution mère peuvent varier assez largement en fonction, notamment, de la nature de l'huile hydrocarbonée utilisée pour dissoudre l'élastomère réticulable E, le polymère P et l'agent de couplage Ac.

Pour préparer les compositions bitume/polymère suivant l'invention en faisant appel à la technique de la solution mère, on mélange la solution mère renfermant l'élastomère réticulable E, le polymère P et l'agent de couplage Ac, avec le bitume ou le mélange de bitume, en opérant à des températures comprises entre 100 et 230°C et sous agitation, puis en maintenant le mélange résultant sous agitation dans ce domaine de températures, pendant une durée au moins égale à 10 minutes et allant généralement de 10 à 90 minutes, pour obtenir un produit de réaction constituant la composition bitume/polymère.

La quantité de solution mère mélangée au bitume est choisie pour fournir les quantités désirées, par rapport au bitume, d'élastomère réticulable E, de polymère P et d'agent de couplage Ac, ces quantités devant être situées dans les intervalles définis précédemment.

Les compositions bitume/polymère obtenues par le procédé selon l'invention peuvent être utilisées telles quelles ou bien diluées en des proportions variable avec un bitume ou un mélange de bitumes, et/ou encore avec une composition conforme à l'invention ayant les caractéristiques différentes, pour constituer des liants bitume/polymère ayant les teneurs souhaitées en élastomère E réticulé et en polymère P.

Les liants bitume/polymère formés par les compositions bitume/polymère selon l'invention ou résultant de la dilution desdites compositions par un bitume ou un mélange de bitumes et/ou par une autre composition bitume/polymère selon l'invention, jusqu'aux teneurs désirées respectivement en élastomère E réticulé et en polymère P dans lesdits liants, sont applicables, directement ou après mise en émulsion aqueuse, à la réalisation de revêtements routiers du type enduit superficiel, à la production d'enrobés mis en place à chaud ou à froid, ou encore à la réalisation de revêtement d'étanchéité.

Ces utilisations des compositions bitume/polymère obtenues par le procédé conforme à l'invention constituent un autre objet de cette invention.

On notera que, pour de telles utilisations, la dilution d'une composition conforme à l'invention avec un bitume ou un mélange de bitumes, et/ou encore avec une composition bitume/polymère différente, peut être réalisée aussitôt après l'obtention de cette composition, lorsqu'une utilisation quasi-immédiate des liants bitume/polymère résultants est requise, ou après une durée de stockage plus ou moins prolongée des compositions bitume/polymère, lorsqu'une utilisation différée des liants bitume/polymère résultants est envisagée. Le bitume ou mélange de bitumes utilisé pour la dilution peut être choisi parmi les bitumes définis précédemment comme convenant à la préparation des compositions bitume/polymère.

Les exemples qui suivent et qui n'ont pas de caractère limitatif sont destinés à illustrer les propriétés améliorées de résistance aux solvants pétroliers des compositions conformes à l'invention.

Dans ces exemples, on utilise des éprouvettes du liant bitumineux de 40 x 12 x 2 mm, coulées à chaud dans des moules.

Après être revenues à température ambiante, les éprouvettes sont pesées, puis trempées pendant 10 minutes dans du kérosène, puis égouttées pendant 10 minutes à l'air libre et pesées à nouveau. La différence de masse du liant, après ce traitement, rapportée à la masse initiale, est appelée variation de masse relative (en %) et est le critère d'évaluation.

Si cette variation est négative, cela signifie que le liant a perdu du poids par dissolution partielle dans le kérosène. Si cette variation est positive, cela signifie que le liant a gonflé en absorbant du kérosène.

Une variation positive est préférée à une variation négative, car elle témoigne d'une affinité beaucoup plus faible du liant pour le kérosène. Plus cette variation est proche de zéro, meilleure est la tenue au kérosène.

Exemple 1 (Exemple comparatift Un bitume pur de classe de pénétration 50/70 est soumis à trois essais de résistance au kérosène du type présenté plus haut.

Les résultats suivants sont obtenus :

ESSAI 1 ESSAI 2 ESSAIS Variation de masse-22, 1-20, 1-19, 4 relative (%) Ce bitume présente donc une perte de masse moyenne de 20, 5 %, avec un écart-type de 1,4%.

Exemple 2 (Exemple comparatif) Le liant utilisé dans cet exemple est un bitume/élastomère réticulé in situ, contenant 5 % en poids du bitume d'un copolymère dibloc styrène butadiène à 25 % en poids de styrène et possédant une masse moléculaire mesurée par GPC de 120000 Daltons environ.

Ce liant modifié est obtenu en dispersant le polymère dans du bitume de classe 50/70 à 180°C sous agitation modérée pendant 2 heures, puis en réticulant l'ensemble avec 0,13 % de soufre solide, toujours sous agitation pendant 4 heures.

Ce liant modifié est soumis à trois essais de résistance au kérosène du type ci-dessus.

On obtient les résultats suivants. ESSAI 1 ESSAI 2 ESSAI 3 Variation de masse-14,3-14, 9-13,3 relative (%) Le liant modifié de cet exemple présente donc une perte de masse moyenne de 14,2 %, avec un écart-type de 0,8 %.

Exemple 3 (selon l'invention) On prépare un liant modifié comme dans l'Exemple 2, contenant 4 % d'un copolymère dibloc styrène butadiène identique à celui de l'exemple 2 et 1 % en poids d'un copolymère Cf fonctionnalisé d'éthylène et de méthacrylate de glycidyle [produit de la gamme Loader commercialisé par la société ATOFINA].

Les résultats obtenus sont les suivants.

ESSAI 1 ESSAI 2 ESSAI 3 Variation de masse +14, 4 +12, 7 +10, 8 relative (%) Le liant modifié de cet exemple présent donc une augmentation de masse moyenne de 12,9 %, avec un écart type de 1,4 %.

Exemple 4 (selon l'invention) On procède comme dans l'Exemple 3, mais en remplaçant cette fois 2 % de l'élastomère par le même copolymère Cf fonctionnalisé.

On soumet le liant modifié ainsi préparé aux mêmes essais que précédemment et l'on obtient les résultats suivants. ESSAI 1 ESSAI 2 ESSAI 3 Variation de masse +11, 3 +11, 7 +10, 8 relative (%) Le liant modifié de cet exemple présente donc une augmentation de masse moyenne de 11,3, avec un écart type de 0, 4 %.

Exemple 5 (selon l'invention) On prépare un liant modifié comme dans l'Exemple 2, contenant 4 % d'un copolymère dibloc styrène-butadiène identique à celui de l'Exemple 2 et 1 % en poids d'un terpolymère Tf fonctionnalisé d'éthylène, de méthacrylate de méthyle et de méthacrylate de glycidyle (produit de la gamme Lotadere commercialisé par la société ATOFINA).

Ce liant modifié est obtenu en dispersant les polymères dans du bitume de classe 50/70 à 180 °C sous agitation modérée pendant 3 heures, puis en réticulant l'ensemble avec 0,13 % de soufre solide sous agitation pendant 2 heures, puis avec 0,3 % d'acide polyphosphorique sous agitation pendant 2 heures.

Les résultats obtenus sont les suivants :

ESSAI 1 ESSAI 2 ESSAI 3 Variation de masse + 12, 3 + 9, 7 + 10, 9 relative (%) Le liant modifié de cet exemple présente donc une augmentation de masse moyenne de 10,9 % avec un écart-type de 1, 3 %.

Les résultats de ces exemples montrent que, dans l'Exemple 2, la perte de masse de la composition bitume/élastomère réticulé est inférieure de 6 % en valeur absolue à celle du bitume pur de l'Exemple 1. Ceci traduit une dissolution moindre du liant dans le kérosène et, déjà une amélioration significative du pouvoir de résistance au kérosène.

Les bitumes élastomères réticulés selon l'invention des Exemples 3,4 et 5 ont, quant à eux, accru leur poids d'environ 11 %.

Par ailleurs, l'observation visuelle du kérosène restant dans le becher ayant servi pour l'essai, montre une solution quasi transparente, avec une couche opaque au fond du becher de 1 mm environ, alors que, dans les deux cas précédents, cette même solution était noire, avec une couche opaque de 2 cm environ.

Ces exemples montrent donc clairement la supériorité des compositions bitume/polymère selon l'invention, par rapport à celles de la technique antérieure, pour ce qui concerne leur résistance aux solvants pétroliers tels que le kérosène.